Partagez | 
 

 [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Sam 22 Nov - 0:06


Could you help me?



   

   
Douglas & Juliet


   


   Quand j’avais refermé la porte derrière Adrian, une fois qu’il fut parti de chez moi, le lendemain, j’avais pris ma décision. Nous n’avions pas parlé de son passé, parce que j’avais décidé de ne pas le faire souffrir davantage. Je l’aimais trop pour oser le voir et l’imaginer souffrir. C’était idiot, parce qu’au théâtre, je m’étais dit que je ne lâcherais pas l’affaire tant que je ne savais pas tout ce qu’il me cachait. En réalité, j’étais toujours partagée entre l’envie de tout savoir, et l’envie de ne pas lui faire de mal. Je ne savais pas encore comment j’allais faire pour gérer tout cela, mais j’allais y parvenir. Et ce, sans qu’il ne le sache. Il était hors de question qu’il l’apprenne. Je n’allais pas lui en parler, et si je trouvais une solution par moi-même, je ferais bien attention à ne pas laisser traîner d’informations qui pourraient lui mettre la puce à l’oreille. Il avait eu des secrets pendant deux ans et demi avec moi, et c’était à mon tour d’en avoir par rapport à lui. Et je n’allais pas lui en parler. Il avait joué avec ça, et j’allais le faire aussi.

Toute la journée à la boutique, j’avais tenté de trouver un moyen pour découvrir ce qu’il avait pu me cacher d’une autre façon. Je n’allais pas y arriver seule, c’était clair et net, mais je n’avais pas le choix. Je ne voulais pas le demander à Adrian, parce qu’il ne voudrait probablement rien me dire de plus que ce qui concernait ses parents. Ce que je voulais, c’était plus que ça. Il n’y avait peut-être rien d’autre, et je n’espérais que cela. Il fallait juste que je le vérifie. Que je sois sûre de moi, et de lui par la même occasion. Je ne pouvais pas simplement le croire sur parole et vivre dans l’ignorance. Je n’étais plus la gamine qu’il avait séduite cinq ans auparavant. J’avais grandi, grâce à lui et également à cause de lui. J’avais mûri et je ne faisais plus autant confiance, du moins… plus aussi aveuglément. Si je voulais pouvoir être de nouveau pleinement heureuse avec lui, comme avant, il fallait que je sache tout, d’une façon ou d’une autre.
C’est Jenny qui me parla d’un détective du nom de Forman. Un type bien, selon elle, qui faisait bien son boulot. Elle avait une amie qui avait eu recours à ses services et qui n’en disait que du bien. Alors forcément, dès que Jenny avait compris que je voulais rechercher des informations discrètement, elle y avait pensé. Néanmoins, je n’étais pas très chaude à demander de l’aide à un détective. Jenny semblait oublier qu’elle avait des amies de la haute, et que je n’étais pas aussi riche qu’elles. Quel était le véritable prix de la vérité ? Je ne pouvais pas me le permettre, mais c’était le seul moyen que j’avais. Je n’aurais jamais aucune accréditation pour fouiller dans la vie d’Adrian, et il l’apprendrait tôt ou tard. Un détective, c’était la tranquillité et la sûreté.

Le lendemain, toujours sans en avoir touché un mot à Adrian bien sûr, je me décidai à passer dans le bureau de ce Douglas Forman, sans conviction aucune. Je n’étais pas du tout sûre de moi, je me demandais si c’était vraiment une bonne idée, et j’avais l’impression d’être à côté de la plaque. Ce n’était du tout mon milieu, ce n’était pas mon genre, mais il le fallait. Rien ne m’animait plus que de pouvoir faire confiance à Adrian, et c’était l’unique moyen que j’avais. Au bout d’un quart d’heure de tergiversations, je poussai la porte du bureau du détective, avant que je ne change d’avis. Je frappai doucement à une deuxième porte, et je pus enfin découvrir qui était ce type que Jenny m’avait conseillé. Je ne l’avais pas du tout imaginé comme ça, mais peu importait réellement ce que j’imaginais de cet homme. Je voulais juste avoir des informations, sur ses prestations, sur ses tarifs, et sur les délais que j’aurais.

« Bonjour… je... on m’a parlé de vous et je me disais que… vous pourriez peut-être m’aider… »

Devant son air encourageant, je m’avançais dans la pièce, espérant que ça me donnerait plus de force pour continuer à lui parler. Je n’aimais pas du tout déballer ma vie privée et mes problèmes, mais si je voulais qu’il m’aide, je devais bien passer par là. Aussi, je pris mon courage à deux mains et continuai :

« J’aimerais avoir des informations sur le passé d’une personne de mon entourage… Cette personne m’a déjà menti et je voudrais savoir s’il me cache encore des choses… Est-ce que … ce serait possible ? »

J’étais hésitante, et bien sûr, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir recevoir comme réponse. Qu’allait-il dire à une pauvre fille comme moi ? J’étais ridicule, parce que si je voulais savoir les choses, je n’avais qu’à les demander à Adrian. Pourquoi tout était si compliqué ?!


         
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 


Dernière édition par Juliet Carlson le Sam 13 Déc - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 23 Nov - 16:49

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Depuis la prise d’otage dans le centre commercial, quelques jours se sont écoulés, et j’ai pas mal de difficulté à reprendre le dessus. Ne pouvais pas laisser trop longtemps l’agence fermé, du coup je reprends le travail me disant aussi que ça m’occupera l’esprit. Clara voulait que je me pose quelques semaines, que je parte de Toronto pour oublier un peu tout. Mais je n’ai pas voulue, Amelia serait restée ici pour son boulot, et je ne voulais pas partir seul. Et puis, je devais aller prendre des nouvelles de Thomas, il c’était fait tirer dessus au moment de la libération. Il allait avoir besoin d’un ami, être entouré lui ferra du bien et à moi aussi au final, même si je voulais rester seul la plus part du temps. Ou alors avec juste Amelia dans mes bras. Sa présence m’apaisait, c’était fou. J’ai tellement eu peur de ne plus jamais la revoir. Alors maintenant j’ai envie de la voir le plus souvent possible.

Aujourd’hui je me suis donc levé pour aller à l’agence et travailler, enfin j’essaie, avec la fusillade, j’ai d’autre souvenir en tête, et pas des très bon. Evidemment on m’avait conseillé d’aller voir un psy, mais, je ne voulais pas retourner en voir un, j’avais assez donné la dedans. Ma thérapie sera le travail, ça devrais fonctionner.
Je suis donc dans mon bureau à lire un papier depuis 10 minutes et je ne sais même pas de quoi ça parle. Je ne suis pas totalement concentré je crois bien. Je dois absolument le relire, et savoir de quoi il parle. Alors que j’allais relire pour la cinquième fois minimum mon papier, on toc à la porte et une jeune femme blonde passe y passe la tête.

-  Bonjour… je... on m’a parlé de vous et je me disais que… vous pourriez peut-être m’aider…

Je relève la tête rapidement, et lui fais un grand sourire. Il avance alors un peu plus dans la pièce, et je fini par me lever. Une nouvelle affaire, sera peut-être une très bonne solution pour aller mieux, pour vraiment penser à autre chose.

- J’aimerais avoir des informations sur le passé d’une personne de mon entourage… Cette personne m’a déjà menti et je voudrais savoir s’il me cache encore des choses… Est-ce que … ce serait possible ?

Le passé de quelqu’un ? C’est tout à fait possible, mais après, je devrais faire mon enquête, comme d’habitude et parfois ça n’aboutie à rien avant des années. Mais la jeune femme à l’air bien désemparer, et elle à l’air vraiment avoir besoin d’aide. Elle est triste et remplie d’espoir. L’espoir que je pourrai lui donner…

- Et bien oui, c’est normalement dans mes cordes. Faut-il encore que je puisse trouver toutes les informations que vous souhaitez.

Je remarque que d’un coup elle était soulagé, mais en même temps très embêter. Mais pourtant je viens de lui dire que je pouvais, non…

- Il y a un souci mademoiselle ?

Je ne voulais en aucun cas, la mettre mal à l’aise. Je lui fais alors un signe qu’elle pouvait s’asseoir, et pour l’incité, je fais de même me remettant dans mon fauteuil.

- Dites moi tout, on va bien trouver une solution.

Je lui fais un sourire qui se devait rassurant, après tout elle avait besoin d’aide et j’étais près à lui donner.

Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 23 Nov - 18:55


Could you help me?



 

 
Douglas & Juliet


 


  Le regard de l’homme en face de moi me paraissait aussi doux qu’encourageant, et je me disais que Jenny n’avait sûrement pas menti en me racontant ce dont il était capable de faire. Il me regardait déblatérer ma courte histoire, et se taisait, en attendant que je finisse. Cependant, plus je parlais, moins j’étais sûre de moi. Je me disais que c’était ridicule, qu’il n’allait jamais m’aider. Il devait avoir bien d’autres choses à faire, d’autres affaires à traiter que d’aider une pauvre fille comme moi. Et quand il me demanderait de payer, je ne pourrais jamais le faire. D’ailleurs, je ne voyais pas de grille des tarifs sur son bureau ou sur les murs, et ça m’inquiétait légèrement. Jenny m’avait dit qu’il était conciliant, mais quand même, il n’allait pas vouloir m’aider. Je le savais à l’avance, alors pourquoi étais-je venue ici ? Néanmoins, il m’invita à continuer mon récit. Rapidement, il m’indiqua que ce que je lui demandais était possible de son côté, qu’il était capable de s’occuper de ce genre de désagréments, ce qui bien sûr me réjouit un peu. Cependant, le souvenir de mes derniers bulletins de salaire me revint, et forcément, la joie fut de courte durée. Ma déception dut se lire sur mon visage, parce que le regard du détective changea. Je n’étais pas bonne actrice, certes, mais quand même, je pensais faire plus long feu que ça. Tant pis pour moi, j’allais devoir lui dire que je ne pouvais pas, que ce n’était pas une bonne idée pour moi de continuer. J’allais lui inventer un petit mensonge et repartir. De toutes façons, je ne savais même pas pourquoi j’avais osé venir jusqu’ici. C’était trahir Adrian que de fouiller son passé, et il ne le ferait pas pour moi… dans ce cas, je ne devais pas le faire pour lui non plus. J’allais repartir, et tout rentrerait dans l’ordre. C’était tout ce qu’il fallait que je fasse, rien de plus, rien de moins. Adrian n’en saurait jamais rien et ce serait bien mieux ainsi.

« Il y a un souci mademoiselle ? »

Un souci ? De taille, oui, en effet, mais il ne devait pas avoir remarqué le problème, en réalité. Il devait avoir l’habitude de rencontrer des gens ayant les moyens pour ce genre de services. Pas le genre de cruches comme moi. J’étais pratiquement sûre qu’il faudrait que je demande un crédit à la banque pour pouvoir payer. Autrement dit, c’était impossible, parce que ma banque le refuserait. Il valait mieux que je parte. Toutefois, alors que j’allais lui dire que ce n’était rien, que je partais, il m’indiqua que je pouvais prendre place sur un fauteuil… et je décidai de rester. Peut-être qu’il pourrait me conseiller, sans forcément m’aider pour de bon. Et puis, il me dirait ses tarifs, ça serait tout blanc ou tout noir, pour le coup. Au moins, je serais bien tenue au courant de tout cela. Je m’assis donc en face de lui alors qu’il regagnait sa place, derrière son bureau.

« Dites moi tout, on va bien trouver une solution. »

Une solution pour remplacer l’argent que je n’avais pas ? J’espérais simplement qu’il suivait une certaine éthique et qu’il n’allait pas me demander quelque chose de déontologiquement incorrect. Il était hors de question que je trahisse d’une autre façon encore Adrian. Je savais que j’étais prête à tout pour certaines choses, que je pouvais faire n’importe quoi pour Adrian, et pour savoir son passé… mais je savais où étaient mes limites. Surtout mes limites physiques. Et même si je savais que je pouvais faire confiance à ce détective, parce que Jenny me l’avait dit, eh bien je ne connaissais pas ses modalités de paiement… et plus j’avançais, plus j’avais peur de le savoir.

« Si je vous donne des informations sur lui, en combien de temps vous pourriez trouver ce que je demande ? »

Mon ton mal assuré remonta jusqu’à mes oreilles et je compris que j’avais l’air d’une idiote qui essayait de se faire passer pour une femme plutôt forte qui savait ce qu’elle voulait et qui ferait tout pour. Il allait se foutre de moi.

« En fait, c’est surtout pour savoir combien ça me coûterait. Quels sont vos tarifs ? »

Cette fois, j’étais beaucoup plus ferme, malgré moi, parce que je savais que sa réponse serait importante pour la suite des opérations. Selon ce qu’il me répondrait, je saurais si oui ou non, mon plan serait possible et je saurais également si j’allais en apprendre davantage sur l’homme que j’aimais, ou pas.  
       
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 23 Nov - 23:08

Could you help me ?
Juliet & Douglas



La jeune femme m’avait l’air bien tendu en faite, je n’allais pourtant pas la manger, ou quoique se soit d’autre. Elle est venue chercher de l’aide et je vais essayer de faire de mon mieux pour lui apporter. Alors elle devrait se détendre un peu, et faire en sorte de m’expliquer ce qui se passe.

- Si je vous donne des informations sur lui, en combien de temps vous pourriez trouver ce que je demande ?

Ca tout dépendra de ce que je vais trouver sur son ami. Je voulais une enquête simple et pas trop compliqué, mais ça, je ne pouvais le savoir que si je sais sur qui je devais trouver des infos, et si il a laissé des traces quelques parts. Je ne pouvais pas savoir à l’avance en fin de compte. Mais, si elle sent que son ami lui ment, il a forcément des choses à caché, et donc moi des choses à trouver.

- En fait, c’est surtout pour savoir combien ça me coûterait. Quels sont vos tarifs ?

Oh en faite c’était une question d’argent ? Elle ne devait pas s’inquiéter pour ça. Je ne fais pas mon travail pour l’argent, mais vraiment pour aider ceux qui en ont besoin. Sauf les enquêtes d’adultères, ça, c’est ce qui m’embête le plus, mais c’est ce qui payait bien aussi. Mais c’était vraiment très ennuyant, une filature pour des photos et le tour était jouer. Malgré le fait que ça soit vraiment embêtant, je vérifiais toujours que ça ne soit pas des malentendus.

- En faite, je n’établie qu’une facture que si je trouve vraiment quelques chose. Ne vous en faite pas pour ça, je ne suis pas hors de prix. Je peux vous faire un forfait à 115$, payable en plusieurs fois… dans le cas où je trouve des informations sur votre ami.

Je suis assez conciliant, surtout que je vois bien que c’est important pour elle de trouver ses informations. Et je n’aime pas vraiment laisser les dames en détresse si démunie. Mon côté fleur bleu peut-être. Mais je me devais de l’aider, sinon je ne pourrai pas me regarder en face, tous les matins.

- Dites moi, qu’elle est le nom de la personne sur qui je dois faire mes recherches ?

J’étais assez curieux en faite, et je voulais me mettre au plus vite au travail pour qu’elle puisse être tranquille le plus rapidement possible. Malgré tout en la regardant, je ne sais pas si le prix lui convient en faite, j’ai l’impression qu’elle réfléchit toujours. Mais après trop diminuer le prix, ça allait plus couvrir le peu de frais que j’aurai.


Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Lun 24 Nov - 13:57


Could you help me?



 

 
Douglas & Juliet


 


 Immédiatement, le visage du détective sembla se détendre, dès qu’il comprit que mon problème venait de l’argent. Je ne savais pas si c’était bon signe ou non. Est-ce qu’il se détendait parce qu’il savait qu’il n’allait prendre cette affaire, ou bien est-ce qu’il se détendait parce qu’il allait pouvoir m’aider ? Aucune idée. Je n’aimais pas trop ça, de fait, mais maintenant que j’étais là, il fallait bien que j’y reste, et que j’attende le verdict. Je ne pensais vraiment pas pouvoir ressortir d’ici satisfaite, c’était pratiquement impossible. Il y aurait une infinité de chances que je refuse de sauter l’obstacle et que je parte d’ici sans rien de nouveau. J’allais sûrement penser à Adrian et me dire que c’était mauvais que je fasse ça, qu’il ne méritait pas ça. Mais pour l’instant, je devais juste l’écouter parler et attendre de tout savoir.

« En faite, je n’établie qu’une facture que si je trouve vraiment quelques chose. Ne vous en faite pas pour ça, je ne suis pas hors de prix. Je peux vous faire un forfait à 115$, payable en plusieurs fois… dans le cas où je trouve des informations sur votre ami. »

D’accord, mais sur Adrian, il allait forcément en trouver des choses. J’étais vraiment sûre qu’il me mentait, alors il ne pouvait pas en être autrement. Eventuellement, ça ne me coûterait rien si vraiment il n’y avait rien. Mais je ne comprenais pas comment cet homme pouvait dire qu’il ne facturait que s’il était sûr de trouver. Et s’il n’y avait rien à trouver, il dépenserait du temps et de l’argent, pour rien ? Il y avait une embrouille, c’était impossible. Personne n’était altruiste au point de faire ça par pure gentillesse, par pure amitié. J’étais peut-être tombée sur une exception, je ne demandais que cela. Et si vraiment il trouvait quelque chose… cent quinze dollars, ça pouvait aller. Je pourrais parvenir à payer tout cela. Mais étais-je capable d’aller jusqu’au bout de la démarche ? Ce n’était pas correct de ma part, et j’allais devoir vivre avec ça par la suite, je devrais y repenser durant toute ma vie. Si jamais je découvrais quelque chose d’horrible ? J’allais m’en vouloir tout le temps…

« Dites moi, qu’elle est le nom de la personne sur qui je dois faire mes recherches ? »

C’était le moment où je devais tout lui dire, lui raconter le fond de la chose. Je devais lui parler d’Adrian, et pourtant, essayer de mettre des mots sur ce que je voulais, sur ce que je ressentais, sur mes pressentiments. C’était difficile, mais je pouvais le faire. En avais-je réellement envie ? Je n’en savais rien. Je devais prendre une décision, et je commençais à vouloir reculer, de plus en plus. Adrian n’allait jamais me pardonner ça, mais moi, je ne pourrais jamais le pardonner si je ne le faisais pas. J’étais dans une impasse. Son amour était bien trop important pour moi, et je ne pouvais pas le perdre. Mais si je ne faisais pas ces recherches, alors je le perdrais d’une autre façon, peut-être plus métaphysique, mais qui me ferait souffrir également. Néanmoins, après une longue réflexion, et presque à contrecœur, je lui délivrai quelques informations :

« Il s’appelle… Adrian Alpert. »

Déjà, rien qu’en donnant son identité, j’avais l’impression de le trahir. Cependant dans le même temps, je sentis un poids se libérer en moi et je pus presque en parler sans m’en vouloir. Presque. Les mots me vinrent plus facilement et, sans regarder le détective, je pus lui raconter ce qu’il se passait.

« C’était mon fiancé, jusqu’à ce qu’il parte, il y a un peu plus de deux ans. On s’est revus la semaine dernière et hier aussi et… peu importe. Je sens qu’il me cache des choses, et je voudrais savoir de quoi il s’agit. Sans qu’il ne soit au courant. Je ne veux pas lui demander directement, parce que je sais qu’il ne dira rien. Vous pouvez m’aider alors ? »

En baissant la tête vers mes mains, posées bien sagement sur mes genoux, je sentis une boule se former de nouveau dans mon ventre. Si j’avais réussi à parler sans angoisser et sans m’en vouloir, ce n’était plus le cas maintenant et ma peur remontait en flèche. La discrétion de ce détective était primordiale, et en fonction de ce qu’il trouverait, je saurais ou non mentir à Adrian. J’espérais qu’il ne trouve rien parce qu’il n’y aurait rien à trouver, mais j’en doutais énormément…

« Vous pensez que ça prendrait combien de temps environ ? »

C’était important que je sache cela également, parce que si c’était possible de faire ça rapidement, je pourrais ne pas céder à Adrian avant de tout savoir. Si je tombais dans ses bras et que j’apprenais plus tard qu’il me mentait sur des sujets trop importants, j’allais le regretter. Si au contraire, le détective me disait clairement que ça pouvait être rapide, j’allais pouvoir faire attendre Adrian… même si je n’en avais aucune envie.
       
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Lun 24 Nov - 20:46

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Je me demande bien ce qu’il pouvait bien se passer dans sa tête, parce qu’elle était toujours autant tendu, alors que je pensais avoir réussis à lui faire comprendre qu’elle ne devait pas avoir peur de moi. J’ai toujours été un gentil garçon, enfin je crois.

- Il s’appelle… Adrian Alpert.

Et bien, c’est un nom peu commun ça… mais c’est déjà un bon début. Un petit tour sur le net, puis dans mes logiciels particuliers, et je devrais trouver quelques trucs sur lui. Et si je ne trouve pas certaines informations, je pourrai toujours aller voir un ancien collègue pour m’aider.

- C’était mon fiancé, jusqu’à ce qu’il parte, il y a un peu plus de deux ans. On s’est revus la semaine dernière et hier aussi et… peu importe. Je sens qu’il me cache des choses, et je voudrais savoir de quoi il s’agit. Sans qu’il ne soit au courant. Je ne veux pas lui demander directement, parce que je sais qu’il ne dira rien. Vous pouvez m’aider alors ?

La jeune femme parla le regard ailleurs que sur moi, elle ne devait pas être très fière de venir à moi pour demander de l’aide. Pourtant il n’y a rien de mal à tout ça. Il n’y a aucune honte à requérir un peu d’appui pour vivre plus sereinement. Surtout que ce n’est pas n’importe qui pour elle. Son fiancé rien que ça ! En tant normal, quand on aime une personne on ne lui ment pas. Mais si elle a se pressentiment qu’il lui cache des choses, alors je me devais de l’aider à y voir plus clair en lui.

- Oui, je le peux.

C’était vraie je le pouvais maintenant, il n’y avait plus qu’à voir si j’arrive à trouver des choses anormal sur lui. Enfin c’est sa qu’elle souhaite n’est-ce pas. Hum, il faut que je lui demande tient, ce qu’elle souhaite vraiment ce que je trouve.

- Vous pensez que ça prendrait combien de temps environ ?

Combien de temps… ça, c’est une bonne question. Je ne savais pas moi-même, toutes les enquêtes sont différentes et bizarrement je sentais que la sienne allait être compliquée. Déjà, je vais devoir lui poser des questions sur ce qu’elle sait sur lui, sa date et lieu de naissance, ainsi que d’autre information sur sa famille. Je devais savoir le maximum de chose sur lui avant de me lancer dans les recherches.

- Je ne peux pas vous dire, mais je ferrai au plus vite. Tout dépendra des premiers résultats que j’aurai. Après je pourrai toujours pousser un peu plus.

Je lui fais un grand sourire, elle doit se détendre un peu, je trouverai ce qu’elle veut, je sais faire mon métier, et je n’étais pas manchot.

- Par contre j’ai besoin d’un peu de renseignements sur lui, du genre sa date de naissance, des choses comme ça, ainsi qu’une photo.

Une photo peu aidé à ne pas me tromper sur la personne. Si cet Adrien avait tant voulu cacher des choses à sa fiancé, c’est que ça ne doit pas être très jolie jolie. Du coup je m’attends à tout des résultats que je pourrai trouver.



Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Mar 25 Nov - 14:46


Could you help me?




Douglas & Juliet




Devant mes incertitudes et mes questions, le jeune homme – il était plus jeune que moi, sérieusement, ça se voyait et je me sentais encore plus mal, du coup ! – ne perdit pas la face et attendit que j’aie terminé pour me répondre. Il me répondit d’abord qu’effectivement, il pouvait m’aider, et ça m’emplit de joie. J’allais enfin avoir des réponses et je serais sûre qu’elles ne soient pas trafiquées, qu’Adrian n’aurait rien à redire, à changer, à modifier. Je lui faisais confiance, je tenais à lui… mais pas là-dessus, parce que je savais qu’il ne voulait jamais rien raconter de lui. Et c’était à dû à une raison particulière. J’allais élucider ce mystère ! Puis, je lui demandai en combien de temps il pourrait me rendre ce service. Je ne m’attendais pas à des miracles, j’imaginais facilement que ça prendrait du temps. C’était du travail et puis, c’était rechercher des choses sur le passé d’un homme banal. Ça ne devait pas être si facile, on ne pouvait pas trouver sa biographie sur Internet, en quelques sortes.  

« Je ne peux pas vous dire, mais je ferrai au plus vite. Tout dépendra des premiers résultats que j’aurai. Après je pourrai toujours pousser un peu plus. »

Les premiers résultats, s’ils étaient fiables à cent pourcent, seraient déjà excellents, et je ne demandais pas de tout savoir de lui. Je ne voulais pas qu’il remonte trop loin dans sa vie, je ne voulais apprendre davantage de choses sur ses parents par exemple, parce que ce qui était arrivé était horrible. Ca me mettait mal-à-l’aise d’imaginer Adrian voir ses parents mourir, pour ce que j’en avais compris, du moins.

« Par contre j’ai besoin d’un peu de renseignements sur lui, du genre sa date de naissance, des choses comme ça, ainsi qu’une photo. »

Je hochai la tête à chaque fois qu’il me demandait une nouvelle chose et je sortis directement mon portable pour trouver une photo de lui. J’en avais des anciennes, celles d’avant qu’il parte et j’en avais une plus récente, que j’avais pris le matin même avant qu’il ne parte de l’appartement. Les photos étaient les seuls souvenirs que je n’avais pas voulu effacer ou mettre dans une boîte. J’avais besoin de ses photos, parfois, sans trop savoir pourquoi.

« Il est né le 12 juillet 1982, je sais plus exactement où… c’est pas vraiment des choses dont on discute, en fait. »

J’avais pratiquement honte en me rendant compte que je savais si peu de choses sur lui. Je ne lui avait jamais rien demandé non plus en soi. C’était des choses qui venaient naturellement dans la conversation, et quand on en parlait, il ne semblait pas plus bizarre que d’habitude, avant. Mais maintenant que je savais qu’il y avait des choses dont il ne parlait jamais, je comprenais certains silences, certaines paroles cachées. Je ne lui avais jamais menti quant à mes origines, mon passé ou quoi que ce soit d’autre. De toutes façons, rien que quand je parlais, ça s’entendait. J’étais française et tout le monde pouvait le deviner à mon accent, même si je parlais parfaitement bien anglais, désormais. Je ne pouvais pas mentir à qui que ce soit, en réalité. Et je n’en voyais pas l’intérêt.

« Sinon je… je sais pas quoi vous dire d’autre. De quoi auriez-vous besoin exactement ? Je peux vous dire tout ce que je sais… Tenez, voilà une photo. »

Je lui tendis mon téléphone une fois que j’eus trouvé la photo du matin même, et le laissai l’examiner, pour bien imprimer dans son esprit à quoi ressemblait Adrian. Il était tout à fait normal, le plus lambda des hommes et rien ne pouvait laisser présager qu’il cachait des choses à son entourage. Sur la photo, nous avions l’air tellement heureux, tellement sereins, et Ad était loin de se douter jusqu’où je pouvais aller pour être sûre de lui. J’espérais qu’il ne le sache jamais d’ailleurs…

« Dites moi tout ce qu’il vous faut, détective. Il était aux USA avant d’arriver à Toronto. On s’est connus ici, il y a 5 ans, mais je ne connais pas sa vie d’avant. Actuellement, il est serveur dans un restaurant du centre-ville… Je sais pas quoi vous dire d’autre… »

J’étais presque paniquée à l’idée de ne pas lui donner assez d’informations. Et si ce n’était pas suffisant pour qu’il puisse mener l’enquête ? Et si je ne connaissais pas suffisamment Adrian pour pouvoir demander à quelqu’un de chercher des informations sur lui ? Qu’allait-il se passer ? Malgré le regard rassurant du détective, je n’arrivais pas à me dire que ça allait peut-être fonctionner…
     
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Mar 25 Nov - 23:03

Could you help me ?
Juliet & Douglas



La jeune femme, qui d’ailleurs reste une vraie inconnue encore. Certes je sais ma cible, mais elle c’était qui ? J’ai oublié de me présenté quand elle est arrivée, mais bon, elle savait qui j’étais vue qu’elle était venue me voir moi. Je devrais lui demander à un moment donné quand même. Rien que pour le nom sur la facture, et le dossier. Pour le moment je crois qu’elle veut bien me parler, alors autant ne pas la perturber, et la laisser me dire tout ce que j’ai besoin de savoir.

- Il est né le 12 juillet 1982, je sais plus exactement où… c’est pas vraiment des choses dont on discute, en fait.

Et bien, en faite il ne se connaisse pas, je sais très bien que ce n’est pas la première chose que l’on demande à l’être aimé, mais au bout d’un certain temps, on en parle, ça vient dans une conversation. Bon au moins j’ai sa date de naissance, c’est déjà un bon début. Avec un rapide calcul, je note dans un coin de ma tête qu’il a 35 ans…

- Sinon je… je sais pas quoi vous dire d’autre. De quoi auriez-vous besoin exactement ? Je peux vous dire tout ce que je sais… Tenez, voilà une photo.

Quoi d’autre ? Je ne sais pas pour le moment, ça ne me vient pas, mais c’était un bon début déjà sa date de naissance, puis son nom, je vais bien trouver quelques informations avec ça. Elle me tend alors son téléphone et je regarde la photo qu’elle avait sélectionnée. Un brun qui a dans ses yeux beaucoup de mystère. Ce qui confirme bien qu’il cache bien des choses.

- Dites moi tout ce qu’il vous faut, détective. Il était aux USA avant d’arriver à Toronto. On s’est connus ici, il y a 5 ans, mais je ne connais pas sa vie d’avant. Actuellement, il est serveur dans un restaurant du centre-ville… Je sais pas quoi vous dire d’autre…

Bon alors, il y a 5 ans il était aux USA, bon, c’est un départ. Je vais surement faire des demandes de recherche la bas, et ça ne va pas être une mince à faire. Les Etats-Unis sont immenses. Je sais son métier il l’a peut-être exercé dans un autre lieu. Avec tout ça, je devrais bien trouver des trucs.

- Pour le moment ça ferra l’affaire. J’aurai peut-être d’autre question à vous demandez dans l’avancement des recherches. Je peux vous prendre la photo sur mon ordinateur ? J’ai besoin de l’imprimer pour mon dossier…

Mais aussi pour faciliter mes recherches parce qu’à tous les coups je pourrais louper si je le croise dans la rue, en se moment je suis tellement tête en l’air. Je branche son téléphone à mon pc, après avoir eu son accord de la tête.

- Au faite, à qui ai-je l’honneur ?

Je lui fais un grand sourire quand elle me regarde confuse de ne pas me l’avoir dit plutôt. Je bidouille un peu dans mon pc pour prendre que la photo désiré. Je la regarde à nouveau en attendant sa réponse. Je suis certaines qu’elle a un jolie prénom.




Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Jeu 27 Nov - 21:02


Could you help me?




Douglas & Juliet




Pendant que je parlais, je voyais le détective s’activer mentalement pour pouvoir tout retenir. Il n’avait pas besoin de tout noter alors ? Il allait se souvenir de tout ? C’était fort. Déjà pour me souvenir de la date de naissance d’Adrian, j’avais dû me la répéter pendant tout le trajet, alors s’il me demandait de me souvenir de quelque chose de particulier, je ne serais pas d’une grande aide. Mais c’était son métier, il le connaissait, et de fait, je ne m’en faisais pas. Il devait avoir l’habitude. A sa place, j’aurais peur de confondre certains de mes dossiers, et de tout mélanger. Et si ça lui arrivait aussi ? Et s’il confondait Adrian avec un autre et qu’il me sortait des trucs improbables, mais qu’il croyait vrai ? Venir voir cet homme était vraiment une mauvaise idée. Je n’aurais pas dû faire ça, d’abord parce que ça allait me stresser durant des jours, voire des semaines, et ensuite, parce que s’il me disait des trucs de malade, je n’allais plus pouvoir voir Adrian de la même façon, sans savoir si les informations étaient justes ou non. C’était une mauvaise idée. Vraiment très mauvaise. Jenny aurait mieux fait de ne pas me donner son adresse, finalement.

« Pour le moment ça ferra l’affaire. J’aurai peut-être d’autre question à vous demandez dans l’avancement des recherches. Je peux vous prendre la photo sur mon ordinateur ? J’ai besoin de l’imprimer pour mon dossier… »

D’autres questions plus tard, d’accord. Il fallait que je commence à vraiment m’intéresser à tous les détails qui faisaient la personne d’Adrian que ce soit maintenant ou avant son départ. Plutôt avant son départ, d’ailleurs, parce que je ne savais pas quand je le reverrai désormais. Peut-être que ça allait prendre du temps, qui savait ? Quant à la photo, bien sûr qu’il pouvait la prendre, même si je la trouvais malgré tout très personnelle. Mais il fallait bien qu’il sache à qui il avait à faire. Je hochai donc la tête pour lui signifier qu’il pouvait en faire ce qu’il voulait. Moi, de mon côté, je me demandais si je n’avais rien à signer, comme une sorte de contrat, mais ça viendrait sûrement plus tard.

« Au faite, à qui ai-je l’honneur ? »

Je relevai la tête sans sourire, les sourcils haussés. Merde, je ne lui avais même pas dit mon nom ? Je ne m’en étais pas rendue compte et du coup, j’eus honte de moi. J’aurais dû me présenter, au lieu d’immédiatement lui sauter dessus pour qu’il m’aide. Ce n’était vraiment pas de bonnes manières ! Je me repris tout de suite, de fait et tendis maladroitement la main vers mon interlocuteur.

« Je suis Juliet Carlson. »

Il me serra la main, de façon droite et franche, et moi qui n’avais pas l’habitude de serrer la main de qui que ce soit de cette façon, j’eus presque du mal à suivre le rythme qu’il m’imposa. Au lieu de trop m’en faire, je me laissai porter et repris possession de ma main quand il eut terminé. C’était bien mieux comme ça.

« Désolée, je suis un peu stressée par tout ça. C’est important pour moi, vous comprenez ? »

En effet, s’il y avait quelque chose de plus important qu’Adrian, je me demandais de quoi il s’agissait. Deux ans auparavant, j’aurais dit Charlie, mais ce n’était plus le cas comme il était mort. Non, désormais, Adrian était le premier de mes soucis, et le premier surtout. Je voulais qu’on règle cette histoire, je voulais savoir, je voulais lui faire totalement confiance. Il fallait que l’on se remette ensemble, il ne pouvait en être autrement, et de fait, j’avais hâte que ça arrive. Il pouvait me demander de revenir quand il le voulait, j’étais prête. Plus que prête. J’avais hâte qu’il se décide, il avait encore sa place dans mon appartement. Même les armoires étaient presque prêtes à recevoir ses vêtements, ses affaires. Je pouvais ressortir ses vieux trucs de la chambre de Charlie, ce n’était pas un problème. On pourrait le faire ensemble, ce serait bien…
En remarquant que j’étais complètement perdue dans mes pensées en pensant à Adrian, je secouai la tête pour revenir dans la conversation, alors que Douglas s’occupait de la photo sur mon téléphone. Mon dérivement n’avait été repéré, j’aurais eu beaucoup de mal à l’expliquer sinon… Néanmoins, j’attendais ses prochaines instructions. Peut-être qu’il avait encore quelque chose à me demander, et si ce n’était pas le cas, il allait peut-être me donner ses délais. C’était important pour moi de savoir, au moins une fourchette, pour être sûre de ce que j’allais pouvoir faire dans le futur…
     
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Ven 28 Nov - 10:10

Could you help me ?
Juliet & Douglas


J’avais bien envie de rire quand je vis sa tête, mais je me suis bien retenu, je devais rester correcte et polie. Ella a dut se rendre compte qu’elle avait oublié de se présenter et m’avait un peu sauté dessus pour mes compétences. Ce que la plupart des gens font en entrant dans mon bureau, j’en avais donc l’habitude.

- Je suis Juliet Carlson.

C’était un très joli prénom qui lui allait à ravir. Parfois il y a des personnes qui ne portent vraiment pas bien leur prénom, mais chez elle, c’était parfait et maintenant elle voulait que je l’aide à retrouver son Roméo.
Elle me tend la main, alors je la lui prends pour la lui serrer l’agitant de haut en bas, classiquement.

- Désolée, je suis un peu stressée par tout ça. C’est important pour moi, vous comprenez ?

Je lui souris, je me doute bien que c’était important pour elle, elle aimait un homme qu’elle connait peu. Et je peux la comprendre, c’était un peu mon cas, Amelia parlait peu d’elle et c’était parfois bien frustrant de ne pas connaitre sa vie. Je connais sa personnalité, mais sa vie, ça c’était encore bien flou et parfois ça me titillait de ne pas faire des recherches sur elle. Mais je l’aimais trop pour me donner ce droit. Mais dans le cas de miss Carlson c’était bien différent, il lui cachait vraiment des choses qui la rendais triste ça je pouvais le voir.

- Je comprends, ne vous inquiétez pas, et vous n’êtes pas la seule à réagir de cette façon.

Une fois la photo sur mon ordi, je pourrais la retoucher pour juste avoir la tête de ma cible. Je débranche l’appareil et le lui rend.

- Maintenant que j’ai toutes les informations pour débuter mes recherches, je pense que d’ici une petite semaine je pourrais avoir déjà quelque chose à vous dire. Ca vous convient si on se revoit dans une semaine ?

Je dois aussi lui faire remplir une petite fiche pour que j’ai son numéro et son adresse. En y pensant, je me décide à farfouiller dans mes tiroirs pour retrouver cette feuille. Une fois le sésame trouvé, je le lui tends avec un stylo.

- Vous pouvez remplir cette feuille, pour que je puisse vous contacter si besoin. Dans le cas d’une grande information à vous annoncer, ou pour un simple petit renseignement que je devrais avoir dans la minute…

Elle s’exécute et je la regarde ne sachant pas quoi faire d’autre. Elle tremblait en écrivant, pourtant elle ne fait rien de mal, elle doit se détendre, à moins que ça soit son état normal, ce que je doute pas mal.

- Vous faites rien de mal, vous tentez d’avoir des réponses, il n’y a pas de mal à sa mademoiselle Carlson.

Je faisais souvent se discours pour rassurer les gens qui venait me voir, je me sentais obligé de les rassurer un peu sur leurs actions.


Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Sam 29 Nov - 10:44


Could you help me?




Douglas & Juliet




L’homme se montrait tout à fait gentil, généreux et conciliant. C’en était presque louche, et pourtant, j’étais rassurée que tout se passe aussi bien. Je m’attendais à pire, vraiment pire. Comme si on allait me punir directement parce que j’osais ne pas croire en Adrian. Ce n’était pas que je ne croyais pas en lui… j’avais juste un problème de confiance, depuis deux ans et demi. Ce n’était quand même pas de ma faute, si ? Il n’avait qu’à pas partir, et je n’aurais jamais eu ce souci-là. C’était donc de sa  faute, et pas de la mienne. Et si je voulais continuer et poursuivre ma démarche, il fallait que je ne cesse jamais de penser cela. C’était lui qui l’avait voulu, en quelques sortes. A vouloir me parler du passé, mais me dire ensuite que seul l’avenir comptait réellement…Bref, ce n’était pas entièrement de ma faute, voilà.

« Je comprends, ne vous inquiétez pas, et vous n’êtes pas la seule à réagir de cette façon. »

Je n’étais pas la seule ? Je ne savais pas si je devais me sentir rassurée ou encore plus mal. Dans un sens, je pouvais me dire que c’était le monde qui ne tournait pas rond, c’était les  gens qui ne faisaient pas confiance à leur partenaire… mais pourquoi le monde était-il devenu comme ça ? Pourquoi se cachait-on des choses pour ne pas se faire du mal ? Est-ce que c’était comme ça avant aussi ? En repensant au divorce de mes parents, je me rendis compte que oui, certainement, le monde ne tournait plus rond, et ça ne datait pas d’hier. Et au final, je me sentis encore plus mal à cause de cela.

« Maintenant que j’ai toutes les informations pour débuter mes recherches, je pense que d’ici une petite semaine je pourrais avoir déjà quelque chose à vous dire. Ca vous convient si on se revoit dans une semaine ?
-C’est parfait ! »

Une semaine ? Mais c’était inespéré pour moi, et s’il avait déjà des informations à ce moment-là, j’allais lui sauter au cou. Il me sauverait en partie la vie, et je n’aurais plus autant de remords vis-à-vis d’Adrian. Parce que je savais qu’en rentrant chez moi, je regretterais d’être venue ici. Et je savais également qu’il ne fallait pas qu’Ad le remarque, sinon j’étais cuite. Une semaine, c’était une aubaine pour moi. Finalement, peut-être que tout n’était pas si nul, ce jour-là. Alors que je jubilais intérieurement, Douglas fouilla dans ses tiroirs et sortit une feuille, ainsi qu’un stylo et me demanda de la remplir. Il m’expliqua qu’il aurait besoin de m’appeler, que ce soit pour une information d’une importance capitale, ou juste un renseignement. Il faudrait donc que j’aie bien mon portable toujours sur moi ou à portée de main. Et surtout, il ne fallait pas qu’Adrian puisse l’avoir en sa possession. Si Douglas appelait et qu’Adrian décrochait, j’étais fichue.
En pensant aux conséquences que ça pouvait avoir, une fois de plus, je remplis donc la feuille de contact, où j’inscrivis mes nom, prénom, adresse, numéro de téléphone, adresse mail et autres renseignements de première nécessité. Tout cela était tellement étrange pour moi. C’était quelque chose d’anormal, ça n’aurait pas dû arriver… et pourtant ! J’étais bien là !

« Vous faites rien de mal, vous tentez d’avoir des réponses, il n’y a pas de mal à sa mademoiselle Carlson. »

C’était comme s’il avait lu dans mes pensées et je relevai doucement les yeux vers lui, alors que je finissais d’écrire mon adresse. Alors j’étais en droit de farfouiller dans la vie privée de l’homme que j’aimais, sans son accord, sans même qu’il soit au courant ? C’était légal ? C’était accepté ? Ça m’étonnait beaucoup en tout cas, mais s’il avait pu ouvrir un cabinet, c’était alors autorisé. Néanmoins, ça n’allait pas empêcher que j’allais m’en vouloir à mort. Comme le disait le dicton : « qui vivra verra ». J’avais dit à Adrian que l’on penserait à l’avenir, j’avais menti. Il ne s’en était pas rendu compte et j’espérais qu’il ne sache jamais que j’avais dépensé de l’argent pour savoir ce qu’il cachait. Et je croisais les doigts pour qu’il n’y ait rien.

« Malgré ce que vous pourrez me dire, je pense que je me sentirais toujours coupable, vous savez… »

C’était une façon de le rassurer, de lui dire que c’était moi qui avais un problème avec cette démarche et que je ne l’assumais pas. Il n’avait rien à voir là-dedans. Je devais porter ma croix et ne pas m’apitoyer sur mon sort : je l’avais voulu. C’était le prix à payer pour pouvoir vivre avec Adrian. Même si ça me faisait me sentir comme une criminelle. Comme si je violais son intimité.
Après avoir terminé de remplir le formulaire, je lui tendis, ainsi que le stylo, et je me vis trembler comme une feuille. Ce n’était même pas exagéré, en fait, je ne me contrôlais tout simplement pas. C’était un moment important, parce que lui rendre cette feuille, c’était sceller le contrat qui allait nous lier pour quelques temps. Et qui faisait de moi une intruse.

« Merci beaucoup d’accepter de m’aider, monsieur Forman. Vous ne pouvez même pas imaginer combien ça va m’aider ! »

En réalité, si, il devait l’imaginer, puisqu’il m’avait dit que je n’étais pas la seule personne à faire ce genre de recherches. Alors, il devait y avoir plus désespéré que moi également. Il devait en voir de toutes les couleurs, et il semblait tellement aimer son métier… C’était beau, ça faisait plaisir à voir…
     
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 30 Nov - 1:34

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Je regardais toujours la jeune femme, son regard triste me donnait envie de la prendre dans mes bras, mais bon, ce n’était pas vraiment correct. Et puis bon, les deux dernières fois où je me suis laissé aller à un geste de compassion j’ai fini au lit. Certes avec Amelia, c’est totalement différent, je l’aime, elle…

- Malgré ce que vous pourrez me dire, je pense que je me sentirais toujours coupable, vous savez…

Je la comprends, parfois rien qu’avoir eu l’idée de vouloir en savoir plus sur Amelia, me rend coupable. Alors ce qu’elle ressent, je le sais très bien, mais elle sera bien plus sereine une fois que j’aurai travaillé.

- Merci beaucoup d’accepter de m’aider, monsieur Forman. Vous ne pouvez même pas imaginer combien ça va m’aider !
- Ne me remercié pas encore, je n’ai encore rien fait.

Je lui souris, et je me lève, notre premier entretient était fini, et j’allais tout fait pour aider mademoiselle Carlson. Je sentais que c’était presque vital pour elle que je trouve ce que son fiancé lui cache.
Je serre la main de ma nouvelle cliente, et la raccompagne jusqu’à la porte.

- A la semaine prochaine !

A peine la porte fermé, je me suis mis direct au travaille, cette affaire m’avait l’air bien compliqué, et je savais qu’elle m’occupera l’esprit un moment.


***


Cela fait déjà une semaine que je planche bien sur l’affaire de mademoiselle Carlson. Comme je l’avais pressentit, il avait bien caché ses traces le jeune Adrian Alpert. Je n’ai pas pu remonter bien loin dans son passé. Il était vraiment très discret, pas un réseau sociaux à son nom, ce qui était bien difficile pour moi. J’ai dut aller demander un service à mes anciens collègues pour savoir si au moins il avait des infractions impayé, mais une fois encore j’avais fais choux blanc.
Je sais que je vais devoir creuser encore plus profondément, et peut être même partir aux Etats-Unis pour être directement sur place et faire des recherches dans les recherches manuscrites.

Je suis à mon bureau, entrain d’angoisser légèrement, que vais-je bien pouvoir dire à ma cliente, elle espérant tant de moi, et je n’avais pas grand-chose sur fiancé. Pourtant le fait que je ne trouve rien, prouve, à mes yeux, qu’il cache vraiment quelques choses d’énorme. J’en suis persuadé.
On toc à la porte, je relève alors la tête, et vois alors la silhouette de miss Carlson. Je me lève et par lui ouvrir. Elle me fit un sourire, mais je la sentais bien tendu. De plus, je remarque qu'elle a eu un souci, sa lèvre était bien abimé, et elle se cachait derrière des lunettes noir. Hum, son fiancé était il un mec violent, et qu'il ai appris qu'elle enquêtait sur lui... Si c'était le cas, je serai obligé de prévenir la police, je ne pouvais me taire.

- Bonjour mademoiselle, je vous en pris, installez-vous.

Elle se met en face de moi et je la regarde avec un souriant qui me devait confiant. Certes j’avais bien un petit truc sur son homme, mais pour moi ce n’était pas assez, c’était comme si je n’avais pas assez travaillé, alors que j’ai passé la plupart de mon temps sur son affaire, délaissant quelques affaires moins importante. Je les aurais bien laissés à Ryan, mais il ne venait plus travailler. Je savais qu’il avait été choqué par la prise d’otage mais, on aurait pu se serrer les coudes. J’avais beau lui laisser des messages, il ne me rappelait jamais, et ça commençait à bien m’inquiéter.

Je reviens à ma cliente qui était juste impatiente de savoir ce que j’avais pu bien trouver de mes recherches.


Spoiler:
 


Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 30 Nov - 16:52


Could you help me?




Douglas & Juliet




Rapidement, Douglas me répliqua de ne pas encore le remercier, parce qu’il n’avait rien fait. Mais prendre en charge ma demande, c’était déjà faire quelque chose, selon moi, et me rassurer aussi. Il m’en fallait. Désormais, je n’avais plus le choix, je n’avais plus besoin de courage pour effectuer tout cela, j’allais juste l’attendre et prendre mon mal en patience. J’avais fini la partie la plus difficile, et maintenant, c’était à son tour. Bien sûr, j’avais peur de ce qu’il allait pouvoir trouver. Et si Adrian cachait de trop gros secrets ? Et si son passé regorgeait d’horreurs ? Ce serait pour cette raison qu’il n’en parlait jamais… Néanmoins, je décidai de laisser de côté ma parano. Je n’aurais pas de réponse immédiate, et ça pouvait être très long, selon l’activité et les priorités du détective. Je devais vivre au jour le jour et on verrait bien ce qu’il se passerait. J’allais mentir à Adrian, j’allais y arriver. Je n’avais pas le choix. Et je verrai bien plus tard que ce n’était pas près de s’arrêter. Finalement, nous nous levâmes et Douglas me raccompagna gentiment jusqu’à la porte, comme un gentleman, ce qui lui valut un sourire de ma part. J’étais contente d’être tombée sur quelqu’un de bien, qui n’allait pas me juger, du moins… pas pour l’instant ! Nous nous saluâmes et il me promit silencieusement de m’apporter des choses la semaine prochaine, et je repris le chemin de mon appartement, sans savoir si j’avais pris ou non la bonne décision.

***

Une semaine avait passé.  Et quelle semaine. Si mon moral était au plus bas, j’espérais grandement que Douglas avait des choses à me raconter… ou mieux encore, qu’il n’avait rien à me dire, parce qu’il n’y aurait rien à trouver du tout. Ça me rassurerait tellement. Je n’avais pas besoin de me dire qu’Adrian était une mauvaise personne. Pas du tout. C’était limite si je n’avais pas peur de lui ces derniers jours, alors je voulais qu’il soit clean, neutre, innocent, gentil, un véritable petit agneau et un bon samaritain. Il le fallait. Mais j’avais un mauvais pressentiment et j’avais peur de ce que le détective pourrait me raconter.
Cela faisait quatre jours que je m’étais faite agresser. J’avais été à l’hôpital, j’étais retournée travailler, j’avais donc revu mes collègues, qui m’avaient posé des centaines de questions. A qui j’avais menti. Et j’avais revu Adrian, bien sûr. Ça ne s’était pas passé de façon optimale, mais c’était fini aussi. Il ne posait plus de questions. Bien sûr, je savais qu’il ne croyait pas une seule seconde à ce que je lui avais raconté, et qu’il reviendrait à la charge sous peu. Mais au moins, il me laissait tranquille. Ce n’était pas le cas de Jenny, qui continuait sans relâche, tous les jours, de me demander ce qu’il s’était réellement passé, qui m’avait fait ça. Elle était persuadée que je n’étais pas tombée dans les escaliers. Elle savait que ce n’était pas possible. Elle pensait que c’était Adrian qui m’avait frappée. J’avais beau lui mentir, lui répéter inlassablement que c’était en montant les marches trop vite, et parce que j’en avais loupé une, elle ne voulait rien savoir. Aller au travail devenait de plus en plus pesant, mais que pouvais-y faire ? Ma meilleure amie me connaissait trop bien et je ne m’en plaignais jamais, habituellement. Je préférais que ce soit elle qui me pose des questions plutôt qu’Adrian.

En arrivant dans le bureau de Douglas, je pris une profonde inspiration avant de frapper à la porte. J’avais peur de ce qu’il allait me dire, j’avais même peur de ses faits et gestes. J’avais également peur qu’il ne me pose des questions. Mon hématome à l’œil ne s’était pas tout à fait estompé et on voyait encore les points, sur ma lèvre. Je n’étais pas au top, certes. Mais il n’allait pas en parler, n’est-ce pas ? Ce ne serait pas professionnel … Mais s’inquiéter pour une femme, que l’on soit en train de travailler ou non… ça se faisait tout le temps, en fait. Je finis par me décider, par frapper et par attendre qu’il m’ouvre la porte. Poliment, je lui souris, avant de le suivre, lorsqu’il me demanda de m’installer. J’étais stressée au possible. J’avais envie d’en finir rapidement. Je pris alors place dans le fauteuil qui m’avait accueillie une semaine auparavant et j’attendis qu’il parle. Ce qu’il ne fit pas. Il m’observait bizarrement, comme si j’avais fait quelque chose de mal. Je sus de quoi ça provenait. J’avais tendance à faire cet effet aux gens lorsqu’ils me regardaient, ces derniers jours. Il fallait que je fasse quoi ? Que je me tamponne un « Je suis tombée dans les escaliers et je vous emmerde ! » sur le front ? Ça irait sûrement plus vite, parfois. Je décidai donc de m’expliquer avant qu’il ne me demande quoi que ce soit :

« J’ai fait une mauvaise chute dans les escaliers, si vous vous demandez ce qu’il m’est arrivé ! »

Je n’avais pas envie qu’il croit que c’était Adrian qui m’avait fait ça. D’abord, parce que c’était faux, et ensuite parce que je ne voulais pas qu’on en parle longtemps. J’avais pris mon ton le plus convaincant pour en parler, et j’étais presque indifférente à ce que je racontais. Comme si j’étais réellement tombée. Au bout d’un moment, j’allais certainement finir par m’en convaincre moi-même, en oubliant ce qu’il m’était arrivé. De fait, je repris le sujet qui nous importait tous les deux : les recherches sur Adrian.

« Une semaine, ça a été suffisant ? Vous avez trouvé quelque chose ? »

Je croisais les doigts pour qu’il me dise qu’il n’avait rien trouvé parce qu’il n’y avait justement rien à trouver. J’avais peur, réellement peur qu’il me dise quelque chose d’horrible. Il fallait qu’Adrian soit tout blanc. Sinon comment pourrais-je encore le regarder en face ? Je ne pourrais pas, en fait…
     
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 30 Nov - 22:26

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Je suis assez inquiéter pour ma cliente, que lui était il arrivé ? Je me fais pas mal de film, mais la première idée que j’ai eu en la voyant c’était le fait qu’elle c’était fait taper dessus par son mec. J’avais vue plusieurs femme venir porter plainte pour les plus courageuses, et c’était bien les mêmes marques que mademoiselle Carlson avaient.

- J’ai fait une mauvaise chute dans les escaliers, si vous vous demandez ce qu’il m’est arrivé !

Oups, j’ai dut être un peu trop insistant avec mon regard, mais c’était difficile, elle avait été bien amoché. Et sa chute dans l’escalier, je n’y crois pas du tout, je ne suis pas né de la dernière pluie, et de plus je ne suis pas stupide.

-  Une semaine, ça a été suffisant ? Vous avez trouvé quelque chose ?

Elle voulait aller à l’essentiel, c’est normal, mais je n’abandonnerai pas comme ça, si facilement. J’étais un bon flic et je n’ai pas perdu ma persuasion. Je ne perdais pas en vue sa question, je lui répondrais mais avant je voudrai en savoir un peu plus sur son état.

- Miss Carlson, une chute d’escalier vraiment ? J’ai été policier, je sais très bien à quoi correspond ses marques. Qui vous a fait ça ? Vous ne pouvez pas vous taire. Si c’est votre ami, il doit se faire aider voir arrêter pour qu’il n’arrête pas. Il ne faut pas avoir honte, vous n’avez rien fait pour mériter ça.

J’ai souvent dit ces paroles, et après une longue discussion, les femmes portaient toujours plaintes, et nous arrivions toujours à arrêter le mari, ou le compagnon. Je ne baisais jamais les bras quand j’avais les preuves pour ne pas faire d’impair.
Ma cliente me regarde, enfin non me fusille du regard, pourtant je ne fais que m’inquiéter pour elle, ce n’était pas en mal que je disais ça…

- Ne vous écrasez pas face à lui, si il vous fait peur, je vous protégerai, il ne faut pas qu’il recommence.

J’ai le droit à un autre regard noir, mais je ne perdais pas patience, j’allais avoir le fin mot de l’histoire, j’allais savoir la vérité, et si ce n’était pas le cas, je vais me faire un plaisir de suivre cet homme.

- Bien, mais, n’hésiter pas, vous savez que vous pouvez me parler et je pourrai vous aider. Il ne doit pas vous arrivez du mal, mademoiselle Carlson.

Je me voulais compatissant, et elle devait absolument savoir que j’étais là pour elle, si elle avait besoin. Après tout, j’étais un inconnu et c’était souvent bien plus facile de parler.

- Pour en venir à notre affaire, je n’ai pu remonter qu’il y a 15 ans. Ce qui est étrange, son lieu de naissance reste flou, et tout son parcours scolaire aussi. J’ai donc prévue de pousser mes recherches avec de l’aide extérieure qui resterai très discret, ne vous inquiéter pas. Et si il le faut, je me déplacerai jusqu’aux Etats-Unis, enquêter à la source.

J’espère que ça lui convenait, mais je ne lâcherai pas l’affaire, cette personne m’avait intrigué, et je voulais tout savoir sur lui, je sais maintenant qu’il cachait des trucs et je voulais tout découvrir.



Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Lun 1 Déc - 14:56


Could you help me?




Douglas & Juliet




A la vue du regard que Douglas m’offrit, je sus que je n’étais pas tirée d’affaire, et que j’allais devoir répondre à ses questions avant même que l’on débute. Mais je n’avais pas envie de lui répondre, je n’avais pas envie de lui en parler, je ne voulais même pas y penser. Il n’avait rien à voir là-dedans, et il n’y pouvait rien. Alors on allait parler d’Adrian, un point c’est tout. J’étais venue là pour ça, et je le payais pour ça… du moins, j’allais le payer quand il aurait fini. Aussi, je pensais que j’étais claire avec mon regard, et qu’il n’allait pas embrayer sur mes blessures. Et pourtant… je me trompais !

« Miss Carlson, une chute d’escalier vraiment ? J’ai été policier, je sais très bien à quoi correspond ses marques. Qui vous a fait ça ? Vous ne pouvez pas vous taire. Si c’est votre ami, il doit se faire aider voir arrêter pour qu’il n’arrête pas. Il ne faut pas avoir honte, vous n’avez rien fait pour mériter ça. »

J’en étais sûre ! Forcément, la première personne que tout le monde accusait, c’était mon petit ami. Comme s’il était capable de me faire ça ? Il ne ferait pas de mal à une mouche, et il me frapperait encore moins. Il serait alors devenu fou, si jamais ça avait été le cas. C’était légitime qu’on l’accuse lui, parce que chacun savait que notre histoire était compliquée, mais ce n’était pas le cas. Alors ça me rendait furieuse qu’on puisse le penser. De fait, je le fusillai du regard, en espérant qu’il comprenne que je n’acceptais pas du tout que l’on dise ce genre de choses sur Adrian. Il n’avait pas de jugement de valeur à porter sur un homme qu’il ne connaissait pas… à moins qu’il ait trouvé des choses sur lui qui pourraient me contredire sur ce point. Jusqu’à preuve du contraire, j’avais la vérité entière sur ce qu’il s’était passé dans cette ruelle. Ce n’était pas Adrian qui avait fait ça. C’était un homme plus grand, plus fort, plus con et plus violent que lui. Adrian n’aurait jamais fait ça. A qui que ce soit.

« Ne vous écrasez pas face à lui, si il vous fait peur, je vous protégerai, il ne faut pas qu’il recommence. »

Une fois de plus, je le fusillai du regard, en espérant qu’il comprenne que je n’avais pas besoin d’aide. Du moins, pas de ce côté-là. Que pouvais-je faire ? Adrian n’était pas mon agresseur, mais du coup, je ne pouvais plus me balader dans la rue ? Je ne pouvais plus aller et rentrer du travail ? Je n’en montrais rien à mes collègues, mais j’étais terrorisée, tous les matins et tous les soirs, dès qu’il fallait que je sorte dans la rue. Il fallait que j’aille faire des courses mais j’étais apeurée à l’idée de quitter mon appartement toute seule. Douglas voulait me protéger, mais de la mauvaise personne. En réalité, il faudrait qu’il me protège du reste du monde, mais pas d’Adrian. Ce dernier était d’ailleurs celui qui était censé me protéger. Finalement, devant mes regards insistants et furieux, Douglas finit par abdiquer et il me demanda de ne pas hésiter, en ajoutant que je pouvais lui parler et qu’il pouvait m’aider. Et si je ne voulais pas que l’on m’aide sur ce point ? Tout ce dont j’avais envie, c’était que l’on avance sur cette putain d’affaire, parce que je voulais savoir ce qu’il se passait avec Adrian. C’était simple pourtant ! Heureusement, Douglas sembla le comprendre pour bon et je pus avoir plus d’informations sur ce que j’étais venue chercher.

« Pour en venir à notre affaire, je n’ai pu remonter qu’il y a 15 ans. Ce qui est étrange, son lieu de naissance reste flou, et tout son parcours scolaire aussi. J’ai donc prévue de pousser mes recherches avec de l’aide extérieure qui resterai très discret, ne vous inquiéter pas. Et si il le faut, je me déplacerai jusqu’aux Etats-Unis, enquêter à la source. »

Il était clairement en train de me dire qu’Adrian sortait de nulle part aux Etats-Unis. Qu’il n’y avait aucune indication sur lui, qu’il n’était pas traçable. C’était impossible, il avait dû se tromper quelque part. Que voulait-il me prouver, en disant cela ? Qu’Adrian cachait réellement des trucs énormes ? Qu’il avait voulu effacer ses traces, à tel point qu’il n’existait pas avant ses vingt ans ? Je n’allais certainement pas y croire, alors il avait intérêt à me fournir des preuves sur ce qu’il avançait. J’étais peut-être un peu trop demandeuse, cependant. Ca devait prendre du temps de faire tout cela, et je ne pouvais pas tout bonnement le pousser à faire plus. C’était au-delà de ses limites.

« Je ne comprends pas… il n’y a pas de registres, d’acte de naissance ? »

J’étais abasourdie, en réalité. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me dise cela. Au contraire, je m’attendais à ce qu’il m’indique où Adrian était né, ce qu’il avait fait, dans quelle école il avait suivi sa scolarité, jusqu’où il avait été dans les études, s’il était passé quelque chose de grave ou des trucs comme ça. C’était les choses les plus faciles à trouver, normalement, parce qu’elles étaient toutes enregistrées, notées, vérifiées et validées. Toute la paperasse que l’on remplissait pour s’inscrire à l’école, ou n’importe où même, elle ne servait donc à rien ?

« Un voyage aux Etats-Unis ? Ca impliquerait un prix plus élevé ? Si vous n’avez rien trouvé, c’est qu’il n’y a sûrement rien… On ferait peut-être mieux d’arrêter… Je… »

Je m’interrompis en voyant le regard de Douglas. Il me fixait sans comprendre, comme si j’étais folle, parce que je voulais arrêter en si bon chemin. Mais j’étais prête à lui faire son chèque sur le champ, peu importait. S’il fallait qu’on arrête, alors j’arrêtais. C’était aussi simple que cela. Pourtant, j’avais l’impression que le détective n’était pas du même avis que moi. Il semblait encore convaincu qu’Adrian m’avait fait du mal, et c’était comme s’il avait envie de trouver des trucs sur lui, pour mieux l’enfoncer par la suite. Je ne voulais pas de ça… je ne voulais pas qu’on fasse du mieux à Adrian…

« Je suis désolée. J’aurais mieux fait de ne pas venir du tout, détective. Je vous fais perdre votre temps… »

Une perte de temps, voilà de quoi il s’agissait et j’en étais l’auteure. Pourquoi cherchais-je absolument des choses sur Adrian, alors qu’il avait dit qu’il m’en parlerait à l’avenir, plus tard, quand tout irait mieux. Il ne pouvait qu’être honnête avec moi, c’était obligé ! Je n’avais pas à farfouiller dans son passé, vraiment pas, et je le regrettais désormais…
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Mar 2 Déc - 18:05

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Ma cliente avait totalement l’air perdu face à ce que je venais de lui dire. Le fait que je n’ai rien trouver sur son ami au-delà de 15 ans ne la surprend de la même manière que moi. Car il était clair qu’il avait soit réussis à tout annuler par le saint esprit, soit c’était un témoin protéger, soit il cache quelque chose et pour cela il a changé de nom. Voilà les raisons qui me sont tout de suite venue à l’esprit quand je n’ai pas pu découvrir la moindre chose sur lui.

- Je ne comprends pas… il n’y a pas de registres, d’acte de naissance ?

Si il y a bien des registres, mais le problème c’est qu’il n’apparait nulle part, il existe bien quelques autre homonyme, mais aucun correspondant à sa date de naissance ou dans les environs, c’était bien là tout le problème.

- Un voyage aux Etats-Unis ? Ca impliquerait un prix plus élevé ? Si vous n’avez rien trouvé, c’est qu’il n’y a sûrement rien… On ferait peut-être mieux d’arrêter… Je…

Arrêter alors qu’au final il y a juste plus de question qui ressort de mon enquête préliminaire. Non, elle ne devait pas me dire d’arrêter. De toute manière se type avait poqué ma curiosité et j’irai jusqu’aux Etats-Unis de toute façon.

- Je suis désolée. J’aurais mieux fait de ne pas venir du tout, détective. Je vous fais perdre votre temps…

Selon elle j’ai perdu mon temps ? Certes, si j’arrête là, mon temps aurait été perdu, mais dans tous les cas, j’irai jusqu’au bout, je découvrirai ce qu’il cache. Mais pour le moment je dois convaincre ma cliente de ne pas abandonner et si c’était juste une question d’argent, elle ne devait pas s’en faire.

- Mademoiselle Carlson, si c’est une question de prix rassurez-vous, le forfait n’augmentera pas. Mais comprenez que ce n’est pas parce que je ne trouve rien avec mes moyens qu’il ne cache pas des trucs. Justement, il est bien rare de ne rien trouver au-delà d’une date. En temps normal avec un nom et une date de naissance, croyiez moi je trouve énormément de chose. Aujourd’hui, je n’ai pas pu trouver votre ami sur les sites sociaux, ni son dossier de santé, ou encore scolaire, pour moi il est née il y a 15 ans… Mais je sais que je peux trouver des informations sur lui.

Je ne voulais pas non plus lui faire trop peur, en lui disant que j’ai un grand doute sur son véritable nom. Sans preuve c’était difficile à le faire avaler. Mais il avait peut-être une double vie, avec une autre famille qui l’attends en Amérique. Ou alors, c’était une simple personne sous protection et ça je pourrais le savoir grâce à Liz, qui va m’aider, j’en suis sûr.

- Donnez-moi encore du temps, sans augmenter quoique ce soit, j’arriverai à trouver ce qu’il vous cache.

Je suis certain qu’il a vraiment un gros truc à cacher, et je trouverai quoi, c’était obligatoire, parce que depuis une semaine, je n’arrive plus à dormir. Quand ce n’est pas des images de la prise d’otage qui me tienne éveiller, c’est bien les secrets d’Adrian Alpert, si c’est ainsi qu’il se nomme réellement.




Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Jeu 4 Déc - 0:45


Could you help me?



   

   
Douglas & Juliet


   


   Visiblement, mon changement d’avis ne fut pas très apprécié du côté de Douglas. Je voyais bien que ça ne l’arrangeait pas que je décide de tout arrêter, mais c’était mon choix, non ? Je doutais déjà avant de lui demander de l’aide, je doutais en arrivant ce matin-là, et avec tout ce qu’il s’était passé cette dernière semaine, je voulais un peu de calme. Je préférais que l’on ne sache rien, finalement. C’était peut-être mieux comme ça. Honnêtement, je regrettais déjà de faire du mal à Adrian de cette façon, sans qu’il ne le sache pour l’instant. Il finirait par l’apprendre, il finirait par s’en rendre compte. Il finirait par savoir, et j’allais me faire tuer. Je craignais déjà le moment où je lui dirais, où je ne saurais plus tenir ma langue parce que le poids de mes actions serait trop lourd. Mieux valait que j’arrête tout avant qu’il ne soit trop tard, non ?

« Mademoiselle Carlson, si c’est une question de prix rassurez-vous, le forfait n’augmentera pas. Mais comprenez que ce n’est pas parce que je ne trouve rien avec mes moyens qu’il ne cache pas des trucs. Justement, il est bien rare de ne rien trouver au-delà d’une date. En temps normal avec un nom et une date de naissance, croyiez moi je trouve énormément de chose. Aujourd’hui, je n’ai pas pu trouver votre ami sur les sites sociaux, ni son dossier de santé, ou encore scolaire, pour moi il est née il y a 15 ans… Mais je sais que je peux trouver des informations sur lui. »

Il me rassurait sur le prix, mais me rassurait-il sur l’état de mon âme et conscience, après avoir réalisé toutes ces recherches ? Je n’aurais jamais dû venir le voir, c’était Jenny qui m’y avait poussée, finalement. Elle avait peut-être raison en premier lieu, mais c’était douloureux. Trop douloureux, peut-être et j’avais tellement peur de ce que je pourrais apprendre… Et si jamais Douglas trouvait quelque chose de vraiment terrifiant, quelque chose de terrible, qu’Adrian aurait fait dans sa jeunesse ? Et si je me mettais à avoir peur de lui ? Ça pouvait arriver, c’était déjà arrivé quelques jours plus tôt. Je ne voulais plus que ça recommence. J’étais complètement déchirée entre deux courants de pensée. Entre la volonté de tout savoir sur Adrian, et la volonté de ne rien savoir et de lui faire confiance aveuglément. Autant dire que ce n’était pas du tout compatible. Je ne savais plus quoi faire, j’étais perdue et Douglas ne faisait pas avancer les choses. Pas du tout. Tout s’embrouillait dans mon esprit.

« Donnez-moi encore du temps, sans augmenter quoique ce soit, j’arriverai à trouver ce qu’il vous cache. »

En fermant les yeux, pas sûre de vouloir réellement savoir ce que je voulais, au fin fond de moi-même, je finis par hocher la tête pour lui donner mon accord, silencieux toutefois. Je n’osais plus trop parler, j’avais peur de faire quoi que ce soit, et pourtant… je lui demandais implicitement de continuer, de trouver de quoi me satisfaire. C’était contradictoire, c’était ridicule, mais c’était ce que je voulais le plus, pour le moment. Peut-être que j’allais le regretter encore plus par la suite, peut-être que j’allais souffrir, mais pour l’instant, je souffrais de ne rien savoir. Et ça me rendait encore plus mal.

« Faites votre travail alors... »

C’était tout ce que j’avais pu lui souffler, pour qu’il comprenne où je voulais en venir. Je n’avais pas envie de trop me rebeller contre lui, et je ne savais pas pourquoi je cédais aussi facilement. J’avais peur qu’il ne me fasse des remarques, qu’il ne me juge. Je ne savais plus sur quel pied danser et ça se voyait assez facilement. Aussi, je rouvris les yeux et relevai le regard vers lui, pour reprendre la parole.

« Honnêtement, vous pensez qu’il peut cacher quoi exactement ? Vingt ans, ça peut pas disparaître comme ça, il l’aurait fait exprès ?? »

Ca me paraissait absolument et totalement aberrant. Pourquoi Adrian voudrait-il cacher autant de temps dans sa vie ? Il était tout à fait normal. Hormis l’épisode avec ses parents, dont il m’avait un peu parlé, il n’y avait rien de bizarre dans sa vie. Si ? Que pouvait-il cacher comme démons, qui puissent être assez importants pour qu’ils aient effacé une partie entière de sa vie ? Douglas avait dû se tromper, c’était simplement impossible pour moi de l’admettre. Adrian m’en aurait parlé. Il me l’aurait forcément dit. J’étais importante pour lui, il me l’aurait dit…
         
luckyred.


Spoiler:
 

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 7 Déc - 1:09

Could you help me ?
Juliet & Douglas



J’attendais sa réponse, je voulais vraiment savoir ce qu’elle allait décider, même si dans tous les cas, je ne baisserai pas les bras. Je trouverai même si je mes des années, je trouverai tout de la vie de cet Adrien Alpert.
Elle ouvre les yeux et je la regarde sans trop lui faire peur, mais j’avais peur qu’elle me dise malgré tout d’arrêter. Ce qui voudrait dire que ma technique pour convaincre est à revoir.

- Faites votre travail alors...

Je n’arrive pas à savoir si c’est parce qu’elle est vraiment désespéré, ou si j’avais réussis à la convaincre. Quoiqu’il en soit, j’allais pouvoir continuer mon enquête avec son accord. Maintenant à moi de faire les choses bien, et trouver toutes les informations nécessaire pour que ma cliente soit satisfaite.

- Honnêtement, vous pensez qu’il peut cacher quoi exactement ? Vingt ans, ça peut pas disparaître comme ça, il l’aurait fait exprès ??

Je penche la tête tantôt à gauche, tantôt à droite, avec une mimique de la bouche. Comment lui dire ce que je pense, sans lui faire peur… Je vais devoir bien choisir mes mots.

- Comme vous venez de le dire, vingt ans, ne peut pas s’évaporer grâce a un claquement de doigts. Après il peut y avoir beaucoup de raison pour ça, une protection judiciaire, ou un simple changement de nom parce que celui d’origine ne lui plaisait pas.

J’espère ne pas l’avoir effrayer en lui disant qu’il était peut-être sous le programme de témoins protégé. De toute façon, je devrais le savoir avec l’aide de Liz. Elle me dira tout de ce qu’elle pourra découvrir sur lui. Et si ce n’est pas le cas, j’arriverai toujours à découvrir ce que je veux. Je suis aussi déterminé que têtue, il ne passera pas au travers de mes filets cet homme.

- Mais je peux aussi me tromper…

Ce que je doute fort, j’aurai au moins trouvé son lieu de naissance, ou même son parcours scolaire, mais là, rien, chou blanc, et c’était une chose qui me frustrait beaucoup. C’était une des rare fois où je restais bloqué comme ça.

- Mais ne vous en faites pas, je trouverai, je vous promets. Et je vais essayer de faire au plus vite.

Je la regarde en me voulant rassurant, comme à chaque fois, mais pour une fois encore plus. Après tout, je n’oublie pas le fait qu’elle soit bien amochée au visage. Et je me demande toujours ce qui à bien pu se passer. Son ami l’aurait il frapper dans un moment de colère, se serait elle retrouver en plein milieu d’une bagarre… ou… se serait elle fait agresser ? Parce que je ne crois pas du tout à son histoire de chute. Je suis loin d’être idiot.

- Miss Carlson, vous pouvez avoir confiance en moi.

C’était tout autant pour son affaire, mais aussi pour qu’elle se confie, mais je doute qu’elle en ai envie.




Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Dim 7 Déc - 18:04


Could you help me?



 

 
Douglas & Juliet


 


 Il hésita longuement, lorsqu’il s’agit de me répondre. Que me cachait-il ? Essayait-il lui-même de protéger Adrian ? C’était ridicule, il était sensé trouver des choses sur lui et me les dire. Pas me les cacher, bon sang. Alors pourquoi hésitait-il autant ? En plus, il m’avait bien dit qu’il n’avait rien sur Adrian, pour l’instant, rien de concret du moins, et je savais de ce fait parfaitement bien qu’il n’y avait rien à cacher. Cependant, alors que j’allais m’énerver pour de bon, il reprit la parole avant que j’aie le temps de dire quoi que ce soit.

« Comme vous venez de le dire, vingt ans, ne peut pas s’évaporer grâce a un claquement de doigts. Après il peut y avoir beaucoup de raison pour ça, une protection judiciaire, ou un simple changement de nom parce que celui d’origine ne lui plaisait pas. »

Une protection judiciaire ? Un changement de nom ?? Mais où allait-il chercher tout ça ? Pourquoi Adrian aurait-il changé de nom ? C’était n’importe quoi, il n’aurait jamais fait ça ! Ce détective avait dû fumer de la bonne herbe avant de me recevoir, parce que je n’allais pas y croire, pas une seule seconde. Imaginer Adrian avec une autre identité, c’était tout bonnement impossible de mon côté. Quant au fait qu’il puisse être protéger par nos gouvernements… non, je ne voyais vraiment pas pourquoi. Et il m’en aurait quand même parlé, pour me protéger moi aussi, sans aucun doute. Je connaissais Adrian un minimum pour être sûre de ça. Il m’aimait, et il n’aurait pas « oublié » de m’en parler, s’il avait la protection de qui que ce soit. Douglas se trompait, de bout en bout. D’ailleurs, il le reconnut lui-même, qu’il pouvait se tromper.

« Mais ne vous en faites pas, je trouverai, je vous promets. Et je vais essayer de faire au plus vite. »

Son regard ne me disait rien qui vaille, parce que s’il était franc dans ses propos, en me promettant qu’il allait essayer de me trouver des informations sur Adrian, je savais que ce ne serait pas aussi rapide que nous ne l’aurions voulu. De plus, je voyais bien qu’il m’observait encore, et je détestais ça. Bon sang, il n’allait pas remettre ce sujet sur le tapis ? Je ne voulais pas en parler avec lui. C’était un détective privé, s’il voulait savoir ce qu’il m’était arrivé, il n’avait qu’à chercher. Il ne trouverait jamais. Mais en tout cas, il découvrirait une chose : Adrian n’avait jamais levé la main sur moi. Ni dans le passé, ni quelques jours plus tôt ! Jamais il ne le ferait ! Alors que je ne m’y attendais plus vraiment, il ajouta que je pouvais lui faire confiance… mais je lui faisais déjà confiance, je voulais simplement qu’il cesse de m’embêter avec mes histoires. Il n’avait qu’à s’occuper des siennes et de celles d’Adrian. C’était tout ce que je voulais qu’il fasse… je le paierai pour ça !

« J’ai confiance en vous. Mais arrêtez de me regarder comme ça, ça ne changera rien. »

C’était tout ce que j’avais à lui dire là-dessus. Il n’allait quand même pas avoir l’audace de me faire des remontrances, ou me donner des conseils, non ? Si je ne voulais pas lui parler de ce qu’il s’était passé, je n’allais certainement pas le faire. Ce serait mal me connaître que de croire que j’allais tout lui dire, que j’allais lui raconter avec les détails. Il allait devoir se contenter de la chute dans l’escalier. J’avais déjà raconté la vérité au médecin, à l’hôpital, alors il était hors de question que je la raconte à qui que ce soit d’autre. Jenny se doutait déjà de quelque chose et Adrian… n’en parlons pas ! Il savait, j’étais pratiquement sûre qu’il savait mais qu’il ne voulait pas me blesser en me posant des questions. Quand il l’apprendrait – parce que je savais qu’il le saurait bien assez tôt – je savais qu’il allait péter un plomb, et je n’avais aucune envie qu’il sache. Et si Douglas, furieux, allait voir Adrian ? Qu’est-ce que j’allais faire ? Il serait capable de lui faire du mal, alors qu’Adrian n’avait rien fait ! Et toute la couverture serait foutue… Peut-être qu’il fallait que je raconte la vérité à Douglas, pour protéger Adrian. Mais même en lui racontant… si Douglas venait à la rencontre d’Adrian, il serait capable de lui dire que j’avais été agressée. Je ne savais pas ce que ça pourrait donner. Je ne savais pas ce que je préférais… mais pour le moment, je ne voulais pas en parler, ni avec Douglas, ni avec Adrian.

« Si vous ne croyez pas, c’est pareil, Douglas. Et vous n’êtes pas là pour m’écouter parler de moi. C’est Adrian qu’il faut questionner, et pas moi ! »

Je pensais être assez ferme là-dessus et j’espérais que cette fois, il ne me demande plus rien là-dessus. Bientôt, mes bleus et marques s’effaceraient et je serais enfin tranquille, mais en attendant, je devais quand même subir les questions et remarques des gens. Un mauvais moment à passer, en somme…
       
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Mer 10 Déc - 11:02

Could you help me ?
Juliet & Douglas



Je ne me trompais pas, elle n’avait pas du tout l’intention de me parler de sa « chute ». Pourtant je n’étais pas idiot et je ne la jugeais pas, celui qui lui a fait ça, est un véritable taré. Je suis contre la violence en temps normal, mais il est vraie que parfois, il n’y a pas d’autre choix que de répondre par la violence, mais frapper une femme, c’était tout bonnement scandale, honteux et par-dessus tout minable.

- J’ai confiance en vous. Mais arrêtez de me regarder comme ça, ça ne changera rien.

Bon, elle était clair, elle ne me dira rien à propose de son accident, mais je reste persuadé qu’il y a quelqu’un la dessous. Mais à quoi bon lui redemander une nouvelle fois, elle restera muette comme une carpe à ce sujet. Je vais devoir me contenter de ça.

- Si vous ne croyez pas, c’est pareil, Douglas. Et vous n’êtes pas là pour m’écouter parler de moi. C’est Adrian qu’il faut questionner, et pas moi !

Elle commence à s’énervé, et le fait qu’elle m’appelle par mon prénom me fait bizarre, peut de mes cliente m’appeler par mon prénom, la plus part restait dans le domaine professionnelle, et gardait mon nom, ou encore me disait inspecteur. Pour le coup le ça me déstabilisa assez qu’elle m’appelle ainsi. Je dut mettre quelques secondes à remettre mes idées en place.

- Bien, comme vous le souhaitez.

Je range mes papiers de sur mon bureau, ensuite je relève la tête vers ma cliente.

- Je vais faire le nécessaire pour trouver plus d’information, et bien plus concrète cette fois. JE vous rappelle au plus vite pour vous faire un point sur ce que j’aurai trouvé aux Etats-Unis.

J’ai repris mon ton le plus pro du monde, même si je n’aimais pas ça, même avec mes clients qui luttait contre l’infidélité dans le conjoint, je n’étais pas aussi froid. Mais après tout, là, elle l’a un peu cherché. Elle m’avait mis sur la touche et je n’avais pas du tout l’habitude de ça. C’était loin d’être dans mon caractère d’accepter qu’on me mette de côté. Mais je devais faire avec.

Je me lève pour bien faire comprendre à ma cliente, que notre entretien d’aujourd’hui était fini, et que nous allons mettre un terme à notre discussion.

- J’espère pouvoir vous donnez ce que vous souhaitez d’ici deux à trois semaines. N’hésitez pas à me mailer des questions, ou quoique ce soit pour savoir où j’en suis.

Je la raccompagne à la porte, avec un sourire un peu forcer, mais je devais être professionnel.

- Je vous rappellerai dès mon retour. A bientôt !

Je lui serre la main et je la fixe une dernière fois, frustrer ne de pas avoir le fin mot de son histoire de « chute ».


Spoiler:
 


Code by AMIANTE

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   Jeu 11 Déc - 22:45


Could you help me?



 

 
Douglas & Juliet


 


Aussitôt, je sus que j’avais peut-être été trop froide, trop franche, trop nette. Le regard du détective changea du tout au tout et il ne me porta plus ses yeux inquiets, limite paniqués, auxquels j’avais le droit depuis que j’étais entrée dans cette pièce, quelques minutes auparavant. Certes, j’avais un peu haussé le ton, beaucoup plus que je ne l’aurais voulu, mais il n’avait pas à se mêler de mes affaires, et il n’avait pas à croire – en plus ! – qu’il s’agissait d’Adrian, l’enfoiré qui m’avait fait ça. S’il n’était pas dupe quant au fait que je n’étais pas tombée dans les escaliers, il n’allait néanmoins pas gagner à ce petit jeu. Peut-être qu’il détestait Adrian par principe, parce qu’il était difficile de trouver des informations sur lui, mais il n’avait pas à l’accuser de ce qu’il m’était arrivé. Il ne connaissait pas Adrian. Il était doux comme un agneau. Il ne me ferait jamais de mal physique.

« Je vais faire le nécessaire pour trouver plus d’information, et bien plus concrète cette fois. JE vous rappelle au plus vite pour vous faire un point sur ce que j’aurai trouvé aux Etats-Unis. »

J’étais presque secouée par la violence du ton qu’il employait. Je compris que je n’étais plus la bienvenue ici pour le moment, et que je n’avais pas intérêt à dire quoi que ce soit. Alors quoi ? J’étais une victime, et je devais absolument suivre son sens, sinon je pouvais aller me faire foutre ? C’était quoi ce bordel ? Adrian ne m’avait pas frappée, Douglas était persuadé que si, et de fait, quand je m’énervais un peu pour prendre la défense de mon ex-fiancé, je me faisais remercier ? C’était le monde à l’envers. En tout cas, il irait donc aux USA, il trouverait des choses sur Adrian, et nous pourrions nous revoir plus tard, peut-être, quand tout ceci serait calmé. Au moins, la prochaine fois que l’on se verrait, je n’aurais pas de bleu, ni d’œil au beurre noir, ni de points de suture. Il n’y penserait peut-être plus !
Lorsque le détective se leva, je fis de même, en comprenant que nous en avions terminé là. Je trouvais ça court, mais je savais que ce que je lui avais dit l’avait refroidi d’un coup. Toutefois, je ne supportais pas qu’on puisse accuser Adrian. Je m’excuserai plus tard, quand ma colère serait retombée. Après tout… il travaillait pour moi, pour le moment, et je ne pouvais pas me le mettre à dos.

« J’espère pouvoir vous donnez ce que vous souhaitez d’ici deux à trois semaines. N’hésitez pas à me mailer des questions, ou quoique ce soit pour savoir où j’en suis.
-Merci, détective… »

Deux à trois semaines, c’était long, et en même temps très court, et je ne savais pas si j’aurais le courage de faire face, si jamais il trouvait quelque chose. J’allais attendre qu’il m’appelle, je ne lui poserais pas de questions, je préférais ne pas savoir où il en était. Il suffisait qu’il trouve des choses horribles et qu’il m’en parle par mail, et je serais définitivement détruite et perdue. Quitte à savoir quelque chose de terrible, je préférais l’avoir en face de moi, pour pouvoir analyser ses réactions et lui poser des questions en direct. Il m’annonça qu’il m’appellerait à son retour, me serra la main et me regarda intensément et fixement, ce qui me perturba énormément. J’avais l’impression d’être une petite fille prise en faute. Je ne faisais rien de mal… Que faisais-je de mal, bon sang ?

Sur cette pensée, je partis le plus vite possible, sans rien rajouter, à peine un « à bientôt » et j’eus froid dans le dos en entendant la porte se refermer derrière moi. Cette entrevue s’était vraiment passée d’une façon bizarre et je ne savais qu’en penser. Je n’aurais pas dû lui parler comme ça, ça allait peut-être me retomber dessus plus tard, et je ne m’y attendrais pas. Je ne voulais pas être en mauvais termes avec lui, bien au contraire, mais il ne pouvait pas juste comprendre que je ne voulais pas parler de ce qu’il m’était arrivé ? Je lui avais bien fait comprendre le message pourtant !
En soupirant, je pris le chemin de la boutique, loupant la fin de ma pause déjeuner sur le chemin du retour. Je n’avais plus qu’à attendre qu’il ne m’appelle, désormais et l’attente allait être extrêmement longue…
       
luckyred.

__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] could you help me? / Douglas & Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: