Partagez | 
 

 Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Mer 4 Fév - 22:31


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Je commençais réellement à être épuisé. J'ai enchaîné ma journée de cours avec mon service au restaurant. Et se soir, il y avait eu du monde. La je voulais juste être dans les bras de Ryan et dans mon lit. A la place, je me retrouve encore au commissariat à attendre mon père. Les flics devraient changer leur chaise, j'ai mal aux fesses à force d'être assisse dessus. Ils ont mis quoi des planche en bois ? Je soupir assez bruyamment pour bien montrer mon mécontentement d'être ici contre mon gré, au lieu d'être chez moi bien au chaud et assis bien confortablement. Pourquoi ils sont obligé d'appeler mon père ? Parce que je suis mineur… ce n'est pas une raison pourtant. Je n'ai rien de grave a part une petite coupure à la lèvres. Ils avaient fait venir un médecin et j'allais bien. Alors qu'est-ce qui les obligeaient à me garder ici ?
Je regarde autour de moi, il n'y avait que des vieux moches et avec un air non amicale. Sauf cette fliquette qui avait regarder mon père d'un drôle d'oeil la dernière fois. D'ailleurs je la fixe, si elle avait des vue sur mon père, elle allait devoir oublier et vite. PERSONNE NE TOUCHE A MON PERE !
Ca faisait déjà 2h que j'attendais ici, 1h30 qu'ils avaient appeler mon père, mais qu'est-ce qu'il pouvait bien faire à 0h30, de plus urgent que sa fille, sa chaire de sa chaire… moi ? Une femme ? Si c'était le cas, il allait m'entendre. Comment il pouvait oublier maman si vite ?

On m'avait pris mon téléphone, du coup, pour attendre plus patiemment je ne pouvais même pas envoyé un message à Ryan. D'ailleurs j'avais hâte de le voir dimanche. On se voyait peu, par que j'avais mes cours, et lui il devait reprendre la fac, et aussi retourner travailler avec son détective. Bref, il me manquait, et je voulais me retrouver dans ses bras, et qu'il m'embrasse encore. C'est si agréable de sentir ses lèvres sur les miennes. Malgré tout, j'éviterai de lui parler de mon aventure au commissariat pare que je devrais lui expliquer pourquoi je devais attendre mon père….

Je baille, luttant pour ne pas m'endormir sur cette chaise ou planche de bois inconfortable. Quand tout a coup, la porte d'entrée s'ouvre dans un grand bruit sourd qui me fait sursauter. Un homme en costard, furieux s'approche de moi en hurlant. Il avait sortie mon nom en entier, ce n'était pas bon signe pour moi. Je voulais m'enfuir ou me transformer en une petite souris pour me cacher dans un trou. J'avais l'impression que mon père c'était transformer en Mister Hyde, ou en Hulk version rouge. Il me faisait peur et c'était bien la première fois. Je sens les larmes monter, mais je ne voulais pas lui faire se plaisir là, pleurer devant lui. Malgré tout une larme s'échappe mais je me dépêche de l'écraser.

- Monsieur, calmez-vous voyons ! Ca ne serre à rien de vous mettre dans cet état là !

Je regarde le flic qui prend ma défense, il avait pas l'air trop con lui au moins. Que lui arrivait il à mon père, je le reconnaissais pas. Qu'est-ce qui avait bien pu le mettre dans un état pareil ? Moi ici, ou le fait que je l'ai fait louper une partie de jambe en l'air ?
De toute manière, il passe pour un con à me hurler dessus comme ça et va vite déchanter quand il saura la raison d'être ici.


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Ven 13 Fév - 18:45


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Il y avait parfois des jours où j’aurais préféré ne jamais être père. C’était peut-être dégueulasse à dire, j’en avais conscience, mais quand j’enquillais une journée entière de tribunal, face à un avocat complètement débile qui ne connaissait même pas son boulot, je voulais juste rentrer chez moi, boire un verre et travailler sur des cas et des affaires plus intéressants. Ce jour-là, j’étais face à Maître Stanton. Un abruti de première. Un gamin d’à peine vingt-huit ans, qui avait décroché son premier contrat avec le cabinet d’en face, les méchants, les ennemis comme je les appelais. Même notre nouvelle avocate, Lawson, était plus intelligente que ce timbré. Il n’était pas le plus brillant de sa promotion, il avait décroché son contrat en passant sous le bureau de l’avocate principale et il avait décroché son poste sans le mériter, ce que je détestais purement et simplement. Quand ma secrétaire m’avait expliqué que j’allais me retrouver face à lui pour ce procès, j’avais soupiré, j’avais levé les yeux au ciel, et j’avais voulu le tuer. Je m’étais demandé, l’espace d’une seconde, si c’était réellement illégal de tuer un homme. Il n’était pas dur à battre. Ce pauvre type était complètement stupide et sa défense était foutue avant même d’avoir commencé, face à moi. Mais il était fatigant. Vraiment fatigant. Il ne maîtrisait rien de ses dossiers, hurlait des « objections ! » à tout va, à la manière d’un porc réclamant sa ration d’épluchures. En clair, ce type était un nul et essayer de défendre quelqu’un face à lui était semblable à un parcours du combattant. Une journée de procès était un enfer et j’avais eu hâte d’en finir, dès neuf heures du matin.

Alors, quand je pensai en avoir réellement terminé, quand je me dis que j’allais pouvoir rentrer chez moi et être au calme, sans entendre les cris intempestifs de cet énergumène complètement déjanté, je fus vraiment heureux, pour une fois. J’allais rentrer, et attendre Sasha pour une fois, et on pourrait peut-être avoir une vraie soirée tous les deux, parce que j’avais tellement mal à la tête à cause de cet abruti que je ne pourrais même pas travailler, juste relire mes notes pour le lendemain. Elle allait être contente pour une fois, et moi je jouerais mon rôle de père.
Le truc, c’est que rien ne se passa comme prévu et j’étais à peine sorti du tribunal que mon portable vibra, signe que j’avais des messages. C’est en voyant l’icône de ma messagerie vocale clignoter que je sus qu’il s’était encore passé quelque chose, une urgence, et que la soirée n’allait pas être de tout repos. J’écoutai brièvement le message vocal du commissariat de l’autre bout de la ville et soupirai de plus belle, mon mal de tête empirant derechef.

« Bonsoir, maître Somerset, pardonnez moi de vous déranger… Commissariat du centre, c’est à propos de votre fille, mademoiselle Somerset… Elle se trouve dans nos locaux actuellement, il faudrait que vous veniez la chercher et… »

Je coupai l’appel et rangeai mon portable dans ma poche. L’appel et le message dataient d’une heure environ. Qu’est-ce qu’elle avait encore fait, cette fichue gamine ? Elle était sensée être en train de travailler, que s’était-il passé ? Je ne cherchais même pas à savoir en fait. Si c’était encore pour attirer mon attention, elle allait comprendre que ce n’était pas la bonne solution. Pas la bonne du tout. Je rejoignis ma voiture et grimpai à l’intérieur en faisant rugir le moteur, avant de quitter le parking souterrain du tribunal pour aller chercher Sasha.

J’arrivai au commissariat vingt bonnes minutes plus tard. Je n’avais pas décoléré, bien sûr et elle allait m’entendre. Je n’hésiterais pas à lui foutre la honte devant tous les flics, et elle allait en prendre pour son grade. Je sortis de la voiture en claquant la portière, verrouillai celle-ci et entrai dans le bâtiment sans prendre de pincettes. Je commençais à connaître le chemin désormais, et je savais déjà où trouver Sasha. Je me précipitai donc à l’endroit qui devait être le bon et je la vis là, assise sur cette pauvre chaise, avec un air blasé sur le visage. Mon sang ne fit qu’un tour, suite à cette vision :

« SASHA APRIL SOMERSET ! »

Elle sursauta, et je continuai de m’approcher à grands pas, en faisant le plus de bruit possible et en ameutant le plus de monde, afin de bien lui foutre la honte. Elle commençait à me gonfler, avec ses caprices de gamine, et même si je ne savais pas ce qu’elle avait fait ce soir-là, je pressentais que ça n’allait pas me plaire. Pour quelle raison pourrait-elle se retrouver au commissariat ? Elle avait volé de l’argent ? Elle avait insulté quelqu’un ? Avec elle, je ne savais plus du tout à quoi m’attendre. Rapidement, un flic vint à mon encontre pour me dire de me calmer, parce que ça ne servait à rien que je m’énerve ainsi. Je le fusillai du regard et il recula, non sans m’avoir jeté un regard mauvais.

« Qu’est-ce que t’as encore fait ?! Pourquoi tu te retrouves encore là ? Je t’avais pas dit que je voulais plus te revoir là-dedans ? »

Je bouillais, purement et simplement, et je lui aurais bien foutu une claque pour la faire réagir, si j’avais été ce genre de père. Je ne l’étais pas heureusement pour elle. Et heureusement pour moi, parce que j’aurais sûrement des problèmes en frappant ma fille en public. Surtout dans un commissariat. Néanmoins, ce n’était pas l’envie qui me manquait, parce que je détestais me retrouver ici. Je ne voulais pas que Liz me voit là dedans, encore pour une histoire avec ma fille. Elle finirait par me railler à ce sujet, et je n’en avais aucune envie…
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Dim 15 Fév - 22:50


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Aussi loin que je me souvienne, mon cher papa, n'a jamais été aussi rouge de colère à mon encontre. On dit toujours qu'une fille, est très proche de son père. Nous ça l'était avant…. Aujourd'hui, nous étions vraiment très éloigné loin de l'autre. C'était bien dommage, quand j'étais petite, je voyais mon père comme un sauveur, un super héro mettant en prison les méchants. A présent, il les libérait et j'avais vraiment beaucoup de mal à l'accepter. Depuis la mort de maman et de Sam, il avait changé, et pas en bien à mes yeux.
Dès qu'il est entrée dans le commissariat, mon père me faisait peur, et c'était bien la première fois. Il était furieux, si son regard pouvait me lancer des éclairs, il le ferait en me tuant direct. Même si au premier abord, j'avais envie de pleurer, tellement sa colère me clou sur place.

- Qu’est-ce que t’as encore fait ?! Pourquoi tu te retrouves encore là ? Je t’avais pas dit que je voulais plus te revoir là-dedans ?

Je le fixe, il allait finir par me mettre en colère, et j'avais de quoi. Il vient me chercher trois heures après, et en plus il me hurle dessus comme si j'étais la plus grande criminel du monde. Je suis certaine qu'il était bien plus gentil avec ces clients.
Prenant mon courage, et ayant plus de détermination que jamais, je le défis du regard.

- ENCORE FAIT ! JE ME SUIS RETROUVER UNE SEULE FOIS ICI, ET JE T'AVAIS PROMISE QUE JE NE FERRAI PLUS DE CONNERIE. MOI AU MOINS JE TIENS MES PROMESSES. JE SUIS LA, PARCE QUE J'AI VOULU AIDER UNE PETIT VIEILLE QUI SE FAISAIT PIQUER SON SAC, ET JE ME SUIS PRIS UNE GIFFLE !

Je tremblais de colère, toute la situation c'était renverser, et je voyais son visage changé. Il était devenue blême puis de nouveau rouge de colère. Je sais que je n'aurai pas du prendre se ton avec lui, mais il avait bien trop loin lui aussi à m'engueuler comme ça devant tout le monde, alors que je n'avait rien fait de mal.
Je le défi toujours du regard, avec un petit sourire narquois. Je n'allais pas me gêner pour bien lui foutre une honte monumental. La prochaine fois, il réfléchira deux fois avant de s'énerver ainsi contre moi.
Je crois les bras, ne quittant pas son regard du mien. On pouvait rester des heures silencieux, à se fusiller du regard.

- On peut rentrer maintenant ?! J'ai un peu de devoirs à faire, et j'ai cours demain…. J'ai assez perdu de temps comme ça, à t'attendre ici. La prochaine fois, je laisserai un vol se faire….

Et une autre petit pic, pour lui, mais je devais remettre les pendules à l'heure, et bien lui faire comprendre, que j'en ai marre de passer après son boulot. J'avais besoin de lui, mon père me manquait, mais, il a bien l'air de s'en moquer comme de l'an quarante. Je commençais à taper du pieds, ce n'était jamais bon signe. Si il voulait qu'on se dispute encore, et ici, j'étais prête. Je suis chauffer à blanc là !


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Dim 22 Fév - 1:21


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Le regard que me renvoya Sasha ne me disait rien qui vaille, mais elle n’oserait quand même pas me répondre, pas ici dans ce commissariat à la vue de tous, et surtout pas en voyant mon état, quand même ! Je ne cautionnerais pas un mot plus haut que les autres. Elle commençait sérieusement à me gonfler à faire sa gamine en quête d’attention. Elle ne comprenait pas que j’avais du travail, que j’avais besoin de ce travail et qu’elle n’avait pas à faire des conneries pour attirer mon attention ?! Depuis des années, je cherchais des indices sur l’homme qui avait assassiné la moitié de ma famille, et si je passais tout mon temps dans des affaires criminelles à défendre des pourris, c’était pour retrouver celui qui avait tout détruit dans l’équilibre que je n’avais désormais plus. Sasha ne pouvait pas le comprendre, je ne lui avais jamais expliqué, mais bon sang, elle n’était pas idiote, elle devait bien s’en rendre compte, non ?! Elle devait bien se douter de quelque chose, je n’avais pas besoin de lui dire quand même… Je ne voulais pas lui dire, parce que j’avais peur – oui, vraiment – de ce qu’elle pourrait me dire. Et si elle ne voulait pas que je retrouve le meurtrier de sa mère et de son frère ? Je ne voyais pas pourquoi elle ne le voudrait pas, parce que le jour où je le trouverais, je le foutrais en taule, pour toute la fin de sa putain de vie, mais ça pouvait arriver. Et si elle n’était pas d’accord avec ça ? Que ferais-je par la suite ? Tant que je ne le trouvais pas, ça me donnait un but, un objectif à poursuivre. Mais si je devais arrêter… alors je n’avais plus rien à faire… Et là, ça me poserait un réel souci. Evidemment, Sasha serait contente, parce qu’elle aurait plus de temps avec moi… mais je ne pouvais pas voir ma vie autrement. Il fallait que j’attrape ce connard, et si ça me prenait une vie entière, alors ça me prendrait une vie entière.

« ENCORE FAIT ! JE ME SUIS RETROUVER UNE SEULE FOIS ICI, ET JE T'AVAIS PROMISE QUE JE NE FERRAI PLUS DE CONNERIE. MOI AU MOINS JE TIENS MES PROMESSES. JE SUIS LA, PARCE QUE J'AI VOULU AIDER UNE PETIT VIEILLE QUI SE FAISAIT PIQUER SON SAC, ET JE ME SUIS PRIS UNE GIFFLE ! »

J’étais un peu perdu dans mes pensées, et j’étais toujours tendu au maximum quand je l’entendis crier. Je ne m’y attendais vraiment pas. Au fond, je me disais qu’un jour, ça finirait par arriver, qu’elle se rebelle vraiment. Mais je ne pensais pas que ce serait ce soir-là. En fait, je ne l’avais pas prévu et ça m’agaçait autant qu’elle était furieuse que je ne sois pas venu plus tôt. Sa colère avait éclaté, et moi, j’étais comme un con, la bouche ouverte, les bras ballants, sans trop savoir quoi faire ni comment réagir. Cependant, mon énervement reprit bien vite le dessus, mais je réussis à ne pas lui hurler dessus. Ce n’était pas l’endroit, ce n’était pas le moment, et ça n’allait rien arranger du tout. Je comprenais surtout que je m’étais trompé. Si elle disait la vérité, et qu’elle avait bien aidé une petite vieille à ne pas se faire voler, alors j’avais tout faux et j’aurais mieux fait de la féliciter. Mais la voir ici, dans un commissariat, ce n’était pas franchement une bonne chose… et pourquoi était-elle au commissariat d’ailleurs ? Si elle avait aidé une vieille, elle devrait être au restaurant, ou à l’hôpital éventuellement, au pire du pire… mais pas ici. D’ailleurs, je compris enfin ce qu’elle avait dit à la fin de sa tirade. Elle s’était pris une gifle ?! Qui avait osé frapper ma fille ? Une gifle, ce n’était certes pas grand-chose en soi, mais personne ne pouvait poser ne serait-ce qu’un doigt sur ma fille chérie ! Cependant, je sentais que ce n’était pas le moment de lui en parler et de lui demander si ça allait… Elle allait encore hurler si j’osais faire ça.

« On peut rentrer maintenant ?! J'ai un peu de devoirs à faire, et j'ai cours demain…. J'ai assez perdu de temps comme ça, à t'attendre ici. La prochaine fois, je laisserai un vol se faire…. »

Je ne répondis pas, même si je n’en pensais pas moins. Elle méritait une seconde gifle, malheureusement. Si elle ne s’était pas interposée, elle n’aurait pas eu besoin de m’attendre ici pendant tout ce temps. Elle n’avait pas à jouer les héroïnes. Elle n’avait pas l’âge pour ça, elle n’avait pas la carrure pour ça. Je me rendis alors compte qu’elle aurait pu avoir quelque chose de plus grave. En secouant la tête pour ne pas penser au pire, je me détournai et repartis vers l’entrée du commissariat. Elle me suivit bien sûr, et nous gardâmes le silence jusqu’à ce qu’on soit dehors et que je reprenne la parole en premier.

« On rentre ouais. Et tu vas faire tes devoirs si tu veux, tu fais bien ce que tu veux. »

Je ne voulais pas me montrer aussi désintéressé d’elle ou de ce qu’elle me disait, mais c’était le seul moyen pour que je ne m’énerve pas davantage. Bien sûr, elle allait me détester pour dire des trucs aussi blancs, aussi neutres que cela, mais je ne pouvais pas faire autrement. Préférait-elle que je m’énerve de nouveau ? Nous allions finir par nous entretuer si je le faisais, alors je préférais me taire ou lui raconter des banalités. J’aurais pu la féliciter pour avoir pris la défense d’une vieille, mais je ne voulais pas, parce que ça lui donnerait envie de recommencer. Je me fichais pas mal du fait qu’une vieille se fasse voler moi. Je ne voulais pas voir ma fille dans un commissariat. Il n’y aurait pas de troisième fois. Si on m’appelait encore pour me dire qu’elle se trouvait là, pour quoi que ce soit, je ne viendrais même pas la chercher et elle se débrouillerait toute seule. J’en avais marre. J’avais beau être son père, il y avait des choses que je ne cautionnais pas, et elle allait rapidement le comprendre.
Nous arrivâmes près de la voiture, et je lui ouvris la portière afin qu’elle s’installe à l’intérieur. Cette fois, je ne lui proposai pas de conduire. Hors de question que je lui passe un caprice et elle allait comprendre que j’étais vraiment furieux, même si je comprenais que j’avais tort… Ca ne changeait rien quand même… il fallait que je joue mon rôle de père, et je ne pouvais pas être fier d’aller la chercher au commissariat, même pour ça !
(c) crackle bones



Spoiler:
 

__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Mer 25 Fév - 21:59


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Au vue de sa tête, il se retenait de m'en mettre une devant tant de témoin. Et j'allais bien sur jouer la dessus, il n'allait jamais oser, et si un jour, il le fait, je m'empresserai d'aller porter plainte. Au fond de mon coeur, j'espérais qu'il ne le ferrai jamais. Parce que mon père, même si on se prend la tête régulièrement, je l'aime, et je n'ai plus que lui… enfin maintenant j'ai Ryan, mais c'est autre chose.

- On rentre ouais. Et tu vas faire tes devoirs si tu veux, tu fais bien ce que tu veux. 

Ah okay… il le prend comme ça…. Une grande partie de moi était bien déçu, mais, je suis bien trop en colère contre lui, pour lui montrer. Je le suis hors du commissariat, et je m'installe dans la voiture, sans lui avoir décrocher n autre mot. Même si l'envie ne m'en manquait pas. Comment pouvait il resté si impassible… Comment un père pouvait réagir ainsi…
Alors que la voiture démarre, je met assez fort la musique, ne voulant en aucun cas entendre quelque que chose venant de lui, c'était bien trop tard. Je pose ma tête contre la vitre, et sans que je le veuille, une larme se met à rouler sur ma joue. J'enlève rapidement cette larme, je ne voulais pas que mon père la voit, qu'il pense que j'étais faible.
Pendant tout le trajet, je ne l'avais pas regarder une seule fois, en aucun cas, il n'était pas fier de moi, non, c'était tout le contraire, je lui faisais honte…
Dès que la voiture fut arrêter devant la maison, je pose le pied dehors, claque la portière et marche d'un pas presser à l'entrée. Une fois à l'intérieur, je cours dans ma chambre, claquant bien au passage la porte de ma chambre, et je me jette sur mon lit. Je tape des pieds et des mains sur mon matelas, de rage et de tristesse. Comment mon père, mon adorable papa avait pu autant changer… Je faisais pourtant des efforts moi… Après au moins dix bonnes minutes, ou je me suis épuiser à faire ma gamine, je me suis redresser, et assisse en tailleur sur mon lit. Et j'avais pu enfin envoyé un message à Ryan qui me répondit assez rapidement. J'avais bien envie qu'il vienne me chercher, et que nous puissions partir ensemble, mais ça voudrait lui dire que j'habitais encore chez mon père, et je n'en était pas encore capable.

Je soupir quand mon père entre sans frapper dans ma chambre, comment il osait faire ça ! Je lui lance un regard bien noir, remplis de rencoeur, je ne voulais pas qu'il soit là, je ne voulais pas le voir, ni lui parler, rien. Qu'il fasse comme d'habitude et qu'il me laisse toute seule, voilà ce que je voulais à se moment précis.

- QUOI ?

Je me lève, pour prendre mes affaires, et commencer à travailler sur mon lit. J'avais vue son regard, devenir sévère, mais il n'allait quand même pas me punir d'avoir voulu aider une vieille dame. Sa serai le comble !

- Tu veux quoi ?! J'ai du boulot, alors parle, ou laisse moi tranquille.

Ca il savait très bien le faire, me laisser, ne pas s'occuper de moi, c'est ce qu'il fait depuis que nous avons mis maman et Sam en terre…. Depuis se jour rien n'a été pareil….


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Sam 7 Mar - 22:24


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Epuisé par ma journée, me battre contre ma fille était au-dessus de mes forces. Je n’étais pas physiquement et psychiquement capable de lui dire qu’elle me fatiguait avec toutes ses histoires de gamine. Je me disais carrément que, la prochaine fois qu’elle finirait au commissariat, elle se démerderait seule pour sortir. Je savais que ce n’était pas possible, tant qu’elle était mineure… mais je commençais déjà à en avoir marre, alors que ce n’était que la seconde fois. Mais deux fois, c’était déjà trop. Elle n’avait rien à foutre ici. Rien du tout. Elle était fille d’avocat, il ne fallait pas qu’elle l’oublie, et si sa mère était encore en vie, elle se prendrait la raclée de sa vie. Penny n’aurait jamais laissé ça se produire. Alors certes, je n’aurais pas dû laisser une chose pareille arriver… mais l’ennui, c’était que je devais bosser et je n’avais pas des yeux partout sur la ville. Je ne pouvais pas surveiller ma fille vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Alors tant pis pour elle. Elle se débrouillerait, à partir de maintenant. Elle semblait avoir compris le message déjà, c’était une bonne chose.

Pas un mot ne fut échangé durant tout le trajet du commissariat jusqu’à la maison et c’était très bien comme ça. Il n’y avait plus d’embouteillages à cette heure, du moins… il y en avait à peine, par rapport à d’habitude, à l’heure de pointe, et nous fûmes rapidement chez nous. Je la laissai sortir de la voiture et ne prit pas la peine de lui accorder de l’attention, alors que c’était ce dont elle voulait le plus. Je n’allais pas lui donner cette satisfaction. Elle s’engouffra dans la maison par la porte d’entrée et alors que je fermais cette dernière derrière moi, j’entendis la porte de sa chambre claquer, à l’étage.
En soupirant, je compris qu’il faudrait quand même que je fasse quelque chose pour changer ça. Je ne pouvais pas laisser la situation se dégrader ainsi, et il fallait que je lui parle, que je calme le jeu, ne serait-ce que cinq minutes. Nous étions à la maison, désormais, c’était mieux pour parler que dans un commissariat. Surtout que là-bas, Liz pouvait arriver à n’importe quel moment et me voir, et c’en était hors de question ! Je ne lui aurais pas donné le plaisir de me juger et de se foutre de ma gueule une fois de plus. Ca arrivait déjà trop souvent à mon goût quand on se croisait, et je voulais la calmer une bonne pour toutes. Comme Sasha d’ailleurs, il fallait qu’elle se calme un peu. Elle faisait sa rebelle, et ça m’agaçait plus que tout au monde. Même certains de mes clients les plus capricieux étaient moins chiants que ça.

J’attendis néanmoins quelques temps avant de la rejoindre dans sa chambre. Je partis dans la cuisine me servir un grand verre d’eau pour me calmer, et une fois que j’eus décrété que j’avais assez attendu, je montai lourdement les quelques marches jusqu’à la chambre de Sasha et j’ouvris la porte sans même prendre la peine de frapper. J’étais l’autorité ici, et elle n’avait pas intérêt à la remettre en cause. Elle me regarda avec un regard noir, furieuse contre moi, et elle me hurla dessus alors que j’étais à peine rentré. Ce à quoi je ne répondis pas immédiatement. Il fallait qu’elle se calme d’abord. Lorsqu’elle se leva pour récupérer ses affaires de cours, je la laissai faire, je m’écartai même un peu pour la laisser faire ce qu’elle voulait et elle se réinstalla sur son lit pour travailler. Je finis par m’asseoir sur sa chaise de bureau en attendant qu’elle soit moins tendue, et elle m’agressa pratiquement immédiatement en me disant de parler maintenant ou de la laisser tranquille. Je compris que je n’avais pas le choix, malgré le fait que je voulais lui montrer qui était le patron, et je pris donc la parole :

« Je veux plus venir te chercher là-bas. Je comprends que t’aies voulu aider la vieille. C’est bien de l’avoir fait. Mais ne t’attire plus d’ennuis, Sasha. »

Je faillis rajouter que je n’avais pas que ça à faire d’aller la chercher et de la ramener à la maison, mais je savais que ce serait rajouter de l’huile sur le feu et risquer de la faire hurler une fois de plus. Je voulais me montrer à la fois sec mais doux, et j’avais peur qu’elle se braque. J’avais déjà la tête comme une grosse pastèque et si elle se remettait à hurler, j’allais moi aussi lui hurler dessus, et il était clair qu’elle n’en avait pas envie… vraiment pas !

« Et surtout, le fais pas pour attirer mon attention. Ca fonctionne pas, et ça fonctionnera pas plus dans le futur… »

Cette fois, je savais que j’avais peut-être été un peu trop loin. Mais il fallait qu’on soit bien au clair là-dessus, et il n’y avait rien de mieux pour ça que de le dire vraiment, mot pour mot, lettre pour lettre. Elle n’allait pas apprécier, mais quitte à ce qu’elle fasse la gueule… eh bien tant pis. Dans un sens, j’aurais la paix pour la soirée.
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Mer 18 Mar - 22:06


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



J'avais bien envie de me concentrer pour pouvoir réellement travailler mes cours, mais avec mon père qui me surveille, c'est loin d'être facile. Additionné avec ma colère envers lui, c'était juste impensable. Malgré tout je le devais, je n'avais pas le choix, je devais à tout pris apprendre toutes ces dates, et commencer mon brouillon de dissertation sur un bouquin. Et si je ne commençais pas toute de suite, j'étais bonne pour une nuit blanche. Si tout de fois, monsieur mon cher papa, m'y autorisais. Après tout il veut que j'ai de bonne note non ?

- Je veux plus venir te chercher là-bas. Je comprends que t’aies voulu aider la vieille. C’est bien de l’avoir fait. Mais ne t’attire plus d’ennuis, Sasha. 

A tiens, il a une langue…. Et pour me dire quoi… clairement que je dois laisser passer des injustices ? J'aurai du laisser cette pauvre mémé se faire agresser pour son sac à main ? Il ne m'avait pas élevé comme ça. Il m'avait transmit des valeurs, qu'il a lui même oublié à ce que je vois. Je suis certaines que si maman était encore en vie, il serait bien moins bizarre. Plus les années passent, plus j'ai du mal à le reconnaître. Que dirai maman en le voyant si… si éloigné de moi….
Je pensais qu'il en avait fini, mais non, bien au contraire. Il recommence une phrase et je n'avais pas la moindre envie de l'écouter. Malgré tout je ne pouvais pas faire autrement, j'étais obligé de l'entendre.

- Et surtout, le fais pas pour attirer mon attention. Ca fonctionne pas, et ça fonctionnera pas plus dans le futur…

Je relève la tête et le fixe, le fusillant du regard, il n'avait donc rien compris. Ma colère qui c'était apaisé un tant soit peu, revient d'une telle force que j'ai envie de lui balancer mes bouquins à la figure. Il se foutait de moi, ou bien, il le faisait exprès pour que je pique une colère et qu'il se défoule sur moi en m'en collant une.
Je respire un grand coup, je n'allais pas rentrer dans son petit jeu.

- Ne t'en fais pas…. J'ai bien compris que je ne pourrai jamais l'avoir ton intention. Tu en as rien à faire de moi, je suis un poids…. J'aurai peut-être dut être dans la maison aussi cette journée là, tu aurais été bien tranquille.


J'y allais peut-être un peu fort, mais c'était comme ça que je le ressens. Je suis triste, et en colère à cause de lui. Je ne le voyais jamais, il n'était plus du tout un père à mes yeux…. Aujourd'hui, il me tardais d'avoir 18 ans, de partir à la fac et ne plus avoir besoin de lui. De toute façon, j'avais déjà commencé à me débrouiller toute seule, et avoir trouver un job était la première étape. Maintenant que j'ai Ryan ça sera bien plus facile d'avancer dans la vie, je ne suis plus seule.

Toujours mon regard dans le sien, je le défiais, j'en était bien consciente, mais si il ne pouvais réagir à ce que je viens de lui dire, et bien je saurai à quoi m'en tenir, et je ne comptais plus du tout pour lui.


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Lun 23 Mar - 18:08


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Parfois, je me demandais ce qu’il se passerait, si Penny était encore là et que l’ordre régnait encore dans cette maison. Ce serait sûrement une autre paire de manches que d’élever nos deux enfants. Je n’aurais jamais eu besoin de travailler autant pour penser à autre chose. Je n’aurais pas besoin de me battre avec ma fille pour lui faire comprendre les choses. Elle était grande, elle savait se débattre avec la vie toute seule, mais dans le fond, c’était encore une gamine, et je savais qu’il fallait que je sois plus présent pour elle. Mais quand je la regardais, je voyais sa mère, et ça me déprimait encore davantage. Comment je pouvais lui faire comprendre ça sans la vexer, pire, sans la blesser ? C’était impossible. Elle allait me détester, de la comparer à sa mère comme ça. Je ne pouvais pas faire ça. Et pourtant, elle comprendrait peut-être mieux la situation. Elle ne l’accepterait probablement pas, mais elle la comprendrait au moins, et je pourrais peut-être m’en tirer avec les honneurs. Parce que c’était mal parti pour l’instant. Vu la tête que faisait Sasha de toutes façons, je savais à l’avance que ce ne serait pas possible de me faire apprécier, ce soir-là. Est-ce que le lien qui nous unissait s’était réellement brisé ou non ? Après tout, je venais quand même de lui dire que je ne voulais plus qu’elle fasse ça pour attirer mon attention parce que ça ne fonctionnerait pas. Alors quoi ? Qu’est-ce qui fonctionnerait ? Qu’est-ce qui nous rapprocherait tous les deux, alors qu’au fond, j’avais l’impression de fuir cette maison comme la peste, pour ne pas avoir à croiser celle qui ressemblait de plus en plus à la femme que j’aimais ? Rien ne le pouvait. Et pourtant, c’était ma fille, et je ne pouvais pas la lâcher. Jamais. J’aurais préféré mourir que de lui faire du mal… mais voilà où nous en étions en réalité.

« Ne t'en fais pas…. J'ai bien compris que je ne pourrai jamais l'avoir ton intention. Tu en as rien à faire de moi, je suis un poids…. J'aurai peut-être dut être dans la maison aussi cette journée là, tu aurais été bien tranquille. »

Un ange passa alors que j’essayais de remettre mon esprit en ordre. J’avais beaucoup de mal à assimiler ce que Sasha venait de me dire. Comment pouvait-elle oser dire une chose pareille ? Que j’aurais préféré qu’elle meure avec son frère et sa mère ? Que j’aurais préféré me retrouver tout seul dans mon malheur ? Elle ne se rendait pas compte de ce qu’elle disait, c’était impossible. Elle aurait voulu mourir à la place d’avoir la vie qu’elle avait maintenant ? Etais-je à ce point un mauvais père, ou bien était-elle simplement en train de finir sa crise d’adolescence, avec un peu de retard ?  En réalité, je me disais qu’il y avait certainement un mélange des deux. Je savais que je devais faire des efforts, ça faisait des semaines que je me le disais. Mais comment pouvais-je alors que ça me faisait presque plus de mal qu’à elle, de savoir que son frère et que sa mère étaient morts ? Je n’avais jamais réussi à m’en relever, et elle ne comprenait pas une seule seconde que je puisse avoir besoin de me plonger dans le travail et dans les affaires comme je le faisais pour oublier ! Elle avait peut-être besoin de moins que ça… mais pas moi !

« Tu trouves que c’est intelligent de dire un truc comme ça, Sasha ? »

Je trouvais ma voix un peu trop calme pour l’état dans lequel je me trouvais. C’était étrange. J’étais furieux contre elle, et pourtant, je n’arrivais même pas à élever le ton. Pourquoi ? Je n’en avais aucune idée. Mais c’était certainement mieux ainsi, sans crier. Sinon elle se braquerait de nouveau et je n’en avais pas envie.

« Tu penses pas que perdre ta mère et ton frère, ça a déjà été assez dur comme ça pour moi ?! Tu penses que j’aurais voulu te perdre en même temps ??! »

Toujours aussi calmement, je passai une main tremblante de colère et de tristesse dans mes cheveux, puis je la laissai retomber le long de mon corps avant m’avoir frotté doucement le visage. Je n’arrivais pas à croire ce que j’avais entendu, vraiment pas. Ca me faisait vraiment mal, et je me demandais si Sasha n’avait pas tout simplement fait exprès. C’était idiot comme question : bien sûr qu’elle avait fait exprès.

« J’aurais préféré mourir à leur place. J’aurais tout fait pour les sauver, si ça avait été possible… »

Il fallait que Sasha comprenne qu’à l’époque, la seule chose qui m’avait fait tenir debout, c’était elle. J’avais eu un esprit de vengeance très tôt, certes, mais si Sasha avait été tuée elle aussi, je ne l’aurais pas eu. Je n’aurais rien eu. Je serais mort parce que je les aurais rejoints, d’une manière ou d’une autre. Avoir ma fille avec moi m’avait permis de garder les pieds sur terre, de me maintenir la tête hors de l’eau et de ne pas céder à la panique ou à quelque chose de pire...
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Jeu 26 Mar - 22:59


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Ma colère était très intense, et en même temps, je savais que j'avais été trop loin que je n'aurai pas dut aller dans ce chemin là. Mais comment lui faire comprendre que je souffre de ne plus le voir, de ne plus parler avec lui, ne plus rien partager ensemble au final. Depuis que nous sommes ici à Toronto, je n'existais encore moins qu'avant. Je me débrouille toute seule, depuis trop longtemps, et j'ai besoin de lui…. Il a perdu sa femme et son fils, mais moi, j'ai perdu ma mère…. Je me sentais orpheline.

- Tu trouves que c’est intelligent de dire un truc comme ça, Sasha ?

Intelligent ou non, je m'en foutais royalement, tout ce que je voulais c'était le faire réagir, et je crois avoir bien réussi, un peu trop bien d'ailleurs. Il était déjà sur les nerfs J'en avais rajouter une couche, ce n'était sûrement pas le plus malin, mais tant pis, c'était sortie, et je ne le regrette pas un seul instant.

- Tu penses pas que perdre ta mère et ton frère, ça a déjà été assez dur comme ça pour moi ?! Tu penses que j’aurais voulu te perdre en même temps ??!

Il parlait si calmement, que ça me fait froid dans le dos. Ce n'était pas son style, bien au contraire. La preuve, un peu plus tôt, quand il est arrivé au commissariat en pétard, alors qu'il n'y avait vraiment pas de quoi…
Je baise la tête, je n'était pas très fière de moi pour le coup. Je remuer tant de tristesse en lui, comme en moi… Sam me manque, ainsi que ma mère, parfois j'essaie encore de me rappeler de sa voix, mais en vain. J'avais oublié son parfum, son rire, et sans les photos, j'aurai même oublié son sourire. Elle me manquait terriblement, et mon petit frère aussi…. Tous les deux avaient laissé un énorme trou en moi.

-  J’aurais préféré mourir à leur place. J’aurais tout fait pour les sauver, si ça avait été possible…

Je fixe le coin de mon oreiller dans vraiment le voir. Je fini par relever la tête vers mon père. Son regard était si triste et en même temps si colérique. C'était rare que je le vois ainsi, il cachait très bien son jeu, pour un avocat, c'était mieux. Mais à moi, sa propre fille…. Je connais la même douleur, on a perdu les même personnes…. On partage la même douleur…


- Papa… ils me manquent…. Tout le temps, tous les jours….. et toi…. Toi aussi tu me manques….

Ce n'était pas mon genre de déballer mes sentiments, je gardais plutôt pour moi, mais c'était mon père, la seule personne qui me reste de toute ma famille, alors il était le mieux placer pour les entendre.

J'enlève rapidement la larme qui c'est échappé de mon œil. Malgré tout, je ne voulais pas qu'il me voie faible, mais en même temps, je n'ai que seize ans.


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Sam 28 Mar - 11:53


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Les mots que j’avais prononcés pour faire réagir Sasha quant à ce qu’elle avait dit juste avant semblaient faire leur effet, et fonctionner. J’en étais plutôt content, même si pour le coup, ça me rendait triste plus qu’autre chose. Penser à Penny et Sam était difficile, en parler l’était encore plus… et imaginer des scénarios différents, des scénarios où ils seraient encore là, ou bien des scénarios plus dramatiques encore où Sasha aurait été avec eux me donnait envie de pleurer. Il était hors de question que je pleure devant ma fille. Je ne l’avais fait qu’une fois et je n’étais pas près de recommencer, même si ça arrêterait de me faire passer pour un véritable bourreau sans cœur… Je devais être fort, et je le serais, je l’avais toujours été depuis cette tragédie. Sasha n’avait pas besoin d’un père complètement gâteau et triste tout le temps. Elle ne serait pas plus heureuse dans ce cas-là, seulement, elle ne s’en rendait pas compte, alors que moi, j’en étais simplement persuadé.

« Papa… ils me manquent…. Tout le temps, tous les jours….. et toi…. Toi aussi tu me manques…. »

Mon cœur se serra une fois de plus alors que j’entendais ma fille dire des choses pareilles. Elle ne pouvait imaginer à quel point sa mère et son frère me manquaient aussi. Elle n’imaginait pas à quel point c’était difficile pour moi d’arriver à la maison et de la trouver si vide. A part elle, je n’avais plus personne, et je savais que je ne la traitais pas comme j’aurais dû. Elle ne savait pas ce que ça faisait de se coucher dans un lit vide, alors que j’avais eu l’habitude d’avoir toujours Penny à mes côtés. C’était difficile, mais pas insurmontable, bien sûr. La douleur ne s’arrêterait jamais, certainement, mais pour autant, elle s’atténuait, légèrement. Ce soir-là, c’était le genre de soir où les souvenirs revenaient, où la douleur se montrait, et tout cela piquait vraiment.
Le fait que Sasha me dise que je lui manquais me tordait l’estomac aussi, et je savais que ce n’était pas ce qu’un bon père devrait faire. J’étais malade à l’idée qu’elle puisse ne plus m’aimer comme avant, parce qu’elle avait toujours été ma petite fille chérie. Depuis que nous étions arrivés à Toronto, je ne me comportais plus comme avant et je savais que c’était douloureux et pesant pour elle. Je m’en voulais, bien sûr… mais je n’étais plus capable de faire comme avant. Peut-être qu’elle n’était pas capable de le comprendre, mais c’était tellement dur pour moi…

« A moi aussi, ils me manquent. Enormément. »

J’avais réussi à articuler ces mots en regardant Sasha essuyer une larme sur sa joue. J’aurais dû le faire à sa place, mais j’en étais bien incapable. J’étais tétanisé, et j’essayais de rester calme. Je n’arrivais même plus à être en colère contre elle, parce que ma peine était bien trop grande. Elle me serrait les organes au point que j’en avais mal partout, et je voyais quasiment des étoiles devant mes yeux, avant de me rappeler que je devais respirer pour vivre.

« Je t’aime, Sasha, ça n’a pas changé, ça tu sais… »

Il était sûrement important que je lui dise, parce que je savais moi-même que ça faisait trop longtemps que je n’avais pas prononcé ces trois mots pour elle. Je comprenais tellement qu’elle m’en veuille, mais je n’étais pas capable de pallier au manque affectif qu’elle pouvait ressentir à cause de moi. Il fallait que ça change, mais je savais que tant que je n’aurais pas retrouvé le connard qui avait détruit ma famille, je ne pourrais rien faire pour arranger l’ambiance qui y régnait…
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Lun 30 Mar - 0:10


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Me contrôlant pour ne pas pleurer comme une petite fille, je regardais mon père, sans plus aucune once de défi. J'étais triste, je voulais pouvoir aller dans ses bras sans avoir peur qu'il me rejette. Ca fait combien de temps qu'il ne m'avait pas pris dans ses bras ? Je ne saurai le dire. Et pourtant j'avais bien besoin d'un câlin de mon papa. J'avais beau dire à qui veut l'entendre que j'étais assez mature pour m'occuper de moi, mais au fond, je sais bien que j'ai et j'aurai toujours besoin de mon père.
J'ai été bien trop loin tout à l'heure, mais il m'avait pousser à bout aussi. Qu'elle idée, de me faire attendre trois heures dans un commissariat, il m'a fait passer après son travail et j'ai encore du mal à l'accepter.

- A moi aussi, ils me manquent. Énormément.

C'était assez bizarre de l'entendre dire ça. Il n'était pas si froid alors…. Il agissait comme ça pour se protéger de ce qu'il ressent. Mais pourquoi avec moi ? Je suis sa fille, nous sommes tout ce qui nous reste l'un pour l'autre, alors pourquoi on agis comme si nous étions des étrangers.

- Je t’aime, Sasha, ça n’a pas changé, ça tu sais…

Est-ce que je le sais ? Je n'en sais rien…. Il ne me montre pas beaucoup de chose, alors se la savoir si je compte pour lui… Peut-être qu'au fond de moi je le sais qu'il m'aime, mais ce n'est pas facile de le reconnaître, puisqu'il n'est jamais là, jamais présent pour moi….
Je baisse la tête, regardant mes chaussettes rayées. Il m'aime…. Mais pourquoi il ne me le prouve pas alors….
Je relève une nouvelle fois la tête et plonge mon regard dans le sien. C'était bien la première fois qu'on pouvais parler si calmement de chose si personnel.

- Tu me le prouves pas des masses….

Pourquoi je ne pouvais pas juste lui dire oui, je sais, ou je ne sais quoi d'autre… mais c'était plus fort que moi, je devais lui lancé un pic… Ce n'était pas très adulte, je veux juste qu'il sache vraiment que je ne veux plus qu'on soit si éloigné.
Aujourd'hui, je voulais avoir un père, un vraie, et pas seulement un fantôme qui passe de temps en temps dans le couloir…
Même si depuis quelques jours, j'ai Ryan qui comble un peu se vide, ce n'est pas du tout pareil que l'amour de mon père dont j'ai besoin.

- Papa…. J'ai fais quelque chose de mal ? Qu'est-ce que j'ai fais pour que tu ne veuilles plus passer du temps avec moi ?

J'avais bien dut faire un truc pour qu'il me mette de côté comme ça. Mais quoi ? J'ai essayer de faire tout ce qu'il fallait pour qu'il soit fière de moi. Je n'ai jamais fumer, essayer la drogue, je n'ai jamais rien fait de mal. Sauf le tague, mais bon, je voulais juste qu'il passe du temps avec moi.
J'avais bien beau réfléchir sur ce que j'avais pu faire, je ne voyais pas.


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Mar 28 Avr - 22:30


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Le silence qui s’était installé dans la chambre de ma fille après ma dernière réponse semblait peser des tonnes. Je sentais qu’il s’insinuait en nous deux, et malheureusement, je savais que c’était peine perdue d’essayer de le déloger de là. Il était ancré en nous depuis longtemps maintenant, parce que nous ne parlions plus, parce que nous n’étions plus vraiment un père et sa fille. Bien sûr que physiquement et matériellement nous l’étions. Mais en soi, depuis la mort de Penny et de Sam, je ne pouvais plus vraiment me sentir comme un véritable père. J’étais en traque. J’étais un assassin en devenir, et j’attendais de pouvoir me venger. Peut-être que ce moment ne viendrait jamais, mais je vivais dans l’attente de tuer le salopard qui avait assassiné ma femme et mon fils. Je n’étais plus seulement un père. Et c’était Sasha qui prenait tout pour elle. Je ne devrais pas me comporter comme ça avec elle, mais ça ne se contrôlait pas. Elle ne pouvait pas le comprendre, parce qu’elle n’avait pas cet esprit revanchard. Pour cela, elle tenait de sa mère, et elle avait bien de la chance. C’était cette rage qui me faisait tenir chaque jour et c’était grâce à cela que je gagnais si bien mes procès, de n’importe quelle façon. Parce que j’attendais de voir passer dans mes filets d’avocat le fils de pute qui m’avait pratiquement tout pris. J’espérais, jusqu’alors vainement, pouvoir le retrouver et le buter, mais l’attente se faisait longue. Mes investigations m’avaient mené à Toronto, mais ça s’arrêtait là. Je savais qu’il était dans cette ville, mais ensuite ? Et s’il avait décidé d’arrêter les meurtres, les cambriolages, les petits vols à la sauvette ? J’étais fichu et je ne le retrouverais jamais. Il faudrait que je passe à autre chose, mais mes antidépresseurs m’aidaient, me confortaient dans ma tâche sacrée. Je ne pourrais pas sortir de cette spirale tant que je ne l’aurais pas trouvé. Et au final, Sasha allait souffrir encore longtemps par ma faute. Alors oui, elle avait raison en me disant que je ne lui prouvais pas beaucoup que je l’aimais. Mais au fond, si je faisais tout ça, si je traquais ce fumier, c’était aussi pour elle, et elle ne le voyait simplement pas, parce qu’elle ne le savait pas. Et je n’allais pas lui dire non plus que j’étais dans cette recherche. Elle m’empêcherait de mener mon plan à bien, et c’était hors de question.

« Papa…. J'ai fais quelque chose de mal ? Qu'est-ce que j'ai fais pour que tu ne veuilles plus passer du temps avec moi ? »

En revenant sur Terre d’un seul coup, j’ouvris de grands yeux en l’entendant me dire une chose pareille. Elle pensait que c’était de sa faute, mais c’était de la mienne. Elle allait se faire des films alors que c’était moi le problème… Mais je ne pouvais pas tout lui expliquer, je devais garder ça pour moi. Que devais-je faire ? Lui mentir ? Ne pas répondre et relancer la conversation sur autre chose ? Non ça ne fonctionnerait pas, elle allait irrémédiablement refaire basculer la discussion là-dessus. Et je lui devais quand même des explications… Après tout, elle ne pouvait pas comprendre ce que je ressentais si je ne lui parlais pas.

« C’est pas de ta faute Sasha… Ce sera jamais de ta faute. Et je veux passer du temps avec toi, bien sûr que oui, mais c’est compliqué en ce moment c’est tout. »

Voilà, j’allais prétexter que c’était à cause du travail, ce qui n’était pas totalement un mensonge, après tout. J’avais des tas d’affaires à gérer, à étudier, à régler, au cabinet, j’avais cette nouvelle avocate à bien former aussi et c’était tout un travail. Je n’avais jamais une seconde pour me poser et c’était ma secrétaire qui me faisait mon café désormais, chose qu’elle n’avait jamais fait, mais qu’elle acceptait de faire en voyant que je courrais tout le temps, partout. Si seulement Sasha voyait l’envers du décor, elle comprendrait déjà un peu mieux. Mais elle n’était jamais au cabinet, elle ne voyait jamais l’intérieur d’un tribunal et moins elle s’en approchait, mieux c’était !

« J’ai plein de boulot, je te l’ai déjà dit… C’est vraiment tendu en ce moment, on me demande partout en même temps et j’ai pas une seconde de répit. Je te jure que c’est vrai, j’ai vraiment pas le temps… »

Je ressentais beaucoup de honte à dire ça devant elle. Comment je pouvais clairement lui dire, les yeux dans les yeux, que mon travail passait avant elle, ma propre fille ? Mais dans un sens, si je ne faisais pas cela, elle ne pourrait jamais faire les études qu’elle voudrait, elle ne mangerait pas, elle n’aurait pas de nouvelles fringues… je lui avais déjà expliqué tout ça. Plusieurs fois même. Alors je n’allais pas faire l’erreur de lui redire, ce serait la prendre pour une idiote. Elle était assez grande pour se souvenir de nos conversations précédentes… Au lieu de quoi, j’allais juste croiser les doigts et espérer qu’elle ne m’en veuille pas de lui dire vraiment une chose pareille…
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sasha Somerset


DISCUSSIONS : 60
CREDIT : Alaska
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Dim 3 Mai - 1:03


Dad, you looks like an idiot
Aaron & Sasha



Réfléchir c'est tout ce que je pouvais faire en attendant une réponse de mon père. Qu'allait il pouvoir me dire ? Que oui, tout était de ma faute que si il ne passe pas du temps avec moi. Si c'était vraiment le cas, qu'est-ce que j'avais pu bien lui faire pour qu'il ne veuille plus passer ne serait ce qu'une heure avec moi ?! Je faisais tout pour qu'il ne s'inquiète pas pour moi, je travaillais à l'école, j'avais même trouver un travail pour qu'il ne me donne aucun pourboire…. Il était où son problème avec moi ?

- C’est pas de ta faute Sasha… Ce sera jamais de ta faute. Et je veux passer du temps avec toi, bien sûr que oui, mais c’est compliqué en ce moment c’est tout.

Compliqué ? C'est toujours ce qu'il me dit…. Son excuse est bidon, il n'avait pas envie de passer du temps avec moi, et il n'ose pas me le dire. Pour un avocat mentir est comme ne deuxième vie, c'est si facile pour lui. Et il me ment à moi, sa propre fille…. Comment il pouvait me mentir ouvertement, il pensait que j'allais le croire en plus ?

- J’ai plein de boulot, je te l’ai déjà dit… C’est vraiment tendu en ce moment, on me demande partout en même temps et j’ai pas une seconde de répit. Je te jure que c’est vrai, j’ai vraiment pas le temps…

Et maintenant il me donne l'excuse du boulot, bah voyons, il me prend vraiment pour une bille… Et en plus il me jure…. Si maman était là, elle lui dirait que juré est vraiment mal.
Je n'arrive pas à croire qu'il me fait quand même passer après son boulot. C'était incroyable quand même, la chair de sa chair, le sang de son sang passe après son fric, après son pognon…. Il me fait gerber à dire ça…

- Ouais…. J'ai bien remarqué que tu n'avais pas le temps…. Tu en as jamais de toute façon…. En tout cas, pas pour moi….

Je bouge de mon lit, et part vers mon placard, cherche une veste que j'enfile. C'est surtout un stratagème pour qu'il ne me voit pas ma larme couler le long de ma joue. Il avait beau me dire qu'il m'aimait, j'avais dut mal à le croire.

- Tu peux me laisser, j'ai des devoirs a faire avant de me coucher.

C'était une façon polie de le congédier non ? De plus c'était tout à fait vraie, même si j'avais plus envie d'envoyé des messages à Ryan.

- Il est déjà tard, et j'ai cours à 8h demain. Bonne nuit, papa.

Je garde ma tête dans mon placard, en aucun cas je voulais croiser son regard, voir qu'il me ment ouvertement. Mais surtout je ne voulais pas qu'il me voit pleurer, je devais être forte, il me l'a répété sans cesse après la mort de maman et de Sam. A force, j'ai appris à ne pas lui montrer ce que je ressens. En plus j'ai déjà assez pleurer devant lui pour se soir.


class="credit">fiche créée par Rinema


   

__________________________

But if you close your eyes
Does it almost feel like ✻  Nothing changed at all?
And if you close your eyes, Does it almost feel like
You've been here before?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Aaron Somerset


DISCUSSIONS : 102
CREDIT : juice pour le vava, google pour les gifs <3
MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   Dim 10 Mai - 1:00


Sasha & Aaron

DAD YOU LOOK LIKE AN IDIOT

Je n’arrivais pas à savoir si Sasha allait pouvoir me comprendre, essayer de piger ce que j’avais en tête. Je me doutais que ce ne serait pas si facile. Surtout que je lui sortais encore la même excuse, le prétexte débile qui finirait par ne plus fonctionner, un jour ou l’autre. Le boulot. Comme si je n’étais pas capable de dire « stop », de m’arrêter quelques heures pour passer du temps avec ma fille. Evidemment que je le pouvais. Evidemment que c’était possible pour moi. Evidemment que si je disais à ma secrétaire de décaler tous mes rendez-vous et de mettre des croix sur mon agenda pour ne rien y ajouter, je pourrais prendre soin de ma gamine. J’en avais réellement envie parfois. Mais si je faisais cela, encore une fois, il y avait un risque pour que je déprime davantage. Quand j’étais au travail, au bureau, au moins, je ne réfléchissais pas trop.

« Ouais…. J'ai bien remarqué que tu n'avais pas le temps…. Tu en as jamais de toute façon…. En tout cas, pas pour moi…. »

Alors qu’elle se relevait de son matelas, je baissai la tête. J’étais légèrement perturbé par le fait qu’elle me réponde de cette façon. Je ne pouvais même pas la réprimander parce qu’elle avait raison de me faire ce genre de remarque. Elle aurait pu le faire avec plus de tact… mais elle avait raison. Je lui disais toujours que je n’avais pas le temps, que je n’étais pas disponible, que je n’étais pas capable de rentrer à l’heure pour passer du temps avec elle. Etais-je un père indigne ? Peut-être bien… Mais notre famille n’était plus conventionnelle. Depuis six ans.

« Tu peux me laisser, j'ai des devoirs a faire avant de me coucher. »

J’avais compris le message. J’allais m’en aller. J’allais la laisser faire ses devoirs et travailler. Il fallait qu’elle travaille et en plus, il était déjà tard. Je devais me remettre à travailler aussi, de mon côté. Je passais au tribunal demain matin, je devais aider un de mes clients, accusé d’un crime passionnel. Une affaire absolument ennuyante, que je n’avais pas envie de traiter, mais pour laquelle j’avais été commis d’office. J’attendais vraiment une affaire en particulier, l’affaire qui me ferait revivre, l’affaire du siècle. Mon affaire. Ce ne serait pas forcément celle du meurtre de ma femme et de mon fils. J’étais pratiquement sûr de ne pas l’avoir cette affaire. Mais si je pouvais avoir une affaire passionnante, une seule… ça me suffirait !
Rapidement, Sasha me souhaita une bonne nuit après m’avoir congédié une seconde fois, la tête dans son placard, sans me regarder une seule seconde. Je soupirai avant de reprendre le chemin vers la porte pour sortir et quitter sa chambre pour de bon. Néanmoins, je pris le temps de m’arrêter juste derrière elle. Je posai doucement une main sur son épaule et la pressai fermement, sans lui faire mal pour autant. C’était ma façon à moi, maintenant, de lui faire comprendre que je tenais à elle, que je l’aimais.

« Bonne nuit, Sasha… ça finira par s’arranger. »

J’avais murmuré ces mots, et je me penchais légèrement vers elle pour l’embrasser sur ses beaux cheveux blonds. Je fermai les yeux quelques instants en espérant qu’elle ne me jette pas dehors, et qu’elle comprenne que c’était un geste pour qu’elle se sente mieux, parce que je savais très bien qu’elle était en train de se cacher pour pleurer. Je pressai une nouvelle fois son épaule de ma main, puis j’ouvris la porte et quittai la pièce, sans ajouter un mot.
Par la suite, je repris mes dossiers, mes papiers, mes classeurs et je me replongeai dans mes notes, pour être sûr de maîtriser l’affaire que j’allais devoir traiter le lendemain matin. J’étais prêt, comme d’habitude, mais je n’allais dormir que quatre heures pour pouvoir être sûr à cent pourcent. Je savais qu’au lieu de faire ça, j’aurais dû passer encore une heure avec ma fille, discuter avec elle, regarder un film, écouter de la musique, lire un bouquin, simplement faire un câlin. Mais comme d’habitude, je ne l’écoutais pas. Je ne m’écoutais pas. Et je foirais tout…
(c) crackle bones


__________________________

It was February 14 Valentine's Day, the roses came but they took you away. Tattooed on my arm is a charm to disarm all the harm, gotta keep myself calm but the truth is you're gone (...) Take that rage, put it on a page, take that page to the stage, blow the roof off the place. I'm trying to make you proud, do everything you did. I hope you're up there with God saying "That's my man!" ► if you could see me now, the script.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dad, you looks like an idiot *Aaron/Sasha*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: