Partagez | 
 

 Desperate but not hopeless I feel so useless in the murder city

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



Invité


MessageSujet: Desperate but not hopeless I feel so useless in the murder city   Mer 8 Juil - 18:34

Desperate but not hopeless
I feel so useless in the murder city
Guillaume ✧ Mikha
De toutes les tenus que Guillaume avait pu porter dans sa vie, c’était tout de même dans son short qu’il se sentait le mieux. Sur un terrain aussi. En plein soleil, sur de la terre battue si possible. Il n’y avait que comme ça qu’il pouvait supporter les regards des gens. Sur son court, en plein match, ou bien alors dans son gymnase, avec son entraîneur, entouré de connaissances ou d’amis. Il lui fallait impérativement sa tenue de match pour être à l’aise. Et c’était exactement la tenue qu’il venait de quitter, en la troquant contre un ensemble bien trop classe pour son niveau. Pourtant, Guillaume avait eu l’habitude de vivre dans ce milieu, dans cet élément. Il connaissait tout cela, depuis qu’il était tout petit. Ses parents l’avaient habitué à porter ce genre de choses, mais Guillaume ne les avait jamais supportées. Il trouvait cela sordide, parce que son père était en chef d’entreprise, il devait porter ce genre de choses parce qu’il ne pouvait pas apparaître en jogging ou en short devant ses clients et associés. Mais lui, c’était un sportif, il n’avait pas à s’habiller comme tous ces moutons qu’il détestait.
C’était compliqué cette fois. Son entraîneur l’avait prévenu qu’il devait aller à une sorte de gala, un endroit où des dizaines d’entraîneurs se rassemblaient et amenaient leurs joueurs. Commençait alors une valse des joueurs, une sorte de speed dating du tennis mondial. Guillaume n’avait jamais participé à ce genre de choses. Il n’avait jamais changé d’entraîneur, il avait toujours gardé le même, mais ce dernier ne pouvait plus lui apprendre grand-chose. Il avait déjà emmagasiné tout ce qu’il pouvait avec lui. Il avait besoin de nouvelles techniques, de nouveaux coups spéciaux, d’une nouvelle façon de vivre le jeu, de vivre le match. Il avait besoin de sang neuf. Au départ, ce n’était pas lui qui avait cette idée-là. Il aurait bien gardé son vieil entraîneur, mais ce dernier lui avait bien expliqué qu’il ne pouvait plus continuer et qu’il faudrait donc trouver quelqu’un d’autre pour s’améliorer et surtout continuer de jouer en professionnel. Surtout, il lui avait bien fait comprendre qu’il devait avoir quelqu’un de nouveau, quelqu’un de différent pour réussir. Sinon, il ne décollerait pas. Et Guillaume était un jeune joueur ambitieux, avec la seule envie de gagner toujours plus. Pour se faire, il devait en changer et trouver quelqu’un d’autre. Sa mission était de convaincre. Il était déjà un peu reconnu dans le milieu. Les autres joueurs de son niveau lui accordaient de bonnes qualités, une technique un peu lente mais excellente. Pour devenir meilleur, Guillaume savait ce qu’il devait améliorer. Il ne restait plus qu’à trouver un entraîneur qui voudrait bien de lui. Pas forcément optimiste pour un sou, il ne s’attendait pas à ce que les meilleurs lui fassent des propositions. Il était venu à cette soirée de gala après avoir joué un match d’exhibition, pour montrer ce qu’il valait et ce qu’il pourrait devenir, si on lui faisait confiance. Il était vraiment curieux de savoir ce qu’il pourrait obtenir, grâce à sa performance. Sur le court, juste avant, il avait battu son adversaire, il avait tout donné, quand bien même il s’agissait simplement d’un simple match amical. L’enjeu pour Guillaume était fort. S’il n’avait personne à la fin de la soirée, il se retrouverait seul, le bec dans l’eau et il ne savait absolument pas ce qu’il se passerait par la suite.

Droit comme un I depuis le début de la soirée, à la gauche de son entraîneur actuel, Guillaume attendait que les choses se passent. Il observait les allées et venues de toutes les personnes présentes, un verre auquel il ne touchait pas à la main. Il n’aimait pas l’alcool. Enfin, il n’en avait pratiquement jamais bu, en réalité. Il savait que ça ne faisait pas bon ménage avec son régime de sportif, ou encore avec sa carrière, de fait le jeune homme préférait l’éviter. On lui avait tendu un verre qu’il avait pris poliment, mais désormais, il était même trop stressé pour décrisper ses doigts de la coupe. Il se contentait simplement de fixer le ballet des personnes qui l’entouraient. Le moins qu’on puisse dire, c’était qu’il y avait de tout : des femmes bien apprêtées qui ne faisaient qu’accompagner leurs maris entraîneurs pour se faire bien voir, d’anciens joueurs, reconvertis en ces entraîneurs que Guillaume recherchait. Il écoutait d’une oreille distraite les rires gras des organisateurs de la soirée et, subrepticement, il soupira, agacé par tout ceci. Ne pouvait-il pas simplement rentrer chez lui, ou bien juste sortir ? Son entraîneur n’avait pas besoin de lui pour trouver quelqu’un pour le remplacer. Guillaume lui faisait confiance et il savait que tout lui conviendrait. De toute façon, il n’aurait pas son mot à dire, quand un entraîneur s’intéresserait à lui. Il avait fait sa part du job, il avait joué son match et l’avait gagné, il s’était montré à tous, il s’était exhibé. Alors le reste, il n’avait pas vraiment besoin de le faire, si ? Il n’en avait aucune envie. De plus, il commençait à perdre patience, parce qu’il ne voyait personne s’intéresser à lui, alors que tout le monde chantait ses louanges. En soupirant une nouvelle fois, il se tourna vers son futur ex-entraîneur.

« Je vais rentrer, c’est bon, ça me gonfle…
-Tu restes là Guillaume, répondit-il d’un ton sec. Il faut qu’ils te voient et qu’ils te parlent. Si tu n’es pas là, ils ne voudront pas travailler avec toi !
-Mais personne ne s’intéresse à moi, là, ça sert à rien… répliqua Guillaume, excédé par le fait qu’il pouvait ne pas être au centre de toute l’attention alors que son entraîneur avait dit qu’il trouverait facilement quelqu’un. »

Le regard du deuxième homme le fit taire. Il comprit qu’il n’avait pas intérêt à partir, ni à répliquer encore quoi que ce soit, et il se remit droit, comme avant, son verre toujours non-entamé à la main. La longue attente ne faisait que recommencer, et il était de moins en moins patient. Pourquoi fallait-il toujours qu’on l’embarque dans un plan foireux ? Il avait des légendes du tennis à quelques mètres de lui, il ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre qu’elles s’intéressent à lui. Il ne pouvait même pas aller leur parler, parce qu’il était complètement insignifiant pour ces dites personnes. C’était injuste, et même s’il espérait secrètement avoir le meilleur entraîneur possible, il ne pouvait pas se dire que c’était normal d’attendre.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
 

Desperate but not hopeless I feel so useless in the murder city

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: