Partagez | 
 

 hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Lun 11 Aoû - 15:15


hey brother do you still believe in one another?
AVEC AIDAN

C’était vraiment quelque chose d’inattendu.
Attendez, Aidan qui m’appelle pour me demander de venir chez lui, un soir, pour manger ? Impossible ! Quelqu’un s’était emparé du téléphone de mon frère, et  de sa voix, par la même occasion. Ça faisait bien trop longtemps qu’il ne m’avait pas dit de venir manger chez lui. La dernière fois, j’étais encore dans l’armée, et c’était le seul moyen que l’on avait pour se voir : que je vienne dîner chez lui. Mais désormais, j’avais autant de temps que je le voulais, et nous aurions pu tout simplement boire un verre dans un bar. Indécis, et presque effrayé par tout cela, j’eus une pensée horrifiée en imaginant qu’il ait demandé à notre mère de venir. Je ne lui avais toujours pas dit que j’étais parti de l’armée. Elle m’y croyait encore ! Tant que je n’avais pas trouvé de garage où je pouvais exercer, je n’allais pas lui dire. Ce n’était pas la peine qu’elle s’inquiète pour moi, elle avait bien d’autres choses à penser de son côté, et puis… j’étais peut-être son fils, mais je n’étais plus un bébé et je savais me débrouiller. J’allais lui prouver alors qu’elle ne se doutait de rien.

Néanmoins, si Aidan lui avait demandé de venir, j’allais être très vite pris au piège. Apeuré à l’idée de subir la colère de ma mère – et je disais que je n’étais plus un bébé ? – je lui avais renvoyé un message en lui demandant pourquoi il voulait que l’on aille chez lui, et s’il avait prévu d’en parler à maman. Sa réponse fut négative, et même si j’étais un peu sceptique, je le crus. Elle ne serait pas là, certes, mais il y avait quelque chose qui clochait dans tout cela. Ou alors, il fallait que je cesse d’être paranoïaque et que je fasse confiance à mon frère. Comme avant. Enfin j’avais tendance à ne plus faire confiance à grand monde depuis que j’étais parti de l’armée. Evidemment, puisque j’avais dû partir de mon propre foyer – je considérais bien l’armée comme tel – parce que tout le monde m’y insultait. J’imaginais aisément qu’il faudrait que je réapprenne à me comporter en société comme quelqu’un de normal, pas comme un bon petit soldat. Je n’avais jamais compris pourquoi, en tant que simple mécanicien – après tout, je n’avais jamais voyagé, je n’avais jamais été sur le terrain –, je devais subir le même entraînement que les autres. Mais de fait, j’étais aussi baraqué qu’eux, très endurant, et prêt à survivre dans des conditions extrêmes. Et j’avais peur de ma mère. C’était drôle, quand même !

Le grand soir arriva rapidement, et je me préparai du mieux que je pouvais, en enfilant une chemise à fines rayures bleues avec un jean noir. Je n’avais pas besoin d’être magnifique non plus, mais il s’agissait de mon frère. Ce n’était pas que je voulais le charmer, au contraire, mais il fallait qu’il soit fier de moi, comme d’habitude. C’était tout ce que je voulais.. j’étais persuadé qu’il avait encore plein de  choses à m’apprendre pour que je devienne l’homme qu’il était. Non pas que je veuille lui ressembler en tout point, mais il était réellement devenu un modèle pour moi. Et lui ressembler serait un honneur pour moi. Et pour lui aussi, s’il pensait comme ça, ce qui n’était peut-être pas le cas. De fait, je fis en sorte d’être à l’heure, et d’arriver à vingt heures chez lui. Il n’avait pas changé d’adresse, il avait toujours son magnifique appartement en centre ville, et j’en étais un peu jaloux d’ailleurs. Mais il avait plus d’argent que moi, alors c’était bien normal qu’il se paye un truc comme ça. Je me demandais si sa secrétaire/petite amie serait là. J’imaginais que non. En sonnant, j’attendis nerveusement qu’il vienne m’ouvrir et quand il apparut enfin devant moi,  je lui offris mon plus beau sourire.

« Salut frangin ! »

Il n’avait pas tellement changé depuis la dernière fois que je l’avais vu, quelques mois auparavant. Toujours sa coupe de cheveux habituelle, courts sur les côtés et plus longs sur le dessus du crâne. Un peu comme moi, sauf que sa coupe ne sonnait pas militaire du tout. Il n’avait pas changé au niveau des fringues non plus, et pourquoi le ferait-il ? Il avait dû travailler le jour-même, car il portait encore son costume, sans sa cravate néanmoins, et sa chemise était ouverte de quelques boutons. Non décidément, rien n’avait changé dans sa superbe vie. Je ne pouvais pas en dire autant bien sûr.

« Je nous ai ramené une bouteille de vin ! Je pensais que ça te ferait plaisir ! »

Avec un sourire encore un peu nerveux, et Dieu seul savait pourquoi j’étais nerveux à ce point-là, je lui tendis la bouteille en question dans le sachet en papier kraft et entrai chez lui quand il s’effaça de la porte pour me laisser passer. Ça me faisait tout drôle de remettre les pieds ici. J’avais déjà passé plein de bons moments ici, quand tout allait bien. Que ma mère et lui étaient fiers de moi parce que j’étais en train de m’épanouir à l’armée. Est-ce qu’il allait me juger pour ça ? Pour en être parti, à cause de ces rumeurs ? Je savais que je n’aurais pas dû partir, mais je ne pouvais plus supporter d’entendre les quolibets me tomber dessus, alors que ce n’était même pas la vérité…
 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Aidan P. Hanit


DISCUSSIONS : 17
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Jeu 14 Aoû - 20:20


hey brother do you still believe in one another?
w/ ethan
Ce n'était pas sans dire, je menais une vie plutôt chargée. Je n'étais pas plaindre, bien sûr, j'avais sans doute ce que la plupart des gens souhaitaient (lorsque que leur souhait n'était pas d'avoir une famille, tout du moins). Mais de réussir sa vie sur la plupart des points était quelque chose que pas mal de gens pouvaient convoiter. D'un côté, je les comprenais... Mais de l'autre, j'aimerais bien les voir courir à ma place, tiens. Pas que je détestais ça, au contraire, j'avais choisi cette vie pour une raison. C'était juste que parfois, même si je savais que j'avais été chanceux sur toute la ligne, je ne voyais pas vraiment pourquoi j'étais à envier, en quelques sortes. Au final, ma vie avait été bien plus dure et courir partout, j'avais toujours connu ça. A mes dépend d'ailleurs, mais j'avais toujours fait avec, alors je ne voyais ma réussite que comme un résultat de toutes ces années et rien de plus.

Au final, j'avais vraiment peu de temps libre et j'en profitais surtout pour garder la tête hors de tout ça ; parce que, même si on n'en avait pas l'impression, j'avais besoin de décompresser et me sortir la tête de tout ça. D'être seul, en fait. C'était peut-être égoïste mais si je ne le faisais pas, je pouvais très vite perdre patience. En bref, entre mes heures de boulot incessantes et les moments où j'avais besoin de me relaxer un peu, il ne me restait plus grande chose de disponible pour qui que ce soit. Je m'en voulais, parfois, mais seulement envers deux personnes. Ma mère et mon frère. J'aimerais beaucoup les voir plus souvent, mais trouver un véritable moment était en fait un calvaire. Je savais qu'ils ne m'en voulaient pas vraiment, mais ça ne m'empêchait pas de me dire que je devrais peut-être faire un peu plus d'efforts quand j'en avais l'occasion.

Et puis, un jour, une occasion se présente, de quoi se racheter pour son manque de présence. Je savais que mon frère avait besoin de moi et surtout en ce moment ; après tout, ce qu'il avait vécu dernièrement n'avait pas été facile et j'avais été honnêtement presque révolté par tout ça. L'armée avait été violente et injuste envers lui ; je ne critiquais pas leur travail en général et loin de là. Mais leurs valeurs étaient parfois véritablement stupides.
En tout cas, pour une fois, j'avais un peu de temps à lui consacrer et j'avais décidé de l'inviter dans mon appartement – j'aurais pu faire plus simple mais je n'étais toujours pas Superman et je n'étais pas vraiment certain de pouvoir réellement avoir le temps de faire en sorte qu'on se rencontre à l'extérieur ; un imprévu et c'était foutu.

D'ailleurs, j'avais bien vu que ce 'changement' d'endroit l'avait un peu perturbé. Après que j'ai convenu avec lui de l'heure et la date, il m'avait fait part de son inquiétude ; il craignait que notre mère soit là C'est vrai que ça aurait pu sonner de la sorte... Mais, même si j'étais un véritable enfoiré parfois, je ne l'étais jamais envers lui. Ca aurait été franchement horrible de lui faire ça, je n'avais pas envie de l'achever bien au contraire mais de lui montrer que j'étais là pour lui. Je lui avais donc répondu que non. Après tout, ce n'était pas à moi de dire à notre mère qu'il était de retour ici et non plus à l'armée... C'était à lui de le faire, et quand il se sentait prêt à le faire.

Une fois le soir de notre rencontre venu, j'étais presque nerveux mais tout simplement parce que j'avais l'impression d'avoir mal calculé mon temps. J'étais sorti un peu en précipitation du bureau (chose que je faisais rarement), et j'avais filé directement chez moi. J'avais juste pris le temps d'enlever ma cravate, me poser rapidement dans mon canapé en regardant l'heure... 15 minutes, j'allais me poser 5 minutes avant qu'il arrive... Sauf que le temps passa plus vite qu'il ne semblait et alors que j'étais toujours posé, j'entendais mon frère sonner à la porte. Je me levais rapidement pour aller lui ouvrir, répondant à son sourire par un autre.

« Salut ! »

Rien qu'en le voyant, je me disais qu'il avait probablement fait des efforts dernièrement et c'était plutôt un bon point pour lui, du moins je l'espérais. Après tout, je l'avais invité ici pour prendre de ses nouvelles.

« Ah, merci ! »

Je pris la bouteille qu'il me tendait ; c'était simple comme geste de sa part mais j'appréciais ce geste à sa juste valeur, ça faisait toujours plaisir après tout. Je m'écartais de la porte pour le laisser entrer, refermant la porte derrière lui lorsque c'était fait. Je l'invitais ensuite à s'asseoir avant de me diriger vers mon frigo pour prendre deux bières ; c'était souvent ma manière de commencer une soirée quelle qu'elle soit. Je revenais vers lui avant de m'asseoir aussi en lui tendant sa bière.

« Ca fait plaisir de te voir. Comment tu vas ? »
electric bird.

__________________________

I don't wanna be in love

It's too late to be trippin' on the phone. Get off the wire; you know everything is good here. Stop what you're doin', you don't wanna ruin the chance that you got to find a new one.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Ven 15 Aoû - 16:07


hey brother do you still believe in one another?
AVEC AIDAN

Il y avait quelque chose que je détestais plus que l’armée. Les débuts de soirée un peu nerveux comme ce que je vivais actuellement. Non pas que c’était de la faute d’Aidan, ou bien de ma faute – quoique, ça devait bien venir de quelque part, et je me doutais que je jouais un gros rôle là-dedans, sûrement – mais je ne savais pas pourquoi j’étais dans cet état-là. C’était ridicule, c’était mon frère, et je n’avais rien à lui cacher. Oh, allez, ça irait mieux dans quelques minutes, lorsque l’atmosphère serait réchauffée et plus chaleureuse. C’était comme ça, avec lui, ça l’avait toujours été, et en plus là, ça faisait longtemps que l’on ne s’était pas vus, alors je ne devais pas mettre la charrue avant les bœufs. Cependant... je ne savais vraiment pas par où commencer.

Dès lors que j’eus une bière entre les mains, je me détendis. Voilà, rien n’avait changé entre Aidan et moi, et je ne voyais pas pourquoi quelque chose changerait. Mes peurs étaient ridicules. En souriant plus franchement, je m’installai dans son canapé, comme si j’étais chez moi, et j’observai l’endroit de plus près. Ça n’avait pas tellement changé depuis la dernière fois que j’étais venu, à l’image de mon frère en fait. Il ne devait pas passer tellement de temps dans cet appartement de toutes façons, le connaissant. Il ne devait y rentrer que le soir pour dormir. Quel intérêt d’y changer la déco régulièrement, de fait ? Aucun. Mais j’avais toujours apprécié cet endroit, lumineux et accueillant à souhait. Même si tout cela pouvait faire bien froid, des murs blancs, des vitres immenses qui donnaient une vue parfaite sur tout l’hyper centre-ville, les sols et les meubles impeccables, sans aucun bordel… eh bien j’adorais ça. C’était toujours beaucoup moins impersonnel que les locaux de l’armée, après tout. Cet endroit était reposant, c’était agréable, et mon frère avait vraiment eu beaucoup de goûts. Ça ne m’étonnait pas de lui.

« Rien n’a changé ici… C’est toujours aussi bien ! »

En me rendant compte qu’il m’avait demandé comment j’allais, je retournai la tête vers lui. Comment j’allais, honnêtement ? Je n’en avais aucune idée. Je présumais que si physiquement, je pouvais encore respirer, marcher, manger et parler, tout allait bien. J’étais encore en vie, et je pensais que ça irait vraiment plus mal, après être parti de l’armée, mais je commençais à me faire tout doucement à une vie en dehors de la caserne. La liberté me paraissait presque incongrue et totalement étrange, mais ça allait. Je pouvais faire ce que je voulais et voir qui je voulais. Lorsque j’aurais un boulot régulier, ce serait encore mieux. En fait, ce serait parfait.

« Ça peut aller ! J’ai trouvé un garage pour faire quelques remplacements ! Rien de bien concret, c’est sûr mais c’est toujours mieux que de ne rien faire de la journée ! »

Tout fier de moi, pour le coup, parce qu’il s’agissait d’une petite victoire, certes, mais d’une victoire quand même, je levai ma bière en direction de mon frère et souris. Ce n’était que quelques jours, mais si le patron était content de moi, je pourrais éventuellement rester… ou bien il me ferait de la pub auprès de collaborateurs et collègues. Travailler pour lui et faire du bon boulot ne pourrait m’être que bénéfique et j’en voulais. Oh oui, j’en voulais énormément !

« Et toi, comment ça va ? T’as l’air en pleine forme ! »

Malgré le fait que oui, il paraissait aller bien, je me moquais légèrement de lui en disant ça. Non, il n’avait pas l’air en pleine forme, il avait la tête d’un type qui ne faisait que travailler de ses journées et qui était épuisé. Pourtant, maintenant qu’il avait fait ses preuves, il devrait pouvoir moins se dépenser, non ? Enfin… ce n’était pas dans sa nature de s’arrêter. Il ne s’arrêterait que quand il serait mort, très probablement ! Mon ton ironique ne passa pas inaperçu, et il me lança un de ses regards de tueur, qui me faisaient rire quand j’étais gamin. Oh bien sûr, en lui renvoyant la question, j’espérais qu’il me parle de lui, et qu’il ne me pose pas de questions. Je n’avais pas très envie de devoir m’expliquer, devoir parler de choses que je n’avais pas envie d’évoquer et tout ça… ça viendrait, mais j’espérais que ce soit le plus tard possible !
 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Aidan P. Hanit


DISCUSSIONS : 17
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Dim 17 Aoû - 17:34


hey brother do you still believe in one another?
w/ ethan
Je voyais bien que mon frère était un peu nerveux – au final, je le comprenais presque, ca faisait des mois qu'on ne s'était pas vu et ce n'était pas forcément facile, en tout cas, pas forcément pour lui. Surtout que j'aurais aimé être présent un peu plus pour lui, que ce soit en général ou après son retour de l'armée, mais je n'avais malheureusement jamais vraiment eu le temps. Je savais qu'il allait de toutes manières se rendre compte qu'il n'avait aucune raison de s'en faire, parce que malgré le fait que je ne le voyais pas souvent, je le connaissais bien.

Je commençais à boire une gorgée de ma bière, tout en l'écoutant. Il me faisait part du fait que cet endroit n'avait toujours pas changé. Il n'avait pas tort, au final, la déco surtout ne changeait pas vraiment, tout simplement parce que, je n'en ressentais pas vraiment ni le besoin ni l'envie, mais aussi par manque de temps. C'est vrai qu'il y avait probablement quelques petites choses à changer, mais au final, pour le peu de temps que je passais ici, je ne jugeais pas spécialement que c'était nécessaire...

Je ne trouvais rien de spécial de répondre à ça, du coup je répondais juste avec un simple « Merci » et un petit signe de tête. Il me fit ensuite part de ce qu'il y avait un peu de nouveau dans sa vie, me disant qu'il avait trouvé un garage pour faire quelques remplacements pour le moment même si ce n'était rien de concret. J'espérais que ça pourrait mener plus loin, après tout, ce serait très bien pour lui d'enfin trouver quoi faire ici. Je tenais à ce qu'il aille mieux et qu'il commence un peu à mener une vie normale après ce qui lui était arrivé. Au final, même si, mis à part son départ, l'armée s'était bien passée, il devait un peu sortir ça de sa tête et se refaire à une vie civile classique et souvent, ça passait essentiellement par le boulot.

« C'est super ça, je suis vraiment content pour toi, et j'espère qu'ils pourront t'offrir quelque chose à plus long terme. Ou que ça te permettra de trouver quelque chose d'autre qui sera concret. Mais en attendant, c'est bien d'avoir trouvé quelque chose. »

Je l'entendais ensuite me poser la même question en retour, avec en prime une petite boutade sur le fait que j'avais l'air en pleine forme, bien que la manière dont il l'ait dite sous-entendais le contraire. Je lui lançais un petit regard plutôt peu amusé alors qu'il savait bien qu'au contraire son ironie ne me dérangeait pas vraiment. Je pouvais avoir l'air fatigué mais au final je crois que je ne m'en rendais pas spécialement compte, tant que je ne m'installais pas dans mon lit ou mon canapé pour un bon bout de temps.

« Oh, moi, ça va. J'ai un peu couru partout ces derniers temps parce qu'il y avait pas mal de choses et de dossiers à gérer, mais ça n'empêche pas que ça va. »
electric bird.

__________________________

I don't wanna be in love

It's too late to be trippin' on the phone. Get off the wire; you know everything is good here. Stop what you're doin', you don't wanna ruin the chance that you got to find a new one.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Jeu 21 Aoû - 0:25


hey brother do you still believe in one another?
AVEC AIDAN

Evidemment que pour moi, mon frère n’avait que de bonnes intentions à mon égard. Quel genre de frère serait-il s’il ne faisait pas en sorte que tout aille bien dans ma vie ? C’était mon grand-frère, il avait toujours là pour moi, plus ou moins selon les moments. Depuis qu’il travaillait vraiment, dans sa branche, ce n’était plus pareil, certes, mais on restait des frères et je l’aimais toujours comme lorsque j’avais dix ans et qu’il était devenu l’homme de la maison. A cette époque, il était devenu aussi bien mon modèle qu’une sorte d’objet de toutes les jalousies. C’était sur lui que reposaient les espoirs de maman, c’était lui qui devenait le héros de la maison Hanit, c’était lui qui allait tous nous sauver, nous aider. Et moi, à l’arrière, je devais suivre sa trace, me taire et attendre que vienne mon tour. C’était la jalousie d’un enfant, rien de plus, et par la suite, j’avais compris que je n’aurais finalement pas aimé être à sa place, que j’avais été chouchouté parce que j’étais le plus jeune et qu’Aidan aurait sûrement préféré être le plus jeune, au lieu d’être celui qui devait travailler pour aider notre mère. Eventuellement, j’avais cru un peu naïvement que l’armée allait changer ça, que j’allais pouvoir pallier aux besoins, que je pourrais rendre quelqu’un heureux, peut-être. Ma mère était contente que j’aie quelque chose, mais maintenant ? Je n’avais pas de diplôme, j’étais juste bon pour la mécanique. Et personne ne voulait de moi. Il fallait bien le dire, le pays était encore en crise, et malheureusement, je n’étais pas capable de trouver un garage qui pourrait me garder.

« C'est super ça, je suis vraiment content pour toi, et j'espère qu'ils pourront t'offrir quelque chose à plus long terme. Ou que ça te permettra de trouver quelque chose d'autre qui sera concret. Mais en attendant, c'est bien d'avoir trouvé quelque chose. »

Ouais. J’osais espérer un miracle moi aussi. Ça faisait déjà quelques mois que je vivais sur mes économies, que je couchais avec des filles juste pour pouvoir m’incruster chez elle, oublier mes problèmes et pouvoir économiser de l’argent en bouffant chez elle. Et puis, de l’autre côté, il y avait Ella. Ma bonne amie Ella. Elle me soutenait comme elle le pouvait, entre deux parties de jambes en l’air, et c’était plutôt agréable de pouvoir parler à quelqu’un qui comprenait, et qui essayait de me faire me sentir mieux. Voir mon frère était un plus aussi, il fallait le dire, mais heureusement qu’elle était là. En plus d’être incroyable au lit, c’était une bonne psychologue. Alors que je lui demandais comment il allait, Aidan me regarda d’un air gentiment méprisant et je m’esclaffai doucement. Il devait bien savoir lui aussi, qu’il avait une tête affreuse. Oh bien sûr, ça ne devait pas se voir quand il travaillait, mais seulement quand il se posait dans un coin. Il avait toujours cet air atrocement prêt et heureux de travailler quand il était au boulot. Et quand sa journée se terminait, il retrouvait le sens des priorités et se souvenait de toute la merde dans laquelle on avait été laissé, depuis que notre père s’était barré.

« « Oh, moi, ça va. J'ai un peu couru partout ces derniers temps parce qu'il y avait pas mal de choses et de dossiers à gérer, mais ça n'empêche pas que ça va. » »

J’avais vu juste, le boulot avait été rude ces derniers temps. A quand remontaient ses dernières vacances ? Il ne pouvait juste partir dans un pays étranger pour deux semaines ? Il avait les moyens et personne ne lui en voudrait d’être égoïste, juste pour une fois. Ou même, quitte à ne pas partir, il pourrait simplement prendre deux semaines de vacances, se poser et se reposer et repartir d’un pied neuf et sain au travail, non ? C’était proscrit pour lui peut-être ? Depuis que je l’avais vu travailler pour la première fois, je n’étais pas sûr qu’il ait eu un jour de repos… Quand je pensais que moi je ne travaillais pas… ça me rendait malade ! J’aurais tout donné pour avoir un job régulier, qui me rapporterait un salaire à la fin du mois, de quelque chose de sûr, que je pourrais garder et économiser et même payer des trucs à notre mère, alors qu’Aidan, tout ce dont il avait besoin, c’était de vacances ! Si seulement j’étais bon dans son domaine… j’aurais pris sa place pour une semaine, histoire de le laisser souffler, et de me prendre un peu de son salaire de roi. Mais ce n’était pas comme ça que ça fonctionnait, nous le savions tous les deux.

« Et ta secrétaire ? »

Suite à cette réplique, j’eus droit à son regard noir du grand-frère mécontent, mais la lueur qui brillait dans ses yeux me fit comprendre qu’il était quand même amusé par mon comportement. Pourtant, je levai les deux mains en l’air et ajoutai :

« D’accord, d’accord, j’ai rien dit ! Comment elle s’appelle déjà ? »

Je n’avais pas retenu son nom, mais j’avais bien retenu sa jolie figure, ainsi que ses formes… et je pouvais en déduire que mon grand-frère avait vraiment de la chance d’avoir recruté quelqu’un d’aussi joli. Je me disais souvent qu’il avait fait exprès… mais il ne pouvait pas imaginer à l’avance qu’il coucherait avec, si ? Il était frustré à ce point ? Non, ça ne lui ressemblait pas. J’avais toujours été comme lui, et le sexe, ça ne m’était pas venu tout seul, bien au contraire. Je l’avais imité, j’avais essayé de coucher avec le plus de filles possible, et finalement j’avais pris goût à ça… peut-être un peu plus que lui, d’ailleurs…
 

© EKKINOX


Spoiler:
 

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Aidan P. Hanit


DISCUSSIONS : 17
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Dim 24 Aoû - 22:12


hey brother do you still believe in one another?
w/ ethan
C'était en général en voyant mon frère que je me rendais véritablement compte du peu de temps que j'avais pour moi-même. Parce que souvent, je lui donnais justement ce temps, parce que je savais que lui tout comme moi en avions besoin. Mais du coup, il était vrai que je pouvais sembler plutôt fatigué. Je n'essayais même pas de me rappeler la date de mes dernières vacances, ou en tout cas, d'un repos qui ait duré plus de deux jours. D'une, c'était possiblement bien trop loin, et de deux, je pense que c'était probablement pas la meilleure chose à faire. J'en avais peut-être besoin mais vu que je fonctionnais toujours tant que je ne me posais pas plus de 5 minutes, je ne m'en rendais compte que dans des moments comme celui-là. Ou je me retrouvais à tranquillement boire une bière avec mon frère. Au final ça me semblait presque irréaliste alors que c'était censé être quelque chose de parfaitement normal.

Du coup, j'essayais de faire de mon mieux et d'être là pour lui. Malgré tout, je sais que je n'aimais pas vraiment fouiner et même si je me posais pas mal de questions à son sujet – il m'avait assuré qu'il allait bien mais je savais que ce n'était pas vraiment très sincère ; je me faisais du souci pour lui mais je ne voulais pas non plus forcer quoi que ce soit. De ce fait, lorsque je l'entendis changer de sujet plutôt rapidement, et sur ma secrétaire en plus, je lui lançais un petit regard noir mais au fond je m'en fichais pas mal ; s'il voulait qu'on parle de moi et que ça lui change les idées, pourquoi pas. Je me mis finalement à sourire avant le lui répondre.

« Elle s'appelle Casey, et elle va bien. »

Je savais très bien que ce n'était pas ce que signifiait sa question, mais plutôt probablement comment ça allait entre nous deux. Pour être honnête, je crois que je ne me souciais pas réellement des détails à ce sujet. Il ne se passait jamais réellement rien d'autre que du sexe entre nous, même s'il nous était quelques fois arrivé de dîner ensemble mais ça n'avait jamais été autre chose, et heureusement d'ailleurs. Je n'avais pas vraiment envie de m'attacher à quelqu'un et surtout pas lorsque cette personne était celle avec qui je passais au final pas mal de mon temps quand on y pensait. Tant que ça marchait tel que ça l'était, et puis, ça ne me contraignait à rien. Je pouvais aller voir d'autres filles, elle pouvait aller voir d'autres mecs, et l'un comme l'autre ça nous convenait parfaitement ; en tout cas, il semblait que ça le soit.

En fait j'étais plutôt égoïste en général, mais avec elle aussi, parce qu'on n'avait jamais réellement parlé l'un à l'autre, on ne s'était pas vraiment posé pour le faire (de toutes manières je n'en avais pas vraiment envie), et je ne connaissais pas grand chose de sa vie mais je crois que ça ne me dérangeait pas plus que ça.
electric bird.

__________________________

I don't wanna be in love

It's too late to be trippin' on the phone. Get off the wire; you know everything is good here. Stop what you're doin', you don't wanna ruin the chance that you got to find a new one.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   Mar 26 Aoû - 17:00


hey brother do you still believe in one another?
AVEC AIDAN

Evidemment, les réflexes de mon frère furent rapides, et je faillis me faire fusiller du regard, dès lors que j’évoquais sa secrétaire-objet-sexuel. De plus, j’éclatai presque de rire en voyant son air furieux mais amusé en même temps, et je sus immédiatement que je n’avais pas franchi une certaine ligne. Il se fichait de comment je pouvais bien appeler sa gonzesse, et il se fichait d’autant plus du fait que je la considère comme une fille parmi tant d’autres. Bien. Une chose de plus qui n’avait pas changé.

Il fallait dire que je n’imaginais pas du tout mon frère se poser un jour, même si, je devais l’avouer, je tuerais pour voir ça. Essayer de penser au futur, de le voir avec une femme, et des enfants – non mais des enfants, quoi !! – c’était au-dessus de mes forces et c’était juste improbable. Ça me tuait, littéralement. Il n’était pas capable de bien prendre soin de lui-même, alors prendre soin d’enfants. Même si c’était les siens, il n’y parviendrait jamais. Et j’étais pareil que lui, bien sûr. Notre mère devait désespérer en attendant des petits-enfants qui n’arriveraient jamais. Nous aimions beaucoup trop les femmes pour cela, et puis personnellement, je n’avais aucune envie de me poser. A en juger de la réaction d’Aidan, il était clair que lui non plus. A trente-cinq ans pour lui et trente ans pour moi, la vie maritale et de famille était très lointaine… et c’était très bien comme ça !

« Elle s'appelle Casey, et elle va bien. »

Casey. Il faudrait que j’essaye de m’en souvenir. Est-ce que j’avais déjà un jour couché avec une Casey ? Ça ne me disait rien du tout, il était possible alors que je n’ai jamais rencontré de Casey. Je repensais à Ella… imaginait-elle au moins deux secondes combien de filles j’avais pu me taper en quinze ans ? Elle était trop innocente pour ne serait-ce que se poser la question. Quoique… plus je la fréquentais, et moins je la trouvais innocente. A croire que ma dépravation déteignait sur elle. C’était assez comique, en y repensant. Je garderais toujours en souvenir le moment où on avait fait l’amour à l’hôpital et où on avait rendu son ex jaloux. Enfin… j’espérais qu’il ait été jaloux. Il ne méritait que ça, cet abruti. Je m’étais fait un plaisir de lui faire regretter son geste. Mais en même temps, c’était très bien qu’il l’ait quittée, comme ça, j’avais eu la chance de la connaître un peu mieux.

« Tu vois quelqu’un d’autre, sinon … ? »

Curieux comme jamais, je savais que j’allais finir par épuiser la patience de mon grand-frère, et il aurait vite fait de me dire que ce n’était pas mes oignons. Et d’ailleurs, vu la tête qu’il faisait, j’allais me dépêcher de m’excuser et de changer de sujet.

« Ok ok, je me tais. Mais je m’intéresse à ta vie privée c’est tout… pour voir si quelque chose a changé, si quelqu’un aurait pu faire chavirer le cœur de mon merveilleux frère ! »

Et pour accompagner mes paroles, je levai mon verre dans sa direction avec un clin d’œil. Un peu d’humour ne faisait jamais de mal, mais j’avais l’humour très lourd parfois. Aidan me connaissait, cependant, il devait bien savoir que je ne disais pas cela pour l’embêter. De toutes façons, viendrait rapidement le temps où il me poserait des questions, et où je devrais passer à la casserole. J’essayais de repousser le moment le plus loin possible… mais je savais que mon attente n’allait pas être infinie..
 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan   

Revenir en haut Aller en bas
 

hey brother do you still believe in one another? ◘ Aidan & Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: