Partagez | 
 

 It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Sam 1 Nov - 22:19


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



A chaque fois que je sortais de l’hôpital que se soit la nuit ou le jour, il était là. Toujours quelque soit le temps. On aurait très bien pu croire qu’il harcelait quelqu’un, et en quelques sortes c’était ce qu’il faisait. Mais il attendait simplement que je sois prête à lui accorder du temps, un peu plus de temps.
Mais un après midi, alors que j’avais mon jour de repos, je me doutais bien qu’il allait attendre des heures devant l’hôpital pour rien vue que je n’y étais pas. Au début je me suis dis que ça lui ferrai les pieds et qu’il comprendrait ce que j’avais pu endurer alors que j’attendais impatiemment qu’il rentre du travail pour passer le week-end avec nous. J’attendais à ma fenêtre de chambre, je me faisais une joie quand je voyais le taxi le déposer, mais ma joie retombais rapidement quand je paraissais transparente…

Mais voilà, aujourd’hui une petit tempête de pluie voir de grêle était prévu et quand le temps commença à se déchainer, je me suis dis que je ne pouvais pas le laisser sous se temps de chien. Je pris mon parapluie, mon plus épais manteau de pluie, et je me suis mise à courir pour l’hôpital.
J’avais bien raison il était là bas, à m’attendre. Je m’avance vers lui, et le met sous mon parapluie. Il était déjà bien mouiller, il allait être malade s’il ne pas bougé d’ici…

- Ne reste pas sous la pluie, surtout pour attendre quelqu’un qui ne sortira pas d’ici aujourd’hui.

Je lui fais un petit sourire, et lui croche le bras tout en relevant la tête.

- Aller vient ne reste pas sous cette pluie et avec ce froid tu vas tomber malade.

Je le tire avec moi pour qu’il bouge d’ici, et je l’emmène alors chez moi. Je prends le risque qu’il sache où j’habite, mais il m’avait prouvé, pendant ces trois semaines où je ne lui avais pas adressé à nouveau la parole, qu’il était prêt à tout pour être mon père pour de vraie. Ce laps de temps m’avait vraiment permis de réfléchir à ce que je voulais, et avec de très longues conversations avec ma cousine, j’en avais décidé de lui laisser sa chance. Mais j’allais devoir faire un travail sur moi pour oublier le mal que j’ai eu pendant mon enfance. On devait recommencer à zéro, comme si je retrouvais mon père biologique après des années de séparation. Dans un certain sens, c’était exactement la situation, si on ne jouait pas sur les mots.

Nous marchions dans un silence légèrement gênant, mais bon. Une fois chez moi, je lui dis de retirer son manteau que j’allais le mettre à sécher. Quand je reviens dans l’entrée, il avait enlevé ses chaussures, et ses chaussettes qui étaient trempé. Il avait de bien trop grand pied pour que j’en ai de rechange à lui donner.

- Tu veux un truc chaud à boire ? Il faut que tu te réchauffes pour éviter que n’importe qu’elle microbe ou virus s’installe dans ton organisme.

Je le regarde, en le détaillant légèrement, c’était mon père qui était chez moi… Lui, Ortwin Kayser, l’unique…. J’ai vraiment beaucoup de mal à réaliser ça. Et pour le coup je me demande si c’était une bonne chose. Enfin, je ne pouvais pas le laisser sous cette pluie battante, ni frigorifié !


BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY


Dernière édition par Ella Kayser le Dim 9 Nov - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mar 4 Nov - 14:30

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin

   

      
Cela faisait trois semaines que j’avais parlé à Ella pour la dernière fois, et où je l’avais laissée vaquer à ses occupations sans me mêler de sa vie de nouveau. Ce n’était pas pour autant que je ne faisais rien pour la récupérer, bien au contraire. Même si j’avais décidé de la laisser tranquille, je ne pouvais pas ne rien faire, et de fait, j’allais chaque jour à l’hôpital, et je restai des heures et des heures là-bas, devant l’entrée, pour observer ses allées et venues. Je savais qu’à chaque fois qu’elle arrivait et repartait, elle me voyait dans le coin et que ça la faisait réfléchir, quand même. Je savais que ça fonctionnerait. Elle finirait par comprendre que je ne mentais pas et que je voulais être présent pour elle. L’idée ferait son chemin dans son cerveau, et elle reviendrait vers moi en temps voulu. J’allais attendre autant de temps qu’il le fallait.
Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il grêle, qu’il neige, je restai toujours au même endroit, debout ou assis selon mes envies, près d’un banc, le même où je l’avais attendue au tout début. Je n’avais peur de rien. En fait si, ma seule peur, c’était qu’elle pense que je ne voulais plus attendre, si jamais un jour je ne venais pas. Alors, certes, je ne connaissais pas son emploi du temps, et de fait, parfois je venais pour rien, mais ce n’était pas grave. C’était une habitude à prendre, et de toutes façons, je n’avais rien d’autre à faire ici. Quitte à perdre mon temps, autant le perdre à l’hôpital, pour gagner quelque chose de bien plus précieux à la fin !

Seulement, je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse si mauvais à Toronto. La pluie était déjà glaciale et le vent me transperçait de toutes parts, alors question environnement, j’avais déjà vu mieux. Ca me rappelait légèrement l’Angleterre, même si les températures en Angleterre étaient un chouilla plus clémentes. A cette période de l’année du moins, on ne se tapait pas des températures négatives. Bref, je n’étais pas spécialement bien couvert pour ça, et je ne sentais déjà plus mes pieds. Je n’avais pas de capuche, ni de parapluie, j’étais gelé, je grelottais.. et c’est là qu’arriva Ella avec son parapluie. Au départ, je ne regardais pas dans sa direction, c’est pourquoi je fus surpris que quelqu’un m’abrite de son parapluie. En tournant la tête, je remarquai qu’il s’agissait de ma fille et je fus encore plus surpris. Je pensais qu’elle allait me laisser sous cette pluie torrentielle jusqu’à ce que mort s’ensuive. Mais non, elle était bel et bien là.

« Ne reste pas sous la pluie, surtout pour attendre quelqu’un qui ne sortira pas d’ici aujourd’hui. »

Le petit sourire qu’elle m’accorda me réchauffa le cœur, à défaut de réchauffer le reste de mon corps, et par la suite, elle s’empara de mon bras et m’obligea à avancer avec elle. Elle me demanda alors de venir avec elle, pour ne pas rester sous la pluie. J’étais autant éberlué que content de cette initiative. Elle me parlait comme si tout était normal, et je savais que ce n’était pas le cas, mais c’était déjà un bon début… et depuis le temps que j’attendais ça, j’étais vraiment content qu’elle fasse le premier pas. Il avait fallu de la pluie pour ça, mais ça valait le coup d’être trempé et frigorifié ! Rapidement, nous nous mîmes en route et je mémorisai du mieux que je pus le chemin pour aller jusque chez Ella. Il faudrait bien que je sache par où passer, si jamais elle voulait bien de moi et que l’on était amené à se revoir plus souvent encore. Et tout bon père savait où habitait sa fille, non ? Je n’osais trop rien dire, de peur de me faire jeter avant même d’arriver, et puis… je n’avais pas grand-chose à lui dire, à part la remercier pour son geste.

Bien vite, nous arrivâmes chez elle et elle me prit mon manteau en me disant qu’elle allait le mettre à sécher. Pendant son absence, je me débarrassai de mes chaussures emplies d’eau et laissai mes chaussettes à côté pour qu’elles sèchent un peu. Puis, en attendant qu’elle revienne, j’observai la pièce où je me trouvais. Elle m’avait fait avancer à travers un vestibule et je me trouvais à présent dans son salon, très joliment décoré, et aussi innocent qu’elle pouvait l’être. Je me comprenais… En tout cas, c’était très mignon.

« Tu veux un truc chaud à boire ? Il faut que tu te réchauffes pour éviter que n’importe qu’elle microbe ou virus s’installe dans ton organisme. »

Elle était revenue dans la même pièce que moi, s’était débarrassée de son manteau et de son parapluie et me fixait d’un air curieux. Il n’y avait aucune animosité dans son regard, et ça me faisait vraiment étrange de la voir me regarder de cette façon. J’étais presque choqué, et pourtant, je trouvais ça vraiment bien. C’était rassurant, c’était calmant et j’adorais ça. J’avais enfin l’impression d’être un type normal qu’elle ne détestait pas. Je n’avais pas encore le sentiment d’être son père, mais ça venait, petit à petit.

« Un café sera parfait. Merci, Ella. »

C’était le moins que je puisse dire, quand même. La remercier pour m’avoir permis de venir ici et de découvrir son chez-elle. Merci de m’avoir empêché de tomber malade aussi, ça, c’était très important. Elle comprendrait tout ce que je voulais lui faire comprendre, j’en étais sûr, et avec un sourire, je la suivis jusque dans la cuisine pour découvrir un peu plus de son appartement. J’étais tout à fait curieux de tout voir, mais s’il y avait des choses qu’elle ne voulait pas me montrer, elle n’aurait qu’à me dire non pour que je me retienne. Néanmoins, une cuisine… je me disais que c’était assez banal pour autoriser tout le monde à y entrer.
La pièce était toute aussi jolie que le salon, moderne, spacieuse et originale. Les couleurs restaient dans les mêmes tons que le salon, et je me doutais que de toutes façons, tout l’appartement serait ainsi. J’étais étonné qu’elle puisse payer tout cela, mais je ne connaissais pas l’état des prix immobiliers dans cette ville… et puis ce n’était pas mes affaires. Si elle pouvait se le payer, alors c’était très bien et j’étais très heureux pour elle !

« C’est très joli ici… Je vois que tu as su te faire ton petit nid ! »

Avec un léger sourire, encore, je la regardai s’affairer autour de sa cafetière pour me faire un café, et dans le même temps, je la vis faire bouillir de l’eau, sûrement pour boire un thé. Elle n’avait pas perdu certaines habitudes anglaises. Elle n’oubliait pas d’où elle venait. Je n’avais jamais vraiment compris la mode anglaise de boire du thé. En Allemagne, on buvait du café, c’était très bien comme ça… mais c’était un choc des cultures, et puis… au fil du temps, le thé était devenu emblématique du Royaume-Uni. A quoi bon ? Aucune idée, mais c’était comme ça…  
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mar 4 Nov - 22:44


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je regardais cet homme qui est chez moi, mon paternel. Je n’aurai jamais pensé qu’un jour il aurait pu être ici, dans ma cuisine en face de moi. Si un jour, on m’avait qu’il serait chez moi, je ne l’aurai vraiment pas crue. C’était vraiment très étrange de le voir ici, et pied nue qui plus es !

- Un café sera parfait. Merci, Ella.

Un café, je peux lui faire. Je m’y atèle même très rapidement. Mais en agitant, j’ai ma tête qui c’est mis en marche et il me fait répéter sa mini phrase qui ne veut rien dire. Mais son « merci » était bien plus profond qu’un simple « merci » banal que l’on dit quand quelqu’un vous dépanne. Non, ce mot était rempli de plein de sous entendu. A moins que je me fasse des idées ! Après tout je ne le connais pas cet homme, je l’ai toujours imaginé.
Je me prépare un thé, parce que bon, l’expédition sous la pluie m’a donnée froid. Même si il fait bien chaud chez moi, j’avais quelques frissons de temps en temps.
Je sors une tasse à café, et ma tasse pour mon thé ainsi que mon sachet. Ah mais j’ai oublié le sucre aussi. J’ai légèrement la tête ailleurs, ça doit être à cause de lui, cet homme que j’ai tant voulu connaitre.

- C’est très joli ici… Je vois que tu as su te faire ton petit nid !

Encore heureux que j’avais réussis à me sentir bien, sinon je n’aurai jamais pu me sentir bien ici. Et c’est grâce à mon grand-père adoré que je peux vivre si tranquillement niveau financier.

- Je n’ai pas frais grand-chose, j’ai juste fait en sorte que je me sente bien, avoir un vraie chez moi.

C’était la première fois que je me sentais bien quelque part. Et même si j’avais mis du temps à faire ce qu’il fallait pour que ça soit chez moi ici, j’y avais réussis. Ce n’était pas non plus digne d’un appartement fait par décorateur, mais c’était chez moi et je m’y sentais bien.
L’eau pour mon thé était près, le café pour Ortwin aussi, alors je mets tout sur un plateau avec un petit paquet de gaufrette, puis je vais rejoindre mon paternel dans mon salon. Je m’assois sur mon canapé et je le regarde alors qu’il touille son café. J’avais besoin de l’observer pour obtenir le plus d’information sur lui. En médecin je fais beaucoup ainsi et sa marche pas mal pour trouver le petit déclic qui ferait trouver la solution pour soigner mon patient. J’espérais que ça fonctionne aussi pour apprendre des petites choses sur lui.

- Ortwin…. Je crois que ça me plait que tu sois ici, à Toronto…

C’était un début, mais je voulais pour une fois lui faire comprendre que j’apprécie vraiment sa démarche.



BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY


Dernière édition par Ella Kayser le Dim 9 Nov - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mer 5 Nov - 17:48

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin

 

     
Une fois que le café était bien commencé, ainsi que l’eau de son thé bouillait, je pris l’initiative de retourner dans le salon pour y attendre Ella. En y retournant, je regardai les murs, pour regarder si elle avait mis des tableaux, des photos, des affiches, pour en apprendre un peu plus sur elle. Ce qu’elle aimait, ce qu’elle avait comme goûts… Ce que j’aurais dû savoir depuis sa naissance, mais que je ne savais pas, honteusement. Alors qu’elle était encore dans la cuisine, j’entendis Ella me dire qu’elle avait fait en sorte de sentir chez elle, qu’elle n’avait pas fait grand-chose. J’eus un nouveau sourire. Elle avait très bien réussi, apparemment. L’endroit était vraiment sympathique, chaleureux et vraiment … comme Ella, en fait. Du moins, comme elle pouvait le laisser paraître, quand elle ne me fixait pas d’un air froid.
Finalement, mon café fut prêt à boire, et elle ramena le tout sur un plateau, en déposant le tout sur sa table basse, alors que je m’asseyais sur son canapé en la regardant faire. Je pris ma tasse après l’avoir remerciée et je commençais à touiller mon café, en y ajoutant deux sucres. Je sentais le regard de ma fille sur mon visage, et je savais qu’elle était encore en train de me détailler, peut-être de me juger. Je ne pouvais pas lui en vouloir de le faire, au contraire. Elle avait raison. Je l’aurais trouvée bizarre si elle ne l’avait pas fait.

« Ortwin…. Je crois que ça me plait que tu sois ici, à Toronto… »

Je m’interrompis dans mon geste circulaire, en laissant ma tasse et ma boisson de côté. J’étais choqué qu’elle me dise ça, maintenant. Je croyais que j’allais faire tomber ma tasse, tellement j’étais impressionné. Elle avait eu le temps de bien réfléchir alors, durant ces trois semaines, parce qu’avant, elle ne m’aurait jamais dit une chose pareille. Et pourtant, c’était bien de sa bouche qu’étaient sortis ces mots. J’étais vraiment content qu’elle me dise cela, qu’elle prenne cette initiative. Mais je m’en doutais un peu quand même, sinon, elle ne serait pas venue me chercher à l’hôpital, sous toute cette flotte. J’étais tellement surpris que je n’avais pas tiqué suite au fait qu’elle m’avait encore appelé par mon prénom.

« Je suis ravi alors… Je ne pensais pas que tu changerais d’avis… »

J’avouais un peu mes torts, en disant que j’étais persuadé qu’elle n’allait jamais m’accorder ses grâces. J’en étais arrivé à me dire que j’allais finir par repartir en Angleterre, si jamais ça ne s’arrangeait pas. Mais pourtant, le contraire s’était bien produit. C’était aussi surprenant qu’agréable, et de fait, je n’étais pas prêt de partir, du coup. Je ne savais pas exactement ce qu’il se passerait par la suite. Je ne savais pas quoi dire d’ailleurs. Que lui dire à part la remercier encore ? C’était ridicule, bien sûr, mais ça voulait dire énormément, tout de même, du moins, pour nous deux. Surtout pour moi.

« Qu’est-ce qui t’as convaincue ? »

C’était la question qui me brûlait les lèvres depuis quelques secondes. Je voulais savoir pourquoi elle était si prête à changer, parce que ça me concernait quand même. Il ne fallait pas se méprendre, elle devait bien comprendre que j’étais très content de tout cela. Mais que j’avais juste des interrogations, qui ne devaient pas rester sans réponse…  
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Jeu 6 Nov - 22:53


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je me sentais vraiment étrange. Mes sentiments étaient bien contradictoires, d’un côté je me déteste de l’avoir fait venir chez moi, et dans un sens je suis heureuse de le savoir ici et non sous cette pluie incessante. Je dois bien avoué que la météo avait joué en sa faveur. Si il y avait fait grand soleil aujourd’hui il serait toujours là bas à m’attendre. Oui, il pourrait remercier le mauvais temps pour mon pas de géant envers lui. Parce que j’aurai très bien pu le faire attendre encore un moment. Même si pour lui je crois que j’ai assez pris mon temps.

- Je suis ravi alors… Je ne pensais pas que tu changerais d’avis…

Et bien il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Et puis bon, au fond de moi, je voulais être près de lui, apprendre à le connaitre, et surtout être vraiment sa fille. Pourtant je lui avais donné de l’espoir en lui demandant de me donner du temps.

- Qu’est-ce qui t’as convaincue ?

Je le fixe me demandant comment je pourrais lui répondre. Ca allait être compliqué de lui répondre. Parce que j’ai plutôt agis sur un coup de tête, ma gentillesse en était aussi pour beaucoup. Je ne pouvais pas laisser quelqu’un dehors sous cette pluie à m’attendre alors qu’il était là pour moi et pas pour n’importe qui d’autre. Je me serai senti coupable si il avait attrapé une pneumonie ou encore bien pire.

- En faite… heu… la pluie…

C’était vraiment étrange de lui dire ça. Qu’en faite je ne voulais pas aller le voir, enfin pas encore. Il me fallait plus de temps et je n’étais pas totalement prête encore, mais bon, je ne pouvais pas le laisser mourir de froid.

- Il m’aurait fallut plus de temps, mais… je ne pouvais pas te laisser dans le froid.

Je suis entrain de me noyer j’ai l’impression mes explication ne sont pas du tout clair, mais bon, tant pis. Au moins il avait sa réponse, même si elle n’était pas énormément argumentée. Mais c’était la vérité. Le temps avait précipité ce que j’avais en tête mais bon, il fallait bien un moment pour agir, et c’était aujourd’hui que j’ai pris mon courage à deux mains et que j’ai foncé à la rescousse de mon père.

- Je sais que ça ne va pas être facile pour… pour que ça change entre nous. Mais au moins il n’y a pas de mal entendu entre nous.

Nous avions rien partagé avant, alors c’est plutôt une bonne chose, nous avions une page blanche à remplis, normalement ça sera bien plus simple pour commencer notre relation père/fille que nous voulons tous les deux.




BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY


Dernière édition par Ella Kayser le Dim 9 Nov - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Ven 7 Nov - 20:43

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin

 

   
J’attendais sa réponse avec impatience, imaginant avec envie ce qui avait bien pu se passer dans sa tête pour qu’elle se dise que j’étais là, dehors, et qu’elle voulait me voir et me parler. Je m’attendais à des trucs géniaux, à quelque chose de spécial et surtout, à ce qu’elle ait eu une illumination, ou un truc du genre. C’était ridicule, bien sûr, et j’allais certainement être déçu par sa réponse, mais je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’elle avait peut-être vécu de grandes aventures, qui l’avaient fait réfléchir. C’était peu probable, quand même.

« En faite… heu… la pluie… »

Ah. La pluie. Bien. Au moins, cette saloperie de pluie canadienne avait réussi à la faire changer d’avis, déjà. Ca aurait pu être pire, et surtout, je comprenais que ça aurait pu être bien plus long pour moi, aussi. Après tout, s’il n’avait pas plu autant, elle n’aurait pas eu pitié de moi, et elle ne serait pas venue. Que devais-je comprendre ? Que dès que la pluie aurait cessé, alors elle me jetterait dehors aussi sec, et que je devrais reprendre ma routine ? J’en avais pas très envie, malheureusement. J’avais encore quelque heures pour la faire changer, quand même. J’allais y arriver, j’en étais sûr.

« Il m’aurait fallut plus de temps, mais… je ne pouvais pas te laisser dans le froid. »

C’était bien ce que j’avais compris. Bon… si elle avait vraiment besoin de plus de temps, je voulais bien lui accorder. Le problème, c’était que je ne savais pas quand une nouvelle occasion se représenterait. Et si elle refusait de me voir, après ça ? Si, par je ne sais quelle façon, elle se disait que je n’étais pas sérieux et digne de confiance, et se disait qu’elle ne voulait plus de moi ? Je serais bon pour me jeter dans le lac, sérieusement. Attendre tout ce temps pour rien, ce serait tout bonnement horrible. Mais quand même, je connaissais un peu ma fille – quand même ! – et je savais qu’elle avait un cœur généreux, et qu’elle ne ferait certainement pas ça. J’avais un peu d’espoir, malgré tout.

« Je sais que ça ne va pas être facile pour… pour que ça change entre nous. Mais au moins il n’y a pas de mal entendu entre nous. »

De malentendu ? Je n’en voyais plus, maintenant qu’elle était au courant et qu’elle comprenait que c’était bien de la faute de sa mère si tout s’était déroulé de cette façon. Ca n’excusait pas mon comportement et mes absences, mais quand même, ça m’innocentait un poil.

« Personne n’a dit que ce serait facile. » *

C’était un peu une réponse de grand-père, ça, ouais. D’ailleurs, j’étais pas loin de l’être, à mon âge, je me demandais encore ce que fichaient mes fils pour s’activer à ce point de vue-là. Ella, ça se comprenait : elle était encore à l’école, en quelques sortes. Elle aurait le temps de s’en préoccuper plus tard, quand elle serait médecin. Et puis, je n’étais pas sûr d’avoir envie de la voir batifoler avec quelqu’un, pour l’instant. Même si, en effet, on ne connaissait pas vraiment, je restais son père, et j’avais des instincts protecteurs envers elle, quand bien même elle n’en voudrait pas du tout. Enfin, là n’était pas la question. Pour le moment, je devais me préoccuper d’Ella, et seulement d’Ella. Pas de son potentiel copain, pas de ses futurs enfants, ni de ses frères, mais d’elle seule.

« Je sais que ça t’inquiète peut-être un peu tout ça, mais on va prendre notre temps. C’est toi qui vois, de toutes façons. Tu sais bien que je vais pas te forcer à quoi que ce soit. Ta vie sera comme avant, si tu veux. Avec quelques petits trucs en plus quoi. »

Par « petits trucs en plus », j’entendais bien sûr le fait que j’allais être là, et que si elle voulait voir son vieux père de temps à autres, elle le pourrait sans problème. Je n’allais pas bouger, et si elle voulait que l’on discute, qu’elle me vide son sac ou n’importe quoi, je serais là. Même si c’était juste pour prendre un café, même si c’était juste pour se voir cinq minutes. Rien qu’une minute était suffisante pour que je sois satisfait et que l’on en apprenne encore davantage l’un sur l’autre. Passer quelques heures chez elle, ce jour-là, c’était inespéré, et j’allais être heureux avec ça. Au moins, on avançait !




*omg c’est du Coldplay que je viens de quote là. *-*  
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Dim 9 Nov - 19:17


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je suis légèrement angoisser de ce qui va se passer par la suite. Je ne sais même pas si je serai capable de lui faire une place dans ma vie. C’est une de mes plus grandes peurs. Parce que je ne veux vraiment pas lui faire du mal, enfin peut-être un peu quand même, par vengeance, mais ça ne me ressemble pas vraiment.

- Personne n’a dit que ce serait facile.

Ca c’était certain, rien ne va être facile, et je ne vais surement pas lui faciliter les choses. Je sais que c’est mon père, mais j’ai toujours de la rancœur contre lui.

- Je sais que ça t’inquiète peut-être un peu tout ça, mais on va prendre notre temps. C’est toi qui vois, de toutes façons. Tu sais bien que je vais pas te forcer à quoi que ce soit. Ta vie sera comme avant, si tu veux. Avec quelques petits trucs en plus quoi.

Ma vie comme avant mais avec lui, c’est ce qui veut dire avec « quelques trucs en plus ». C’était un peu étrange de me dire qu’il pourra être vraiment dans ma vie pour longtemps. Aujourd’hui j’ai une vie bien ranger, et tout était parfait pour moi, mon boulot, mes amis, mes mecs… Mais maintenant tout va être chamboulé à cause de lui.
Je prends ma tasse de thé dans les mains et je fixe le liquide à l’intérieure, ne voulant plus regarder l’homme à mes côtés.

- Ca va être difficile de te faire une place dans ma vie… Tu ne l’as jamais réellement été…

Je me rends compte à nouveau que mes propose sont blessant et dur à entendre, mais c’était pourtant le cas.

- Désolé…

Enfin non, je ne le suis pas vraiment, mais je devrais vraiment arrêter de lui rabâcher qu’il a tout loupé dans ma vie. Aujourd’hui, il est là et il veut se rattraper, je devrais vraiment passer outre.
Je prends une gorgé, et prend un biscuit, que je grignote en me demandant ce qu’il pouvait bien penser de moi. Il doit en avoir marre de mes reproches. Et il va partir comme il était venu et je m’en mordrai une fois de plus les doigts.

- Ortwin, je ne sais pas par où commencer…. Je ne sais pas comment agir, c’est tellement étrange.

Je ne sais pas quoi faire maintenant qu’il est là, chez moi…. Et il va en avoir pour un moment, son manteau va être long à sécher.

- Ca ne devrais pas être si bizarre que tu sois chez moi…. Tu es mon père, et on je ne devrais pas être gêner que tu sois là.

Je repose ma tasse, et je me met en tailleur sur mon canapé et prends un coussin dans mes bras histoire de faire quelque chose de mes mains.

- J’ai vraiment envie que ça marche, qu’on arrive a avoir une vraie relation.

Dire ça à mon père, si un jour on m’avait dit que je parlerai à mon père ainsi, je ne l’aurai jamais crue d’ailleurs. Mais qui imaginerai une discussion comme celle la avec son propre père. Franchement, même dans les films ils n’y ont pas pensés !




BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Ven 14 Nov - 22:32

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


   
On avançait, on avançait, mais Ella devait y mettre du sien, elle aussi. Je ne devais pas être le seul à faire des efforts, même si j’étais celui qui devait en faire le plus. C’était une relation, et elle n’était pas à sens unique, mais bien à double sens. Aussi, je ne devais pas tout faire pour qu’elle me regarde. Elle devait, elle aussi, réussir à s’intéresser, à me donner du crédit. Sinon, on n’y arriverait pas. Néanmoins, je voyais bien que cette journée allait être mémorable. Elle avait déjà commencé à m’écouter, à vouloir me parler, elle était même venue me chercher à l’hôpital. Si ce n’était pas un effort incroyable, ça ?

« Ca va être difficile de te faire une place dans ma vie… Tu ne l’as jamais réellement été… »

Malgré moi, je baissai la tête. Ces quelques mots lui avaient échappé, ou bien elle avait fait exprès de les dire, mais c’était assez blessant, même si je savais que je ne devais pas franchement y faire attention. Mais entendre son unique fille dire quelque chose du genre, c’était douloureux. Parce que je me rendais bien compte de mes erreurs, et parce que je me rendais compte aussi qu’elle ne m’aimait pas autant que je l’aimais. Ca aurait pu être facile si elle avait été moins intelligente, si elle avait été plus affective, éventuellement. Elle aurait pu tomber dans mes bras comme une petite fille, elle aurait pu être réellement heureuse de retrouver son père, de le connaître pour de bon. Mais Ella était plus agile d’esprit que cela, elle voyait les avantages et également les inconvénients. Elle savait que ce n’était pas un jeu, et que ce n’était pas une partie de plaisir. Elle comprenait tout cela bien trop vite, et, même si le jeu en valait la chandelle, elle n’était pas spécialement encline à jouer. Alors qu’elle s’excusait pour ses quelques mots blessants, je la vis s’emparer de sa tasse et d’un biscuit. Je l’imitai, préférant rester silencieux. Si jamais je parlais, et que je disais quelque chose qu’il ne fallait pas, elle me jetterait dehors.

« Ortwin, je ne sais pas par où commencer…. Je ne sais pas comment agir, c’est tellement étrange. »

Toujours, en silence, je bus une gorgée de café. Elle avait des choses à dire, alors ? Eh bien, je l’écoutai, et elle savait qu’elle n’était pas obligée de prendre des pincettes, ou bien de choisir ses mots. Je pouvais la comprendre.

« Ca ne devrais pas être si bizarre que tu sois chez moi…. Tu es mon père, et on je ne devrais pas être gêner que tu sois là. »

En effet, on ne devrait pas être gênés, ni elle, ni moi. Si nous avions été dans une famille normale, elle m’aurait pris dans ses bras, et elle m’aurait embrassé pour me dire bonjour. Si nous avions été dans une famille normale, elle ne serait pas venue me chercher sur son lieu de travail, où je faisais jour après jour le pied de grue. Mais ce n’était pas le cas, bien entendu, et il fallait qu’on l’admette, et que l’on essaye de comprendre qu’il fallait avancer. A côté de moi, elle changea de position, s’installa plus confortablement dans son canapé en serrant un coussin dans ses bras.

« J’ai vraiment envie que ça marche, qu’on arrive a avoir une vraie relation. »

Cette fois, j’étais touché qu’elle m’avoue ceci. Moi aussi, je voulais que ça fonctionne. Je n’avais plus envie de me demander où était ma fille, et ce qu’elle faisait, avec qui. Je voulais la connaître, et je voulais être là pour elle. Entendre ses chagrins, la consoler et la faire rire, et être là dans les moments importants de sa vie. Je voulais la voir finir son internat et devenir un grand médecin, la voir sauver des vies et l’entendre me raconter avec fierté ses opérations. Je l’avais toujours voulu, ça. Et ce serait possible, désormais, mais il faudrait que l’on y travaille !

« Ca va marcher, Ella ! Déjà, si je suis ici, c’est que ça commence à fonctionner et qu’on avance, non ? »

Je faisais référence au fait que si nous n’avions pas encore avancé du tout, elle n’aurait sûrement pas pris l’initiative de me faire entrer chez elle, de m’enlever à la pluie et de ne pas me laisser mourir de froid. Alors on avançait. Ensuite, je pouvais la rassurer sur une autre chose :

« Ca fait combien de temps maintenant ? Trois semaines que je viens à l’hôpital tous les jours ? Je vais continuer à le faire, si tu veux savoir. Ce n’est pas parce que je suis ici aujourd’hui que je vais me reposer sur mes lauriers ! »

A ces mots, je tournai la tête vers elle en souriant et en levant ma tasse dans sa direction. J’avais pris l’habitude de me lever le matin et de marcher jusqu’à l’hôpital, et de m’installer à côté du banc. Toujours. Alors j’allais continuer, de toutes façons, je n’avais rien d’autre à faire, de mieux que cela.

« Si tu veux, je serais là pour tes pauses. Si tu veux manger avec moi, tu n’auras qu’à me rejoindre. »

C’était une invitation comme une autre, une façon de l’inciter à venir un peu plus avec moi, sans toutefois la forcer. Il fallait qu’elle sache que je n’allais rien faire qui n’irait pas dans son sens, jamais. Je n’étais pas de ce genre-là, alors que j’aurais pu la forcer. Mais ça n’aurait pas été honnête, et ce n’était pas du tout ce que je voulais…  
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Lun 17 Nov - 19:41


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je suis emprise à de multiples doutes et de stress. C’est plus fort que moi, même si je suis chez moi, donc un lieu où normalement je me sens bien, mais là avec mon père tout près de moi j’avais peur… peur qu’il décide que je n’étais pas assez bien pour lui, et qu’il retourne en Angleterre.

- Ca va marcher, Ella ! Déjà, si je suis ici, c’est que ça commence à fonctionner et qu’on avance, non ?

J’ose pas le regarder, mais il n’était pas du tout près à partir alors. Il voulait rester pour de bon. Je devais me détendre alors, et me convaincre qu’il allait vraiment rester et pour de bon. Mais j’ai du mal à le croire, j’ai toujours cette peur au fond de moi qui me dis de me méfier de ces paroles et de ces promesses. C’est si étrange… parce que au fond de moi je veux qu’on y arrive et en même temps, je le vois toujours partir du jour au lendemain parce que je ne suis pas la fille qu’il souhaite.

- Ca fait combien de temps maintenant ? Trois semaines que je viens à l’hôpital tous les jours ? Je vais continuer à le faire, si tu veux savoir. Ce n’est pas parce que je suis ici aujourd’hui que je vais me reposer sur mes lauriers !

Mais maintenant qu’il sait où j’habite est-ce qu’il ne va pas relâcher ses efforts malgré tout. Malgré ce qu’il vient de me dire. Il me regarde, avec un sourire qui me fait du bien. Il me souriait à moi, et pas à quelqu’un d’autre, c’était vraiment pour moi. Je dois vraiment me rendre compte qu’il fait tout ça pour moi. Si Abby était là, elle me dirait de me détendre un peu plus, et de laisser voir ce que le temps allait nous prévoir.

- Si tu veux, je serais là pour tes pauses. Si tu veux manger avec moi, tu n’auras qu’à me rejoindre.

Je lui fais un petit sourire, il allait être tenace alors, vraiment. Près à tout pour me voir le plus possible et d’aller à mon rythme. Il n’était pas du tout comme je l’imaginais alors. Bien moins égoïste…

- Tu pourrais aussi ne pas passer tes journées devant l’hôpital, Toronto est assez sympa, il y a des coins vraiment jolie. Tu devrais profiter un peu plus de la ville. On pourrait avoir un rendez-vous hebdomadaire pour commencer. Manger ensemble tous les mercredis par exemple…

C’était un grand pas, mais aussi une bonne solution pour commencer à avancer doucement. Après nos rendez-vous pourraient être quotidien. Mais qu’il reste dans le froid tous les jours, ça ne va pas être bon pour lui. Il va être malade après, et je n’ai pas envie que ça lui arrive.

- Tu en penses quoi Ortwin ? Ca pourrai être bien, le mercredi je suis du matin, après si tu veux après avoir déjeuné, on pourrait se balader et discuter…

Parler, c’était ce que nous avions le plus besoin, parler pour se connaitre et avoir se lien que nous voulions tous les deux au final.
J’avais relevé les yeux vers lui, et je le voyais grimacer, il n’aimait pas mon idée ? Pourtant je la trouve très bien moi, c’est ce qui me convient le mieux de toute façon.




BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Lun 17 Nov - 23:15

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


 
Le sourire que m’accorda ma fille suite à ce que je lui avais dit fut le plus beau cadeau que j’aurais pu avoir depuis que j’étais arrivé dans cette ville. J’étais content qu’elle le prenne bien, parce que j’avais peur qu’elle ne refuse tout ce que je lui disais. J’avais peur qu’elle nie tout en bloc, qu’elle décide de n’en faire qu’à sa tête. En réalité, je me disais que nous étions tous les deux dans une impasse, si on continuait à penser des trucs du genre. Du coup, comprendre qu’elle allait dans mon sens, qu’elle était d’accord pour manger avec moi de temps en temps, ça me faisait plaisir. L’impasse commençait à s’ouvrir plus largement, et au fur et à mesure, ça irait encore mieux.

« Tu pourrais aussi ne pas passer tes journées devant l’hôpital, Toronto est assez sympa, il y a des coins vraiment jolie. Tu devrais profiter un peu plus de la ville. On pourrait avoir un rendez-vous hebdomadaire pour commencer. Manger ensemble tous les mercredis par exemple… »

J’avais pu remarquer que Toronto était une belle ville, même si je n’avais pas tout vu. Elle avait raison, je devais en profiter, mais je préférais passer mon temps à l’hôpital. Pour l’instant, ça me convenait tout à fait. Mais du coup, si elle me promettait que l’on se verrait chaque semaine à intervalle régulier, alors ça m’allait également. Je pourrais faire autre chose que me détruire le dos chaque jour. Et nous pourrions nous voir le mercredi, si elle le voulait. N’importe quand pour n’importe quoi en fait. J’étais également rassuré qu’Ella pense à moi, en se disant que je ne devais pas rester tous les jours devant son lieu de travail. En fait, je commençais à me dire qu’un jour, quelqu’un me remarquerait pour de bon et porterait plainte contre moi pour harcèlement. Avec un peu de chance, Ella viendrait à ma rescousse, mais quand même…

« Tu en penses quoi Ortwin ? Ca pourrai être bien, le mercredi je suis du matin, après si tu veux après avoir déjeuné, on pourrait se balader et discuter… »

Ce que j’en pensais, c’était que je ne voulais plus qu’elle m’appelle par mon prénom, surtout. Néanmoins, ça m’allait parfaitement, cette idée de manger ensemble chaque semaine. Rien que passer du temps l’un avec l’autre était quelque chose d’incroyable et de totalement différent de ce dont nous avions l’habitude. Je m’en voulais encore énormément de me dire que pendant tout ce temps, j’avais loupé tout de la vie de ma fille. Alors désormais, j’en faisais sûrement un peu trop en venant tous les jours sur son lieu de travail, mais c’était tout simplement un moyen de rattraper le temps perdu, dans mon esprit, en tout cas. J’espérais qu’elle ne le prenne pas d’une autre façon. En me rendant compte que j’étais silencieux depuis bien trop longtemps et que ce n’était peut-être pas normal pour elle, je finis par ouvrir la bouche pour parler.

« Ella, je peux te demander quelque chose ? »

Devant son manque de réaction, et sa réponse tardive, je détournai les yeux, en comprenant que c’était peut-être de trop pour l’instant. Néanmoins, j’allais quand même lui demander si elle voulait bien me faire une faveur. Ce n’était quand même pas grand-chose, elle pouvait certainement me l’accorder, et ça serait vraiment une bonne chose.

« Arrête de m’appeler Ortwin, s’il te plait ! »

Je vis bien à son visage qu’elle n’était pas spécialement d’accord avec ça, mais ce n’était pas si grave, si elle ne voulait absolument pas m’appeler papa. Je le comprendrais parfaitement, même si ça m’agaçait autant que ça me blessait de l’entendre prononcer mon prénom. Si tout s’était bien passé depuis le tout début, alors nous n’aurions pas eu besoin d’en passer par là. Mais comme d’habitude, il ne fallait pas penser au passé, et c’était une mauvaise idée.

« Pour les mercredis, je viendrai te chercher à l’hôpital et tu me montreras des endroits pour manger, ça te va ? »

Je n’avais pas spécialement attendu qu’elle me réponde pour enchaîner. Ce n’était pas que je ne voulais pas qu’elle ait le choix… mais je préférais ne pas m’attendre à des miracles non plus. Ce n’était pas grave, si elle refusait, mais si je pouvais éviter d’entendre son refus, ça m’irait particulièrement.  
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mer 19 Nov - 22:59


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Le fait qu’il reste silencieux, ne me va pas du tout. Ma proposition ne lui convenait pas alors ?! Il préférait m’attendre dehors tous les jours. Ca ne servait à rien, vu que j’ai craqué pour aller le chercher. Je ne suis pas un monstre après tout, je ne pouvais pas me sentir bien au chaud chez moi alors que je le savais sous cette pluie. Je devenais impatiente à attendre sa décision.

- Ella, je peux te demander quelque chose ?

J’attends le pire, que pouvait-il me demander, d’aller en Angleterre ? Non, ça c’était tout bonnement impossible qu’il me demande ça, vu qu’il sait très bien que ma vie est ici. Alors quoi ? De toute façon il pourra toujours me demander quoique se soit, je suis assez grande pour faire ce que j’ai envie et ne pas accéder à sa requête.

- Arrête de m’appeler Ortwin, s’il te plait !

C’était ça ? Mais il voulait que je l’appelle comment, « Papa » ? C’était hors de question, enfin pour le moment. Ca se mérite et pour le moment c’était impossible à prononcer. Heureusement qu’il enchaine de parler parce que sinon je n’aurai sur quoi lui dire sans lui faire de mal. Je ne voulais pas le blesser, enfin de compte il m’enlève un poids qui venait de se former dans mon estomac.

- Pour les mercredis, je viendrai te chercher à l’hôpital et tu me montreras des endroits pour manger, ça te va ?

Je souris légèrement, il acceptait en faite, j’allais avoir une sortie avec mon père, comme la plus part des filles. J’avais un peu de mal à le croire en faite. Je verrai bien mercredi prochain. Mais je sais qu’au fond de moi, il sera là.

- C’est parfait…

Je prends une gorgé de mon thé, et je le regarde alors que j’ai la moitié de mon visage caché par ma tasse. S’il ne voulait plus que je l’appelle Ortwin, et que je ne peux pas lui dire ce qu’il attend, je vais l’appeler comment, Monsieur ? Non, jusqu’à ce que je sois prête, je continuerai à l’appeler par son prénom. Il n’y échappera pas.

- Je ne peux pas…. Tu sais pour…. Je ne peux pas, pas encore, peut-être un jour…

Ca se méritait… il devait le mériter. Oui, c’est bien mon père, mais il n’a jamais agis en tant que tel. Il va devoir me prouver qu’il est bien un père, mon père. Il doit tenir ses promesses. Je l’attends beaucoup sur ce qu’il doit me montrer, qu’il me montre que je suis importante à ces yeux.



BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Jeu 20 Nov - 15:13

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


 
Heureusement, le sourire revint rapidement sur le visage d’Ella, et je fus rassuré, pour quelques instants. Je savais que je lui en demandais un peu trop pour l’instant, mais c’était vraiment horrible d’entendre ma propre fille m’appeler par mon prénom parce qu’elle n’osait ou ne voulait pas m’appeler autrement. Pourtant, j’avais vraiment envie qu’elle m’appelle papa, comme ses frères le faisaient. Mais je n’avais pas la même relation avec elle qu’avec ses frères, encore une fois. Ca me désolait… mais c’était ainsi. Accepter cette fatalité, c’était me rendre plus fort et me donner envie de me battre encore plus pour qu’elle me voit comme je l’étais vraiment. Et encore une fois : ça prendrait du temps, mais j’y parviendrais. Les déjeuners du mercredi, je n’allais pas du tout les subir, j’allais les apprécier et essayer d’y prendre le plus d’informations que je le pouvais, pour qu’elle me fasse confiance et qu’elle m’aime. Parce que je ne savais pas, à ce moment précis, si elle m’aimait ou non. Néanmoins, il y avait quelque chose qui n’allait pas dans le tableau. Je n’avais pas besoin d’une vraie réponse, si c’était ce qu’elle se demandait. Après m’avoir dit que c’était parfait pour les déjeuners entre nous le mercredi, je compris qu’elle repensait à ce que je lui avais demandé. Elle ressemblait – malgré sa volonté, sûrement – à sa mère, dans ces moments-là, quand elle réfléchissait et qu’elle essayait de dire quelque chose qui allait déplaire à son interlocuteur. Je m’y attendais, à ce qu’elle me dise qu’elle ne voulait pas m’appeler papa. Je ne lui en voudrais pas, si c’était ce dont elle avait peur.

« Je ne peux pas…. Tu sais pour…. Je ne peux pas, pas encore, peut-être un jour… »

Pas encore… ça ne voulait pas dire jamais, et ça me satisfaisait déjà pleinement. Elle n’avait pas dit non, du moins, pas catégoriquement. Elle hésitait, elle voulait me faire comprendre sans me blesser que c’était trop tôt, que ce n’était pas bon pour elle, qu’elle n’était pas prête, et je le comprenais parfaitement. Je m’en doutais même, avant de poser la question. Je voulais juste lui montrer que de mon côté, j’étais là, pour de bon, et que j’allais assumer mon rôle de père auprès d’elle, comme j’aurais dû le faire depuis le tout début. J’avais fait passer le message, et elle m’avait renvoyé le sien. J’en avais l’habitude maintenant : j’attendrais encore. Pour elle. Parce qu’elle méritait que je sois patient. Et en soi, je n’avais pas le choix non plus, bien sûr.

« Pas de problèmes ! Ca viendra ! »

J’étais enclin à tout ce qui était possible. Je ne pouvais pas lui en vouloir d’avoir besoin de temps, si j’avais été à sa place, ça aurait été pareil et j’aurais réagi de la même façon. Elle avait le droit et elle avait même raison. Je savais que tous mes efforts paieraient un jour ou l’autre. Je n’avais pas besoin de m’inquiéter. J’étais là, à Toronto, et je ne repartirais pas tant qu’elle ne m’aurait pas reconnu comme son père. Motivé à bloc, je n’allais pas me défiler, et ce serait très bien comme ça.

« On va se limiter aux déjeuners le mercredi pour l’instant, ne t’en fais pas. »

Avec un sourire que je voulais rassurant, je bus une nouvelle gorgée de café, en essayant d’avoir l’air décontracté, puis, je regardais de nouveau l’appartement autour de moi. Tout était plus ou moins bien rangé, tout était propre, et j’imaginais totalement la vie quotidienne qu’Ella pouvait avoir là-dedans. La dernière fois, je lui avais demandé si elle avait un copain, et elle n’avait pas voulu me répondre. A ce que je pouvais voir de cet endroit, il était clair qu’il n’y avait pas spécialement de présence masculine, du moins pas durable, pas quotidienne. Peut-être qu’elle n’avait personne, ou alors qu’elle avait juste un petit-ami avec qui elle ne vivait pas. Je ne le saurais probablement pas avant quelques temps, parce qu’elle ne me dirait rien du tout, mais je le sentais.

« Tu es heureuse, Ella ? »

Je ne savais pas vraiment pourquoi cette énième question venait détruire le silence qui s’était installé entre nous. La question m’avait traversé la tête, et sans savoir pourquoi, j’avais décidé de la poser, pour être une nouvelle fois sûr de l’état du bonheur de ma fille. Elle avait l’air heureuse, elle paraissait en bonne santé, et en pleine forme. Pourquoi ne serait-elle pas heureuse ? Est-ce que mon arrivée l’avait chamboulée au point de la rendre triste ? Je ne l’espérais pas, en tout cas. Mais si je la rendais malheureuse, alors je serais probablement moi-même malheureux…
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Dim 23 Nov - 1:02


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je ne sais pas du tout comment il allait prendre mes paroles. Je ne voulais pas le blesser, ce n’était pas mon but, ça ne l’était plus en tout cas. J’espère juste qu’il ne va pas le prendre mal, ce n’était pas du tout mon attention.

- Pas de problèmes ! Ca viendra !

Il y croyait ? Alors il le prenait bien, c’était un soulagement pour moi en faite. Le faire souffrir, il en avait assez bavé, tout comme moi, et j’ai mis du temps à l’accepter. Pour moi, ça a été vraiment dure de me dire qu’en faite il avait juste tout foiré à cause de ma génitrice. En faite, j’ai toujours crue qu’il n’en avait rien à faire de moi, que tout ce qu’ils voulaient c’étaient juste passer du temps avec mes frères. Mais il m’a fais changé d’avis et il a réussis à me convaincre qu’il s’en voulait vraiment d’avoir tout loupé avec moi. Je ne lui avais pas encore pardonné, mais c’était sur la bonne voie.

- On va se limiter aux déjeuners le mercredi pour l’instant, ne t’en fais pas.

Pour un début de relation je trouvais ça bien moi, et peut être qu’au fur et a mesure, je me sentirai capable de l’inviter à diner. J’étais loin d’être une grande cuisinière, mais il ne viendrait pas vraiment pour mes spécialités culinaires.
Je cache mon sourire dans ma tasse, quand il me fait son clin d’œil. Je l’avais toujours vue le faire à mes frères, et j’en étais jalouse de ne jamais en avoir pour moi. C’était sa marque de fabrique en quelques sortes. Alors d’en avoir eu le droit à un, ça me faisait vraiment bizarre, et en même temps extrêmement plaisir. Je ne pouvais pas expliquer la joie qu’un simple clin d’œil pouvait me faire autant de bien.

- Tu es heureuse, Ella ?

J’ai bien faillit lui cracher mon thé à la figure. Mais qu’est-ce qu’il lui a pris de me poser une question pareil ! C’est comme la dernière fois, où il m’avait demandé si j’avais quelqu’un dans ma vie. C’était bien trop tôt a mon gout qu’il me pose se genre de question.
Je prends une grande inspiration, je devais lui répondre, je pouvais lui répondre. Après tout, je lui devais bien ça. Mais quoi lui dire vraiment… la vérité ? Je le fixe un moment, puis je me lance me disant que le silence avait bien

- Oui, je crois. Je fais ce que j’aime dans la vie, et je me sens bien ici, j’ai trouvé ma place.

J’avais aussi trouvé des amis, sur lesquels je pouvais compter, une petite famille en faite. Et bien évidement, j’avais trouvé en eux tout ce que je n’avais pas eu avant, tout ce qui me manquait. Et aujourd’hui j’ai ouvert une brèche pour faire entrer la figure paternelle, faire entrer ce grand homme fin avec ces gros sourcils, cet homme qui n’est autre que mon père. C’est loin d’être facile, mais je sais qu’au final si ça fonctionne, je serai encore plus heureuse, parce que j’aurai presque tout ce que j’avais voulu, tout ce que j’avais espéré…



BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Dim 23 Nov - 21:18

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


Apparemment, lui poser cette question maintenant n’était peut-être pas une bonne idée, vu l’expression qu’elle me servit. Je ne pensais pas à mal, je me demandais simplement si elle était heureuse de vivre ici, si loin de son pays natal, si elle était heureuse avec ce qu’elle avait. Si elle aimait sa vie, en général, tout simplement. Je ne voulais pas parler de moi, de ma présence ici à Toronto, mais juste d’elle et de ce qu’elle pensait de tout cela, avant mon arrivée. Elle avait peut-être mal comprendre, éventuellement, mais j’allais rectifier cela, si besoin il y avait. Néanmoins, elle sembla comprendre par elle-même, et je n’eus pas besoin de lui expliquer d’une autre façon. C’était mieux comme ça, je n’étais pas très doué pour parler et encore moins pour m’expliquer. Si elle comprenait, alors j’étais satisfait.

« Oui, je crois. Je fais ce que j’aime dans la vie, et je me sens bien ici, j’ai trouvé ma place. »

Elle aimait sa vie, et c’était tout ce qui m’importait. De fait, je me demandais si son opinion et sa vision des choses allait changer, maintenant que j’étais là. Dans son bilan, elle ne parlait pas de moi, bien sûr. Je me doutais qu’elle n’allait pas le faire, et je ne lui demandais pas de le faire. Cependant, je me demandais si ça la rendait un peu plus heureuse encore de me savoir ici, ou bien si elle était plus effrayée, moins contente ou quoi que ce soit d’autre. Je ne voulais pas qu’elle souffre à cause de moi.

« Bien. »

C’était tout ce que j’avais à dire, et tout ce que je pouvais dire de toutes façons. Je n’avais pas à m’incruster dans sa vie sans qu’elle le veuille. J’en avais déjà bien trop fait et désormais, je devais juste me tenir aux repas du mercredi et à tout ce qu’elle voudrait bien m’accorder. M’attirer les bonnes grâces de ma fille, c’était vraiment plus compliqué que de séduire une femme, ça je pouvais en être sûr. Il me faudrait beaucoup de patience, mais j’avais de la chance : c’était une qualité que l’on acquérait très facilement avec l’âge. Avec un peu plus de chance encore, ça ne prendrait pas tant de temps que cela.

« Je ne veux pas que tu te forces à quoi que ce soit… Je devrais y aller, non ? Tu dois avoir des tas de choses à faire… »

Je n’avais pas spécialement envie de partir, mais je savais que ce serait peut-être mieux pour elle, de ne plus me voir pour la journée. A moins qu’elle ait d’autres choses à me dire, mais c’était peut-être un peu trop pour elle. Ce n’était pas quelque chose qu’elle avait prévu, en plus, et de fait, je pensais que peut-être elle voudrait rester seule. Ca ne me dérangeait pas. Au contraire, si ça pouvait la faire changer d’avis encore plus vite sur mon compte ça m’allait amplement. C’était elle qui décidait, de toutes façons. Si elle le voulait, je pouvais partir, et nous nous reverrions le mercredi suivant pour partager un repas…
Code by AMIANTE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Dim 23 Nov - 23:56


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je le regarde du coin de l’œil, essayant de détecter la moindre réaction de sa part. Mais je n’arrivais pas vraiment à lire sur son visage. D’habitude je suis assez douée pour détecter la moindre émotion, mais avec lui, c’était difficile en tout cas aujourd’hui. Je ne sais pas si il est satisfait de ma réponse, où si il est déçu de ne pas lui dire qu’en faite, j’apprécie qu’il soit ici, pour moi. Mais lui avouer ça, était bien trop dur encore, même si je lui avais déjà dit en faite. Mais me répété sans cesse, ce n’était pas moi.

- Bien.

Simplement un « bien » je vais devoir me contenter de ça. Bon après tout, je ne pouvais pas non plus en demander trop, je lui ai presque rien dit sur moi, je ne devais pas non plus m’attendre à un grand sourire.

- Je ne veux pas que tu te forces à quoi que ce soit… Je devrais y aller, non ? Tu dois avoir des tas de choses à faire…
- Non !

J’avais répondu rapidement malgré moi. Mais je ne voulais pas qu’il parte. Je ne pouvais pas l’expliquer, mais le savoir ici, plutôt que seul dans une chambre d’hôtel, ne me plaisait pas.

- Heu, tes affaires ne doivent pas être encore sèches.

Je bois une gorgé de thé, ne voulant pas paraitre désespérer. En faite je ne voulais pas passer ma soirée seule et encore moins sans lui. Maintenant qu’il était là, je n’avais qu’une envie c’est qu’il ne parte pas tout de suite.

- Et puis, je n’ai rien à faire de toute façon, autant que tu attendes que tout sois bien sec, sinon tu vas attraper froid.

Si là il ne comprend pas que je ne le fais pas pour lui mais pour moi, c’est qu’il est moins intelligent que je ne le pensais.
Je pose ma tasse vide sur la table basse, et je fixe mon paternel. Je voulais vraiment lui dire de rester, mais j’avais peur aussi parce que je n’avais rien à lui dire en faite. De quoi nous pouvions parler ? Déjà en tant normal c’était difficile de trouver un sujet, mais avec lui, c’était encore plus compliqué.

- Et toi Ortwin, tu es heureux ? Je veux dire avoir quitté ton boulot, avoir quitté Darcy et les garçons ? Pour venir ici ?

Je crois que j’avais encore besoin, une fois de plus, qu’il ne regrettait pas de m’avoir retrouvé, de se battre pour rattraper toutes nos années perdu. Je crois que j’aurai besoin de l’entendre plusieurs fois avant de vraiment le réaliser.

Je me suis mis en tailleur sur mon canapé, une couverture sur mes jambes, pas que j’avais particulièrement froid, non, juste parce que j’adorai être ainsi.
Je regarde sans trop d’insistance, mais j’avais très envie qu’il me dise à nouveau que c’était pour moi qu’il était là. Et qu’il se battrait pour moi et que personne ne pourrai lui faire changer d’avis.



BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mer 3 Déc - 14:26

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


J’étais prêt à me relever du canapé, à prendre mes affaires et partir, parce que c’était sûrement ce que voulait Ella, au fond, et je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’elle me retienne aussi rapidement. Je pensais qu’elle allait me laisser quitter son appartement et que nous nous reverrions par la suite, plus tard. Ca n’aurait pas été un problème, en soi, je n’aurais pas eu de mal à l’accepter. Mais elle avait décidé qu’il en soit autrement, et je n’allais pas refuser et la forcer à me faire partir, bien au contraire. Aussi, je la regardai avec interrogation, ne sachant pas quelle attitude adopter, vu qu’elle avait l’air plutôt enthousiaste à ce que je ne reparte pas. C’était étrange, parce que j’avais plutôt l’impression qu’elle ne voulait pas trop me voir, mais soit. Je n’allais pas cracher dessus, bien au contraire.

« Heu, tes affaires ne doivent pas être encore sèches. »

C’était ça son excuse ? Je souris, en me disant qu’elle mentait aussi mal que moi, en quelques sortes. Nous avions une chose de plus en commun, c’était déjà ça. Ca me rassurait, parce que plus ça allait et plus je me disais que nous ne nous ressemblions pas et que c’était peut-être un peu dérangeant pour elle, ce que j’aurais compris. Je la vis boire une gorgée de thé tout en me regardant, et je restai silencieux, ne désirant pas tout faire foirer maintenant.

« Et puis, je n’ai rien à faire de toute façon, autant que tu attendes que tout sois bien sec, sinon tu vas attraper froid. »

J’eus presque envie de répondre « oui docteur » mais je me retins à la dernière seconde, bien conscient qu’elle n’allait peut-être pas apprécier que je me moque d’elle, aussi gentiment que ça puisse être. Et puis, elle avait raison. J’allais chopper la crève si je repartais maintenant. Le temps de rentrer à l’hôtel je serais de nouveau trempé et encore plus frigorifié. Je n’avais pas spécialement envie de devoir rester dans cette chambre d’hôtel à me soigner… J’allais donc écouter ma fille, c’était plus sûr.

« Et toi Ortwin, tu es heureux ? Je veux dire avoir quitté ton boulot, avoir quitté Darcy et les garçons ? Pour venir ici ? »

Elle avait déposé sa tasse sur la table basse et s’installa par la suite en tailleur, pendant que je réfléchissais à ce que j’allais pouvoir lui répondre. Etais-je heureux ? Je me définissais comme tel, oui, mais je ne savais pas si je l’étais pleinement. Est-ce que j’étais heureux d’avoir quitté ma femme alors que je pensais que nous finirions nos vies ensemble ? Peut-être pas, mais j’étais heureux d’avoir pu retrouver ma fille. Mes fils me manquaient, mais j’avais profité d’un temps avec eux ; il était temps que je sois avec Ella, désormais. Alors oui, heureux, je l’étais. J’étais content et très fier d’avoir fait le chemin jusque Toronto.

« Oui, je le suis. Je suis très content d’être ici, d’avoir tout laissé derrière moi pour venir te chercher, toi. Je n’oublie pas tes frères, Ella, mais c’est toi la plus importante pour l’instant ! »

Je vis dans ses yeux que c’était la bonne chose à lui dire, qu’elle appréciait le fait que je dise encore une fois que j’étais là pour elle. Du coup, ça me rendait encore plus heureux, de me dire qu’elle était heureuse elle-même. En ce qui concernait mon boulot, je devais avouer que ça me manquait un peu, parce que j’adorais ce job, et que j’avais toujours voulu le faire, dans toute ma vie. Mais rien n’était plus important que sa propre fille, alors ce n’était pas un problème, que je sois parti. J’avais assez d’argent pour vivre jusqu’à ma mort. Je n’en avais plus pour si longtemps que ça, en plus, alors j’avais bien le droit de prendre une retraite anticipée pour profiter de ma fille.

« Je vais rester à Toronto aussi longtemps que tu voudras de moi. Donc je suis pas près de partir ! »

Cette fois, je lui fis un sourire, pendant qu’elle semblait boire mes paroles, trop contente qu’elle était de m’entendre dire ça. Je ne comprenais pas pourquoi elle me croyait maintenant et pourquoi elle ne m’avait pas cru dès le début. Elle devait avoir confiance en moi, désormais, mais du coup, nous avions perdu du temps… C’était nécessaire, bien sûr, que l’on prenne notre temps pour nous retrouver, et nous allions le prendre !
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Jeu 4 Déc - 17:01


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Sa réponse se fit attendre, il réfléchissait encore à ce qu’il pouvait bien me dire, ou alors il essayer de trouver les mots juste pour éviter de me blesser. Dans tous les cas, je voulais savoir ce qu’il allait me répondre. D’un côté, s’il allait me dire qu’ils leur manquent beaucoup, je pourrais le comprendre. Bien entendu, je serai vraiment très mal parce que je me fais seulement à l’idée qu’il soit là pour moi et uniquement moi.

- Oui, je le suis. Je suis très content d’être ici, d’avoir tout laissé derrière moi pour venir te chercher, toi. Je n’oublie pas tes frères, Ella, mais c’est toi la plus importante pour l’instant !

Je sentais alors, pour la toute première fois une sensation de chaleur dans ma poitrine, j’avais peut être enfin des sentiments envers lui qui se développais, ou qui tout simplement réapparaissait à la surface. Pour une fois je passais avant les garçons, c’était exceptionnelle en faite, parce que depuis si longtemps je passais après eux, toujours, j’étais le vilain petit canard de la famille, l’enfant non désiré.

- Je vais rester à Toronto aussi longtemps que tu voudras de moi. Donc je suis pas près de partir !

Il me sourit, et je souris à mon tour, c’était vraiment vrai, il ne disait plus ça pour me faire venir à lui. Je le voyais sincère, c’est à partir de maintenant que j’arrive à le croire sans avoir aucune arrière-pensée.
Comme il a réussis à me convaincre qu’il ne partira pas au moindre problème je me dis que je pourrai lui parler un peu de moi, après tout on ne va pas attendre non plus des années avant que je sois pour de vraie sa fille et lui mon père. Et si on commençait pas les bases, les trucs les plus simples qui fait que l’on connait bien une personne.

- J’adore la noix de coco c’est mon fruit et mon parfum préféré. J’aime beaucoup moins l’ananas et les oranges. Le chocolat au riz soufflé reste mon péché mignon. Je ne sais pas cuisiner à part les soufflés. Ma couleur favorite est le bleu. J’adore les films à l’eau de rose et qui me fait pleurer.

C’était un bon début d’information sur ma vie, sur moi. Et puis se sont des choses qu’il était censé savoir depuis longtemps. Après il y a encore plein de petite chose à savoir, comment j’aimais mon café, quelle était mon thé préféré mais il pouvait être assez observateur pour le deviner aussi par la suite. On va y aller doucement et en même temps rapidement et peut-être que j’arriverai à lui parler de moi de ma vie personnelle, comme David ou encore Ethan. Quoique pour Ethan il n’aura pas besoin de savoir que nous avons un petit arrangement. Que c’est un simple ami, ça sera très bien.



BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Ven 5 Déc - 19:24

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


Nos deux sourires me firent chaud au cœur, bien entendu, parce que je ne pensais pas une seule seconde que nous en arriverions à ce point-là aussi vite. Je pensais qu’Ella allait prendre un temps fou pour me refaire confiance, parce qu’elle avait besoin de temps, et c’était tout à fait normal. Le silence reprit ses droits, cependant, comme d’habitude maintenant, et je la regardai de temps à autres, en me demandant si je devais lui parler, lui demander quelque chose, m’enquérir de choses et d’autres. Peut-être qu’elle voulait que je lui pose des questions, que je m’intéresse à elle. Peut-être qu’elle avait envie que je me montre interrogateur, pour qu’elle se sente importante aux yeux de quelqu’un. Je ne savais pas ce qu’elle attendait de moi, et je ne savais pas quoi faire, en attendant qu’elle me le dise.
Au bout d’un moment toutefois, elle prit la parole et me raconta qu’elle adorait la noix de coco, qu’il s’agissait même de son fruit et de son parfum préféré. Elle enchaîna en disant qu’au contraire, elle n’aimait pas plus que cela les ananas et les oranges. Je la regardai sans comprendre où elle voulait en venir. Je ne voyais pas l’intérêt de me dire tout cela, parce que je n’allais pas m’en rappeler. Puis, je compris. Il fallait que je m’en rappelle. C’était ça, le but de la manœuvre et si je ne prenais pas de notes mentales, j’allais gagner un coup de pied au derrière et un aller simple pour l’Angleterre, sans doute. Elle continua en disant qu’elle aimait également le chocolat au riz soufflé, tout comme moi. Elle ne savait pas cuisiner, sauf des soufflés, puis elle enchaîna en disant que sa couleur préférée était le bleu. Elle termina en disant qu’elle aimait les films à l’eau de rose. Je ne savais pas exactement ce que j’allais pouvoir faire avec tout cela… Mais j’allais garder les informations en mémoire, pour pouvoir les utiliser par la suite. Je sentais que c’était pour cette raison qu’elle me parlait de tout cela.

« D’accord… »

Je ne savais pas quoi rajouter à cela. Elle pouvait bien me dire tout ce qu’elle voulait que je sache et que je retienne, mais du coup, je ne pouvais pas lui poser de questions. Il fallait que ça vienne de son côté et non pas que je lui demande tout et n’importe quoi. Cependant, elle resta silencieuse, par la suite, et je ne savais pas quoi faire. Devais-je réellement ne rien demander ? Je pouvais peut-être essayer, avec des choses banales, des trucs stériles, qui n’allaient pas la froisser. Il fallait que je tente le coup.

« Ton plat favori, c’est quoi ? C’est le genre de choses qu’un père doit savoir. Et tu aimes aller à des concerts ? Regarder la télé ? Sortir au restaurant ? Des trucs comme ça ? »

Je n’avais certes pas beaucoup d’imagination, mais il fallait bien que je commence par quelque part, et peut-être que ça lui donnerait des idées, de l’inspiration pour enchaîner, éventuellement. Je pouvais y croire, elle aussi, et la continuation continuerait, ainsi. J’étais content d’être là, et content de rester plus longtemps avec ma fille, en apprenant à la connaître…
Code by AMIANTE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1597
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Dim 7 Déc - 18:04


Ortwin + Ella


& & &


It's a raining day, lucky man...



Je regardais mon père qui ne pouvait être que content que je lui dise tout ça sur moi, je ne le disais pas à tout le monde, et puis c’était des choses qu’il était censé savoir à mon sujet. Je lui donnais une opportunité d’apprendre des choses sur moi.

- D’accord…

Ah juste « d’accord », moi qui pensais que c’est ce qu’il attendait de moi, je m’étais donc trompé, j’ai un été peu trop naïve pour le coup. Et si il ne comprenait pas mon message, je ne pouvais plus rien pour lui.

- Ton plat favori, c’est quoi ? C’est le genre de choses qu’un père doit savoir. Et tu aimes aller à des concerts ? Regarder la télé ? Sortir au restaurant ? Des trucs comme ça ?

Je souris, il avait compris mon message, et ça me fait un bien fou, petit à petit j’arrive doucement à me fier à lui, à me laisser aller dans ce que je ressens. Et puis maintenant j’ai envie qu’on trouve rapidement ce que l’on cherche, ce que je voulais depuis des années.

- J’aime beaucoup le poulet avec du riz, mais je n’en mange pas beaucoup, je ne sais pas faire la cuisine, et puis je n’ai pas vraiment le temps non plus. Après les concerts, là non plus je n’en fais pas beaucoup, la télé, c’est pareil c’est quand j’ai un peu le temps, ou pour me détendre….

On continue de parler, à faire des questions réponses sur ce qu’on aime ou non, c’était vraiment des questions stupide, mais au moins on apprenait des choses l’un sur l’autre. Parfois on arrivait même à rire ensemble, c’était bien étrange. Mais ça me fait tellement de bien de parler avec lui, de me dire que c’était bien mon père en face de moi.
Les heures avaient passés, et il était l’heure qu’il rentre à son hôtel. Je suis allé lui redonner ses affaires sèche et bien chaude, et je le regarde s’habiller pour partir. Après cette soirée j’avais vraiment hâte de le revoir et de continuer de lui parler, mais qu’il me parle aussi, parce que j’ai eu l’impression de ne pas arrêter de lui dire des choses sur moi, mais que j’en ai pas appris beaucoup pour lui.

- Tu viens me chercher à l’hôpital mercredi ?

Il me fait un grand sourire et me fais oui de la tête. Pour une fois, si je pouvais accélérer le temps, et bien je le ferrai avec plaisir pour le revoir vite. Avant qu’il ne parte je lui fais une accolade rapide et un bisou sur la joue.

- A bientôt Ortwin.

Je lui fais un sourire et il sort de mon chez moi. Je ferme la porte et je saute un peu partout dans mon appartement, je devais paraitre pour une folle. Il y a encore plusieurs jours je ne savais plus si je voulais vraiment le voir. Et en une après midi mon choix était fait, j’avais plus qu’envie d’avoir un père, qu’il soit mon père comme il aurait dut toujours été.
Je file sur mon ordinateur, envoyer un long message narrant ma journée pour ma cousine, elle devait savoir que ça avance, je sais qu’elle sera heureuse pour moi.




BY .TITANIUMWAY


__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Ortwin Kayser


DISCUSSIONS : 91
CREDIT : ava : sweet poison
MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   Mar 16 Déc - 0:02

It's a rainy day, lucky man
Ella & Ortwin


Le regard d’Ella changea dès que je commençais à parler. Elle semblait soulagée, sans que je ne sache trop pourquoi. Je n’osais rien demander, de peur de la couper, si elle se mettait à parler, et puis, elle avait sûrement ses raisons pour me regarder de cette façon. Je n’allais pas faire ma fine bouche. Bien au contraire. Elle commença alors à me répondre, avec un grand sourire. Tout y passa, toutes mes questions, et j’étais vraiment content qu’elle se prête au jeu ainsi. J’avais compris que c’était ce qu’elle voulait, en commençant ce petit jeu entre nous. J’étais heureux de pouvoir le continuer et je pris mentalement des notes, pour pouvoir me souvenir de ce qu’elle m’avait dit, par la suite, pour les semaines qui viendraient. Je devrais faire des efforts pour retenir des choses simples, et pour montrer que je connaissais ma fille… j’y croyais dur comme fer !

Le jeu de questions-réponses dura un bout de temps, quasiment une bonne partie de l’après-midi. Je ne voyais pas passer le temps avec Ella, j’avais l’impression de vraiment rattraper le temps que j’avais perdu. J’étais content, fier de moi, heureux qu’elle me fasse un minimum confiance pour me raconter tout cela. Elle n’était pas en reste non plus, elle m’avait posé des questions pour mieux me connaître, et je voyais bien que ça nous faisait du bien, à tous les deux. En me préparant, une fois mes affaires sèches, j’avais le cœur léger. J’allais rentrer à l’hôtel en souriant, ce n’était pas arrivé depuis longtemps. Je finissais d’enfiler mon manteau quand elle reprit la parole :

« Tu viens me chercher à l’hôpital mercredi ? »

J’observais son visage pendant quelques instants, imprimant son visage attentif et intéressé dans mon cerveau, puis je hochai la tête avec un sourire. Evidemment que je venais la chercher. Maintenant que nous avions convenu de ces rendez-vous hebdomadaires, je n’allais pas me défiler, et j’allais venir chaque mercredi à l’hôpital pour l’emmener manger avec moi. J’étais bien trop content de cette perspective pour la laisser me passer sous le nez. C’est alors qu’Ella me prit dans ses bras, doucement et tendrement et déposa ses lèvres sur ma joue, en ajoutant un « à bientôt » tout gai à mon oreille.
C’est avec la tête dans les nuages que je rentrais à l’hôtel, ce soir-là, alors que le ciel était encore tout gris. Mais la météo n’aurait pas pu m’enlever ma bonne humeur, bien au contraire. J’étais vraiment content que tout se soit aussi bien passé. Ce matin-là, en me levant, je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’Ella m’emmène jusque chez elle. Tout avait changé, ce jour-là. Notre relation avait changé, s’était améliorée, et j’avais hâte qu’elle avance encore plus. Je voulais me sentir comme un vrai père avec elle, et je voulais qu’elle me considère vraiment comme tel. Ca allait être long et difficile, mais nous y arriverions, ensemble. Et on commencerait dès le mercredi suivant !
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's a raining day, lucky man... Ortwin/Ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: