Partagez | 
 

 Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Jeu 17 Juil - 19:35


Can you fix my car?
AVEC OLI

C’était une matinée bien étrange. Je m’étais levée aux aurores pour chercher du boulot, comme tous les jours depuis de longues semaines désormais. Il m’avait fallu du temps pour émerger, puisque j’étais rentré tard de chez Ella, préférant cette fois ne pas dormir chez elle pour des raisons de proximité avec ma zone de recherches. Du coup, j’avais pris un bon petit déjeuner et je m’étais préparé avec soin, même si, en tant que mécanicien, je n’avais pas à m’attarder sur les détails. Surtout si on me demandait de montrer ce que je savais faire, ce n’était pas la peine de tâcher pour de bon de belles fringues.

Une fois fin prêt, j’étais sorti et j’avais commencé mes recherches, en notant à chaque refus quel garage venait de me donner sa réponse, pour ne pas avoir à y retourner en ne me souvenant plus de ce qu’ils m’avaient dit. En une heure, je m’étais déjà pris deux refus, et je commençais à en avoir marre. Personne ne cherchait quelqu’un pour l’aider ? Deux mains expertes de plus, ce ne serait bénéfique pour personne ? Pourtant, je pensais que l’économie était remontée, que les patrons pouvaient faire plus de dépenses… ils pourraient très bien embaucher quelqu’un d’autre, non ? Je commençais à en avoir marre de tourner comme un lion en cage, dans mon appartement. Je n’avais toujours rien dit à ma mère, et tout ce que mon frère faisait, c’était m’encourager à continuer. Enfin, lui, il s’en fichait. Il avait son boulot qui lui rapportait des milles et des cent et c’était très bien comme ça.

Non, le truc étrange, c’était que je ne m’attendais pas à ce que ce soit Ella qui m’aide. Disons que ce n’était pas vraiment elle, mais elle avait juste donné mon numéro à quelqu’un qui en avait besoin et… je trouvais ça vraiment sympathique. Il faudrait que je la remercie. Et pourtant, au début ce n’était pas gagné. Lorsque l’homme appela, je ne compris pas ce qu’il me voulait. C’était un numéro inconnu, et Ella ne m’avait pas prévenu que quelqu’un m’appellerait. Il m’expliqua rapidement le problème : sa voiture sortait de révision, et elle n’avait pas démarré le matin même. Or, il en avait besoin pour le soir même et aussi pour son travail, puisqu’il était vétérinaire. Enfin, il ajouta que c’était Ella qui lui avait donné mon numéro, et qui lui avait recommandé de m’appeler, en disant qu’il venait de sa part. J’avais fini par accepter et j’avais pris son adresse, même si au départ, je n’étais pas foncièrement pour.

En une demi-heure même pas, j’étais prêt, avec mes outils et tout ce qu’il me fallait pour travailler, j’avais enfilé un bleu de travail, et j’étais parti, avec ma propre vieille voiture que j’avais récupéré chez ma mère. Le trajet jusque chez lui n’était pas compliqué, et j’y arrivais sans me tromper en un rien de temps, passant à travers les bouchons grâce à des petites rues parallèles. Parfait. J’aurais même le temps de voir Ella, si elle était disponible. Il fallait que je lui demande… En sortant de ma voiture, je récupérai ma caisse à outils dans le coffre et partis vers l’entrée de la clinique. Ne connaissant même pas le nom du type à qui je devais réparer la voiture, je demandai à la jeune femme à l’entrée si le véto était là, et elle partit me le chercher à l’arrière. J’attendis patiemment en regardant autour de moi. Il avait apparemment tout fait tout seul, cette clinique… peut-être qu’Ella avait raison ; peut-être que je devrais me faire mon propre garage. Mais il me faudrait des personnes de confiance pour m’aider… et je n’en connaissais pas vraiment. Peut-être que mon frère avait quelques tuyaux ! Finalement, le vétérinaire arriva et je lui serrai la main poliment, sans m’attarder plus que ça sur les banalités de base.  

« Bonjour, je m’appelle Ethan. Où est la voiture à réparer ? »
 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Dim 20 Juil - 11:52

Sitôt rentrés de l'hôpital où Laura était venue me chercher, je file voir où en était Sam dans ses consultations. Il avait eu l'air de pas mal se débrouiller puisque la salle d'attente était pratiquement vide. Je voulais m'occuper des quelques personnes restantes pour qu'il puisse aller voir quand même rapidement le cheval, mais Laura m'en empêche

- Avec ton bras en vrac, tu ne vas pas y arriver ! Et puis va au moins te changer, tu as encore du sang partout

Obéissant, je monte à l'étage et fais comme je peux pour me doucher sans mouiller ma tête et m'habiller se révèle être un calvaire avec un seul bras. J'enfile un jeans et prends une chemise dans la penderie, ce sera beaucoup plus simple à enfiler. Avant de le faire, j'observe mon bras. Il avait un peu dégonflé mais restait violet et était quand même très sensible. Je le masse doucement avec la pommade qu'Ella m'avait donnée en repensant à notre charmante rencontre, ah si tous les médecins étaient comme elles !
J'avais vraiment envie de la connaitre un peu plus et je comptais sur la sortie de ce soir pour cela. Enfin avant il faudrait que je récupère ma voiture, Laura avait besoin de la sienne, et je me voyait mal aller demander à Paul ou Maddie de me prêter la leur pour sortir une fille. J'espère que son copain garagiste va réussir à trouver la panne.
Elle m'avait fait bien rire quand elle m'avait avoué qu'ils couchaient ensemble, mais elle était tellement naturelle que cela n'avait pas été bien difficile de le deviner. Vu comment elle était timide et réservée et comment il avait réussi à l'attirer dans son lit, ce gars devait savoir y faire avec les filles, il devait un peu être mon double hétéro. Il devrait aussi être pas mal physiquement, Ella avait bon goût, son ex "sexy" docteur en était un bon exemple. Avec de telles pensées, le fait que ce Ethan ne puisse pas réparer ma voiture passerait presque au second plan ...
Je me ressaisis en enfilant ma chemise avec précaution. Je galère un peu pour la boutonner, les boutons du haut resterons libres. Je remets également un peu d'ordre dans mes cheveux en essayant de cacher un maximum les points de suture et redescend à la clinique. La salle d'attente est vide et Sam est parti voir le cheval, j'espère que cela se passera mieux qu'avec moi. Je passe voir rapidement les animaux hospitalisés, Sam s'en était également occupé, il ne me reste plus qu'à m'atteler à un peu de travail administratif. C'était la partie de mon travail que j'aimais le moins. Paul m'avait beaucoup aidé au début mais maintenant je gérais tout tout seul, et ça en faisait de la paperasse ! Plongé dans le formulaire d'un labo à remplir, Laura doit s'y reprendre à deux fois pour que je lève les yeux vers elle

- Il est là !
- Qui ça ?
- Ethan !

Mais oui ! Le garagiste. La façon dont elle prononce son prénom et son clin d'oeil sont assez explicite, et je comprends encore mieux quand je l'aperçois en train de m'attendre devant le guichet. C'est vrai que ce gars dans son bleu de travail avec sa caisse à outils à la main, ça faisait très cliché "chippendale", s'il avait commencé un strip-tease là tout de suite, ça ne nous aurait même pas étonné. Je sens pouffer Laura derrière moi, elle était parfois pire que moi. Elle s'éclipse dans la réserve, sans doute pour se calmer, me laissant seul avec lui. Elle m'avait contaminé avec son fou-rire, et j'ai un mal fou à le faire passer, mais j'arrive cependant à me composer une tête présentable en arrivant près de lui

- Bonjour, je suis Olivier

Il se tourne vers moi pour serrer la main que je lui tends, et quand nos paumes entrent en contact, en même temps que nos regards se croisent, je sens comme un courant électrique me traverser de la tête aux pieds. Mes yeux dans les siens, je suis comme paralysé. Pourtant cet instant où il se présente à son tour, juste avec son prénom, n'a même pas duré une seconde. La poignée de main avait été brève, il semblait pressé d'en finir et me demande où est la voiture. Je l'accompagne au sous-sol et lui donne les clés du 4x4 en lui expliquant rapidement qu'il n'avait pas voulu démarrer ce matin alors qu'il sortait de révision. Il hoche la tête tout en gardant son regard fixé sur le véhicule et c'est tant mieux, je crois que je serais resté muet s'il m'avait regardé à nouveau

- Vous avez besoin de quelque chose ?

Il me répond négativement avec un petit mouvement de la main, comme s'il me faisait signe que je pouvais débarrasser le plancher

- Je serais dans mon bureau, juste derrière l'accueil

Je ne sais même pas s'il m'a entendu, déjà plongé sous le capot. Je le laisse donc, de toute façon j'ai besoin de m'éloigner un peu. Je retourne dans mon bureau et me plonge à nouveau dans les papiers, ayant trop peur d'analyser ma réaction ...

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Mar 22 Juil - 0:54


Can you fix my car?
AVEC OLI

Wow, je ne savais pas exactement ce qu’il lui était arrivé durant la journée, mais il avait été amoché, le pauvre homme. C’était sûrement pour ça qu’il avait rencontré Ella et qu’elle lui avait donné mon numéro, pour la voiture. Même si ça ne se voyait pas, il était clair qu’il avait un souci au bras, qu’il maintenait toujours dans la même position pour ne pas se faire mal. Et puis il avait un morceau d’hématome sur la tempe, c’était assez moche à voir. Le métier de vétérinaire était alors si difficile et contraignant ? Je pensais que j’avais tout vu avec le mien, de métier, et pourtant… je reprenais doucement pied dans la vie réelle, de plus en plus, grâce à des situations comme celles-ci. Je compris cependant qu’il ne fallait pas que je regarde trop, comme un abruti, pour ne pas le froisser. Je ne connaissais personne qui appréciait d’avoir une bonne journée pourrie, entre la voiture qui tombe en panne et l’hôpital. Ce n’était pas la peine de l’accabler davantage.

Rapidement, le vétérinaire me conduisit jusqu’au garage, où trônait la voiture, un gros 4x4 qui devait bien être utile pour ses déplacements à domicile. Avec un froncement de sourcils, je notai que ce n’était pas un modèle récent, et que l’armée en avait des comme ça. C’était un petit souvenir de mes meilleures années, derrière moi maintenant, et ça me fit un peu sourire. Sourire que je cachais cependant bien rapidement pour ne pas que le client croit que je me moquais de sa voiture. Immédiatement, je l’écoutais me redire qu’elle sortait de révision et qu’elle n’avait pas voulu démarrer. Ça ne serait pas un problème pour moi, j’allais pouvoir trouver la panne sans problème. Je connaissais par cœur ce genre de voiture.

« Vous avez besoin de quelque chose ? »

Je ne pris même pas la peine de lui répondre oralement, un signe de la tête et de la main suffirent pour qu’il comprenne qu’il pouvait s’en aller et vaquer à ses occupations, et bien rapidement, il m’indiqua qu’il serait dans son bureau, juste derrière l’accueil, dès que j’aurais fini et que je pouvais l’y rejoindre, sans doute. Dès qu’il referma la porte, je me mis au travail, en commençant par déverrouiller les portes. Dans la précipitation, la première chose qu’il aurait pu faire aurait pu être de ne pas enlever l’anti-démarrage et de fait, de noyer son moteur par la suite. Je vérifiai bien le voyant qui dénotait l’anti-démarrage et tenter de démarrer, sans succès. Alors c’était bien un souci dans le moteur et non pas dans le pilote. Bien.

Je sortis de la voiture pour ouvrir le capot et vérifiai que tout était bien à la bonne place, si jamais les mécaniciens qui étaient passés avant moi n’avaient pas bien fait leur travail. Tout semblait là, et les niveaux étaient bien. Alors que se passait-il ? En vérifiant que tout était bien branché, et qu’aucun câble ne pendait dans une direction anormale, je finis par me dire qu’il avait dû trafiquer sa voiture pour faire plaisir à Ella qui aurait ainsi pu me trouver du travail, temporaire certes, mais du travail.

Je repassai du côté du siège conducteur pour tenter de remettre le contact. Aucun voyant ne s’allumait, sur le tableau de bord, et de fait, il n’y avait qu’une option pour ça : la batterie. Et s’il avait besoin d’une nouvelle batterie, cette fois, il faudrait qu’il retourne dans un véritable garage, et non pas faire appel à moi. En récupérant mes pinces crocodile pour tenter de remettre du jus là-dedans, je les branchai sur la batterie en décalant un peu sur le côté les fils de différentes couleurs, avant de la brancher sur ma batterie portative et d’envoyer du courant pour tenter de redémarrer tout cela.

Cinq minutes plus tard, je tournai de nouveau la clé dans le contact pour démarrer l’engin et le ronronnement du moteur m’accueillit avec allégresse, alors qu’un léger sourire fleurissait sur mes lèvres. En un mouvement, j’essayai d’allumer les phares et remarquai que les deux fonctionnaient, plus je montai ma main jusqu’au plafonnier, qui ne répondit pas. Et je vis très bien d’où venait la panne. La lumière avait dû rester toute la nuit allumée, et bien sûr, il n’avait pas vu qu’il ne l’avait pas éteinte. Typique. Et pas grand-chose en soi. En fouillant un peu, je trouvais les ampoules dont j’avais besoin pour changer le système et démontai rapidement le plafonnier pour les changer. En deux minutes, c’était fini, et je pouvais éteindre le moteur et retourner voir le propriétaire pour qu’il cesse de s’inquiéter.

En remontant vers le bureau, je frottai mes mains sur mon bleu de travail pour être un peu plus propre, et frappai doucement à sa porte afin de lui annoncer que j’avais terminé. Je ne savais même pas combien de temps j’avais mis. Quand j’étais avec les voitures, je ne voyais pas le temps passer, c’était autant un travail qu’un hobby pour moi et de fait, je m’amusais énormément. Alors selon son air surpris, je compris que ça avait été rapide pour lui. Tant mieux, j’allais l’impressionner… pour pas grand-chose, certes.

« C’est fini, Olivier ! »

Evidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il comprenne grand-chose aux voitures, mais j’allais quand même lui dire ce qu’il s’était passé. Il devrait bien comprendre ce que je lui disais en parlant de batterie et de plafonnier, ce n’était pas non plus une des bécanes compliquées de l’armée.

« Vous avez dû oublier d’éteindre le plafonnier hier soir, ou bien même avant, la dernière fois que vous avez pris la voiture. Ça a déchargé la batterie et ça a empêché la voiture de démarrer. J’ai remis de l’énergie là-dedans, mais il faudra faire gaffe, elle ne tiendra peut-être pas longtemps… »

La batterie n’était que partiellement rechargée, et j’ignorais quelle puissance elle pouvait avoir avec le chargement que j’avais fait dessus. Il ferait mieux d’aller voir un mécanicien des garages de la marque de sa voiture pour récupérer une nouvelle batterie…
 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Jeu 24 Juil - 12:07

J'ai beaucoup de mal à me replonger dans le formulaire du labo que pourtant je dois renvoyer rapidement, je ne suis absolument pas concentré sur mon travail. Je ne comprenais pas pourquoi cet homme avait provoqué une telle réaction chez moi. J'aurais pu le considérer juste comme une proie parce qu'il était bel homme et que physiquement il avait tout pour me plaire, mais je ne sais pas, c'était différent de d'habitude, je ne ressentais pas cette petite excitation qui précède la chasse. J'aurais peut-être du rester pour le regarder travailler, mais il aurait certainement trouvé ça étrange et pensé que je voulais le surveiller ... Enfin ça m'aurait bien plu je pense.
J'allais reprendre ma lecture et je me rends compte que machinalement, j'avais porté ma main à mon cou et que mes doigts jouaient avec la petite pierre bleue suspendue à la fine chaîne d'argent. Je la lâche comme si elle était devenue brûlante dès que je prends conscience de mon geste en secouant la tête, non ce n'était pas possible ! Quand je touchais cette pierre, c'était pour mon amour ! Toujours ! Elle était un peu comme la lampe d'Aladin, mais au lieu d'un génie, c'était Pierre qui apparaissait quand je la triturais entre mes doigts. Je nous revoyais ensemble, j'avais l'impression de sentir son odeur, parfois même, c'est comme si je le sentais près de moi, prêt à me voler un baiser comme il savait si bien le faire. Je sens mon coeur se serrer à l'idée que pour la première fois depuis qu'il était mort, j'avais pensé à quelqu'un d'autre en touchant la pierre, sa pierre, comment cela avait-il pu arriver ? Je regarde mes doigts mes doigts comme s'ils étaient des traîtres. Mon poing se serre jusqu'à réveiller une douleur lancinante dans mon bras. Plus je serre plus j'ai mal mais je m'en fous, c'était un peu une façon de me punir. Je veux absolument occulter tout ça. Je vais chercher dans ma sacoche un cachet et je me force à lire le formulaire, le papier dans une main et le stylo dans l'autre, au cas où mon inconscient me ferait à nouveau porter ma main à mon cou.
Petit à petit je réussis à me concentrer, cette étude était importante, mais j'en suis à peine à la moitié qu'Ethan vient m'annoncer qu'il a fini. Plutôt rapide le gars, ça ne devait pas être une panne bien importante

- Vous avez dû oublier d’éteindre le plafonnier hier soir, ou bien même avant, la dernière fois que vous avez pris la voiture. Ça a déchargé la batterie et ça a empêché la voiture de démarrer. J’ai remis de l’énergie là-dedans, mais il faudra faire gaffe, elle ne tiendra peut-être pas longtemps…

Le truc con ! Je me sentais un peu ridicule, j'aurais du penser moi-même à une panne de batterie. Il me regarde avec un petit sourire sur de lui et ça me déstabilise. C'était moi qui adoptait cette attitude d'habitude et je me sens encore une fois mal à l'aise face à lui. Je refuse encore une fois de pousser l'analyse de ma réaction plus loin et essaye de me souvenir

- Mais oui ! Je l'avais allumé pour chercher un ... un truc dans ma boite à gants et j'ai du oublier de l'éteindre ...

J'espère qu'il n'a pas du fouiller dedans pour trouver la panne, c'était une de mes réserves de préservatifs. Je me sens rougir alors que dans une autre situation cela ne m'aurait absolument pas gêné. Oli il faut que tu te reprennes là !

- Pas longtemps ? C'est à dire ? Je dois sortir ce soir et je ne pense pas que mon amie apprécierait que je lui fasse le coup de la panne !

Il me répond que pour ce soir ça devrait aller et sourit comme si cette expression lui renvoyait des souvenirs agréables. Pourtant avec son métier il n'avait pas du le faire souvent le coup de la panne, ou peut-être qu'au contraire ça lui avait permis de voler au secours de demoiselles en détresse. Je profite qu'il est un peu ailleurs pour le détailler à nouveau, me forçant à le considérer comme une proie potentielle, il fallait absolument que j'efface les sensations qu'il provoquait chez moi. Malheureusement il revient dans la conversation alors que mon regard se promenait sur son ventre, essayant de déceler sous sa combinaison, de potentiels abdos

- Euh ... Il faudrait peut-être changer la batterie non ? Je n'y connais rien. Est-ce que cela vous embêterait de vous en occuper ?

Son sourcil droit s'était brièvement soulevé en signe d'interrogation, puis d'un coup son regard s'assombrit, évidement je m'étais fait goalé. Je lui sors mon plus beau sourire commercial et soutient quand même son regard, curieux de voir sa réaction ...

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Sam 26 Juil - 16:11


Can you fix my car?
AVEC OLI

Vu la tête qu’il fit et le regard qu’il m’accorda, je crus comprendre qu’il se sentait un peu ridicule face à moi. Mais j’étais mécanicien, et j’avais vu des choses bien pires qu’un simple oubli de plafonnier. Surtout à l’armée. Généralement, sur les voitures des civils, on ne voyait pas de sang séché. Et c’était bien plus agréable de travailler sur un véhicule propre et qui n’aurait tué personne, plutôt que sur les tanks ou même les 4X4 de mon ancienne caserne. Il ne savait même pas combien ça faisait du bien de retrouver une voiture normale, qui n’était pas hyper puissante, qui aurait été bourrée aux hormones si elle avait été vivante !

« Mais oui ! Je l'avais allumé pour chercher un ... un truc dans ma boite à gants et j'ai du oublier de l'éteindre ... »

Peu m’importait ce qu’il avait cherché, mais en tout cas, il avait été bien tête-en-l’air. Ça se remarquait quand même une lumière dans une voiture. En plus, la plupart des voitures d’aujourd’hui faisaient un son quand quelque chose était allumé. A croire que dans la précipitation, il n’avait tout simplement pas entendu le son en question. Ce n’était pas un souci… et ça me donnait du travail. Je n’allais pas rechigner là-dessus, au contraire. J’étais tellement peu demandé que dès qu’une occasion se présentait, je sautais dessus. En face de moi, Olivier sembla perdu dans ses pensées pour quelques instants, avant de se reprendre et de me demander combien de temps pourrait tenir sa voiture, en ajoutant qu’il devait sortir le soir même et qu’il serait très mal venu de jouer le coup de la panne à l’amie qu’il devait voir.

« Vous pourrez sortir sans problèmes ce soir ! »

A cette pensée, je souris, en revoyant toutes les fois où j’aurais pu le faire, ce coup de la panne, mais où je n’avais eu le droit de le faire, en tant que mécanicien. Mais je n’hésitais pas à prétexter une surchauffe ou une panne trop grande que je ne pourrais pas gérer sans mes outils. Et ça fonctionnait, parfois. Se profilaient alors de très agréables fins de soirée… ou le véhicule se remettait à rouler juste après, comme par enchantement. Les filles n’étaient jamais dupes, mais ça les amusait beaucoup !

« Faites simplement attention à toutes les sources de lumières : phares, clignotants et aussi plafonnier ! »

D’un seul coup, son regard se reposa dans le mien, et je compris alors son petit jeu. En soupirant intérieurement, je maudissais Ella de l’avoir renvoyé vers moi. J’aurais dû lui parler un peu plus de l’armée, et elle n’aurait jamais fait ça, mais c’était quelque chose dont je ne voulais pas parler. Comme si de rien n’était, en face de moi, Olivier reprit la parole :

« Euh ... Il faudrait peut-être changer la batterie non ? Je n'y connais rien. Est-ce que cela vous embêterait de vous en occuper ? »

Surpris, j’analysais son comportement on ne peut plus étrange avec moi. Il ne pouvait pas tout simplement aller dans un garage ? Comment pouvait-il juste me faire entièrement confiance ? C’était parce qu’Ella m’avait contacté de sa part, peut-être, et que du coup, il croyait que j’étais parfait pour lui ? Je voulais bien lui changer sa batterie, ça me donnerait du boulot, et encore une fois, je n’allais pas dire non. Mais pourquoi ne pas tout simplement mettre la voiture au garage ? Ce serait plus rapide pour lui ! Le temps que je récupère une batterie, que je l’achète et que je la monte, ça prendrait deux fois plus de temps. Mais c’était tout ce qu’il voulait non ? Si je ne me trompais pas, il ne me regardait pas vraiment comme un homme regarderait son semblable…

« Si vous voulez vraiment que je le fasse, j’le ferais ! Ça irait plus vite dans un garage… »

Je ne savais pas exactement pourquoi je me sabordais moi-même. Etait-ce parce que j’avais compris qu’il était gay, ou bien parce que j’avais la flemme de changer moi-même sa batterie ? Il était clair que je n’avais pas la flemme. C’était un client potentiel comme un autre, je devais le garder dans mon carnet d’adresses, mais en même temps, si c’était pour continuer de vivre l’enfer que j’avais vécu dans l’armée, ce n’était pas la peine…

« Enfin si vous voulez que je le fasse, j’vais le faire… »

Mon ton bourru avait semblé le désarçonner un peu, et de fait, je m’étais presque senti obligé de rattraper mon erreur… à moins que ce ne soit pas une erreur ! 

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Dim 27 Juil - 18:07

J'avais réussi à me reprendre, mon côté chasseur avait repris le dessus et ce n'est pas plus mal. Au moins, quand mon cerveau était dans cette phase, il occultait tout ce qui pouvait ressembler à un sentiment. Ethan avait bien compris ce que j'étais mais je ne sais pas encore s'il avait deviné mes intentions.
En général je ne m'intéressais pas aux hétéros, ils étaient bien trop compliqués, se posant sans cesse des questions. Je suis certain que pas mal d'entre eux ne seraient pas réticents à tenter une expérience homosexuelle, ne dit-on pas qu'il faut tout essayer, mais ils ont bien trop peur du regard des autres et de la société, ou alors de décevoir leur proches, ou bien encore ils sont empêtrés dans des convictions religieuses d'un autre âge. Quand je pense que dans certains pays on pend encore des gens pour cette raison. Enfin bref, si Ethan voulait tenter la chose, je suis preneur !
Ses jolis yeux continuent de me fixer, renforçant mon assurance alors que lui semble perdre un peu la sienne, j'adorais cet effet que j'exerçais sur les gens

- Si vous voulez vraiment que je le fasse, j’le ferais ! Ça irait plus vite dans un garage…

Je suis un peu déstabilisé par sa réponse et surtout par le ton sur lequel il me répond, serait-il sur la défensive ? Aurait-il finalement compris mes intentions ? Ou alors c'était un homophobe fini ou bien il faisait partie de cette catégorie de gens effrayés par ce qu'ils pourraient découvrir sur eux-mêmes. Son argument tenait la route, mais d'une je n'avais vraiment pas envie de m'occuper de ça et de deux c'était l'occasion qu'il revienne, et puis il avait besoin de travailler, pourquoi rechignait-il à le faire ? C'était tout bénéf pour lui et je ne vois pas comment je pourrais le faire changer d'avis

- Enfin si vous voulez que je le fasse, j’vais le faire…

Tiens, tiens, il se rattrape ... Ou il est vraiment dans la mouise et ne peut pas se permettre de refuser du travail, ou il se dit que finalement je ne vais pas le manger tout cru et estime qu'il est de taille à se défendre. Je souris intérieurement en repensant à Douglas, un échec cuisant, mais il m'avait permis d'apprendre beaucoup, je ne referais pas les mêmes erreurs. C'était un beau challenge que j'avais là en face de moi, et je comptais bien le remporter

- Merci beaucoup. Je ne suis pas mécanique du tout et je n'ai pas de garagiste attitré, ça m'évitera de devoir chercher

Il me répond d'un signe de tête. Il n'avait pas l'air très loquace, je dirais même plus, il avait l'air assez bourru, mais cela lui donnait un petit charme supplémentaire. Je me ressaisis quand je me rends compte que ce petit sourire intérieur que je réprimais depuis tout à l'heure était quand même arrivé sur mes lèvres, il faut que je revienne à des choses plus terre à terre. Je fouille dans mon tiroir et en sors un chéquier

- Est-ce que vous voulez une avance pour la batterie et pour votre travail ?

J'attends qu'il me dise la somme que je dois inscrire sur le chèque, mais rien ne vient. Je relève alors mon regard vers lui et voit qu'il hésite. Mais oui, je suis bête ! Il connaissait peut-être des petites combines pour se procurer une batterie et en liquide ce serait beaucoup plus simple

- Vous préférez du liquide peut-être ?

Je n'attends pas sa réponse et me lève de mon fauteuil pour ouvrir la porte au fond de mon bureau et je m'engage dans l'escalier qui mène chez moi

- Venez, mon portefeuille est resté en haut

Pour une fois, je n'avais vraiment aucune arrière-pensée, mais vu le temps qu'il met pour se décider à me suivre, lui, il en avait surement.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Dim 27 Juil - 23:25


Can you fix my car?
AVEC OLI

A vrai dire, j’avais du mal à comprendre ce que je devais faire, comment je devais me comporter et si je devais faire attention à moi. Je ne le connaissais pas ce type, et Ella non plus d’ailleurs. Pouvait-on lui faire confiance ? Et d’ailleurs, c’était qui « l’amie » qu’il emmenait en soirée ? J’espérais que ce n’était pas Ella !! Elle ne le connaissait pas, j’en étais quasiment sûr et je n’avais pas envie de la retrouver dans un état pitoyable après ça ! Même s’il était gay, ça ne voulait rien dire… Mentalement, je faillis me donner une gifle pour penser des choses pareilles. Il avait l’air tout à fait sain d’esprit, qu’est-ce que c’était que ces remarques totalement inhumaines ? L’armée qui me montait à la tête, ça. Les restes de mes années à la caserne et des remarques de mes camarades…

« Merci beaucoup. Je ne suis pas mécanique du tout et je n'ai pas de garagiste attitré, ça m'évitera de devoir chercher »

Mouais. J’y croyais à peine à son excuse. Ici à Toronto, il y avait un garage toutes les deux rues, même pas, et il pouvait trouver son bonheur à même pas cinq minutes de chez lui. Peut-être même que de la fenêtre, on voyait déjà plein d’enseignes capables de lui changer une batterie. Pourquoi il fallait que ça tombe sur moi ? Néanmoins, je ne pouvais pas refuser, parce que c’était de l’argent et du travail. Et s’il me choisissait comme garagiste attitré, je n’avais pas à faire des manières. Parce que ça me promettait du boulot sur la longueur. Et c’était tout ce dont j’avais besoin pour le moment ! Peu importait que le patron soit hétéro, gay, obsédé ou abstinent.

« Est-ce que vous voulez une avance pour la batterie et pour votre travail ? »

Il avait cherché un chéquier dans ses tiroirs et je réfléchissais longuement au prix que je pourrais lui dire. Sans mentir, j’avais très envie de lui extorquer un peu plus d’argent que prévu. Il n’y connaissait rien en mécanique, ça voulait aussi dire qu’il ne savait pas combien pouvait coûter la main d’œuvre. Et je n’étais pas un type assez honnête pour ne pas lui mentir. Ella me frapperait, quand je lui raconterais ça, mais c’était pour gagner ma vie aussi. Et puis, c’était elle qui m’avait dit de monter ma propre affaire. C’était un peu de ce que je faisais non ? Néanmoins, je ne savais pas exactement combien demander, et surtout s’il fallait que je compte le prix d’une batterie. Je n’avais aucune idée des prix en vigueur, et je n’avais pas de catalogue, puisque j’allais toujours voir des revendeurs, ou bien même des contacts aux quatre coins de la ville, des types que je connaissais d’expérience ou de renommée. Et c’était suffisant pour moi. Généralement, ça coûtait moins cher au client, et c’était parfait pour tout le monde. Néanmoins, je pourrais aussi en acheter une chez un vendeur officiel. Mais le prix augmenterait très vite.

Rapidement, il se rendit compte que je ne répondais pas, mais ce n’était pas du tout pour la raison qu’il croyait. Peu m’importait qu’il me paye en liquide ou en chèque. Je pouvais toujours encaisser le chèque et tirer du liquide de mon compte en banque, ça revenait au même. C’était quoi ce plan foireux ? Enfin, je n’avais pas le choix, il avait l’air décidé pour me donner du liquide, et puis, il me le fallait cet argent. Et la fidélité du client aussi, pour que je revienne, et que je me fasse un nom. Après tout, ce type avait des clients déjà, et des amis aussi, sûrement, alors il pourrait donner mon numéro à n’importe qui et ça me ferait du boulot. C’était tout ce que je demandais ! Je décidai donc de le suivre dans son appartement. Je n’en avais aucune envie, mais après tout, je savais me défendre. J’étais beaucoup moins maigrichon que lui, et des années de caserne et d’entraînement militaire – le même pour tout le monde, même pour les mécaniciens – ce n’était pas rien ! Il n’aurait aucune chance face à moi s’il tentait quoi que ce soit.

Le suivant jusqu’à l’appartement en question, je restais cependant à une bonne distance de lui, ne lui donnant aucune occasion de me faire avoir. Tout en respectant la limite de sécurité, je réfléchissais à ce que j’allais lui dire. Je ne savais vraiment pas combien me coûterait une batterie de ce type. Elle était plutôt énorme, et il faudrait sûrement que je la fasse livrer ici, parce que je ne pourrais peut-être même pas la transporter dans ma propre voiture. Il valait mieux qu’il paye plus tard, une fois que je l’aurais eu. Et je lui ferais une petite majoration dégueulasse à ce moment-là, ce serait plus simple pour moi. Doué comme je l’étais, je serais capable de me planter d’une centaine de dollars et de m’arnaquer moi-même. En arrivant chez lui, je restais près de la porte, alors qu’il filait chercher son portefeuille pour me donner de quoi me payer. C’est alors que je repris la parole :

« Du coup, vous en faites pas pour la batterie. Je vais l’acheter d’abord et je vous ferai régler ensuite ! »

Restait toutefois la question de combien il allait me payer, maintenant. Et je n’en avais aucune fichue idée. Je ne savais même pas combien de temps j’avais mis, je ne m’étais pas calculé. A l’armée, on nous avait appris qu’il fallait être les plus rapides possibles pour être efficace. De fait, je ne me chronométrais pas, jamais. Ça avait pris combien de temps … une demi-heure peut-être ? Maximum. Et pour une demi-heure, combien pouvais-je demander ? Avec le déplacement et donc l’essence ? Je ne devais pas demander de somme abusée, mais je ne pouvais être trop gentil non plus, sinon ce serait de la triche.

« Donnez moi ce que vous voulez en fait. Enfin.. je veux dire… je sais pas vraiment combien je peux être payé pour le travail fourni… »

Pourquoi j’avais décidé d’être honnête ? Ce type allait me donner le minimum du coup ! Il ne devait pas être con, il aurait envie de sauver son argent. Quel imbécile ! Ella allait se foutre de moi quand je lui raconterais ça ! Mais je lui avais déjà dit, je n’étais pas capable de m’auto-gérer. Il m’aurait fallu une secrétaire, ou bien même un employé qui s’y connaissait en gestion. Une secrétaire, c’était intéressant, d’ailleurs… comme pour mon frère. Je devrais penser à vraiment le faire…

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Lun 28 Juil - 4:58

J'attendais au milieu de l'escalier qu'il se décide et quand enfin il pose son pied sur la première marche, je me retourne et continue de monter. Cela me plait bien de le savoir juste derrière moi. Si les rôles étaient inversés je sais bien ce que je serais en train de regarder ... Oli enfin ! On a dit pas d'arrière pensée ! Je pousse la porte du loft et repère ma veste restée sur le canapé. Je prends mon portefeuille dans la poche intérieure et me retourne. Ethan est resté sur le seuil de la porte

- Du coup, vous en faites pas pour la batterie. Je vais l’acheter d’abord et je vous ferai régler ensuite !

Ah ! Donc il ne fallait lui payer que la main d'oeuvre pour le travail qu'il avait effectué aujourd'hui. J'entrouve mon portefeuille et attends qu'il m'annonce son chiffre, mais comme en bas, aucun son ne sort de sa bouche. C'est fout ça ! Je l'intimide ou quoi ? A moins qu'il ne soit en train de calculer de combien il va m'arnaquer, après tout ne dit-on pas que tous les garagistes sont des voleurs ? Je ne pourrais m'en prendre qu'à moi-même finalement

- Donnez moi ce que vous voulez en fait. Enfin.. je veux dire… je sais pas vraiment combien je peux être payé pour le travail fourni…

Ce que je veux !? Mais je n'ai pas la moindre idée du taux horaire de la main d'oeuvre dans un garage, il est marrant lui ! Au cabinet une consultation en urgence était facturée 145 dollars. On pouvait dire que mon 4x4 était une dans une situation d'urgence, mais d'un autre côté Ethan avait rapidement résolu la panne qui n'était pas très conséquente. Je décide d'arrondir à 100 dollars. Je lui tend les billets bien décalés pour qu'il puisse compter rapidement la somme et lui demande si cela lui convient. Il reste silencieux mais un petit sourire vient éclairer son visage. J'en déduis donc que c'est ok pour lui. Décidément, ça ne va pas être facile de dialoguer, pourtant il devait avoir la tchache facile vu comment il avait réussi à harponner Ella, mais c'est vrai que je n'étais pas une fille non plus, et encore moins une cible de drague.
Il prend les billets pour les mettre dans sa poche et je remarque que ses mains sont sales. Avant de voir que la panne venait de la batterie, il avait du les mettre dans le moteur

- Vous voulez vous laver les mains ?

J'aurais pu le faire redescendre pour ça mais ma salle de bain était plus proche. Je pousse une cloison et lui indique le fond de ma chambre, il n'y avait pas de séparation entre les deux, juste un muret en plein milieu qui dissimulait la baignoire juste derrière. J'allais l'accompagner pour lui donner une serviette propre, mais je me ravise, il ne fallait surtout pas réveiller sa méfiance. Je lui indique donc où il peut en trouver et me dirige vers la cuisine. Patience Oli ... patience ...

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



J. Ethan Hanit


DISCUSSIONS : 283
CREDIT : casielsilencio // silver lungs
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Mar 29 Juil - 18:31


Can you fix my car?
AVEC OLI

C’était à son tour d’être surpris, suite à ce que je lui avais dit. Evidemment que ça devait lui paraître étrange, que je ne sache même pas combien lui demander pour mon travail. La vérité, c’était que je n’avais jamais travaillé autrement qu’avec un patron, toujours sur le dos. A la caserne, c’était encore pire que dans la vie quotidienne, et j’avais eu l’habitude de ne penser à rien d’autre qu’à mon travail, en touchant mon salaire à la fin du mois, comme tout le monde. Or, cette fois, c’était différent. Et j’aurais dû me renseigner avant de venir, mais je n’avais pas eu ni l’envie, ni le temps pour le faire. Et puis tant pis, désormais, c’était fait, et je ne pouvais qu’attendre sa réponse.

Une fois qu’il eut fini de réfléchir, il se pencha sur son portefeuille, d’où je voyais s’échapper une liasse de billets. Il n’était pas à plaindre, c’était clair, et après un coup d’œil autour de moi, je compris que sa clinique devait vraiment bien tourner, pour qu’il puisse se payer un appartement comme le sien. Après des années de travail dans l’armée, je n’avais pas pu me trouver un appartement meilleur que le mien. Et pourtant… j’étais très bien payé, auparavant. En reposant mon regard sur lui, je vis qu’il s’apprêtait à me tendre mon dû, et je pris avec une nonchalance feinte les billets, en les comptant rapidement. Cent dollars… c’était bien suffisant pour moi, rien que pour une intervention d’urgence. J’avais hâte de lui faire payer sa batterie… mais du coup, je me sentais mal à l’idée de vouloir l’arnaquer là-dessus. Il m’avait donné beaucoup plus que je ne le pensais, et de fait, je l’appréciais pour ça. Ça contrecarrait tous mes plans pour la suite, tout ça… Néanmoins, je pris les billets en le remerciant et les rangeai dans ma poche pour être sûr de ne pas les oublier ici. Nul doute qu’il m’appellerait pour me les rendre, et je n’avais pas très envie de le revoir trop vite.

« Vous voulez vous laver les mains ? »

Toujours sans rien dire, je hochai la tête et il me fit avancer jusqu’à une salle de bains, en m’y laissant tranquille après qu’il m’ait indiqué où trouver une serviette pour me sécher. Je pris tout mon temps, en essayant d’enlever le plus gros de toute la graisse et de l’huile qui s’étaient collées à mes mains en séchant sur ma peau, et une fois que le plus gros fut effacé, je nettoyai un peu son lavabo pour ne pas le laisser tout noir. En prenant la serviette, je tamponai efficacement mes mains, pour essayer de la salir le moins possible. Enfin, c’était lui qui m’avait proposé, il devait bien savoir à quoi s’attendre..

Par la suite, je ressortis de la salle de bains, et le retrouvai dans sa cuisine. En enfonçant mes mains dans mes poches, je ne sus que lui dire de plus. Il fallait que je parte, je n’avais pas que ça à faire, surtout si je devais lui trouver une nouvelle batterie. De fait, je le fixai quelques instants, en essayant d’ignorer le fait qu’il me dévorait des yeux, et repris finalement la parole :

« Je vais essayer de faire au plus vite pour la batterie. Je vous appelle quand je l’ai et on fixe un rendez-vous ? »

Il n’avait pas intérêt à mal interpréter mes mots. Je parlais d’un rendez-vous pour son véhicule, pas pour moi, ni pour lui. Je me sentais devenir paranoïaque. C’était comme s’il avait jeté son dévolu sur moi, et que désormais, je ne pourrais plus le croiser sans qu’il ne me reluque. C’était très dérangeant comme impression, parce que d’habitude, c’était moi qui fixais les filles et les reluquais jusqu’à ce qu’elles me giflent, ou qu’elles acceptent de finir dans mon lit. Là, c’était l’inverse, et je n’aimais pas spécialement être une cible.

© EKKINOX

__________________________

I'm not in love
Il parait que la blanche colombe a trois cent tonnes de plomb dans l'aile ; il parait qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles ; la belle au bois dormant a rompu les négociations, unilatéralement le prince entame les protestations.
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Olivier Simon Metcalfe


DISCUSSIONS : 359
MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    Mar 29 Juil - 22:09

Il met un temps fou à sortir de ma chambre, mais c'est vrai qu'enlever du cambouis ne devait pas être facile. Je réfléchis rapidement pour voir si je n'aurais pas laissé dans ma chambre quelque chose qui aurait pu me compromettre, mais non. Et puis de toute façon je n'amenais jamais personne ici, c'était la règle numéro une que je m'étais fixé quand j'avais commencé à enchaîner les coups d'un soir. Sur place, à l'hôtel ou chez l'autre, mais jamais ici. Pourtant Pierre n'avait jamais vécu ici, quand nous avions visité, ce n'était qu'une plateforme nue, mais je considérais ce loft comme notre chez nous et je me disais que ce qui se passait à l'extérieur restait à l'extérieur.
Je me sers un verre d'eau et juste quand je le pose au fond de l'évier après l'avoir bu, Ethan revient. Il reste planté à bonne distance sur le seuil de la cuisine. Je pose mes fesses contre l'évier et je me demande si finalement je le laisse si indifférent que ça, il n'avait pas le comportement d'un homme normal, un hétéro s'entend. C'était comme s'il devinait mes pensées, comme s'il connaissait les codes qu'on employait entre nous. Je souris en m'imaginant combien cela va être amusant et excitant.
Toujours aussi peu bavard il glisse ses mains dans ses poches, ce qui a pour conséquence de tendre le tissu de sa combinaison. Bien entendu, incorrigible comme je suis, je ne peux m'empêcher de jeter un oeil vite fait à ce que je n'avais pu apprécier tout à l'heure avant qu'il ne reprenne la parole

- Je vais essayer de faire au plus vite pour la batterie. Je vous appelle quand je l’ai et on fixe un rendez-vous ?

Que ce soit lui qui parle de rendez-vous me ferait presque éclater de rire, mais je m'abstiens devant sa tête renfrognée. J'avais déjà bien trop envoyé de signaux et je ne voulais pas qu'il m'échappe, on ne sait jamais, il pourrait tout laisser tomber et ne jamais remettre les pieds ici

- Pas de soucis Ethan. Je vais vous donner mon numéro

Je déchire une feuille du carnet où je note mes courses et inscrit mon nom et mon numéro avant de lui tendre. Il le lit rapidement et fronce les sourcils brièvement, peut-être parce que j'avais juste écrit Oli. Il le fourre dans sa poche et se dirige vers la porte. Ce n'est pas la peine d'insister pour aujourd'hui, il est pressé de partir. Et puis qui sait, la prochaine fois où je le reverrais il aura peut-être réfléchit à pourquoi il était si méfiant et distant envers moi ...

__________________________

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan    

Revenir en haut Aller en bas
 

Can you fix my car? ◘ Oli & Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: