Partagez | 
 

 Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Helen Lynch Murphy



Helen Lynch Murphy


DISCUSSIONS : 18
MessageSujet: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Lun 26 Nov - 22:11



► month year, place | quotation
Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy
Stew & Fergus& Flora & Helen
Dimanche… C’est la journée où nous sommes tous ensemble, une journée où Stewart ne peut pas s’échapper de la maison sous l’excuse du travail. Non, il était coincé avec nous, avec sa famille et pas avec sa maîtresse. Parce que oui, je suis sûre, je suis certaine qu’il a quelqu’un d’autre dans la vie. Ca fait des mois qu’il ne me touche plus, qu’il me regarde plus et me parle à peine. Mais dans peu de temps, je vais tout faire pour qu’il me parle, qu’il m’avoue qu’il a une relation avec sa jeune étudiante.
Mais il n’y a pas qu’avec Stew que les journées sont tendu, il y a aussi avec Fergus. Un adolescent en pleine âge de rebellions. Certes, il a dix-sept ans, il veut essayer beaucoup de chose pour découvrir la vie, mais il y a des limites et je pensais l’avoir bien élevé.
Puis il y a ma petite Flora, elle grandit bien vite j’aimerai bien qu’elle s’arrête là, elle est mignonne, douce et ne fait jamais de bêtise. La petite fille idéale.

Je suis en pleine préparation d’un bon repas, avec l’espoir que ça renoue nos liens familiaux. Que Stew remarque que sa famille est bien plus importante que tout, que sa maîtresse qui dès qu’elle va le voir vieillir ne voudra plus de lui. Alors que moi, ça fait plus de vingt ans que nous sommes ensemble. Même si, j’ai l’impression que notre mariage est fini depuis un moment déjà. Et puis, tous les soirs je me dis que je n’aurai jamais dû l’épouser et retourner dans les bras de Ian. Ca a toujours été lui, l’homme que j’aime le plus au monde.

Tout le repas est au four, un bon poulet pomme de terre, haricots, ainsi qu’un cheesecake. Tout en chantonnant, je commence à mettre la table. C’est à se moment là, que ma Flora arrive et me donne un coup de main sans que je lui demande. On parle peu, mais on chantonne beaucoup toutes les deux, on rit surtout, parce que je suis loin d’être aussi doué en chant qu’en musique.

Il était tant de passer à table, il ne manquait plus que Stew qui était dans son bureau et mon grand garçon.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

__________________________

J'ai deux amours...

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas


Fergus Murphy



Fergus Murphy


DISCUSSIONS : 15
CREDIT : Bazzart : Lydie
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mar 27 Nov - 20:06

Je suis profondément endormi lorsque je sens une main sur ma tête. Je gigote pour me dégager, mais je suis incapable de me débarrasser de cette fâcheuse distraction. J’entends ensuite la petite voix de ma sœur. Cette dernière tente de me réveiller. Il serait apparemment près de 16 h. Selon elle, j’aurais dormi pratiquement toute la journée et je devrais me lever avant que le dîner soit servi. Je grogne et j’ouvre les yeux. Je regarde mon cadran. Elle a raison. Il est tard. J’ai décidément beaucoup dormi, mais c’est un peu normal vu l’heure à laquelle je suis rentré. Je la remercie d’un sourire forcé et je tente de me lever. C’est à ce moment que je ressens les premiers effets secondaires de ma nuit endiablée. J’ai l’impression d’avoir la tête prise dans un étau et le cœur sur le bord des lèvres. Je vais à la salle de bain et me glisse sous la douche pour tenter d’effacer les stigmates de mes excès de la veille. Une fois sortie de la douche, je me brosse les dents pour me débarrasser de mon haleine de cheval et passe un survêtement de sport. Maintenant que je suis réveillé et habillé, je devrais faire le ménage de ma chambre avant que ma mère ne vienne me crier dessus, mais j’en ai pas la force. Pas plus, que je n’ai envie de faire mes devoirs de maths. Sans énergie, je me contente donc d’envoyer un message, texte à mon meilleur ami et j’allume ma console de jeu. Je n’ose pas monter à l’étage pour éviter de tomber sur ma mère. Elle aura certainement un tas de reproches à me faire encore donc autant rester dans ma chambre au sous-sol.

Au même moment, le téléphone de la maison sonne. Rapide comme l’éclair, Flora répond la première. L’appel est pour son père. Elle demande à la personne d’attendre un instant et va cogner deux coups sur la porte du bureau de son père pour l’aviser de prendre l’appel.

- Téléphone pour toi papounet !

Flora retourne dans le hall d’entrée ou se trouve le combiner principal et attend que son père prenne l’appel pour raccrocher.

Monsieur Murphy? … ici le professeur Armstrong. Je suis le professeur d’anglais de Fergus. Je m’excuse de vous déranger en ce dimanche, mais je dois absolument vous parler du dernier devoir de votre fils.


L’homme fait une légère pause et continu : "Ce devoir est très important pour le premier semestre. Il s’agit d’une analyse d’un ouvrage de leur choix. Les étudiants devaient choisir un roman de Steinbeck et faire une dissertation de 2000 mots. À ma grande surprise, le devoir de Fergus était excellent. Tellement que cela m’a étonné. Cela ne lui ressemble absolument pas… enfin je veux dire rien par rapport à ce qu’il a l’habitude de remettre comme devoir. J’ai donc immédiatement eux quelques doutes sur certains passages de son devoir alors j’ai fait quelques recherches sur le web. J’ai bien fait Monsieur Murphy parce que ce devoir n’a pas été écrit par Fergus, mais par vous… votre fils a copié presque intégralement un article que vous avez publié, il y a deux ans dans « Quarterly Literary Review » !! …Dans les circonstances, je n’ai pas d’autres choix que de respecter nos règlements et de lui mettre la note de 0 ! "

__________________________

 
Carpe Diem
All that you need is in your soul ..Follow your heart and nothing else... be something you love and understand.
©️ Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas


Flora Murphy



Flora Murphy


DISCUSSIONS : 8
CREDIT : Bazzart - Valtersen
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mer 28 Nov - 14:59

Jadis, j’aimais les dimanches en famille. C’était fantastique de se retrouver tous les quatre ensembles. Ont parlaient de tout et de rien. On se racontait notre quotidien. On rigolait bien et on jouait à toutes sortes de jeux. Bref, nous étions une famille unie. Il y avait beaucoup d’amour entre nous. Aujourd’hui, tout a changé. Il règne un silence glacial entre nos murs. C’est à peine si papa et maman se parlent. Quant à Fergus, il semble s’être transformé en courant d’air depuis quelques mois. Et moi, je reste la toute seule. J’observe et ne dit rien. Je vois le fossé se creuser entre nous et je me sens impuissante.

Il est tôt en ce dimanche matin de novembre. À l’extérieur, il a commencé a neigé. J’enfile mes pantoufles et je descends à la cuisine pour nourrir mes animaux. Sur le canapé mon papa dort profondément. Je remonte sa couverture sur ses épaules pour ne pas qu’il est froid et l’embrasse sur le front. Ce n’est pas inhabituel de le voir dormir sur le sofa ou dans sa chaise de bureau. Depuis des mois qu’il ne dort plus avec maman dans leur chambre. Pourquoi? … je ne sais pas ce qui s’est passé entre eux, mais je suis assez grande pour comprendre que l’amour entre eux est mort. Ils ne sont plus du tout comme avant. Plus de mots doux, de baiser dans le cou ni sourire complice. Cela me fait mal quand j’y pense. Dans ma classe plusieurs de mes copines vivent à présent dans deux maisons. Moi, je n’ai pas envie de choisir entre maman et papa. Je les aime tous les deux. Je veux rester avec eux et Fergus. Des larmes coulent sur mes joues, mais je me dépêche de les essuyer. Je dois rester forte. Je reste un moment à regarder papa, mais quand j’entends mon chien couiné, je me dépêcher d’aller en cuisine pour nourrir mes bébés et je prépare le café pour maman.

Quand le café est prêt, je monte à l’étage et dépose son café sur la table près du lit et je me glisse sous les draps avec elle. C’est notre petit moment à toutes les deux. Quand j’étais plus petite, je venais souvent dans le lit de mes parents pour me faire cajoler par eux. Parfois, mon grand frère venait avec moi, mais lui il a toujours été plus indépendant.

Je colle mon petit nez dans le cou de maman et je sens sa main dans mes cheveux. Collée ainsi contre elle je peux sentir son parfum. Elle sent bon. Quand je serai grande, j’espère que je vais lui ressembler parce qu’elle est tellement belle. Ces derniers temps, j’essaie de passer plus de temps avec elle parce que son regard est triste. J’aimerais tellement la voir sourire à nouveau. Si seulement papa et elle pouvaient régler leurs histoires peut être qu’on pourrait réussir a sauvé notre famille. Nous restons au moment dans le lit avant que maman décide de se lever. Elle me demande ce que j’ai prévu pour la journée et je lui parle de devoir que j’ai a terminée. Je lui promets par contre de l’aider a préparé le dîner. Nous échangeons un câlin et je file dans ma chambre pour m’occuper de mes devoirs. La journée se passe doucement. Nous sommes tous occupés chacun de notre côté et le silence s’épaissit toujours un peu plus.

Le temps file et comme je n’ai toujours pas vu mon frère debout, je m’inquiète immédiatement pour lui. S’il ne se montre pas, il va encore avoir des ennuis alors je vais le réveiller.
Fergus est couché dans son lit encore habillé. Je devine qu’il est rentré tard et qu’il a bu parce que c’est vêtements sent mauvais. Il grogne un peu, mais il finit par se réveiller. Voyant l’heure, il me remercie de l’avoir réveillé. Quand je remonte à l’étage, le téléphone sonne et je réponds rapidement. L’appel est pour papa. Ce dernier est comme à son habitude dans son bureau à écrire ou corriger des copies, alors je vais lui dire de prendre l’appel. Il me remercie et je referme la porte derrière moi. En cuisine, maman a commencé a préparé le dîner et comme promis j’enfile mon tablier pour lui donner un coup de main.

- Ça sent rudement bon… je vais t’aider à couper les légumes. Est-ce que tu sais si Tatie Ève va rester avec nous pour Noël?

__________________________



La fleur d’hier est le rêve d’aujourd’hui
(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

Stewart Murphy



Stewart Murphy


DISCUSSIONS : 10
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mer 28 Nov - 22:00

dimanche, jour du seigneur...
la famille murphy au complet

Fallait-il vraiment le dire ? Le dimanche était le jour que je détestais le plus de toute la semaine.
Pourquoi ? Parce que j’étais obligé de mentir à toute ma famille. A ma femme, mais j’en avais l’habitude désormais, mais aussi à mes deux enfants, qui commençaient à être vraiment grands et qui allaient finir par comprendre ce qui me prenait, chaque jour, chaque semaine. Evidemment, j’aurais préféré être ailleurs, avec Ludivine, par ailleurs. Mais je ne pouvais pas. Il était un devoir dominical de rester avec ses enfants et sa femme. Un devoir que je ne prenais pas vraiment à coeur.

Le samedi soir avait été plutôt calme. Helen avait regardé un film à la télévision, pendant que je lisais dans mon bureau. Je l’avais entendue aller se coucher, sans même me souhaiter une bonne nuit, comme d’habitude, et je ne l’avais pas rejointe. Quel effort aurais-je envie de fournir alors qu’elle ne prenait même pas la peine d’essayer de me parler ? C’était inutile, et je savais reconnaître une cause perdue quand j’en voyais une. J’avais fini par gagner le canapé pour encore faire semblant de m’y être endormi, pour cacher la vérité aux enfants. Comme d’habitude, je m’étais endormi dans un sommeil agité, mais ensuite très profond, grâce aux antidépresseurs que je prenais encore régulièrement.

Le dimanche matin avait été plus compliqué. D’habitude, j’essayais toujours de me réveiller avant tout le monde, pour ne pas alerter qui que ce soit, mais cette fois, je sentis bien que quelqu’un me touchait, seulement, mon cerveau était incapable de me réveiller. Je sentis une petite main toute douce, que je devinais être celle de Flora, mais mes yeux ne daignèrent pas s’ouvrir et je replongeai dans mon sommeil sans rêve, pendant une petite heure de plus. Lorsque je me réveillai pour de bon, la maison était plongée dans le silence. Rien ne bougeait, pas même les chats. Aussi, je me levai discrètement, avançai vers la cuisine pour me faire un café et rejoindre ensuite mon bureau. Je n’avais aucune envie de croiser qui que ce soit ce matin. Et j’avais encore un tas de copies à corriger. Elles n’étaient pas brillantes, ce qui ne m’aidait pas vraiment à être empli d’entrain.

Dans l’après-midi, Flora me passa un appel, qui m’était destiné. Qui pouvait m’appeler un dimanche, sans que ce soit une urgence absolue ? J’espérais que ce n’était pas Ludivine, parce que si elle se mettait à m’appeler sur mon téléphone fixe, elle allait nous attirer des problèmes. Mais il n’en était rien, il s’agissait simplement du professeur d’anglais de mon grand fils, qui m’expliqua rapidement que Fergus avait complètement triché lors de son dernier devoir écrit, en prenant simplement le temps de me piquer un de mes textes en pensant que son enseignant n’allait pas piger qu’il était trop nul pour pondre un texte pareil. Quel imbécile… Il pensait vraiment berner un type qui avait déjà des études derrière lui ? Je soupirai, autant de fatigue que de dépit, et je répliquai au professeur Armstrong qu’il méritait son zéro et que je n’allais rien faire pour l’en empêcher s’il le souhaitait vraiment, mais que Fergus méritait tout de même une seconde chance, pour refaire le devoir et le faire par lui-même, cette fois.

En soupirant derechef, je daignais enfin sortir de mon bureau pour aller voir Fergus dans sa chambre, au sous-sol. Je frappai doucement à sa porte pour indiquer ma présence et entrai aussitôt. Il était pratiquement collé à son écran de télévision, les yeux rivés à un jeu vidéo. J’avais horreur de le voir jouer à cela, il pourrait au moins ouvrir un livre, ça pourrait l’aider pour ses devoirs d’anglais, par exemple !

« Fergus, faut qu’on cause, fiston… »

Il m’ignora, c’était clair, mais je ne savais pas s’il le faisait exprès ou si c’était son écran de télé qui l’hypnotisait. Aussi, je m’approchai de la multiprise qui reliait l’électricité à ses appareils et je l’éteignis, ce qui eut pour effet de réveiller mon fils.

« Je te parle, Fergus ! m’exclamai-je, plus fort que ses protestations. Je viens d’avoir ton prof d’anglais au téléphone ! Il parait que tu voles mes textes pour en faire des devoirs ? Tu te fiches de qui là ? T’as cru que ton prof était un abruti ou quoi ? »

J’étais vraiment déçu de lui. Je ne pensais pas qu’il irait jusque là, et surtout, Fergus était un bon élève avant, alors pourquoi partait-il dans la mauvaise direction ? Se rendait-il compte qu’un zéro pointé pourrait lui valoir des heures de travail supplémentaire pour se rattraper ? Il fallait que je lui mette du plomb dans la cervelle…
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


Helen Lynch Murphy



Helen Lynch Murphy


DISCUSSIONS : 18
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Jeu 29 Nov - 23:01



► month year, place | quotation
Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy
Stew & Fergus& Flora & Helen
Pendant la préparation du repas, j’ai l’aide de mon petit ange, c’est une vraie perle ma fille. Et j’essaie de tout faire pour qu’elle soit une forte et grande jeune femme pour qu’elle avance dans la vie. Et puis, j’ai envie de la protéger des hommes aussi, enfin de l’amour surtout, qu’elle ne se fasse pas avoir comme moi. Mais bon, je n’ai eu que deux hommes dans ma vie, je ne suis pas non plus une grande experte non plus du coup. J’espère faire de mon mieux pour qu’elle soit apte à affronter la vie.
Flora me pose une question au sujet d’Eve, ma petite sœur. Je hausse les épaules, ne sachant pas du tout de la réponse.

- Oh tu sais bien comment est tatie Eve, elle se décide toujours au dernier moment ce qu’elle va faire.

Mais ça serai vraiment bien qu’Adam et Eve vienne passer les fêtes à la maison. Je serai tellement heureuse, et Flora aussi du coup. Elle adore sa tante cette petite.
On fini de cuisiner tout en discutant, et la bonne heure du poulet rôti commence à bien remplir la maison. J’aperçois Stew sortir de son bureau pour aller au sous sol. Je fronce les sourcils en me demandant ce qu’il peut bien aller faire dans l’antre de Fergus.

- C’était qui au téléphone ma puce ?

Elle me dit que c’était une voix d’homme qui voulait parler à son père. Bon, ce n’était pas sa blondasse de maîtresse, encore heureux qu’elle n’appelle pas chez moi ! Cependant, je me dis que cet appel et le fait que Stewart part voir Fergus à un lien. Mais, si ça concerne notre fils, il n’aurai pas dut venir m’en parler ? Si, mon cher enfant a fait une bêtise j’ai le droit de le savoir et ainsi voir d’une punition ensemble.
La colère me monte envers Stew, une fois encore il fait tout de son côté sans venir me parler avant. Non mais ce comportement m’énerve vraiment.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

__________________________

J'ai deux amours...

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas


Fergus Murphy



Fergus Murphy


DISCUSSIONS : 15
CREDIT : Bazzart : Lydie
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Dim 2 Déc - 13:30

Je suis dans ma chambre à jouer tranquillement quand je vois mon père débarqué dans mon antre. Pour qu’il daigne descendre au sous-sol, il faut vraiment que ce soit important. Je ne me souviens plus de la dernière fois qu’il est venu dans ma chambre. Il faut dire que j’ai passé l’âge des câlins avant d’aller au lit.

Il essaie d’attirer mon attention, mais je suis en pleine bataille avec un monstre donc ce n’est pas le temps que je quitte mon écran. Alors que Link se lance à l’attaque d’un monstre horrible et visqueux, tout s’éteint d’un coup.

« What the Fuck !!! »  


C’est quoi ce bordel. Je lâche ma manette et c’est là que je vois mon père près de la prise de courant. Le con. Il a tout débranché. Furieux, je fais mine de me lever pour tout réparer, mais il ne m’en empêche et hausse le ton se sa voix.

« Je te parle, Fergus! »

Je soupire d’exaspération et lève les yeux au ciel devinant que s’il a pris la peine de venir me voir c’est pour me sermonner. Je croise les bras

« Je viens d’avoir ton prof d’anglais au téléphone! Il paraît que tu voles mes textes pour en faire des devoirs ? Tu te fiches de qui là? T’as cru que ton prof était un abruti ou quoi? »


Ho le con! Là je suis vraiment dans la merde. Son devoir était tellement merdique qu’il me donnait la nausée. Pas question que je lise un bouquin de 500 pages seulement maintenant qu’il avait découvert ma supercherie, j’allais en prendre plein la tronche.

Ne sachant pas ce que je dois lui répondre, je me gratte la tête en riant et dit : « Tant qu’à prendre les mots d’un expert, j’ai choisi le meilleur… et puis il exagère, je n’ai pas tout copié… seulement les passages qui parlent de la symbolique. Il ne peut donc pas m’accuser de ne pas avoir lu son foutu bouquin !! En plus, j’ai dû me taper la lecture de ton article qui je m’excuse… est d’un ennui mortel! »

Au même moment, mon écran de veille sur mon ordinateur me signale l’arrivée d’un nouveau courriel et du coup la photographie de la mystérieuse beauté rencontrée la veille. Me suffit de voir son visage angélique pour avoir de nouveau envie de danser avec elle, mais aussi de lui faire bien d’autres choses.

__________________________

 
Carpe Diem
All that you need is in your soul ..Follow your heart and nothing else... be something you love and understand.
©️ Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas


Flora Murphy



Flora Murphy


DISCUSSIONS : 8
CREDIT : Bazzart - Valtersen
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mar 4 Déc - 13:31

Je dépose le livre que j’ai dans les mains sur la table et j’enfile mon tablier. Lorsque je me place derrière le comptoir pour commencer à couper les légumes, je vois mon père sortir de son bureau. Il semble contrarié et il descend immédiatement les marches pour se rendre au sous-sol. C’est mauvais signe. C’est probablement encore mon frère qui a fait des bêtises. Du moins, c’est ce que je pense.

- J’espère vraiment qu’elle va rester parmi nous ce serait vraiment chouette… c’est dommage que grand-papa et ton frère ne puissent pas venir avec elle. Ce serait chouette de pouvoir retourner en Irlande pour visiter toute la famille.


Je termine de couper les légumes avec maman lorsqu’elle me demande qui c’était au téléphone.

- C’était un professeur de Fergus qui voulait parler à papa… il a probablement encore oublié de rendre un devoir.


Je me lave les mains et demande à ma mère si elle a besoin que je l’aide pour le dessert ou si elle préfère que je place les couverts sur la table. Elle ne me répond pas immédiatement. Elle semble songeuse et je suis convaincue qu’elle s’inquiète déjà pour mon grand bêta de frangin.

- Maman? …

__________________________



La fleur d’hier est le rêve d’aujourd’hui
(c) Miss Pie



Dernière édition par Flora Murphy le Ven 28 Déc - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

Stewart Murphy



Stewart Murphy


DISCUSSIONS : 10
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mer 5 Déc - 18:31

dimanche, jour du seigneur...
la famille murphy au complet

L’exclamation de mon fils ne m’impressionna pas plus que de raison, et mon regard le calma aussitôt. Il savait qu’il ne fallait pas jouer au plus fin avec moi. Je n’étais pas d’humeur, je n’étais jamais d’humeur, et on était dimanche, c’était le pire jour de la semaine pour moi. Pour quelle raison son professeur m’avait appelé un dimanche ? Je n’en savais rien, mais lui aussi avait décidé de me gâcher la fin de semaine. Je vis mon fils soupirer et je me retins de lui envoyer le cable de sa console dans la figure tellement il m’exaspérait. Cependant, son regard changea lorsque je lui expliquai la situation. Je vis bien qu’il était déçu de s’être fait avoir aussi facilement, et qu’il essayait de chercher une échappatoire, quelque chose de malin à dire qui lui sauverait la mise, mais je n’allais pas céder. Il était temps que ça cesse ses conneries. Il croyait quoi ? Qu’on ne savait pas, avec sa mère, qu’il sortait beaucoup trop et qu’il ne passait pas assez de temps sur ses cours ? Tout cela allait changer, même s’il fallait que j’en discute avec Helen ! C’était hors de question que je laisse mon fils détruire sa vie aussi jeune.

« Peu importe quel expert tu choisis, copier le travail de quelqu’un c’est du vol ! Je m’en balance que ça t’ait ennuyé de me lire, ce n’est pas pour des petits merdeux dans ton genre que j’écris mes articles, je le fais pour des gens qui s’y connaissent, qui s’y intéressent, et qui prennent le temps de lire, d’apprécier et de savoir interpréter un bouquin ! »

J’étais hors de moi. Comment osait-il m’affronter ainsi ? A quel moment Fergus avait grandi au point de me répondre de la sorte ? Il ne le faisait pas avant. Que se passait-il dans sa vie pour qu’il soit insolent, et qu’il ne prenne pas la peine de travailler ?! Il fallait que cela change.

J’allais enchaîner en lui disant qu’il allait être privé de sortie jusqu’à ce que ses résultats remontent et soient excellents, ce qui prendrait probablement un certain temps, vu son niveau actuel, mais une notification m’interrompit dans mes pensées et mes actions. Je tournai la tête vers l’auteur du petit bruit, son ordinateur, et mon coeur s’arrêta de battre dans ma poitrine lorsque je vis qui était sur son fond d’écran. Ludivine… Comment la connaissait-il ? Savait-il qui elle était pour moi ? Je détournai le regard bien vite, ne sachant pas comment réagir. Devais-je le questionner sur elle ? Après tout, je pouvais m’inquiéter de savoir si mon fils avait un copine, c’était ce que ferait un père, mais j’avais peur de m’inquiéter. Mieux valait que je mène l’enquête auprès de Ludivine, à qui je pouvais parler librement. Je gardais le câble de la console dans la main et m’avançai vers la porte.

« Je vais en parler à ta mère, mais tu peux être sûr que tu ne vas pas t’en tirer comme ça jeune homme. J’ai dit à ton prof que tu méritais zéro, mais que ce serait sympa de te laisser une chance ! Alors tu vas bosser ! »

Je passai le seuil de la porte, puis m’interrompis à nouveau, en repensant à la photo de Ludivine. Il fallait quand même que je lui demande.

« Et Fergus ? C’est qui sur ton fond d’écran ? C’est pour elle que tu sors comme ça si tard ? On n’est pas dupes, ta mère et moi… »

J’avais réussi à amener le sujet sur la table sans trop m’emmêler les pinceaux, plutôt fier de moi. Restait à savoir si j’allais pouvoir assumer la suite sans m’énerver…
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


Helen Lynch Murphy



Helen Lynch Murphy


DISCUSSIONS : 18
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Lun 10 Déc - 23:02



► month year, place | quotation
Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy
Stew & Fergus& Flora & Helen
Je souris à ma petite puce, il est vraie que j’aimerai bien passer un noël avec mon père et Adam. Un vrai Noël qui réunirai toute ma famille et Ian.

Légèrement perdu dans mes pensé j’entends à peine ma fille qui continue de me parler. J’avais une fois de plus l’esprit préoccupé par les bêtises de mon fils. Qu’est-ce qu’il a pu faire une fois encore. Et depuis quand ses professeurs appel un dimanche ? Ca doit être grave…

- Pardon ma puce, heeeu…, tu veux m’aider avec le gâteau au chocolat et beurre de cacahuète ?

Je sais qu’elle adore lécher le bol avec tout le chocolat qui reste à l’intérieure. Quand elle était petite elle s’en mettait partout et ça m’a toujours fait rire. Même si je sais qu’aujourd’hui elle a déjà douze ans, je sais que ça ne serai plus toujours aussi amusant de faire de la cuisine avec sa mère. Alors autant profite de chaque instant avec ma fille, qui elle aussi grandit trop vite. Je dois me concentrer un peu plus sur elle.

- Alors ma puce, je sais que je suis un peu tête en l’air en se moment, est-ce que tout va bien à l’école ? Tes copines ? Un amoureux ?

Je la vois rougir tout en se cachant un peu. Elle me fait penser à sa tante à son âge.
Je sors tout le nécessaire pour confectionner le dessert


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

__________________________

J'ai deux amours...

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas


Flora Murphy



Flora Murphy


DISCUSSIONS : 8
CREDIT : Bazzart - Valtersen
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Ven 28 Déc - 14:31

L’ambiance est lourde dans la maison et ce n’est pas seulement à cause des bêtises de Fergus. Je ne suis pas dupe. Je me rends bien compte que les relations sont tendues entre mes parents. Non seulement ils ne dorment plus ensemble, mais il n’y a plus aucune marque d’affection entre eux. C’est à peine s’il se parle. Dans ces conditions, je m’attends d’un jour à l’autre à apprendre qu’ils vont se séparer. Le cœur lourd, j’ai dû mal accepter la situation.

L’esprit ailleurs ma mère fait à peine attention à ma présence tout près d’elle. Elle ne semble pas non plus m’entendre alors que j’essaie d’attirer son attention. Elle semble préoccuper. Est-ce papa qui lui donne ses premières rides ou Fergus? À moins que ce soit son bel écossais qui occupe toutes ses pensées.

- Pardon ma puce, heeeu…, tu veux m’aider avec le gâteau au chocolat et beurre de cacahuète?

- Bien sûr. Je vais chercher les bols à mélanger et les tasses à mesurer.

Je m’occupe de sortir des armoires le nécessaire pour faire le gâteau alors que ma mère s’occupe de mettre les légumes à cuire. J’ai toujours aimé faire la cuisine avec elle. J’aime l’entendre me raconter des histoires sur sa vie en Irlande et bien sûr me parler de mes grands-parents. J’évite par contre de la questionner comme j’avais l’habitude de le faire sur sa rencontre avec mon père. Autant éviter les sujets épineux.

- Alors ma puce, je sais que je suis un peu tête en l’air en ce moment, est-ce que tout va bien à l’école? Tes copines? Un amoureux?

Surprise par sa question, je lui souris. Décidément, elle ne semble pas du tout dans son assiette pour me poser de telles questions. Elle devrait pourtant savoir que contrairement à mon frère, je prends mes études au sérieux et que je ne pense pas qu’au sexe.

- Tout va bien… je suis toujours première de classe… j’ai toujours les mêmes copines et je ne m’intéresse pas aux garçons… rien n’a changée maman.

Je fais une légère pause le temps de mélanger les premiers ingrédients et prends une profonde inspiration avant de lui lancer : « Si tu pouvais retourner en arrière sachant que tu n’aurais pas eu ni Fergus ni moi, est-ce que tu choisirais ton écossais plutôt que papa? »

__________________________



La fleur d’hier est le rêve d’aujourd’hui
(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas


Fergus Murphy



Fergus Murphy


DISCUSSIONS : 15
CREDIT : Bazzart : Lydie
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Ven 28 Déc - 14:33

Voir mon père débarquer dans mon antre et mettre la pagaille dans mes affaires me met en rogne. Il ne connaît vraiment rien aux jeux vidéo pour oser arracher les fils de ma console alors que je suis en pleine bataille. Je vais devoir tout recommencer alors que j’ai mis des heures de travail pour arriver au dernier donjon du jeu. Furieux, j’aurais envie de l’envoyer balader, mais j’essaie tout de même de garder mon calme. Il semble de mauvaise humeur. Ce qui n’est pas nouveau. Depuis des mois, qu’il a cette tête. Le bon côté de sa perpétuelle tête de con, c’est qu’il est souvent absent de la maison et qu’il ne supervise plus mes études. J’ai donc la voie libre pour faire la fête avec mes potes. Mes études en souffrent un peu, mais tant que je tiens la moyenne mon entrée au collègue n’est pas en péril.

Habituellement, il évite de descendre au sous-sol et quand il veut me parler, il me demande dans son bureau au salon alors le voir dans ma chambre me fait craindre le pire. Lorsqu’il m’explique que mon professeur d’anglais à communiquer avec lui pour lui parler de mon dernier devoir un sourire stupide s’affiche sur mon visage. Quel con ce foutu Armstrong… Il va me créer un tas d’emmerdes avec mes parents. Faut dire que cette fois, j’ai peut-être poussé ma chance en copiant les mots de mon père, mais pas question que je reprenne ce devoir. Mon père me demande une explication et je me contente de lui balancer la vérité.

« Peu importe quel expert tu choisis, copier le travail de quelqu’un c’est du vol! Je m’en balance que ça t’a ennuyé de me lire, ce n’est pas pour des petits merdeux dans ton genre que j’écris mes articles, je le fais pour des gens qui s’y connaissent, qui s’y intéressent, et qui prennent le temps de lire, d’apprécier et de savoir interpréter un bouquin! »

Décourager par son discours pompeux, je soupire. J’ai du mal à croire que c’est mon père qui me fait la morale sachant tous les coups qu’il a faits dans sa jeunesse pour éviter de bosser en classe. Certes, je ne suis pas un expert de la langue anglaise, mais au moins moi je ne suis pas mortellement ennuyant.

- Je plains tes élèves… faut vraiment être con ou ne pas avoir de vie pour choisir ce domaine d’études!

Je me lève de mon lit pour tenter de remettre de l’ordre dans les fils qu’il a arrachés quand il m’interrompt de nouveau pour m’aviser qu’il allait parler de l’appel de mon professeur à ma mère. Bordel, cette fois, j’étais certains d’en prendre plein la poire elle allait me cloîtrer dans ma chambre pour des mois.

« Je vais en parler à ta mère, mais tu peux être sûr que tu ne vas pas t’en tirer comme ça jeune homme. J’ai dit à ton prof que tu méritais zéro, mais que ce serait sympa de te laisser une chance! Alors tu vas bosser! »


Furieux, qu’il est osé manigancer avec mon professeur dans mon dos, je me relève pour lui faire face. C’est à ce moment que je remarque que j’arrive à présent à le dépasser de quelques centimètres. Amusé par la situation, j’élève la voix et lui lance en pleine figure : « Pas question qu’il me mette zéro je m’en fous! »

Malheureusement pour moi mon père ne semble pas impressionner par mon petit numéro d’intimidation. Il tourne les talons en restant sur ses positions et alors qu’il va enfin quitter ma chambre, il me dit : « Et Fergus? C’est qui sur ton fond d’écran? C’est pour elle que tu sors comme ça si tard? On n’est pas dupes, ta mère et moi… »

Surpris qu’il prenne la peine de s’intéresser à qui se trouve sur mon écran de veille, je lui souris fier de mon coup. Cette fois, j’essaie de la jouer réglo pour ne pas m’attirer encore plus d’ennuis.

- C’est seulement une fille que j’ai rencontrée à une soirée. Elle est vachement bien roulée et carrément bandante tu ne trouves pas?

__________________________

 
Carpe Diem
All that you need is in your soul ..Follow your heart and nothing else... be something you love and understand.
©️ Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

Stewart Murphy



Stewart Murphy


DISCUSSIONS : 10
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Mer 16 Jan - 12:54

dimanche, jour du seigneur...
la famille murphy au complet

Fergus n’en finissait plus d’être insolent. Il fallait croire que la crise d’adolescence se prolongeait, pour lui, alors qu’il avait toujours été mignon, quand il était petit. J’espérais intimement que Flora ne prenne pas le même pli que lui. Enfin, il fallait bien admettre la vérité : les chats ne font pas des chiens, et il tenait de moi, quand Flora tenait d’Helen. J’étais pareil à son âge, un petit con qui voulait à tout prix rester chez lui à ne rien faire, à fumer des pétards en écoutant du rock. Que pouvais-je lui dire ? Il savait tout cela, mon passé, les emmerdes que j’avais créées à mes parents. J’espérais juste qu’il ne prenne pas le même chemin que moi, malgré tout.

« Laisse mes élèves en dehors de ça, ils ont de l’ambition, eux au moins ! lui répondis-je d’un ton monocorde, déjà las de cette conversation. »

Je lui expliquai rapidement ce qui avait été convenu avec son professeur, et le fait qu’il n’allait pas avoir zéro s’il retravaillait son devoir. Il ne semblait pas en avoir très envie et il esasya même de me le faire comprendre en se relevant pour venir me faire face, d’homme à homme. Je haussai un sourcil.

« On verra si tu fais autant le bonhomme devant ta mère, Ferg. »

Je secouai la tête, tout bonnement dégoûté de son attitude. Il ne me faisait pas peur, un jour où l’autre, il trouverait la voie de la raison, comme je l’avais fait, et il trouverait un domaine d’études qui l’intéresserait et qui le passionnerait, même.

Avant de partir de la chambre, je vis son fond d’écran lorsqu’il reçut une notification de mail et remarquai Ludivine. Le petit con ne se cacha même pas de me raconter comment il l’avait connue. Et sa réponse faillit me faire sortir de mes gonds. Bien roulée ? Carrément bandante ? Bien sûr que si, je trouvais aussi qu’elle était très belle, mais il ne pouvait même pas imaginer pourquoi. Quand il le saurait - et un jour, ce serait bien le cas ! - il n’en reviendrait pas. Sa nouvelle beauté d’un soir se tapait son père. Si je n’avais pas peur de déclencher la Troisième Guerre Mondiale, je lui aurais dit, juste pour pouvoir voir la tête qu’il faisait en apprenant une chose pareille.

« Elle a l’air un peu vieille pour toi, non ? Et puis… elle doit être vachement superficielle ! Tu préfères pas les brunes ? »

Il fallait à tout prix qu’il s’éloigne de Ludivine. Il ne pouvait pas tomber sous son charme, pas lui. Parce que je ne savais pas comment je pourrais réagir ? Est-ce que je serais jaloux ? Ou bien est-ce que je détesterais Ludivine pour s’être laissée faire ? Tout ce que je savais c’était que Fergus n’allait sûrement pas continuer de la voir, parce que j’allais tout faire pour que ce ne soit pas le cas.

« Tu éteins ton ordi, tu oublies cette fille et tu ne sortiras d’ici que quand tu auras refait ton devoir ! finis-je par déclarer, d’une voix calme, posée, mais meurtrière. Si j’étais toi, je me dépêcherais, parce que le repas est bientôt prêt. Ce serait dommage que tu ne puisses pas être à table avec nous. »

A ces mots, je tournai pour de bon les talons et montai doucement les escaliers qui menaient au rez-de-chaussée pour rejoindre mon bureau, en passant devant la cuisine. Si Helen n’était pas trop occupée, je lui expliquerais ce qu’avait fait son fils.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


Helen Lynch Murphy



Helen Lynch Murphy


DISCUSSIONS : 18
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Dim 20 Jan - 19:53



► month year, place | quotation
Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy
Stew & Fergus& Flora & Helen
Je voulais vraiment que ma fille se sente bien, qu’elle me parle librement de tout. Ces derniers temps avec mes problèmes de couple, j’oublie parfois de prendre soin de mes enfants. Bon, Fergus n’a pas vraiment spécialement envie de me parler ou de m’écouter, mais ma petite Flora, elle a encore besoin de sa mère. Mais au vue de ce qu’elle me répond, ce n’est pas trop le cas… Ou alors, elle ne veut pas me parler…
Mon couteau dérape en coupant le beurre, et je m’entaille le doigt. La question de ma fille me surprant au plus au plus au point. Comment elle peut penser ça ? Mais surtout qu’est-ce que je pouvais lui répondre.

- Flora, je ne voudrais aucune vie sans toi ou ton frère. Vous êtes mes trésors.

Il était hors de question d’avoir une vie sans eux… Même si dans un sens, Flora aurait été peut-être un peu plus rousse, ainsi que Fergus… mais…. Non, je ne peux pas penser à une chose pareille. Certes, parfois je regrettes d’avoir tout plaqué pour Stew, mais, je ne peux pas regretter les belles années que nous avons eu.

Mon doigts sous l’eau froide, je me dit que j’aimerai bien y mettre ma tête aussi et que j’allais me réveiller. Comment ma petite fille peut me demander ça ?! Comment elle peut penser que je regrette d’avoir choisis son père.

- Ma puce, il y a vingt ans j’ai épousé ton père parce que je l’aimais, et je l’aime toujours. Pourquoi tu me parles de Ian ?

J’aimerai toujours Stewart, plus comme avant c’est vraie, mais je ne ment en disant que je l’aime. Mais mes sentiments pour Ian sont… sont différent et bien plus fort.
Je me retourne et reprend la préparation du gâteau quand je vois au loin Stew remonter de la chambre de Fergus.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

__________________________

J'ai deux amours...

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas


Flora Murphy



Flora Murphy


DISCUSSIONS : 8
CREDIT : Bazzart - Valtersen
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Dim 27 Jan - 14:23

Elle blêmit. Elle s’est pratiquement coupé le doigt tellement ma question l’a prise par surprise. Pauvre maman. Elle n’a jamais su cacher ses pensées et encore moins ses sentiments. Je ne suis pas dupe. Je sais qu’elle a aimé un autre homme avant mon père. Qu’elle l’a aimé profondément et je suis même convaincue qu’elle l’aime toujours. Alors, pourquoi continuer à se mentir? Pourquoi vouloir à tout prix sauver son mariage avec mon père?

Je ne suis pas aveugle. Il est clair que l’amour entre eux est mort. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas c’est la faute de qui, mais même si l’idée de ne plus être une vraie famille me brise le cœur, j’ai encore plus de mal à les savoir tous les deux malheureux.

Assise sur un tabouret tout près d’elle, je ne la quitte pas des yeux alors qu’elle passe son doigt sous l’eau du robinet pour empêcher que son doigt ne saigne. Elle se tourne vers moi le regard rempli d’amour et me dit : « Flora, je ne voudrais aucune vie sans toi ou ton frère. Vous êtes mes trésors. »

- Je sais maman… et nous aussi nous t’aimons.

- Ma puce, il y a vingt ans j’ai épousé ton père parce que je l’aimais, et je l’aime toujours. Pourquoi tu me parles d’Ian?

Pourquoi je n’arrivais plus à la croire? Son regard n’était plus le même quand elle me parlait de mon père. Ils étaient tous les deux distants et ne se parlaient plus. Je ne connais pas grand-chose à l’amour, mais je suis capable de voir quand il est présent ou non entre deux personnes. Il suffit qu’elle prononce son prénom pour que son regard s’illumine. Comment puis-je lui en vouloir.

- Tout simplement parce que je pense que tu l’aimes encore… je ne le connais pas bien, mais je sais que lui il t’aime toujours.

__________________________



La fleur d’hier est le rêve d’aujourd’hui
(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas


Fergus Murphy



Fergus Murphy


DISCUSSIONS : 15
CREDIT : Bazzart : Lydie
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Dim 3 Fév - 16:38

Je ne sais plus ce qui me foutait le plus en colère. Le fait qu’il bousille ma progression dans mon jeu ou qu’il se mêle de mes histoires de devoir. Depuis des mois, qu’il ne s’occupait plus de moi et de Flora alors pourquoi ce soudain sursaut de paternité? Serait-il pris d’une crise de remords? Peu m’importait, je n’allais pas me plier à ses exigences. Je n’allais pas refaire ce devoir ce n’était pas la peine d’insisté. Bon, je l’avoue ce que j’avais fait n’était pas brillant, mais ce n’était pas la première fois que je rendais un devoir stupide et ce ne serait pas le dernier.

Je regrattais notre jadis bonne entente et ne pouvais m’empêcher de me demander si c’était lui qui avait changé ou simplement moi qui avait grandi. Soudainement, il m’apparaissait beaucoup moins cool. Je l’avais longtemps idolâtré et pris comme modèle, mais aujourd’hui il me paraissait vieux et chiant. Il avait beau argumenter je ne l’écoutai plus. Voyant mon désintérêt, il tente de me faire peur en parlant de la réaction de ma mère, mais j’en suis à un point ou je veux seulement qu’il foute le camp. Qu’il retourne à sa satanée université et qu’il cesse de me pourrir la vie.

Voyant qu’il n’obtiendra pas ma coopération, il se décide enfin à quitter ma chambre quand soudain il remarque une photo sur mon écran d’ordinateur. Surpris par sa réaction, je ne peux m’empêcher de me délecter des courbes de la beauté qui s’y trouve. C’est de loin la fille la plus canon que j’ai rencontrée à ce jour et je ne vois pas pourquoi je devrais y renoncer à cause de notre différence d’âge.

Furieux qu’il ose me faire une telle remarque, je lui réponds : « Depuis quand tu t’intéresses aux filles que je fréquente? … je parie que tu te ne rappelles même pas le prénom de ma dernière copine. Quant à la couleur des cheveux et l’âge, ce ne sont que des détails… cette fille je la veux et je vais tout faire pour l’avoir… »

Une fois de plus, ma réponse ne semble pas lui plaire. Son regard qui est habituellement rempli de lassitude et d’ennui est nettement plus sombre. J’ai soudainement l’impression qu’il a envie de me gifler. Ce serait une première parce qu’il n’a jamais été violent avec nous. Je ne peux alors m’empêcher de me demander ce qui lui arrive pour se mettre dans cet état pour cette fille qui ne connaît même pas.

Occupant physiquement tout mon cadre de porte son regard plonge dans le mien et je sais à cet instant qu’il va en arriver aux menaces et aux privations, j’attends le verdict qui tombe rapidement.

« Tu éteins ton ordi, tu oublies cette fille et tu ne sortiras d’ici que quand tu auras refait ton devoir! »

Incapable de me retenir, je jure entre mes dents, mais je reste tout de même prudent. Inutile d’attiser encore plus sa colère. Et puis voyant qu’il se dirige vers les marches pour remonter à l’étage je me lance sur les fils de ma console pour reprendre. Je me pense enfin en paix, mais voilà qu’il ajoute : « Si j’étais toi, je me dépêcherais, parce que le repas est bientôt prêt. Ce serait dommage que tu ne puisses pas être à table avec nous. »

Je grogne de nouveau et je hoche de la tête. Décidément, il a décidé de me pourrir la vie et ne compte pas me laisser tranquille. Je ferme donc ma télé et quelques minutes après qu’il est monté, je le suis à l’étage tout en évitant le salon et son bureau. Je me dirige plutôt en cuisine ou je retrouve ma mère et Flora. Je les salue d’un léger signe de tête et je me sers un verre d’eau avant de leur demander.

- Qu’est-ce qu’on mange?

__________________________

 
Carpe Diem
All that you need is in your soul ..Follow your heart and nothing else... be something you love and understand.
©️ Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

Stewart Murphy



Stewart Murphy


DISCUSSIONS : 10
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Sam 9 Fév - 11:25

dimanche, jour du seigneur...
la famille murphy au complet

Une chose que nous ne pouvions pas négliger, malgré tous nos désaccords et le fait que l’on ne se parlait plus vraiment depuis quelques mois, c’était l’éducation de nos enfants, leur réussite scolaire. Helen devait partager le même point de vue que moi sur cette idée. Fergus devait se reprendre, parce qu’il finirait mal s’il continuait à suivre cette voie. Jamais il n’avait eu de zéro de toute sa vie, et jamais il n’avait eu besoin de copier des choses sur internet. Il n’était peut-être pas le plus brillant des garçons de son âge, mais il était intelligent, il savait raisonner par lui-même, et c’était hors de question qu’il fiche tout en l’air pour une histoire de crise d’adolescence.

Alors que je remontais dans le salon, j’entendis les voix d’Helen et de Flora dans la cuisine. Au départ, les sons étaient étouffés et je ne comprenais pas de quoi elles parlaient, puis j’entendis un prénom. Ian. Que faisait-il dans cette conversation ? Pourquoi Flora connaissait-elle cet homme ? Je fronçai les sourcils, avant de m’approcher de la cuisine sans faire le moindre bruit pour écouter leur conversation. C’était apparemment Flora qui avait lancé la conversation à propos de cet enfoiré. Helen essayait tant bien que mal - et faussement surtout - de la rassurer en lui disant qu’elle m’aimait, ce qui était probablement le plus gros mensonge qu’elle ait jamais proféré. Disons que ce n’était plus un véritable amour, mais une grande affection, que l’on éprouvait chacun pour l’autre plutôt.

Mais Flora, aussi jeune soit-elle, avait bien percé à jour les sentiments de sa mère, et de l’homme qu’elle aimait vraiment. Comment connaissait-elle Ian, par contre ? Il était venu ici, chez moi, dans ma maison ? Il avait parlé avec mes enfants ? Comment osait-il ? Et comment Helen osait-elle l’inviter à entrer chez nous ? Je n’avais jamais ramené Ludivine ici, moi. Je restais silencieux, avant de faire quelques pas en arrière pour revenir près de l’entrée du sous-sol. Je remontai quelques marches en faisant beaucoup de bruit exprès, pour qu’elles entendent que j’étais de retour, puis je les rejoignis dans la cuisine.

« Salut chérie… saluai-je ma fille avant de l’embrasser sur le crâne. Helen, tu as deux minutes pour parler de Fergus ? Il vient de se récolter un zéro pour un devoir parce qu’il a recopié mon travail sur une œuvre. »

Je ne lui laissais pas vraiment le temps de parler avant de reprendre la parole.

« Je l’ai puni, donc ne t’étonne pas s’il ne mange pas avec nous, il faut qu’il refasse son devoir. »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


Helen Lynch Murphy



Helen Lynch Murphy


DISCUSSIONS : 18
MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   Lun 11 Fév - 0:05



► month year, place | quotation
Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy
Stew & Fergus& Flora & Helen
Les mots de ma fille me fait un choc. Certes je savais très bien que Ian avait toujours des sentiments pour moi et moi…. Moi je pensais les avoir enfouie en moi et le cacher même à moi même. Si seulement Flora n’était pas si futée, je ne me sentirais pas si mal à l’aise en se moment même.

- Flora, ne dis pas de bêtise, c’était il y a longtemps.

Je devais rester droite, même si depuis des mois, je pense à Ian bien plus souvent. Mais c’est plus pare que je suis malheureuse dans mon couple.

Je suis soulagée de l’apparition de Stew, et c’est bien une première depuis plusieurs semaines. Il ne pouvait pas savoir à quel point il me sort une épine du pied en arrivant dans la cuisine pour une fois.Il salut ça fille et m’ignore à moitié, à force j’ai pris l’habitude de passer inaperçu à ces yeux. Sauf que pour une fois, il va me parler, sûrement du coup de téléphone qui concernait Fergus. Je ne fais plus rien et j’écoute alors Stewart qui m’annonce que notre fils à triché et qu’il a récolté un zéro. Il me dit qu’il l’avait puni, il manquerait plus qu’il le félicite. Bon, en faite nous avons toujours été sur la même longueur d’onde, ça n’a jamais été sur se terrain de l’éducation que nous nous disputons.

- Bien, je lui mettrais une assiette au chaud.

Au fond de moi, je soupir de déception, d’une parce que mon fils est dans une mauvaise passe et je ne sais plus trop quoi lui dire. Et d’autre part pare que je voulais passer un dimanche un peu classique, et avoir un repas tous ensemble.

Je vais devoir parler à mon fils et comprendre pourquoi il agit ainsi. Il était si mignon petit… qu’est-ce qui a pu changer en quelques années. Oui, bon, je sais, l’adolescence…

- Stewart, on va devoir lui parler sur les conséquences de ses actes et ça dans la semaine.

Il me fait un oui de la tête puis repart dans son bureau. C’est bien une grande conversation que nous avons eu là…. Flora n’a peut-être pas tord sûr une chose, je regrette parfois que son père ne soit pas Ian….

C’est à se moment là que Fergus arrive dans la cuisine comme si de rien n’était. Et demande ce qu’il y au menu.

- Alors, d’une jeune homme, on fait un bisou à sa mère et de deux, je crois que tu as un devoir à faire, et ça tout de suite. Et il n’y a aucune discution possible pour le moment.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

__________________________

J'ai deux amours...

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dimanche jour du Seigneur, ah non pas chez les Murphy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: Maison des Murphy-
Sauter vers: