Partagez | 
 

 [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Administratrice

avatar



The Mayor


DISCUSSIONS : 50
MessageSujet: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 4 Aoû - 0:00

PREMIER EVENT


MISE EN SITUATION NUMERO 1 : A l’intérieur du centre commercial


Il n’y a aucun hasard dans tout cela. Ils étaient venus faire leurs courses, faire du shopping, retrouver des amis pour boire un café, et soudain, ils se retrouvent  par terre, mains derrière la tête, entre les cris, les pleurs, les coups de feu brusques et assourdissants, résonnant dans tout le centre. Ils croient peut-être encore que c’est le genre de choses qui n’arrivent qu’aux autres ?

Personne ne sait ce qu’il se passe. Des enfants pleurent, des mères tentent de les calmer en leur disant que ce n’est qu’un jeu, et que ce sera bientôt fini, mais elles-mêmes, dans leurs voix, ne sont pas capables d’être convaincantes. Quiconque bouge reçoit une menace. Quiconque décide de récidiver est abattu sur le champ. Des dizaines d’hommes tournent autour d’eux, les mettant en joue à la moindre respiration trop profonde. Au loin, on perçoit des vitres brisées, des voix qui hurlent de se dépêcher.

Moi ? Je suis prostré dans mon magasin, et j’ai appelé la police. J’ai réussi à ne pas me faire avoir, en me planquant dans l’arrière-boutique, et je surveille ce qu’il se passe dans mon coin de centre commercial. Par une fenêtre ouverte, j’entends les sirènes, mais je ne peux même pas sortir, la fenêtre est trop petite. En bougeant un peu, je peux voir que le reste du centre est désert ; les autres ont pu sortir. Avec un peu de chance, je pourrais faire la même chose, quand les types me tourneront le dos. J’arrive près de la porte de mon magasin, je reste caché le plus possible. Il reste peu de personnes… une trentaine peut-être ? Difficile de juger quand tout ceci n’est qu’un amas de corps tremblotants et attendant que tout cela passe.

Je tente une percée. Je cours jusqu’à la porte. J’entends un coup de feu. Et une douleur me traverse la jambe, me faisant tomber. Puis un autre coup de feu. Des cris, des pleurs encore. Et le vide.



Jouerons dans cette partie de l’event, et donc à l’intérieur du centre commercial :
David McCoy ; Thomas Bennett ; Douglas Forman ; Ryan Rivers ; Kacy Ramsey ; Jonathan Anderson



Petit rappel : l’ordre de passage est celui défini par le premier tour de jeu et est à respecter jusqu’au bout de l’intrigue. Si un joueur ne répond pas au bout de 4 jours, le joueur suivant peut répondre à sa place. Si un joueur décide de passer son tour, il en informe le joueur suivant qui répondra à sa place. Vous êtes en présence d’un groupe de terroristes, qui n’en ont rien à faire de vos vies. Ils peuvent vous tirer dessus à tout moment, vous blesser, vous tuer ou tuer les personnes à côté de vous. Ne jouez pas les héros. De même, vous ne pouvez pas décider du sort des autres joueurs et vouloir les tuer. Les Personnages Non Joueurs ne pourront être tués que par le maître du jeu, qui postera au fil du temps des indications à suivre pour vos propres posts. Vous pouvez néanmoins blesser un PNJ dans vos posts.


Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mar 5 Aoû - 0:16



Inside the horror story



J’avais donné rendez-vous à Ryan à l’agence de bonne heure pour que nous allions lui acheter un téléphone. Mais bien entendu c’était une sorte de surprise. Quand j’avais vue son téléphone quelques semaines plus tôt je ne pouvais pas le laisser avec son antiquité. Alors je voulais lui offrir quelques choses de bien mieux, et surtout qui pouvait faire de belle photo. Ca allait être un outil de travail, alors il faut que ça soit quelque chose de bien, et avec de la haute technologie. Mon agence peut se le permettre. Je devais aussi lui acheter un bureau un vrai, il en a besoin, d’un vrai coin pour travailler surtout si il a toujours envie de travailler avec moi. Une fois devant l’agence tous les deux, on prend ma voiture pour se rendre au centre commercial, au moins on aura le choix pour trouver tout ce que l’on souhaite.

Une fois ma voiture garé au parking, on se balade un peu dans la galerie, Ryan me demande alors ce que l’on fait là, alors je lui avoue que nous sommes là pour faire quelques emplettes pour l’agence. On allait se diriger vers le rayon téléphonie pour lui choisir un bon appareil. C’est alors que j’entends un bruit sourd, un bruit que je reconnaitrais entre mille, et ma réaction fut de mettre la main sur mon arme, hors j’en avais plus. Des souvenirs revenant rapidement en mémoire, la fusillade, moi tirant sur le jeune délinquant…. Mon second réflexe est de chercher une sortie de secours pour m’y dirigé au plus vite et sortir d’ici enfin, de faire sortir Ryan d’ici. Mon instinct de flic toujours en moi, je voulais rester ici et aider… Mais je voulais surtout protéger Ryan Lorsque j’entends un second coup de feu, et des crie pour nous dire de ne plus bouger, je fais signe à Ryan de ne s’allonger comme il nous le dise. Qu’est-ce qui se passe ? Au loin je vois des hommes cagoulés, ce n’était pas du tout bon signe. A leur accent et à leur revendication je comprends que ce n’est pas une simple prise d’otage… des terroristes… J’en ai vue des choses dans la police, mais je ne m’étais jamais préparé à une situation pareille. J’essaie de garder mon clame et mes flashs pour plus tard, je dois protéger Ryan, et ne pas mourir. Amelia… ma douce rousse, je dois être en un seul morceau pour elle et ma petite sœur, oh mais si elle apprend que je suis ici, elle va paniquer… Je ne garder mon calme, et tout ira bien, mais je ne pourrai pas rester les bras croisés, je dois sortir d’ici avec Ryan…

Je tourne la tête un peu partout pour analyser la situation et au loin je crois reconnaitre une personne, puis une autre à l’opposé. Mais pourquoi Thomas était ici ? Et pourquoi David ? Mackenzie va être sous le choc… Si en plus je devais m’inquiéter pour tout le monde maintenant, garder mon self contrôle et les idées claires, je dois vraiment avoir les nerfs solides.
J’ai les mains sur la tête, et je regarde Ryan à mes côtés. J’avais peur pour lui il était si jeune, et on ne sais jamais ce qu’il y a dans la tête d’un jeune, j’espère juste qu’il ne soit pas trop impulsif.

fiche codée par Empty Heart

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mar 5 Aoû - 15:04

Inside the horror story.

Parfois je me demande ce que j’ai fait d’horrible dans ma vie antérieure.
C’est vrai quoi, je suis là, étendu à plat-ventre sur le sol avec une trentaine d’autres personnes, et une dizaine de gars encagoulés qui nous crient de rester tranquille et je suis en train de me dire que c’est une mauvaise blague. Mais alors là, très très mauvaise. Je commence enfin à reprendre ma vie en main, évitant de rester inoccupé trop longtemps pour ne pas avoir de mauvaises idées. Je suis les cours régulièrement, je bosse avec Douglas après et je commence même à discuter avec les autres étudiants. Tout est en train d’aller mieux, en somme.

Et cette prise d’otage me tombe dessus.
J’ai jamais cru en Dieu mais en tout cas, s'il existe, il se fou vraiment de ma gueule.

Cette journée avait pourtant démarré normalement. N’ayant pas cours le Mardi matin, j’avais pris l’habitude de faire la grasse matinée mais un coup de téléphone de Douglas m’avait sorti de mon sommeil. Il me demandait de le rejoindre à l’agence et sans demander plus d’explications, j’avais accepté. Je n’avais pas encore vraiment les idées assez claires pour me poser des questions et je pris une rapide douche avant de me diriger vers son bureau, légèrement plus réveillé.

Il m’emmena à l’Eaton Center et je commençais à me demander ce qu’on allait faire. Il voulait que je m’entraine à nouveau à faire des filatures ? Je fini par lui demander alors qu’on marche dans la galerie en discutant de tout et de rien. Il m’annonça qu’il voulait faire quelques achats pour l’agence, dont un nouveau téléphone pour moi. J’essayai de l’en dissuader, il n’avait pas à dépenser de l’argent pour moi mais il insista en me disant qu’il s’agissait d’un outil de travail et que c’était donc à lui, mon patron, de me le fournir. Je fini par abandonner, voyant qu’il ne démordrait pas de son idée et nous nous dirigeâmes vers le rayon concerné.

C’est là que le premier coup de feu a retenti. Ensuite, ce fût le chaos total. Des gens couraient dans tous les sens, criant et pleurant. Douglas avait machinalement porté la main à sa ceinture, cherchant un révolver inexistant à sa ceinture. Moi ? Je restai bêtement planté à côté de lui, encore sous le choc. Un peu plus loin, j’aperçois un homme à terre, qui se tient la jambe en criant. Un second coup de feu, et il s’effondre sur le sol, soudain complètement silencieux. Le bruit du fusil résonne dans ma tête et je n’entends plus rien d’autre, les yeux fixé sur ce corps inerte. J’avais déjà vu quelqu’un mourir devant moi, et tout ça rapportait bien trop de souvenirs à mon esprit.

Il n’y avait maintenant presque plus personne dans le centre commercial. Les hommes encagoulés qui avaient tiré commencèrent à crier des ordres monosyllabiques que je ne comprenais pas, encore abasourdi par la situation. C’est quand je vis Douglas me faire signe de me coucher que je compris et que je revins à la réalité.

Voilà comment j’en étais arrivé là. Pris en otage par des mecs qui n’hésiteront pas à tirer sur des innocents, avec une trentaine d’autres malheureux dont des veilles personnes ou même des enfants. Je ne pouvais pas le voir mais j’entendais un bébé pleurer, sa mère essayant de le rassurer de sa voix tremblante et un homme qui criait de le faire taire. Qu’est-ce qui peut pousser des gens à agir de la sorte ?
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mer 6 Aoû - 14:22


inside the horror story

Allongé les mains sur la tête, je n’arrivais même pas à comprendre ce qui avait pu arriver. Un tas de choses se bousculaient dans ma tête, et malheureusement, je n’étais pas dans la situation la plus facile pour réfléchir à tout cela calmement. Il fallait que je reprenne tout cela dans le bon ordre, analyser ce qu’il s’était passé depuis le début. J’étais en congé. Pour un jour, certes, mais c’était bienvenu malgré tout, à la base. Comme Sarah ne travaillait pas encore, elle m’avait tanné pour qu’on aille faire les magasins, et j’avais accepté, un peu à contrecœur, mais si ça pouvait lui faire plaisir, je préférais dire oui, plutôt que de prendre le risque de l’énerver. Depuis qu’elle était au courant de ce que j’avais fait pour ma rédaction, j’évitais de trop la mettre en colère. Ce serait quelque chose que je regretterais fortement par la suite. Je n’étais même pas sûr qu’elle soit consciente de me faire du chantage… c’était peut-être simplement moi qui débloquais… Quoi qu’il en soit, j’avais opiné et on s’était rejoints le plus tôt possible à l’Eaton Centre pour qu’elle fasse ses achats. Après une heure de shopping, elle avait déjà plein de sacs, et de fait, on s’était séparés et elle m’avait demandé de trouver un café où nous pourrions nous poser quelques minutes avant de continuer. Je marchais encore dans la galerie et elle m’envoya un message pour me dire de lui indiquer où je me trouvais. Et c’est là que tout commença vraiment.

Dans la précipitation, je ne sais pas ce que je fis en premier, me couvrir la tête ou bien plonger par terre pour éviter de me prendre une balle. Cette saloperie m’avait frôlé… mais le type à côté de moi avait eu moins de chance. Par la suite, tout s’enchaîna rapidement, et je me retrouvais pris au piège avec d’autres personnes, dans un coin du centre commercial. D’un seul coup, je pensais à Sarah… Elle était à l’extérieur, elle allait bien. J’espérais simplement qu’elle ne ferait rien de stupide pour moi, parce qu’il était hors de question qu’elle prenne des risques ! Soudain, j’entendis des voix, plus fortes encore que les cris que l’on pouvait encore percevoir, qui s’éloignaient de plus en plus vers l’extérieur. Pourquoi il fallait que ça tombe sur moi ? En me concentrant un peu, je pus comprendre ce qu’ils nous disaient de faire, ces types que je percevais au-dessus de nous, encagoulés et armés. Et vu le roulement de leurs R, leur appartenance à un certain groupe de terroristes n’était plus un doute. Pourquoi ici à Toronto, cependant ? Le Canada n’avait pas déclaré la guerre au Moyen-Orient, nous n’étions pas comme ces abrutis d’Américains. Et j’étais bien placé pour savoir qu’il ne se passait rien ces derniers temps, c’était ma rubrique. Si j’avais eu vent de quelque chose, ça me serait revenu…

Mon instinct de journaliste reprenant le dessus, et même si j’étais aussi terrifié que les autres, je sortis mon téléphone de ma poche, discrètement. La pensée d’appeler Sarah pour lui faire comprendre que j’étais vivant me traversa l’esprit, mais ce n’était pas mon idée première. Que je m’en sorte ou pas n’était pas si important que ça, au fond. Pour elle, si, bien sûr. Mais quitte à mourir, autant laisser des informations pour les autorités une fois que tout cela serait terminé. En vitesse, pendant que personne ne me regardait, ou du moins, ne voyait ce que j’étais en train de faire, je réussis à actionner mon dictaphone et je rangeais mon téléphone dans ma poche, en prenant bien garde à ce qu’il soit hors de vue. On n’entendrait peut-être pas très bien, mais ce serait suffisant.

Brusquement, un nouveau coup de feu partit et j’entendis très clairement un corps tomber sur le sol. Etait-ce de cette façon qu’ils avaient tué mon père ? Certes, ce n’était pas les mêmes, mais je pouvais tous les mettre dans le même panier, ça ne me dérangeait pas. Est-ce qu’ils avaient traité mon père de la même façon ? Le forcer à rester par terre, jusqu’à ce qu’ils en aient assez et qu’ils le fassent courir pour finalement l’abattre comme du gibier ? En y pensant, je tremblai de rage. Il était hors de question que je finisse comme ça. Cependant, je n’avais pas grand-chose à faire à part attendre et espérer qu’ils ne me tirent pas dessus. D’un coup d’œil, je tentai de vérifier combien nous étions, et c’est là que je vis Douglas, à moins de cinq mètres de moi. Qu’est-ce qu’il foutait là bon sang ? Il n’avait pas autre chose à faire que de traîner dans un centre commercial bourré de terroristes ?! Je savais qu’il devait penser la même chose que moi, mais je préférais ne pas penser à ma propre situation pour une fois. Doug semblait m’avoir remarqué également et d’un coup d’œil, je lui fis comprendre qu’on était dans une merde impossible… Et quelle ne fut pas ma surprise quand je vis David, à mon opposé. Quelles étaient les chances pour que quelque chose comme ça arrive ? Pris d’une folie incroyable, j’esquissai un léger rictus en le regardant, et en me demandant subrepticement si les terroristes pouvaient lui tirer dessus pour l’amocher un peu. Je me repris bien vite. C’était pas un jeu tout ça, et McCoy était une cible potentielle, comme Douglas, comme moi et comme tout le monde ici. Si ces connards tiraient, alors ils ne louperaient pas leur cible, quelle qu’elle soit…
© fiche créée par ell


__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Jeu 7 Aoû - 23:44

Inside the Horror Story Oh dear we are in trouble…
Mackenzie ! Ce fut la première pensée qui traversa mon esprit de part en part quand j’entendis le bruit caractéristique d’un coup de feu tiré. C’était fou comme ce genre de bruit révélait nos priorités, celles que l’on voulait protéger à tout prix. Et bien sûr cela ne m’étonna même pas que ce fut Mac’, qu’est-ce que ça aurait été d’autre après tout ?
En attendant, il me fallut quelques secondes avant que je ne puisse me faire à l’idée qu’elle était en sécurité, à l’extérieur, même si la notion de sécurité était relative. Et si le psychopathe qui avait tiré sortait et recommençait à tirer sur la foule. Jamais je ne me pardonnerais le fait que je lui avais demandé quelques minutes plus tôt de m’attendre si c’était le cas.

Ce matin-là, j’avais décidé d’aller au centre-commercial après mûres réflexions. Cela faisait une semaine depuis que j’avais parlé avec Ella de mon problème, il fallait le dire, de deuil… Et donc j’en étais venu à la grande décision de retourner en Ecosse, malgré cette douleur poignante à chaque fois que j’y pensais. Mais comme Ella avait su le remarquer, pour Mackenzie je ferais n’importe quoi, et ce retour en Ecosse, elle en avait besoin.
J’avais donc voulu me rendre à une agence de voyage se situant dans le Eaton Centre et je comptais m’y rendre seul ce matin, alors que j’étais seulement de l’après-midi. Cependant, je n’avais pas tellement prévu que Mac’ veuille venir avec moi, j’aurais du vraiment, mais cela me prit au dépourvu et mon excuse de faire les boutiques devint une chose que l’on fit vraiment, au final. Bien sûr, je n’avais pas oublié mon idée première et quand on finit, je m’excusai rapidement en me justifiant avec un oubli, lui promettant de revenir vite.

Grossière erreur. Que dis-je. Enormissime erreur.

Maintenant, alors que tout le monde autour de moi paniquait, ma promesse de revenir rapidement me parut idiote. Pourquoi promettre une telle chose si c’était pour la briser ensuite ? Quelle idiot je faisais, vraiment !

Gardant mon sang froid et avec un coup d’œil rapide derrière moi d’où venait le coup de feu, je me mis à courir pour sortir le plus rapidement possible de cet enfer. Et s’il n’était pas tout seul ? On ne savait jamais avec des cinglés de la sorte. Car il devait l’être, cinglé, pour attaquer un centre commercial de cette envergure ! Même dans certains pays que j’avais traversés, je ne me sentais pas aussi insécurisé qu’à cet instant.
Ma course fut rapidement interrompue quand je fonçai dans quelqu’un d’immobile. Immobile ?! Je retournai rapidement ma tête face à moi alors que je courrai en regardant derrière moi et je fus accueilli par la vision d’un homme d’à peu près ma taille, baraqué et cagoulé qui me tenait en joue de son arme. En retenant un hoquet de surprise, j’eus le premier réflexe de survie qui me passa par la tête. Je levai les mains, priant pour que ma dernière heure ne soit pas arrivé, puis rapidement je tombai à genou. Je peinai à retenir les tremblotements qui prenaient mon corps tout entier alors que j’avais petit à petit pleinement conscience de ce qu’il se passait autour de moi. Ils étaient plusieurs ! Et j’en déduisis du fait que je sois encore vivant qu’il gardait des civils en otage ! Oh mon Dieu mais qu’est-ce qu’ils allaient faire de nous ?

Un autre coup de feu cette fois-ci m’envoyant face contre terre, et je posai mes deux mains sur la tête, risquant pour la première fois un œil autour de moi. A part ce petit groupe de personnes à terre dont je faisais parti, plus un chat. Les ravisseurs gueulaient des instructions et je vis qu’ils étaient nombreux, trop nombreux, et tous armés jusqu’aux dents. Comment allions-nous nous en sortir.
Quelques secondes passèrent et deux nouveaux coups de feu retentirent et je vis à a gauche un homme qui se cachait s’effondrer non loin de moi. Je dus me concentrer sur ma respiration pour ne pas qu’elle reste bloquée. Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais assisté à l’assassinat de quelqu’un et je me retrouvai avec une peur incommensurable. Et si le prochain c’était moi ? Je refusais de laisser Mac’ mais que pouvais-je y faire… Et dire qu’à l’heure actuelle, elle devait être en panique… ! Et si elle n’avait pas du diazepam sur elle ? Oh mon Dieu.

En tentant de me calmer, je lançais des regards fébriles à nouveau autour de moi et je pus enfin voir qui m’accompagnait dans ce calvaire. Quelles étaient les chances que je me retrouve avec à mes côtés Ryan, le garçon que j’avais croisé un matin quelques mois auparavant, Jon et surtout Bennett… ?
code par (c) eylika. photo de we heart it.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Kacy Ramsey


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 8 Aoû - 12:46




Inside the Horror Story

Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer



Pourquoi!? Pourquoi aujourd'hui? Pourquoi maintenant? et surtout Pourquoi ici?

Je viens enfin d'avoir ma maison, enfin, je l'ai depuis bien longtemps mais les travaux sont finis pour de bon, j'ai emménagé il y a peu mais il me manque encore certaines chose pour avoir le chez moi dont je rêve encore et encore, ma petite pattes personelle quoi. Du coup je me suis dit allez aujourd'hui on va faire du shopping, acheter ce qu'il faut, et je suis partis au centre commercial avec un de mes collègues de travail qui avait besoin lui aussi de faire des emplettes.


Ca doit faire environ quoi, déjà deux heures que je suis dans le centre avec mon ami, ou collègue je ne sais pas je n'ai pas encore statué sur lui, j'ai déjà quelque sac de magasin autour de mon poignet, entre déco et oui je l'avoue, de fringues aussi, mais que voulez vous je suis une fille. Bref je déambule dans les allées du centre avec mon pseudo ami on va dire, et on regarde une vitrine en débattant sur ce qui lui irait ou non, lorsqu'une détonation retentit, sur le coup je l'avoue, je n'ai pas bougé d'un pouce, je suis restée immobile. Je regarde mon ami près de moi, il est tétanisé, il tremble. J'entends alors des voix et au vue de leur intonations mais aussi de leurs languages je comprends que c'est une attaque terrosriste. Ont nous oblige a mettre les mains sur la tête et ont nous pousse vers un groupe de personnes, j'obéis et je m'assois là ou on me dit de m'assoir, je ne dis rien, mais j'ai du mal a rester en place, c'est dans ma nature, de bouger et encore plus de me défendre, mais je ne suis pas la seule a avoir envie de bouger, car un homme en face de moi tente de bouger et surement de fuir, mais il reçoit une première balle, l'immobilisant, puis une seconde qui lui retire la vie. Je fixe alors le corps qui est à peine a 100 mètre de moi et me coupe toute envie de fuir.


Je regarde tout autour de moi, on devait être une trentaine, du moins visible à mes yeux, d'autres ce planquent peut être, il y a de tout, des personnes âgées, des mères et pères, des enfants, des bébés même, tous différent mais unis dans une même peur. Je croise alors le regard d'un homme, et je lui fais non de la tête, il voulait fuir, quitte à mourir mais je crois réussir à l'en dissuadé ou plutôt je préfère croire cela car il ne bouge pas.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 8 Aoû - 13:13




Inside the Horror Story

Pour vaincre la peur tu dois te fondre en elle.  




Me voilà à terre, les mains sur la tête au beau milieu du centre commerciale. Pourquoi je suis venue ici déjà? Ah oui, Abigail. Elle m'avait demandé de lui faire une course pour les enfants. OH MON DIEU LES ENFANTS!!! heureusement qu'ils ne sont pas là, mais ... combien de temps cette conneries va durer, je dois allez les récupérer à l'heure à la crèche, que va penser Abigail si je suis en retard? Qu'elle sera sa réaction quand elle apprendra cette prise d'otages?

C'est fous les questions que l'ont peut ce poser quand on est pas sur de rester en vie encore longtemps. Bizarrement, je n'ais jamais eu peur de la mort, surement parce que j'ai toujours vécu une vie différente que ce peut connaitre un humain, mon père qui nous abandonne, ma mère alcoolique et drogué, frôlant la mort, flirtant avec elle, moi devant m'élever seul dans les rues ayant la mort pour voisine. Mais les questions que je me pose révèle aussi chez moi, des réponses que je cherchais, je me rends comptes que je suis vraiment fous amoureux d'Abigail et de ses enfants et que pour rien au monde, je mettrais ma vie en danger, j'ai envie de la revoir elle, et les petits.

Je refais le cours de ma journée dans la tête, je me suis levé près d'elle, et lui ai promis de faire sa courses juste avant d'allez chercher les petits à la crèche. Ensuite je suis partis à différent entretien d'embauche, et je suis arrivé ici, j'ai fait plusieurs magasin pour trouvé l'objet convoité par ma promise et jusque là j'ai fais choux blanc, et c'est en sortant de l'un d'eux, en passant près d'un café que j'ai entendu la première détonation. Ce bruit, je ne l'oublierais jamais, je me rappelle parfaitement la première fois que j'ai pu entendre ce son, et les dégats que ça fait. Aujourd'hui je l'entends de nouveau et je ne peux imager que le pire. Je suis près d'une maman, alors je lui ai fait signe de ce mettre à terre avec sa fille près d'elle, et de ne pas faire de bruit. Et me voilà là, à ce moment précis, entre faire attention à ce qui ce passe autour de moi, et à penser à ce qui ce passe à l'extérieur.

En regardant autour de moi, je vois une jeune femme qui vient d'arriver enjout par les terroriste, il la force à s'assoir en face de moi, un peu plus loin. A peine est elle assise que le premier sang coule, un homme, surement un père, je ne sais pas, il tente de partir mais il ce fait abattre. Je fixe un moment le corps, puis je fais défiler mon regard, je vois alors David. Merde qu'est ce qu'il fout ici?? Ok, je lui ai pas pardonné de faire souffrir Ella, mais je sais aussi qu'il est un mec bien. Je tente de voir si je vois une autre personne que je connais mais non, ou alors je ne fais pas vraiment attention, car oui, je l'avoue je suis un peu égoiste pour le coup du moins pour le moment.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 8 Aoû - 18:26



Inside the horror story



On nous avait regroupé, et je ne lâchais pas Ryan, c’était ma faut si il était ici, alors je me dois de le faire sortir en vie d’ici. Même si j’ai peur de la tournure des choses. Bon si j’analyse les choses, mais aux nombres qu’ils étaient ils n’allaient pas faire de concession et faire sortir quelques personnes. Pourtant il y avait des femmes et des enfants… oui justement pour eux, c’est les meilleures cible, se sont les victimes qui sont les plus douloureuses. Les bandes d’enfoiré ! Je les hais du plus profond de moi. Je regarde alors Thomas, qui est presque en face de moi je me sentirai un peu mieux si je pouvais me retrouver à ces côtés, histoire de se soutenir un minimum… Mais si je bouge j’ai peur de finir comme l’homme étendu à quelques mètres de moi…
En voyant un couple d’ados cacher derrière une poubelle pour se faire oublier un maximum, je pense alors une nouvelle fois à Amy. Normalement elle était au boulot, donc elle est en sécurité c’est déjà ça. Mais elle va penser quoi quand elle ne va pas me voir au restaurant pour déjeuner… Et je ne peux pas la prévenir.

- Lancez-moi vos portables TOUT DE SUITE !

Je sursaute, si j’avais le temps d’envoyer un mini message à Amelia, pour lui que je ne pourrai être là pour midi… Mais je ne prendrais pas le risque de ne pas pouvoir être là au moins se soir. J’ai qu’une envie c’est de la prendre dans mes bras. Ainsi que ma petite sœur….
Je sors alors mon téléphone de ma veste sans geste brusque, et le fait glisser vers le mec qui venait de crier cet ordre. Ryan en fait de même, encore heureux que nous ne venions pas de lui acheter… Une pluie de téléphone arrive vers le terroriste. Thomas avait l’air vraiment ronchon, puis on nous met des coups de pieds léger pour qu’on bouge et faire une sorte de groupe tout le long du mur. Je fais en sorte de garder Ryan près de moi et de me mettre près de Thomas. Je garde un œil sur David qui est à quelques personnes de moi. Si il lui arrivait quelque chose, Mackenzie ne pourrai s’en remettre. Déjà qu’elle a mis trois ans à le retrouver… Ca serai tellement horrible pour eux…
Me penchant un peu vers Ryan je lui murmure :

- Ca va ?

Il devait être terrifié, mais c’était histoire de lui donner confiance en la suite, qu’on allait s’en sortir.


fiche codée par Empty Heart

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Sam 9 Aoû - 0:32

Inside the horror story.

C’était peut-être un peu cliché, mais tout ce à quoi j’arrivai à penser était mes parents. Si ma mère apprenait que j’étais pris en otage, elle serait certainement complètement paniquée… Moi qui l’avais convaincue que Toronto était une ville calme. Et mon père, je ne voulais pas mourir avant d’avoir vu de la fierté dans ses yeux. Depuis des années je n’y lis que de la déception, je veux changer ça. Et puis de toute façon, je suis trop jeune pour mourir ! Je n’ai que 21 ans, merde ! La vision de la fille de dix-sept ans qui avait fait une overdose devant moi me revint soudainement en mémoire. C’est pour ne pas finir comme elle que j’avais décidé d’arrêter la drogue et de changer de vie.

Je regardai un peu autour de moi, cherchant vainement une échappatoire. Il y avait plein de portes dans ce centre commercial, mais toutes se trouvaient assez loin et puis je ne tenais pas à finir comme ce type qui avait voulu s’enfuir. Je n’avais pas d’autre solution que de rester immobile sur le sol, à attendre… attendre quoi d’ailleurs ? Que la police intervienne ? Lors des prises d’otages, ils essayent d’abord de prendre contact avec les instigateurs et leurs demandaient ce qu’ils voulaient. Mais que voulaient-ils justement ? De l’argent ? Ca me semblait étrange, ils semblaient très organisés, pour ça ils auraient pu braquer une banque… Mais alors, quoi ?

« Lancez-moi vos portables TOUT DE SUITE ! »

Un des hommes cagoulés avait brisé le silence avec cet ordre sec. Il fallut quelques secondes pour que quelqu’un réagisse, envoyant son téléphone à ses pieds. Bientôt, tout le monde fit de même, moi et Douglas compris. En relevant la tête pour viser le tas de portable, j’aperçus David et Jon, étendu par terre eux aussi. Je ne connaissais pas beaucoup de monde à Toronto pourtant ! Un coup de pied dans mon flanc me sortit de mes réflexions. Un type me fit signe de me bouger pour nous regrouper et je lui lançai un regard qui se voulait haineux, mais qui devait plutôt être angoissé. Ils nous placèrent le long du mur et Douglas parvint à rester près de moi. Je devais avouer me sentir plus rassuré en sa présence, il avait été flic après tout…

« Ça va ? »

Le détective s’était légèrement penché vers moi pour murmurer doucement. Aucun des types ne semblait l’avoir entendu. Je me rapprochai à mon tour, essayant de rester le plus discret possible. Il devait bien avoir vu que j’étais un peu terrifié mais qui ne le serait pas dans une telle situation ?

« Pas vraiment. En même temps... »

Un des types tourna la tête et je me tu immédiatement, me remettant en place. Je ne tenais pas trop à me faire descendre pour avoir parlé un peu trop fort. Une fois qu’il reporta son attention sur les autres, je murmurai, presque imperceptiblement :

« Tu as une idée de ce qu’ils veulent ? »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Sam 9 Aoû - 10:17


inside the horror story

On était sûrement tous dans le même état : paralysés par la peur et complètement perdus. Combien d’entre nous venaient simplement faire des courses ? J’étais là pour faire plaisir à Sarah et faire du shopping avec elle. Il était clair que McCoy ne devait pas être là pour flâner et Douglas… quoi il faisait une filature dans un centre commercial ? Ça m’étonnerait pas mal ! Les autres, je ne les connaissais pas. En les regardant de plus près, je comptais moins de femmes que d’hommes. Je ne savais pas si c’était bon signe. Ces terroristes… est-ce qu’ils avaient une âme et une conscience ? Certainement pas. Alors pourraient-ils tirer sur des femmes ? Certainement, oui. En frissonnant, je compris qu’il y avait déjà eu des morts, et que je n’avais même pas fait attention à leurs identités. J’avais simplement eu de la chance que je n’en fasse pas partie, des morts.

Je pensais que nous allions rester des heures dans cette position, à même le sol, les mains sur la tête, sans pouvoir rien dire ni rien faire. Je me trompais. Et la suite ne me plut pas du tout. Dans un hurlement, l’un des types cagoulés nous beugla avec un très fort accent, qu’il me fallut du temps pour assimiler, de lancer nos portables vers lui. Je grimaçai dans mon malheur : mon portable était en train d’enregistrer toute la scène. Si je ne l’avais pas avec moi, je risquais de perdre tout cela. Peut-être que même écrabouillé, la puce pourrait garder des informations que les autorités pourraient traiter ? Oui, j’allais croire que oui, ce serait plus simple. Alors que tout le monde commençait à leur jeter leurs mobiles, je fis de même, en regardant une dernière fois mon fond d’écran : une photo de Sarah et moi chez elle. Il était hors de question que je ne la revois pas. J’allais sortir de ce centre commercial vivant !

Soudainement, je sentis le pied d’un des fils de pute qui nous servaient de geôliers arriver dans mes côtes et je m’empêchai de lui cracher dessus. J’étais loin d’être un chien et je n’appréciais vraiment pas qu’on me fasse bouger de cette façon. Néanmoins, j’obéis. Le seul moyen que j’avais pour sortir de toute cette merde en vie, c’était d’obéir. Alors pour la première fois de ma vie, j’allais obéir sans broncher. Même Billy ne me faisait pas si peur que ça, même s’il pouvait me virer dès qu’il le voulait… De fait, nous bougeâmes tous en même temps, et on se retrouva complètement adossés au mur, tous sur une même rangée, pour qu’ils puissent nous surveiller un peu mieux, sûrement. Evidemment, avec Douglas, on fit en sorte de se retrouver côte à côte, sans faire comprendre aux autres connards qu’on se connaissait. Du coup, McCoy se retrouvait à trois personnes de moi, et il était tout blanc. Comme nous tous en fait, et l’envie de me moquer de lui me passa dessus sans même m’atteindre. C’était vraiment un très mauvais moment pour ça, même pour moi qui n’en loupait jamais une. De l’autre côté, j’entendis Douglas parler avec le jeune homme qui se retrouvait à côté de lui également. Ils se connaissaient vraisemblablement. Je l’entendis lui demander si ça allait, et ensuite le jeune demanda ce qu’ils nous voulaient. En haussant un sourcil, je murmurai à mon tour, assez fort pour que les deux autres m’entendent :

« C’est pas à nous qu’ils veulent des trucs, c’est à notre président… »

Qu’est-ce qu’ils voulaient ? Aucune idée. Mais il était clair que Toronto n’était pas un choix anodin. Ce n’était certes pas la capitale, mais elle était plus peuplée, plus dense, plus grande… c’était parfait pour une affaire dans ce genre, et de toutes façons, Ottawa n’était pas très loin. Il allait juste que ça tombe sur nous… ils n’auraient pas pu aller à Montréal plutôt ?! Ça m’aurait bien arrangé, quand même, et je n’étais pas le seul !

« Qu’est-ce que vous foutez là tous les deux ? Et t’as vu ça ? L’autre débile de McCoy est là aussi ! »

J’avais dit ça plus doucement, pour ne pas me faire entendre, ni de David, ni des terroristes. Pas la peine qu’on se fasse sauter la tête parce qu’ils nous avaient entendu parler. En attendant, je fis comme si de rien n’était, en baissant la tête vers le sol, et en essayant de me détendre…
© fiche créée par ell


__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 15 Aoû - 21:54

Inside the Horror Story Oh dear we are in trouble…
Toujours fébrile sur le sol, mes coups d’œil dans toutes les directions ne m’aidèrent pas à me calmer en ne voyant pas quelque chose qui aurait pu aider. Nous étions faits comme des rats. Ni plus ni moins. Toutes les sorties étaient surveillées et malheureusement, ils avaient bien choisi leur endroit pour prendre des otages. Nous n’étions pas en plein milieu d’un hall où les autorités auraient pu arriver de n’importe où, non non, nous étions dans un coin reculé, avec quelques petites boutiques qui auraient pu passer pour une sorte de couloir finissant presque en cul de sac. Du coup, il était plus simple pour eux de nous surveiller. Déjà que le pauvre homme qui gisait maintenant sans vies à mes côtés n’avait pas pu s’échapper car il était impossible de sortir d’ici du à l’étroitesse. Je frissonnai en pensant à l’implication d’une quelconque tentative de fuite. Personne n’en réchapperait.

Alors que mes bras étaient toujours fixés sur ma tête, un grand colosse pas farouche se mit à beugler de nous débarrasser de nos téléphones et je fermai les yeux, dépité. Même si nous ne pouvions bouger jusqu’à maintenant, un téléphone dans une poche pouvait toujours s’avérer utile… Peut-être que si je ne leur laissais pas, ils ne s’en rendraient pas compte, après tout on était beaucoup et… Un ‘clic’ me fit rouvrir les yeux et lever la tête et je fus accueilli par la vue d’une arme charger face à moi et je déglutis, difficilement, avant de passer tout doucement un de mes bras le long de mon corps jusque dans ma poche. Je n’avais pas lâché des yeux mon ravisseur puis je poussai mon portable hors de ma poche puis près des autres portable qui étaient regroupés. J’aurais du me douter qu’en 2018, quelqu’un de mon âge sans portable pouvait passer pour très très suspicieux. Quel idiot que je faisais.

Rapidement ensuite, ils nous bougèrent pour nous aligner et je pus éviter un coup de pied en anticipant. Bennett n’avait pas échappé au sien et je ne pus retenir un sourire avant de me rappeler la situation. Ce n’était pas notre petit rendez-vous au bord de l’eau. Nous étions dans la même merde, et aussi bien je pouvais le détester, je ne lui souhaitais pas de finir comme l’homme d’avant… Déjà la situation ne devait pas être simple pour lui au vu de son passé…
J’arrêtai de penser à ça quand je me retrouvai à côté de Ryan et d’une fille rousse que je ne connaissais pas. Ryan ne m’avait pas encore remarqué, la tête tournée vers l’homme avec qui apparemment il était. Bennett était à côté de lui. Puis, encore à côté, se trouvait Jon. C’était la première fois que je le revoyais depuis que j’avais quitté Ella. J’étais d’ailleurs surpris qu’il ne soit pas venu. Peut-être qu’Abby l’en avait dissuadé… En pensant à elle, j’imaginai qu’elle devait se faire un sang d’encre. Tout comme Sarah d’ailleurs… Elles devaient être au courant maintenant…

A ma gauche, j’entendis des chuchotements et les trois hommes à ma gauche discutaient, à leurs risques et périls et je secouai la tête, blanc comme un linge. Ils allaient attirer leur attention sur eux et c’était la dernière chose qu’ils voulaient ! A ma droite, la jeune femme était aussi blanche que moi et je mis une main sur son épaule. Il fallait que l’on se serre les coudes et qu’on se réconforte, tout en ne faisant pas de gestes brusques.
Alors que notre interminable attente contre ce mur allait commencer, la stupeur me prit quand j’entendis une mélodie familière que je ne reconnus pas de suite. A quelques mètres face à nous, un des terroristes s’était baissé pour ramasser un portable et je compris pourquoi je l’avais reconnu. C’était mon portable. Et ce n’était pas non plus n’importe quelle sonnerie, mais celle de Mackenzie. Non non non il ne pouvait pas répondre, il devait laisser l’appel ! S’il répondait et que Mac’ se rendait compte que je n’avais plus mon portable sur moi, quelles conclusions pourrait-elle faire ? Elle allait me croire blessé voir mort ! Alors que je commençais à m’agiter, je sentis le regard de mes codétenus, me brulant de par leur intensité, apparemment ma réaction n’était pas passée inaperçue.
Ma torture ne dura pas plus longtemps puisqu’il appuya sur un bouton pour faire taire la musique puis il lança l’appareil, le lançant assez fort pour le détruire. En voyant ça, je me pris la tête entre les mains plutôt que de protester. Ce n’était pas le moment de faire la fine fleur. Je préférais ma vie à un portable, mais si c’était mon seul moyen de contacter Mac’ et lui faire comprendre que j’étais encore en vie. Maintenant, elle allait tomber directement sur ma messagerie…

Au loin, on entendit un grand boucan et quelques uns des terroristes chargèrent leurs armes et se rendirent au bout du couloir. Des cris résonnaient et nous comprîmes rapidement que les autorités étaient arrivées aux portes, que ce soit pour négocier ou agir… D’une minute à l’autre, nous allions enfin savoir ce qu’ils voulaient et peut-être qu’ils obtiendront très vite ce qu’ils désiraient et nous n’en parlerions plus. Cependant, je n’y croyais pas de trop, vu le nombre d’otages que nous étions… Ils pouvaient se permettre de nous garder longtemps et même d’en tuer un ou deux sans que ça ne leurs fasse rien…
code par (c) eylika. photo de we heart it.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Kacy Ramsey


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 18 Aoû - 12:44




Inside the Horror Story

Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer




Je fixe toujours cet homme qui voulait partir comme chacun d'entre nous, puis je déplace mon regard, il y avait un jeune homme plutôt pas mal à mes yeux qui était à l'autre bout, il avait de magnifique yeux bleu, et je ne sais pourquoi son regard était rassurant, il contrôlait sa peur.

Je continue et mon regard retombe sur le corps inerte devant moi, et la mare de sang qui ne cesse de s'agrandir. Je pense alors à la vie de cet homme, imaginant son travail, au vu de sa tenue il devait travailler dans un bureau ou alors il avait peut être un entretien d'embauche allez savoir, personne ne le saura maintenant, il était peut être marié je ne saurais le dire, je ne vois pas sa main et donc je ne vois pas son alliance, il était peut être même papa, des enfants ont peut être perdu leur père. Et alors que je m'imagine la vie de cet homme à qui l'on vient de ôter la vie, je reçois un coup sur la tête et je regarde le ravisseur de manière noir qui me répète apparemment de jeter mon téléphone.

Je le fixe sans bouger, oui je sais je suis complètement cinglée de faire ca, mais je ne contrôle pas vraiment ce que je fais, je suis impulsive et la ca peut me conduire à ma perte, mais voilà, il me demande mon téléphone hors je n'en ai pas.

J'en ai pas.
Lève toi.

Je le fais sans quitter son regard et il me fouille en profitant au passage et je me retient, je me retient pour ne lui donner aucun coup, de le mettre à terre car ses collègue si je puis dire n'hésiteront pas à me tirer à vue, et personnellement je tient à ma vie.

Une fois la fouille terminée, il me pousse moi et l'homme assis à côté de moi pour me faire bouger, et rejoindre les autres et il me frappe un dernier coup pour me faire m’asseoir. Je me met bien contre le pseudo mur qu'il y avait dans mon dos, et laisse ma peur m'envahir en ayant alors une pensée «  et si c'était mon dernier jour sur terre ». Si aujourd'hui ce finissait ma vie, j'ai pas trop a me plaindre, j'ai vécue une partie de mon rêve, et a qui je manquerais ?

Je relève la tête dans un sursaut lorsque je sens une main sur mon épaule, je tourne alors la tête sur ma gauche et je me fige, non c'était impossible je rêvais, ca ne pouvais être lui, il ne vivait pas ici et puis … non impossible.

Da … David.

Il me regarde mais pas longtemps, je ne sais même pas si il ma entendu j'ai parlé tellement bas pour ne pas me faire remarquer. Mais notre attention à tous ce tourne ailleurs lorsqu'un téléphone ce mit à sonner, je regarde le tas et rapidement le téléphone est brisé en mille morceaux, et je reporte mon attention sur cet homme que je penses être un ancien ami, mais de nouveau il y a du mouvement du côté des terroriste et je fixe alors le bout du couloir me demandant alors de nouveau si ca serait mon dernier jour.


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 18 Aoû - 13:49




Inside the Horror Story

Pour vaincre la peur tu dois te fondre en elle.  




Je continue de regarder les personnes autour de moi, ma peur disparaissant au fur et mesure, faut dire que ce n'est pas vraiment la première fois que vis ca, enfin si c'est ma première prise d'otages, mais pas la première fois que je me retrouve entre deux coups de feux.

Je sors de mes pensée lorsque j'entends un des gars beuglé de sortir nos téléphones et de leurs lancer, je fouille dans ma poche, sortant mon téléphone et regarde rapidement la photo des petits et d'Abigail avant de l'éteindre et de le faire glisser dans le tas de téléphones qui ce formaient.
Je regarde la femme près de moi et je vois alors qu'elle cache sa fille, elle fait preuve de courage mais elle est terrifiée.

On nous met enjoue et on nous dirige vers un mur avec tous le monde, je me pose à côté des personnes et je regarde David qui est un peu plus loin, quelques hommes nous séparant et parlant alors entre eux, ils devaient ce connaître, et en y regardant de plus près je reconnaît Ryan.
Merde pourquoi il est là ? Il en a déjà assez vu dans sa vie alors maintenant ca ? Je le regarde un moment, il ne m'avait pas encore vu, mais mon attention ce reporte sur la femme près de moi et surtout de sa fille, qui bouge, elle est bien petite elle ne comprend pas ce qui ce passe, alors je l'aide, je fais de mon mieux et la petite ce calme, pour le moment.

IL y a alors du mouvement, ce qui à permis de prendre mon temps pour calmer la petite, un des téléphones c'est mis à sonner et à remarquer la réaction de David ca devait être le sien, surement sa  nouvelle copine, de ce que j'ai entendu dire il était même fiancé, pourtant son téléphone ne fait pas long feu et finit en mille morceaux, ca laisse facilement deviner qu'ils sont pas près de coopérer, combien de temps tout cela va t'il durer ? Abigail est elle au courant ? Si oui quelle est sa réaction ?

Puis après ce moment avec le téléphone on entend du bruit au fond de notre couloir, les forces de l'ordre surement, en tout cas les hommes cagoulé partent vers le fond me permettant alors de bouger un peu


codage par greenmay. sur Apple-Spring
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



The Mayor


DISCUSSIONS : 50
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 18 Aoû - 21:10

PREMIER EVENT


MISE EN SITUATION NUMERO 1 : A l’intérieur du centre commercial


Tandis qu’au dehors, la foule s’affole après les derniers coups de feu entendus, l’intérieur reste dans un calme terriblement accablant. Les corps des quelques défunts qui ont voulu s’échapper gisent par terre et chacun essaye de calmer sa respiration, ou son imagination débordante. Aux portes désormais closes du centre commercial, les policiers essayent de prendre contact avec les terroristes. Ces derniers s’emparent des armes et se dirigent vers les entrées, se séparant en trois groupes : ceux qui vont menacer les policiers, ceux qui vont rester entre les deux groupes pour faire passer les messages, et ceux qui surveillent les otages.

Le message de la police est simple : « Dites nous ce que vous voulez, et libérez les otages ! » tandis que la réponse des terroristes emmêle toute la situation : « Nous ne voulons pas parler à des sous-officiers ! Laissez-nous voir votre chef ! » Dans tout cela, chacun ne veut pas céder et en démord du mieux qu’il peut. De fait, les policiers décident de changer de tactique.

« Comment vont les otages ? Nous voulons juste connaître leur état !
-Ils sont vivants, c’est tout ce que vous avez à savoir.
-Combien sont-ils ? »

Plus aucune réponse. Conscients qu’ils n’obtiendront rien de plus, les policiers battent légèrement en retraite, avant d’entendre un nouveau coup de feu, qui les prend pour cible cette fois. Ils s’enfuient plus rapidement encore pour ne pas se faire toucher et regagnent la camionnette principale pour diffuser l’information à leur adjudant, qui leur hurle dessus d’y retourner et de recommencer. Evidemment, il n’a aucune envie de se mouiller dans cette histoire, et lorsque ses subalternes lui disent que les terroristes veulent lui parler à lui, il refuse catégoriquement.

De retour du côté des terroristes, ceux qui surveillent les otages se demandent ce qui prend tant de temps et sentent que quelque chose se préparent. C’est comme s’ils sentent que des snipers les tiennent en joue, et ils s’éloignent des fenêtres, des entrées, de tous points qui pourraient avoir une vue sur l’extérieur. Ils redoublent d’efforts pour faire taire les otages et pour les garder dans une frayeur la plus totale. Ils arment leurs fusils et attendent les ordres, n’hésitant pas à frapper les otages. Si quiconque parle, il se fait rappeler à l’ordre avec un coup de pied dans les côtes ou dans la figure. Quiconque s’enfuit est tué sur place, froidement.  

Enfin, ils entendent leurs camarades aux entrées parler de nouveau et tendent l’oreille. Les otages aussi, dans un désespoir qui leur est propre en ce temps de crise. La police est de retour, voire l’armée, après tout, qu’en savent-ils ? Ils entament des négociations, veulent savoir ce que les terroristes veulent en échange de leurs vies. Apparemment, l’adjudant a bien voulu se bouger et risquer sa peau, cette fois-ci, sous la pression, certainement. C’est lui qui s’occupe de prendre la parole, armé d’un mégaphone dans une main – et de fait, on l’entend aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur – et d’un pistolet dans l’autre main :

« Que voulez-vous ?
-Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
-Combien ?
-Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent ! »

Se pinçant l’arête du nez, l’adjudant décide qu’ils vont coopérer. Peut-être qu’ils peuvent prouver leur bonne foi, et laisser les otages en vie. Ces types ont l’air plutôt organisés, et ils doivent savoir que s’ils tuent encore plus, ils ne sortiront pas d’ici vivants. L’armée n’hésitera pas à abattre l’ensemble du centre commercial et les civils avec si quelque chose foire.

La tension monte d’un cran à l’intérieur. Evidemment, les otages ont tout entendu et savent que dans trois heures, leur sort sera fixé. Si les autorités de Toronto et du Canada entier ne se montrent pas à la hauteur, ils risquent de mourir. Et chacun comprend que cette fois, il ne va peut-être pas en sortir vivant…



Petit rappel : l’ordre de passage est celui défini par le premier tour de jeu et est à respecter jusqu’au bout de l’intrigue. Si un joueur ne répond pas au bout de 4 jours, le joueur suivant peut répondre à sa place. Si un joueur décide de passer son tour, il en informe le joueur suivant qui répondra à sa place. Vous êtes en présence d’un groupe de terroristes, qui n’en ont rien à faire de vos vies. Ils peuvent vous tirer dessus à tout moment, vous blesser, vous tuer ou tuer les personnes à côté de vous. Ne jouez pas les héros. De même, vous ne pouvez pas décider du sort des autres joueurs et vouloir les tuer. Les Personnages Non Joueurs ne pourront être tués que par le maître du jeu, qui postera au fil du temps des indications à suivre pour vos propres posts. Vous pouvez néanmoins blesser un PNJ dans vos posts.


Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mar 19 Aoû - 20:15



Inside the horror story



Toujours alignés contre le mur, j’essaie de regarder un peu tout le monde, voir si je pouvais détecter un policier en civil ou même agent fédéral, mais non, que des gens effrayer ce qui est totalement compréhensif, parce que je suis dans le même état. Si j’avais put avoir mon arme, je me sentirai légèrement mieux, ou je serai déjà mort… mouais, d’un côté, heureusement que je ne l’avais pas.
Le silence est plus que présent ici, à part les reniflements d’un enfant, mais tout le monde se tenait à carreau. C’est alors qu’on entendu une voix venant de l’extérieur. La police, enfin ! Ce n’est pas trop tôt ! Ils vont envoyer un médiateur, qui sait s’y faire pour se genre de situation.
Je sursaute quand des nouveaux coups de feu retentissent. A l’évidence ils n’étaient pas tiré à l’intérieure, le son serai bien plus fort. Espérons que personne ne soit blessé ou tuer à l’extérieur. La bandes de terroriste se reforme vers nous et nous hurle dessus pour que l’on se taise, et si ce n’était pas le cas, ils ne se gênaient pas à nous frapper ou même nous menacer d’une balle en plein cœur, voir en pleine tête. Ca n’arrange pas les pleure de l’enfant pas loin. Mais la mère fait tout pour qu’elle soit calme.

Je regarde Ryan, il cachait ses tremblements, il n’était pas le seul… je ne suis pas rassuré, j’avais peur qu’ils fassent tout sauté, je ne reverrai plus ma petite sœur et Amelia… ma belle Amelia…

- Que voulez-vous ?
- Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
- Combien ?
- Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent !


La stupeur me prend dans tout mon être, je voulais sortir d’ici, mais je sens bien que ça n’allais pas être le cas, des armes et de l’argent ? Et puis quoi encore, ils croient quoi ? Que le Canada est aussi riche que ça. Et que toutes les vies ici vaillent le coup ? Ca je ne le crois pas. L’état ne fonctionnait pas ainsi… A moins que notre vie compte et les intéresse.

Je regarde ma montre, le temps était compté, et je ne voulais vraiment pas que ça soit les trois dernières heures de ma vie. J’ai encore beaucoup de chose à faire ici. Oui, j’ai envie d’avoir ma famille, de chérir toujours plus Clara, oui, j’ai encore beaucoup trop de projets et de choses à faire sur cette terre.

Je regarde Tom, il n’était pas non plus rassurer, quoique de plus normal, il avait son visage plus que fermé, je ne l’avais jamais vue ainsi. Je tourne la tête et je vois David, tremblant et fixant toujours son téléphone broyé quelques minutes plus tôt.

Je ferme les yeux, alors que je ne suis pas du tout croyant, je me mis à prier, enfin, je demandais de l’aide à mes parents comme si ça pouvait faire quelques chose, mais je ne voulais plus de mort, sauf peut-être les terroristes, ils avaient fait leur choix en prenant les armes, ils savaient donc qu’ils pouvaient y rester, j’espérais alors de tout cœur, qu’ils fassent tous une crise cardiaque sur place et nous libre de retrouver l’air pur.


fiche codée par Empty Heart

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mer 20 Aoû - 23:14

Inside the horror story.

Ce ne fut pas Douglas qui me répondit mais un type juste à côté de nous qui le devança. Au vu du ton qu’il employait, il trouvait ma question plutôt idiote.

« C’est pas à nous qu’ils veulent des trucs, c’est à notre président… Qu’est-ce que vous foutez là tous les deux ? Et t’as vu ça ? L’autre débile de McCoy est là aussi ! »

Ce qu’on faisait là ? Ben comme tout le monde, on avait envie de voir ce que ça faisait de vivre une prise d’otage alors on s’est réuni ici… Y’avait pas que moi qui posait des questions inutiles. La fin de sa phrase était adressée à Doug, les deux hommes devaient certainement se connaître. En parlant de McCoy, l’homme avait fait un petit signe de tête vers moi et je me tournai pour découvrir David juste à côté de moi. Il était tourné vers la fille à sa droite, je ne savais pas vraiment s’il m’avait vu. Super, j’étais pris en otage avec mon patron et le mec qu’il m’avait demandé de prendre en filature…
Une sonnerie de téléphone retentit dans le centre commercial, provenant du tas de portable. David sursauta à côté de moi quand il vit un des terroristes attraper le téléphone qui sonnait encore. Il commença à s’agiter bizarrement et je compris que le portable en question devait être le sien. Je n’eus pas le temps de lui dire de se calmer, il le fit de lui-même en voyant l’homme cagoulé exploser son téléphone sur le sol. Encore une fois, j’aurai parlé à mon voisin si un vacarme énorme ne m’avait pas interrompu dans mon intention. Il provenait des portes principales du magasin et quelques hommes partirent voir de quoi il s’agissait en courant. Le bruit avait fait redoubler les pleurs des enfants et l’ambiance était devenue encore plus pesante. Je ne m’aperçus que je tremblais qu’en voyant mes mains agitée de soubresauts incontrôlables. Je serrais les poings, tentant de me contrôler en vain.

« Que voulez-vous ?
-Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
-Combien ?
-Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez-moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent !
»

Je m’immobilisais soudain, la peur au ventre. Ils allaient nous tuer. Ils allaient tous nous tuer, un par un, y compris les enfants. Très vite, les tremblements reprirent, plus intensément. Une terrible angoisse me tordait l’estomac et je commençais à avoir des sueurs froides. Il fallait absolument que j’arrive à me calmer, je reconnaissais ces symptômes. Je ne voulais plus qu’une seule chose, prendre une dose et oublier tout ça, je n’aurai jamais du essayer de vivre une vie normale en premier lieu. Qu’est-ce que je foutais là ? Si je n’avais pas quitté Détroit, je vivrai toujours ma vie comme je l’ai fait durant trois ans, une vie minable peut-être, mais une vie tout de même !

Je fermais les yeux et posait ma tête sur le sol, tentant de respirer profondément pour me calmer. Je devais garder les idées claires, je n’avais pas fait tout ce chemin pour rien, et certainement  pas pour mourir à vingt et un an ! Si je sortais d’ici vivant, j’allais me bouger pour réussir.
code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Jeu 21 Aoû - 17:06


inside the horror story

C’était étrange, tout ça. Quelles étaient les chances pour que je me retrouve avec autant de monde que je connaissais ? Oui, parce que deux personnes, c’était bien suffisant pour que ce soit du monde. De plus, j’aurais préféré ne pas être à l’intérieur… et ne pas y voir Douglas ! McCoy, je n’en avais rien à foutre. Je n’allais pas lui souhaiter de mourir, parce qu’il ne méritait pas ça, bien sûr… mais je m’en fichais beaucoup plus que Douglas, qui était un de mes amis. Oh et puis en fait, si David mourrait, ça m’attristerait un petit peu : je ne pourrais plus me foutre de sa gueule en venant chez Sarah. Ce serait bien dommage. Mais en soi, j’avais plutôt peur pour Doug. Et pour ma propre vie, cela va de soi.

En parlant de David, son téléphone sonna, soudainement. Comment sut-on que c’était celui de David ? Parce qu’il se mit à presque convulser contre le mur, quand il entendit la sonnerie de son mobile ! Forcément, il fallait que ça tombe sur lui. De toutes façons, ça ne pouvait tomber que sur lui. J’avais l’impression que ce type était fait pour s’attirer les emmerdes avec tout le monde. Dès qu’il y avait un problème, il faisait partie du lot, non ? C’était quand même incroyable ! Je ne savais pas exactement si je devais le blâmer ou bien le plaindre !

Brusquement, nous entendîmes enfin ce qu’il se passait du côté du groupe de terroristes qui était parti vers les entrées. La police était présente aux portes et nous les entendions parlementer, poser des questions, et essayer de débloquer la situation. Je tendis l’oreille, ne prononçant plus un mot, tout comme le reste de notre groupe. Il était important que l’on connaisse les enjeux. Si la police était là, c’était déjà génial, parfait, même. Nous allions pouvoir sortir, ça c’était clair ! Ils ne nous laisseraient jamais seuls là dedans pendant trop longtemps. Toutes les caméras du monde devaient être braquées sur nous, tous les présentateurs télés faisaient des éditions spéciales, et chacun savait déjà ce qu’il se passait pour nous. C’était ça le journalisme, et ça me rappelait de très mauvais souvenirs de quand ma mère était morte, et quand mon père s’était fait prendre lui-même en otage !

« Que voulez-vous ?
-Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
-Combien ?
-Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez-moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent !
»

Seigneur… des armes, tout irait bien, on pouvait en trouver vraiment à tous les coins de rue, et nos amis les Américains en raffolaient. Mais deux cent mille dollars ??! Ce n’était pas énorme, contrairement à ce qu’on pourrait croire. En travaillant au Globe and Mail, j’avais eu légèrement le temps d’étudier les demandes de rançon. Il y en avait eu des plus grosses que cela dans l’histoire des demandes de rançon. Des trucs plus méchants. Des trucs plus sympas aussi. Et Toronto à elle seule pouvait nous payer. Mais payer des vies humaines ? Sérieusement ? Une vie valait plus que deux cent mille dollars ! Même celle de David McCoy ! Même la mienne. Evidemment qu’on allait sortir d’ici, si le gouvernement payait. Le Canada ne pouvait pas laisser passer une affaire pareille. Ils allaient payer et donner les armes. Ce serait peut-être honteux, mais ils n’allaient pas nous laisser crever ici, comme des rats, ou comme des martyrs…

Je repensais à Sarah, brusquement. Que ferait-elle, si je ne ressortais pas de cet endroit ? Mes parents étaient morts, et ma fille était avec sa mère. Je n’avais plus personne à Toronto, alors même qu’il s’agissait de ma ville natale. C’était Sarah qui aurait la responsabilité de ma dépouille… et je ne voulais pas qu’elle doive s’atteler à une tâche pareille, c’était impossible à imaginer pour moi. Elle n’avait pas à devoir se débrouiller avec ça. La situation devait déjà être difficile pour elle, là dehors. Elle était en vie, alors que je m’apprêtais peut-être à mourir. Pourquoi fallait-il qu’une chose pareille arrive ? Si seulement j’avais pu ne lui envoyer rien qu’un message pour la rassurer ou pour lui dire n’importe quoi d’autre !

A côté de Douglas, le jeune homme qui le connaissait était devenu encore plus blanc qu’avant, et il s’affaissa doucement, sans perdre conscience toutefois, en laissant sa tête par terre. Nos hôtes ne dirent rien, ce qui m’étonna, et lorsque je tournais la tête autour de moi pour voir ce qu’il se passait d’autre, David tourna enfin la tête vers moi. Nous échangeâmes un long regard empli de sous-entendus – n’étions-nous pas dans la même situation ? Deux types qui ne voulaient pas se retrouver ici prisonniers, avec nos copines à l’extérieur ? – et je lui fis signe de regarder le petit jeune. Il était médecin non, c’était de son devoir de l’examiner… même si ça allait être compliqué de tenter de faire quelque chose. Et puis, il semblait simplement être angoissé, ce n’était pas grand-chose. D’ailleurs, McCoy haussa les épaules, et je baissai les yeux. Nous étions tous dans la même merde, et surtout, dans le même état, visiblement, parce que j’avais vu les mains de David trembler quand j’avais laissé mon regard glisser au hasard sur lui. J’imaginais aisément que j’étais dans le même état, en réalité. Et pour une fois, je ne savais pas quoi faire à part attendre…

Spoiler:
 
© fiche créée par ell


__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Kacy Ramsey


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 25 Aoû - 15:44



Inside the Horror Story

Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer



Je regarde toujours cet homme assis près de moi, refusant de croire que c'était l'homme que je connaissais, c'était tout simplement impossible, et je n'ai pas vraiment le temps d'y penser d'avantages car il y a tant de choses qui ce passe autour de nous a ce moment précis.

Il y a de nouveau du mouvements dans ce couloir qui me paraît sans fin et ou la mort nous attends si nous osons bouger d'un seul centimètre. Je comprends facilement comme tout le monde ici je pense que les forces de l'ordre tente de rentrer en contact avec les terroristes, savoir ce qu'ils veulent, on appel ça négocier, mais dans les films que j'ai pu voir les négociations ne sont jamais vraiment tenues de la part des forces de l'ordre, mais comme elle n'a pas vraiment une bonne image, et que les médias ont du s'empresser de prendre l'affaire en charge, ils feront peut être un effort. Oui je sais je me rassure avec n'importe quelle pensées, mais tant que je ne penses pas à ma mort ca ira.

Que voulez-vous ?
-Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
-Combien ?
-Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent !


Je me glace, oui c'est ca, je me change en statut de glace en entendant les dernières paroles de l'un de nos ravisseurs qui devait être le chef de la petite bande devant nous. Ils voulaient des armes pourquoi ? Celles qu'ils ont leur suffisse pas ? Et c'est quoi cette sommes demandé ? C'est des terroriste amateur ma parole, mais ce n'est pas ca qui me glace, ce qui me fait me pétrifier c'est qu'il ne restait plus que 3h, boum le compte a rebours est lancé, mais où est donc Jack Bauer quand on a besoin de lui, comment ca on est pas dans une séries télé ? J'aurais tellement préféré jouer une figurante que de le faire dans la vie réelle, qu'on vienne pas ce plaindre après que je ne suis pas une sociable.

codage par greenmay. sur Apple-Spring


Revenir en haut Aller en bas


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Lun 25 Aoû - 19:12




Inside the Horror Story

Pour vaincre la peur tu dois te fondre en elle.  




J'avais bougé un peu, histoire de déplier un peu mes jambes, pour être honnête je ne tenais plus du tout en place, je n'avais qu'une envie me lever et me barrer, oui c'est sur comme tout le monde dans cette pièce, mais comparé a eux je n'avais plus grand chose à perdre. Bien sur j'ai Abigail et les petits mais je sais, et il ne faut plus que je ferme les yeux là dessus, ils vont partir d'ici peu de temps et je serais sans attache de nouveau, j'ai Ella oui, mais c'est loin d'être la même chose,on c'est beaucoup éloigné elle est moi bref je pars dans de mauvaise pensée, c'est dingue comme la peur peut jouer un rôle différent chez les personnes.


Que voulez-vous ?
-Il nous faut des armes et de l’argent. On sait de source sûre qu’il y a ce qu’il faut à Toronto !
-Combien ?
-Autant d’armes que possible. Quant à l’argent, vous avez trois heures pour nous ramener 200 000 dollars. Si on n’a pas autant qu’on le veut, alors on tuera une personne pour chaque millier qu’il manquera. Et croyez moi… on a assez de gens là-dedans pour que vous n’ayez pas envie de manquer d’argent !


Je regarde le fond du couloir, c'était dit, ils ont dit ce qu'ils désiraient maintenant les forces de l'ordre vont ils suivre ou alors jouer les malins et mettre nos vies en danger. Je lève la tête entendant aisément un hélicoptère, peut être la police ou un de ses émissions de télé qui ce régale de ce genre de chose, comme ci il n'y avait pas assez d'horreur dans le monde. Certes, ici à Toronto c'est rare ce genre de chose, on imagine plus ce genre de situation chez nos voisins les américains ou tout peut arriver chez eux mais ici, c'est plutôt réputé pour être calme. Je ne chercherais pas a savoir pourquoi ils nous ont ciblé peut être pour dire qu'ils peuvent être n'importe ou et n'importe quand, ou c'est une petite bande comme ca, sans être dans un gros truc de terroriste je ne sais pas et ne veux pas du moins plus y penser.

Il nous restait trois heure, et je regarde la mère et son enfant près de moi et souris quand le petit dit à sa mère que Batman viendrait les sauver, j'aimerais avoir son innocence que ce soit maintenant ou bien une seule fois dans ma vie, croire au super héros que l'on peut voir dans des films ou bandes dessiner, avoir à cet instant précis de super pouvoir et faire sortir tout le monde, mais je ne suis pas Batman, Superman ou encore Iron man, (ca fait beaucoup de man ^^), je ne suis que Jon, le gigolo de service et baby-sitter qui fait de son mieux pour aider et ce battre contre sa propre vie, comme je le disais a Ryan a notre rencontre, mon but principale et de survivre.

Je suis plongé dans ma réflexion, mais j'observe ce qui m'entoure, je regarde de temps en temps David qui fait de son mieux pour aider la fille près de lui, je regarde Ryan qui tente de gérer ses tremblements, le pauvre il avait pas besoin de ça, et je regarde les autres et ont ce posent tous le même questions, si les forces de l'ordre font pas ceux qu'ils veulent, qui va mourir, pour qui la vie s'arrête aujourd'hui ? Quelles famille sera détruite en perdant l'un de ses membres voir plusieurs ? Tant des questions et aucune réponses en retour du moins ps tout de suite et il y en avait déjà une je le vois en regardants le cadavre un peu plus loin.

Je finis par jeter un œil sur ma montre, une heure était déjà écoulée je regarde autour de moi je n'avais plus peur, je ne saurais dire pourquoi mais j'étais pas serein mais je sais que quoiqu'il arrive tout ira bien. On voit nos ravisseurs revenir en disant que l'heure se rapproche, ils nous regardent comme de la viande, de la marchandises mais à a aucun moment comme un humain, comme une personne qui a une vie, un travail et encore une famille juste … ouais des objets sans importance.

Un des types marche le long devant nous, tout le monde baisse la tête, ayant peur de croiser son regard et d'être choisis, j'aurais pu faire la même chose mais ca me rappelais les cours que je suivais à la fac, c'est toujours celui qui baisse la tête qui est choisis, ici c'est un peu pareil surtout qu'ils jubilent de voir toutes ces personnes terrorisé par eux, ils ont ce sentiments de pouvoirs, d'être maître de la situation. Alors non, je les regardent, j'observe ce que je peux observer, pas grand choses avec leur cagoules, je vois simplement qu'il cherche leur victime. Puis ils ce décident et pointe alors David, et sans réfléchir je me lève.

Prenez moi … je m'en fous de mourir.
Héhé un téméraire …  ok, si tu tiens si peu à la vie.

Le gars vient me chercher, me prenant par la nuque et je jette un dernier regard à David et je lui fais un signe, ca ira, je l’espérais au fond de moi. Je marches la tête vers le sol et il me jette à terre pour que je sois alors à genoux. Je n'étais pas loin des grandes vitres et donc de la porte, je pouvais aisément voir qu'il y avait une foule dehors, les forces déployer par la sécurité, mais je ne pouvais m'empêcher de penser que malgré tout ca, les gars derrières moi, cagoulé ont le pouvoir sur la situation. J'écoute quand un officier prend le mégaphone pour parler.

Il nous faut encore du temps pour réunir la sommes d'argent demandé.
Pas de temps … On vous auras prévenus.


Je sens mon cœur battre de plus en plus vite, c'était finis, l'argent n'était pas là et ils ont des doutes pour pouvoir le réunir après 3 heures, et pour montrer que c'est eux les chefs, ils doivent mettre à exécution leur menaces sinon comment les prendre au sérieux. Je regarde les pieds du type et je me dis quitte à mourir, autant le faire dignement, je me redresse et e regarde, je ne vois aucune émotions mis à par du plaisir qui ce confirme lorsque je vois un sourire apparaître.

Adieu, Abby, pardonne moi Ella.

Je prends une dernières inspiration et le coup part. Je ressens une douleur atroce dans la poitrine, et je tombe rapidement à terre. L'intonation du coup est encore dans mes tympans, je jonche maintenant le sol, ne voyant plus que les pieds de mes ravisseurs qui disent je ne sais trop quoi.
Puis je sens qu'on me bouge, on est entrain de me trainer et je crois comprendre une phrase des types, disant que je serais le nouveau exemple un truc dans le genre, ils allaient oser me mettre devant les autres non ??? et pourtant, je me demande pourquoi cette idée me surprend.




codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 29 Aoû - 22:34

Inside the Horror Story Oh dear we are in trouble…
Alors que j’étais encore dans un état pas possible à cause de ce qu’il venait de se passer. Mon téléphone. Détruit. Je n’avais plus aucuns espoirs de contacter Mac’. Et tous mes souvenirs, mes photos dessus, de nous deux, envolés. Plus que la perte d’un objet, c’était tout un symbole qu’ils venaient de broyer devant moi. Et désormais, j’étais plus que conscient qu’en ce hall, en la présence de terroriste, ma vie pouvait se briser aussi facilement qu’un portable. En me choisissant, ma vie pouvait me glisser entre mes doigts et cela aurait pour effet de détruire Mackenzie par la même occasion…  Je ne pouvais pas laisser faire ça et pourtant… Je n’en avais pas le choix.

Je fus tiré brusquement de mes pensées moroses quand j’entendis une voix qui portait, sûrement celle des policiers, qui tentait de nouer le dialogue avec les terroristes. Je levai les yeux, toujours tremblant et je vis les terroristes tendus, sur leurs gardes. Nous comprîmes tous rapidement ce qu’ils voulaient. Des armes. Et de l’argent. Et je me retrouvai à grincer des dents. Jamais ils ne leurs donneraient tout ça, pas pour une poignée de civiles. La sécurité d’état était en jeu. Puis je repensai au temps donné pour réunir tout ceci… Trois heures, c’était impossible ! Nous allions tous y passer.
A mes côtés, je vis Ryan devenir tout pâle alors qu’il posait son front sur le sol, sûrement pour chercher la fraicheur alors que moi-même, je sentais des sueurs froides couler le long de mes tempes. Malgré ce mouvement, il n’y eut pas de représailles et je continuai à le fixer, angoissé tandis que la jeune femme à mes côtés n’allait pas mieux.
En voyant l’état de tout le monde, je me demandai un instant comment les terroristes réagiraient si je m’approchais de quelqu’un pour l’aider ou le soigner. Peut-être que j’étais naïf mais nous étions cachés, pas armés et effrayés, que l’on s’entraide ne leur porteront pas préjudice ! Mais bon, il ne fallait pas se leurrer et éviter de bouger…
D’un coup d’œil dans la direction de Bennett, je croisai son regard. Il avait l’air tout aussi effrayé que moi, lui qui d’habitude, gardait ses émotions sous contrôle. Sauf que ce n’était pas d’habitude. Nous étions des otages, et nous avions des gens que nous aimions à l’extérieur. D’un signe discret de la tête, il me somma de regarder Ryan et je haussai les épaules. Que pouvais-je faire de plus ? Bien sûr que je l’avais vu, je gardais dans mon radar toutes les personnes qui paraissaient au bord de la panique, les enfants, les femmes, les hommes. Mon instinct de médecin était en ébullition. Surtout quand la vie d’enfants innocents était en jeu.

En me pinçant l’arrête du nez, les mains tremblantes, j’essayai de ne pas me mettre à la place de ces parents qui serraient leurs bambins contre eux, paniqués et priant tous les dieux. Est-ce que j’allais réellement mourir sans avoir eu la joie d’être papa ? D’un côté, je préférais, je n’aurais jamais pu me pardonner de laisser derrière moi une petite tête blonde en plus de ma future femme… Puis, respirant un grand coup, j’attendis, pouvant presque entendre un tic-tac imaginaire marquant chaque seconde qui passait.
De temps en temps, un enfant faisait trop de bruit à leur gout, et nous pouvions les entendre hurler sur la mère pour qu’elle calme le chérubin, allant parfois jusqu’à la frapper, et il nous fallut énormément de self-control pour ne pas intervenir. Je pouvais voir les autres hommes à mes côtés serrer et desserrer les poings de façon rageuse. Nous ne pouvions pas nous permettre de nous interposer, nous ne faisions pas le poids contre eux. Pourtant ce n’était pas l’envie qui nous manquait…

Plus tard, bien plus tard, alors que je n’avais pas de montre, je remarquai un changement imperceptible de comportement chez nos geôliers. J’étais en train de soutenir du mieux que je pouvais la femme à mes côtés et d’un coup, un des hommes se mit à faire des allers-retours devant nous. Que voulait-il ? Malheureusement, je n’eus pas le temps de comprendre de suite ce qu’il cherchait et nos regards se croisèrent. Sans plus de préambules, il me pointe et ma respiration se bloque, l’air me manque et je sens mon esprit s’embrumer. Non non non non non ce n’était pas possible, trois heures ne s’étaient pas écoulées !
Alors que j’allais me lever, la boule au ventre, quelqu’un non loin de moi me prit de vitesse et se leva, le son de sa voix me glaçant le sang quand je reconnus la voix.

« Prenez-moi … je m'en fous de mourir. »

Je tournai la tête lentement et je vis Jon, là, debout alors qu’une dizaine de personnes le tenait en joue. Il était totalement fou ! Ce qui d’ailleurs plu au bourreau face à moi car il sourit dangereusement avant de lui répondre et de l’attraper par le cou pour le tirer à l’écart du groupe… Alors qu’ils s’éloignent il me fait un signe et je le regarde, la bouche grande ouverte, ne réalisant pas totalement ce qu’il faisait. Tous les autres avaient la même tête que moi et quand il se fit mettre à genou un peu plus loin, une arme pointée sur lui, j’entendis des hoquets choqués. Les parents cachaient les yeux des plus jeunes. Tout le monde savait ce qui allait se passer et je vis même certaines personnes pleurer, comprenant peut-être enfin les enjeux de tout ceci. Quant à moi… Je voyais cet homme que je connaissais plutôt bien qui allait se faire descendre, se sacrifiant pour me sauver…
Quand nous entendîmes un mégaphone, un policier déclarant qu’ils n’avaient pas la somme, j’écarquillai les yeux. Ca y était alors ? Ils allaient l’abattre ? Je ne pus détourner le regard du spectacle qui allait tourner en tragédie… Et dans un dernier élan de défiance, Jon se releva et je le regardai tenir tête de toute sa hauteur le terroriste.

Puis tout s’enchaîna très vite. Le coup partit, un petit garçon hurla en entendant le bruit puis nous entendîmes très distinctement le bruit d’un corps heurtant le sol. Il était touché dans la poitrine et malgré le fait qu’il ne bougeait plus, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il était encore vivant. Il devait l’être ! Apparemment sa blessure n’avait pas touché d’organes vitaux vus l’endroit, mais si on ne faisait rien il allait mourir d’une hémorragie, même si c’était le but !
Quand son corps fut ramené face à nous je ne pus contenir le flux d’adrénaline qui me traversa. Mon corps se préparait face à la situation, une blessure grave, banale, mais mélangé à ma situation de cible vivante, je sentais mon esprit se brouiller puis redevenir clair avant d’avoir à nouveau une absence. Si je réfléchissais trop, je risquais de le perdre.
Ni une ni deux je me redressai alors rapidement puis je me laissai glisser sur le sol lustré, à genoux. Il était face à moi et en deux secondes chrono j’étais à ces côtés, serrant les dents quand j’entendis les clics distinctifs d’armes que l’on chargeait. Je n’osais pas relever les yeux et je portai ma main droite au cou de Jon, cherchai le pouls alors que de l’autre j’appuyai sur la plaie pour stopper l’hémorragie. Il n’était même pas utile de voir si la balle y était encore logée, l’important était qu’il ne devait pas se vider. Je soupirai de soulagement en sentant un pouls mais je déchantai vite quand je sentis une arme accolée à ma tempe.

« Qu’est-ce que tu crois faire, sale con ?! »

Je ne bougeais plus, ne respirais plus et je sentis une larme couler le long de ma joue. J’étais foutu. J’étais con et j’étais foutu. Tout en maintenant la pression sur la blessure, j’avalai difficilement ma salive avant de prendre la parole.

« Je suis médecin, laissez-moi l’aider, vous avez déjà prouvé que vous ne rigoliez pas juste… laissez-moi l’aider. »

J’avais connu ma voix plus assurée que ça mais c’était le mieux dont je pouvais faire preuve pour le moment, surtout avec cette arme collée à ma tempe, s’enfonçant de plus en plus dans celle-ci. Autour de moi, on n’entendait plus rien, seulement un bruit de fond dû à l’agitation extérieure.
Alors que mon esprit divagua à nouveau vers l’extérieur et Mackenzie qui s’y trouvait encore, cette fois-ci d’autres larmes suivirent la première et bientôt je pleurais silencieusement sans pouvoir m’arrêter.

« - Finis-en bordel !
- J’vais te passer l’envie d’aider connard ! grogna finalement l’homme qui me tenait en joue. »

Puis, sans que je m’y attende, il baissa l’arme, avant que je n’entende un coup de feu assourdissant. Une douleur lancinante me traversa de part en part dans l’épaule et je poussai un cri de douleur. Ce connard avait touché l’articulation et ça faisait un mal de chien.
Gémissant pathétiquement, je m’effondrai alors presque sur Jon à mes côtés alors que je vis le terroriste s’éloigner… Au moins, je pourrais continuer à maintenir la pression sur sa blessure. Collant mon bras gauche contre mon corps pour ne plus bouger, je grimaçai puis je repris ce que je faisais précédemment. Je maintins la pression malgré mes frissons et mes sueurs froides. Puis je fermai les yeux, pensant à Mackenzie. La seule pensée qui pouvait me maintenir la tête hors de l’eau dans cet enfer…
code par (c) eylika. photo de we heart it.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Douglas Forman


DISCUSSIONS : 553
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Dim 31 Aoû - 0:06



Inside the horror story



La situation est plus que mal partie. Je ne saisie pas l'intérêt de prendre des hommes contre de l'argent et des armes. Une vie n'a pas de prix, enfin c'est ce que je pense, mais surement pas nos ravisseurs. Je suis toujours aux aguets de la moindre petite échappatoire.  Mais ils étaient bien organisé, et c'est ce qui me fait peur. J'ai bien peur que mes prières soient vaine, je ne sortirai pas vivant d'ici.
Je regarde alors Ryan qui c'était presque allongé sur le sol, le fait qu'il tremble beaucoup ne me rassure pas. Avec le stress, son manque de drogue devait se faire ressentir et combattre son envie devait être bien difficile pour lui. Alors je lui pose une main sur son épaule pour lui faire comprendre que j'étais là avec lui et qu'il ne devait pas craquer, pas maintenant.  Il ne devait surtout pas faire une chose qu'il pourrait regretter surtout. Il doit lutter pour rester en vie, si nous avons une chance de sortir d'ici ce que je doute malheureusement.

Je regarde tout le monde autour de moi encore une nouvelle fois, et je n'ai fais que ça pendant les heures qui s'écoulaient bien trop rapidement. Les trois heures étaient passés ?Je regarde alors ma montre, non seulement une heure, qui m'a parut tellement longue... et ma vie allait peut-être se finir maintenant. Mais je n'en avais pas du tout envie, non je voulais revoir ma sœur et Amelia. La police n'avait pas répondu aux attentes des terroristes, nous allions tous y passer, mais ça va servir à quoi. Nous serons tous mort ici et ils n'auront toujours pas ce qu'il souhaite.

C'est alors qu'un des mecs passent devant nous comme si il regardait une vitrine et qu'il allaient choisir la meilleure télévision pour chez lui. Alors que là, il allait simplement mettre une balle en pleine tête ou en plein coeur pour ne pas rater sa cible et faire comprendre à la police qu'ils ne rigolent pas.
C'est alors qu'un homme se met à prendre la parole.

- Prenez moi … je m'en fous de mourir.
- Héhé un téméraire …  ok, si tu tiens si peu à la vie.

Je regarde le suicidaire, parce que oui, ça en était un. Avec beaucoup de courage serte mais il allait mourir pensait qu'il pouvait nous sauver tous.
On le fait bouger pour que de l'extérieur on puisse voir l'exemple qui va être fait. Mon cœur se serre, une boule se forme dans ma gorge et je n'ai qu'une envie, crier, et tuer tous ces terroristes. Mais je restait de marbre voulant à tout pris retarder le moment de ma mort. Je ne suis pas le mec le plus courageux du monde à cet instant. Mais c'est compréhensible non ? Je tiens à ma vie, et puis, je ne suis plus flic, je ne suis plus obligé de donner ma vie pour protéger les autres. Enfin si c'était Amelia ou Clara là oui, je le ferrai sans hésiter.

J'ai le regard fixé sur le suicidaire, il était à genoux et n'attendait que le moment où la balle transpercera son corps. Je ne peux faire autrement que de regarder, et malgré le fait que je m'attendais à la déflagration je sursautant que le coup parti. Je ferme les yeux quand le corps tombe sur le sol, si il n'était pas mort sur le coup, dans quelques minutes, pire dans quelques heures il sera mort. Mon instinct me dit d'aller voir si il était mort, mais quelqu'un me devança. Et je fut qu'un peu surpris quand je m'aperçu que c'était David. Bien entendu il était médecin et ça ne pouvait pas être que lui qui veuille sauver la vie de se malheureux si c'était possible.
Mon sang se glace quand je vois rapidement un de nos ravisseurs lui pointe son arme sur la temps. Je pensais directement à Mackenzie. Si David ne sortait pas vivant d'ici, Mac ne tiendra jamais le choc, elle ne l'avait pas chercher pendant trois ans pour le perdre quelques mois plus tard. Non, je devais le protéger, mais je ne sais pas comment je n'ai pas mon flingue pour pouvoir nous défendre tous. Pourtant je suis certain que de la où je suis, je pourrai tous les mobilisés sans soucis. Je suis plutôt bon au tir.

- Finis-en bordel !
- J’vais te passer l’envie d’aider connard.


Non, David ne devait pas mourir, c'était hors de question. Mais je n'ai pas pu intervenir, car le coup retentit et je voyais David tombé sur l'homme déjà à terre. Je n'avais qu'une envie c'est d'aller voir comment il allait, et quand je commençais à avancer à quatre patte, on me visa, alors je fait machine arrière et je fixe David. Puis je regarde Thomas, puis Ryan, nous étions tous sous le choc. Alors qu'ils nous tournaient le dos, je fais en sorte de me rapprocher de David pour juste vérifier son pouls. Je devait tout faire pour le garder en vie pour Mackenzie. Ne voulant toute de même pas me faire griller, même si je dois bien avoué que dans se moment là je crois que je pourrai faire comme si je le connaissais il ne le remarquerai pas tout de suite.

- Vous allez bien... monsieur...

Je murmure le plus bas possible pour ne pas me faire entendre, et d'un oeil vif et aguerrit je surveille malgré tous les terroristes, je n'avais pas envie de me prendre une balle, déjà qu'avec un gilet ça fait mal, alors sans... Et puis assez de sang avait couler.


fiche codée par Empty Heart

__________________________

EVERYBODY KNOWS
Nothing really matters ; Nothing really matters at all ; When all your dreams are shattered ; Everything is beautiful


crédit by TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mar 2 Sep - 0:59

Inside the horror story.

Le contact de mon front avec le froid du carrelage avait quelque chose d’apaisant. J’avais l’impression d’avoir la tête en feu, et pourtant j’avais des sueurs froides et des frissons. Je n’arrivai plus à penser, mon cerveau me faisait mal et je me concentrai sur la fraicheur du sol pour essayer de respirer et de me calmer, même si ça ne marchait pas beaucoup. Comment c’était possible ? Je n’avais rien pris depuis plus de huit mois, j’avais dépassé le stade de ce genre de crises depuis bien longtemps ! Pourquoi mon corps réagissait-il aussi violement à la peur que j’éprouvais en ce moment même ? Finalement quand le psy m’avait dit que même si le temps jouait un rôle important dans la guérison, rien ne serait plus comme avant et que je devais m’attendre à avoir des réactions étranges, il n’essayait pas de me convaincre de rester… Enfin si, mais il n’avait pas tort. Je n’étais pas prêt à quitter ce centre ! D’ailleurs est-ce que je serai un jour prêt à reprendre une vie normale ? J’y avais vraiment cru en venant ici, mais visiblement je m’étais trompé.

Qu’est-ce qu’on m’avait appris au centre déjà ? Si je faisais une crise, je devais penser à quelque chose que j’aimais, ou me trouver un petit truc auquel me raccrocher. Une chanson, une personne, une citation,… Je n’avais jamais choisi quelque chose de précis. Je pensais généralement à mes parents, et ça suffisait. Mais cette fois, penser à eux empirait mon état. J’imaginais la détresse de ma mère si elle savait dans quelle situation je me trouvais, et ça me faisait paniquer encore plus. Si je mourrais aujourd’hui, elle ne s’en remettrait jamais. Pour mon père, c’était peut-être moins évident, il avait toujours été fort et ne s’était jamais laissé abattre, mais j’étais persuadé qu’il n’arriverait jamais plus à être heureux. Je n’avais que vingt-et-un ans, et même si je prétendais le contraire, j’étais encore vraiment attaché à mes parents.

J’avais perdu toute notion du temps, perdu dans mon combat contre moi-même. Je n’osais pas lever la tête, de peur de perdre ce contact si précieux avec le sol ou de croiser le regard de quelqu’un. Je ne voulais pas qu’on me voie comme ça, même si les gens pouvaient penser que j’étais simplement terrorisé par la situation. Cet état dans lequel je me trouvais, j’aurai tellement voulu ne plus jamais ressentir ça. Je me sentais si pitoyable quand je prenais conscience d’être dépendant de ces saloperies… Une voix me tira soudain de ma léthargie. Une voix que je connaissais. Celle de Jon.

« Prenez moi … je m'en fous de mourir. »

Ma respiration se bloqua alors que je relevais la tête très lentement. Jon se tenait debout juste devant moi, face à un de ces tarés qui pointait une arme sur David. Il lui répondit quelque chose que je ne compris pas, totalement à l’ouest. Mon cerveau refusait de faire le lien entre ce que je voyais et ce que je venais d’entendre, je devais forcément m’être trompé, j’avais rêvé, c’était le manque qui m’avait fait ça. J’hallucinais. Les trois heures ne pouvaient pas s’être déjà écoulées, alors c’était obligatoirement ça !

D’autres terroristes avaient rejoint le premier pour mettre Jon en joue alors que je cherchais toujours à comprendre la situation.  Ils l’emmenèrent un peu plus loin et je suivais des yeux mon voisin, toujours sans rien entendre au dehors. Rien d’autre qu’une sorte de bourdonnement assourdissant qui provenait certainement de mon mal de tête. Je fixai pendant un moment qui me sembla durer des heures le point ou Jon avait disparu de mon champ de vision, attendant qu’il réapparaisse.

Je sursautais en entendant le coup de feu, puis le bruit de chute d’un corps qui résonna dans tout mon crâne, amplifiant la douleur. Je ne tremblais plus, je ne bougeais plus. Encore une fois, je refusais d’y croire. Jusqu’à ce qu’il réapparaisse. Ces types le trainaient sur le sol comme on trainerait un vieux sac. Je ne compris qu’en voyant Jon devant moi. Tout se bouscula dans ma tête, d’un seul coup, alors que David s’élançait sur le blessé. Le coup de feu, les paroles de Jon, le sourire du terroriste… ils lui avaient tiré dessus. Et en voyant le visage à moitié conscient de mon voisin, je cru me retrouver quelques mois plus tôt, quand j’avais assisté à la mort de cette fille. Un autre coup partit, pour David cette fois ci. Doug intervint à son tour pour aider David, plus discrètement.  Mes tremblements reprirent de plus belle alors que mes yeux se remplissaient de larmes. J’essayais quelques instants de me contrôler puis, comprenant que cela ne servait à rien de lutter, j’éclatais en sanglots aussi silencieusement que je le pouvais.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Mar 2 Sep - 2:37


inside the horror story

Trois heures, deux cent mille dollars et des armes. Plus j’y pensais, et plus je me disais que c’était possible, et faisable. Ce serait un scandale si l’Etat canadien décidait de nous laisser crever ici, et le Président n’oserait jamais prendre un tel risque. Les élections venaient de se terminer, il venait d’être réélu, ce n’était pas pour être révoqué directement s’il ne faisait, ne serait-ce qu’une connerie. Et ça, c’était plus qu’une connerie. C’était un affront. Un majeur levé en direction du reste de la population. Il se mettrait tout Toronto à dos, il perdrait des voix, et pire encore pour lui, toutes les familles des victimes – et plus encore – ne pourraient que porter plainte contre lui et contre les autorités pour non-assistance à personne en danger. Définitivement : c’était bouclé d’avance. Peu importait les répercussions : les terroristes auraient les armes, et l’argent.

Le problème, c’était ce qu’ils pourraient faire de nous. Est-ce que ces connards pourraient tenir leur parole et nous rendre à nos proches ? S’ils le voulaient, ils pouvaient tous nous tuer après avoir eu ce qu’ils voulaient. Mais ils gardaient leurs cagoules pour l’instant. Aucun d’eux n’avait enlevé la sienne. C’était bon signe, si on pouvait dire ça. Je n’allais pas tirer de conclusions trop hâtives, mais s’ils voulaient en finir d’avance avec nous, ils auraient pu respirer à l’air libre et se déshabiller un peu. Auquel cas, ça aurait voulu dire qu’on aurait été carrément cuit et même complètement cramés. Mais là, l’espoir subsistait encore un peu et j’aimais me dire que je m’en sortirais vivant. De tous mes camarades prisonniers, j’avais l’air d’être le plus optimiste. Ca me plaisait autant que ça m’effrayait, à vrai dire.

En m’accordant une seconde de répit, je pensai à Sarah, qui devait encore être là dehors, à paniquer. En reposant mes yeux sur David, je me souvins qu’il m’avait dit qu’il était fiancé, maintenant, lorsque j’étais allé frapper à sa porte pour lui dire de la mettre en veilleuse quand il couchait avec quelqu’un. Nous étions tous les deux dans la même situation – à quelques détails près – et je me disais que jamais je ne pourrais mourir en laissant Sarah derrière moi. Il devait bien se dire la même chose, lui aussi. On était dans une de ces merdes… Par la suite, mon regard passa sur Douglas, et sur le garçon qui était avec lui. Il semblait encore plus mal en point qu’avant. En réalité, nous étions tous dans un état un peu dégueulasse. David suait à grosses gouttes, complètement paniqué, et moi aussi, je devais dire que je n’en menais pas large et que j’aurais tout donné pour être ailleurs à cet instant précis.

Le temps passa, et passa. A ma montre, je comptais un quart d’heure, puis une demi-heure, puis une heure entière. La police reprit la parole une fois, pour dire que le temps allait leur manquer pour réunir l’argent. Entre temps, dans mon esprit s’étaient échafaudées des théories. Comment les terroristes pourraient-ils s’enfuir alors que la police encerclait l’endroit ? Quand bien même nous leur donnerions l’argent et tout ça… ils ne pourraient pas partir ! Merde alors. Ils allaient nous tuer, dans ce cas ? Non, c’était impossible ! Ce n’était pas un attentat suicide, c’était une prise d’otages. Comment elles se terminaient, d’habitude ? Dans un bain de sang… Seulement on ne savait jamais qui faisait le plus de victimes ? Les tirs des terroristes, ou les tirs de la police quand ils décidaient d’entrer dans les lieux ?

J’eus un hoquet de surprise quand je vis l’un des hommes en noir pointer son arme vers David. J’avais souhaité sa mort, certes, mais là, ça me paraissait un poil trop injuste, tout de même. Les trois heures n’étaient pas passées, ils n’avaient pas à faire ça ! Ils ne pouvaient pas juste mettre leurs menaces à exécution avant la fin du temps imparti ! Que ce soit David ou un autre, peu importait, c’était dégueulasse, et ça me révoltait. McCoy ne méritait pas de mourir, comme tous les autres dans cette pièce, y compris moi-même. Nous n’avions rien fait pour nous retrouver dans une situation pareille et c’était juste de la malchance…

Alors que je m’attendais presque à ce qu’il tire sur David à bout portant, en décidant brusquement de lui exploser le crane et de tous nous arroser de son sang, un jeune homme, à l’autre bout, se leva en disant qu’il préférait qu’on le choisisse lui. En ouvrant de grands yeux, je le regardai en secouant la tête. Il était complètement malade ce type. Être volontaire pour sa mort… n’importe quoi ! En attendant, il venait de sauver quelqu’un, au péril de sa vie. Le terroriste l’emmena un peu plus loin, pour que la police à l’extérieur puisse voir et attester de ce qu’il allait se passer pour nous tous s’ils ne ramenaient pas le fric. Je détournai la tête au moment même où la détonation retentit, persuadé que c’était de cette façon qu’ils avaient tué mon père. La nausée me prit et je dus me retenir pour ne pas vomir, en repensant à tout cela. Si je pouvais, je me transformais en une sorte de Superman pour les buter un par un… si seulement c’était possible !

Le premier à réagir, quand le corps du type fut rapporté, ce fut bien sûr David. Ce mec lui avait sauvé la vie, mais bien entendu, McCoy ne pouvait pas se tenir tranquille deux minutes. Bon sang. Il venait de bouger, devant les yeux de tout le monde, pour maintenir la plaie fermée et faire en sorte que le gamin ne se vide pas de son sang. Donc il venait de se sacrifier pour rien, n’est-ce pas ? Quelles chances avait-il de s’en sortir, maintenant ? Je levai les yeux au ciel, mais sursautai quand un deuxième coup de feu partit, et toucha McCoy dans l’épaule. Je grimaçai pour lui en l’entendant gémir de douleur, et sentit ma propre blessure à l’épaule se rouvrir, dans mes souvenirs. Il était temps que cette mascarade s’arrête.

Le pire pour moi, ce fut quand je vis Douglas se déplacer à son tour. Ils étaient devenus tous complètement fous ou quoi ? Surtout Douglas. Bon, ok, il avait été flic et tout ça, mais peu importait : il n’était pas armé, et même s’il l’avait été, qu’aurait-il pu faire ? Ils étaient mieux armés que nous… En réussissant à ne pas se faire remarquer, Doug réussit à se pencher sur David pour voir s’il était encore vivant. Je l’entendis lui parler, et je sifflai entre mes dents :

« Douuuug, barre-toi, ils vont te tuer… »

Du coin de l’œil, je surveillai les autres connards pour être sûr qu’ils ne se retourneraient pas alors que Douglas bougeait. Quand à mon ami, il ne bougea pas d’un pouce, cependant, et continua de tenter de nouer la conversation avec McCoy. Il restait deux heures… mais bon dieu, qu’allions-nous faire si réellement, la police n’était pas capable de trouver les deux cent mille dollars dans le peu de temps qu’il nous restait ? Etait-ce réellement les deux dernières heures de ma vie ? Je n’aurais pas espéré les passer de cette façon…
© fiche créée par ell


__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Jeu 4 Sep - 14:59

Inside the Horror Story Oh dear we are in trouble…
Complètement groggy et nauséeux, j’essayais tant bien que mal de ne pas sombrer et je décidai finalement de maintenir mes yeux ouverts. Il ne fallait pas que je me laisse aller, ma vie était en jeu. Qui savait ce qu’il pouvait m’arriver si jamais je fermais les yeux trop longtemps ? Un étourdissement et pouf je ne me relevais plus ? Je ne pouvais pas me le permettre, c’était inconcevable. J’allais me battre pour me maintenir la tête hors de l’eau et pouvoir sortir d’ici vivant. Et je comptais bien permettre à Jon de s’en sortir aussi. Nous ne nous viderions pas de nos sangs, pas aujourd’hui.
Je frissonnai en sursautant quand soudain, je sentis une main sur mon poignet venant de derrière moi. Un des otages, que je ne connaissais pas, vérifiait apparemment mon pouls, clairement inquiet pour moi. Cependant, je ne doutais pas que dès que les terroristes le verraient, il hériterait du même sort que moi.

« Vous allez bien... monsieur... »

Je sers les dents, presque blasé devant cette question qui pouvait passée pour idiote. Est-ce que j’avais réellement l’air d’aller bien ? Je suais, la fièvre commençait à monter et je ne pouvais plus bouger mon bras gauche.
Derrière nous, j’entendis Bennett siffler entre ses dents, sommant cet homme qui venait s’assurer que nous allions bien de se barrer, et vite. Il avait raison, les terroristes n’auraient pas la même patience qu’avec moi, cette fois-ci. Nous aurions droit à une balle dans la tête, ni plus ni moins.
Ce fameux Doug, comme Thomas l’avait appelé ne bougea cependant pas d’un poil et je le sentis quand même se tendre, aux aguets. J’imaginais très bien qu’il devait surveiller les hommes armés. N’importe quel homme ayant toute sa tête le ferait, pas comme moi. Tout doucement, je tournai alors la tête dans sa direction, l’observant réellement pour la première fois, alors que je continuais à maintenir la pression sur la plaie de Jon qui n’avait pas encore bougé. Il avait l’air légèrement plus âgé que moi et ses traits étaient tirés, tendus. Cependant, il n’était pas difficile de voir qu’il était attentionné. Je tentais tout de même de le dissuader.

« Faites ce qu’il dit, s’il vous voit, vous êtes mort. Je vais bien, ça va aller… »

Pour prouver ma bonne foi, je me redressai quelque peu, sans pour autant attirer l’attention mais je déchantai vite en me sentant partir et je n’eus d’autre choix que de reprendre ma position initiale, à moitié affalé sur le sol et Jon, dont la respiration était faible mais régulière.

« Peut-être pas mais la situation reste inchangée, ne leurs donnez pas une excuse pour vous tuer ! »

J’avais murmuré ces quelques mots assez forts pour qu’il m’entende et je le vis réfléchir à toute allure. Il voulait m’aider, alors que l’on ne se connaissait pas ! Il était fou. Il aurait du s’en foutre, comme tous les autres. Mais au lieu de cela, il ne bougeait pas, et je craignais pour sa vie, autant que pour la mienne et celle de Jon…
code par (c) eylika. photo de we heart it.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Kacy Ramsey


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   Ven 5 Sep - 11:43



Inside the Horror Story

Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer



Je suis assise avec tout le monde attendant alors que les trois heures passe et savoir qui sera la pauvre victimes de ces tarés.
Je regarde alors toujours l'homme près de moi, celui qui me fait tant penser à David, et me fait alors replongé dans une partis de mon passé, un passé plus noire que je l'aurais voulu, enfin, faut pas que le nie, je l'ai cherché étant jeune.

Je reviens à moi, quand je vois un des types roder autour de nous, je n'ose pas vraiment le regarder, fixant uniquement alors son arme, j'arrivais à savoir quel genre d'arme c'était, les munitions qu'ils avaient, bref je connaissais bien les armes et je connais le point faible de celle ci, mais impossible d'agir, je ne suis pas wonder woman, j'ai pas de lasso dorée à ma ceinture, d'ailleurs je n'ai même pas de ceinture, mais à quoi tu penses là Kacy !!??
Je me secoue la tête histoire de revenir sur terre, et me glace dès qu'il pointe son arme sur David, du moins l'homme qui lui ressemble, c'était pas possible, je ne voulais pas, et alors que j'étais sous le choc, un homme ce lève disant de le prendre à sa place, je le regarde, c'était celui de tout à l'heure, j'avais croisé son regard plus tôt, il était vraiment fous cet homme, mais j'admire aussi son courage, enfin je crois.

Le terroriste n'hésite pas et l'embarque alors un peu plus loin, je fixe comme pas mal de personne là ou ils ce sont dirigé et je serre les poings dès que j'entends ces incapable de flics dire qu'ils ont pas réunis l'argent, mais merde ca faisait déjà une heure, ils foutent quoi !!? ils boivent leur café avec un donuts ?? ca me révoltait mais ma colère s'évapore dès l'instant que le coup de feu par et que le corps de l'homme tombe sur le sol. Je ne pouvais y croire, on allez tous crever ici. Il le ramène comme ci c'était un sac de patates et j'ai du mal à déglutir, je ne pouvais vraiment pas le croire.

L'homme ressemblant à David bouge aussitôt pour voir si il était définitivement mort ou non, et appuyer de ce que je vois sur la plait, mais il ce fait griller par un de ces types cagoulé et sans que je comprenne vraiment ce qui ce passe il ce prend à son tour une balle, je retenais alors de crier, car je l'avoue je ne voulais pas être prise pour cible, mais rester à ne rien faire ne me plait pas non plus.
Une fois l'autre enfoiré de partis un homme part vers eux, Doug, apparemment c'était son nom, et il tente d'agir pour cet homme ressemblant à David, je surveille et je fais un petit bruit et il revient rapidement à sa place un des types arrivait on à évité le pire je crois bien.

Je regarde alors les deux hommes devant moi, étendu au sol à perdre du sang, et je bouge, je ne devrais pas je le sais, mais c'est plus fort que moi, mais bien entendu je me fait remarquer et un pistolet arrive sur ma tempe.

Je vais te passer l'envie de bouger.

Je le regarde, je pouvais mourir à l'instant d'après.

Je t'en pris tire … ils vous restera pas assez d'otages après.

Il me regarde et me donne un coup de crosse en plein visage, qui me met à terre, mais j'étais plus proche des deux hommes, je rampe vers eux.

Je peux aider … faire un garrot ou je ne sais quoi sur vous.

Si je dois mourir autant me rendre utile non ?

codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] EVENT 1 ◘ Inside the horror story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: