Partagez | 
 

 Siobhan & Seán ► un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Siobhan & Seán ► un nouveau départ   Mer 12 Juil - 23:09

Un nouveau départ
siobhan ft. seán

Enfin, nous défaisions le dernier de nos peu nombreux cartons ! Cela faisait à peine deux jours que Siobhan et moi étions arrivés à Toronto, et déjà, je sentais que mon Irlande natale me manquait. En soupirant, je pris le cutter posé sur la table basse encombrée pour couper le papier collant qui liait le patron du carton et finis par le plier pour le rajouter sur la pile des autres, que nous allions garder précieusement à la cave, en espérant ne pas les ressortir trop tôt tout de même.

Le voyage avait été long, Siobhan avait dormi tout le long, comme à chaque fois qu'elle montait dans un avion. Quant à moi, je n'avais pu m'empêcher de réfléchir à tout et à rien en même temps. Qu'allions-nous faire dans cette immense ville, remplie de buildings, de gens... ? Ce n'était vraiment pas dans nos habitudes, mais il paraissait, d'après nos parrains, que c'était mieux pour se fondre dans la masse et pour se faire oublier. Toronto était vraiment différente de Belfast, et je ne savais pas si nous allions réussir à nous habituer à ce genre de vie. Je soupirai une seconde fois. Tout allait changer désormais, et nos vies ne seraient plus jamais les mêmes. Si seulement il n'y avait pas eu ce fichu bruit !

En sortant de mes pensées, je posai les yeux sur Siobhan, qui s'affairait déjà à trouver les meilleures places pour nos différents éléments de décoration. Elle adorait ça, et elle avait toujours été la meilleure de nous deux pour nous faire un nid douillet et agréable à regarder. Je lui accordais une confiance aveugle, parce que deux nous, j'étais celui qui gérais toutes les situations plus délicates... et comme moi, elle me faisait confiance, en toute occasion. J'esquissai un sourire en me rapprochant d'elle. Elle semblait être aux proies avec des cadres qui ne voulaient absolument pas tenir. Quoi qu'elle fasse, ils n'étaient jamais droits, et alors que j'allais poser ma main sur sa taille, un des trois cadres finit par carrément tomber par terre et je pouffai de rire en entendant Siobhan râler.

« Laisse, chérie, je m'en occupe... dis-je en ramassant le cadre par terre. Tu as besoin d'un niveau, je pense ! »

Je l'embrassai sur le coin des lèvres avant de me tourner vers le mur pour regarder comment étaient disposés les cadres. Tous droits, sur une même ligne. Avec un sourire de plus, j'essayai de mettre ce troisième cadre récalcitrant dans la même lignée que les autres, en priant de toutes mes forces pour que cela fonctionne du premier coup, pour impressionner Siobhan. Nous étions ensemble depuis un sacré bout de temps maintenant, mais je n'arrêtais pas pour autant d'essayer de faire des choses dont elle serait fière. Je vivais pour voir l'étincelle de fierté et d'admiration que je voyais parfois dans son regard.

En quelques minutes, je parvins à faire tenir le cadre au mur et me retournai vers ma petite amie en riant doucement et en passant une main dans ma crinière brune. Elle avait l'air plutôt blasée que je réussisse à accrocher ce fichu cadre aussi facilement, et je m'avançai vers elle en souriant.

« Sois pas jalouse Sio... »

L'oeil rieur, je ne pus m'empêcher de pouffer à nouveau de rire et cela me valut une tape sur le bras, assez gentiment tout de même. Je pris Siobhan par la taille et la rapprochai de moi.

« J'ai défait le dernier carton... on est chez nous ! »

Ce n'était pas un réel plaisir que de dire cela, parce que ce n'était pas du tout chez nous, ce n'était pas notre maison, quand bien même nous allions vivre ici quelques temps, voire peut-être une longue période. Je préférais me dire que ce serait un séjour assez court, mais on ne pouvait pas prévoir le futur...
made by black arrow

__________________________


Baby i just want to dance
she played the fiddle in an irish band and she fell in love with an irish man kissed her on the neck and then i took her by the hand, said ↑

Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Siobhan & Seán ► un nouveau départ   Mar 25 Juil - 23:24


 
Siobhan et Sean

   
   
Un nouveau départ


« Laisse, chérie, je m'en occupe... Tu as besoin d'un niveau, je pense ! »

Je laisse Sean ramasser le cadre qui était tombé non sans poser les yeux sur ses fesses moulées dans son jeans quand il se baisse, c’est qu’elles valaient le coup d’œil ! Et surtout elles étaient à moi ! Je souris en le regardant bricoler pour remettre le cadre en place, bien au milieu des deux autres et je dois dire qu’il s’en sort pas mal. Cela faisait longtemps que l’on se connaissait mais il tenait toujours à me prouver qu’il était capable de se sortir ou de nous sortir de toutes les situations, que ce soit juste pour accrocher un cadre ou pour des choses bien plus graves, et je lui accordais une totale confiance.
Je m’empêche de penser à ce qui s’était passé il y a quelques jours, un drame pour lui comme pour moi. Nous étions tous les deux responsables de cette tragédie et cela nous poursuivrait toute notre vie, mais pour l’instant il fallait faire comme s’il ne s’était rien passé, comme si nous étions juste un couple qui venait d’emménager à Toronto et faire bonne figure pour les voisins

« Sois pas jalouse Sio... »

Je reviens à l’instant présent et rend son sourire à mon amoureux en lui tapant légèrement sur le bras, il m’énervait un peu a réussir tout ce qu’il faisait, mais je le laisse attraper ma taille

« J'ai défait le dernier carton... on est chez nous ! »

Chez nous … Je lui renvoie un sourire triste. Le peu de Toronto que j’avais vu ne me plaisait pas, ici tout était démultiplié par rapport à Belfast. Tous ces immeubles, ces enchevêtrements de routes, j’espérais qu’au moins les gens seraient accueillants

- Belfast me manque déjà … Tu crois qu’on va s’habituer ici ?

Je me blottis dans ses bras et soupire. Je sais qu’on avait de la chance que les « relations » de Sean nous aient aidé à fuir et qu’il était impossible pour nous de rester dans notre pays natal, mais devoir tout reconstruire, retrouver du travail, se faire de nouveaux amis, tout cela me semblait insurmontable. Il me câline et nous berce doucement pendant de longue secondes puis je sens qu’il cherche à me séparer de lui mais je m’accroche, j’étais tellement bien dans ses bras. Il répond à mon geste en me serrant un peu plus fort puis finit quand même par nous séparer puis il attrape mon menton entre son pouce et son index et me force à le regarder. Même s’il m’adresse un sourire rassurant, je vois dans ses yeux qu’il s’interroge aussi, mais que pour lui ce n’était pas l’ordre du jour d’en parler et il a raison, autant se donner un peu de temps, nous n’avions pas encore assez de recul. Je me dégage de sa prise en souriant et me dirige vers la cuisine, après tout ce travail nous avions bien mérités un petit réconfort

- Tu finis de ranger ? Je vais préparer le diner

J’entends Sean rire dans le salon, il savait pertinemment que pour moi préparer le diner allait se résumer à faire chauffer un plat préparé, je n’avais aucun talent pour cuisiner, et quand bien même si j’en avais un, ce soir je n’avais vraiment plus le cœur de faire quoi que ce soit. Autant la journée s’était passée dans la joie à aménager le duplex avec le peu d’affaires personnelles que nous avions pu faire acheminer ici, autant là ce soir je me sens vidée et triste …


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

__________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Re: Siobhan & Seán ► un nouveau départ   Mer 26 Juil - 19:11

Un nouveau départ
siobhan ft. seán

Tout en gardant Siobhan contre moi, je détaillai son visage aux traits fins, et tirés par la fatigue accumulée ces derniers temps. Nous étions tous deux éreintés, et je savais, même si je faisais semblant de ne pas l'entendre pour ne pas la vexer, que Sio faisait quelques cauchemars la nuit. Des cauchemars qui la hantaient depuis la mort de cette femme. Elle n'avait jamais demandé à ce que cela finisse comme cela, c'était de ma faute... uniquement de ma faute. Je répondis à son sourire triste par un réel mime, et la détaillai encore un peu. Je savais parfaitement bien qu'elle n'était pas heureuse ici, et qu'elle ne le serait probablement pas. Belfast n'avait rien de Toronto. Ce n'était pas le même univers, ce n'était pas la même atmosphère, les gens étaient différents, tout était autre. Nous n'avions jamais rien connu d'autre... L'acclimatation allait être compliquée. Je voyais bien que ses yeux étaient le reflet des miens.

« Belfast me manque déjà … Tu crois qu’on va s’habituer ici ? »

Nous habituer ? Qu'est-ce qu'elle espérait vraiment de notre part ? On se connaissait parfaitement l'un l'autre pour savoir que ce ne serait probablement jamais le cas, mais que nous n'aurions pas le choix. Qui savait pour combien de temps nous en avions, ici ? Peut-être un mois, peut-être dix ans. Je soupirai de façon imperceptible, alors qu'elle se logeai tout contre moi, dans mes bras. Je l'entourai en posant mon menton sur son crâne, commençant immédiatement un mouvement de bercement qui, je le savais, allait lui suffire pour la calmer.
Puis, je tentai de me détacher d'elle pour ranger le bazar que nous avions mis, sauf qu'elle m'en empêcha, en se collant encore plus à moi. Je soupirai plus distinctement cette fois, en souriant et en levant les yeux au ciel. Ma main, posée dans son dos, frotta le tissu de son t-shirt et je l'embrassai doucement sur les cheveux, avant de vraiment la lâcher et la repousser délicatement.
Elle n'était pas plus rassurée qu'avant, pensé-je, mais au moins, elle était calme, et elle avait l'air apaisée. Ma main glissa sur sa joue et je l'obligeai à me regarder, alors que mon sourire s'aggrandissait au fur et à mesure que ses yeux se retrouvaient dans les miens. Rares étaient les moments où nous avions besoin de mots pour nous comprendre, tous les deux, depuis des années, et ce moment en était un. Je ne voulais plus qu'on parle de Belfast, et je ne voulais plus qu'on s'imagine déprimés à Toronto. En une fraction de secondes, je compris qu'elle avait retenu le message, et je la lâchai pour de bon. Un sourire plus tard, et elle se dirigeai vers la cuisine, alors que je me retournai vers les cartons éventrés qu'il me restait à entreposer dans la cave.

« Tu finis de ranger ? Je vais préparer le diner
- ... préparer le dîner ... murmurai-je avant d'éclater de rire. »

Siobhan était une bien piètre cuisinière, mais si je me moquais allègrement d'elle, je n'étais pas pour autant un meilleur chef. Je ne savais pas faire cuire un oeuf sans le casser, ou bien le brûler. Tout le monde s'était toujours moqué de moi là-dessus, mais j'avais bien d'autres talents avec lesquels je pouvais me faire respecter. Je souris encore en secouant la tête avant de récupérer mes cartons, de les plier, et de récupérer les clefs de l'immeuble.

« Je descends à la cave, Sio, tâche de ne pas faire cramer l'appart ! »

Je pouffai de rire avant de m'enfuir lâchement avant de l'entendre me répondre, et descendis à la cave en essayant de calmer le fou rire qui me prenait. L'air était frais dans la cage d'escalier et je peinai à trouver la porte de la cave dans la pénombre, avant de finalement m'arrêter devant une cloison sur laquelle était peint un 13 en noir. En haussant un sourcil d'un air amusé, pas superstitieux pour un sou, j'ouvris la porte et balançai les cartons à l'intérieur, avant de finalement remonter à l'étage pour retrouver la chaleur de notre nouveau logis... et mon repas, qui, je l'espérais, serait mangeable. J'étais affamé.
Je m'avançai vers la cuisine pour rejoindre Siobhan et la vis appuyée contre l'évier, les yeux rivés au micro-ondes dans lequel tournait un plat de lasagnes surgelées. Elle était pensive, et je savais que son moral n'était pas du tout au beau fixe depuis que nous avions dû partir et quitter Belfast pour de bon. Je m'approchai et posai ma main sur sa hanche avant de relever de nouveau son menton vers mon visage.

« Arrête de repenser à ça, Siobhan..., lui chuchotai-je, doucement. Tu sais bien que tu te fais du mal... »

Et je savais qu'elle m'en voulait un peu aussi. Certes, j'avais eu la bonne réaction, pour nous, pour notre sécurité et notre survie, ainsi que notre liberté, en assomant la vieille dame. Mais je savais que ce que j'avais fait était atroce, horrible et j'en passe, et qu'elle avait toutes les raisons de m'en vouloir. Elle était coincée avec moi dans une ville qu'on détesterait probablement. Qui ne m'en voudrait pas, à sa place ? Je m'en voulais moi-même, quand bien même je ne voulais pas l'admettre. Si je commençais à flancher, alors elle flancherait aussi, et nous ne pouvions pas nous le permettre. Garder les pieds sur terre était le meilleur moyen que nous avions pour espérer rentrer un jour en Europe... voire dans notre pays natal.
made by black arrow

__________________________


Baby i just want to dance
she played the fiddle in an irish band and she fell in love with an irish man kissed her on the neck and then i took her by the hand, said ↑

Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Siobhan & Seán ► un nouveau départ   Jeu 3 Aoû - 10:47


 
Siobhan et Sean

   
   
Un nouveau départ
« Je descends à la cave, Sio, tâche de ne pas faire cramer l'appart ! »

Je lève les yeux au ciel, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre ! Je sais bien qu’il cherche à me faire réagir, et comme d’habitude ça fonctionne, je démarre au quart de tour bien qu’au final je sais qu’il dit ça pour plaisanter, mais quand même !

- Ça va hein ! Je ne suis pas si nulle que ça !

La porte se referme avant que j’ai pu finir ma phrase, je suis certaine qu’il ne m’a même pas entendue et qu’il est mort de rire dans l’escalier. L’imaginer en train de rire me remonte un peu le moral et c’est en souriant que j’ouvre la porte du congélateur. Je regarde d’un air blasé les différentes boites de plats préparés et jette mon dévolu sur un plat de lasagnes. J’adorais tout ce qui était pâtes et Sean aimait beaucoup la cuisine italienne, c’était un bon compromis. J’ôte l’emballage pour mettre la barquette dans le micro-ondes et attends, seulement l’attente et le fait d’être seule me renvoie inéluctablement quelques jours en arrière.
Je n’arrivais pas à ne pas y penser. Bizarrement je ne me souvenais pas du visage de cette vieille dame, mais si son visage restait flou dans le film qui repassait constamment dans ma tête, tous les détails des faits restaient bien précis, son corps qui tombe au ralenti et sa tête qui heurte le coin du meuble, et surtout la flaque de sang qui s’étale sur le tapis. Je secoue la tête pour chasser cette image qui me hantait, mais le plat en train de tourner dans le micro-ondes m’hypnotise et ce n’est pas facile. J’essaye de me focaliser sur Sean. Il faisait l’homme fort devant moi, pourtant je savais que ça le minait autant que moi mais j’avais l’impression qu’il gérait mieux. Je ne lui en voulais pas d’avoir fait ça, c’était pour nous protéger, même si un infime partie de ma conscience me disait que c’était quand même de sa faute.
Je n’ai pas entendu Sean revenir dans l’appartement et n’ai pas le temps de me recomposer un visage souriant

« Arrête de repenser à ça, Siobhan... Tu sais bien que tu te fais du mal... »

Il tenait mon menton comme tout à l’heure, me forçant en quelque sorte à le regarder, mais je ne voulais pas qu’il puisse lire dans mes yeux ce que je pense. Pendant une fraction de seconde j’ai envie de lui dire qui oui, c’était de sa faute, après tout c’était lui qui l’avait frappée mais je ne peux pas, nous étions une équipe, un couple, une entité. En plus là de suite je l’envie de pleurer

- Comment tu fais ? J’y arrive pas moi !

J’ai bien du mal à retenir mes larmes mais je ne voulais pas pleurer devant lui alors je me dégage de ses bras et lui tourne le dos. J’écrase furtivement une larme de rage qui commençait à couler et je sais que je ne vais plus pouvoir m’arrêter

- Tu peux tout manger, j’ai pas faim ! Je vais me doucher

La bonne excuse pour ne pas perdre la face devant lui. Je m’enfuis plus que je ne marche vers la salle de bain où je m’assois sur la cuvette des toilettes pour pleurer tout mon soûl …



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 

__________________________

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Siobhan & Seán ► un nouveau départ   

Revenir en haut Aller en bas
 

Siobhan & Seán ► un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LE JEU :: WEST END :: Duplex de Siobhan Kearney & Seán O Ceallaigh-
Sauter vers: