Partagez | 
 

 You can't do this to me... *Ortwin/Ella*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Mer 4 Fév - 13:47


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Aujourd'hui, il fait froid et sec, mais il allait sûrement neigé à nouveau dans quelques heures ou en fin de journée. Assisse sur le rebord de ma fenêtre, je regarde le temps clément, tout en attendant Ortwin. Nous étions mercredi et comme je ne travaillais pas, je l'avais invité à venir déjeuner, au lieu de manger à l'extérieur. Nous nous voyons régulièrement depuis plusieurs semaines, quotidiennement et nous apprenons à nous connaître, je ne pensais pas qu'il était si comique mon paternel, une chose de plus que je n'ai pas hérité de lui. On me dit toujours que je suis trop sérieuse, pourtant j'aime faire la fête comme tout le monde.
Le ciel était magnifique, reposant… laissant mon esprit divaguer légèrement, mais ce fut de courte durée, on sonnait à ma porte. Si c'était déjà Ortwin, il serait très en avance, alors je croise les doigts pour que ça soit mon livreur. Ne sachant pas faire la cuisine je préférais assuré en commandant chez un traiteur. Mais j'ai quand même préparer le dessert, le soufflet je sais faire. Quand j'ouvre la porte, un jeune homme environ dix-sept ans m'apportait ma commande, je le paye et lui donne un bon pourboire. Je fais tout mettre au four pour que ça soit chaud quand mon invité sera là.
En attendant l'heure, je vais me remettre à la fenêtre, et mon esprit recommence à voyage. Je pense à Ethan en me disant que ça fait vraiment un moment que nous nous étions pas vue et qu'il me manquait terriblement. Je pensais aussi à Mikha, qui devait boire et se droguer tout en s'amusant avec n'importe qui…. C'était un mec assez étrange en faite, et j'étais légèrement curieuse sur sa vie, mais je sais qu'on ne se reverra pas, il ne m'appellera jamais, et je n'allais pas le faire non plus. Je pense, ensuite à Mac', étrangement, j'avais bien envie de revoir la blonde, essayer de la connaître pour voir ce que David voyait en elle…. La dernière fois, je ne l'avais pas trouver si méchante. Je devrais peut-être lui envoyé un message ou un truc dans le genre… Je ne sais comment j'arrive à penser à Connor. J'en avais des frissons. Et j'étais même ne colère, et dégoutter, par ce que nous avions pu faire ensemble. Comment j'avais pu me retrouver dans le même lit que cet homme ? Il avait agresser une femme, qui plus ai Juliet…. Une femme si discrète, si gentille, comment avait il pu ? En plus il ne me répondait pas quand j'essayais de l'appeler pour avoir de vraies explications.
La sonnette retentit à nouveau et c'était vraiment une bonne chose, pensé à Connor me donne encore la nausée.
Je me dirige vers la porte, et c'est en souriant que je me dis que derrière la porte il y  aura certainement mon père. Ortwin le devenait un peu plus chaque jour, je lui en voulant moins qu'au tout début de nos retrouvailles.
En voyant ce grand homme devant moi, mon coeur fut tout réchauffer, ça me plaisait de le revoir, un réelle plaisir. Il m'enlace rapidement, mais je n'étais pas encore très à l'aise avec ces gestes d'affection, mais ça allait venir, il me faut juste un peu de temps pour ça. Je le laisse entrée chez moi, il se met un peu plus à l'aise en enlevant son manteau, puis il me suit dans mon salon. Comme la plus part du temps, on ne trouve pas tout de suite quelque chose à se dire. Alrs je lane un sujet totalement banale et stupide.

- J'espère que tu aimes bien le risotto c'est ce que l'on va manger.

Il me fait oui de la tête, lui ne parlant pas, ce n'était pas habituelle. Qu'est-ce qu'il avait, il avait mieux à faire qu'être avec moi ? Je ne l'ai pas forcé à venir, il pouvait repartir si il le souhaitais. La porte était grande ouverte et il savait où elle était. Mais là, il ne me reverrai plus jamais, si il me fait ça.

- Ortwin, ça ne va pas ?

Il n'était pas pâle, mais il souriait moins qu'à l'habitude, ou alors je me fais des idées, et je voyais des trucs qui n'était pas. En tout cas, il pouvait me parler, je suis assez doué pour écouter.
Et si c'était à propos de sa grognasse d'ex-femme. Si c'était bien ça, en effet, il ne fallait pas qu'il m'en parle, parce que j'allais m'énerver. Il pouvait me parler de tout, mais pas d'elle. J'ai une énorme haine et rancœur envers cette femme.  


BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Sam 7 Mar - 20:53

you can't do this to me

   
Le mercredi était rapidement devenu l’une de mes journées préférées. La perspective de revoir ma fille chaque semaine était un beau cadeau, le plus beau qu’elle puisse me faire pour l’instant. Je ne perdais jamais l’espoir de la voir un jour m’aimer comme elle le devrait, et surtout, me faire confiance. C’était tout ce que je demandais : qu’elle me croit, quand je lui disais que je l’aimais vraiment, qu’elle était très importante pour moi et qu’il fallait que l’on améliore nos relations.
Au fil des semaines, tout s’était amélioré. Nous étions tous les deux un peu fébriles au début, et le premier mercredi où nous nous retrouvâmes pour de vrai passa très près du fiasco. Je n’en attendais pas quelque chose de mieux, en réalité, parce que c’était normal que l’on ne sache pas quoi se dire, ni quoi faire. Mais jour après jour, semaine après semaine, nous trouvions des sujets de conversation. Je m’intéressais toujours à ce qu’Ella faisait à l’hôpital, à ses opérations, aux patients qu’elle voyait, à ce qu’elle pouvait faire ou ne pas faire en tant qu’interne. J’adorais l’entendre parler de son travail, parce qu’elle l’adorait, autant que j’adorais le mien quand je travaillais encore. Voir des étoiles briller dans ses yeux, c’était vraiment quelque chose, et ça me rendait réellement fière d’elle. J’étais heureux, parce qu’elle était heureuse. Elle était épanouie, et c’était tout ce qui m’importait. Ce que je désirais le plus, désormais, c’était qu’elle puisse s’épanouir encore plus, avec ma proximité. Si ça ne fonctionnait pas, je repartirais… à contrecœur, mais je le ferais. Si ça fonctionnait… alors j’aurais droit à une seconde chance, et ce serait réellement parfait pour moi.

Néanmoins, malgré le fait que les semaines passent, je n’en oubliais pas moins les raisons qui pourraient éventuellement me faire revenir en Angleterre. Déjà, la plus importante, c’était le mariage de mon fils. Malgré le fait que je ne m’entende plus avec la mère de mes enfants, ils restaient les choses les plus merveilleuses à mes yeux. Ce qui m’inquiétait, c’était le fait qu’Ella ne s’entende pas avec ses frères. Elle ne rentrerait probablement pas au pays pour ça. Et je ferais mieux de ne pas lui dire, mais il faudrait que je lui évoque le problème. Parce que j’allais rentrer, et je ne pourrais pas être à deux endroits en même temps…
J’étais chez elle depuis à peine dix minutes quand je sus qu’elle avait remarqué que quelque chose n’allait pas chez moi. Comme si j’étais capable de lui cacher des choses de toutes façons. Depuis que j’étais arrivé à Toronto, j’avais l’impression qu’elle était capable de lire en moi comme dans un livre ouvert. C’était faux, sûrement, parce qu’il y avait encore tellement de parts d’ombres.. mais je savais qu’elle était capable de savoir si j’allais bien ou non. Et là, elle devait déjà en être sûre. Elle me parla de son risotto et je fus ravi qu’elle ait préparé ça. C’était un de mes plats favoris, et j’étais persuadé qu’il serait excellent… mais malheureusement pour moi, je n’avais pas énormément d’appétit… et je n’étais pas spécialement enclin à parler non plus.

« Ortwin, ça ne va pas ? »

En relevant les yeux vers elle, je sus qu’elle avait compris que j’avais quelque chose à lui annoncer, qui ne lui ferait pas plaisir du tout. Il fallait que je lui avoue que j’allais rentrer en Angleterre, temporairement. Mais même de façon temporaire, j’étais presque sûr qu’elle allait piquer une crise et dire que je l’abandonnais déjà. C’était faux… mais je lui avais bien dit que je ne le ferais pas. Et elle sauterait sur l’occasion pour me prouver par a + b que je mentais à chaque fois que je lui parlais. Je redoutais déjà cette partie de la conversation.
Je pris le temps de m’asseoir au fond de ma chaise, à table, avant de passer une main sur mon visage et dans mes cheveux pour me donner du temps. Il fallait que je trouve mes mots, il fallait que je les choisisse avec soin, et que je ne laisse pas d’indices à Ella, pas de preuves, pas de moyens pour elle de me dire que je n’étais qu’un con. Il fallait que je fasse ça bien, parce que je savais que malgré tout, elle me sortirait mes quatre vérités. Mais je ne pouvais pas louper le mariage de mon fils. Même pour ma fille… J’avais promis à mon fils que je serais là, et je tenais mes promesses !

« Ella… tu as reçu le carton d’invitation de ton frère ? demandai-je, doucement, presque à voix basse. Pour son mariage ? »

Déjà, le ton était donné et elle saurait de quoi je voulais que l’on parle. Maintenant, je devais juste attendre de savoir ce qu’elle en pensait, et comment elle allait réagir. Je ne m’attendais pas à des miracles de toutes façons. Alors j’espérais simplement qu’elle ne soit pas trop virulente envers moi. Ma décision était prise de toutes façons, et je reviendrai dès que le mariage serait fini. C’était l’histoire d’une semaine…

« Je vais y aller. Je vais y assister et je reviendrai après. »

J’avais peut-être été un peu sec dans mes propos, dans mon ton, et je n’aimais pas lui parler ainsi, mais j’avais l’impression que si je me montrais ferme, ça irait mieux dès le début. Ce n’était sûrement pas une bonne solution… mais à vrai dire, je ne savais pas comment aborder ce sujet avec ma propre fille. Il faudrait que j’improvise au fur et à mesure…
© GASMASK


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Mar 17 Mar - 22:44


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Son silence ne me plaisait pas du tout. Je sentais la mauvaise nouvelle arriver. Il allait repartir, se remettre avec mon abominable mère, et me laisser à nouveau, il allait de nouveau faire une croix sur moi. C'était gros comme une maison. Je le sens gros comme une maison. Ou alors, il allait me dire qu'il était malade, on venait de lui diagnostiqué un cancer, et il était bien trop tard pour l'opérer… Si c'était le cas, j'allais tout faire pour le sauver. Sinon à quoi bon être médecin ? Et puis je venais enfin d'avoir un père, ce n'était pas pour le laisser partir comme ça.
Je n'étais pas de nature à m'angoisser pour un petit truc mais là…. Là je ne voulais pas perdre mon père, je ne voulais pas qu'il s'éloigne, qu'il me délaisse une fois encore. Je voyais qu'il cherchais ces mots, et ça me fait vraiment peur.

- Ella… tu as reçu le carton d’invitation de ton frère ? Pour son mariage ?

Pourquoi il me parle de lui ? Pourquoi mentionner Harry ? Mon frère aîné qui se mariait, j'étais au courant, d'ailleurs je ne sais pas par quel miracle, il avait eu mon adresse internet pour qu'il est pu m'envoyer sa speudo invitation… parce qu'un mail, je n'appelle pas ça un carton d'invitation digne de ce nom. Enfin passons, et revenons plutôt à la suite de la mauvaise nouvelle que mon cher Ortwin allait m'annoncer.

- Je vais y aller. Je vais y assister et je reviendrai après.

C'était pire que tout au final. Parce qu'il allait bouger pour un de mes frères, comme ça, si facilement, alors qu'il a mis au moins 20ans pour se rendre compte qu'il avait une fille, en l’occurrence moi…
Après quelques secondes, où j'ai du vraiment encaisser, je me lève rapidement, faisant un bruit sourd avec ma chaise.

- Tu vas te barrer, oui, et plus revenir. VAS Y FAIT LE ! J'EN AI L'HABITUDE !

Je m'étais mise hors de moi, c'était trop d'un coup, bien trop. Je pensais que tout s'arrangeait entre lui et moi, mais je devais bien me planté. Il doit se faire chier avec moi, il a toujours préférés les garçons de toute manière, autant qu'il y reste en Angleterre, et qu'il ne revienne plus jamais ici, me voir…

Les larmes me montaient la colère et la tristesse se mélangeait, et je craquais. Mais je ne voulais pas. Pas devant lui, ça lui ferrai bien trop plaisir.
Je le sens être derrière moi, alors que j'essaie de ravaler mes larmes, ne voulant pas paraître faible devant Ortwin. Il pose ses mains sur mes épaules et me force alors à lui faire face.

- Fou le camps…. Et laisse moi, ne reviens pas…. Me brise pas le coeur une fois de plus….

Je fini par laisser mes larmes coulé, n'arrivant plus à me contenir. J'avais réellement souffert de ne pas avoir de famille, et aujourd'hui, le peu que j'avais, allait partir… Il allait m’abandonner une fois de plus. J'étais maudite, voilà tout…


BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Dim 22 Mar - 18:54

you can't do this to me

 
Le regard qu’Ella me lança me glaça le sang, ni plus ni moins. Je savais qu’elle n’aimerait pas la nouvelle que je lui annoncerais, quand je m’étais levé ce matin-là. Je savais qu’elle allait rechigner, qu’elle allait être déçue, et qu’elle ne voudrait certainement pas en entendre parler. Quand ça concernait sa mère ou ses frères, je préférais prendre des pincettes. D’ailleurs, je ne lui en parlais même jamais, parce que je ne voulais pas qu’elle s’énerve et qu’elle me fiche dehors. Pour autant… c’était important, cette fois. Mais vu la tête qu’elle faisait, je me disais que peut-être, j’aurais mieux de ne rien lui dire. De partir discrètement et de revenir tout aussi discrètement, sans manquer notre rendez-vous hebdomadaire du mercredi. Cependant, je ne voulais pas lui mentir, et encore moins qu’elle découvre la supercherie. Elle était intelligente… elle l’aurait remarqué à un moment ou un autre.
Alors que je venais de lui apprendre que j’allais retourner en Angleterre pour quelques jours, je vis donc son regard changer, pour devenir noir et bien plus menaçant. L’espace d’un instant, je me demandai si elle allait me jeter dehors, ou bien m’attaquer. En tant que médecin, elle était capable de me tuer sans laisser de marque et ça m’inquiétait peut-être légèrement. Au lieu de quoi, elle se releva de sa chaise et la fit reculer, presque en la faisant tomber et je sursautai, alors que pourtant, j’étais sûr qu’elle ferait un truc du genre. Je n’avais pas pu m’empêcher de sauter sur ma chaise, parce que j’étais déjà reparti dans mes pensées, en essayant de savoir comment j’allais pouvoir lui faire comprendre que ce n’était pas contre elle que je faisais une chose pareille. J’aimais tous mes enfants, y compris elle, y compris tous ses frères. Ils n’avaient rien à voir avec le fait que je me sois séparé de leur mère.

« Tu vas te barrer, oui, et plus revenir. VAS Y FAIT LE ! J'EN AI L'HABITUDE ! »

Forcément, elle se sentait obligée de hurler sur moi, et je n’allais pas répondre. Ce n’était pas la peine, vu comment elle était énervée. J’allais la laisser se défouler, décharger ses nerfs sur moi, et ensuite, je trouverais une solution. Mais je savais que je ne devais pas répondre, parce que nous monterions chacun de notre côté sur nos grands chevaux. Et ça finirait mal, ce qui n’était pas mon but en premier lieu.
Ella me tournait à présent le dos, elle s’était postée devant sa fenêtre en croisant les bras. J’eus un sourire amusé dans mon malheur, en me disant qu’elle avait l’air d’une enfant de cinq ans qui boudait après qu’on ne lui ait pas passé un caprice. Je savais que je ne devrais pas sourire à cette pensée, parce que c’était exactement ce qu’elle était en train de faire. Je ne devais pas lui céder, et de toutes façons, je n’allais pas lui céder. Elle devait comprendre ma démarche. C’était son frère, c’était mon fils, et son mariage était important. Si elle ne voulait pas venir, c’était son problème, mais moi, j’allais y aller ! Finalement, je me levai à mon tour, plus calmement, et je vins me poster juste derrière elle. Je la dominai d’une bonne tête et demie et je déposai avec douceur mes mains sur ses épaules. Puis, je la fis pivoter devant moi. Elle n’allait pas gagner à ce petit jeu, pas contre moi, même si ça me faisait mal de la voir dans cet état.

« Fou le camps…. Et laisse moi, ne reviens pas…. Me brise pas le coeur une fois de plus….
-Sois pas aussi théâtrale, Ella, répondis-je, encore amusé, mais essayant de le masquer. »

La voir pleurer me brisait le cœur bien sûr, parce que c’était ma fille et qu’un père qui voit pleurer sa fille ne peut pas rester insensible. Surtout que c’était de ma faute si elle pleurait. J’aurais peut-être dû trouver une autre façon pour lui dire les choses. Mais elle ne devait pas se mettre dans cet état. J’allais revenir, contrairement à ce qu’elle croyait. Elle avait tort, et il fallait qu’elle le comprenne.
Avec douceur, je passai mes mains sur ses joues pour sécher les larmes qui avaient coulé sur sa peau et roulé jusqu’à son cou. Je pris mon temps pour bien tout sécher en cherchant mes mots, le plus soigneusement possible. Et une fois qu’elle fut un peu plus calme, je repris la parole, enfin :

« Je pars vendredi. Je reviens lundi soir. Tu veux vérifier mes billets d’avion ? »

C’était peut-être ça qui lui faisait peur. Peut-être qu’elle pensait que je lui mentais. Mais des billets d’avion ne pouvaient pas mentir. Et si je lui mentais, alors elle n’aurait qu’à me détester jusqu’à la fin de ses jours… mais dans ce cas là, je n’en aurais rien eu à faire, ce qui n’était pas le cas. J’allais revenir. Et elle devait me croire.

« J’ai promis à ton frère d’être là. Et je t’ai aussi promis d’être là le mercredi. Alors je serai là. Je peux te le promettre encore une fois. »

Si c’était ce dont elle avait besoin, j’allais lui fournir toutes les preuves de ce que j’avançais, j’allais jurer sur tout ce qu’elle aimait, sur ma propre tête si elle le voulait, et sur la tête de ses frères. Mais je lui prouverais qu’elle avait tort et qu’elle n’avait pas à se mettre dans cet état-là.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Mer 25 Mar - 23:10


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Tout était clair, il allait repartir en Angleterre pour Harry. Il l'a toujours préféré de toute manière. JE ne représente rien pour lui, je me suis fourvoyez depuis des semaines. J'aurai dut le savoir qu'au final, il repartir au bénéfice d'un de mes frères. Au fond de moi, je le savais, personne ne veut rester avec moi de toute façon. Je dois avoir un problème pour garder ceux que j'aime. Je n'ai même pas été foutu de garder David… alors mon propre père… Je dois me faire à l'idée, je vais me faire à l'idée… je n'ai pas le choix.

-Sois pas aussi théâtrale, Ella.

Théâtrale ? Et en plus il se moque de moi, et bien qu'il reparte rapidement, et que je ne le revois plus. Comment pouvait il se foutre de moi aussi facilement, aussi ouvertement, alors que je suis en pleure devant lui, à cause de lui !

- Je pars vendredi. Je reviens lundi soir. Tu veux vérifier mes billets d’avion ? 

Qu'est-ce qu'il veut que j'en fasse de ces billets d'avion ?! Il peut tout à fait ne jamais prendre celui du retour. A tous les coups, il va se passer un truc et il va y rester sous la demande d'un de mes soit disant frère, soit de ma bouffonne de mère…
Rien que de penser à eux, la colère prend le dessus sur la tristesse. Ces deux sentiments, se passait devant seconde après seconde. Je ne cessais de pleurer, c'était bien trop douloureux de savoir qu'il n'allait pas revenir, qu'il m'abandonnait…

- J’ai promis à ton frère d’être là. Et je t’ai aussi promis d’être là le mercredi. Alors je serai là. Je peux te le promettre encore une fois.

Rien ne pouvait me prouver qu'il reviendrait ici…. Ces paroles, aussi belles soient elles, je ne pouvait les croire.
Je reniflais bruyamment, m’essuyant le nez et mes larmes qui c'était remisent à couler. Même si ce n'était plus des sanglots, j'avais bien du mal à les arrêter.

- Comment je peux te faire confiance…. Tu n'as jamais été là pour moi…. Comment tu veux que je crois…. Tu es aussi mon père, j'ai besoin de toi moi aussi….

J'ai une boule dans la gorge, et mes larmes reprennent de plus belle leurs routes vers mon coup.
Je me rapproche de lui, et je commence à lui taper sur le torse. Il fallait bien que ma colère sortent à un moment donnée.

- Tu vas me laisser, encore, pour ne pas changer. Tu t'en fous de moi, tout ce qui compte se sont eux…

A bout de force, je pose mon front contre son torse, alors que les sanglots reviennent au galop.

- Pourquoi tu me délaisse papa….

C'est tellement dur de savoir qu'il allait partir, qu'il ne voulait plus de moi. Qu'au final, je ne comptait pas pour lui. Son départ pour le mariage d'Harry, je le traduisait ainsi, il me quittait, il m'abandonnait. Et je ne le voulait pas, je ne voulait pas qu'il parte. Je le voulais près de moi, pour toute ma vie, comme un père devait être présent pour sa fille. Nous venions à peine de nous connaître et il voulait déjà mettre fin à tout ça…

BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Sam 28 Mar - 10:46

you can't do this to me

 
Il fallait bien que j’avoue que malgré mon expérience de père auprès des garçons, j’avais bien du mal à comprendre pourquoi Ella pleurait autant, alors que je lui avais certifié qu’elle n’avait pas besoin de se mettre dans un état pareil. Pourquoi faisait-elle cela alors qu’elle aurait dû être contente que je lui dise que je revenais ? C’était ridicule ! J’aurais compris qu’elle pleure si je lui avais indiqué que je ne revenais pas… mais ce n’était pas du tout le cas, la preuve ! Je lui avais dit que j’allais revenir, j’avais déjà mon billet d’avion, il n’y avait aucun souci. Qu’est-ce qui pouvait lui arriver ? Elle ne me faisait pas confiance à ce point ? C’était triste, mais dans un sens, je m’y attendais aussi…

« Comment je peux te faire confiance…. Tu n'as jamais été là pour moi…. Comment tu veux que je crois…. Tu es aussi mon père, j'ai besoin de toi moi aussi…. »

Au moins, j’avais la confirmation de ce que j’avançais un peu plus tôt : elle n’avait pas du tout confiance en moi. Je pensais que depuis que j’étais arrivé à Toronto, elle aurait pu me croire, avoir une confiance aveugle, et pourtant… je m’étais trompé. Le mariage de son frère arrivait un peu trop tôt dans notre relation, donc… mais ce n’était pas pour autant que j’allais changer d’avis. Je devais y aller. C’était important pour moi et Harry le voulait aussi. Ça ne m’empêchait pas d’aimer ma fille et de vouloir revenir aussi sec. J’en voulais encore à Darcy… je n’allais pas rester là-bas. Surtout pas pour elle.
Soudain, Ella se rapprocha de moi et commença à me frapper sur le torse de ses poings, rageusement, et je la regardai quelques secondes d’un air ébahi. Je ne m’attendais pas vraiment à ça, il fallait dire, et ça m’impressionnait un peu de voir qu’elle avait beaucoup de forces pour sa si petite taille.

« Tu vas me laisser, encore, pour ne pas changer. Tu t'en fous de moi, tout ce qui compte se sont eux…
-Mais bien sûr que non… »

Que répondre d’autre face à cet état de détresse ? Je n’avais rien de plus à dire. Je lui avais déjà tout dit. Elle n’allait pas être toute seule, du moins, pas plus d’une semaine. Elle ne le remarquerait même pas, parce que ce serait comme si elle était au boulot et que je visitais la ville pour trouver des repères. Elle ne remarquerait même pas mon absence. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle ne voulait pas me croire… C’était à la fois vexant, blessant et horriblement gênant pour moi. Elle finit quand même par laisser mes pectoraux tranquilles afin de poser son front sur mon torse, épuisée par ses larmes et sanglots.

« Pourquoi tu me délaisse papa….
-Je ne te délaisse pas, Ella… »

Je me demandais s’il fallait que je commence d’ores et déjà à apprendre différentes langues pour lui sortir cette phrase dans tous les dialectes possibles et imaginables. S’il le fallait, je le ferais sans problème. Il fallait qu’elle comprenne que je n’étais pas en train de la délaisser, de l’abandonner, mais que j’étais juste en train de jouer mon rôle de père. Je savais que ça lui a manqué toute sa vie. Mais j’avais aussi d’autres enfants, et les garçons pouvaient aussi avoir besoin de moi. Elle ne le comprendrait certainement jamais, parce que j’avais déjà été présent pour eux tout le long de leur vie, à son contraire, mais ça n’allait pas changer parce qu’elle se mettait à pleurer, même si la voir dans cet état me serrait le cœur. Je savais qu’elle n’allait pas aimer ça, et qu’elle trouverait même cela injuste, mais j’aimais tous mes enfants. Et je n’allais pas justement délaisser les garçons au profit d’Ella… et inversement. Je ne le ferais plus, ça. C’était terminé. J’avais été dans le déni pendant trop longtemps et il fallait que ça cesse. Mais pour cela, Ella devait me laisser repartir en Angleterre, pour quelques jours.

« Comment je pourrais te délaisser alors qu’on vient à peine de se retrouver, hein ? Je vais revenir ! Je te le promets... »

Je ne savais plus quoi dire d’autre pour la calmer et lui faire comprendre que je n’étais pas en train de la quitter pour de bon. Quel genre de père serais-je, si je faisais une chose pareille ? J’avais déjà été un mauvais père pour elle, alors je ne voulais pas que ça continue encore. Mais pourtant, pour une fois, j’étais carrément bloqué. Je ne savais plus quoi dire, ni quoi faire… Elle aurait bien besoin de réfléchir et de se calmer, mais si elle ne m’écoutait déjà pas… ce serait plutôt compliqué ! J'avais envie de lui assurer qu'elle n'allait pas se retrouver toute seule, mais je ne savais pas comment faire... et le fait qu'elle m'ait enfin appelé "papa" n'arrangeait pas mes affaires...
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Sam 28 Mar - 20:26


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



J'étais dans un état émotionnel en ascenseur perpétuelle. J'avais envie de lui dire de ne plus m'approcher, de partir loin et de ne pas revenir me voir, et en même temps, je voulais me réfugier dans ses bras, et ne plus y partir. Comme une petite fille qui venait de perdre son doudou et qui voulait juste un câlin de réconfort de son père. En faite, je me sentais comme une vraie petite fille à qui on enlève la plus importante chose au monde. Mon père malgré le fait que nous commencions à peine à se connaître réellement. Je ne voulais pas tout gâché avec lui, c'était si bien d'avoir un père…

- Je ne te délaisse pas, Ella…

Comment il pouvait me dire ça, alors que tout y ressemblait. Il repartait en Angleterre et qui sait, il allait peut-être y rester. Je devais me reprendre un minimum. Je suis complètement pathétique. Pourquoi je me met dans un état pareil, après tout si il ne revient pas je n'aurais qu'à reprendre ma vie comme avant, avant qu'il ne débarque à l'hôpital. Tout sera plus simple ainsi….

- Comment je pourrais te délaisser alors qu’on vient à peine de se retrouver, hein ? Je vais revenir ! Je te le promets...

Des promesses, toujours des promesses, comment je pouvais le croire….
Je devais me calmer et essayer de le croire. Mais c'était vraiment difficile. Je voulais qu'une chose pourtant, depuis qu'il est arrivé dans ma vie, qu'il y reste… J'ai vraiment peur qu'il m'oublie à nouveau, et qu'il ne me considère comme n'importe qui, et non comme sa propre fille.
Je me décale de lui, et le fixe, alors que je renifle une nouvelle fois bruyamment.
Je chercher une solution, pour que je sois sûre qu'il revienne à Toronto, qu'il tienne sa promesse.

- Et si je venais avec toi ?

Je n'en revenais pas moi même, de ce que je venais de dire. Aller en Angleterre pour quoi ? Le mariage de mon frère ?! Mais quel chose stupide. Mais je ferrai n'importe quoi qui ne me lâche pas. J'avais prie l'habitude de le voir toutes les semaines, j'en prenais même plaisir, et même une impatience qui m'étonnais un peu plus à chaque fois.

Au vue de sa tête, je venais de dire une énorme connerie. J'aurai dut y réfléchir, au lieu de sortir ça comme ça. D'habitude, je réfléchis toujours, sûrement un peu trop, mais ça évitait surtout de dire des âneries pareil. Mais qu'elle idiote je fais !
Tournant les talons pour aller me chercher un mouchoirs, et essayer de ressembler à quelque chose, je soupir.

- Oublie…. Je….

Je me mouche, ce qui était loin d'être vraiment agréable à entendre, mais bon, il a dut en voir d'autre, et puis, si il a été un bon père, il a même dut changer mes couches, alors ce n'était pas grand-chose qu'il m'entende me moucher.
Je m'essuie les yeux, puis, je me retourne, je devais lui faire face, et agir en adulte, maintenant que j'avais réagis comme une gamine de 5 ans….

BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Dim 29 Mar - 14:06

you can't do this to me

 
Que lui fallait-il de plus, sérieusement ? Qu’est-ce qu’il lui fallait, que je n’étais pas encore capable de lui donner ? Vraisemblablement, mes mots ne suffisaient pas. Alors quoi ? Que voulait-elle de plus ? Je n’étais pas voyant, je ne savais pas ce qu’elle avait dans la tête et encore moins ce qu’elle désirait. Si elle voulait que je reste ici et que je ne reparte pas en Angleterre pour quelques jours, c’était de toutes façons hors de question. Ma décision était prise, depuis le tout début. Alors soit elle était d’accord, soit elle n’était pas d’accord, mais ça n’y changerait pas grand-chose, en réalité. Il fallait qu’elle m’explique ce qu’elle voulait, parce que je n’étais pas capable de deviner ce qu’elle voulait me dire, même si je me doutais qu’elle avait tout simplement peur que je ne revienne pas. Il n’y avait aucune raison, sa peur était totalement infondée et ridicule… mais c’était une peur. Il n’y avait pas de rationalité dans la peur.

« Et si je venais avec toi ? »

J’eus un moment d’absence quand elle me demanda cela. Je n’arrivais pas à croire qu’elle m’ait proposé une chose pareille. Je croyais qu’elle n’avait aucune envie de rentrer en Angleterre, de revoir ses frères et sa mère ? Elle était devenue folle, ou bien elle voulait juste s’accrocher à moi pour être sûre de me voir revenir à Toronto ? Après, ça ne me dérangeait pas qu’elle vienne, bien au contraire, ce serait un réel plaisir, mais je ne comprenais pas spécialement ce qui valait ce revirement de situation. Elle allait souffrir en revenant là-bas, elle le savait très bien et moi aussi. D’ailleurs, c’était pour cette raison que je n’avais pas voulu qu’elle m’accompagne dans un premier temps. Je ne lui avais même pas proposé, parce que pour moi, c’était évident : elle allait refuser. A croire que j’avais tort, finalement. Mais j’étais quand même infiniment choqué par sa demande. Et pour le coup, je ne savais pas quoi lui répondre. Ça dut se voir, en plus, parce qu’elle finit par baisser les yeux une fois de plus et elle recula, pour finalement s’éloigner de moi, en me disant d’oublier ce qu’elle venait de dire. Je soupirai un peu, en fin de comptes totalement perdu, et je ne sus que faire ou que dire pour lui répondre ou pour la rassurer.
Au bout d’un moment quand même, il reposa son regard rougi par les larmes sur moi et je la regardai avec tendresse, en ne sachant toujours pas comment me comporter face à elle. Elle avait l’air de souffrir, quand même, et ça me faisait mal à moi aussi, de la voir dans cet état là. Elle ne le méritait pas, mais pour une fois, ce n’était pas vraiment de ma faute, si ? Elle s’était monté la tête toute seule, je n’avais rien fait pour ça, je ne voulais pas qu’elle pleure, je ne voulais pas qu’elle se sente mal… bien au contraire. Je voulais lui prouver que je n’allais pas la lâcher, que j’allais revenir. Je m’y étais sûrement mal pris, finalement. C’était dommage. J’allais devoir réparer ça.

« Je sais très bien que tu n’as pas envie de venir avec moi, Ella. Si tu y tiens, je vais t’emmener… mais je sais que ça serait éprouvant pour toi. C’est pour cette raison que je ne t’en ai pas parlé plus tôt. Pour ne pas te faire mal… »

Je me disais qu’en m’expliquant de cette façon, j’allais lui faire tout bien comprendre, et qu’elle n’aurait plus de doutes. C’était vraiment pour elle que je faisais tout ça. Il n’y avait rien d’autre… Il fallait qu’elle en soit sûre et certaine…

« Pardonne moi de ne pas en avoir parlé plus tôt, mais je me disais que ça t’énerverait. Je ne veux pas t’obliger à venir, mais si tu le veux, je peux réserver deux billets d’avion pour toi… »

Après tout, si pour ne plus avoir peur elle devait venir avec moi, alors j’allais la faire venir avec moi… A la limite, elle n’était pas obligée de venir au mariage, je pouvais y aller tout seul. Et si elle ne voulait pas venir à la maison, elle pouvait rester chez des amis, elle devait bien en avoir encore des amis, là-bas… non ?
© GASMASK


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Lun 30 Mar - 23:14


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Je dois me reprendre, et ne plus agir comme une gamine. Je n'a plus quatre ans. Je dois vraiment redevenir moi, et faire comme si ça ne me touchait pas. Mais c'était un peu tard pour lui montrer ça, après ma crise… J'ai plus que l'air pathétique, qu'elle honte… Il a vraiment dut me prendre pour une petite fille capricieuse… Tout ce que je n'étais pas. Ma réaction avait été vraiment enfantine et exagéré aussi, je m'en rend bien compte.

- Je sais très bien que tu n’as pas envie de venir avec moi, Ella. Si tu y tiens, je vais t’emmener… mais je sais que ça serait éprouvant pour toi. C’est pour cette raison que je ne t’en ai pas parlé plus tôt. Pour ne pas te faire mal…

Pourtant j'avais été tenté d'y aller juste pour embêter tout le monde, et voir si vraiment j'étais la mal venue et qu'il m'avait inviter juste pour paraître gentil et polie. C'était bien leur genre de toute façon. Il est vraie qu'au jour d'aujourd'hui, je n'avais pas spécialement envie de retourner en Angleterre pour voir la tête des membres hypocrites de ma soit disant famille.

Je regarde mon père, il ne voulait pas me faire de mal…. C'était raté… De toute façon, de n'importe quelle manière, il me l'aurai appris je l'aurai mal pris. Qu'il me le cache aussi. On devait avoir une relation de confiance non ?! C'était en tout cas mon envie et mon but. Je voulais avoir un père, et même si ça a mis autant de temps pour en avoir un, je ne voulais pas que tout soit gâcher à cause d'un de mes frères ou de mes réactions débiles.

- Pardonne moi de ne pas en avoir parlé plus tôt, mais je me disais que ça t’énerverait. Je ne veux pas t’obliger à venir, mais si tu le veux, je peux réserver deux billets d’avion pour toi…

Je le regarde, je me sens totalement perdu. Je sais plus ce que je veux, je ne sais plus où j'en suis. Je ne voulais pas aller en Angleterre, enfin, j'y avais tellement réfléchis sans avoir réellement pris une décision. Je ne voulais pas y aller seul, mais si je partais avec lui, avec mon père…. Ca changerai tout non ?

Je pars m'asseoir, j'avais eu trop d'émotion d'un coup, je devais remettre tous mes idées en place. C'était bien la première fois que ça m'arrivais. Je me sens confuse, sans savoir ce que je veux vraiment, et pour le coup, c'est une vraie première.
Je soupir, puis je relève la tête vers mon père.

- J'ai reçu un mail d'invitation il y a plusieurs mois de ça…. J'en ai parlé à Abby…. Mais…. Je ne savais pas quoi répondre…. Je ne voulais pas y aller seule…. Mais je me suis aussi dit qu'il l'avait fait juste par politesse et qu'il ne voulait pas vraiment de moi. Après tout, je ne connais pas mon propre frère…

C'est bien désolant d'avoir trois frères et d'en connaître aucun…. J'avais de la chance pourtant, mais rien n'a jamais été favorable dans ma vie familiale. Mon père à quand même mis presque un an à me retrouver à Toronto….

- Je ne sais pas ce que je veux…. Je ne sais pas si je serai assez forte à affronter toute la famille papa….

Je doutais, ça me ressemblais pas vraiment, ce que je voulais, je l'avais, mais là…. La situation est bien différente.

BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Jeu 2 Avr - 18:41

you can't do this to me

 
Le regard d’Ella changea un peu. C’était comme si elle se posait de grosses questions, comme si tout le poids de l’univers reposait sur ses épaules. Elle en faisait peut-être un peu trop, quand même. Je comprenais qu’elle se sente en danger par rapport à ses frères, même si elle ne l’était pas du tout. Je pouvais comprendre qu’elle ne soit pas d’accord avec le fait que je veuille me rendre au mariage de son frère. Je comprenais facilement qu’elle ait peur que je ne revienne pas. Mais quand même, elle n’était pas sensée pleurer pour ça. Elle était adulte, bon sang. Je savais que je n’avais pas été du tout présent pendant son enfance, et je le regrettais amèrement, mais elle n’avait pas à se comporter comme une gamine pour me faire culpabiliser encore plus, quand même. Je le savais, que j’avais fait de grosses erreurs sans même le savoir, alors elle n’avait pas besoin de me le refaire comprendre. Néanmoins, j’aurais dû m’y attendre, aussi. Pourquoi ne se vengerait-elle pas un peu de toutes ces années ?

« J'ai reçu un mail d'invitation il y a plusieurs mois de ça…. J'en ai parlé à Abby…. Mais…. Je ne savais pas quoi répondre…. Je ne voulais pas y aller seule…. Mais je me suis aussi dit qu'il l'avait fait juste par politesse et qu'il ne voulait pas vraiment de moi. Après tout, je ne connais pas mon propre frère… »

Oh, donc elle était bel et bien au courant du mariage de son frère, je n’étais pas fou. Il lui en avait malgré tout parlé. Je ne pensais même pas qu’il lui enverrait une invitation… mais c’était bien la preuve qu’elle n’était pas oubliée par la famille, quand même. Elle s’était peut-être un peu monté la tête toute seule, de son côté, aussi. Mais il était vrai que ses frères n’étaient pas très expressifs, en matière de sentiment. Ca ne m’avait jamais dérangé, mais peut-être qu’elle avait vraiment détesté ça… Je préférais garder ces commentaires pour moi d’ailleurs, parce que je n’avais pas spécialement envie qu’elle me déteste encore une fois à mon tour.

« Je ne sais pas ce que je veux…. Je ne sais pas si je serai assez forte à affronter toute la famille papa…. »

En baissant la tête, je me rendis compte qu’elle avait raison. Elle aurait sûrement tout le monde contre elle, parce qu’entre temps, Darcy aura sûrement eu tôt fait de monter les garçons contre elle… et peut-être même contre moi. Ils étaient grands et adultes, ils savaient faire la part des choses, mais je savais aussi de mon côté, et par expérience, que Darcy était un brin manipulatrice, et qu’elle n’allait pas lâcher l’affaire aussi facilement. Tristement, je haussai les épaules.

« Je serai là. Je vais pas les laisser te faire souffrir. »

Pourtant, je savais que ma présence ne serait pas suffisante pour l’aider. J’aurais beau prendre sa défense et raconter sa version des faits, il y aurait toujours des remarques, des piques, des mots et des regards lancés dans sa direction, qui ne lui plairaient pas et qui la vexeraient même. Elle ne sortirait pas heureuse de cette « épreuve », certainement pas, et pourtant, si elle voulait être sûre à cent pourcent que je revienne – si elle persistait à ne pas me croire – elle n’aurait sûrement pas le choix. Alors quoi ? On était tous les deux dans une impasse, et j’avais bien du mal à savoir comment j’allais m’en sortir, cette fois-ci. Si elle ne m’aidait pas un minimum, je ne pourrais rien pour elle.

« Fais ce que bon te semble, Ella, je ne sais pas quoi te dire d’autre. Il faudrait juste que tu me fasses confiance… »

En effet, si elle me faisait confiance, alors elle n’aurait pas besoin d’affronter toute la famille. Je ne voulais certainement pas lui imposer ses frères et sa mère, bien au contraire. Si je pouvais la préserver de tout cela, je le faisais avec joie. Je ne lui en parlais jamais pour ne pas la contrarier et lui faire remonter de mauvais souvenirs, alors elle n’avait pas à me suivre en Angleterre. Clairement pas. Il ne fallait pas qu’elle vienne si elle ne s’en sentait pas capable… Si elle me faisait confiance, alors elle n’aurait pas besoin de subir toute cette histoire. Mais pour ça, elle devait cesser d’être effrayée par le fait que je pourrais ne jamais revenir… J’allais revenir. Et elle le saurait directement, dès mon retour à l’aéroport !
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Sam 4 Avr - 11:06


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Perdu, ça je l'étais totalement. Je ne sais plus quoi faire, ni penser. La journée ne devait pas se passer ainsi. Non, nous étions mercredi, et je devais voir mon père. Nous aurions dut parle, échanger des moments de notre vie, apprendre à se connaître, notre petite routine qui me faisait du bien, chaque semaine. Et à la place, je réagis comme une enfant, je pleure, et je suis triste. C'était pathétique et ça ne me ressemblait pas du tout. Je devais redevenir la femme que je suis, cette femme qui n'avait besoin de personne pour vivre. Mais c'était plus dur aujourd'hui, d'être cette femme, surtout face à lui, face à mon père.

Assise, fixant un point invisible, je ne savais plus ce que je devais dire ou faire, je m'étais vidé en pleurant comme une gamine. A part agir au contraire de mes émotions, je voulais me réfugier dans des bras protecteurs, qui sont les bras de mon papa.

- Je serai là. Je vais pas les laisser te faire souffrir. 

Je relève la tête, il ne voulait pas me faire souffrir, mais c'était bien trop tard, à cause de lui, j'ai déjà souffert bien plus qu'il ne peut l'imaginer. Alors même si j'essaie de le croire, je ne pouvais pas oublier toutes ces années sans lui, aujourd'hui je le connais, et ce n'est plus pareil, c'est encore pire.

- Fais ce que bon te semble, Ella, je ne sais pas quoi te dire d’autre. Il faudrait juste que tu me fasses confiance…

Faire confiance…. Je fais confiance en la médecine, en la science, mais en l'être humain c'était plus difficile. La science était quelque chose de clair, net, et précis. L'être humain était imprévisible.

Fixant alors mon père, j'essayais de trouver une réponse dans son regard, mais rien, je ne voyais rien… j'allais devoir prendre une décision et aucune d'elle n'allait être bonne pour moi. Soit je le laissais partir avec la peur qu'il ne revienne pas, soit je partais avec lui et j'allais devoir subir les regard de ma « famille ».
Le choix n'était pas du tout facile. Je devais poser le pour et le contre de chaque solution. Sauf qu'il n'y avait aucun point positif pour le laisser partir. Alors que des contres, j'en avais au moins un et de taille, il pouvait ne pas revenir, et ça me fait vraiment très peur. Dans l'autre cas, pour partir avec lui, je pourrais toujours avoir un œil sur lui, et contre d'y aller, voir ma mère…. Mais ça valait le coup non ? Lui prouver que je suis devenu un médecin respecté par ses résidents. Même si je doutes fort que ça fonctionne avec sa femme sans coeur.

Je prend une grande inspiration et fixe toujours mon père. Et sans que je sois sur a 100 % de moi, les mots sortent tout seul de ma bouche.

- On part quand ?

J'allais pouvoir m'organiser avec l'hôpital, et j'allais pouvoir partir avec lui, pour quelques jours. Je pouvais réussir à survivre avec tous ces membres de ma famille, pendant quelques jours, et puis… je ne serai pas seule, je serai avec Ortwin.
BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Sam 18 Avr - 16:26

you can't do this to me

Le silence reprit ses droits, une fois de plus. Je me sentais assez mal, face au regard de ma fille, alors qu’elle était clairement en train de peser le pour et le contre de chaque situation. Je ne voulais pas qu’elle souffre, mais malheureusement, peu importait ce qu’elle choisirait de faire, elle aurait mal, à un moment donné. Elle souffrirait en me laissant partir sans avoir la certitude que je revienne, quand bien même je lui promettais de revenir ; et elle souffrirait tout autant en venant avec moi et en revoyant sa mère et ses frères. Rien que revoir son pays d’origine lui ferait du mal, sans doute. Alors moi, au milieu de tout cela, je ne savais pas quoi faire pour l’aider.
Elle resta un moment dans ses pensées, et je crus à un moment qu’elle n’allait pas réussir à se décider, elle qui d’habitude était toujours très directe, droite et prête à tout. J’étais inquiet, parce que du coup, si elle ne prenait pas de décision, il faudrait que j’en fasse une pour elle. Et elle n’allait certainement pas apprécier. J’allais partir, qu’elle le veuille ou non, qu’elle m’accompagne ou non. Je partirais pour le mariage et je reviendrais juste après. Ensuite, tout serait comme avant. Ma décision à moi était prise. Et c’était peut-être con à dire, mais elle n’allait pas changer d’un pouce. Même si ma fille me suppliait. Elle avait des frères, qui ne l’avaient pas oubliée d’ailleurs, et elle n’allait pas passer avant eux. Personne ne passerait avant quelqu’un d’autre.

« On part quand ? »

Sans voix, je ne sus que répondre. Elle était impressionnante, sur ce coup là, et je n’eus pas le réflexe de réfléchir et de lui dire ce qu’elle voulait entendre. Je ne pensais vraiment pas qu’elle accepterait de venir avec moi, de m’accompagner chez elle, dans son pays, alors qu’elle ne voulait clairement plus y mettre les pieds. Elle devait vraiment avoir peur que je m’en aille pour de bon. Comme si j’allais le faire… Je pouvais comprendre qu’elle ne me fasse pas encore assez confiance… mais quand même. Pourquoi rentrerais-je pour de bon chez moi alors que notre relation commençait à bien s’améliorer ? Ce serait ridicule, et idiot aussi. Si je pouvais, je resterais ici sans problème. Je n’avais pas tant envie que ça de partir, mais c’était le mariage de mon fils, c’était un passage important de sa vie, et je devais être là, comme je serais là pour le mariage d’Ella, quand elle aurait trouvé l’homme de ses rêves. Il fallait qu’elle pense à ça aussi.

« … Je pars vendredi. Je vais te prendre un billet d’avion… T’es sûre de toi ? »

Je préférais qu’elle réfléchisse bien, même si au fond, je savais que tout était très réfléchi. Elle ne prenait pas de décision à la légère, elle avait dû penser que c’était la meilleure des deux solutions et je ne pouvais que l’accepter, si je voulais la garder près de moi. Alors que faire ? La soutenir à cent pourcent, quoi qu’il arrive ? Oui, c’était sûrement la meilleure des solutions. Je préférais ça aussi. Peut-être qu’en voyant ses frères, elle aurait envie de renouer avec eux, comme elle était en train de renouer avec moi. Je ne croyais pas aux miracles, mais après tout, pourquoi pas ? Ca pourrait se faire. Il suffisait que ses frères y mettent un peu du leur, et j’étais sûr qu’ils pourraient s’entendre un peu. Ce n’était quand même pas sorcier. Pourtant, vu les caractères de chacun, je savais que ça ne serait pas de tout repos. Surtout si Darcy se mettait à faire sa langue de vipère, ce qu’elle ne manquerait clairement pas de faire. Je n’avais pas vraiment hâte de la retrouver, d’ailleurs… Je ne savais pas comment elle réagirait et ce qu’elle me dirait, mais il était clair qu’elle avait plutôt intérêt à se tenir à carreau et à ne pas faire de vague, de scandale en voyant notre fille avec moi. Sinon, j’aurais tôt fait de la remettre à sa place. Je n’hésiterais pas. Je n’hésiterais plus jamais…

« Je suis content que tu prennes cette décision. Je suis sûr que ça va bien se passer ! »

Avec un petit sourire, je vins la prendre dans mes bras pour effacer un peu la dispute que nous venions d’avoir tous les deux, même si je n’appellerais pas vraiment ça une dispute en temps normal avec quelqu’un d’autre. Mais avec Ella, je ne savais jamais à quoi m’attendre. J’allais de nouveau prendre des pincettes, comme d’habitude, mais pour le moment, il fallait que l’on fasse ce câlin pour effacer tous nos différends.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Jeu 23 Avr - 17:04


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Je me rend bien compte que ça va être difficile pour moi de faire face à ces gens, qui soit dit en passant sont de ma famille. Retourner en Angleterre, ça va être la partie la plus simple. J'adore mon pays, et ça m'a fait un petit pincement au coeur quand je l'ai quitter, mais aujourd'hui, je me sens vraiment bien ici, au Canada.
Je regarde mon père, il avait l'air plus qu'étonné, il ne devait pas comprendre ma réaction, d'ailleurs je me comprenais pas non plus. Je pense plutôt que c'est ma peur qui parle avant tout.

- … Je pars vendredi. Je vais te prendre un billet d’avion… T’es sûre de toi ?

Je lui fais un signe de tête, je l'étais pas à cent pourcent, mais je suis sure de vouloir le suivre. Je ne voulais en aucun cas le laisser partir seule et me retrouver comme une idiote à l'attendre sans être certaine qu'il revienne me voir.
Et puis, je vais peut-être avoir assez de force pour leur rire au nez, à ma mère et à mes frères si ils ont quelques chose à me dire.

- Je suis content que tu prennes cette décision. Je suis sûr que ça va bien se passer ! 

Je lui fais un petite sourire, au moins il sera là, mais sera-t-il toujours présent ? Je n'ai pas l'habitude de compté sur les autre et encore moins sur mon père, mais au fond de moi je sais que j'ai besoin de lui, maintenant qu'il est bien entré dans ma vie.
Il vient me prendre dans ses bras, et je m'accroche à lui. Ca ne me ressemble pas du tout, mais j'avais vraiment besoin de lui maintenant. Si il me lâche, il n'aura jamais une autre chance.
Je sors de son étreinte, et essuie mes dernières larmes.

- Je serai prête…. Je suis prête...

Je me rassois devant mon assiette vide, nous avions pas encore déjeuner avec toute cette histoire je ne sais même plus si j'ai encore faim pour du risotto.
Ortwin se réinstalle et joue avec une fourchette. Il serait nerveux ? Il y avait de quoi après cet épisode entre lui et moi. Même si je n'avais pas vraiment très faim, je devais me forcer, et puis bon je ne pouvais pas le laisser manger tout seule.
Je me lève donc à nouveau, part dans la cuisine pour mettre le risotto dans un plat. Il devait être chaud depuis le temps. Je l'amène sur la table accompagné d'un supplément de parmesan.

- J'espère que tu as faim….

Je voulais faire table rase de mon éclat, je n'avais pas vraiment envie qu'il se rappelle de moi comme ça, comme une petite fille capricieuse…. Je lui serre donc une assiette, et met une toute petite portion dans la mienne.
Je cherche quoi dire, m'excuser de mon comportement, ça serai bien, mais c'est difficile dans ce cas la. Je ne saurais dire pourquoi…
BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Mar 28 Avr - 22:56

you can't do this to me

Plutôt incertain quant au fait qu’emmener Ella avec moi en Angleterre soit une bonne idée, notamment pour elle, je ne pouvais néanmoins pas spécialement être contre l’idée qu’elle m’accompagne. J’étais heureux qu’elle le fasse, dans un sens, parce que ça voulait dire qu’elle souhaitait passer du temps avec moi. Cependant, j’étais pratiquement sûr que ça allait lui faire du mal, alors que ça ne devrait pas, si tout était bien dans cette famille, et je n’avais pas envie de la voir souffrir. Elle avait quand même l’air assez confiante. C’était sûrement une bonne chose. J’allais faire en sorte de ne pas la décevoir, de ne pas la lâcher seule dans la jungle qu’était notre famille. Je n’allais pas la donner en pâture à sa mère et à ses frères. L’étreinte dura quelques instants supplémentaires et elle se détacha finalement de moi en m’indiquant qu’elle était prête. Je hochai la tête pour seule réponse, préférant ne rien dire de plus de peur de la faire changer d’avis. J’étais fier d’elle. C’était un grand pas qu’elle faisait, et elle allait montrer à tout le monde qu’elle était bien plus heureuse à Toronto, et qu’elle réussissait sa vie comme elle le voulait !  
Par la suite, Ella prit place à table, et je l’imitai, sans avoir toutefois très faim. Certes, l’odeur qui émanait de la cuisine était alléchante, et j’étais certain qu’elle avait encore préparé quelque chose de super bon, comme à son habitude – même si je la soupçonnais de tricher, d’une façon ou d’une autre, mais je n’avais pas encore deviné comment ! – mais je m’inquiétais quand même un peu à cause de cette histoire. Je ne devrais pas, c’était ridicule. Ca allait bien se passer. Et si ça se passait mal, alors je n’aurais qu’à embarquer Ella avec moi loin de tout ça et nous rentrerions à Toronto. Brusquement, elle se releva et fila vers la cuisine en silence, pour en ressortir avec le plat de risotto dans les mains. Ce fut automatique pour mon estomac qui se mit immédiatement à gargouiller et mon appétit revint renforcé.

« J'espère que tu as faim…. »

Avec un sourire je relevai la tête du plat vers Ella et je répondis d’un hochement de tête appréciateur. Evidemment que j’avais faim, à chaque fois que je venais ici j’avais faim. Elle savait cuisiner, c’était le moins que l’on puisse dire, même si elle me disait toujours qu’elle n’avait jamais le temps et qu’elle prenait toujours des plats tout préparés. Je savais ce que je disais en tout cas ! J’allais me régaler une fois de plus. Je vis dans son regard qu’elle s’excusait silencieusement. Si elle ne voulait plus que l’on parle de cela, ça m’allait. Je n’étais pas très à l’aise avec ce sujet désormais, et puis c’était passé… on n’allait pas en faire toute une histoire. Une fois le mariage fait, nous n’en reparlerions plus et ce serait bien mieux comme ça. Il fallait juste que ça passe…

« Ca a l’air super bon, comme d’habitude Ella ! Tu sais que je mange jamais le mercredi matin ? Comme ça je suis sûr de toujours avoir faim quand je viens ici ! »

Je la vis esquisser un sourire, sensible au compliment que je lui faisais en disant cela, et ça me ravit de voir qu’elle ne m’en voulait pas spécialement pour quelle raison que ce soit. C’était déjà ça. Il fallait juste que l’on discute d’autre chose, mais je devais bien avouer qu’aucun sujet ne me venait. Je ne pensais qu’à ça, qu’au mariage et ça ne m’aidait pas franchement.  Il allait falloir que je réfléchisse un peu, mais je comptais bien sur Ella pour pouvoir m’aiguiller un peu. Peut-être qu’elle en avait, elle, des choses à me raconter. Des histoires avec des patients, des médecins, des infirmières ou que savais-je ? Dans un hôpital, il se passait toujours beaucoup de choses, tout le monde savait ça, alors peut-être qu’elle voudrait me faire part d’anecdotes, de ragots, de choses du genre… J’étais une bonne oreille pour ce genre de papotage… Pourtant, je sentais dans son regard, je le voyais, qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, et que ça devait encore avoir rapport avec ce que nous venions de vivre…
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1594
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Dim 3 Mai - 23:57


Ortwin + Ella


& & &


You can't do this to me  



Une fois nos assiettes remplis, je le regarde, je me sentais mal vis à vis de mon comportement, et pourtant il n'avait pas l'air de m'en vouloir plus que ça lui. A moins qu'il ne pense qu'à manger. Surtout qu'il me fait un compliment qui me fait sourire, et en même temps, il savait que ce n'était pas vraiment de mon œuvre, je lui dis à chaque fois que je n'ai pas le temps pour cuisiner, mais il a l'air de croire que je fais toujours des mets délicieux, et aussi bizarre que cela puisse paraître, ça m'allait droit au cœur.

- Merci, mais tu sais très bien que tout ça, ça vient du traiteur, la seule chose que je sais faire, ce sont les soufflés au chocolat… Tu verras tout à l'heure, j'en ai fait.

C'était vraiment une conversation que l'on peut avoir avec son père ? Une discussion sur la cuisine ? Ca me semble étrange et en même temps naturel… Et après quelques minutes de silence, on se remet à parler comme tous les vendredis, d'un peu de n'importe quoi. Après tout ma crise ne devais pas avoir de conséquence sur nos moment passés ensemble. Car je les trouvais de plus en plus intéressant, et j'avais d'avantage envie de le connaître encore mieux. L'ambiance c'était détendu, et il arrive même à me faire décrocher un petit rire en me racontant une histoire de moi bébé. J'avais parfois du mal à le croire, mais il m'arrivait pour la plus part du temps de me laisser convaincre que tout c'est réellement passé.

Je le laisse quelques minutes pour ramener le dessert. Je suis plutôt fière de mon soufflé, et le goût allait être au rendez-vous.
Je dépose la petite merveille devant Ortwin, qui avait l'air sous le charme du chocolat.
Je le regarde quand il attaque, et je souris quand je vois qu'il est conquis. C'était une bonne chose, au moins je sais faire une chose qui apprécie.

Nous continuons de parler, je lui parle un peu de l’hôpital de quelque cas assez marrant. Nous venions de passer un cape, mais le plus dure restais à venir. Je lui offre un café et après plusieurs heures, il devait rentrée, et moi me préparer pour aller dormir, j'allais prendre ma garde à 3h du matin.

Je l'enlace longuement pour une première fois, c'était aussi pour me faire légèrement pardonnée. Je m'en voulais encore, mais je sais que je vais devoir passer de l'avant pour qu'on continue d'avancer tous les deux. Je lui fais un bisous sur la joue, alors qu'il est presque déjà dans le couloir.

- A vendredi papa.

Je le vois sourire, son visage rayonnais. Je savais qu'en l'appelant papa, ça allait le rendre heureux et puis, je devais aussi m'habituer à l'appeler ainsi, c'est mon père après tout, en tout cas, il en prend bien le chemin.

BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 88
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   Jeu 14 Mai - 23:47

you can't do this to me

Peut-être que j’étais un peu trop optimiste en me disant que nous allions passer au-dessus de cette dispute et qu’elle ne nous prendrait plus la tête de tout le repas. Peut-être que c’était faux. Peut-être que je croyais encore aux miracles. Pourtant, j’étais persuadé que nous pouvions repartir sur de bonnes bases pour cette-fois. C’était pour cette raison que je lui avais fait ce compliment. Déjà parce que j’y croyais dur comme fer, ensuite pour remettre un peu d’ambiance dans ce repas qui allait vivement en manquer si on ne faisait rien pour l’arranger. Pouvait-on vraiment appeler cela dispute, en réalité ? On ne s’était pas vraiment disputé, ça finissait plutôt bien aussi… C’était juste une discussion quelque peu houleuse.

« Merci, mais tu sais très bien que tout ça, ça vient du traiteur, la seule chose que je sais faire, ce sont les soufflés au chocolat… Tu verras tout à l'heure, j'en ai fait. »

Du coup, j’en avais presque oublié mon compliment en réfléchissant à tout cela. Les soufflés au chocolat ? Je ne savais même pas d’où elle tenait ça, parce que je n’avais jamais vu sa mère en faire un seul. En même temps… elle ne devait pas trop compter sur sa mère pour lui montrer des recettes de cuisine, n’est-ce pas ? Il fallait que je me fasse à l’idée que mon ex-femme était vraiment odieuse avec ma fille…

« Je suis sûr qu’ils sont excellents ! »

Que répondre d’autre ? Cette conversation s’enlisait un peu, malgré tout. Parler de cuisine, ce n’était pas trop mon truc. Je n’y connaissais rien, la plupart du temps, je mangeais au restaurant et je prenais toujours les mêmes menus, les plats que je connais et que je savais être des valeurs sûres.
Après la cuisine vinrent les autres sujets de conversations, ceux que nous avions habituellement et je m’y sentis un peu plus à l’aise. Je riais de bon cœur, Ella aussi, et l’ambiance était plutôt bon enfant, ce qui était vraiment bien. J’aurais préféré que ce soit ainsi du début jusqu’à la fin, mais on n’avait pas le choix, certaines fois. Et c’était de ma faute aussi. C’était moi qui avais amené le sujet sur le tapis. Je n’avais pas le choix non plus. Il fallait qu’Ella sache, qu’elle se décide. Et c’était fait. Elle allait sûrement le regretter, mais au moins, la décision était prise. Et je la connaissais, elle allait assumer jusqu’au bout. Nous continuâmes de parler pendant un bout de temps, jusqu’à ce qu’elle aille chercher le dessert. J’attendais ce moment avec impatience, j’avais envie de voir et de goûter ses fameux soufflés au chocolat, pour le coup. Elle semblait en être très fière, alors je voulais pouvoir la féliciter. C’était ce que faisaient les bons pères, non ?
Il était forcément exquis, comme je l’avais imaginé, et je pus complimenter Ella comme il se devait. Elle semblait fière d’elle et heureuse, et voir son sourire, c’était suffisant pour que je sois satisfait aussi. Tout était parfait, et personne n’aurait pu croire que l’entrevue avait si mal commencé. La conversation continua encore et encore, et de nombreux sujets furent abordés. Trop pour que je me souvienne de tout, mais ce que je savais, c’était que tout coulait de source entre nous, comme si nous n’avions jamais été séparés. Comme si nous étions vraiment père et fille, soudés, liés. J’adorais ça. Je savais que ce n’était pas la vraie situation, mais l’illusion était trop belle. Elle était parfaite, même.

Au bout d’un long moment, je dus tout de même prendre congé. Elle n’avait pas que ça à faire, et moi, je devais rentrer. Elle allait devoir travailler, quand même. Elle était devenue quelqu’un de vraiment important, appréciée par ses supérieurs, jalousée par ses collègues… c’était une bonne chose dans ce milieu. Il fallait qu’elle s’accroche pour réussir, et j’étais si fier d’elle. Je me relevai de ma chaise pour finalement me rapprocher de l’entrée, où elle me suivit, puis je la pris doucement dans mes bras. Elle accepta mon étreinte, mieux encore, elle me la rendit et j’étais alors le plus heureux des pères. Nous nous embrassâmes une dernière fois avant que je ne quitte l’appartement de ma fille. Je l’entendis me saluer une dernière fois, et je me retournai vers elle pour lui adresser un beau sourire. Elle m’avait appelé « papa ». Y avait-il plus belle chose dans la vie que de se faire appeler papa pour la première fois ? J’aurais pu en pleurer si je n’avais pas eu cette foutue fierté. Je ne répondis rien, de peur de la froisser, mais je sus qu’en voyant ma tête, elle savait qu’elle avait fait mouche et que j’étais vraiment heureux. Je lui envoyais un baiser avec la main avant de m’engouffrer dans l’ascenseur pour descendre.
Une fois dans la rue, je m’arrêtais quelques instants pour y réfléchir. Je me mis à sourire bêtement une nouvelle fois. Cette relation prenait un tournant que j’attendais depuis longtemps. J’étais vraiment heureux. Elle m’avait appelé papa. Ca voulait bien dire qu’elle m’aimait, désormais. Et elle allait m’accompagner en Angleterre… Il n’y avait plus de doute possible ! Nous étions sur la bonne voie. C’était parfait. Et c’est sur cette pensée que je repris le chemin de l’hôtel, en pensant déjà à notre prochaine rencontre !
© GASMASK


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You can't do this to me... *Ortwin/Ella*   

Revenir en haut Aller en bas
 

You can't do this to me... *Ortwin/Ella*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: