Partagez | 
 

 [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Sam 25 Oct - 21:24


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Je ne sais pas qui est le plus en colère moi, ou lui, mon cher papa. Il a de quoi bien entendu mais moi aussi j’ai de quoi être en colère contre lui. D’une parce que notre ville natale me manque et qu’il avait promis qu’on y retourne de temps à autre, ce qui n’est pas le cas. Et d’autre part parce qu’il ne passe pas beaucoup de temps avec moi. Oui bon, je n’aurai peut-être pas dut faire ce que j’ai fait, et atterrir ici, mais bon, je n’ai trouvé que se moyen là pour qu’il soit un peu avec moi.
J’avoue, ce n’était pas très malin de faire un graffiti mais encore moins de s’est fait prendre par la police. Oui, je sais, j’ai fais ma rebelle, mais une fois encore je n’avais pas vraiment réfléchit à mes actes, enfin si un peu quand même, je voulais juste que mon père passe su temps avec moi. Mais il se fait attendre, ça doit bien faire une bonne heure que je suis ici, que j’ai eu mon cota de sermon, et j’ai fait une dizaine de promesse comme quoi je ne recommencerai pas. Mes « amis » étaient déjà repartis chez eux. Je suis certaine qu’il mettrai moins de temps a venir voir un client. Parfois je me demande pourquoi je me force à vouloir qui me remarque. Il n’y a que son travail qui compte, faire libéré les salauds, ça oui, il sait faire, mais venir me chercher au commissariat beaucoup moins, normal, je ne lui rapporte pas d’argent, au contraire je lui en fais dépenser.
Ca doit faire quoi, trois bonne heures que j’attends qu’il vienne me chercher, et à cet instant précis, je le déteste, vraiment au plus haut point. Comment il pouvait me laisser là ?! Moi sa fille !! Si il voulait me punir, il aurait pu faire autrement, là ça devient très lassant, j’en ai plus que marre d’attendre pour rien. Je ne vais pas lui parler quand il sera là, je vais lui faire la tête pendant des jours, voir des semaines.

Je soupir et lance alors un regard noir à mon père qui arrive enfin. J’aimerai bien lui demander pourquoi il a mit autant de temps, mais ça serai un peu me mordre la queue, parce que c’est un peu ma faute si je suis là. Enfin non, c’est de la sienne si il avait passé un peu plus de temps avec moi, rien ne se serai passé ainsi. Je ne lui demandais pas la mère à boire non plus, juste d’être avec moi.
Il avance d’un pas bien décidé, et je me dis que je vais m’en prendre plein la tête. Ce qui est normal, mais ça va être embêtant. Je me lève et je me jette dans ses bras. Le mode petite fille est enclenché.

- Je suis désolé papa, vraiment désolé !

En plus c’était vraie, je sais que j’ai fait une erreur et ce que j’ai fais est vraiment mal, stupide aussi.
fiche créée par Rinema


   


Dernière édition par Sasha Somerset le Dim 26 Oct - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 26 Oct - 0:33


   
Dad i'm sorry, please excuse me...

   
S'il y avait bien une chose que je détestais par-dessus, c’était que tout foute le camp ! J’aimais avoir mes petites habitudes, et qu’elles ne soient pas changées sans cesse. Pourtant, cet après-midi là, je savais à l’avance que ça n’allait pas être comme d’habitude.
Alors que j’étais en plein plaidoyer, la porte du tribunal s’ouvrit, et à la vue du flic qui entra, je sus immédiatement que c’était pour moi. Je ne me laissais cependant pas démonter comme ça et je continuais de parler, d’amadouer le juge et de faire en sorte que mon client puisse s’en sortir sans trop d’encombres. L’affaire était plutôt facile, pour une fois, et je n’aurais aucun mal à l’aider, mais pour se faire, je devais néanmoins être concentré. Et avoir de la flicaille dans mon champ de vision ne m’aidait pas tellement. Pourtant, il attendit, patiemment, et dès que le juge fit une pause pour permettre au policier de venir me donner les nouvelles, il fonça sur moi, avant même que j’aie le temps de me rasseoir ou de boire un peu d’eau. Je soupirai en l’entendant s’arrêter à côté de moi. Je ne savais pas pour quoi c’était, mais j’aurais déjà préféré que ce soit Liz’ qui vienne. Ca ne devait pas être aussi important que ça en avait l’air, si ce n’était pas elle qui venait !

« Désolé de vous déranger, Maître. Il s’agit de votre fille, Sasha !
-Quoi ? demandai-je, interdit pendant quelques secondes, avant de m’affoler brusquement. Qu’est-ce qu’elle a ? Elle va bien ?
-Elle est au commissariat, Maître Somerset. On l’a prise à taguer un bâtiment public, avec deux de ses camarades de classe. »

Je restai bouche bée quelques instants, mon cerveau n’arrivant à comprendre ce que l’homme en uniforme venait de m’apprendre. Ma fille en train de taguer un mur. Ma fille… au commissariat ?! Mais qu’est-ce que c’était que ce bordel, encore ? Dans quoi s’était-elle embarquée ? Elle n’était pas de ce genre-là, elle ne faisait pas de conneries, et pourtant, cette fois, elle se retrouvait au commissariat ! Elle avait intérêt d’avoir une excellente raison, parce qu’elle était partie pour avoir une surveillance obligatoire pendant des semaines, à cause de ça.

« Très bien… le temps de prévenir le juge et mon client, de me changer et j’arrive. Ne lui faites pas de traitement de faveur !
-Bien, monsieur. »

Satisfait de cette réponse, je tournai les talons et fonçai vers le juge avant qu’il ne quitte le tribunal pour faire sa pause. Je lui expliquai la situation rapidement et le convainquit que c’était une affaire de la plus haute importance. Il était lui-même père, il pouvait bien comprendre. Néanmoins, j’avais l’air un peu con en lui racontant que ma fille était derrière les barreaux, alors que j’étais le meilleur avocat de la ville. C’était ridicule, et pourtant bel et bien vrai. J’étais furieux, mais aussi inquiet. Pourquoi faire une chose aussi idiote ? Elle savait pourtant ce qui était bien ou non, je lui avais suffisamment répété les choses !

Après le juge, mon client, et je repassai en mode avocat convaincant une deuxième fois. Il n’avait rien à me dire, de toutes façons. Avec le discours que je venais de tenir, je l’avais déjà pratiquement sauvé de la prison. Il ne restait plus qu’à donner le coup de grâce, et ça pouvait attendre demain comme la semaine prochaine. Il retournerait en détention provisoire quelques jours et ce serait bon pour lui. Il retrouverait sa vie merdique et il recommencerait quelques vols à l’arrachée. Malheureusement pour lui, je ne défendais pas les récidivistes. Sinon, ça me porterait préjudice, et je n’aimais pas ça. Je faisais toujours en sorte d’être débordé, pour ne pas avoir à être choisi par un type qui voulait absolument réussir son procès. Et ensuite… je choisissais, sans vraiment le faire. C’était mal vu de choisir, mais j’avais des techniques !

Une demi-heure plus tard, je finissais de me changer dans les vestiaires, en repensant à cette histoire. Sasha avait tagué un bâtiment public. Genre, vraiment ! Qu’est-ce qu’il lui était passé par la tête, sérieusement ? Elle était devenue folle ou quoi ? Elle voulait faire éclater un scandale parmi l’ordre des avocats, peut-être ? Si mes collaborateurs apprenaient ça, ils allaient se moquer de moi. Ils ne le faisaient pas quand ça touchait la famille, habituellement, mais là, c’était trop ! Je n’étais même pas capable de tenir ma fille, quoi !
Je fulminais en entrant dans le commissariat et vu le regard noir qu’elle m’envoya, elle n’était pas très contente non plus, ce qui ne l’empêcha pas de se pendre à mon cou en me disant qu’elle était désolée dès que j’arrivais devant elle. Elle se foutait de moi, en plus ? Elle croyait que je n’avais pas remarqué l’entourloupe ? Autant j’aimais ma fille du plus profond de mon être, autant je n’étais pas dupe pour un sou. J’étais avocat bon sang, je savais déceler le mensonge. Et elle n’était même pas honnête dans son étreinte, elle voulait d’ors et déjà me corrompre.

« Qu’est-ce qui t’a pris, Sasha ? Taguer un bâtiment ? T’es devenue dingue ou quoi ? J’étais en plein procès en plus, tu sais très bien que je déteste qu’on m’interrompe dans ces moments là ! »

Mauvaise réponse, visiblement, puisqu’elle se détacha de moi et sembla carrément énervée. Elle ressemblait tellement à sa mère, comme ça. Quand Penny était en colère, elle faisait la même tête… Elle ne pouvait même pas s’en rendre compte, Sasha, mais ça me faisait tellement mal de voir qu’elles se ressemblaient énormément. En fait, ça me faisait autant de mal que de bien.

« Tu m’expliques et on rentre à la maison ? »

Il était trop tard pour l’engueuler, et de toutes façons, qu’est-ce que ça changerait ? Le mal était fait, et je n’étais pas spécialement partisan des disputes en bonne et due forme. J’avais tellement peur de perdre ma fille que je faisais tout pour ne pas avoir à la perdre. Je ne le faisais pas suffisamment, visiblement…

   
copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 26 Oct - 22:51


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Il ne me serrait pas en retour dans ses bras, bon, ma tactique n’avait pas fonctionné. Pourtant ça marche toujours. A moins qu’il ai compris ma supercherie. Mince ! Je vais devoir trouver autre chose. Un truc bien plus malin pour qu’il ne me punisse pas… Je vais devoir me penser là-dessus.

- Qu’est-ce qui t’a pris, Sasha ? Taguer un bâtiment ? T’es devenue dingue ou quoi ? J’étais en plein procès en plus, tu sais très bien que je déteste qu’on m’interrompe dans ces moments là !

Et bien, il a pourtant été bien long pour venir me chercher. Comme quoi, depuis qu’on est arrivé à Toronto il me laissait bien de côté ! Je me recule de quelques pas et je le regarde. Et voilà, j’étais bien en colère contre lui. Je passe toujours avec son boulot…

- Tu m’expliques et on rentre à la maison ?

Il veut une explication ? Il n’est pas très doué pour un avocat ?! Je ne lui dirai rien, qu’il aille voir ailleurs. Si il n’est pas capable de savoir pourquoi j’ai tagué un mur, il devrait changer de métier ou alors engager un détective ou faire parler ses amis flics !
Je croise les bras et le regarde, il ne me faisait pas peur, mais alors pas du tout. Je fais demi-tour et retourne m’asseoir.

- Et bien alors rentre, je ne vais pas t’expliquer, parce qu’il n’y a rien à dire.

Je pouvais faire ma tête de cochon bien longtemps, et en temps normal il craque bien avant moi. Il ne pouvait pas changer de trop, en si peu de temps. Et puis à quoi bon, lui dire que c’était pour qu’il passe du temps avec moi, il s’en moquait. De plus je passerai pour une petite fifille capricieuse, hors je suis bien loin de mes années caprices, ils sont parties en même temps que ma mère et mon petit frère.

- De toute façon en partant sans moi, les policiers vont appeler les services sociaux, et il va y avoir une enquête sur tes capacités à être père… Alors c’est comme tu veux… Soit tu rentres tout seul, soit on rentre à deux et tu ne me pose pas de question, je sais parfaitement que ce que j’ai fait n’est pas bien !

Pas bien pour moi, mais pour lui non plus, si c’est collègue venait à apprendre que la fille du fameux Maitre Somerset venait de se faire pincer pour avoir commis un petit délit, ça serai pas bien pour lui et sa réputation ! Mais moi je m’en moque j’avais besoin de mon père, mais d’un avocat. Mais je n’avais trouvé que cette solution pour qu’il me remarque enfin ! Déjà qu’il m’avait obligé à partir de chez nous pour venir ici… Si en plus il me délaissait… non je n’allais pas me laisser faire.

fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 27 Oct - 20:53


 
Dad i'm sorry, please excuse me...

 
Au lieu de m’écouter et de m’obéir, Sasha fit sa rebelle et repartit s’asseoir sur le banc où elle m’attendait. Non mais elle se foutait de moi, là… Elle venait de passer du petite ange à l’adolescente en crise en deux secondes chrono, et elle pensait que je n’allais pas m’énerver ? J’avais tendance à toujours être calme, parce qu’un bon avocat ne s’emportait jamais, mais il s’agissait de ma fille, et elle venait de faire une connerie. J’avais le droit de l’engueuler, non ? Elle n’allait pas y couper de toutes façons ! Comme si j’allais laisser passer une chose pareille, là, elle pouvait toujours courir et essayer de me faire les yeux doux. Elle semblait avoir quelque chose à redire à ce que je lui proposais, alors soit … j’allais écouter ce qu’elle avait à me dire, mais ça ne changerait pas grand-chose au fait qu’elle m’ait déçu, et que j’allais sévir d’une façon ou d’une autre. Aucun crime ne restait impuni, même si j’aidais des criminels à s’en sortir avec du minimal.

« Et bien alors rentre, je ne vais pas t’expliquer, parce qu’il n’y a rien à dire. »

J’haussai un sourcil en croisant les bras sur mon torse. Il n’y avait rien à dire, alors ? Dans ce cas, elle avait simplement tagué un mur pour le plaisir, pour passer le temps et sur un coup de tête ? Le coup de tête, c’était évident, parce que si elle avait réfléchi, elle ne l’aurait pas fait. Mais pour le plaisir ou pour passer le temps… elle connaissait bien d’autres moyens pour ne pas s’ennuyer. Elle en avait l’habitude. Et elle n’était pas mal en point ces derniers temps, j’y veillais personnellement… alors quoi ? Qu’y avait-il que je n’avais pas vu, et qui manquait à l’équation pour pouvoir la résoudre ?

« De toute façon en partant sans moi, les policiers vont appeler les services sociaux, et il va y avoir une enquête sur tes capacités à être père… Alors c’est comme tu veux… Soit tu rentres tout seul, soit on rentre à deux et tu ne me pose pas de question, je sais parfaitement que ce que j’ai fait n’est pas bien ! »

Les services sociaux ? Une enquête sur moi ? Non mais elle débloquait !! C’était quoi son problème, ce soir-là ? Jamais elle ne s’était comportée comme la garce qu’elle voulait être à ce moment précis. Sa mère et moi ne l’avions pas élevée comme ça, et même si j’étais moins présent parce que je travaillais, je faisais en sorte qu’elle ne se barre pas en live. C’était tout le contraire qui venait de se dérouler, et je détestais ça. Je n’appréciais pas du tout ne pas avoir le contrôle de la situation, et de voir que Sasha n’en faisait qu’à sa tête. Il faudrait peut-être que je commence à être plus strict, plus sévère, mais qu’est-ce que ça pourrait changer ? Je n’étais jamais à la maison, et à part une femme de ménage qui venait à la maison une fois par semaine, il n’y avait personne qui pouvait surveiller Sasha. Mais elle m’avait prouvé maintes et maintes fois qu’elle se débrouillait bien toute seule et qu’elle n’avait besoin de personne. Alors elle n’était plus du même avis, désormais ? Il faudrait peut-être qu’elle me le dise, quand elle ne se sentait pas bien.

« Tu sais très bien que s’il y avait une enquête sur moi, je gagnerais le procès, alors arrête de dire des bêtises, Sasha ! Maintenant tu me suis et on rentre à la maison ! »

Voyant qu’elle ne bougeait et qu’elle ne bougerait probablement pas, je soupirai en décidant de lui faire du chantage. C’était la seule chose qui marchait avec les gosses, et forcément… avec elle aussi, habituellement. Je sortis alors les clés de la voiture et les fis tourner autour de mon index en pinçant les lèvres.

« Tu veux conduire ? »

Implicitement : si tu veux conduire, t’as intérêt de me suivre et de faire ce que je te dis. Sasha avait seize ans, elle avait l’âge pour conduire et je lui avais fait passer le permis. Elle ne me l’avait même pas demandé, mais je savais que ce serait pratique pour nous deux. Parce que je rentrais tard et que peut-être, elle en aurait plus besoin qu’on ne le croyait à l’époque. Elle m’avait tout de même promis de ne pas utiliser de voiture sans me prévenir avant et on s’était toujours entendus là-dessus.

« Allez Sasha, arrête de faire ta tête de cochon, viens. »

Je faisais le gentil mais je savais à l’avance que je remettrais le sujet sur le tapis une fois à la maison. Il était hors de question que je laisse ça tel quel. Elle allait regretter d’avoir fait ça, vraiment. Je n’étais jamais méchant ou trop sévère, mais là, c’était un crime. Elle s’était retrouvée au commissariat, et elle trouvait ça pratiquement drôle… Ce n’était pas comme ça que ça devait se passer et je n’allais pas la laisser continuer dans ce sens !

 
copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mar 28 Oct - 21:19


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Je le regardais toujours avec un petit air de rébellion. J’avais vraiment envie qu’il me lâche la grappe sur le pourquoi ce que j’ai fais, si il était si intelligent qui le pensais, il l’aurait deviné… Quoiqu’il en soit, je n’abandonnais pas mon caractère têtu.

- Tu sais très bien que s’il y avait une enquête sur moi, je gagnerais le procès, alors arrête de dire des bêtises, Sasha ! Maintenant tu me suis et on rentre à la maison !

Je tourne légèrement la tête, en signe de protestation. Je ne voulais pas le suivre tant qu’il ne demande pas d’excuse à mon encontre. Je lui en veux beaucoup. Je n’avais plus que lui et il m’abandonnait ces derniers temps. Je n’aime pas tu tous ça. Et si il me dit qu’il faut qu’on parle, je lui rétorquerai un truc bien sanglant, enfin si j’arrive malgré tout à avoir le ton adéquate.
Il sort alors des clés, et je reconnais facilement que c’est celle de la voiture. Il va me faire du chantage ? Lui ? Alors que c’est moi qui avait commencé en ne voulant rien lui avoué… Hum, je n’aime pas quand la situation change en ma défaveur.

- Tu veux conduire ?

La jeune adolescente en moi avait envie de se lever et de partir en courant attrapant les clés au passage. Mais l’autre ado en moi n’avait pas du tout envie de bouger. Enfin si un peu quand même, parce que bon, ça fait au moins plusieurs heures que je suis ici dans se commissariat à voir défilé des petits bandits et quelques prostitué.

- Allez Sasha, arrête de faire ta tête de cochon, viens.

Je le regarde avec les sourcils un peu plus froncés, je ne voulais pas lui céder. Non, c’était moi la reine du chantage entre lui et moi, j’avais des années d’expérience à se sujet. Et puis je suis sa fille, il n’a pas le choix de faire tout ce que je veux non ?!

- Huum non…. Pas tant que tu n’oublies pas le fait de me faire un sermon plein de blabla juridique auquel je ne vais rien comprendre.

Si j’étais têtu, je devais bien le tenir de quelqu’un et c’était de lui. Maman était bien plus douce, et bien plus psychologue que lui. Dans ces moments là, ma mère me manque énormément, bien plus que tous les jours, j’ai toujours se vide en moi, et je sais qu’il ne se recouvrera jamais.
Alors que je défiais toujours du regarde mon chère papa, une jeune femme brune passe au côté de mon père. Elle était grande et brune, et son regard pour mon père n’est pas vraiment saint. Sa serait sa copine ? Mon père à une copine ? Il trompe maman ?? D’un bon, je me lève pour ne pas vomir sur les chaussure de la flic. Je n’avais aucunement envie de les voire roucouler devant mes yeux, ou même imaginer le fait qu’ils se draguent. Une grande colère monte en moi, ce n’était pas bien, il oubliait maman… Je ne pourrai jamais le laisser faire.
Je suis devant mon père, attrape les clés de la voiture, et continue de marcher, mais mon père me suit pas, il regardait toujours la jeune femme. D’un ton bien énervé encore plus qu’avant.

- Bon PAPA ! On y va oui !!!

Non, mais il fait quoi là ?! Je dois passer après ses clients mais après elle aussi maintenant ! Ah non, ça ne se passera pas comme ça ! Jamais ! Jamais aucune femme n’aura mon père.


fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mer 29 Oct - 21:26


 
Dad i'm sorry, please excuse me...

 
Forcément, Sasha n’eut rien à faire de ce que je pouvais lui raconter. Je n’en attendais pas moins d’elle de toutes façons, mais c’était vraiment lourd à force. Je n’étais pas du genre patient depuis six ans, et elle avait le même caractère que moi. En gros, quand on s’engueulait, ça faisait des étincelles et généralement, mieux valait ne pas se mettre entre nous. Heureusement, ça n’arrivait pas souvent, mais là, je sentais à l’avance que je n’allais pas y couper, et ça me donnait déjà mal à la tête. Je n’aimais pas disputer Sasha, mais je ne pouvais pas non plus laisser passer ça. C’était un délit, et j’étais avocat… quel homme de loi pourrait laisser passer une chose pareille ? J’adorais ma fille, je l’aimais plus que tout au monde, mais c’était mon rôle, d’avocat et aussi de père, de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à faire des choses pareilles !

« Huum non…. Pas tant que tu n’oublies pas le fait de me faire un sermon plein de blabla juridique auquel je ne vais rien comprendre. »

Alors quoi ? Elle s’était fait la morale à elle-même et n’avait plus besoin de moi ? Je ne savais pas que ça fonctionnait comme ça, maintenant ! Nul doute que les policiers avaient déjà fait leur travail de bon moralisateur, mais c’était à moi de le faire aussi, pour qu’elle ne recommence plus jamais. Si seulement sa mère était encore là… ce serait certainement plus facile, parce que déjà, ç’aurait été elle qui serait venue la chercher et j’aurais pu finir mon procès tranquillement. Intérieurement, je soupirai en me rendant compte que c’était monstrueux de penser ça, et que c’était certainement pour la raison suivante que Sasha s’était retrouvée au commissariat : pour que lui porte de l’attention. Je n’étais pas dupe, évidemment. Mais c’était difficile de concilier boulot et vie privée dans mon milieu et surtout à mon niveau. Quand elle était plus jeune et peu autonome, je passais plus de temps à la maison, je travaillais moins, mais désormais, elle était grande et indépendante, ou presque. Alors j’avais pensé que ce serait une bonne idée de gagner un peu plus et de revenir un excellent avocat. Elle ne semblait pas le voir de la même façon. Je pensais pourtant que tous les adolescents de son âge en avaient ras-le-bol de leurs parents. Moi-même, à son âge, je voulais me barrer au plus vite de la maison. Etrange… mais la mort de sa mère et de son frère devait faire pour beaucoup dans sa psychologie actuelle.

J’allais répliquer à Sasha que je ne lui laissais pas spécialement le choix quand Lizzie passa à côté de moi. J’eus un moment d’absence en repensant à ce qu’il s’était passé dans l’ascenseur, quelques jours auparavant. A ce… dérapage, que l’on avait eu elle et moi. On n’aurait jamais dû s’embrasser dans cet ascenseur, et surtout, je n’aurais pas dû la tenter à ce point. Le pire, c’était que j’y repensais souvent depuis ce matin-là, et je ne pouvais pas m’empêcher de le faire. Forcément, je me demandais si c’était pareil chez Liz, mais je ne pus rien lire dans ses yeux quand elle passa. Elle semblait vouloir se moquer de moi, comme d’habitude, mais n’osait rien dire devant ma fille. Tant mieux. Je n’avais pas besoin d’être décrédibilisé devant Liz Dubois. Plutôt mourir.
Alors que je continuais de la regarder en attendant la pique qui allait forcément arriver, je sentis Sasha me bousculer un peu et me piquer les clés de la voiture avant de filer vers la sortie. Je soupirai ostentatoirement cette fois, mais ne bougeai pas pour autant. Liz’ me regarda d’un air amusé, avant de me lâcher une remarque du genre « Des soucis d’autorité, Somers’ ? » ce à quoi je répondis par une moue mi amusée, mi dégoûtée. Dégoûtée, parce qu’elle avait raison. Je n’avais aucune autorité sur ma fille, ces derniers temps et voilà où ça nous menait !

« Bon PAPA ! On y va oui !!! »

Je levai les yeux au ciel pour de bon. Je commençais à en avoir marre de ses changements d’humeur, même si je savais que j’avais les mêmes. Depuis la mort de Penelope et de Samuel, nous étions tous les deux instables, preuve que nous nous ressemblions bien plus qu’elle ne le souhaiterait certainement. Néanmoins, j’arrivais à me canaliser, quand j’étais en public. Ce n’était pas encore son cas, et je ne savais pas exactement ce qui avait pu la rendre furieuse, cette fois. Elle ne m’avait quand même pas vu regarder Liz, si ? Merde…

« J’arrive, Sasha… »

En jetant un dernier regard courroucé à Liz, puis un coup d’œil circulaire autour de moi, je quittai les lieux avec Sasha devant moi. Elle s’installa au volant de la berline et démarra sans même attendre que je sois attaché. Je sentais que le trajet allait être violent. Je n’avais peur de rien en voiture. J’aimais les sensations fortes et les situations à risques. Elles me rappelaient que j’étais vivant. Et je savais également que c’était irresponsable, mais quand j’étais avec elle, je laissais Sasha conduire comme une meurtrière. J’espérais juste – en sachant très bien que c’était faux – que lorsqu’elle était seule, elle conduisait bien et de façon sûre.

« Bon alors… tu vas me dire ce qu’il t’est passé par la tête ? »

Encore une tentative qui allait rater, mais je pouvais toujours essayer, histoire de. En conduisant, elle ne pensait sûrement plus à rien, et elle serait moins énervée, alors peut-être qu’elle pourrait me parler. Sinon, je ne tenterais plus, mais je lui ferais quand même le sermon. Je devinais facilement la raison pour laquelle elle avait fait ça, alors je n’avais pas spécialement besoin de l’entendre de sa bouche… alors même si elle ne voulait pas se faire engueuler, elle le serait quand même !

 
copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mer 29 Oct - 22:41


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Une fois enfin dans la voiture, je ne cessais de penser à cette flic. Pourquoi ils se sont regardés comme ça ?! Il y a quoi entre eux… je me fais peut-être des films, vue que chaque femme qui approche de mon père je le vois comme une ennemie. C’était mon père à moi, et aujourd’hui si la vie n’avait pas séparé mes parents ils seraient encore amoureux, toujours ensemble, c’était certain. Ils s’aimaient tous les deux.
Une fois le moteur en route, la première enclenché et le frein à main enlevé je commence à avancer. C’était une sensation extra, une sensation de liberté que j’adorai le plus.

- Bon alors… tu vas me dire ce qu’il t’est passé par la tête ?

Je n’avais pas du tout envie de lui répondre, mais vraiment pas. Il ne se doutait vraiment pas pourquoi j’avais agis ainsi ? Mouais ou alors il me fait marcher pour que je lui avoue. Il était avocat et faire avouer les gens c’était une des choses dont il était doué. Et en temps normal j’en étais plutôt fière mais là… je n’aime pas quand son super pouvoir se retourne contre moi…

Alors que mon pied partait tout seul sur la pédale d’accélération, je pris une grande inspiration avant de répondre à mon père, enfin vaguement.

- J’avais envie de faire un truc nouveau. Oui, c’était stupide je sais. Mais tout le monde fait des erreurs, je suis sur que tu en fais aussi. Et tu les regrettes aussitôt.

Je prends une pause quand je diminue la vitesse, arrivant à un carrefour. Puis une fois les possibles dangers écartés j’accélère à nouveau.

- J’ai réfléchis pendants les trois heures où je t’attendais… Alors punie moi, et qu’on en finisse. Je sais que c’est mal, et tout et tout. Mais comme c’était mon premier délit, je n’aurai pas de casier, et j’ai promis d’aller nettoyer ce que j’ai fais.

Je n’étais pas une méchante fille, non, mais je voulais juste attiré l’attention de la seule personne au monde que j’avais. Ce n’était pas un frame de vouloir passer du temps avec son père. Parfois j’étais jalouse du temps qu’il passe avec ses clients. C’était aussi un peu à cause de sa que l’idée de faire un truc grave m’était venue. Et encore je trouve que j’y suis allé soft. J’aurai très bien pu voler un truc dans un magasin ou encore agresser une petite vieille pour son sac à main. Non, j’ai fais un truc ou personne ne serai blessé, et qui pouvait très bien s’arranger. Alors qu’il ne se plaigne pas, j’ai quand même réfléchit à ma connerie.



fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Jeu 30 Oct - 19:33


Dad i'm sorry, please excuse me...

Je crus que Sasha allait nous tuer en accélérant encore, mais une fois de plus, la sensation de vitesse ne me dérangea pas. L’idée que je puisse être un père indigne me traversa une fois de plus l’esprit, mais bon… je ne pouvais rien faire de toutes façons. J’étais fataliste, dans certaines situations, et je savais qu’un jour ou l’autre, je le regretterais. Mais pour le moment, tout allait bien, elle savait conduire et freiner quand il fallait et elle connaissait déjà toutes les zones où pouvaient se trouver les flics. Je les connaissais moi-même et je lui en avais fait une liste, en venant conduire avec elle. C’était un des derniers rares moments que nous avions partagés tous les deux ensemble. Où nous avions ri, tous les deux. C’était tellement bien… et pourtant, ce n’était pas si éloigné que cela dans le temps. Nous pouvions y revenir, si ça lui tenait à cœur. J’avais un emploi du temps chargé, pour le moment, mais dès qu’une ou deux affaires seraient terminées, je pourrais lui consacrer plus de temps. Si c’était vraiment ce qu’elle voulait, je le ferais, sans réfléchir. Ma fille était la prunelle de mes yeux, et je devais l’élever, la protéger et surtout être là pour l’aimer comme elle devait être aimée.

« J’avais envie de faire un truc nouveau. Oui, c’était stupide je sais. Mais tout le monde fait des erreurs, je suis sur que tu en fais aussi. Et tu les regrettes aussitôt. »

Evidemment, je faisais des erreurs parce que j’étais humain et que c’était normal pour un humain de faire des conneries. Mais quand je faisais des erreurs, j’étais loin d’être un délinquant. Je faisais une erreur par exemple, quand je laissais ma fille sans surveillance. Mais ce n’était pas un crime. Pour elle, si, sûrement. Elle ne comprenait pas qu’il y avait d’autres moyens d’attirer l’attention sur elle que de faire une chose pareille ? J’avais dû expliquer au juge mon urgence, et j’avais bien vu le regard qu’il m’avait envoyé. Ce n’était pas parce que j’étais le chouchou de tout le monde que j’avais droit à beaucoup de traitements de faveurs… même si je devais avouer que ce n’était pas la première fois que l’on m’accordait des choses. Néanmoins, je détestais faire ce genre de coups foireux, qui obligeaient tout le monde à travailler encore plus. Plus vite une affaire était close, mieux c’était, et ceci pour tout le monde ! Alors Sasha avait été vraiment embêtante, sur ce coup là.

« J’ai réfléchis pendants les trois heures où je t’attendais… Alors punie moi, et qu’on en finisse. Je sais que c’est mal, et tout et tout. Mais comme c’était mon premier délit, je n’aurai pas de casier, et j’ai promis d’aller nettoyer ce que j’ai fais. »

Alors quel était le véritable intérêt de faire ça ? Si elle se rendait compte qu’elle avait fait une connerie, et si elle allait nettoyer tout ça … Bon sang, mais il y avait d’autres moyens pour attirer mon attention, parce que désormais, j’étais presque sûr et certain que c’était son but premier. Quel était l’intérêt ? C’était pitoyable, et en même temps, je me demandais si ce n’était pas à moi de me remettre en question. Je ne le ferais jamais, parce que j’étais trop fier pour ça… mais je savais qu’elle avait raison, et que j’avais tort. Néanmoins, je condamnais son acte et j’allais la punir, oui. Je ne savais pas encore comment, mais j’avais le temps d’y réfléchir. Aller nettoyer ses conneries serait sûrement suffisant pour qu’elle comprenne, mais ça ne venait pas de moi, alors…

« Je vois… Qu’est-ce que tu penses que je pourrais te dire de faire alors ? »

En réalité, je n’étais pas convaincu qu’elle m’écoute, et qu’elle comprenne, si je la punissais. Plus tard, elle trouverait d’autres façons d’attirer mon attention, et de réussir à l’obtenir. J’espérais juste que les prochaines fois, elle soit plus intelligente et qu’elle réussisse à le faire sans réaliser une énorme connerie. Si sa mère avait été là, elle aurait été tellement déçue… mais encore une fois, si sa mère était encore là, elle n’aurait pas fait ça… Parce qu’elle n’en aurait pas eu besoin. Pourquoi devrais-je la punir ? Au contraire, je devrais plutôt voir le signal d’alarme qu’elle m’indiquait. Je n’étais jamais là, elle voulait me voir. Mais passer du temps avec elle serait comme une récompense… Cependant, elle se rendait bien compte qu’elle avait quelque chose de mal, et elle l’avait déjà assimilé… Je pris alors ma décision.

« Je ne vais pas te punir. Ca ne servirait à rien. Par contre… la prochaine fois, tu évites de te retrouver chez les flics, j’y vais déjà assez souvent comme ça. Et tu évites de taper un scandale aussi ! Je sais que ça t’emmerde, mais j’ai une réputation à tenir pour que tu puisses vivre convenablement, jeune fille ! »

Parfois, elle semblait oublier que l’argent ne tombait pas du ciel et que si elle pouvait s’acheter ses fringues, son maquillage, ses chaussures et si, plus tard, elle pouvait aller à l’université, c’était grâce au boulot acharné que je me payais pour le moment. Alors elle devait aussi comprendre que je ne faisais pas ça pour l’éviter… je faisais ça pour elle. Pour son présent, et pour son futur !

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Ven 31 Oct - 22:54


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Parfois j’aimerai tellement retrouver cette même sensation de liberté autre part qu’en voiture. Je ne pense pas qu’un jour j’y arriverai, à moins que je saute à l’élastique ou encore en parachute, ça serai vraiment extra de faire ça. Je devais peut-être voir pour en faire un, et si papa ne veut pas tout de suite, pourquoi pas à mes 18 ans ! Ca serai super génial !

- Je vois… Qu’est-ce que tu penses que je pourrais te dire de faire alors ?

Il ne pourrait rien me dire de plus, de toute façon j’ai son caractère, alors quoiqu’il dise, ça me passe un peu au dessus, enfin pour le moment. Je suis certaine que ça va m’être flagrant en plein milieu de la nuit.

- Je ne vais pas te punir. Ca ne servirait à rien. Par contre… la prochaine fois, tu évites de te retrouver chez les flics, j’y vais déjà assez souvent comme ça. Et tu évites de taper un scandale aussi ! Je sais que ça t’emmerde, mais j’ai une réputation à tenir pour que tu puisses vivre convenablement, jeune fille !

C’est tout ! Juste ça ! Rien de plus ! Là il m’épate assez ! alors comme ça je n’ai pas le droit à un énième sermon, sur les choses à faire et à ne pas faire ?! Juste des recommandations pour une éventuelle prochaine fois. Mais le plus étrange encore, c’est qu’il m’autorise à faire encore des bêtises mais sans que je me fasse prendre ! J’aurai dut enregistrer la conversation pour avoir une preuve la prochaine fois ! Mince, pourquoi je conduis pour une fois qu’il y avait quelque chose d’important à enregistrer !

- Oui, bah ton argent, hein…. Tu le gagne en laissant des malfrats libres… Je peux me trouver un boulot, au moins je n’aurai plus besoin de ton argent qui pu pour m’acheter des fringues…

Il n’allait quand même pas me laisser sans toi ni sans manger, il m’aimait bien trop pour ça ! Et puis, moi si je pouvais l’embêter un peu plus, parce que sa réputation il peut la mettre ou je pense. A croire que c’est bien plus important pour lui que moi à ces yeux. Je mis alors un petit coup d’accélérateur mais ça ne dure pas bien longtemps vue qu’il y avait un peu plus de circulation par là. Et bien évidemment, trop de circulation me fait me stopper, surement un accident un peu plus loin. Je soupir, je n’avais pas spécialement envie d’être coincé là. Bon au moins, je vais passer du temps avec mon père et c’est ce que je voulais à la base. Dans un sens j’ai ce que je veux, je devrais être heureuse.

fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Sam 1 Nov - 14:48


Dad i'm sorry, please excuse me...

Forcément, je perçus directement de la surprise dans l’attitude de Sasha. Je connaissais bien ma fille, malgré ce qu’elle pouvait croire ces derniers temps, et je savais exactement ce qu’elle pensait. Alors là, je l’avais bien eue. Mais après tout, à quoi servirait une punition, alors qu’elle avait fait ça intentionnellement et qu’elle reconnaissait ses torts. A quoi servait une punition pour elle, alors que la pire des punitions qu’elle avait eu dans la vie, c’était de ne plus pouvoir avoir sa mère et son petit frère ? Rien ne pouvait être pire que ça, et nous le savions tous les deux. Dans ce cas… je n’avais rien à lui interdire, parce qu’il y aurait toujours eu pire. Autant j’étais pieds et poings liés à cause de cela, autant ça ne me dérangeait pas. Elle avait suffisamment souffert de la mort de Penelope et Samuel, je n’avais pas besoin d’en rajouter une couche. Et une punition minuscule et ridicule, ce serait une perte de temps. Mieux valait ne rien faire, et la laisser réfléchir à cela toute seule.

« Oui, bah ton argent, hein…. Tu le gagne en laissant des malfrats libres… Je peux me trouver un boulot, au moins je n’aurai plus besoin de ton argent qui pu pour m’acheter des fringues… »

Je levai les yeux au ciel. Il fallait toujours qu’elle rapporte cela au travail. Oui, j’aidais des criminels à s’en sortir et alors ? Quel était le mal à ça ? Je l’avais toujours fait, depuis des années, et avant sa crise d’adolescence elle ne voyait pas le mal ! Elle croyait peut-être que tous les avocats étaient de bons samaritains ? Elle croyait que les cas tout gentils tout mignons tombaient du ciel et que je pourrais tous les avoir ? Non, j’avais des criminels, parfois des meurtriers, et je ne m’en plaignais pas. Je gagnais à chaque fois mes affaires, que ce soit pour des bonnes ou des mauvaises personnes et ça ne changeait pas grand-chose : je réussissais toujours à dormir sur mes deux oreilles. C’était mon job. Si un jour, elle devenait commerciale, ou quelque chose du genre, je devrais lui faire la morale parce qu’elle arnaquait les gens, peut-être ? Non… Alors elle n’avait pas à faire ça pour moi. J’étais habitué, mais c’était lassant de n’entendre que cet argument. D’ailleurs, devant une cour, elle ne ferait pas long feu. J’espérais qu’elle ne s’y retrouve jamais, bien sûr.
Quant au fait qu’elle dise qu’elle voulait trouver un boulot… j’aimerais bien voir ça. Non pas qu’elle n’était bonne à rien, mais elle n’était pas du genre à se fouler pour pouvoir gagner de l’argent, étant donné que j’étais encore là pour l’aider financièrement. Elle était jeune encore pour ça, et surtout, elle était encore au lycée. Je n’avais pas spécialement envie qu’elle se mette à travailler maintenant… mais quand elle avait une idée en tête, c’était difficile de l’en déloger. Je le savais parfaitement bien, parce qu’elle était aussi bornée que moi. Il fallait de la volonté pour tenir dans mon milieu et pour devenir un bon avocat, vraiment bien réputé. J’avais de la poigne, j’avais la foi et surtout de la volonté. Eh bien, elle avait la même que moi. Autant dire que se battre contre elle ne servait à rien.

« Tu veux travailler ? Vraiment ? Et faire quoi ? Tu n’as même pas de diplôme, tu sais… »

Elle allait me tenir tête, je le savais à l’avance, et elle allait me dire que je ne croyais pas en elle, et que je la dénigrais. Ce n’était pas du tout le cas, mais si déjà à seize ans, elle voulait travailler et ne plus profiter de sa jeunesse et de son temps libre, je ne donnais pas cher de son état mental dans quelques années. Elle faisait bien ce qu’elle voulait de toutes façons, je n’aurais pas grand-chose à redire, mais ça n’empêchait que je pouvais lui dire ce que j’en pensais.

« Tu as déjà des pistes ? Et comment tu te déplaceras ? Tu crois que je serais derrière toi à chaque fois pour t’emmener, te ramener, t’épauler ? C’est pas un jeu, la vraie vie, Sasha ! »

Je la cherchais, cette fois, j’allais forcément l’énerver. Ce n’était pas mon but, mais elle avait le sang chaud et elle allait être furieuse que je puisse croire qu’elle ne savait pas se débrouiller toute seule. Elle était grande, elle était presque adulte, certes, mais je ne savais pas si elle pourrait vraiment appréhender un vrai métier, si elle pourrait réellement y arriver. Aucun père ne devrait douter de son enfant, mais elle était jeune et inexpérimentée… et je m’inquiétais pour elle, malgré les apparences !

copyright crackle bones


Spoiler:
 

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Sam 1 Nov - 22:48


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Je n’aimais pas vraiment qu’il reste si calme. Ca ne lui ressemblait pas vraiment. Il savait garder son calme avec ces clients mais avec moi, beaucoup moins. C’est une chose que je n’avais jamais vraiment compris. Je n’étais pourtant pas moins désagréable que ces foutus méchants qui défend, bien au contraire, je suis un ange en comparaison. En faite ça me perturbe quand même pas mal qu’il ne me donne pas une interdiction de sortie, ou même une autre punition.

- Tu veux travailler ? Vraiment ? Et faire quoi ? Tu n’as même pas de diplôme, tu sais…

Il commençait déjà à m’énerver, il ne croyait pas en moi ?! Je n’étais pas stupide, je ne suis pas la première de la promo mais je ne suis pas non plus la dernière. Je me défends assez bien, mais de là à me dire que je ne pourrai jamais rien faire, là il se mettait le doigt dans l’œil. Je sais que si on veut réellement trouver un travail, je peux le faire. Je mettrais toutes mes chances de mon côté, ça il peut en être sur.

- Tu as déjà des pistes ? Et comment tu te déplaceras ? Tu crois que je serais derrière toi à chaque fois pour t’emmener, te ramener, t’épauler ? C’est pas un jeu, la vraie vie, Sasha !

Là il me laissait un challenge, un défis que j’allais relever, et sans avoir recours à son aide. Je ne suis plus la petite fille qui ne pouvait rien faire sans son papa chéri. Non, je suis arrivé à un âge où je pouvais me débrouiller seul pour certaine chose. Et puis, qui s’occupe de la maison ?! Les lessives c’est bien bibi qui les fait ! Si il a des chemises propres sur le dos tous les jours c’est bien grâce à moi, et non pas à son talent incroyable de décoloré les vêtements.
Dans un élan de colère et de pur défis envers lui, je freine la voiture en ayant bien entendu vérifié qu’il n’y avait aucun danger. Je sors de la voiture et je commence à marcher devant la voiture. Je devais lui prouver que je pouvais très bien me débrouiller sans lui. Il y avait encore quelques kilomètre pour arriver à la maison, mais je sais que je suis totalement capable de marcher jusqu’à notre chez nous.
Je ronchonnais toute seule alors qu’il m’appelait. Il pouvait toujours le faire, je n’allais pas l’écouter. Non mais pour qui il me prend ?! Je sais me débrouiller toute seule, je n’ai pas besoin de lui pour faire mes devoirs, et puis en plus, pour me déplacer j’ai toujours le bus, ou même le métro, ce n’allais pas être ça qui allait m’empêcher de me trouver un travail qui lui en boucherai un coin.
Sa voix se trouvait devenir de plus en plus forte, et je comprends rapidement qu’il était derrière moi, et dans peu de temps il me forcera à m’arrêter. Pas louper, je sens maintenant sa main qui se referme sur mon avant bras, m’obligeant à m’arrêter et à me retourner pour lui faire face.
fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 2 Nov - 12:10


Dad i'm sorry, please excuse me...

Je m’attendais à tout, sauf à ce qu’elle sorte de la voiture, avec un air de défi sur le visage. Elle freina brusquement, garant la voiture sur le bas-côté, et mon premier réflexe fut de regarder dans les rétroviseurs pour être sûr qu’on ne créait pas d’embouteillages et qu’on n’avait pas fait d’accidents derrière nous. Elle sortit pendant ce temps de la voiture et commença à avancer sur le trottoir pour rentrer à la maison. J’étais bouche bée devant son initiative et en même temps, je savais que je l’avais un peu cherchée. Néanmoins, ça commençait à bien faire de me faire prendre pour un chien, là. Elle ne devait pas oublier qui commandait à la maison. J’étais son père, et elle devait m’obéir. Les passe-droits, ça allait bien cinq minutes, mais j’en avais marre d’être pris pour un con. Je sortis à mon tour de la voiture, la fermai et la verrouillai, pour aller chercher Sasha, la ramener et ensuite rentrer. Là, il était clair que j’allais être moins compréhensif et moins gentil. Pour qui elle se prenait ? Elle n’avait que seize ans, et en plus, je trouvais que j’étais déjà très sympa avec elle, alors que j’aurais pu être un tyran. Je voyais de nombreux parents devenir de vrais dictateurs avec leurs enfants, quand le père ou la mère mourrait. Je n’avais pas été comme ça. J’avais préféré l’élever normalement et peut-être que maintenant, je le regrettais un peu. Mais c’était pour elle que j’avais fait ça, pour qu’elle soit heureuse et qu’elle se considère comme une enfant normale. Alors merde, je n’avais pas envie qu’elle fasse de crises comme ça !

« Sasha ! »

Je marchais derrière elle, en essayant d’aller plus vite qu’elle sans me mettre à courir. Je n’avais pas envie qu’elle croit que je m’en faisais trop pour elle. J’étais furieux, et elle allait le comprendre très vite. Dès que j’arrivai à sa hauteur, je pris son bras dans ma main et la forçai à se retourner vers moi pour qu’elle me regarde bien en face.

« Tu te fous de moi ou quoi ?? Je t’ai pas engueulée, je t’ai laissée conduire pour rentrer et tout ce que t’es capable de faire, c’est me laisser en plan avec la voiture ? Tu veux te trouver un boulot, alors vas-y ! Mais si tu continues à te comporter comme une gamine irresponsable, personne ne voudra te prendre dans son entreprise, Sasha ! »

Je n’élevai pas souvent la voix contre elle, mais quand je le faisais, c’était qu’elle m’énervait vraiment. Elle dépassait les bornes, et je me demandais si elle était toujours en train de me tester, en faisant ça. Si c’était le cas… elle comprendrait bien vite qu’il ne fallait pas jouer à ça avec moi. Je détestais que l’on me prenne pour un imbécile. Et encore moins qu’on me tienne tête. Puisque c’était ma fille, puisque c’était moi qui l’avais élevée, j’avais encore bien le droit de lui gueuler dessus si besoin il y avait… Et besoin il y avait, en effet ! Elle n’avait pas à faire tout ce qu’elle voulait, et je ne cautionnerais pas son comportement. Il faudrait qu’il y ait du changement !

« Maintenant tu vas rentrer dans cette voiture, je vais conduire et on va rentrer à la maison pour de bon ! »

Encore furieux contre elle, je la lâchai et fis en sorte qu’elle me suive, malgré tout. Elle avait baissé la tête et je me doutais qu’elle était soit en train de bouder, soit en train de pleurer déjà, et je n’en avais pas honte. Je n’avais aucun scrupule à lui avoir crié dessus, je savais que c’était la chose à faire. Elle aussi le savait. Je m’installai ensuite au volant de la voiture et j’attendis qu’elle soit installée sur le siège passager pour démarrer et pour repartir sur la route pour rentrer…

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 2 Nov - 17:39


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
n une fraction de seconde je détestais mon père, il n’avait pas confiance en moi, il n’avait pas le moindre petit respect pour moi et ça me met dans une rage assez folle. Alors qu’il me tenait le bras, je n’avais qu’une envie être le plus loin possible de lui.

- Tu te fous de moi ou quoi ?? Je t’ai pas engueulée, je t’ai laissée conduire pour rentrer et tout ce que t’es capable de faire, c’est me laisser en plan avec la voiture ? Tu veux te trouver un boulot, alors vas-y ! Mais si tu continues à te comporter comme une gamine irresponsable, personne ne voudra te prendre dans son entreprise, Sasha !

Il me rabaisse en plus ! Mais quel père peut dire ça à sa fille ?! Nous étions plus que tous les deux, et il venait de me dire que j’étais une incapable, que je n’arriverai à rien de ma vie ! Je lui en voulais encore plus, je le déteste même vraiment énormément. J’avais envie de hurler, de prendre mes jambes à mon cou et partir, retourner chez nous à Saskatoon.

- Maintenant tu vas rentrer dans cette voiture, je vais conduire et on va rentrer à la maison pour de bon !

Alors qu’il retournait à la voiture, je restais dehors et je regardais le sol. Je ne voulais pas du tout le suivre, non, je voulais retrouver mes amis, mes habitudes d’avant. Vivre à Toronto c’est vraiment nul, depuis qu’on est là, j’ai été bien plus souvent toute seule. Alors maintenant qu’il se rend à nouveau compte qu’il a une fille il agit comme un père ?! Ne voulant malgré tout, ne pas l’énervé plus que ça, je monte en voiture, met ma ceinture et ne décroche plus un mot.
Je bouillais, j’avais envie de lui hurler dessus, mais à quoi bon, il n’écouterait pas, il n’écoute jamais quand je lui parle. Il m’avait vraiment blessé en me disant que je n’étais qu’une irresponsable, je sais très bien ce que je fais, et je lui prouverai.

- On aurait jamais dut quitter Saskatoon, on était bien là bas.

Je soupir, et colle ma tête à la vitre de la voiture. Je voulais revoir ma mère, et mon petit frère, retrouver la famille que nous avions avant qu’on me retire ma mère et tout se bonheur. Je retire une de mes larmes qui c’est mise à couler le long de ma joue. Je ne devais pas pleurer, je me suis interdit de pleurer, sauf pour amadouer mon père. Là, c’était différent et je ne voulais surtout pas qu’il m’adresse la parole, qu’il me redonne son discours comme quoi c’était une opportunité pour son travail… mais nous avoir fait déménager ici, ça nous avait bien éloigné.

fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 2 Nov - 23:05


Dad i'm sorry, please excuse me...

Finalement, Sasha me rejoignit dans la voiture, et j’enclenchai la première, en laissant alors la voiture redémarrer doucement pour rejoindre la route principale et pouvoir rentrer. J’en avais plein le dos de cette journée, et si je n’avais pas été réquisitionné pour aller chercher Sasha au commissariat, je serais encore au tribunal. Je devrais la remercier, pour ça, mais j’étais vraiment furieux, pour cette fois. C’était rare que je me mette en colère à ce point et que je lui dise d’obéir, mais je ne savais pas ce qu’il lui prenait, ce soir-là ! Elle avait vraiment une dent contre moi, et ça n’allait pas se passer comme ça. Elle me connaissait pourtant, elle savait que j’étais plutôt cool et pour me pousser à bout, il fallait y aller, quand même… C’était comme si elle faisait exprès de me pousser dans mes retranchements, pour savoir jusqu’où j’irai. En rentrant, elle n’aurait plus qu’à aller s’enfermer dans sa chambre de toutes façons, parce que je me servirais un verre en vérifiant quelques dossiers ou en approfondissant d’autres affaires.

« On aurait jamais dut quitter Saskatoon, on était bien là bas. »

Je me demandai un instant si j’avais bien entendu, mais la question ne tourna pas longtemps dans mon esprit. Bien sûr qu’elle l’avait dit. Elle adorait Saskatoon. Pour elle, ce n’était pas une torture que de rester là-bas. Pour elle, c’était sa vie, ses amis, et peu importait que les tombes de sa mère et de son frère se trouvent à deux pas de chez nous. Moi, je ne pouvais pas y rester, et quand j’avais enfin pu partir, je l’avais fait. Que Sasha le veuille ou non. Elle était mineure, alors elle devait rester avec moi. Si ça l’emmerdait tant que ça, alors elle n’avait qu’à attendre ses dix-huit ans et partir après. Elle le regretterait peut-être, si jamais ses amis se fichaient d’elle désormais, et que son soi-disant petit ami si génial ne l’aimait plus. Pour ma part, il était hors de question que je retourne là-bas, même si j’adorais aussi Saskatoon. J’avais trop de souvenirs là-bas, et je ne le supporterais pas.

« Tu sais bien que je ne suis pas capable d’y retourner. »

Je ne rajoutai rien, et continuai de rouler, jusqu’à ce que l’on arrive à la maison. Ni Sasha ni moi ne parlâmes durant le reste du trajet et quand je garai la voiture dans la rue, j’attendis quelques instants pour savoir ce que ferait Sasha par la suite. Je savais très bien qu’elle ne décrocherait plus un mot, et ça m’attristait vraiment que l’on se lâche sur cette note négative. Maintenant qu’elle avait parlé de Saskatoon, j’étais à mon tour nostalgique de cette période où tout allait bien dans nos vies, où sa mère et son frère étaient encore là, avec nous. Dans un sens, je m’estimais heureux d’avoir encore ma fille. Elle aussi, elle aurait pu mourir, et elle ne se rendait pas compte de la chance qu’elle avait d’être là. J’étais peut-être le seul à le comprendre. Et du coup, j’étais le seul à souffrir en pensant à Saskatoon, de fait.

En soupirant, je finis par sortir de la voiture pour rentrer. Elle me suivit, en silence encore, et je la laissai passer devant moi à la porte, en la regardant s’éloigner vers sa chambre. Je secouai la tête en remarquant que la soirée allait être très gaie, et je me dirigeai vers le salon pour me caler dans un fauteuil et ne plus en bouger. Si elle voulait manger, elle n’aurait qu’à se débrouiller, puisqu’elle était si grande… Pour ma part, j’allais encore passer une bonne partie de ma nuit devant mes feuilles, à essayer de penser à autre chose pour ne pas déprimer. Si je n’avais pas décidé à l’avance de boire un verre de whisky, j’aurais bien pris un ou deux antidépresseurs, mais à quoi bon ? C’était mal barré déjà. Et puis, mieux valait que je reste soft, avec Sasha en colère, ce n’était pas une bonne idée de se mettre à l’envers. D’ailleurs, je ne savais même pas si je devais retourner la voir ou non. Ça m’inquiétait de la laisser comme ça après l’avoir disputée, mais je ne voulais pas non plus qu’elle croit que je m’en veuille pour ça… de fait, je pris le parti de ne rien faire, mais de tendre l’oreille de temps en temps, histoire de vérifier qu’elle allait bien. En somme, elle pouvait tout aussi bien faire le mur, je n’en saurais rien, puisqu’elle était enfermée dans sa chambre…

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 3 Nov - 18:44

   
Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Je ravale mes larmes, et je reprends ma tête fière, et non pas celle d’une fille triste. Alors je me concentre sur ma colère envers mon père.

- Tu sais bien que je ne suis pas capable d’y retourner.

Ce n’était pas une raison pour me faire partir loin de chez nous. Même si j’avais fini par accepter un minimum de déménager et tout, mais j’étais loin d’être vraiment heureuse ici alors que ça fait déjà un peu plus d’une année que nous sommes à Toronto. Lui ça lui fait peut-être du mal de vivre à Saskatoon mais moi c’est ici où je suis mal, je n’ai plus personne, et les gens de mon âge son vraiment différent. Ma meilleure amie me manque, et se voir par internet n’est vraiment pas pareil que de pouvoir être réellement dans la même pièce.

On arrive enfin à la maison, la voiture est stoppé et j’attends que mon père sorte de la voiture pour faire de même, et surtout qu’il ouvre la porte de la maison. Je n’avais pas envie de chercher mes clés dans le fond de mon sac. Une fois la porte ouverte, je me dirige vers ma chambre et je claque ma porte. Il devait bien comprendre que j’étais furieuse de ces paroles. Je me jette sur mon lit, et enfouie mon visage dans mon oreiller, et je bas des pieds comme une petite fille de 5 ans. Mais je devais vraiment faire partir ma colère. Je me connais assez pour savoir que sinon je vais faire une chose que je regretterais trente seconde après l’avoir fait.
Après un moment où je suis partiellement calmé, je sors ma tête de mon coussin, et je regarde la photo qui trône sur ma table de nuit. Ma mère me regardait avec un sourire et en même temps je m’imaginais ce qu’elle pourrait me dire. « Va t’excuser auprès de ton père, ma douce Sasha. » Sauf que là c’était plutôt à lui de venir s’excuser, je n’étais pas une incapable.

Le temps avait bien filé, et mon ventre commençait à avoir faim même si pour contenter mon estomac, je vais devoir aller à la cuisine, ce qui veut dire par conséquent voir mon père. Bon, je ne vais pas faire ma tête de cochon non plus trop longtemps, et puis je ne passerai pas la nuit sans manger. Je pars donc à la cuisine, et je fais le tour des placards. Bon, il me restait plus qu’à faire un truc simple et rapide et bien plus mangeable que ce que mon père me fait en temps normal.
Je me mets alors à la cuisine, mon baladeur dans les oreilles pour ne pas entendre mon père si il me parlerait. Je prépare alors une petite soupe asiatique, ajoutant des légumes frais. Une fois près, je me prépare un bol et en prépare un pour mon père. Même si je suis toujours en colère contre lui, je veux déjà lui prouver que je sais faire des choses, au contraire de ce qu’il pense. Quand je lui mets le bol sur son bureau, je ne lui décroche aucun sourire, mais je lui lance juste un petit pic. Alors pour le coup si je veux l’entendre, je dois enlever mes écouteurs.

- Ne t’en fais pas, ce n’est pas empoissé !
fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mar 4 Nov - 20:55


Dad i'm sorry, please excuse me...

Le temps défilait lentement, trop lentement à mon goût. J’avais eu le temps de revoir deux affaires, au dossier bien fourni à chaque fois, et il n’était même pas vingt-et-une heure. Je n’avais qu’une envie : passer à la journée du lendemain. Je voulais aller me coucher et ne plus bouger de mon lit. Dormir me paraissait être la meilleure solution pour oublier cette histoire, et pour ne pas déprimer en pensant à Penny et Sam. Mais encore une fois, il était tôt, trop tôt sûrement. Même Sasha ne devait pas encore dormir. J’aurais l’air tellement idiot… mais quitte à passer pour un vieux con, je pouvais tout faire ce soir, je commençais à avoir l’habitude, avec ma fille.

Pourtant, je me demandais si c’était normal que l’on en arrive là, elle et moi. Elle pouvait bien faire sa crise d’adolescence, je savais que ça finirait par arriver. Néanmoins, je pensais que ce serait quand même plutôt calme, et pas qu’elle finirait au commissariat. Elle avait de la chance, parce qu’elle n’aurait pas de casier judiciaire… mais quand même, l’idée lui avait traversé la tête et elle l’avait fait. Je ne l’avais pas élevée comme ça, et Penny non plus. Elle aurait détesté la savoir chez les flics. Elle n’aurait jamais laissé faire. Mais c’était arrivé, et je me demandais si, là-haut, ou peu importe où elle se trouvait maintenant, Penny avait vu ce qu’il s’était passé, était au courant de quelque chose et me reprochait de ne pas avoir été là. C’était clairement ce que Sasha me reprochait en tout cas, et ça me faisait peur, autant que mal, en fait. Parce que si Penny me reprochait la même chose, en étant morte, c’était pire que tout. Je ne voulais pas décevoir ma femme.. quand bien même ce serait totalement ridicule, parce qu’elle ne pouvait tout simplement pas être déçue.

« Ne t’en fais pas, ce n’est pas empoisonné ! »

Je n’avais pas vu Sasha arriver, et je l’avais encore moins entendue déposer quelque chose sur mon bureau. J’étais complètement absorbé par mes pensées et elle dut croire que j’étais encore en colère contre elle, ou bien que j’étais en train de travailler pour l’emmerder. Ca aurait pu être le cas, en fait. Mais j’étais passé au-dessus. La peur de perdre ma fille, la seule personne au monde qu’il me restait, c’était quelque chose qui m’empêchait de trop lui en vouloir quand elle faisait des bêtises. Je voulais la protéger avant tout, pas l’éloigner de moi, et pourtant, plus je continuais dans cette voie, plutôt c’était bouché. Au final, je la perdrais, comme n’importe quel père perd son enfant. En grandissant, le bébé devient femme et lorsqu’elle aura un véritable petit copain, je pourrais vraiment m’inquiéter et me faire des cheveux blancs. Là, je pourrais tout de suite prendre ma retraite et m’exiler très loin. Ma fille grandissait, c’était indéniable, mais je ne voulais pas le voir.
Aussi, pour retarder le moment où je me rendrais pleinement compte que ce n’était plus mon petit bébé et qu’elle avait bien grandi, je m’intéressai à ce qu’elle avait fait, et au bol qu’elle m’avait préparé. Elle savait que je n’étais pas fan des trucs asiatiques, pourtant. Mais je n’allais pas faire la fine bouche et l’énerver encore plus, alors je la mangerais sa soupe.

« Merci Sasha… tu veux manger avec moi ? »

C’était une offre qu’elle ne pouvait pas refuser. Elle voulait passer du temps avec moi, et je lui en offrais, pour une fois. Certes, ce n’était pas très sympa de ma part de le faire si tard, mais mieux valait tard que jamais, non ? De fait, si elle m’envoyait sur les roses, je le comprendrais autant que je le condamnerais. J’avais l’habitude de manger seul, parce que souvent je rentrais quand elle était déjà presque endormie. Ce n’était pas quotidien, mais ça faisait un bout de temps que l’on n’avait pas partagé un autre repas que le petit-déjeuner.

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mer 5 Nov - 22:14


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
C’est une fois le bol poser près de lui que je me rappelle qu’il n’aimait pas spécialement les trucs asiatiques. Tant pis, il mange ou pas, ça ne me dérangerai pas plus que ça. Enfin si ça m’énerverai une fois de plus. Mais bon, en se moment on se fait une petite guéguerre, ça passerai bien un jour.

- Merci Sasha… tu veux manger avec moi ?

Je le regarde, j’étais toujours en colère contre lui alors passé du temps avec lui alors que je meurs d’envie de lui crier après ça ne me parait pas une bonne idée. Mais pour une fois qu’il veut bien passer du temps avec moi, je ne devrais pas laisser filer cette opportunité.

- ouais, okay… il doit y avoir une redif de Star Wars à la télé….

C’était un peu trop désinvolte, mais je ne voulais pas lui montrer que ça me faisait plaisir qu’il fasse enfin l’effort de passer un peu de temps avec moi. Je me dirige alors dans le salon et pose mes fesses sur le canapé tire une couverture sur mes jambes. J’attrape la télécommande et met la chaine ou Star Wars est rediffusé. Mon bol sur les genoux je commence à regarder la télé. Mon père arrive près de moi, et je le regarde un moment après une cuillère avalé, je prends un grande inspiration et je me lance.

- Je suis désolé papa… vraiment… je ne voulais pas faire ça… tu sais…

Je pensais à ma mère, et elle n’aurait vraiment pas voulu que je fasse ça. Alors je devais bien de vraies excuses. Je suis vraiment sincère, je me sentais vraiment stupide, et vraiment désolé pour mes actes. Ma mère ne serait pas du tout contente que je fasse ça. De plus elle n’apprécierait pas la situation entre mon père et moi. Nous étions si complices quand j’étais petite. Et mon papa joueur et rieur me manque. Il a tout perdu en même temps que nous avons perdu maman et Sam…

- Mais… papa, tu m’as fait du mal…. Je ne suis pas une incapable… je peux faire plein de chose, je te le prouverai…

J’avais continué sur ma lancé, tout lui sortir pour être tranquille, mais en faite je commence à paniqué, je regrette déjà de lui avoir dit ça. Maintenant il va vouloir parler et j’en ai plus envie. Enfin pas de ces choses là. Mais qu’est-ce qui m’a pris de lui dire ça moi ! Je me cache dans mon bol et fixe la télé, il va peut-être comprendre qu’en faite je ne veux pas réellement parler.
fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Ven 7 Nov - 21:19


Dad i'm sorry, please excuse me...

J’eus un moment de doute en voyant Sasha réfléchir. Elle allait sérieusement me laisser en plan alors que je lui proposais de passer du temps avec moi ? Si elle faisait ça, c’était clair que la prochaine fois qu’elle se retrouverait au commissariat, ou je ne savais où, parce qu’elle avait fait des conneries, elle pourrait toujours se brosser pour que je vienne. Les efforts étaient à faire dans les deux sens, et ce n’était pas parce qu’elle était de mauvaise humeur que j’allais devoir payer le prix fort. En même temps, elle aurait raison de me dire non, ça me ferait les pieds. Mais quand même, je faisais des efforts, cette fois, alors que j’aurais pu passer toute ma soirée à travailler. Elle avait de la chance que je n’aie pas la tête à ça, pour une fois.

« ouais, okay… il doit y avoir une redif de Star Wars à la télé…. »

Star Wars, saga fédératrice entre tous les peuples avait encore frappé. Ce n’était pas que je n’aimais pas Star Wars… mais j’étais un fan des premiers films, et quand tout avait été popularisé une nouvelle fois dans les années 2000, j’avais cru devenir dingue. Montrer la jeunesse de Dark Vador, et puis quoi encore ? J’étais de la vieille école, certes, mais mon affliction ne s’arrêtait pas là. En effet, elle empirait quand je voyais que Sasha était absolument absorbée par l’histoire entre Padmé et Anakin. Et malheureusement pour moi, ce soir-là, on avait droit à une rediffusion de L’Attaque des clones. Bref, puisque Sasha avait jeté son dévolu sur le programme télé, je n’avais rien à dire, et c’était toujours mieux qu’une émission débile. Je vins donc m’asseoir à côté d’elle pour dîner. Je sentais le regard de Sasha sur moi, mais je ne dis rien, trop occupé par la soupe qu’elle avait fait et par la télévision. Je croyais qu’elle ne voulait pas parler et qu’elle faisait la gueule de toutes façons, alors j’allais jouer dans son jeu.

« Je suis désolé papa… vraiment… je ne voulais pas faire ça… tu sais… »

Ah quand même ! Il allait peut-être neiger dans la minute, là. Elle venait de s’excuser, et je pensais qu’elle ne le ferait jamais. Ce n’était pas son genre, déjà, et puis j’avais cru comprendre qu’elle n’avait pas l’intention de le faire. J’étais satisfait qu’elle le fasse, quand même.

« Mais… papa, tu m’as fait du mal…. Je ne suis pas une incapable… je peux faire plein de chose, je te le prouverai… »

Je faillis lever les yeux au ciel. Je n’avais pas dit qu’elle était une incapable et je ne voulais pas qu’elle le croit, bien au contraire. Je voulais simplement lui ouvrir les yeux quant au fait que la réalité est parfois une chienne et que la vie est dure. Tout n’est pas une partie de plaisir et elle le savait déjà mieux que personne. Si tout était rose dans cette vie, elle aurait encore sa mère et son frère. Ce n’était pas le cas. Pour autant, je ne voulais pas qu’elle croit qu’elle était incapable. Elle savait faire des choses… J’avais sûrement usé des mauvais mots pour lui expliquer le fond de ma pensée, et en plus, j’étais en colère quand j’avais dit ça.

« Tu n’es pas une incapable Sasha. Et je sais que tu peux faire plein de choses, tu es brillante. »

J’espérais que ces mots, rien que ça, pourraient l’aider à comprendre que je ne pensais pas une seule seconde ce qu’elle avait pu croire. Loin de moi l’idée de rabaisser ma propre fille, au contraire. Je la trouvais géniale, et elle savait faire des trucs. Rien que cette soupe, c’était quand même autre chose que les plats de pâtes que je faisais quand je prenais le temps de faire à manger. Et puis, elle était douée à l’école. Je n’avais vu de résultats décevants, et j’étais sûr qu’elle réussirait à aller loin. Peut-être même que, si un jour elle le désirait, je pourrais l’aider à faire du droit. Après tout, c’était mon devoir de père. Néanmoins, je n’étais pas persuadé que le droit l’intéresse vraiment. Pas après tout ce qu’elle avait pu vivre à cause de moi.

« Tu veux trouver un job ? Vas-y ! Mais fais en sorte de ne pas louper de cours, et que ça ne te prenne pas tout ton temps. Je sais que tu peux le faire, mais suis ce conseil : garde du temps pour toi, et pour te détendre. Vraiment. Ne fais pas comme moi... »

En quelques sortes, je reconnaissais par là mes torts. C’était déjà un grand pas, non ? Elle devrait en être contente et pourtant, je n’étais pas certain qu’elle serait satisfaite avec cela. Au moins, je lui donnais l’autorisation pour qu’elle travaille. Si après cela, elle trouvait encore que je pensais qu’elle était incapable, il faudrait m’expliquer ce qui ne tournait pas rond entre nous.

« Ta soupe est super bonne. »

Et pour une fois, je ne mentais pas. Je n’en raffolais pas, certes, mais ça se buvait comme du petit lait. Non pas que j’en veuille tous les soirs, quand même, mais au moins, j’étais fier que ma fille sache faire ça et qu’en plus ce soit bon. Et ça méritait d’être souligné, selon moi. De fait, elle pouvait se rassurer : elle était loin d’être une incapable, bien au contraire !

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 9 Nov - 22:17


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Il allait me répondre quoi à ça ?! Et franchement, si il me dit qu’il n’a pas voulu dire ça, j’aurai du mal à le croire. Quand il dit quelques chose c’est souvent parce qu’il le pense. Je le connais bien mon père. Mais quand même me dire ça à moi, sa fille, c’était quand même fort…

- Tu n’es pas une incapable Sasha. Et je sais que tu peux faire plein de choses, tu es brillante.

Bah voyons, maintenant il essaie de se rattraper. Sauf que je ne suis pas non plus stupide. Il ne veut pas me rabaisser et pourtant il l’avait fait. Et ça me reste dans la tête. Qu’il était en colère ou non il l’avait dit.

- Tu veux trouver un job ? Vas-y ! Mais fais en sorte de ne pas louper de cours, et que ça ne te prenne pas tout ton temps. Je sais que tu peux le faire, mais suis ce conseil : garde du temps pour toi, et pour te détendre. Vraiment. Ne fais pas comme moi...

Alors là, il m’en bouche un coin, il m’autorisait à travailler ? Je n’en reviens pas… Je pensais qu’il allait me l’interdire parce que nous n’avions pas franchement besoin d’argent, je pouvais toujours lui en demandé et il m’en donnait sans trop me poser de question. Mais qu’il ne me dise simplement que je dois garder du temps pour mes études ça me laisse bouche bée. Je décroche alors lentement de la télé, et je tourne la tête vers lui.

- Ta soupe est super bonne.

Là il devait être malade, il devait même avoir de la fièvre pour me dire ça. Il n’était loin d’aimer ce genre de soupe.

- Tu as bu ? Tu es fiévreux ? Si il faut que j’appelle un médecin, dit le moi !

C’était bien trop étrange tout ce qu’il venait de me dire. D’une il a cessé de crier dessus, après il m’autorise à travailler, et là il me fait un compliment sur ma cuisine ! C’est juste étonnant. Je pose mon bol vide sur la table et je me tourne vers lui.

- Papa, tu es sur que tu vas bien ? Tes propos me font légèrement peur là !

Je fais ma fille un peu choqué, ce qui était mon cas dans un sens, mais surtout je joue un jeu avec lui. Nous fonctionnons très souvent comme ça, et nous finissons la plus part du temps par rire. Mais là je ne sais pas si j’aurai le cœur à ça. J’ai toujours en travers de la gorge les paroles qu’il m’a dites quand il était énervé. Même si il essaie de se rattraper du mieux qu’il le peut. Je voudrais bien de vraie excuse mais venant de lui, je peux toujours attendre qu’il y est de la neige à L.A…

fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 10 Nov - 17:48


Dad i'm sorry, please excuse me...

Le regard de Sasha s’arrondit alors que je lui racontais tout : que je ne la prenais pas pour une incapable, qu’elle pouvait se trouver un job si elle le voulait… A croire qu’elle ne s’attendait pas du tout à ce que je lui dise une chose pareille. Et je l’achevai en complimentant sa soupe. J’eus envie de rire en voyant sa tête, mais je me retins, de peur qu’elle ne le prenne mal et qu’elle ne se vexe. Ce n’était pas la soirée pour se moquer… Définitivement pas ! Elle finit par se tourner vers moi pour mieux me regarder et elle posa même son bol vide sur la table basse. Je restai silencieux et interdit en attendant qu’elle parle, ce qu’elle ne tarda pas à faire.

« Tu as bu ? Tu es fiévreux ? Si il faut que j’appelle un médecin, dit le moi ! »

Mon envie de rire redoubla et j’eus bien plus de mal à me retenir ; je tins bon néanmoins. Il ne fallait pas qu’elle croit que je plaisantais lorsque je parlais de ses capacités ou bien du travail qu’elle voulait effectuer. Elle allait prendre la mouche et me faire la gueule pour de bon si jamais elle se méprenait. Autant dire que mieux valait pour moi que je ne rigole pas, si je voulais parler à ma fille, dans le futur. Je ne voulais pas que l’on se brouille elle et moi.

« Papa, tu es sur que tu vas bien ? Tes propos me font légèrement peur là ! »

Bon… certes, j’avais un peu bu, un verre ou deux, mais quand même il ne fallait pas exagérer. J’étais encore tout à fait conscient de ce que je lui disais, et je n’étais pas malade. Je n’avais donc pas le droit de faire des compliments à ma fille chérie ? C’était si étrange que cela ? Parce que si c’était vraiment bizarre, alors je commencerais à me poser des questions. Je savais que ça n’arrivait pas souvent, parce que je n’étais jamais là, mais quand même. Je n’étais jamais avare en compliments d’habitude, et quand elle ramenait son bulletin de notes, c’était même un festival. C’était sûrement parce que l’on s’était engueulés juste avant et que du coup, je passais du coq à l’âne, du chaud au froid. Néanmoins, il n’y avait rien d’étrange à ce que je lui disais, quand même !

« Non, non, je vais très bien, et je suis pas ivre, je pense tout ce que je viens de te dire, Sasha ! »

Son regard s’arrondit encore plus et cette fois, je lâchai un petit rire, en lâchant l’affaire pour de bon. Je ne pouvais plus me retenir devant sa tête et je pouffai, mi-moqueur, mi-amusé. Elle était adorable, comme ça. Je vis d’ailleurs que le fait que je ris ne la faisait pas se renfrogner, c’était une bonne chose, donc. Je pouvais continuer, sans exagérer, toutefois. Je me calmai bien rapidement quand même, en remarquant qu’elle ne riait pas plus qu’avant.

« Pourquoi ça t’étonne ? J’étais énervé, tout à l’heure, je le pensais pas… Promis ! »

Elle n’allait tout de même rester là-dessus toute la soirée et toute la nuit ? Ce n’était rien quand même, elle pouvait bien passer l’éponge, surtout que j’étais en train de lui dire que ce n’était pas voulu, que ce n’était pas intentionnel, et que surtout, je ne le pensais même pas. Que voulait-elle de plus à cela bon sang ? Ce n’était quand même pas sorcier, si ? Je savais qu’elle était légèrement susceptible, mais j’étais pratiquement en train de m’excuser auprès d’elle et… oh. C’était ça qu’elle voulait non ? Des excuses ? Elle me faisait penser à Penny dans ces moments là, parce que Penelope voulait toujours que je m’excuse, mais ne me le demandais jamais. Comme si je pouvais savoir ce qu’elle voulait à quel moment. J’avais beau l’adorer du plus profond de mon âme et la connaître par cœur, je ne pouvais pas lire dans ses pensées. Et c’était pareil pour ma fille, bien sûr.

« Excuse-moi, Sasha. »

Elle allait finir par tomber dans les pommes si je continuais de faire des trucs comme ça, je le vis bien. Déjà qu’elle manqua de tomber du canapé… il était temps que la soirée se termine, qu’elle aille se coucher, ou un truc comme ça …

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 10 Nov - 23:45


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
J’attends sa répartit, il en a toujours et il fallait mieux pour son travail, ce qui le rend assez exceptionnel dans ce qu’il fait. Mais avec moi parfois, c’est hyper énervant parce qu’il arrive toujours à avoir ce qu’il veut avec moi. Enfin ça c’était avant, maintenant j’arrive à lui cacher des trucs. Je le fixe toujours essayant de trouver ce qui pourrait clocher chez lui. Il avait bu ? Je sais que ça lui arrive même jamais à ne plus savoir quoi dire.

- Non, non, je vais très bien, et je suis pas ivre, je pense tout ce que je viens de te dire, Sasha !

Bon il a les idées clair, mais devais je vraiment le croire. Oui, surement, c’est mon père après tout et il n’a jamais voulu me faire du mal. Alors je pouvais le croire, il avait parlé sous le coup de la colère. Mais j’ai quand même du mal à croire, c’est plus fort que moi.

- Pourquoi ça t’étonne ? J’étais énervé, tout à l’heure, je le pensais pas… Promis !

Et bien oui, ça m’étonne quand même. Pour moi, énervé ou non il n’avait pas le droit de dire certaine chose. Et j’ai beaucoup de mal à accepter ses paroles.

- Excuse-moi, Sasha.

Je le regarde, il m’épatait ! C’était une des rares fois où il s’excusait. J’avais bien envie d’aller me mettre dans ses bras et de le serrer fort contre moi. Mais j’avais ma fierté et mon caractère. Si je baissais les bras dès maintenant, il aura gagné et je ne veux pas, enfin pas encore.
Je le regarde avec un petit air supérieur et un petit sourire bien dissimulé.

-Excuse accepter… mais s’il te plait ne me le redis plus jamais papa, ça m’a fait vraiment très mal…

Je voulais lui faire vraiment bien comprendre que parfois certaines paroles font plus mal que des actes. Il n’était pas dans un tribunal quand il était avec moi, tout ce qu’il pouvait dire avait bien plus d’impact. Parce que là, c’était sur moi que ça agissait et par conséquent sur lui aussi. Parce que si j’étais de mauvaise humeur, il le savait. Enfin quand il était à la maison.

Il me fait des oui avec la tête, le message était passé, maintenant à voir dans l’avenir si ça fonctionne. Je fini par bouger un peu mes fesses et me rapprocher de lui. Il avait fini son bol, et je me glisse dans ses bras.

- Papa…. Soit un peu plus à la maison s’il te plait… je ne te vois plus…

Il me manquait mon père, depuis que nous sommes ici, nous avions pas passer beaucoup de soirée ensemble et celle que nous avons à ce moment précis était la première depuis au moins plusieurs mois.


fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Dim 16 Nov - 14:08


Dad i'm sorry, please excuse me...

Allez, elle ne pouvait tout simplement pas résister et rester insensible à ce que je lui disais, et à mon charme naturel. Même Liz’ ne résistait pas. Et pourtant, elle essayait. Penser à Liz dans un moment pareil n’était pas du tout de bon goût, surtout pas devant ma fille, mais elles n’en sauraient rien, ni l’une ni l’autre. C’était mieux comme ça, bien évidemment. Pour en revenir à Sasha, elle ne pouvait tout bonnement pas me dire que ça ne lui faisait rien que je m’excuse. C’était important pour elle, et puis, ce n’était pas rien. Je n’avais pas spécialement l’habitude de m’excuser. C’était une chose qui n’était pas innée chez moi et je détestais ça en plus. Mais pour ma fille, rien n’était trop beau, bien sûr, c’était ma fille !

« Excuse accepter… mais s’il te plait ne me le redis plus jamais papa, ça m’a fait vraiment très mal… »

Je n’aimais pas spécialement le ton condescendant qu’elle prenait pour me répondre, mais je comprenais qu’elle le fasse. Evidemment, elle n’allait pas se priver. Si elle pouvait mener son père en bateau et l’emmerder, elle le ferait forcément. Enfin tout de même, j’aurais préféré qu’elle soit plus délicate, si possible. Je n’étais pas spécialement délicat avec elle, cependant, ça devait être pour cette raison qu’elle me menait la vie dure. Elle avait raison. Et je ne pouvais que confirmer ce qu’elle disait, et hocher la tête pour lui promettre que je ne le referais plus. J’avais l’impression d’être un enfant, et de devoir faire des promesses à mes parents. Comment ça pouvait arriver hein ? Sasha était ma fille, et pas ma mère, c’était ridicule… et pourtant…
Mais contrairement à tout ce que je pouvais attendre, Sasha ne s’arrêta pas spécialement là. Elle vint se blottir dans mes bras, et je faillis me décrocher la mâchoire, tellement j’étais bouche bée. C’était fort, quand même, d’abord elle ne voulait plus me parler, ensuite elle me faisait de la soupe, puis je m’excusais et elle me prenait dans ses bras. C’était le monde à l’envers ! Je n’allais pas m’en plaindre non plus, j’aimais bien la tenir dans mes bras, ça me rappelait le passé, quand elle était petite et que j’étais le meilleur des papas du monde. Quand elle était entourée et que je n’étais pas seulement à la maison sept heures par jour. C’était mieux avant, oui. Mais rien n’était plus comme avant, alors pourquoi vouloir que ça continue ? On ne pourrait jamais recréer ce que nous avions, parce qu’il nous manquait deux êtres fondamentaux à cette situation.

« Papa…. Soit un peu plus à la maison s’il te plait… je ne te vois plus… »

La supplique qu’elle m’adressait me fit frémir, parce qu’évidemment, je savais que ce sujet reviendrait sur le tapis. Mais je ne pouvais tout simplement pas passer plus de temps ici, pas en ce moment en tout cas. J’avais des tas d’affaires à traiter, de la paperasse à rédiger, parapher et signer, et des plaidoyers à préparer. Autant le dire de suite : je n’étais pas aussi disponible qu’elle le voudrait. Alors bien entendu, ça ne lui plaisait pas, et ça ne me plaisait pas plus qu’à elle, de ne pas pouvoir rentrer quand je le voulais pour passer du temps avec elle. Mais c’était juste impossible pour l’instant, techniquement. Plus tard, quand la vague de procès sera passée, je pourrais… mais elle n’allait pas comprendre, si je lui disais que ce n’était qu’une question de temps. Elle se mettrait de nouveau en colère, et tout ce que je pourrais faire, ce serait de lui dire que je faisais de mon mieux pour qu’on soit heureux tous les deux avec ce qu’on avait. Ce n’était quand même pas de ma faute si j’étais un forcené du travail, si ?  Je le faisais pour elle.

« Je vais faire de mon mieux, ma chérie. »

Que pouvais-je lui dire de plus ? D’autre ? Elle me tuerait si je lui disais que durant les prochaines semaines, voire les prochains mois, rien n’allait changer. La justice est lente, longue et minutieuse, et les procès sont plus ou moins longs également. Que pouvais-je y faire ? Rien du tout, à part travailler plus dur encore pour être imbattable et les mettre tous au tapis ! Mais encore une fois, plus je travaillais, plus elle m’en voulait. Et elle détestait le fait que je m’occupais le plus souvent de malfrats et que je les aidais. Quoi, je n’allais quand même pas changer de carrière pour elle ! En plus, j’avais assez de Liz’ qui n’arrêtait pas de m’emmerder au boulot…

« Tu sais, ça va prendre du temps quand même.. mais je te promets que je vais faire un effort ! »

Je ne savais pas exactement ce qui m’avait pris de dire un truc pareil. C’était me tirer une balle dans le pied, vraiment, parce qu’elle allait forcément sauter sur l’occasion pour me dire que j’étais un tocard qui préférait son travail à sa famille… Avec un peu de chance, elle serait compréhensive et pourrait éventuellement m’accorder un délai, mais je n’y croyais pas trop !

copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 17 Nov - 22:21


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Avec lui, je parle souvent dans le vent, je lui parle et il fait semblant de m’écouter. Et pourtant, pour une fois il m’avait vraiment écouté. C’était une grande première. Enfin je ne sais pas si il m’a réellement entendu, on si il fait comme d’habitude et que je veux tellement le croire que j’imagine qu’il m’a entendu pour de bon.

- Je vais faire de mon mieux, ma chérie.

Je me blottis un peu plus contre lui. Il me faisait une sorte de promesse là ? non ? Et le petit nom qu’il me donne, c’est bien rare. Il me le dit vraiment quasi jamais, et même si parfois ça m’agace qu’il le dise, là ça me fait du bien, réellement. En plus, il le disait toujours à maman…

- Tu sais, ça va prendre du temps quand même.. mais je te promets que je vais faire un effort !

Je relève un peu la tête avant de l’enfouir à nouveau contre lui. Un effort, c’était tout ce que je lui demandais, même si je savais pertinemment que demain, il ne serra pas présent pour le diner, et qu’il rentrera quand je dormirai… Et dans quelques semaines on se reprendra la tête pour la même chose. Mais bon cet fois j’éviterai de me retrouver au commissariat pour passer un peu de temps avec lui…

- Un gros alors… parce que tu me l’as déjà dit ça….

Je ne voulais plus qu’il ne tienne plus ses promesses, mais je sais très bien que ça ne changera rien. Alors je dois profiter du moment présent avec lui, du peu que je l’ai pour moi.

- Papa… on pourrait essayer une soirée ensemble au moins le dimanche…. Tu peux prendre au moins une journée de repos non…. Rien qu’une… pour être avec moi….

On passait du temps ensemble avant, avant que maman et mon petit frère nous laisse tous les deux.
On passait des dimanches à jouer au jeu vidéo à regarder des films, ou encore jouer dehors, on faisait tellement de chose avant… Ca me manque de passer du temps avec lui, de parler, même si je n’ai rien à lui dire de précisément. En repensant à nos journées, je souris, c’était si bien… mais nous ne pourrons plus jamais en faire, rien n’est plus comme avant, plus jamais rien ne sera comme avant… Ah si maman était encore là…. Elle saurait quoi dire à papa pour qu’il change un peu…



fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Lun 17 Nov - 23:57


Dad i'm sorry, please excuse me...

Je savais bien que malgré ce que je disais, ça n’allait pas changer les choses. Même Sasha n’y croirait pas de toutes façons. Je le savais, elle était loin d’être idiote, et elle savait que malgré mes belles paroles, je n’allais pas forcément faire d’efforts. J’étais un bon menteur. J’étais un avocat, après tout, et même si je devais dire la vérité, toute la vérité, tout comme mes clients… je n’en étais pas moins une véritable perle en ce qui concernait les mensonges. Au point où j’en étais, je n’avais même plus honte de me comporter ainsi avec ma propre fille. De toutes façons, comment ça pouvait changer ? Quand elle me murmura presque imperceptiblement qu’il fallait que je fasse un gros effort, parce que je lui avais déjà dit que j’allais en faire. Forcément, elle ne me croyait déjà pas, et il fallait qu’elle me pousse à en faire plus.

« Papa… on pourrait essayer une soirée ensemble au moins le dimanche…. Tu peux prendre au moins une journée de repos non…. Rien qu’une… pour être avec moi…. »

Je comprenais sa détresse, évidemment, je savais qu’elle repensait à tout ce que l’on pouvait faire avant, quand nous étions encore quatre. Il était dur pour moi de vouloir passer du temps à la maison, de mon plein gré. Ca me ramenait de trop vieux démons qu’il ne fallait plus que je vois. Je n’en pouvais plus de repenser à Penny et à Sam, et si je pouvais éviter ça, je le faisais avec plaisir. Mais Sasha en prenait pour son grade, et c’était terrible pour elle, bien sûr. Je ne savais pas comment faire pour que ça change. Je savais qu’elle voulait passer du temps avec moi, mais là, rien que de passer du temps avec elle dans le canapé, devant un film, sans penser à mes clients, et en laissant mon cerveau en pause, c’était trop pour moi. Je finirais clairement ma soirée avec deux antidépresseurs et un verre d’eau et le lendemain, je reprendrais le cours de ma vie. Ce n’était pas bon pour Sasha, mais je ne pouvais pas faire autrement. Les tribunaux m’empêchaient de déprimer. Elle pouvait le comprendre aussi, non ? Néanmoins, je savais que je n’aurais pas le choix, pour la prochaine fois. C’est pour cette raison que je décidai de prendre les choses en main, malgré toute ma volonté.

« Ok, Sasha. Alors dimanche, je vais passer toute la journée avec toi, c’est promis. Je vais pas m’occuper de mes affaires, je vais pas m’enfermer dans le bureau, on va faire ce que tu veux. Tout ce que tu veux. Ca te va ? »

C’était un grand pas, quand même, surtout pour moi. Et une promesse était une promesse, alors je n’allais pas changer d’avis. Je n’étais pas du genre à me défiler comme ça, même si une fois n’était pas coutume. J’allais peut-être passer du temps avec elle ce dimanche, mais je savais que le lendemain, je reprendrais mes vieilles habitudes et que ce n’était pas bon. Mais comment changer ? Et pourquoi, également ? Je faisais souffrir ma fille en essayant de moins souffrir de mon côté. C’était égoïste, oui. Mais c’était un moyen pour moi de ne pas sombrer, de garder la tête hors de l’eau. Sasha ne le comprenait pas, elle était jeune pour ça et pourtant, je savais qu’elle avait eu quelques périodes de dépression elle aussi … et je n’avais pas été là pour l’aider. Il serait temps que je réussisse à changer.

« Ta mère et ton frère me manquent… »

Je l’avais murmuré, je ne savais même pas si c’était audible ou non, je n’étais pas sûr qu’elle m’ait entendu. Pourtant, je la sentis rapidement me serrer doucement dans ses bras, et je compris qu’elle avait pigé ce que je venais de dire… et qu’elle partageait ce sentiment. Evidemment, s’ils étaient encore là, rien n’aurait été pareil. Je n’aurais pas été aussi absent, et Sasha n’aurait pas autant souffert. Je ne serais sûrement pas un excellent avocat, je ne serais sûrement pas le meilleur de Toronto, parce que je ne consacrerais pas tout mon temps à mes affaires. J’aurais encore une famille et j’en profiterais à fond. Mais ma famille, elle avait disparue en même temps que Penelope et Samuel…
copyright crackle bones

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   Mar 18 Nov - 22:25


Dad, I'm sorry... please excuse me...
Aaron & Sasha
Je suis dans la meilleure des positions, même si c’était étrange pour une ado de 16 ans d’être dans les bras de son père. Pourtant je suis bien la plus heureuse pour le moment. Je suis avec mon père, et ça, ça ne m’était pas arrivé depuis de très long moment.

- Ok, Sasha. Alors dimanche, je vais passer toute la journée avec toi, c’est promis. Je vais pas m’occuper de mes affaires, je vais pas m’enfermer dans le bureau, on va faire ce que tu veux. Tout ce que tu veux. Ca te va ?

Si ça m’allait ?! Bien sur que ça m’allait, je vais avoir une journée avec lui, c’est tout ce que je souhaitais. Maintenant il devra tenir promesse jusqu’à dimanche, et c’était une autre pair de manche ça. Je le sens gros comme une maison que samedi soir, il va me faire faut bon. Mais comme on dit, l’espoir fait vivre, alors je garde espoir.

- Ta mère et ton frère me manquent…

Il l’a dit si doucement que j’ai du mettre en marche mon décodeur. Je me serre contre lui, parce qu’à moi aussi ils me manquaient. La douceur de ma mère, et le rire de Sam… Aujourd’hui j’ai oublié la voix de ma mère, et le rire de mon petit frère. C’est juste horrible petit à petit je commençais à oublier beaucoup de chose d’eux…
Je me blottis le plus possible contre mon père, il avait besoin de moi autant que j’avais besoin de lui, mais nous nous étions éloigné depuis que nous sommes arrivés ici…
Profite de se moment avec lui, je ferme les yeux, et lentement le film devient sourd, et les images flou.

Quand j’ouvre les yeux, je n’étais plus dans le salon, et mes pieds ne touchaient plus l sol. Ma tête est posée sur l’épaule de mon père, et je le tenais par le cou. Il me portait donc dans ma chambre… Pourquoi il ne m’a pas réveiller ? Ca lui aurait évité de risquer de se faire mal au dos. Je ne suis pas très lourde, mais je n’ai plus 4 ans non plus.

- Papa…

Il me fait un bisou sur le front qui me fait sourire, je me sens en confiance, en sécurité dans ses bras. Je me laisse aller, luttant pour ne pas me rendormir aussitôt. Mais je devais me mettre en pyjama avant de me glisser dans mon lit.

Nous arrivons dans ma chambre et délicatement je retrouve le moelleux de mon lit. Mon cher père me recouvre de ma couette, et je le regarde d’un œil.

- Je t’aime papa…

Je ferme alors de nouveau les yeux, pour m’endormir à nouveau, tant pis pour le pyjama…




fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] Dad, I'm sorry... please excuse me... Aaron/Sasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: