Partagez | 
 

 Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Mer 4 Fév - 23:56

 
JADE & NILS
And you can get me work, but I can't work for free, I've got a room downtown with a bed and a big TV. If you can raise a star, from garbage on the street, then you can make a modern life for a modern girl to lead.
   
 « ... Il est dix-sept heures trente-trois et mon avion vient d’atterrir. Je crois que j’ai bien fait de prendre plusieurs carnets. Je vais avoir des milliers de pages à noircir d’anecdotes avec tout ce que je vais vivre ici. Il faut que je retrouve Jade. Elle doit être quelque part en ville. Elle ne va pas en revenir, j’espère qu’elle va être aussi heureuse en me voyant que je ne le suis. Elle m’a tant manqué. Peut-être qu’elle attend déjà à l’hôtel, elle sait que je vais être dans le même que d’habitude. Les réacteurs sont enfin arrêtés, je vais pouvoir sortir… J’espère juste que cette ville m’accueillera vraiment bien. Les vieux ont bloqué mon compte en banque, j’ai toutes mes économies sur moi… je dois trouver un job… je dois trouver vite… Je dois voir Jade. »

Un premier pied en dehors de l’avion. Puis un deuxième. Et enfin, Nils inspira une gigantesque bouffée d’air canadien, en repensant à Jade. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Avec qui ? Il était tard dans l’après-midi, déjà. Le jeune homme se demandait si elle serait là cette fois, malgré ce qu’il venait de finir d’écrire dans son carnet. Il l’espérait plus fort que tout. Il avait encore du mal à se rendre compte de ce qu’il venait de faire. Il avait dit merde à tout. A sa famille, à ses sœurs, à sa mère, à son père, à l’entreprise. A Katja. Il revoyait la blonde, les larmes aux yeux, alors qu’il lui racontait des bobards. Il n’avait pas réussi à lui dire qu’il y avait une autre femme. Il savait qu’il n’aurait pas dû lui mentir, parce qu’elle serait capable de le rejoindre ici, mais il n’avait pas pu s’y résoudre. Il aurait fallu lui expliquer qu’il l’avait trompée, qu’il ne l’aimait pas… Non, ce n’était définitivement pas son truc. A trente-cinq ans, il n’était pas assez courageux pour faire ça. Néanmoins, il savait que c’était une erreur. Il aurait dû lui dire. Il aurait dû lui dire qu’elle n’était rien pour lui, qu’il ne voulait plus la voir. Qu’il en aimait une autre. Ses parents n’étaient pas au courant non plus. En réalité, personne ne savait pour Jade. Et c’était bien mieux comme ça.
Nils connaissait son père. Il savait ce dont il était capable pour lui causer des problèmes. Il savait qu’il avait le bras long, en tant que PDG, et il savait qu’il garderait un œil sur lui, même s’il ne voulait plus entendre parler de lui. Il épierait tous ses faits et gestes au début, et il finirait par se lasser. Mais il ne devait pas savoir que Nils était parti pour une femme. Il ferait de la vie de celle-ci un Enfer et ça, le brun n’allait pas laisser faire. Alors, pour protéger Jade, il se devait de ne pas trop se précipiter. Il ne voulait pas qu’elle souffre à cause de lui. Son père serait capable de faire foirer son avenir à elle, elle qui souhaitait devenir une brillante avocate. Et Nils n’allait pas prendre ce risque. Il ne devait donc pas se précipiter… mais la seule chose qu’il voulait plus que tout au monde, pour son premier jour à Toronto, c’était de la retrouver et de la serrer dans ses bras, le plus fort possible.

Il avait réussi à réserver la même chambre d’hôtel que la dernière fois qu’il était venu au Canada. Il avait presque soudoyé la standardiste, en lui demandant de refuser quiconque paierait pour cette chambre. Il avait fini par dire qu’il paierait un supplément, juste pour être certain qu’il l’aurait. Et bien sûr, il avait dit que ce supplément, qu’il paierait de bon cœur, serait réservé à la dite standardiste, en guise de pourboire. Evidemment qu’elle avait accepté. Il se retrouvait donc dans cette chambre, où il revivait des souvenirs délicieux. S’il fermait les yeux en s’allongeant sur son côté du lit, il pouvait presque sentir de nouveau le parfum de Jade, et s’il partait dans sa rêverie, il la sentait presque tout contre son corps, sa tête posée délicatement sur son torse. En rouvrant les yeux brusquement en entendant des petits coups frappés contre la porte, il se rendit compte qu’il devenait peut-être fou. Une chose était sûre, il était fou d’elle. Et il était persuadé que c’était elle qui était arrivée.
D’un bond, il se releva du lit et fonça sur la porte, après avoir jeté un coup d’œil dans le miroir pour être sûr d’être présentable. La main sur la poignée, il hésita un instant, en revoyant passer le film de leur histoire devant ses yeux. La première fois qu’il l’avait vue, dans ce bar, où il était entré un peu au hasard, quand il avait discuté avec elle, tant bien que mal, dans un mélange anglo-norvégien qui l’avait fait rire, quand elle lui avait proposé d’être son guide personnalisé… et quand il avait compris qu’elle serait encore bien plus que ça, sans le vouloir au début, puis de plus en plus. Ca s’était fait si vite… et ça avait été si foudroyant. Nils ne s’en était pas relevé… et Jade non plus, puisqu’elle était revenue à la charge, dès qu’il avait reparu à Toronto. Il ne comprenait pas forcément pourquoi il n’avait pas répondu à ses premiers mails, mais quand il l’avait retrouvée, il n’en avait plus rien à faire. Elle était là, et c’était tout ce qui comptait. Et encore aujourd’hui, tout ce qui importait, c’était qu’elle était derrière cette porte, qu’il hésitait à ouvrir. Alors il n’hésita plus. Et il appuya sur la poignée pour ouvrir le panneau de bois massif, un nouveau sourire sur le visage.

Et elle était là, toute pimpante et magnifique, un sourire encore timide sur le visage, les yeux brillants et se dandinant un peu sur ses jambes. Nils aurait juré qu’elle doutait de sa présence, ou bien du fait qu’il ait vraiment envie de la voir. Mais quand il la prit dans ses bras, en la faisant décoller du sol, il sut qu’elle n’y pensait plus une seule seconde, si ça avait été le cas à un moment donné. Et quand il entendit son rire, il n’eut plus le courage de réfléchir et de penser au passé. Toutes ses inquiétudes s’étaient envolées. Elle était là, et il avait une magnifique surprise pour elle. Dès qu’elle saurait qu’il était là pour de bon, ils pourraient prévoir quelque chose tous les deux, voir un avenir qui leur était flou auparavant. Ils pourraient imaginer leur vie… ils pourraient tirer des plans sur la comète et rêver à en perdre la tête. La tête toujours plongée dans le cou et les cheveux de sa cadette, il murmura d’une voix rauque :

« Tu m’as tellement manqué, Jade… »

Il la reposa au sol et la regarda quelques instants en la prenant doucement par les épaules, un sourire découpant son visage en deux parts. Ca faisait un bout de temps qu’il n’avait pas souri de cette façon, et ses zygomatiques le faisaient presque souffrir. Mais c’était tellement bon de la retrouver, de retrouver ses deux yeux intelligents et plein de malice, et son sourire, et son corps et de la sentir dans ses bras et de pouvoir inhaler à nouveau son parfum. Il avait attendu ce moment pendant des mois. Il aurait tué si on s’était mis en travers de son chemin. Il était prêt à tout. Et il avait réussi. En quelques secondes, il reprit ses esprits et il s’effaça de l’entrée de la chambre pour la laisser pénétrer à l’intérieur. Il referma soigneusement la porte dès qu’elle en eut passé le pas et il lui prit la main pour la mener jusqu’à son lit.

« Ca fait tellement longtemps, reprit-il en s’asseyant à côté d’elle en l’observant attentivement pendant qu’elle enlevait son manteau. Tu vas bien, j’espère ? »

Sans réellement attendre sa réponse, parce qu’il était trop excité pour patienter plus longtemps, il se releva et alla récupérer deux verres, qu’il avait fait venir exceptionnellement des cuisines, ainsi qu’une bouteille de champagne. Il servit les deux verres et en tendit un à Jade en venant se rasseoir juste à côté d’elle, nerveux et heureux en même temps. Il voulait attendre, il voulait vraiment faire les choses bien, les faire dans l’ordre… mais il avait attendu déjà tellement longuement, ce n’était clairement plus possible pour lui. Alors, il explosa de joie :

« Je me suis barré d’Oslo, Jade ! s’exclama-t-il. Je suis parti ! Je vais rester ici, tout le temps. Pour toute la vie ! Avec toi ! »

Son sourire s’agrandit encore plus alors qu’il but une gorgée de champagne, laissant la boisson pétillante gratter doucement sa gorge et glisser le long de son œsophage, réchauffant instantanément ce dernier. Il soupira de plaisir et de bonheur en examinant la réaction de Jade, qui ne vint pas. Il se doutait que ça lui ferait un choc d’apprendre cela comme ça, mais il imaginait parfaitement la suite. Elle serait aussi heureuse que lui, sans aucun doute, et elle allait vraiment adorer ça. Ensuite, ils feraient l’amour, comme d’habitude, et ils pourraient discuter plus en détails de leurs futurs projets… Cependant, les mots ne semblaient pas lui venir, et Nils perdit légèrement patience.

« Dis quelque chose, Jade. Tu trouves pas ça brillant ? »

Il ne voulait certainement pas laisser le doute s’installer en lui, pour rien au monde. Il avait tout quitté, il ne regrettait rien, et il savait qu’une fois le choc passé, Jade adorerait ça. Vraiment…
code by Chocolate cookie

   
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Lun 16 Fév - 19:22


 
Nils & Jade
   
   
I came in like a wrecking ball...
Les yeux rivés sur le dossier de l’affaire en cours, Jade cherchait la faille dans le témoignage d’un des témoins. Si elle parvenait à le décrédibiliser, toute la théorie qu’avait soigneusement monté l’accusation tomberait à l’eau, et il suffirait de quelques mots bien choisis de l’avocat pour faire innocenter le client. Même si le procès semblait perdu d’avance, son patron avait réussi en à peine quelques questions à retourner la situation et même si elle était frustrée d’être reléguée au rang d’assistante depuis qu’elle avait été engagée, elle devait avouer qu’elle était vraiment impressionnée par son savoir faire. Son boss était l’avocat le plus brillant qu’elle ait rencontré, elle adorait travailler pour lui, mais elle en voulait plus. Ça ne faisait peut être qu’un mois qu’elle avait été diplômée, mais elle estimait pouvoir faire bien plus que du travail de fond, elle voulait mener un procès elle-même, en temps que l’avocate qu’elle était. Son patron la trouvait peut-être inexpérimentée, mais comment pourrait elle lui prouver sa valeur s’il ne la laissait jamais lui montrer ce qu’elle pouvait faire ? La sonnerie de son téléphone retentit, la sortant d’un seul coup de sa concentration et la brune poussa un petit soupir exaspéré avant de poser le dossier pour attraper son portable.  Elle avait reçu un mail et son coeur rata un battement quand elle lu le nom de l’expéditeur. Nils Eiriksen.

Cela faisait presque neufs mois qu’elle n’avait pas vu le norvégien. Elle ne l’avait vu que deux fois, en réalité. Deux fois en un peu plus d’un an et demi. Et pourtant ce qu’elle avait vécu durant ces quelques jours avec lui était indescriptible. Elle ouvrit le message d’un geste et eu un petit sourire en le lisant. Il revenait à Toronto une nouvelle fois. Il atterrissait vers dix-sept heures trente sur le sol canadien et il lui annonçait qu’il serait à l’hôtel, dans la même chambre que précédemment. Jade relu le message plusieurs fois, s’appuyant sur la dossier de sa chaise de bureau en se mordillant légèrement la lèvre. Elle savait qu’elle ne devait pas y aller, qu’elle ferait mieux de faire semblant de ne pas avoir vu le mail, de ne plus lui répondre. Surtout vu comment s’était terminé sa dernière visite. Il lui avait demandé de le suivre en Norvège, il avait même tout prévu en lui achetant un billet d’avion... Et elle avait refusé. Sans hésitation, sans ménagement, elle avait simplement dit non. Qu’aurait elle pu lui dire d’autre ? Elle ne pouvait pas quitter tout ce qu’elle avait, elle ne pouvait pas et elle ne voulait pas. Sa vie était comme elle l’avait toujours souhaité, entre ses études qu’elle avait à présent brillamment et son petit ami parfait sous tout les angles... Son sourire s’effaça légèrement quand elle pensa à Henry.  Ça faisait très longtemps qu’ils sortaient ensemble, depuis un peu moins de cinq ans maintenant. Elle l’aimait beaucoup, elle le trouvait beau, intelligent, drôle et attentionné, il l’était l’archétype de l’homme idéal dont rêvait n’importe quelle fille sur terre... Mais pourtant elle l’avait trompé. Avec Nils, qu’elle ne connaissait alors que depuis quelques jours. Elle s’était dit qu’il ne s’agissait que d’une aventure de passage, elle considérait son histoire avec Nils comme un petit écart de parcours, écart dont jamais personne n’entendrait parler. Et puis il était revenu. Et elle avait recommencé, sans pouvoir s’en empêcher, et sans même se sentir coupable. Et elle s’apprêtait à le faire à nouveau, pour la troisième fois. Le norvégien ne savait rien à propos d’Henry, évidemment, mais il n’avait aucun besoin d’être au courant. Il devait avoir compris, suite à la dernière fois, qu’elle ne le suivrait jamais à Oslo. Ne souhaitant pas se poser plus de questions, Jade délaissa son téléphone pour se concentrer à nouveau sur son boulot. Il fallait qu’elle trouve comment discréditer ce foutu témoin, afin de montrer une fois de plus à son patron qu’elle avait du talent. Une fois que ce sera fait, elle pourra penser à Nils.

Quelques heures plus tard, la jeune femme quittait le cabinet et montait dans un taxi. Elle avait réussi à dénicher une faille dans le dossier et l’avait immédiatement présentée à son boss qui l’avait félicitée alors qu’elle affichait un sourire satisfait. Néanmoins, il ne lui avait rien dit de plus et la brune commençait à perdre un peu patience. S’il continuait à la considérer comme la petite nouvelle, elle allait finir par lui dire ce qu’elle pensait ! Jade souffla excédée par la manque de reconnaissance de l’avocat, et attrapa son téléphone dans son sac. Il était un peu moins de dix-huit heures et à l’heure qu’il était Nils devait être à l’hôtel. Sans hésiter une seconde, elle composa le numéro d’Henry qui décrocha après quelques sonneries.

« Allo, Jade ? Tout va bien ?
- Oui, ne t’inquiète pas, commença-t-elle d’une voix assurée.  Je voulais juste te prévenir que j’allais passer la soirée avec une amie, elle a des soucis en ce moment et je veux pas la laisser seule... Je rentrerai peut-être demain matin, je te tiendrais au courant.
- Ah, d’accord. Je suis désolé pour ton amie, j’espère que ça ira. Et y’a pas de soucis. On se voit demain alors, je t’aime.
- Je t’aime aussi. À demain. »

La jeune femme raccrocha en soupirant. Elle mentait parfaitement bien, comme n’importe quel avocat, et elle savait qu’Henry ne doutait pas une seule seconde de ce qu’elle venait de lui dire. Elle indiqua l’adresse au chauffeur et se cala dans le siège, appuyant son coude contre la portière pour soutenir sa tête. Un sourire se dessina à nouveau sur ses lèvres alors qu’elle laissait les souvenirs de Nils et elle envahir son esprit. Cette semaine qu’ils avaient passé tout les deux... Ça avait été magique. Un sorte de parenthèse dans sa vie réglée comme du papier à musique. Elle avait vraiment hâte de le revoir, elle avait pensé à lui souvent pendant ces neufs mois... Quand elle avait emménagé avec Henry par exemple. Ou quand elle avait été diplômée. D’autres moments comme ceux la, ou elle n’était pas sensée penser au norvégien, mais elle n’avait pas pu s’en empêcher. La voiture ralentit et la voix du chauffeur interrompit ses pensées. Elle régla la course et sortit rapidement pour se diriger vers l’entrée du Drake Hotel à grande enjambées. Sans prendre la peine de s’arrêter à la réception, elle emprunta l’ascenseur et enfonça le bouton de l’étage ou se trouvait Nils. Elle se souvenait parfaitement de l’emplacement de la chambre, comme elle se souvenait parfaitement de la première fois ou elle y avait mis les pieds. Les portes s’ouvrirent devant elle et elle se dirigea d’un pas assuré vers la porte derrière laquelle se trouvait son amant occasionnel, le norvégien sortit de nulle part, qu’elle n’avait plus vu depuis des mois. Elle frappa quelque petits coups et attendit un moment. Il lui sembla s’écouler des heures avant que la poignée ne se tourne enfin, et quand elle s’ouvrit sur Nils, la jeune femme lui sourit presque timidement.

Il n’avait pas changé. Il était exactement le même que la première fois qu’elle l’avait vu, dans ce bar. Jade sentit soudain ses pieds quitter le sol quand le norvégien la prit dans ses bras et elle se mît à rire légèrement. Elle respira son odeur, se rendant compte à quel point il lui avait manqué alors qu’il lui disait la même chose d’une voix rauque. Le son de sa voix non plus, n’avait pas changé. Il avait encore fait des progrès en anglais, même si on entendait encore son accent, et cette pensée arracha un nouveau sourire à la brune qui retrouva contact avec la terre ferme quand Nils la déposa sur le sol. Il se détacha un peu d’elle et l’observa quelques instants, un énorme sourire sur le visage, alors qu’elle le détaillait aussi de son côté, imprimant dans son esprit le moindre trait de son visage. Elle ne savait pas combien de temps il serait la, elle ne savait pas non plus si il s’agissait de la dernière fois qu’elle le voyait, alors elle comptait bien graver cette images dans ses souvenirs. Il s’effaça pour la laisser entrer et referma la porte derrière elle avant de la prendre par la main pour l’amener jusqu’au lit, sur lequel la jeune femme s’assit. Il fit de même, tout en lui demandant si elle allait bien alors qu’elle ôtait son manteau pour le poser à côté d’elle. Elle lui répondit par un grand sourire, voyant bien qu’il n’attendait pas vraiment de réponse et l’observa avec un regard curieux quand il se leva. Son sourire s’élargit quand le norvégien se retourna et lui tendit une coupe alors qu’il tenait une bouteille de champagne dans son autre main. Il s’assit à nouveau à côté d’elle et s’appliqua à la servir avant de faire le même avec son verre. Jade lui lança un regard amusé, alors qu’il prenait à nouveau la parole.

« Je me suis barré d’Oslo, Jade ! Je suis parti ! Je vais rester ici, tout le temps. Pour toute la vie ! Avec toi ! »

La jeune femme se figea instantanément, s’arrêtant net dans son geste alors qu’elle portait sa coupe à ses lèvres. Elle sentit les commissures de ses lèvres s’affaisser et elle fixa un moment Nils qui buvait une gorgée du liquide pétillant, visiblement plus heureux que jamais. Elle refusait de comprendre ce qu’il venait de lui annoncer. C’était impossible, elle le savait, et lui aussi. Comment aurait il pu quitter son pays comme ça ? Pour elle en plus ! Pour une fille qu’il connaissait à peine, et qui avait refusé de le suivre quelques mois plus tôt ? Ce serait tellement.... Idiot ! Tellement fou ! Tellement insensé ! Et pourtant, Jade savait au fond d’elle, qu’il en était capable. Et puis elle voyait sur son visage qu’il disait la vérité. Pourquoi mentirait il ? À côté d’elle, le brun trépignait d’impatience, attendant sans doute une explosion de joie de la part de la jeune femme qui ne pouvait pas faire autre chose que le fixer.

« Dis quelque chose, Jade. Tu trouves pas ça brillant ? »

Lentement, la brune posa son verre encore plein sur la petite table à côté d’eux et releva les yeux vers Nils qui affichait encore un grand sourire. Elle ne voulait pas le blesser, mais elle savait que sa réponse n’allait pas être celle qu’il attendait. Loin de la.

« Tu plaisantes ? »

Ce furent les deux premiers mots qui parvinrent a sortir de sa bouche. Il ne pouvait pas être sérieux, c’était impossible, il devait la faire marcher... Que ferait elle si il était sérieux ? Comment elle lui annoncerait qu’elle avait un petit ami, qu’elle aimait sa vie comme elle l’était et qu’elle ne pouvait pas passer sa vie avec lui comme il venait de le dire ?

« Tu veux dire que t’as tout quitté ? demanda-elle soudain. T’avais toute ta vie à Oslo non ? Et l’entreprise de ton père ? Et ta famille ? C’est pas vrai Nils... »

Jade soupira légèrement, secouant la tête de gauche à droite. Elle n’arrivait pas à croire qu’il ait pu faire une chose pareille. Ça lui semblait tellement impossible. Elle-même ne l’aurait jamais fait, elle ne pouvait pas tout quitter et elle pensait que personne ne pourrait faire un truc pareil. Qui voudrait abandonner tout ce qu’il a, de son plein gré tout du moins ?

« Mais pourquoi t’as fait ça..., termina-t-elle dans un murmure.»

Ce n’était pas vraiment une question, même si cela sonnait comme tel. La jeune femme avait parfaitement compris ce qu’il voulait. C’était elle. Nils aimait Jade, il lui avait déjà dit et elle s’était contentée de lui dire qu’elle ne pouvait pas aller à Oslo. Elle aurait dû mettre fin à tout ça a ce moment la. Elle aurait dû y mettre fin bien avant même, mais elle en avait été incapable. Et maintenant, elle allait en subir les conséquences...


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


 
Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Jeu 19 Fév - 0:40

JADE & NILS
And you can get me work, but I can't work for free, I've got a room downtown with a bed and a big TV. If you can raise a star, from garbage on the street, then you can make a modern life for a modern girl to lead.
 
 Nils était gonflé à bloc, prêt à mettre le monde à ses pieds, et surtout à ceux de Jade, en réalité. Il adorait regarder son visage, et une fois encore, il ne pouvait s’empêcher de la dévorer des yeux. Il essayait de garder son calme, de rester normal, de ne pas trop laisser sa joie éclater. Il voulait éviter les effusions d’amour. Mais au fond, il était excité comme une puce. S’il s’était écouté, il l’aurait reprise dans ses bras, il l’aurait soulevée de nouveau dans les airs, il lui aurait fait l’amour à même le sol et il aurait l’homme le plus heureux du monde. Si les extraterrestres existaient, il aurait été l’homme le plus heureux de la galaxie, et même de l’univers.

Cependant, il sut rapidement que quelque chose n’allait pas. Il imaginait Jade lui sauter au cou et l’embrasser avec plus de passion que jamais, un grand sourire fixé sur les lèvres, heureuse de savoir, de se rendre compte que Nils ne repartirait plus, qu’il allait rester ici, avec elle. Il pensait que leur vie allait changer du tout au tout, qu’il allait réussir à la séduire et la garder pour de bon avec lui. Il se disait qu’il pourrait reprendre une nouvelle vie, la recommencer à zéro, avec en ligne de mire un seul et même objectif : Jade. Seulement, tout partit en fumée en quelques secondes, quand le sourire de Jade quitta son visage et qu’il le remarqua. Il se demanda, pendant un moment, s’il avait dit quelque chose de particulier qui ne lui irait pas. Il ne comprit pas, au départ, que c’était parce qu’il lui avait dit qu’il avait quitté Oslo. Il pensait que ça la surprenait, et pas forcément dans le bon sens, ce qui en soi, n’était pas totalement faux. Néanmoins, il n’imaginait pas qu’elle allait lui broyer tous ses espoirs, tous ses rêves. Il osait encore croire que l’amour qu’il lui portait serait plus fort, bien plus fort, tellement plus fort que tout. Pour lui, la distance n’avait pas été un souci. Oslo et Toronto étaient très lointaines l’une de l’autre, oui, c’était vrai. Mais il avait toujours vécu en prenant son temps pour bien tout préparer. Il n’avait pas voulu se précipiter. Il avait fait les choses bien, quand même. Un minimum. Il avait réussi à survivre en repensant au visage de Jade, à son sourire, à son rire… à elle, à leurs souvenirs en commun.

« Tu plaisantes ? »
-Quoi ? répondit-il, surpris par sa réaction. Non, je plaisante pas, bien sûr que non ! »

Peut-être était-elle simplement étonnée, pensa-t-il au premier abord. C’était pour cette raison alors qu’elle faisait cette tête, qu’elle paraissait si distante, tout à coup. A vrai dire, c’était une réaction normale, face à cette découverte. Ses parents avaient fait la même tête, bien sûr, parce qu’ils n’avaient pas compris pourquoi leur fils partait aussi loin pour de bon. Son père avait tout de suite piqué une crise, en disant qu’il fallait que Nils s’occupe de l’entreprise familiale, qu’il ne pouvait pas tout abandonner, parce que ses sœurs ne seraient jamais capables de la faire tourner. Il avait alors répliqué qu’elles seraient tout à fait à même de faire ce job, mieux que lui, d’ailleurs. Ensuite, sa mère avait commencé à pleurer, parce qu’elle avait l’impression de perdre son seul fils. Il avait senti son cœur se serrer, mais il n’avait pas flanché. Il était parti, pour de bon. Ses sœurs n’étaient pas là quand il l’avait annoncé aux parents. Elles n’avaient même pas eu l’occasion de le voir vraiment longtemps avant qu’il ne quitte le pays. Il n’entretenait pas le même genre de relation avec elles. Ce n’était pas aussi important.
Néanmoins, s’il se disait que la première réaction de Jade était normale, il se disait qu’elle durait un peu, et que ça, c’était vraiment bizarre. Elle avait presque l’air furieuse, et Nils perdit à son tour son sourire, complètement pris au dépourvu par la réaction de la femme qu’il aimait.

« Tu veux dire que t’as tout quitté ? T’avais toute ta vie à Oslo non ? Et l’entreprise de ton père ? Et ta famille ? C’est pas vrai Nils... »

Ses questions lui firent perdre le fil de la discussion. Elle n’avait pas besoin de lui demander tout cela, parce qu’elle connaissait déjà les réponses. Oui, il était parti, il avait tout quitté, Oslo, l’entreprise, ses parents, ses sœurs… sa copine, dont elle ignorait l’existence. Il ne comptait pas revenir, jamais, et de toutes façons, s’il revenait maintenant, il se ferait très certainement rejeter par tout le monde. Il n’avait pas été très réglo, il le savait… mais à ce moment là, il s’en fichait pas mal, puisqu’il pensait que Jade serait là pour lui, pour toujours. Bon dieu, il avait tort.
En se rendant compte qu’elle n’était pas aussi enchantée qu’il ne l’aurait voulu, il humidifia ses lèvres d’un coup de langue, en déposant sa flûte de champagne sur une console d’une main tremblante. Il quitta les yeux verts de Jade pour reprendre ses esprits et son regard se retrouva à fixer le sol, sans comprendre ce qu’il lui arrivait. Il avait tout foutu en l’air pour elle, et elle ne semblait même pas se rendre compte de son geste. Tout ce qu’elle pensait, c’était les répercussions que ça avait sur la vie de Nils, sur son passé désormais. Il se fichait pas mal de sa famille, du moment qu’il l’avait, elle. Il se fichait du monde entier, mais pas d’elle. Pas de Jade.

« Mais pourquoi t’as fait ça..., demanda-t-elle doucement, après avoir soupiré en secouant la tête. »

La réponse fusa, fendant l’air comme un couteau lancé à pleine vitesse contre un mur.

« Pour toi Jade, répondit-il dans un souffle, les yeux dans le vague, le cœur serré. »

Le silence qui suivit le rendit nauséeux, alors que le puzzle prenait soudain forme dans son esprit embrumé par la fatigue, par les quelques gorgées d’alcool qu’il avait bu et par la joie de retrouver sa merveilleuse canadienne. Il soupira en se rendant compte qu’il avait eu tort, qu’il n’avait pas tout compris de la même façon qu’elle, qu’il y avait eu un quiproquo et qu’il avait foncé, tête baissée, sans réfléchir. Comme d’habitude. Pourtant, maintenant qu’il était ici, il n’allait pas abandonner. Elle avait sa vie ici, il le concevait parfaitement et c’était pour cette raison qu’il avait voulu venir. Pour ne pas qu’elle ait à bouger. Ils allaient faire les choses bien, ils se donneraient des rendez-vous, comme de vrais nouveaux amoureux et ils se verraient plusieurs fois, de très nombreuses fois avant d’envisager leur futur, que pourtant Nils imaginait déjà très bien.

« Je suis venu pour toi, Jade, reprit-il, d’une voix plus assurée. J’ai tout quitté pour toi, parce que je t’aime. »

Les mots sortaient tout seuls pour la convaincre, même si c’était inutile pour le moment. Il voulait mettre toutes les chances de son côté, si c’était possible, pour qu’elle comprenne qu’il avait tout de même réfléchi un minimum, même si ce n’était pas vrai. Il fallait qu’elle change d’avis, parce qu’il sentait que c’était mal parti pour lui. Il aurait peut-être dû attendre avant de lui en parler, finalement. Peut-être qu’en attendant, il aurait pu lui dire d’une façon différente et avoir en face une réaction différente également. Mais c’était trop tard, il bouffait bien son échec et il était carrément dégoûté.

« Je pouvais pas rester à Oslo plus longtemps, Jade. C’est ici que je dois être, avec toi ! tenta-t-il une fois de plus. »

Il savait qu’en tant qu’avocate, elle avait besoin d’avoir les bons arguments pour être convaincue. Il savait que le débat serait compliqué, il savait qu’elle aurait du mal à ouvrir les yeux comme lui le faisait. Surtout, il espérait qu’elle soit compréhensive et qu’elle l’aime autant qu’il l’aimait… ce dont il doutait pour le moment, en réalité, et à contrecœur…
code by Chocolate cookie

 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Lun 23 Mar - 19:24


 
Nils & Jade
   
   
I came in like a wrecking ball...
Qu’avait imaginé la jeune fille à propos de cette relation ? Que tout allait pouvoir continuer de la sorte ? Que Nils allait lui rendre visite quelques jours par an à peine ? Qu’elle allait pouvoir lui cacher le fait qu’elle était en couple depuis bien longtemps et qu’elle n’envisageait pas une seconde le fait que ça puisse être autrement ? Que jamais personne n’entendrait parler de toute cette histoire, que c’était son secret et qu’il le resterait ? Sans aucun doute, oui. C’était bien ce qu’elle avait prévu. Une histoire sans lendemain qui s’était transformée en relation occasionnelle. Elle avait un allié pour lui permettre de garder ses distances avec le brun, et de taille ! Un océan les séparait. Il vivait littéralement à l’autre bout du monde. Et ça arrangeait bien Jade. Qui pourrait imaginer que la brune entretenait une relation avec un norvégien, franchement ? Il n’y avait quasiment aucune chance qu’Henry ne découvre quoique ce soit. Jusqu’à ce que Nils lui annonce qu’il avait tout quitté. Il s’était barré de chez lui pour venir vivre à Toronto. Avec elle. La jeune femme avait encore du mal à y croire. Déjà quand il lui avait acheté ce billet d’avion, elle n’avait pas pu en croire ses yeux. Pourtant ça aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Elle aurait dû comprendre, à ce moment-là déjà, qu’elle devait arrêter tout. Il ne voyait pas les choses comme elle, c’était évident. Si le caractère occasionnel de leur relation convenait à Jade, ce n’était pas le cas du norvégien. Il voulait plus… Bien plus que quelques jours une fois tous les dix mois, bien plus que quelques heures dans une chambre d’hôtel. Jade devait se rendre à l’évidence, elle avait commis une grosse erreur en choisissant d’ignorer tout ça.

Elle ne savait pas que penser. Le sentiment qui prédominait dans son esprit, une fois la surprise passée, c’était la peur. La peur que tout ce qu’elle ait vole en fumée. La peur de la réaction des autres s’ils apprenaient ce qu’elle avait fait, de celle de Nils elle lui dirait qu’elle ne pouvait pas lui donner ce qu’il veut. Quand elle lui dirait qu’elle avait déjà quelqu’un. Il allait mal le prendre. Il allait lui dire de quitter Henry… Il avait tout abandonné pour la retrouver, il n’allait probablement pas lâcher l’affaire comme ça… Alors qu’elle parlait elle pouvait voir son sourire s’effacer et la lueur de bonheur dans ses yeux s’éteindre doucement. Elle dû baisser les yeux, presque honteuse de réagir comme ça et termina en un murmure alors que sa réponse fusa.

« Pour toi Jade. »

L’intéressée resta immobile, fixant un point dans le vague de la même façon que Nils. Elle ne savait pas quoi répondre à ça. Le lourd silence qui s’installa lui donna l’impression d’avoir un poids sur la cage thoracique qui l’empêchait de respirer normalement. Elle se demanda l’espace d’un instant si elle n’était pas en train de rêver, si elle n’allait pas se réveiller aux côtés d’Henry d’une seconde à l’autre pour se rendre compte que tout ça n’était qu’un cauchemar. Mais la voix de Nils retentit à nouveau, brisant au passage l’infime espoir que la brune avait encore.

« Je suis venu pour toi, Jade. J’ai tout quitté pour toi, parce que je t’aime. »

A nouveau, la jeune femme garda les yeux baissés, encaissant chacun de ses mots presque comme un coup de poignard. Il le disait lui-même, c’était pour elle qu’il avait tout quitté. Elle se sentait coupable, parce qu’elle savait déjà qu’elle allait le décevoir. Il lui disait qu’il l’aimait. Qu’en serait-il quand elle lui dirait qu’elle en aimait un autre ? Était-ce vraiment le cas d’ailleurs ? Jade disait tous les jours à Henry qu’elle l’aimait. Elle l’avait encore fait une quarantaine de minutes plus tôt à peine, au téléphone. Mais si c’était vrai, elle ne serait sans doute pas là, dans une chambre d’hôtel avec son amant. Elle ne savait plus très bien elle-même ce qu’elle ressentait pour Henry, parce qu’elle était persuadée qu’elle l’aimait et qu’ils finiraient leur vie ensembles. Quant à Nils, elle n’avait pas vraiment beaucoup réfléchi à la question. Parce que de toute façon, elle savait qu’envisager quelque chose avec lui était impossible, alors il ne valait mieux pas s’interroger trop longuement. Jamais elle n’aurait imaginé se retrouver ainsi au pied du mur…

« Je pouvais pas rester à Oslo plus longtemps, Jade. C’est ici que je dois être, avec toi ! »

En entendant le ton de sa voix, Jade releva finalement les yeux vers lui pour lui lancer un regard désolé. Elle allait être obligée de lui dire. Elle cherchait une autre solution, une échappatoire depuis que Nils lui avait dit qu’il restait ici, mais elle n’en voyait pas. La jeune femme le fixa un moment avant de prendre une inspiration.

« Nils… Je… Ca va pas être possible… »

Jamais la brune n’avait été si hésitante. Elle était toujours sure d’elle, choisissait les mots parfaits comme l’avocate qu’elle était, sans aucun tremblement dans la voix. Pourtant cette fois, elle bégayait et peinait à trouver comment lui annoncer ce qu’elle voulait lui dire. Elle s’interrompit un court moment, pour pouvoir reprendre son sang-froid et retrouver son assurance avant de reprendre d’un ton plus franc.

« Il y a quelque chose que je ne t’ai pas dit. Je ne pensais pas avoir à le faire, parce que je ne pensais pas que tu ferais un truc pareil…. »

Une nouvelle fois, la jeune femme releva les yeux vers lui pour planter son regard dans le sien, cherchant à voir ce qu’il pouvait penser, avant de décider qu’elle avait assez tourné autour du pot.

« Nils, j’ai un petit ami. Depuis presque cinq ans. »

A ces mots, elle se mordit la lèvre et scruta Nils pour voir sa réaction. Allait-il s’énerver ? Lui en vouloir parce qu’elle lui avait caché ? Ou plutôt résigné ? Triste ? Jade ne pouvait même pas savoir comment le brun réagirait. Elle ne le connaissait pas assez pour ça...

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:
Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Lun 23 Mar - 21:02

JADE & NILS
And you can get me work, but I can't work for free, I've got a room downtown with a bed and a big TV. If you can raise a star, from garbage on the street, then you can make a modern life for a modern girl to lead.
 
Au fond de lui, Nils le savait, il connaissait déjà l’histoire qu’elle allait lui sortir. Il n’y croyait pas une seule seconde. Jade était la femme de sa vie, elle lui avait fait vivre plus de choses très forte en seulement quelques jours que ce que Katja avait été capable de produire en quelques années. Il n’avait eu aucun doute, à partir du moment où il était reparti de Toronto pour Oslo, jusqu’au moment où il avait décidé de quitter pour la dernière fois le sol norvégien. Il était prêt, du début à la fin. Il n’imaginait pas du tout que Jade ne puisse être aussi enchantée que lui. Ils allaient pouvoir vivre leur passion tous les deux, et c’était ce qu’il y avait de mieux possible non ? Elle ne voulait pas quitter Toronto, mais lui n’avait rien à perdre, alors il était venu. Ca ne l’avait pas dérangé une seule seconde, même quand ses sœurs lui avaient dit de ne pas faire ça, même quand ses parents l’avaient pratiquement supplié de ne pas les abandonner. Être le seul homme de la famille avait parfois bien des inconvénients, mais il les avait outrepassés. Il n’en avait rien à faire. Tout ce qui comptait, c’était Jade. Il était à des années-lumière de se dire qu’elle allait lui compliquer la tâche. Il était suspendu à ses lèvres, et il n’attendait qu’une chose : qu’elle réagisse d’une façon un peu plus explicite qu’avant. Il était encore en train de se demander si elle allait lui sauter au cou ou bien se mettre à pleurer, et il hésitait réellement, tellement son expression ne transparaissait pas du tout ce qu’elle pouvait alors penser.

« Nils… Je… Ca va pas être possible… »

Il mit quelques secondes à comprendre ce qu’elle venait de lui dire, et à un moment même, il se demanda s’il n’avait pas mal entendu, et si de fait, il n’avait pas mal « traduit », même si en réalité, il n’y avait plus de traduction, mais uniquement de la compréhension. Il était devenu pratiquement bilingue en quelques mois, juste pour elle, et même s’il n’était pas capable de tenir un séminaire sur des sujets très spécialisés, il comprenait tout. Alors il n’y avait pas de doute à avoir. Il avait bien entendu ce qu’il avait entendu, et ça lui brisait tout bonnement le cœur. Elle n’avait pas pu dire ça, c’était impossible. Pourquoi ne voudrait-elle pas qu’ils continuent ce qu’ils avaient commencé ensemble, alors que tout était parfait entre eux ? Certes, c’était effrayant, parce qu’il lui avait tout avoué comme ça, de but en blanc en la mettant au pied du mur et qu’ils n’avaient jamais vécu ensemble, mais ils pouvaient prendre leur temps, maintenant qu’il était là. Il allait faire les choses bien, il n’avait pas l’intention de la brusquer davantage. Il la séduirait de nouveau s’il le fallait, il l’inviterait au restaurant, il lui offrirait des tonnes de fleurs, il ferait tout pour qu’elle soit heureuse et qu’elle l’aime. Si c’était de cela dont elle avait peur, il ne fallait vraiment pas. Parce qu’il allait y aller doucement.

« Il y a quelque chose que je ne t’ai pas dit. Je ne pensais pas avoir à le faire, parce que je ne pensais pas que tu ferais un truc pareil….
-Mais ? Qu’est-ce qu’il y a Jade ? »

Sa voix lui parut très lointaine, comme si son esprit avait quitté la Terre et qu’il flottait au-dessus du couple qu’ils formaient alors, assis sur le matelas de ce lit. C’était comme si son corps parlait tout seul, sans qu’il ne puisse y faire ou changer quoi que ce soit. Il redoutait ce qu’elle allait pouvoir lui dire, parce qu’il sentait que ce n’était pas bon du tout. Elle ne prendrait pas de pincettes de cette façon sinon. Ca semblait grave et Nils s’attendait au pire. Qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer ? Etait-elle malade ? Gravement ? Avait-elle une espérance de vie très courte, parce que si c’était le cas, ça ne faisait pas peur au Norvégien ? Il pouvait supporter la douleur, il pouvait très bien la supporter tant qu’il était avec elle. A moins qu’elle ne puisse pas lui donner ce qu’il voulait. Il n’avait pas encore imaginé leur futur, mais il pensait finir sa vie avec elle, tout simplement. Avoir des enfants et fonder une famille. Et si elle n’était pas capable de tout cela ? Si c’était impossible pour cette raison ? Nils n’était pas sûr que ça le dérangerait de ne pas avoir d’enfants, en fait. Pour Jade, il vivrait n’importe où, n’importe comment. Il était d’ailleurs très content qu’elle soit Torontoise et qu’elle tienne à son confort, parce qu’il détesterait devoir vivre dans un pays trop chaud, plus au sud.

« Nils, j’ai un petit ami. Depuis presque cinq ans. »

Il resta silencieux alors qu’autour de lui, tout semblait s’écrouler. Petit à petit, lentement, comme si même le monde se foutait de sa gueule en tombant. Il avait du mal à comprendre ce qu’elle venait de dire, et les mots montèrent très lentement à son cerveau.

« Quoi ? bafouilla-t-il, perdu. Tu as… quoi ? »

Un petit ami. Elle n’avait pas besoin de le redire, en fait, mais Nils avait besoin d’extérioriser ces quelques mots, cette interrogation. C’était douloureux de voir qu’elle s’était bien foutue de sa gueule. Elle lui avait délibérément menti. Elle avait aussi menti à son petit ami, du coup. Il ne devait pas être au courant qu’elle l’avait trompé. Tout comme Nils n’était pas au courant qu’elle n’était pas disponible. Si à l’époque il avait su qu’elle avait quelqu’un dans sa vie, il n’aurait sûrement pas tenté sa chance. Il aurait refusé qu’elle foute tout en l’air pour lui. Il aurait trouvé quelqu’un d’autre… mais après tout, il eut une pensée pour Katja et se rappela qu’elle aussi, il l’avait trompée avec Jade. Mais c’était fini entre eux. Il avait tout arrêté pour être avec elle. Il avait tout largué, y compris la femme avec qui il vivait à l’époque. Alors… Jade ferait la même chose, non ? Si elle lui disait ça, c’était pour l’informer que par la suite, elle larguerait son petit ami et qu’elle finirait avec lui ?

« … Quitte le ! finit-il par souffler. »

Il n’y croyait pas lui-même, parce qu’il savait d’avance qu’elle ne le ferait pas. Elle avait clairement dit que « ce ne serait pas possible » entre Nils et elle. Ca lui donnait envie de vomir. Il avait tout quitté pour elle, et elle se contentait de lui dire qu’elle avait déjà quelqu’un. Mais est-ce que cet homme, qu’elle disait aimer donc, aurait tout quitté pour elle ? Est-ce qu’il aurait traversé le monde pour elle ? Est-ce qu’il aurait dit merde à toute sa vie, pour simplement la rejoindre ? Certainement pas ! Nils en était sûr.

« Jade, tu peux pas me faire ça, reprit-il d’une voix brisée, qu’il voulut forte, néanmoins. T’as pas le droit. J’ai… Tu dois… Je t’en prie… »

Il n’arrivait plus à trouver ses mots, et il était complètement perdu. Tout ce qui lui venait facilement était des jurons norvégiens, que Jade ne comprendrait pas, forcément, mais qu’elle pourrait éventuellement soupçonner. Il ne fallait pas qu’il panique ou qu’il se mette en colère. Il ne devait pas la faire fuir, bien au contraire. Il allait se battre pour l’avoir. Il était mieux que ce type, il en était persuadé, sinon elle ne l’aurait pas trompé. Alors il allait réussir à la séduire encore, puisqu’il était préparé pour ça. Il le ferait. Sans l’ombre d’un remord, ou d’un regret…
code by Chocolate cookie

 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Ven 15 Mai - 3:16


 
Nils & Jade
 
 
I came in like a wrecking ball...
Les mots de la brune avaient sonnés comme un verdict. Elle avait employé un ton clair, net et précis, comme l’aurait fait un juge pour donner sa sentence. Il y avait une raison pour laquelle on ne s’encombrait pas de fioriture quand on prononçait un jugement, les avocats l’apprenaient aussi. Il fallait faire court et catégorique pour éviter tout doute, toute discussion. La parole d’un juge se voulait irrévocable, celle de Jade aussi. Elle avait un petit ami, ce qui expliquait pourquoi ce n’était pas possible qu’ils envisagent une vie à deux. Le choc serait certainement un peu violent, comme celui que supporte un client déclaré coupable, mais au moins il ne laisserait pas la place à l’incertitude. Tout dans l’attitude de la jeune avocate était calculé pour qu’il comprenne bien qu’elle disait vrai, qu’elle était sure d’elle. Le dos droit, les mains jointes sur ses genoux et le regard plongé dans le sien, elle s’appliqua à rester de marbre alors qu’elle pouvait lire l’incompréhension, puis la douleur dans les yeux de Nils. Elle avait revêtit son masque d’avocate, impassible et sérieuse, alors qu’intérieurement elle se sentait profondément mal vis-à-vis du Norvégien. Ce qu’elle lui faisait, c’était horrible. Lui qui avait tout quitté pour elle, tout abandonné jusqu’à son pays pour la retrouver. Lui qui avait commandé cette bouteille de champagne pour l’accueillir, persuadé que ce n’était que le début de leur histoire. Alors qu’il en avait signé la fin en emménageant à Toronto. Parce que Jade ne quitterait pas son copain. Elle resterait avec Henry des années encore, elle venait d’emménager avec lui et leur vie de couple était parfaite. Pas une dispute, ou presque, ils se connaissaient par cœur, se faisaient confiance,… Le cœur de la jeune femme se serra quand elle y pensa. Henry lui faisait confiance. Il ne lui posait jamais de questions si elle rentrait plus tard que prévu, ou si elle avait envie de sortir. Et elle en faisait de même de son côté. Mais il avait tort. Elle l’avait trompé. Elle avait trahi sa confiance, sans même le regretter. Elle n’aurait jamais dû le faire, elle s’en rendait compte à présent. Il ne l’apprendrait sans doute jamais, fort heureusement, mais elle s’en voulait de lui faire ça.

En face d’elle, Nils bafouilla quelques mots interrogatifs sans réelle signification, témoignant de sa surprise et sa douleur avant de refermer la bouche et Jade senti son masque de fer vaciller. Elle pouvait rester inébranlable sans aucun souci quand il s’agissait du boulot, parce que rien ne la concernait directement. Ici c’était bien plus difficile. Elle avait envie de pouvoir dire à Nils que c’était faux, qu’elle n’avait pas de petit ami, qu’elle était à lui pour ne plus voir cette lueur de douleur dans son regard. Elle avait envie d’envoyer au diable Henry et tout ce qu’elle avait et de sauter sur le Norvégien pour l’embrasser et plus encore, pour qu’elle arrête de se sentir coupable de lui briser son rêve de vie à deux. Mais sur la passion, la raison l’emportait toujours chez les Lawson. C’était une règle d’or tacite de la famille, un des secrets de leur réussite. Elle avait été élevée comme ça et resta donc aussi neutre que possible, laissant son amant se débattre avec la nouvelle qui venait de lui tomber dessus comme une flèche en plein cœur.

« … Quitte le ! finit-il par souffler. »

En entendant le ton de sa voix, elle inclina légèrement la tête en lui lançant un regard d’excuse. Il n’y croyait pas lui-même. Elle avait bien fait d’être claire… même si ça faisait mal. Elle ne pouvait pas quitter Henry… Elle l’aimait. Nils n’était qu’une erreur de parcours, une parenthèse inattendue et bienvenue  dans la vie de Jade, mais ça restait quelque chose qui n’aurait pas dû se produire. D’ailleurs, ils s’étaient rencontrés totalement par hasard. Il aurait suffi qu’elle sorte un autre jour, que Nils choisisse un autre bar ou une autre ville et rien ne se serait passé. Ils auraient continué leurs vies, chacun de leur côté, chacun dans leur pays, sans jamais se douter de l’existence de l’autre. Et ils auraient été très heureux comme ça. Sans se connaitre.

« Jade, tu peux pas me faire ça. T’as pas le droit. J’ai… Tu dois… Je t’en prie… »

Sa voix était à la fois forte quand il affirmait que Jade ne pouvait pas faire un truc pareil et brisée quand il la suppliait. Une fois encore, la brune sentit sa volonté flancher. Elle appréciait beaucoup le norvégien, et même peut-être plus que ça, et le voir ainsi blessé par sa faute la désolait. Mais que pouvait-elle faire ? Elle savait qu’elle ne quitterait pas Henry, et Nils semblait lui aussi l’avoir compris rien qu’en l’entendant tout-à-l ‘heure. Alors que pouvait-elle faire ? Prudemment, elle posa une main qui se voulait réconfortante sur la cuisse de Nils, près de son genou et plongea une fois de plus son regard dans le sien.

« Je suis désolée Nils… Vraiment. J’aurais dû t’en parler. »

En secouant légèrement la tête, Jade poussa un petit soupir. Elle savait qu’elle n’en aurait jamais parlé au Norvégien s’il ne l’avait pas mise au pied du mur de la sorte. Ils auraient pu continuer à se voir à titre très exceptionnel, et ça aurait été parfait. Mais il avait fallu qu’il se la joue prince charmant et qu’il quitte tout pour elle… Elle ne lui avait rien demandé après tout. Alors oui, elle s’en voulait de lui avoir caché ce détail plutôt conséquent, mais ce n’était pas un argument si valable que ça à ses yeux. Au fond, n’était-ce pas un peu égoïste de la part de Nils de venir ici et de lui annoncer qu’il avait déménagé pour elle ? N’était-ce pas une façon de l’obliger à se sentir redevable d’une quelconque manière ? Il pensait peut-être qu’elle allait se jeter dans ses bras sans poser plus de questions, juste parce qu’il avait fait ça pour elle ? Evidemment qu’il le pensait. Et Jade était en train de se chercher des excuses pour se dédouaner.

« Je ne peux pas quitter Henry… , continua-t-elle en se rapprochant légèrement de lui. Je ne vais pas quitter Henry. Je l’aime. »

Malgré elle, Jade entendit le ton de sa voix sonner faux sur ces derniers mots. Elle fronça légèrement les sourcils. Elle avait pourtant tout fait pour contrôler son timbre, comme elle le faisait toujours. Mais qui tentait-elle donc de convaincre en disant cela ? Était-ce bien Nils ou plutôt elle-même ?

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:
Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Dim 17 Mai - 1:50

JADE & NILS
And you can get me work, but I can't work for free, I've got a room downtown with a bed and a big TV. If you can raise a star, from garbage on the street, then you can make a modern life for a modern girl to lead.
Au fond de lui, Nils ne savait pas ce qui le brûlait le plus. Il était pris au piège entre la fureur qu’il ressentait et qu’il peinait à garder en lui, et la tristesse que l’annonce de Jade provoquait en lui. Il n’arrivait pas à délier ses sentiments, à savoir ce qu’il y avait de plus fort. Il était enragé. Il aurait voulu tout casser dans la pièce, et montrer à Jade qu’il était le plus fort, qu’il était le meilleur des deux. Mais il savait que s’il cédait à sa colère, il la perdrait pour de bon. Mais si ce n’était pas sa rage qui prenait le dessus, ce serait sa tristesse, sa déception. Il ne pouvait quand même pas se mettre à pleurer comme un gros bébé devant elle ! Il avait trente-cinq ans, il était quand même adulte, mince !
Ce qu’il n’arrivait pas à accepter, c’était qu’elle ne semblait même pas touchée par son état à lui. Elle ne bronchait pas. Elle ne paraissait même pas triste pour lui. Elle ne semblait même pas se rendre compte des efforts qu’il avait fournis pour elle. Pour être avec elle. Pour vivre sa vie avec celle qu’il aimait. Il lui en voulut, d’abord. Puis, il s’en voulut à lui-même. Il s’en voulut d’avoir été aussi idiot. Il n’aurait jamais dû quitter Oslo. Il n’aurait jamais dû dire « merde » à ses parents, à ses sœurs, à sa copine. Il aurait mieux fait d’y rester, de mener la vie minable que son père avait prévu pour lui. Il aurait eu moins mal. Il se détestait d’avoir écouté son cœur plutôt que sa raison. Nils avait toujours écouté ses parents, ses sœurs, ses professeurs, ses amis. Il avait toujours évolué dans des carcans qu’il détestait. Il aurait fini chef d’entreprise à la mort de son père. Il aurait épousé Katja. Il aurait eu deux ou trois enfants. Il aurait détesté cette vie.
Au lieu de cela, le Norvégien avait écouté son cœur, qui battait pour une femme qu’il connaissait mieux pour son corps que pour son âme. Et s’il avait connu son âme, il n’aurait jamais tout quitté pour elle. A cet instant, il la détestait. Il haïssait Jade. Bien sûr, ça n’allait pas durer. Il était amoureux, fou amoureux, et imaginer la détester du jour au lendemain, c’était impossible dans son esprit. Il se l’était déjà dit, il l’avait déjà pensé : il allait se battre pour l’avoir, pour la séduire. Nils se fichait pas mal de son petit ami. Il allait le faire dégager de la vie de la brune. Il y arriverait. Il n’avait pas peur, il était confiant, sûr de lui. Alors que Jade lui répliquait qu’elle était désolée, et qu’elle aurait dû lui en parler, Nils secoua la tête, dégoûté. Il l’entendit ensuite soupirer. Il ne croyait pas un mot de ce qu’elle venait de lui dire. Non, elle n’était pas désolée. Elle n’en avait absolument rien à foutre. Il soupira aussi, mais de colère. Son souffle rejeta du dioxyde de carbone, et s’envola également une part de sa fureur. Enfin, il releva les yeux vers elle, un peu plus calme.

« Je ne peux pas quitter Henry… Je ne vais pas quitter Henry. Je l’aime. »

Il entendit un bruissement, et le lit sur lequel ils étaient tous les deux assis bougea légèrement alors que Jade se rapprochait de lui. Le brun releva les yeux vers elle. Elle disait qu’elle aimait cet « Henry ». Vraiment ? Elle n’y croyait même pas elle-même. Ca s’entendait, elle ne l’aimait pas autant qu’elle le prétendait, Nils l’avait bien compris. Il la fixa quelques secondes, sans rien dire. Il n’avait rien de particulier à lui répondre. A part ces quelques mots…

« Il ne peut pas t’aimer autant que moi. »

Et ça, il le pensait très fort. Aucun homme ne pourrait aimer Jade plus que lui ne le faisait. Il était fou d’elle, il rêvait d’elle, il ne pensait qu’à elle. Cet Henry, c’était quoi ? Un avocat avec qui elle couchait pour réussir à gravir les échelons ? Après tout, dans ce milieu, c’était comme ça que ça fonctionnait non ? Nils le savait, il venait du même genre de milieu, ces milieux pervers et très riches. Ces milieux où tout le monde couchait avec tout le monde pour une histoire d’argent, de place, de job. Cette société mondaine le répugnait. Et il ne pouvait pas croire qu’elle était réellement amoureuse de cet homme.

« Tu mens, Jade… Tu mens. Et je sais pas à qui tu mens le plus. Moi ou toi-même ? »

Avec un nouveau soupir, Nils détourna son regard vers la bouteille de champagne, qui trônait tristement sur la commode, plus loin. Même l’alcool semblait se foutre de sa gueule. Il n’avait rien vu venir. Il n’avait pas un seul instant pensé que Jade pouvait avoir quelqu’un dans sa vie, à part lui. En même temps, c’était idiot de sa part, il aurait dû l’imaginer. Elle était mignonne, elle était intelligente, elle avait du répondant, elle était parfaite. Elle avait forcément quelqu’un. Les femmes comme elles ne restaient jamais seules. Jamais. Il avait cru à des chimères. Il avait eu tort.
Par la fenêtre entrouverte, une brise entra dans la chambre et fit voleter les cheveux de Jade. Son parfum fruité arriva jusqu’aux narines de Nils et ce dernier ferma les yeux, envoûté, comme d’habitude. Elle n’avait pas changé de parfum. Il aurait pu le reconnaître entre mille. Il se tourna de nouveau vers elle et leva sa main jusqu’à sa joue pour la caresser tendrement. La mèche de cheveux qui avait volé se retrouva derrière l’oreille de la jeune femme, d’un geste précis des doigts de Nils. Il la vit fermer les yeux, et il se pencha vers elle pour lui voler un baiser. Il eut une pensée absurde, en se disant que depuis qu’elle était entrée dans cette pièce, ils ne s’étaient pas embrassés. Quand il lui avait ouvert la porte, il s’était dit qu’elle n’allait plus le lâcher d’une semelle, et que de fait, ils auraient tout leur temps pour se retrouver, pour se réapprivoiser, pour s’aimer. Désormais, il se rendait compte qu’il aurait mieux fait de lui sauter dessus, de la plaquer contre le mur le plus proche et de lui faire l’amour comme une bête sauvage. Après tout… c’était peut-être tout ce qu’elle méritait.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas


avatar



Seán Ó Ceallaigh


DISCUSSIONS : 23
CREDIT : le vava c'est moi, le crédit de la signature va à son proprio :p
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Sam 27 Juin - 2:38


 
Nils & Jade
 
 
I came in like a wrecking ball...
Tout ce qu’il fallait, c’était qu’elle soit claire. Qu’elle fasse comprendre à Nils qu’elle était déjà prise, qu’elle avait fait une erreur en couchant avec lui et en récidivant par la suite. Que rien n’était possible entre eux, rien n’était envisageable. Ils n’avaient qu’à s’oublier mutuellement, repartir chacun de leur côté et mettre enfin un terme à cette histoire qui n’aurait jamais dû voir le jour. C’était la meilleure solution. La seule aux yeux de Jade. Et pourtant quand elle disait qu’elle aimait Henry, il y avait indéniablement une pointe d’hésitation dans sa voix. Ce qui n’arrivait jamais chez la jeune femme. Ce n’était pas pour rien qu’elle était promise à un brillant avenir en tant qu’avocate. Elle savait mentir, elle savait convaincre. Alors pourquoi n’y arrivait-elle pas cette fois ? Pourquoi ne pouvait-elle pas persuader Nils qu’elle était amoureuse de son petit-ami ? Elle remarqua par ailleurs qu’elle avait donné son nom, et qu’elle aurait mieux fait d’éviter. Jade ne comptait pas parler d’Henry à son amant. Il savait qu’elle avait un copain et elle n’avait rien à ajouter à ce propos. Elle lui avait caché ça, elle ne pouvait pas le nier, mais à aucun moment elle ne lui avait fait le moindre signe pour qu’il pense qu’elle voulait plus que ce qu’ils avaient tous les deux. A aucun moment elle ne lui avait dit qu’elle voulait vivre avec lui. Elle ne lui avait jamais dit non plus qu’elle l’aimait. Comment pouvait-il penser que c’était le cas ? Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Après tout, elle avait refusé son offre quand il lui avait acheté un billet d’avion. Il aurait pu en tirer les conclusions qui s’imposaient. Il aurait dû. C’était entièrement sa faute s’il se retrouvait dans cette situation.

Quand il lui assura qu’Henry ne pouvait pas l’aimer autant que lui, Jade retint un soupir. Il ne pouvait pas savoir, il ne le connaissait pas. Il n’avait aucune idée de qui était Henry. De ce qu’ils partageaient. Ils étaient ensembles depuis cinq ans tout de même, ce n’était pas rien. A côté de ça, le temps qu’elle avait passé avec Nils était insignifiant. Au plus quelques semaines. Néanmoins… ces quelques jours passés avec le norvégien avaient été tellement importants pour la jeune brune. Il lui avait permis de s’échapper à son quotidien, il lui avait permis ces parenthèses de bonheur simple dont elle avait tant besoin pour supporter la pression de sa famille, de ses amis, de ses cours et de la société en général. Quand elle était avec Nils, plus rien n’avait d’importance. Quand elle était avec lui, elle se sentait revivre. Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas sa vie, elle l’avait choisie, mais plutôt qu’elle se sentait étrangement bien avec lui. Evidemment elle avait une petite idée de ce que ça pouvait être. Lorsqu’elle avait rencontré Nils, elle croyait savoir ce que c’était d’être amoureuse. Elle pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, et elle était sincèrement persuadée de ses sentiments pour Henry.

Et pourtant. Jamais elle n’aurait cru faire une rencontre comme celle-là. Elle se revoyait à discuter avec lui dans ce bar, à rire à cause de son anglais approximatif, à l’écouter parler et à lui proposer de lui faire visiter la ville. Encore aujourd’hui, elle ne pouvait pas expliquer ce qui lui avait pris. Elle n’avait pourtant pas trop bu, elle faisait toujours attention. Et même si elle aimait jouer un peu de ses charmes, elle n’allait jamais plus loin que le flirt innocent puisqu’elle était casée et heureuse. En vérité, c’était cette soirée qui avait tout bouleversé. Il aurait suffi qu’elle parte un peu plus tôt, que Nils choisisse un autre bar ou encore qu’elle décide de ne pas sortir et tout aurait été différent. Elle aurait continué normalement sa vie avec Henry, et rien ne serait venu perturber ce tableau parfait.

«Tu mens, Jade… Tu mens. Et je sais pas à qui tu mens le plus. Moi ou toi-même ? »

La voix de Nils l’arracha à ses réflexions et la ramena à la réalité. Cette rencontre avait bien eu lieu. D’ailleurs, elle n’aurait pas voulu que ce soit autrement. Elle avait apprécié chacun des moments passés avec le Norvégien. Tout ce qu’elle voulait, c’était arrêter tout ça avant que ça n’aille trop loin… Même si c’était déjà probablement trop tard. Elle n’arrivait toujours pas à croire que Nils avait déménagé à Toronto pour elle. Quand il détourna le regard, elle baissa légèrement les yeux. Elle n’avait aucune envie que leur histoire s’arrête. Elle ne voulait pas non plus que leur relation évolue. Pourquoi tout ne pouvait pas simplement rester comme ça l’était avant ? Ce qu’ils avaient convenait parfaitement à Jade. Elle ne voulait pas compliquer les choses. Et elle n’avait aucune idée de ce à quoi pensait Nils. Evidemment, elle ne lui avait pas parlé d’Henry, mais que pensait-il ? Qu’elle l’attendait à chaque fois, qu’elle n’avait personne d’autre que lui ? Sa vie continuait même quand il était à Oslo. La sienne aussi devait continuer d’ailleurs, il n’était probablement pas resté seul là-bas… Elle ne lui avait jamais rien demandé à ce propos. Elle ne voulait pas qu’il lui retourne la question, et elle ne voulait pas savoir non plus. Après tout, il aurait très bien pu être marié. Toronto était à des milliers de kilomètre de chez lui, qu’est-ce qui l’empêchait d’avoir une femme chez lui ? Il pouvait même avoir une fille dans chaque port. Jade ne pouvait pas savoir… Sauf qu’il lui avait proposé ce billet d’avion la dernière fois. Il ne l’aurait  probablement pas fait s’il avait eu quelqu’un…

La main de Nils sur sa joue la sortit à nouveau de ses pensées. Son regard se plongea dans le sien alors qu’il replaçait une mèche de ses cheveux qui avait volé avec le courant d’air provoqué par la fenêtre. En sentant la douceur de ses doigts sur sa peau, la jeune fille ferma doucement les yeux. Elle ressentait ce qu’elle ressentait à chaque fois avec lui, cette sensation de bien-être qui l’apaisait et la rassurait à la fois… Quand les lèvres du Norvégien se posèrent doucement sur les siennes, son souffle se coupa et elle sentit son cœur s’emballer. Tout en répondant légèrement au baiser, sans pour autant l’approfondir, elle leva une main vers sa nuque avant de s’interrompre en plein mouvement pour la poser sur son torse. A contrecœur, elle le repoussa légèrement pour mettre fin au baiser et ouvrit les yeux.

« Nils… Je te l’ai dit, je suis avec quelqu’un. Je ne pensais pas que tu viendrais t’installer à Toronto. »

Elle regarda le brun dans les yeux un moment, alors qu’ils étaient encore à quelques centimètres l’uns de l’autre, avant de baisser le regard en soupirant. Son but n’était pas de le blesser. Loin de là. Mais il ne lui laissait pas vraiment le choix. Elle ne pouvait pas lui donner ce qu’il voulait, ils n’allaient pas faire leur vie ensembles. Elle resterait avec Henry, ça elle en était certaine. Elle n’allait pas jeter ces cinq ans aux oubliettes pour un homme qu’elle avait rencontré par hasard, dans un bar, et avec qui elle avait eu une liaison. D’ailleurs elle n’avait aucune envie de raconter ça à qui que ce soit. Nils était son secret, la seule chose qui avait échappé à ses parents et à tous les autres. Et il le resterait. Doucement, elle fit glisser sa main le long du torse de Nils avant de l’enlever en relevant les yeux vers lui.

« Je ne le quitterai pas, affirma-t-elle à nouveau. On ferait mieux de tout arrêter. On aurait dû le faire bien avant. »

Un nouveau soupir s’échappa de ses lèvres alors que les moments passés avec Nils lui revenaient en mémoire. Aurait-elle vraiment préféré tout arrêter avant ? Même si la réponse éthique et responsable à cette question était bien évidemment oui, celle de Jade était contraire. Bien sûr que non, elle n’aurait jamais voulu arrêter ça plus tôt. Et peu lui importait la morale, peu lui importait la culpabilité. Elle avait aimé tromper Henry. D’ailleurs elle l’avait fait plusieurs fois, toujours avec le même homme, mais plusieurs fois tout de même. Elle n’avait que faire de ce qu’il pourrait ressentir en l’apprenant. De toute façon, ce ne serait jamais le cas.

« Tu n’aurais jamais dû venir vivre ici. On aurait pu continuer comme on faisait… C’était très bien. »

Malgré elle, elle ne put cacher le reproche dans sa voix. C’était sa faute si elle était obligée d’agir de la sorte, et elle lui en voulait de la mettre au pied du mur comme ça. Elle n’aimait pas vraiment les surprises, bonnes ou mauvaises. Elle préférait tout savoir d’avance, et c’était d’ailleurs comme ça qu’elle travaillait. Quand elle était sur une affaire, elle ne négligeait aucune piste, examinait minutieusement toutes les preuves, tous les témoignages. Elle se préparait au maximum pour ne pas être prise au dépourvu. Evidemment, cela arrivait parfois et elle savait faire face à l’imprévu, mais ça l’agaçait profondément. Et c’était le cas aussi en ce moment.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:
Revenir en haut Aller en bas





Siobhan Kearney


DISCUSSIONS : 7
MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   Mar 25 Aoû - 21:05

JADE & NILS
And you can get me work, but I can't work for free, I've got a room downtown with a bed and a big TV. If you can raise a star, from garbage on the street, then you can make a modern life for a modern girl to lead.
Nils accusa le coup lorsque Jade le repoussa du plat de la main. Il fallait dire qu’il croyait au moins qu’elle allait en profiter, peut-être pour la dernière fois, s’il avait bien compris. Pour une nuit, une dernière nuit, une unique nuit, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, tous les deux. Jade pouvait lâcher prise. Nils pouvait profiter de ces moments comme s’il allait mourir le lendemain matin. Il ne comprenait pas comment elle osait le repousser. Et en même temps, il se disait que c’était sûrement mieux comme ça.
Jade rouvrit les yeux quand ils se détachèrent l’un de l’autre, et resta silencieuse à peine quelques secondes, avant de lui déclarer qu’elle n’allait pas quitter le type avec qui elle partageait sa vie. Le cœur du brun se serra dans sa cage thoracique, le laissant pantelant et déchiré. Elle ajouta qu’elle ne pensait pas que Nils s’installerait à Toronto. Il vit clair dans son jeu et ses paroles : elle avait profité de lui. Il était amoureux d’elle, et elle avait profité de sa présence pour … pour quoi ? Pour tester la chose avec un autre ? Pour savoir ce que ça faisait de tromper son mec ? Pour être sûre de ses sentiments pour ce Henry ? Pourquoi ?! Alors qu’elle baissait les yeux vers ses pieds, Nils passa une main tremblante dans ses cheveux, se sentant mal, mais également furieux. Il aurait pu tuer ce type sur le champ. Il l’aurait tué, et n’aurait laissé aucune trace de son corps. Personne n’en aurait rien su, et il aurait eu Jade pour lui tout seul. Il revint petit à petit à l’instant présent en sentant la main de celle qu’il osait encore considérer comme la femme de sa vie – gageons qu’elle était la femme de ses rêves également – glisser lentement sur son torse pour finir sa course dans le vide, juste à côté de sa hanche.

« Je ne le quitterai pas. On ferait mieux de tout arrêter. On aurait dû le faire bien avant.
-Non, souffla-t-il pour toute réponse. »

Il n’était pas capable de tout arrêter. Il n’était pas prêt à le faire. Il n’avait pas envie de délaisser Jade, il n’avait pas envie de l’abandonner à son sort, à son Henry. Il ne voulait pas qu’elle parte avec lui. Ce qu’il voulait, ce qu’il devait faire, c’était la garder pour lui, jalousement, égoïstement. C’était la seule solution, parce qu’il était hors de question qu’il soit venu à Toronto pour rien. Pourtant, ses parents l’avaient prévenu depuis ses plus jeunes années : l’amour, ça n’avait rien de bon. Il fallait s’aimer, mais le plus important était de réussir dans la vie. L’amour venait après. Les sentiments venaient avec le pouvoir, avec l’argent, avec la sûreté de la situation. C’était ainsi que son père et sa mère s’étaient aimés. Et lui ne voulait pas de cette vie. Son âme plus bohème avait décidé de tout envoyer valser dans sa vie bien rangée de futur PDG, et il avait tout quitté. Pour une femme. Et pas n’importe quelle femme. Jamais il n’aurait pensé qu’elle en aimait un autre, même s’il aurait dû s’en douter. Une telle femme ne pouvait pas rester seule bien longtemps. Et il n’avait pas été présent. Pire encore, elle le connaissait depuis des années, et Nils ne faisait pas le poids. Sauf qu’il n’était pas idiot, il savait très bien ce qu’elle ressentait alors, il voyait ses frissons, ses tremblements d’envie, il entendait ses soupirs. Il n’avait pas peur de dire qu’elle était amoureuse, elle aussi. C’était quasiment sûr, il n’y avait qu’à analyser sa façon d’être. Elle n’aimait pas son Henry. Du moins, elle ne l’aimait pas autant qu’elle aimait le Norvégien. Et de cela, il était persuadé.

« Tu n’aurais jamais dû venir vivre ici. On aurait pu continuer comme on faisait… C’était très bien. »

Cette fois, Nils ne sut que répondre, estomaqué par ce qu’elle lui annonçait. Alors quoi ? Il n’avait pas le droit de développer ses émotions, des sentiments forts qu’il adorait et qu’il aurait aimé vraiment partager avec elle ? C’était interdit pour lui ? C’était elle qui décidait de tout ? Hors de question ! Aussi, il ne put s’empêcher de s’énerver, un peu trop rapidement.

« Tu te fous de ma gueule ?!? commença-t-il, son ton augmentant d’un niveau à chaque mot. »

Il jura en norvégien avant de reprendre.

« Tu crois que c’est comment comme situation d’être le connard d’amant qui ne peut rien espérer de plus que quelques nuits avec la femme qu’il aime ?! explosa-t-il. Tu crois que j’aime ça, moi ? Putain Jade, je suis venu pour toi. Je m’en fous de ton mec ! »

D’un geste rageur, il la rapprocha une fois de plus de lui et reprit possession de ses lèvres. Le baiser fut à la fois furieux et passionné, et il ne manqua pas de remarquer que Jade en profitait bien. Il avait donc raison. Et en réalité, il détestait cela. Il la relâcha au bout de quelques longs instants, lorsqu’il fut à bout de souffle. Pendant ce temps-là, il avait senti les mains de Jade s’agripper à lui. Il avait ressenti ce qu’il ressentait lorsqu’ils faisaient l’amour, des mois auparavant. Elle l’avait ressenti aussi, il n’y avait pas d’autre solution possible… Ainsi, il reprit la parole :

« Je veux pas te partager avec un autre. Je te veux pour moi tout seul, c’est pour cette raison que je suis venu. Je ne veux pas te voir dans une chambre d’hôtel, je ne veux pas que l’on soit cachés aux yeux du monde entier. Je ne veux pas que tu mentes à ton connard de petit ami, je ne veux pas non plus être un amant. Je veux que tu m’appartiennes, et je veux t’appartenir. Tu comprends ça, Jade ? Tu comprends ?!! »

Son souffle devint court à la fin de sa tirade et il la relâcha en reculant un peu et en passant de nouveau une main dans ses cheveux, sans comprendre ce qu’il lui arrivait. Il était de nature plutôt calme, il n’aimait pas être énervé, et se mettre à crier. Mais c’était sans compter sur le fait qu’il n’avait jamais vraiment été amoureux, et qu’il ne savait pas comment on devait réagir, en réalité. Il voulait simplement que Jade l’aime autant que lui l’aimait. Et il était sûr qu’au fond, elle l’aimait. Il fallait voir comment elle le regardait, comment elle l’embrassait. Il fallait entendre ses soupirs. Non,  Nils n’avait pas tort, c’était impossible…
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jade & Nils / I came in like a wrecking ball...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LE JEU :: WEST END :: Drake Hotel-
Sauter vers: