Partagez | 
 

 Adrian Alpert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Adrian Alpert


DISCUSSIONS : 159
MessageSujet: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 0:50

Adrian Alpert



SHOW YOURSELF



BEAUTIFUL, ISN'T IT ?



•PHYSIQUE :
Un grand dadais avec des cheveux très noirs et les yeux de la même couleur, c’est moi. Dans la rue, je passe pour un être humain normal. Je suis passé par plusieurs coiffures au fil des années et j’en change régulièrement. De même pour les coupes de ma barbe. Ma première femme me disait que j’étais un type ténébreux… j’ai jamais trop su ce que ténébreux voulait dire, en réalité. Est-ce que j’incarne le mal même dans mon apparence ?
Je mets des vêtements plutôt banals, des trucs passe-partout, des jeans bleus et noirs, des chaussures de ville pour les grandes occasions et des t-shirt à motifs ou unis. Des trucs de mon âge, quoi. Disons que la mode n’a jamais été ma grande passion, et de toutes façons, je n’en vois pas l’intérêt.

•CARACTERE :
Une mère instable n’est jamais une source d’inspiration pour un enfant. Néanmoins, les chiens ne font pas des chats et je n’ai pas échappé à la transmission des gènes de ma génitrice. En tuant mon père devant moi, elle m’a empêché d’être un enfant comme les autres. Depuis mes dix ans, j’ai tendance à tout prendre au premier degré. Je m’énerve très facilement, et la seconde d’après, je peux être tout sucre tout miel. A trente-cinq ans, je pense avoir vécu trop de merdes pour être quelqu’un de normal, et il m’arrive très souvent d’être déprimé, à ne plus en sortir.
A côté de ça, pourtant, on m’a toujours dit que j’étais quelqu’un d’adorable, d’intelligent, et d’aimant. J’ai toujours protégé mes familles du mieux que je le pouvais, et si Charlie n’était pas mort, je serais encore le meilleur papa du monde. J’ose croire que je ne suis pas qu’une sorte de démon sur Terre…

• TON HISTOIRE :
On dit que le prénom d’une personne en dit long sur elle. On recommande même parfois aux parents d’être prudent, car ces quelques lettres suivront l’enfant tout au long de sa vie. Certains trouvent ça idiot, d’autres choisissent avec soin, mais la plupart des gens prennent tout de même garde à ne pas donner un patronyme ridicule à leur progéniture. Mes parents n’en faisaient pas partie. Ce n’est plus le cas maintenant, très longue histoire, mais je m’appelais Saldszar. Saldszar Bentham. Je me suis longuement demandé à quel point ils pouvaient me détester, mais je ne me suis jamais approché, ne serait-ce qu’un instant, de la vérité. Je ne l’ai compris que lors d’une violente dispute qui s’est terminée par un coup de feu. Alerté, je suis descendu voir ce qu’il se passait pour trouver ma mère debout dans la cuisine, devant le corps inanimé de mon père qui gisait sur le sol. Du haut de mes dix ans, je n’ai pas eu le temps de comprendre que ma mère pointait déjà son arme sur sa tempe. Et je me souviendrais toujours de son regard et de ses mots juste avant de faire feu : « C’est ta faute, tout est ta faute. »

Les années qui ont suivis jusqu’à ma majorité, je les ai passées dans diverses familles d’accueils aux quatre coins de la Californie. Une fois libre, je me suis installé à San Francisco. C’est là que j’ai fais la connaissance de deux types, James et Flavio, qui commencèrent à me parler d’un mouvement de protestation contre la guerre en Irak. A cette époque, il y avait beaucoup de manifestations au travers des Etats-Unis, mais ce qu’ils voulaient était différent. Le pacifisme ne fonctionnait pas, personne ne réagissait aux immenses marches organisées : il fallait plus gros, plus choquant. Comme une bombe. Bien sur, elle ne ferait de mal à personne, il suffisait de choisir l’endroit et le moment approprié. L’idée m’a de suite séduit, c’était comme combattre le feu par le feu. Et puis j’avais en moi une sorte de soif de justice, et j’ai vu la le meilleur moyen de l’assouvir. Sauf qu’évidemment, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Un homme est décédé dans l’explosion, et Flavio et James se sont fait coffrer. J’ai réussi à en réchapper in extremis.

Pour me faire oublier, j’ai changé d’identité et je suis devenu Adrian Alpert. J’avais enfin un nom correct et, peut-être, l’espoir d’une vie plus rangée. C’est ce qu’il s’est passé, durant dix ans, j’ai vécu comme n’importe quel américain normal. J’ai suivi une formation et trouvé un job, rencontré une femme qui a très vite eu un premier enfant, puis un deuxième quelques années plus tard. A l’aube de mes 30 ans, je vivais une vie tout ce qu’il y a de plus banal, entre mon boulot, ma femme et mes gosses de huit et quatre ans. Certes, ce n’étais pas vraiment la vie dont j’aurais pu rêver, mais j’éprouvais beaucoup d’affection pour ma famille et même si mon boulot n’avait rien de palpitant, il nous faisait vivre. C’est un excès de vitesse qui a réduit dix années de ma vie en poussières. Un jeune policier à reconnu mon visage sur l’écran, et a retrouvé ma condamnation. Pour ce genre de crime, la prescription est fixée à douze ans. Je n’ai eu d’autre choix que de quitter le pays, du jour au lendemain, sans laisser aucune explication à ma famille qui ne connaissait rien de mon passé.

Ainsi, j’ai atterris au Canada, à Toronto pour être exact. Je n’ai pas vraiment choisi cette ville, elle a simplement été la première à croiser ma route, et j’y suis resté. Ce choix m’a permis de faire ma plus belle rencontre, Juliet. Elle m’a fait croire que le « coup de foudre » existait. Je suis tombé fou amoureux, comme je n’aurai jamais pensé l’être un jour. L’amour, je l’avais déjà ressenti, mais rien de comparable. Il ne nous fallu pas plus d’un an pour nous fiancer, et bien vite Juliet tomba enceinte. Bien sur, elle ignorait que j’étais déjà père. Charlie est né neuf mois plus tard, me faisant oublier tout ce qu’il avait pu se passer dans mon autre vie. Mais le destin me rappela bien vite à l’ordre, et me démontra une fois de plus que la vie, ça n’avait rien de beau. Rien de joyeux. J’avais été assez naïf pour croire que j’allais enfin découvrir ce que signifiait « être heureux ». En découvrant le corps inanimé de mon fils, je ne pu faire autre chose que ce que j’avais toujours fait : fuir. Et je suis parti, laissant Juliet seule.

On dit que la vie est faite d’épreuve et d’obstacle qu’il faut surmonter. Mais personnellement, je crois que c’est des conneries.


BEDIND THE SCREEN



PRENOM; Athéééé
ÂGE; Toujours 17
TON AVIS SUR LE FORUM; Nul, sérieux qu'est ce que je fou ici ?
TES GOUTS (musique, films, séries); J'aime surtout la petite maison dans la prairie.
AUTRE CHOSE ? CHARLIIIIIIIE D:
CODE A REMPLIR;

Code:
Florent Mothe • Adrian Alpert
Code:
Adrian Alpert • TOWN OUTSIDERS




© maxou'


__________________________


Dernière édition par Adrian Alpert le Ven 5 Déc - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Ella Kayser


DISCUSSIONS : 1596
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 11:27

Comment dire... huuuum.... histoire triste du mec qui à la poise toute sa vie, mais hyper bien ! (je trouve ça horrible d'aimer une histoire si moche !) Hate de voir ça dans le futur !
Ah et heu.... si il a besoin de garder la forme je suis là ! ^^ ( comment ça je devrais me faire payer pour coucher....)

__________________________

LOVE IS EASY
Now I know exactly what they mean
Oh I can’t believe that it’s so simple
It feels so natural to me  


Crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 12:31

Tu le touches, t'es morte
Sinon, je relis l'histoire et je fangirle encore. CHARLIIIIIIIIE D:
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 15:39

Bienvenue Monsieur ^^
et moi aussi j'aime bien la petite maison dans la prairie ^^
Et je suis triste pour toi parce que tu es malheureux :(
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 21:49

Hehehehe tout est booooon

TU ES VALIDE(E) !



Félicitations ! Cependant, ton arrivée n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire. Tu es nouveau à Toronto, et dans un premier temps, il va te falloir un logement, et tu pourras en faire la demande par ici. Tu as un toit ? Parfait, maintenant tu vas pouvoir faire ami-ami avec les autres habitants de Toronto ! Il te faut bien une vie sociale, non ? C'est par là que tu vas pouvoir te faire de nouvelles relations. C'est fait ? Super, tu vas pouvoir commencer les RP maintenant. De nombreux lieux sont à ta disposition, ainsi que le flood et les jeux. Si tu dois t'absenter de Toronto pour quelques temps, il faudra nous prévenir, et tu auras un formulaire juste ici. Avant de te lâcher dans la nature, n'oublie pas de regarder de temps en temps les mises à jour de MLH, pour te tenir au courant de tout ce qu'il s'y passe. On t'attend dans la chatbox, n'hésites pas à nous rejoindre si tu y vois du monde !

Et pour finir.. bienvenue à Toronto !




© maxou'

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 22:03

Une drôle de vie pas très heureuse ... mais tout va s'arranger ici tu vas voir ^^

__________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 22:34

Je ne peux qu'appuyer tout ce qui a été dit précédemment, vous êtes démoniaques Clem et toi !!

__________________________



Call it magic, call it true.
I call it magic when I'm with you.
And I just got broken, broken into two.
Still I call it magic, when I'm next to you.
© Coldplay & CasiElSilencio

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Juliet Carlson


DISCUSSIONS : 268
CREDIT : ava : casielsilencio
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 22:43


__________________________


Y a des souffrances qui pèsent des tonnes et pour ne pas que tout espoir nous abandonne on joue le rôle de celui pour qui tout va bien pourvu que les autres n'en sachent rien. On fait au mieux pour sauver la face pour que notre entourage ignore par où l'on passe. Les blessures qui ne se voient pas nous font du mal bien plus que toutes les autres.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Adrian Alpert


DISCUSSIONS : 159
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Mer 22 Oct - 23:00

Démoniaques ? Noooooooon
C'est vrai qu'il a la totale le petit Saldszar là (je me remettrai jamais de ce nom xD)

Sinon merci tout le monde ! :p

__________________________

life can do terrible things
Made my mistakes, let you down, and I can't hold on for too long. Ran my whole life in the ground and I can't, I can't get up when you're gone. You are my only one.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



Connor Thomas West


DISCUSSIONS : 205
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Jeu 23 Oct - 23:25

Sur la 3ème photo tu ressembles un peu à Matthew Irons non ?

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: Adrian Alpert    Ven 24 Oct - 0:32

Oh mon dieu oui............ O____O

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Adrian Alpert    

Revenir en haut Aller en bas
 

Adrian Alpert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: