Partagez | 
 

 [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 10 Juin - 19:43




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Mon entrevue avec Mikha fut rapide, mais durant tout le temps où nous restâmes tous les deux, dans ce bar, notre discussion ne s’interrompit pas une seule seconde. Le temps passait beaucoup plus vite en sa présence, et j’avais oublié à quel point nous nous entendions bien. C’était agréable de retrouver une tête connue ici. Ça serait peut-être moins difficile de rester à Toronto, loin de tout ce que j’aimais et de tout ce que j’avais en Ecosse. C’était bien pour David que je le faisais, bien entendu et pour lui, rien ne pouvait être trop difficile. Du moment qu’il était avec moi, ça m’allait. Nous avions perdu trop de temps loin de l’autre pour que je puisse m’éloigner de mon plein gré et rentrer en Europe, en l’attendant.

J’aurais bien passé plus de temps avec Mikha, mais aussitôt le texto de David reçu, je me sentis obligée d’y aller. Ça signifiait qu’il en avait terminé avec sa copine et que j’allais pouvoir le retrouver pour de bon, sans qu’il ne soit engagé à qui que ce soit à part moi. J’avais peur de croiser la jeune femme, si je me pressais trop, mais j’avais déjà attendu longtemps, selon moi. Je pris rapidement congé de Mikha, en lui précisant que j’allais retrouver mon petit-ami, et je lui laissai mon numéro cette fois. Nous serions amenés à nous revoir encore une fois ou plus même, et ce serait plus simple comme ça, il n’aurait qu’à m’appeler.

En sortant du bar, je respirais un bon coup avant de rapidement traverser les deux rues qui me séparaient de l’appartement de David. Je pris garde à ne pas me faire renverser comme lui l’avait été en voulant aller trop vite, et je scrutai les alentours pour voir si je ne rencontrais pas une jeune femme en pleurs. Après tout… je pouvais bien voir quelle tête elle avait non ? Au cas où elle déciderait de remontrer le bout de son nez un jour ou l’autre ! Bien que je doutais fortement que David lui ait laissé sous-entendre qu’elle aurait une chance si elle persévérait. C’était évident que non. Déjà, parce qu’il ne voudrait pas la faire souffrir davantage, et ensuite parce qu’il n’allait pas me faire de mal non plus. Il avait déjà compris que j’avais été blessée qu’il m’ait crue morte et qu’il m’ait remplacée, même si j’avais été clémente. Après tout… ce n’était pas de sa faute si je n’avais pas été assez rapide pour lui ! Il avait une longueur d’avance sur moi, aussi.

Ne croisant personne jusqu’à l’interphone, je sonnai plusieurs fois pour montrer mon impatience de le retrouver et il me laissa entrer dans l’immeuble, sans rien dire. Mon sourire en prit un coup. Qu’est-ce que je croyais ? Que j’allais le retrouver souriant, heureux d’avoir largué une fille avec qui il couchait depuis trois mois ? Qu’il allait être content de l’avoir fait, parce que c’était pour moi qu’il l’avait fait ? J’étais naïve. Evidemment qu’il n’aimerait pas ça, et je le savais, puisqu’avant de voir Mikha, je ne pensais qu’à cela. A combien il serait mal. A croire que de discuter avec quelqu’un d’agréable m’avait tellement changé les idées que je pensais que ça aurait eu une influence sur David.

Avec précautions, j’avançai jusqu’à la porte, à laquelle il m’attendait. Il ne fallait pas que je montre ma joie, mon contentement de ne plus le savoir avec cette fille. Pourtant, je voyais sur son visage que s’il était soulagé que ce soit terminé, il n’en était pas plus fier. Sa joue gauche était rougeâtre ; elle l’avait frappé ? J’aurais bien aimé la croiser, finalement… histoire de la retrouver par la suite et de lui en coller une à mon tour. Même si David l’avait certainement méritée, je n’acceptais pas qu’on le touche. Il me laissa entrer et je me tournai vers lui dès qu’il eut fermé la porte.

« Elle t’a fait mal ? »

Lentement, je m’approchai de lui et passai ma main sur sa joue. J’avais froid, ça allait peut-être le soulager. Par la suite, je plongeai mon regard dans le sien, en essayant de voir ce qu’il s’y passait. Il s’en voulait, c’était clair, et il était abattu. Il ne devrait pas l’être, du moins, à sa place, je ne l’aurais pas été. Mais je le connaissais bien, mon David, et je savais que malgré le fait qu’il devait la larguer, qu’il en avait l’obligation, il aurait bien trouvé une autre façon de lui faire comprendre. Et ce n’était certainement pas une façon valable aux yeux des femmes. Je n’osais pas lui demander ce qu’il s’était passé, en gros, comment il lui avait annoncé, s’il avait suivi mes conseils de tout lui raconter, à propos de son passé et à propos de moi… Nous en viendrons sûrement là de toutes façons, alors j’avais simplement à attendre…

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.


Dernière édition par Mackenzie E. Buidhe le Dim 29 Juin - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mer 11 Juin - 0:19




David vs Mackenzie

I will try to fix you



La porte venait de se refermer sur Ella, me laissant seul dans mon studio, et je m’affalai complètement dans mon canapé en me prenant la tête entre les mains. C’était fini. Je venais de rompre définitivement avec ma petite-amie alors que seulement deux jours auparavant, jamais je n’aurais envisagé de le faire, pas de sitôt. Mais entre-temps, Mackenzie était réapparue et dans mon bonheur de la revoir vivante, j’en avais oublié de réfléchir, de penser à la personne avec qui je partageais ma vie à ce moment.
C’était la peur de reperdre Mac’ me dira-t-on, oui, pour lui faire plaisir, très certainement. Mais pour rien au monde j’aurais changé ce que je venais de faire, de dire. Cependant, une grande culpabilité m’avait assailli, plus forte que ma joie d’être à nouveau avec la femme de ma vie comme ça l’avait été trois ans auparavant et toutes les années d’avant.

D’une main un peu tremblante, j’attrapai mon téléphone dans ma poche afin d’envoyer un sms à Mackenzie, elle pouvait revenir maintenant. Le calme après la tempête comme on dit… Je n’eus pas le temps de reposer mon mobile qu’elle m’avait déjà répondu, me disant qu’elle arrivait rapidement. En attendant, je rangeai les quelques affaires qui trainaient pour m’occuper l’esprit et pour ne plus trop penser à l’heure précédent… Après tout, avec les questions de Mac’, comme je m’en doutais, j’aurai droit à un petit interrogatoire, non pas parce qu’elle aimait les ragots, mais surtout pour savoir comment j’allais. Car il fallait être en déni pour ne pas remarquer que je prenais la chose plutôt mal…

La sonnerie de mon interphone me tira de ma rêverie, plusieurs petits coups pressés emplissant l’espace silencieux. Mac’ était déjà là ? Je m’empressai de lui ouvrir puis j’ouvris ma porte d’entrée pour l’y attendre. Elle avança vers moi avec une expression plutôt neutre avant qu’un éclair d’inquiétude ne passe dans ses yeux. Je n’imaginais même pas la tête de six pieds de longs que je devais tirer… En essayant de sourire, mais en échouant, je la laissai entrer avant de refermer la porte derrière elle.
En un éclair, elle se plaça face à moi, me regardant avec encore plus d’inquiétude et peut-être même un peu de colère.

« Elle t’a fait mal ? »

Je ne répondis pas et elle en profita pour s’approcher et passer sa main sur ma joue encore endolori. La douceur et la fraicheur de sa main me firent du bien et je me surpris à sourire légèrement. Elle était toujours si douce, si attentionnée avec moi. Je posai ma main sur la sienne en la regardant tendrement, avant de lui retirer sa main et de la prendre dans la mienne.

« Ce n’est rien… Elle n’a pas apprécié un détail de nos retrouvailles, c’est tout, ça passera… »

La prenant par la main, je l’entrainai avec moi sur le canapé, le même qui plus tôt voyait une dispute, et je m’assis en biais, prenant toute la place du canapé en long. Ecartant un peu les jambes, je laissai alors la place pour que Mac’ puisse s’assoir, ce qu’elle fit, et elle se retrouva dans mes bras, son dos contre me torse tandis que je l’étreignais par derrière de mes deux bras. Je posai ensuite mon menton sur son épaule tout en attrapant ses mains et en la serrant fort contre moi. J’avais besoin de réconfort, et à ce moment-là, ce dont j’avais le plus besoin, c’était sa proximité.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !



Dernière édition par David McCoy le Mar 17 Juin - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mer 11 Juin - 1:29




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Alors qu’il posait sa main sur la mienne, pendant que je caressai doucement sa joue, je vis un sourire se former sur les lèvres de David. Au moins, je pouvais me rassurer sur une chose : il n’était pas complètement malade, fou à cause de ce qu’il venait de faire. J’imaginais bien que ce n’était pas la tâche la plus aisée qu’il ait eu à faire, et si on comparait avec son externat et son internat par la suite, je pressentais que ces années à trimer pour réussir n’avaient pas été aussi dures que de dire adieu à cette femme. Mais il avait des priorités non ? Et même si ce n’était pas facile et agréable, c’était pour être réglo !

« Ce n’est rien… Elle n’a pas apprécié un détail de nos retrouvailles, c’est tout, ça passera… »

Entre temps, il avait fait glisser ma main de sa joue, pour finalement l’attraper dans la sienne, en douceur. J’avais l’impression qu’il aurait pu s’effondrer dans mes bras en un instant, et pourtant, je l’avais vu faire face à bien des choses. Et hormis trois ans auparavant, où il avait fui – et je ne pouvais décidément pas vraiment le blâmer pour ça, même si je le faisais quand même pour la forme – je ne l’avais jamais vraiment vu reculer devant l’obstacle. Et là, il me paraissait très fragile, presque anéanti, et je n’arrivais pas à le comprendre pleinement. Et pourtant, j’étais celle qui le connaissait le mieux et qui le comprenait le plus. A croire qu’en trois ans d’absence, ça avait légèrement changé… mais je ne demandais qu’à redevenir sa meilleure amie, en même temps que sa petite amie. Je ne voulais que ça.

Au final, il m’entraîna vers son canapé et je me débarrassai de ma veste avant de m’asseoir entre ses jambes, qu’il m’avait ouvertes juste pour ça. J’aurais préféré me retrouver face à lui, pour pouvoir mieux voir ses réactions qu’en simplement tourner la tête, mais je compris que je n’avais pas le choix, parce qu’il n’allait pas bouger et qu’il n’allait pas me laisser faire ce que je voulais. Il avait peut-être raison après tout… nous serions mieux comme ça, et il pourrait me raconter ce qu’il voulait. Je me doutais de ce que pouvait être le détail qu’il avait évoqué juste avant. Il y avait bien une raison pour qu’elle l’ait giflé. Et je doutais que ce soit le fait qu’il lui ait raconté son histoire… Il m’enserra avec force et je me retrouvais blottie contre son torse, ses mains sur les miennes. Il restait incroyablement silencieux pour une fois, et je me doutais qu’il n’allait pas bien. Mais que pouvais-je y faire ? Ce n’était pas de ma faute s’il était comme ça, et je ne savais pas vraiment ce qui pourrait le consoler. Rien que ma présence devrait être suffisante, pour moi… Après tout, c’était pour cette raison qu’il l’avait larguée. Pour que je puisse être ici sans qu’il ne la trompe. Tout était redevenu normal, rentré dans l’ordre.

« David, tu veux en parler ? »

Attentivement, j’écoutai ses réactions. A défaut de pouvoir les voir, en vraiment retournant ma tête à cent quatre-vingt degrés, je sentis son cœur s’accélérer dans sa cage thoracique. Nous étions si proches l’un de l’autre que je pouvais le sentir, tout comme je pus sentir qu’il s’arrêtait de respirer pour quelques secondes, suffisantes cependant pour que je le sache. Il se trahissait sans le vouloir, le pauvre.. et j’attendais patiemment. Je ne voulais pas le brusquer, mais dans un sens, je voulais savoir. Et vite.

« Et ne me fais pas croire que tu ne veux pas en parler, parce que sinon on ne serait pas assis sur ce canapé comme ça ! »

J’avais parlé un peu plus sèchement que je ne l’aurais voulu. Le pauvre. Depuis que j’étais arrivée à Toronto, j’avais l’impression d’être une vraie mégère. Mais je n’imaginais pas une seule seconde qu’il ait pu avoir quelqu’un d’autre dans sa vie. Et forcément, je ne savais pas comment réagir. Alors j’étais dure avec lui, même si je ne devrais pas. Mais c’était parce que j’avais besoin d’extérioriser ça et c’était la seule façon que j’avais…
love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mer 11 Juin - 19:14




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Tout pressé contre elle, je profitai de ce moment de calme et réconfort. Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas eu de moments comme ça, où l’un était tout simplement là pour l’autre quand ça n’allait pas. Je soupirai de contentement. Mes sentiments étaient encore à fleurs de peau. Sincèrement, je ne m’attentais pas à ce que ce soit si dur de quitter quelqu’un, de raconter ce qu’il m’était arrivé, ce qu’il nous était arrivé.

« David, tu veux en parler ? »

Je me crispai et ma respiration se bloqua, peu sûr de vouloir en parler tout de suite. J’allais lui parler, elle ne devait pas en douter, cependant je reconnus bien là son impatience caractéristique. Je ne pouvais pas lui en vouloir, à sa place, j’aurais été pareil. Voyant que je n’ouvrais toujours pas la bouche, elle reprit la parole.

« Et ne me fais pas croire que tu ne veux pas en parler, parce que sinon on ne serait pas assis sur ce canapé comme ça ! »

En entendant son ton, un peu sec et cassant, je compris qu’elle m’en voulait encore un peu. Mais de quoi ? Si j’avais aussi rapidement cassé avec Ella sans arrière-pensée, c’était pour elle, et rien qu’elle. Il n’y avait plus qu’elle maintenant, comme avant. Je ne paraissais peut-être pas assez enjoué pour l’instant, mais c’était le contrecoup, ça passerait. Je ne cherchai pas plus loin, si quelque chose n’allait pas, elle me le dira.

« Non non, tu as raison, c’est juste que… Je voulais te prendre dans mes bras, c’est tout. »

Me décrispant un peu et me laissant aller, je glissai un peu plus dans le canapé et nous nous retrouvâmes presque à demi-allongés, elle toujours sur moi. Elle en profita pour se retourner et me regarder dans les yeux et je souris, amusé que toujours autant d’années après, elle ne supportait toujours pas de ne pas se retrouver face à moi.
Riant devant notre position complètement incongrue et inconfortable, cette fois je m’allongeai complètement, manœuvre ponctuée de « Arrh, attends, voilà… » la laissant ensuite se caller sur mon torse comme bon lui semblait. Nous étions bien, là, tous les deux, et petit à petit, ma culpabilité s’amenuisait, mon amour et mon affection pour Mac’ la remplaçant tout doucement, comme ça aurait dû être le cas depuis le début. Me sentant un peu mieux, je pris alors la parole.

« Je ne m’attendais pas à ce que ça soit si dur… De tout raconter ce soir-là… Et… Tu sais comme je suis, je n’aime pas… Mélangé au fait que je savais que je lui briserais le cœur… »

Tout en parlant, je m’étais mis à fixer le plafond tout en jouant avec l’une de ses mèches de cheveux. On pouvait dire ce que l’on voulait, parler faisait le plus grand bien, à n’en point douter.

« J’arrive pas à ne penser qu’à moi… Et quand je la voyais en pleurs… Je m’en voulais… Tu me diras, je ne devrais pas mais… Elle n’a rien demandé… »

Je soupirai en repensant à sa tête quand j’avais fini de tout lui raconter. C’était une tête que je ne souhaitais plus jamais revoir. Elle avait eu la même expression, celle de s’être fait trahir, qu’avait eue Mackenzie quand je lui avais dit pour Ella. Fort heureusement, ces deux journées fortes en émotions touchaient à leur fin et j’avais été honnête avec les deux. Je n’avais plus rien à me reprocher de ce côté.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mer 11 Juin - 23:22




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Ça passerait. Toute ma déception et toute ma tristesse… tout cela passerait, sans doute. Mais il fallait du temps, comme il lui faudrait du temps pour oublier ces quelques semaines passées avec elle. J’aurais dû arriver plus tôt ici, pour ne pas avoir à lui faire subir tout ceci. Mais je ne pouvais pas changer le passé, bien entendu, et si c’était dommage, c’était comme ça. Et nous devions avancer. Moi qui détestais prévoir des choses pour le futur, la seule chose sur laquelle je voulais réellement avoir la main mise, c’était David. Parce qu’il était hors de question de le laisser repartir !

« Non non, tu as raison, c’est juste que… Je voulais te prendre dans mes bras, c’est tout. »

A ces mots, une sorte de vague de soulagement nous parcourut tous les deux. Lui, sûrement parce qu’il sentait que je me détendais. Moi, parce que je sentais qu’il allait parler assez rapidement. Ça me laissait rêveuse de me rendre compte que David et moi nous connaissions toujours aussi bien, malgré les années et la distance qui s’était imposée entre nous. Dès qu’il bougea pour laisser son dos retomber un peu plus sur le canapé, je réussis du mieux possible à me retourner pour me retrouver en face de lui. Je préférais le regarder, ça aurait été dommage de ne pas pouvoir le faire… Alors que j’étais pratiquement sûre de lui casser une côte si je restais dans cette position et lui dans la sienne, nous éclatâmes de rire tous les deux en même temps et je me redressai un peu alors qu’il faisait en sorte de s’installer plus confortablement dans le canapé. Je revins me blottir contre lui une fois qu’il eut terminé et je sentis ses bras s’enrouler autour de moi, en me caressant le dos. J’attendais patiemment qu’il parle, je n’osais pas le forcer et je n’osais pas le presser surtout. Il n’avait pas à le faire sur mon ordre, mais prendre son temps et se calmer, reprendre ses esprits. Et donc, au bout de quelques instants, je le sentis prendre la parole.

« Je ne m’attendais pas à ce que ça soit si dur… De tout raconter ce soir-là… Et… Tu sais comme je suis, je n’aime pas… Mélangé au fait que je savais que je lui briserais le cœur… »

Je fermais les yeux en revoyant cette soirée, trois ans auparavant. Nous n’avions même pas pu en parler, David et moi, la veille. Alors en parler à Ella, ça n’avait pas dû être facile non plus, bien sûr. Il était sûrement la première personne à qui il racontait tout ça. Un jour, il faudrait que l’on en discute, mais je n’étais pas plus prête que lui à le faire. Ce n’était pas ma famille qui avait disparu en quelques secondes, mais c’était tout comme. Je les aimais énormément, les McCoy, et j’aurais préféré mourir à leur place que de devoir aller à leur enterrement collectif… et pourtant, le sort en avait décidé autrement ! Tout ça n’aurait jamais dû arriver… et parfois, je me sentais tellement coupable d’avoir survécu à ça, grâce aux bouchons. Mais je me disais que c’était peut-être mieux ainsi, que je ne sois pas morte avec eux. Parce que maintenant que j’avais retrouvé David, au moins j’étais sûre qu’il allait bien.

« J’arrive pas à ne penser qu’à moi… Et quand je la voyais en pleurs… Je m’en voulais… Tu me diras, je ne devrais pas mais… Elle n’a rien demandé… »

Malgré le fait qu’intérieurement, j’étais vraiment contente qu’elle soit partie et qu’elle ne fasse plus partie de sa vie, je souffrais en même temps que lui, parce que malgré tout, je me mettais à la place de cette fille. Elle n’avait rien demandé, comme il venait de le dire, c’était plus que vrai. Personne ne devrait se faire larguer pour une autre… si c’était à moi que c’était arrivé, je pense que j’aurais fait bien plus mal qu’elle. David n’aurait pas simplement la joue rouge, mais il n’aurait plus de quoi satisfaire d’autres femmes. Néanmoins, ce n’était pas le cas, et c’était très bien comme ça ! Sans vouloir en rajouter, je caressai doucement son ventre en le chatouillant un peu. Il avait vécu deux jours difficiles. Moi aussi, mais ce n’était pas grave, j’étais habituée maintenant.

« Je suis sûre que tu as été parfait, David. Elle ne s’y attendait pas, c’était normal qu’elle pleure, elle n’allait pas te sauter au cou… »

Et voilà, j’avais dit que je ne voulais pas en rajouter, mais je remuais encore le couteau dans la plaie ! Quelle idiote ! Je gardais les yeux bien fermés, en sentant que peut-être il allait s’énerver mais il n’en fut rien, comme d’habitude. Je remarquais qu’il me fallait un temps d’adaptation, tellement ça faisait longtemps que je n’avais pas été avec David. Nous n’avions jamais été séparés plus d’une semaine, lui et moi, et du coup, j’appréhendais pas mal cette sorte de renouveau. En me cachant un peu contre lui, je rajoutai d’une petite voix :

« Désolée… hmm, tu veux faire quelque chose ce soir ? Sortir, regarder un film, dormir… ? »

Mieux valait changer de sujet de conversation en effet, parce que j’allais m’enfoncer dans cette histoire, et c’était tout ce que je ne voulais pas. J’étais sûre que David, de son côté, ne souhaitait pas en parler plus que ça, sinon il l’aurait fait, il aurait continué. Et maintenant, cette histoire était close et nous n’avions plus à y penser… même si je savais parfaitement bien qu’on le ferait quand même !  
love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Dim 15 Juin - 17:54




David vs Mackenzie

I will try to fix you



De manière absente, je sentis Mac’ qui me caressait doucement le ventre, me chatouillant un peu au passage. Elle ne devait même pas s’en rendre compte, mais moi, ça me réconfortait plus que n’importe quoi, et je la laissai faire. Ça m’impressionnait en quelque sorte que l’on soit encore si fusionnel, comme si ces trois ans n’avaient jamais existé, et ça me confortait dans l’idée que ce que j’avais fait aujourd’hui, c’était le bon choix.

« Je suis sûre que tu as été parfait, David. Elle ne s’y attendait pas, c’était normal qu’elle pleure, elle n’allait pas te sauter au cou… »

Je souris un peu devant ça franchise, sourire encore un peu forcé et teinté de tristesse. J’étais amer, mon jugement était altéré, mais elle avait raison sur toute la ligne. Je devais me comporter comme un gamin chouinant pour son jouet préféré pour elle. Je devais me reprendre. Et pour me reprendre, je ne devais plus penser à Ella. Elle allait m’oublier et moi, je pourrai reprendre ma vie avec Mackenzie, reprendre là où l’on s’était arrêté, lui offrir une vie stable, peut-être même un jour prochain une vie de famille, comme elle devait le souhaiter…

« Désolée… hmm, tu veux faire quelque chose ce soir ? Sortir, regarder un film, dormir… ? »

Son excuse marqua la fin de la conversation et je sentais que plus jamais nous n’aurions à en parler. C’était peut-être mieux après tout. Cela avait été l’épreuve la plus dure à surmonter pour nous, pour notre couple, et je ne laisserai pas des doutes ou des questions ébranler tout ceci. Et je n’imaginais pas non plus qu’elle veuille également.
Blottie tout contre moi, de telle sorte que je ne la voyais quasiment plus, Mac’ ne bougeait quasiment plus, comme si elle était en faute. Un sourire étirant mes lèvres, je relevai mon bras droit pour caresser doucement ses cheveux, ma façon à moi de lui dire que ça allait.

« J’ai pas vraiment envie de sortir… Un film ça me parait bien. Mais je n’ai pas beaucoup de Dvd, tu t’en doutes alors… Je te laisse choisir parmi ce qu’il y a. Je les aime tous de toute façon, sinon je ne les aurais pas acheté, finis-je en souriant. »

Alors qu’elle ne m’avait pas encore répondu et qu’elle n’avait pas non plus bougé, sûrement car elle n’avait pas envie, et moi non plus d’ailleurs, elle était bien trop confortablement callée dans mes bras pour qu’on veuille bouger, je pensai à ce qu’elle m’avait dit au sujet de dormir. Qu’attendait-elle ? Au fond de moi, je pensais qu’elle voulait rester dormir avec moi, comme nous le faisions avant. Mais et si ce n’était pas le cas ? La raison principale étant que j’avais dormi dans ce même lit avec une autre, et tandis que hier sous le feu de l’action, elle ne s’en était pas offusquée, qu’en était-il de maintenant ? Précautionneusement, je préférai lui demander.

« Et, hum, après - si tu veux ? - on pourra aller se coucher et… Si tu n’as pas d’affaires, mes fringues t’iront certainement à ravir, ajoutais-je d’un air taquin. »

J’adorais la voir portant certaines de mes affaires et plus particulièrement mes sous-vêtements et mes chemises 3 fois trop longues pour elle. Il y avait quelque chose de sexy quand elle le faisait, un je ne sais quoi que j’adorais. Mais ce n’était pas encore l’heure à penser à tout ceci, nous avions toute la soirée à nous.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Lun 16 Juin - 0:34




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Dans un geste tendre, David recommença à me caresser les cheveux. J’adorais lorsque ses longs doigts parcouraient mes boucles blondes. La sensation de plénitude qui en résultait était excellente et vraiment agréable. Mieux qu’un massage crânien chez l’esthéticienne et je pesais mes mots. Enfin… c’était certainement parce que c’était David et que j’étais trop heureuse de le retrouver, très certainement. Néanmoins, des frissons me parcoururent jusque dans le bas de ma colonne vertébrale, en sentant les pressions qu’il faisait de temps à autres sur mon cuir chevelu. J’aurais pu mourir de bonheur. Et au moins je savais ce qu’il ressentait lorsque je lui caressai la base des cheveux, dans la nuque.

« J’ai pas vraiment envie de sortir… Un film ça me parait bien. Mais je n’ai pas beaucoup de Dvd, tu t’en doutes alors… Je te laisse choisir parmi ce qu’il y a. Je les aime tous de toute façon, sinon je ne les aurais pas acheté. »

Un film.. et c’était moi qui choisissais ? Mais ça impliquait de bouger, ça ? Et je n’avais pas envie de quitter la chaleur de ses bras. J’étais bien là, à demi sur lui et le reste du corps sur le canapé. J’étais dans un nid douillet, et je ne voulais plus jamais quitter cet endroit ou même ne serait-ce que changer de position. Et vu le peu de mouvements que faisait David, c’était pareil de son côté. Je ne le connaissais que trop bien, et je savais exactement ce qu’il pouvait penser. En relevant un peu la tête vers lui, je remarquai qu’il ne voulait pas non plus bouger. Soit. Alors il faudrait développer nos pouvoirs de télékinésie pour que le DVD puisse se mettre de lui-même dans le lecteur. Avec un peu de chance, on pourrait même ramener la télécommande jusqu’à nous. Il fallait que j’arrête de rêver, ça n’allait jamais fonctionner et j’allais devoir bouger pour le faire. Tant pis pour moi, je perdrais de la chaleur pendant quelques minutes, mais je ne tarderais pas à venir la réclamer de nouveau. J’allais dire à David de me lâcher – parce qu’il me serrait contre lui, quand même ! – pour que je puisse bouger au moment même où il parla.

« Et, hum, après - si tu veux ? - on pourra aller se coucher et… Si tu n’as pas d’affaires, mes fringues t’iront certainement à ravir. »

Je le reconnaissais bien là, tiens. Toujours à vouloir que je porte ses fringues. Sans qu’il ne puisse le voir, je levai les yeux au ciel. Il avait de sacrées manies, et surtout, il pensait vraiment que j’étais venue sans prendre d’affaires ? Il était un peu naïf. C’était un truc de filles de toujours penser à prendre quelque chose pour se changer. Et puis… aurions-nous vraiment besoin de nous changer ? Je ne comptais pas spécialement dormir emmitouflée dans un gros pyjama non plus… et il devait s’en douter, quand même ! Bref, pour lui faire plaisir, je lui prendrai un t-shirt, ou une chemise, et il serait content. Je savais cependant qu’il aurait tôt fait de la faire sauter ! Et si ce n’était pas lui qui le faisait, ce serait moi… au choix !

« Alors je te laisserai choisir ce que tu voudras. Mais si tu veux qu’on regarde un film, je dois bouger et tu dois me laisser partir, David… »

Avec un petit sourire, je poussai doucement sur ses bras, qui me maintinrent collée à lui, comme si de rien n’était. Je continuai à pousser en grognant et en demandant à David de me laisser partir et finalement, quand je pus réunir assez de forces pour me dégager de son étreinte, je me retrouvai au-dessus de lui en lui tenant les mains pour ne pas qu’il continue à me tenir.

« Tu m’as laissée gagner, c’est pas juste ! »

Pour toute réponse, je reçus un tirage de langue et je commençais à chatouiller David avant de me relever pour de bon et de filer devant son meuble télé pour regarder les DVD qu’il avait acheté. Bon sang, il avait vraiment loupé des trucs ces trois dernières années, parce que non seulement j’avais déjà tout vu au moins une ou deux fois, mais en plus, il manquait des films que David aurait adoré en temps normal mais dont il ne devait pas connaître l’existence, sans aucun doute. Je soupirai tristement, en me rendant compte de tout ce dont il n’était pas au courant. Ça allait être compliqué tout ça.

« T’es sûr que tu veux regarder un film ? »

Avec un sourire espiègle, je me retournai vers lui en mimant les pubs pour shampoing, et en laissant mes cheveux voler dans l’atmosphère quelques instants. J’étais une véritable girouette, d’un côté, je voulais le laisser choisir ce que nous ferions, de l’autre, je me disais que finalement, ce n’était pas une bonne idée. Au final, je ne savais même plus ce que je voulais, et bien sûr, David devait être dans le même état que moi. Et puis finalement, nous devions encore avoir des choses à nous raconter, même avec tout ce que nous avions dit la veille, non ? Nous n’avions évoqué les choses qu’en surface, peut-être que cette fois, nous pourrions prendre de la profondeur, nous avions la soirée devant nous et l’éternité à nos pieds, prête à nous ouvrir ses portes…

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 17 Juin - 0:01




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Un rire très discret me répondit et je compris que ma manie devait toujours autant l’amusait toujours autant et je pouvais déjà imaginer ses yeux se lever au ciel alors qu’elle avait son sourire en coin. De nous deux, j’étais sûrement le plus gamin ou celui avec les manies les plus étranges et ça ne ratait jamais, elle rigolerait un coup en levant les yeux au ciel avant d’aller dans mon sens.

« Alors je te laisserai choisir ce que tu voudras. Mais si tu veux qu’on regarde un film, je dois bouger et tu dois me laisser partir, David… »

J’imaginais déjà la distance monumentale qu’elle devrait parcourir pour ne serait-ce qu’atteindre mon meuble télé où étaient stockés tous mes DVD. Il lui faudrait des heures avant qu’elle ne revienne dans mes bras, et ça il en était hors de question ! Enfin, j’exagérais bien sûr, mais le cœur y était, je ne voulais pas la laisser partir.
Alors qu’elle commença à pousser sur mes bras qui l’enlaçaient, je ne bougeai pas, les maintenant où ils étaient en essayant de garder la face, avec la tête la plus innocente dont j’étais capable. Puis, alors qu’elle poussait depuis bien dix secondes, je l’entendis commencer à grogner tout en râlant, me sommant d’un « Laisse-moi grand nigaud » et je faillis de pouffer de rire quand elle redoubla d’effort. Puis, en me mordant la joue pour ne pas rire, je relâchai soudain la pression de mes bras et d’un mouvement leste, elle me domina de tout son corps en me bloquant les deux mains. Je me retrouvai alors à sa merci et d’un coup, je ne pus retenir mon grand sourire.

« Tu m’as laissée gagner, c’est pas juste ! »

Pour seule réponse, je lui tirai la langue, comme le grand gamin que j’étais. D’un air faussement offusqué, elle attaqua alors mes flans, me chatouillant et je me tordis sous elle, avant qu’elle ne décide que c’était assez et se lève d’un bond pour aller vers mon meuble. Me redressant sur mes deux coudes, je l’observai fouiller, les DVD passant un à un dans ses mains alors qu’elle réfléchissait. Quand elle en vint à bout, sans bouger, elle prit la parole.

« T’es sûr que tu veux regarder un film ? »

Je fus distrait un instant quand elle imita les filles des pubs pour shampoings et mon hilarité reprit en même temps que la sienne. Est-ce que je voulais vraiment mater un film ? Pas spécialement, tant que j’étais avec Mac’ en fait. Reprenant un peu de mon sérieux, je haussai les épaules.

« Tu me connais, tant que je suis avec toi… J’ai juste pas envie de sortir de soir, c’est tout, expliquais-je nonchalamment. »

Je regardai autour de moi mon studio plutôt vide. A part une télé, un lecteur DVD, des meubles de rangements et le nécessaire pour vivre, il n’y avait pas grandes activités que l’on puisse faire. Mon regard se posa par la suite sur le lit et j’eus un petit sourire en coin. Au final, nous nous coucherions plus tôt que prévu. Au fond de moi, j’étais plutôt surexcité par cela. Après tout, cela nous arrivait souvent, de nous allonger dans le même lit pour parler des heures et des heures durant, et ce même bien avant que l’on se mette ensemble.

« Tu viens ? Je vais te montrer où mettre tes affaires dans la salle de bain, dis-je en me levant du canapé. Et on pourra en profiter pour se préparer pour aller au lit. »

Je savais qu’il n’était même pas vingt-et-une heure mais bon, si je voulais être honnête, une fois que nous serions dans ce lit, nous n’en sortirions plus. Mackenzie me suivit et j’attrapai un tee-shirt trop grand dans mon armoire au passage, au cas où elle en avait besoin et je lui montrai un à un les meubles et quoi allait où. Elle acquiesça et alors qu’elle commençait à se mettre à la tâche de tout ranger, je l’attrapai par la taille et je l’embrassai, enfin. Il n’y avait pas de sous-entendu, juste une grosse envie d’embrasser celle que j’aimais. Quand nous nous séparâmes, Mac’ me sourît et me fit un petit smack avant de continuer ce que j’avais interrompu.
Pendant ce temps, j’entrepris de me déshabiller, passant d’abord mon shirt par-dessus mes épaules, puis je retirai mon pantalon pour ne plus être qu’en boxer. Quand je relevai la tête, je vis le regard appréciateur à peine caché de Mac’ dans le miroir et je souris, avant de plier vite fait mes affaires et d’attraper ma brosse à dent. Bien vite, elle me rattrapa et un coup d’œil sur la droite et je vis qu’elle ne portait que sa petite culotte. J’haussai un sourcil devant la vue, ne trouvant rien à redire, c’était parfait, et tant pi pour mes fringues…

Cinq minutes plus tard et nous étions sous la couette, avec juste ma petite lampe de chevet pour nous éclairer. Mes bras étaient passés autour d’elle tandis qu’elle se blottissait contre mon torse, nos jambes étaient entremêlées et je sentais le mouvement lent de sa respiration contre moi. En soupirant de bonheur, j’embrassai Mackenzie sur le crâne.

« Tu as fait quoi avant de venir du coup ? murmurais-je dans ses cheveux »

Je sentais le long de mes côtes les chatouilles crées par ses doigts, me faisant me hérisser le poil, son souffle chaud effleurait ma peau au niveau du cou, et en cet instant, je me sentais bien.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 17 Juin - 1:01




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Le regard de David répondit à sa place, et je compris que j'avais bougé pour rien, parce que nous n'allions pas rester dans ce canapé, face à sa télévision. C'était bien tenté malgré tout... mais il y avait des dizaines de films qu'il faudrait que l'on voit ensemble. Pendant trois ans, je n'avais pas spécialement été au cinéma, sauf quand mes parents m'y avaient forcée. Je ne voulais rien faire, vraiment rien. Tout perdait de sa saveur sans lui, et je me sentais coupable de vivre pendant que lui devait se morfondre quelque part. Alors qu'en fait, il vivait des aventures incroyables et couchait avec une Torontoise. Mais c'était fini maintenant, alors je devais cesser d'y penser.

« Tu me connais, tant que je suis avec toi… J’ai juste pas envie de sortir de soir, c’est tout. »

Pas de sortie, j'avais compris, et en plus, vu que pour ma part, j'étais déjà sortie en quelques sortes, en allant dans ce bar, ça ne me dérangeait pas de rester ici. Et son appartement était plutôt sympathique en plus. Ce n'était pas assez décoré à mon goût, mais les couleurs étaient jolies, et puis... ça ne faisait pas longtemps qu'il habitait ici non plus. J'aimais bien cet endroit. C'était mieux que ma chambre d'hôtel et même mieux que le studio que j'avais visité quelques jours auparavant, au cas-où j'aurais besoin de rester plus longtemps ici, ce qui était le cas en fait. Je ne savais pas si j'y passerais beaucoup de temps en fait. Lorsque David ne travaillerait pas, je n'aurais pas besoin d'être chez moi, je viendrais ici. Et quand il travaillerait, je pourrais rester chez moi, mais comme je détestais restée enfermée, je préférerais visiter la ville, ou même travailler également.

En se levant du canapé, David me fit signe de le suivre et je me remis sur mes jambes en l'écoutant me dire qu'il allait me montrer où j'allais pouvoir mettre mes affaires dans la salle de bain. C'était bon d'entendre quelque chose comme ça. Il m'invitait carrément à rester pour un certain temps : ranger ses affaires dans la salle de bain, c'était tout un symbole non ? Enfin, il ajouta que nous pourrions nous préparer et filer au lit. Je le reconnaissais bien là, tiens. Au final, il n'avait pas du tout envie de voir un film, il voulait juste que l'on s'allonge, tous les deux, au calme, et que l'on discute. Nous faisions souvent ça avant.. presque tous les soirs en réalité. J'en vins à me demander ce qu'il se serait passé si tout cela n'était pas arrivé. Nous vivions déjà toujours l'un chez l'autre et inversement. Si sa famille n'était pas morte, est-ce que nous serions déjà mariés lui et moi ? Nous aurions certainement eu un appartement ensemble, et peut-être même plus... Je savais bien que je ne devais pas penser à cela, mais c'était dans ma personnalité, et j'essayais toujours d'imaginer le passé différemment. Du moins... avant, je n'étais pas comme ça, je vivais au jour le jour, j'avais David, tout allait bien. Mais maintenant, j'avais quelque peu changé.

Je sortis de mes pensées en arrivant dans la salle de bains de David et qu'il commença à me montrer l'espace qui m'était réservé. Il avait fait exprès de me laisser de la place en faisant du rangement ou bien il avait toujours eu cette place de libre ? C'était étrange, c'était comme si mon retour était déjà prévu à l'avance. Et pourtant, je n'étais revenue dans sa vie que depuis la veille ! J'écoutai avec attention, avant de déballer mes quelques affaires pour les ranger avec soin dans les tiroirs et placards de la pièce. Je fus interrompue rapidement par David qui s'empara de mes hanches et de mes lèvres avec fougue. Je profitai du baiser autant que possible, aussi court fut-il, et avec un sourire lorsque nous nous séparâmes, je l'embrassai une seconde fois, avant de continuer ce que je faisais.

Une fois que j'eus terminé  - en réalité, il me restait juste ma brosse à dent à ranger, mais j'allais l'utiliser avant  - je tournai la tête vers le miroir pour voir David qui se déshabillait, et je me rinçai bien l’œil lorsqu'il fut en boxer. Bon sang, il était vraiment mieux foutu qu'avant. Finalement, toute cette aventure l'avait bonifié. J'aurais préféré que ça n'arrive pas, bien sûr, mais il avait pris des muscles, et il avait juste ce qu'il fallait où il fallait. J'étais la femme la plus chanceuse du monde, c'était clair. Il se détourna vers le lavabo pour commencer à se laver les dents. En le voyant à demi-nu comme ça, je pris conscience qu'il n'avait pas à être le seul à pouvoir être comme ça, et je me dépêchai d'enlever mon pull et mon t-shirt, ainsi que mon pantalon et mon soutien-gorge. Avec un sourire taquin, je rejoignis David à côté du lavabo et le poussai de la hanche pour qu'il me laisse de la place. Je sentis son regard glisser de haut en bas sur moi et je le regardai dans le miroir pour voir qu'il semblait apprécier la vision de moi comme ça. Nous étions à égalité au niveau des vêtements, et ça m'amusait de faire ça.

David m'attendit avant de partir dans la chambre, et je me dépêchai de me rincer la bouche avant de prendre sa main pour me laisser guider, bien que je connaisse déjà son appartement par cœur, puisqu'il n'était pas très grand non plus. Nous entrâmes dans son lit et je me collai rapidement à lui, en ayant un peu froid. Il tamisa l'ambiance en allumant simplement sa lampe de chevet et je posai ma tête sur son épaule, légèrement relevée pour pouvoir avoir accès à son cou et son menton au niveau de ma bouche. Rapidement, il me prit dans ses bras et me serra contre lui en mêlant nos jambes les unes aux autres. Nous n'aurions pas pu être plus proches que cela. Après m'avoir embrassée sur les cheveux, je l'entendis me demander doucement ce que j'avais fait avant de le rejoindre ici, sous-entendu, pendant qu'il larguait sa copine... ou plutôt son ex ! Je ne sus que lui répondre, alors que je caressai ses côtes sans même y prendre attention. Je ne savais pas si David avait changé. Je ne savais pas s'il était devenu jaloux et très possessif. Il l'était déjà avant, mais il savait que je n'irais pas voir ailleurs. Cette fois, nous avions été séparés trois ans, et il pensait peut-être différemment maintenant. Devais-je lui dire que j'avais vu un ami ? Ici à Toronto ! Il ne me croirait pas, et il voudrait avoir plus d'explications. Je devais commencer par le début, donc. Ou lui mentir. Mais je ne pouvais pas lui mentir. Pas pour un truc aussi minime que ça.

« J'ai bu un verre dans un bar avec un ami que je me suis fait en Russie. »

Je redressai un peu la tête pour le regarder. Son air complètement surpris et perdu me fit rire doucement. Evidemment, il n'y comprenait rien, et c'était bien normal. Je me disais qu'il faudrait que je lui dise tout ce qu'il s'était passé dans ma vie, en trois ans. Mais il y avait certaines choses qui ne méritaient pas d'être racontées, parce qu'elles étaient trop honteuses ou douloureuses pour moi. Je savais très bien que je le ferais malgré tout... parce que David avait le droit de savoir, et parce que je savais qu'il allait lui aussi tout me raconter en détails. Ce serait un travail à faire dans le temps. Nous n'étions pas pressés, nous avions tout le temps du monde.

« Pendant que je te cherchais, j'ai suivi une piste en Russie. Et là-bas, un soir, j'ai rencontré un type, Mikha. Il venait d'apprendre que sa mère était morte et on a passé la soirée ensemble, à se raconter nos vies. Je n'ai jamais pensé que j'allais le revoir un autre jour, plus tard, et surtout ici. On a rien échangé, même pas une adresse mail, même pas un numéro de téléphone. C'était une pure coïncidence et du coup, on a discuté. Le temps a passé très vite ! »

Je souriais d'un air rêveur en repensant à l'heure que nous avions passé Mikha et moi. Il était vraiment gentil, et j'étais contente qu'il se soit souvenu de moi. J'avais appris plus tard qu'il avait été célèbre, et qu'il l'était encore. Au départ, en Russie, je pensais juste que son père était riche, moi je n'y connaissais rien au tennis. Ce n'était pas mon truc le sport. Par la suite, un jour où je m'ennuyais sans savoir où chercher, j'avais tapé son nom dans Google et j'avais trouvé des tas de choses sur lui... pas forcément bonnes d'ailleurs. Mais je savais ce qu'il était vraiment et je ne croyais pas les ragots.

« Et sinon, à plus grande échelle, j'ai visité Toronto aujourd'hui, et j'ai continué de trouver des points de repères pour savoir comment me déplacer. C'est beaucoup trop grand ici ! »

Ce fut au tour de David de rire cette fois. Mais c'était de la triche, lui il avait un certain sens de l'orientation, il ne se perdait jamais, il avait parcouru tout le globe et il s'y connaissait. Moi j'étais bardée d'outils technologiques et dès que je perdais le réseau, je me perdais. Heureusement que j'étais débrouillarde et que je savais m'exprimer en plusieurs langues. J'allais finir par réussir à me repérer dans la ville, mais il faudrait du temps. Quand je trouverais un travail, il faudrait bien que je sache comment me déplacer, puisque je devrais bouger... du moins, si j'arrivais à trouver un équivalent pour mon poste habituel.

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 17 Juin - 17:02




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Quelques secondes de silence total nous englobèrent tandis qu’elle mit du temps à me répondre et je ne pus dire si c’était parce qu’elle était trop plongée dans ses caresses ou si c’était car elle hésitait. Je préférais penser à la première proposition, parce qu’après tout, pourquoi elle hésiterait ? Elle n’avait pas du faire excessivement de choses. Je savais qu’elle trainait dans le coin pour pouvoir rappliquer aussi vite mais sinon…

« J'ai bu un verre dans un bar avec un ami que je me suis fait en Russie. »

Hein ? Comment ça un ami venu de Russie ? Quelles étaient les chances pour qu’elle croise un ami venant de Russie ?! Et puis, même si je savais qu’elle m’avait suivie autour du monde pour me retrouver, je ne savais pas vraiment à quel point, alors… Se faire des amis en Russie ? Vraiment ?
Tout doucement, elle remonta son regard dans ma direction et se mit à rire en voyant ma tête. La surprise devait s’être facilement peinte sur mon visage.

« Pendant que je te cherchais, j'ai suivi une piste en Russie. Et là-bas, un soir, j'ai rencontré un type, Mikha. Il venait d'apprendre que sa mère était morte et on a passé la soirée ensemble, à se raconter nos vies. Je n'ai jamais pensé que j'allais le revoir un autre jour, plus tard, et surtout ici. On a rien échangé, même pas une adresse mail, même pas un numéro de téléphone. C'était une pure coïncidence et du coup, on a discuté. Le temps a passé très vite ! »

Alors qu’elle était certainement plongée dans ses pensées, je fronçai les sourcils avant de lever les yeux au ciel. Elle insistait bien sur le fait qu’elle n’avait pas laissé de quoi le revoir… Pensait-elle que je me sentirais en danger car elle côtoyait un autre homme ? En tout cas, si c’était le cas, elle pouvait bien avoir les amis qu’elle voulait, surtout si ils étaient là pour elle quand je ne l’étais pas…
Je n’étais pas particulièrement jaloux de nature, mais il était vrai que parfois, je sentais en moi une sorte de jalousie quand je la voyais avec quelqu’un d’autre. Après autant d’années avec que nous deux, à nous coller aux basques, à être inséparable, c’était quelque peu normal, non ?

« Et sinon, à plus grande échelle, j'ai visité Toronto aujourd'hui, et j'ai continué de trouver des points de repères pour savoir comment me déplacer. C'est beaucoup trop grand ici ! »

Cette fois-ci, je ris franchement, ce qui me valut un petit coup gentil. Son sens de l’orientation devait être toujours autant catastrophique apparemment. Fort heureusement, j’étais là maintenant, avec mon sens aigue de l’orientation et mon nez pour savoir où aller. Riant à nouveau, je l’imaginais en train de soupirer comme à son habitude alors qu’elle cherchait sur son application le chemin. Cette fois, elle râla un peu alors que je me moquais juste un peu, tout gentiment, d’elle.

« Excuse-moi si c’est risible de t’imaginer en plein milieu de Toronto toute perdue, dis-je avec un énorme sourire. La prochaine fois je te fais une leçon complète sur les transports torontois, avec examen à la clé ! J’attends des résultats parfaits… »

Mon sourire se transforma en sourire taquin et doucement, je la basculai un peu plus sur moi, de sorte qu’elle soit complètement affalée sur moi, et je l’embrassai en passant mes bras autour de son cou, alors que son visage était enfin à la hauteur du mien.

« Si tu n’as pas la moyenne… Je me verrai obligé de te suivre partout quand tu sors et tu devras rester ici quand je bosserai. Quel dommage. »

A mes mots, je fis une fausse moue, mes lèvres encore à quelques centimètres des siennes. Mis-à-part ce pseudo-examen, je ferrais vraiment tout cela si elle n’arrivait pas à s’en sortir dans Toronto, et s’il le fallait, je lui demanderais d’emménager chez moi. Je ne pouvais pas décemment la laisser faire des allers et retours entre ici et là où elle dormait si elle risquait de se gourer de trame de métro tous les deux-cents mètres. Surtout si par hasard un jour elle rentrait tard, bien qu’à mon avis, si elle restait jusqu’à vingt-trois heures, je ne la laisserais pas partir comme ça, oh que non.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 17 Juin - 19:30




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Une fois que David se fut calmé, je le regardai en fronçant les sourcils et il me répondit immédiatement qu’il fallait le pardonner, mais que c’était drôle de m’imaginer perdue dans Toronto. Mes lèvres frémirent alors que je tentais de réprimer mon sourire. Evidemment que c’était drôle de m’imaginer perdue dans la tentaculaire ville qui m’attendait. Même moi, je ne pouvais qu’en rire. David continua dans son délire, en ajoutant cette fois qu’il allait me faire des leçons sur les moyens de transport torontois, qu’il allait même me faire un examen, et qu’il attendait que je sois brillante sur la question. Je levai les yeux au ciel, une fois de plus, sans qu’il ne puisse le voir comme d’habitude… même s’il savait parfaitement que je le faisais. Néanmoins, j’étais intéressée, et son ton pervers ne me disait rien qui vaille… ce qui m’intéressait d’autant plus.

Alors que je ne demandais rien de plus, et que j’attendais plutôt la suite de sa phrase, il me tira un peu plus sur lui et me fit remonter jusqu’à son visage pour m’embrasser. Je me laissais, néanmoins sur la défensive parce que je savais qu’il n’avait pas fini. Je voulais savoir ce que je gagnais si j’avais des résultats parfaits, comme il en souhaitait. Et enfin, alors que je le regardais en fronçant de nouveau les sourcils, je le vis ouvrir la bouche pour parler et je me pendis à ses lèvres :

« Si tu n’as pas la moyenne… Je me verrai obligé de te suivre partout quand tu sors et tu devras rester ici quand je bosserai. Quel dommage. »

Dans les yeux de David, je vis qu’il n’était pas complètement en train de plaisanter par rapport à cela. Il avait vraiment l’intention de me donner des cours et de m’aider à me repérer dans la ville… mais il avait aussi la ferme intention de me coller si jamais je n’y arrivais pas. Sauf que lorsqu’il travaillerait, il était hors de question que je reste cloîtrée ici ou chez moi. Je détestais rester enfermée, il le savait bien  et puis il y avait des tas de choses à faire ici, quand même. Ça ne devait pas être si compliqué de réussir à se repérer.

« Je ne suis pas non plus la pire des idiotes, je vais bien réussir ton petit examen ! »

Je n’avais pas pu m’empêcher de lui répondre d’un ton faussement outrée. Je n’étais pas blonde de nature, il ne fallait pas qu’il l’oublie. Il m’avait vue me teindre les cheveux, quand même. Bref, j’allais réussir. Et je voulais avoir une récompense en réussissant, c’était la première chose que je voulais lui dire, mais j’avais été emportée par mon élan en lui disant qu’il ne devait pas me prendre pour une débile. Je passai ma langue sur mes lèvres, juste en face des siennes, et le fixai droit dans les yeux en souriant :

« Et si j’ai des notes brillantes comme tu le souhaites ? Ce sera quoi la récompense ? »

Parce que je comptais bien comprendre rapidement comment fonctionnait le métro torontois, et persuadée que ce n’était pas bien compliqué, je voulais déjà savoir mon prix. De toutes façons, quelque chose me disait que je l’aurais même en n’ayant pas la moyenne… et puis… tout dépendait de son barème !

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mar 17 Juin - 22:43




David vs Mackenzie

I will try to fix you



A la mention d’un possible enfermement durant mes heures de travail, je vis les sourcils de Mackenzie se froncer un peu. Elle n’était pas le genre à rester enfermer, comme moi, au risque de se sentir comme un lion en cage.

« Je ne suis pas non plus la pire des idiotes, je vais bien réussir ton petit examen ! »

Je rigolai un peu en entendant son ton faussement offusqué. Evidemment, je ne l’aurais pas comme ça, elle était loin d’être idiote, et contre toute attente, les colorations blondes ne déteignaient pas sur le cerveau… Je ris un coup, content qu’elle n’entende pas certaines de mes pensées, je me prendrais un bon coup dans les dents avant même que je ne puisse dire ‘ouf’.
Alors que j’étais complètement distrait, ses yeux et sa proximité me ramenèrent instantanément sur terre et je pus fixer à mon aise ses lèvres où elle passa sa langue… Si elle continuait comme ça, notre discussion serait malheureusement, ou bien heureusement, écourtée…

« Et si j’ai des notes brillantes comme tu le souhaites ? Ce sera quoi la récompense ? »

Son air intéressé, son ton qui se voulait désinvolte, quelque chose me disait qu’elle voulait quelque chose de précis et son innocence mal jouée la vendait plutôt facilement.
Mon sourire s’étira en quelque chose de plus ‘carnassier’ et j’approchai mes lèvres près des siennes au point qu’elles s’effleurent, tout en ne lui donnant pas satisfaction. Ses yeux brillaient de la même lueur que le jour avant, et même si cette fois-ci, il y avait moins d’urgence, j’étais plus que satisfait de tous ces petits jeux entre nous. Nous apprenions à nouveau à nous chercher, ou plutôt, nous apprenions tout court. Après tout, il n’y avait jamais vraiment eu de jeu de séduction entre nous deux. Les premiers jours, nous avions appris à apprivoiser cette nouvelle facette de notre relation et par la suite, tout avait coulé de source.
Alors que je sentis son souffle chaud s’accélérer sur mes lèvres, je sortis ma langue pour humidifier les miennes à mon tour, touchant légèrement les siennes par la même occasion.

« Et bieeen. J’avais une petite idée en tête. Trois fois rien… murmurais-je alors que nous n’avions toujours pas bougé. »

Tout en parlant, j’avais commencé tout doucement, très lentement à balader mes mains sur ses flancs, descendant le long de ses côtes pour arriver dans la courbe de ses hanches et finir à la limite entre sa peau et le dernier bout de tissus qu’elle portait. Je me mordis la lèvre inférieure d’anticipation.

« J’avais pensé… si tu es bonne élève…  je serais tout à toi… pour une nuit… lui murmurais-je dans l’oreille en lui caressant les hanches. Je ferais tout ce que tu désires. Absolument tout. »

J’avais bien insisté sur chaque syllabe alors que sa respiration s’était encore plus accélérée. Mes mains commencèrent à devenir moites et je sentis que le désir montait en moi. Je me mis alors à embrasser la jonction entre son cou et son bras.

« Qu’est-ce que tu en dis ? Tu veux un petit aperçu peut-être ? demandais-je entre deux baisers. »

Délaissant son cou, je remontai ma tête pour à nouveau être à la hauteur de son visage et je pus observer à ma guise celui-ci. Ses pupilles s’étaient complètement dilatées, trahissant son désir pour moi alors qu’elle se mordait la lèvre.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Mer 18 Juin - 0:32




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


David était vraiment horrible quand il me faisait ça. Il me faisait attendre, languir, en se rapprochant le plus possible de moi sans pour autant me toucher. Je savais pourtant très bien ce qui allait s’ensuivre, pourquoi attendait-il ? Il allait finir par m’énerver, et j’allais lui clouer le bec en l’embrassant, c’était tout ce qu’il aurait gagné. Mais il fallait bien qu’il me dise ce que j’allais gagner en réussissant mon examen. Parce que du coup, je comptais bien le réussir haut la main. Et si je pouvais avoir une mention, ce serait parfait, ça me ferait sûrement une récompense de plus.

« Et bieeen. J’avais une petite idée en tête. Trois fois rien… »

Et le pire, c’était que ce petit con parlait lentement pour me faire encore plus attendre. Alors qu’il parlait, il avait commencé à me caresser, à laisser ses mains me chatouiller doucement, alors que ma peau nue frémissait de plaisir et d’anticipation. Lorsqu’il se mordit la lèvre, je crus que j’allais le violer sur place, mais je me fis violence pour garder le contrôle et attendre qu’il ait fini de parler. Loin de moi l’envie de lui couper la parole, alors qu’il était sur le point de me dire quelque chose qui allait me plaire.

« J’avais pensé… si tu es bonne élève…  je serais tout à toi… pour une nuit… Je ferais tout ce que tu désires. Absolument tout. »

A chacun de ses mots, mon bas-ventre répondait en écho, en se tordant délicieusement. Je sentais mon cœur battre plus fort dans ma cage thoracique, et le sang affluer à mes tempes. J’aurais voulu qu’il me prenne maintenant, qu’on en finisse et que je puisse relâcher ce trop-plein d’adrénaline et d’hormones. Il me promettait une nuit rien que pour moi, où nous pourrions faire tout ce que je voudrais, sans qu’il n’ait rien à dire de plus et je ne pouvais qu’apprécier cela, évidemment. J’imaginais déjà tout ce que nous pourrions faire et bien sûr, ça ne faisait trembler d’envie et de désir qu’un peu plus qu’avant. Au point où j’en étais… Je sursautai presque en sentant la fraîcheur de ses lèvres sur ma peau quand il se décida enfin à m’embrasser, dans le cou. Je me rendis compte que je m’étais perdue dans des pensées bien inavouables, et je repris pied dans la conversation, toutefois sans perdre de vue que je devais réussir cet examen, sinon j’allais vraiment le regretter !

« Qu’est-ce que tu en dis ? Tu veux un petit aperçu peut-être ? »

Il ne m’avait pas encore regardée, alors que je fixais son front et ses cheveux, pendant qu’il m’embrassait. Lorsqu’il le fit enfin ses yeux reflétèrent ce que les miens devaient lui dire : notre désir était le même, et l’aperçu qu’il me proposait allait bien avoir lieu. Je faillis le frapper tellement son air satisfait m’énervait. Au lieu de quoi, je lui pris le visage entre les deux mains et capturai ses lèvres avec fougue, en montant sur lui et finissant à califourchon sur son bassin, n’hésitant pas à l’agacer en effectuant quelques va-et-vient par-dessus nos sous-vêtements. Ma réponse était claire au moins, et il ne pourrait pas dire qu’il ne m’avait pas comprise. De toutes façons, ce n’était jamais le cas, nous nous comprenions toujours lui et moi, pour notre plus grand bonheur.

« Tu es sûr de vouloir me donner un aperçu ? Techniquement, c’est moi qui vais te donner un aperçu, puisque tu vas être à moi, si je comprends bien… »

J’avais à peine murmuré ces mots, les susurrant à son oreille pour l’exciter un peu plus encore, bien qu’il n’en ait vraisemblablement pas besoin, apparemment. Alors que j’étais du côté de son oreille, je pris délicatement son lobe entre mes dents pour le mordiller légèrement. Je le sentis frissonner une ou deux fois alors qu’il passait ses mains dans ma petite culotte. Je me demandais ce qu’il entendait par aperçu, d’ailleurs. J’étais persuadée qu’il n’allait pas me laisser mener la danse pour toute la soirée, cette fois-là. Le soir de l’examen, peut-être, mais pas maintenant. Je le connaissais, je savais qu’il préférait agir plutôt que de ne rien faire et  « subir » le plaisir. Peu importait en fait, et je ne savais même pas pourquoi j’y pensais.

« Tu feras ce que je voudrais ? Tout ? Vraiment tout ? »

En attendant que ça arrive, je savais donc comment passer mes journées, pendant qu’il serait à l’hôpital. D’un côté, j’apprendrais tout le plan du métro par cœur pour être sûre de réussir, et ensuite, je ferais une liste de toutes les choses que j’avais toujours voulu qu’il me fasse mais qu’il ne me faisait que très rarement ou jamais. Il ne devait pas y en avoir tant que ça, nous n’avions jamais eu quoi que ce soit de tabou tous les deux. Consciente que je repartais dans mes pensées et que je délaissais David, je mis un frein à mon imagination et me concentrai sur lui, toujours sous moi, ses mains s’aventurant toujours plus loin sur ma peau, me procurant des frissons exaltants. Je ne me rendais pas encore vraiment compte de la chance que j’avais en réalité. Je l’avais retrouvé ! Il était de nouveau dans mes bras ! C’était exceptionnel. Et il n’y aurait pas assez de nuits entre nous deux pour fêter ça dignement. Et en réalité, il ne fallait pas perdre une seule seconde !

Je rattrapai ses mains, finalement posées sur mes fesses, et les fis remonter jusqu’à ma poitrine, où je lui intimai de rester. Pendant ce temps là, je me débarrassai de ma petite culotte – décidément, j’aurais peut-être dû l’enlever dans la salle de bains, ça aurait été plus pratique – et je la balançai quelque part dans la pièce, avant de m’attaquer au boxer de David, alors que ses mains étaient toujours occupées. Une fois que nous fûmes à égalité tous les deux, je le laissai me rouler dessus pour se glisser au-dessus de moi. Je savais bien qu’il n’allait pas supporter la pression et qu’il n’allait pas aimer ne rien faire. C’était tout lui, mais pour l’instant, je n’en avais pas grand-chose à faire, tout ce que je voulais, c’était que l’un de nous deux fasse quelque chose, et c’était bien parti pour cette fois. Quand il me pénétra, je poussai un cri de libération. C’était encore plus intense que la veille, et j’aurais pu être satisfaite rien qu’avec ça. Ce qui n’était pas le cas de David, bien entendu…

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Jeu 19 Juin - 0:46




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Dans son regard, j’y vis l’impatience et je compris que je l’avais trop fait poireauter. Attrapant mon visage de ses deux mains, elle vint alors attaquer mes lèvres avec une fougue non contenue tout en passant à califourchon sur moi, ses cuisses de chaque côté de mon bassin. Bien vite, je crus que j’allais commencer à gémir sans pouvoir m’arrêter, Mackenzie n’hésitait pas à frotter son bas-ventre sur le mien sans aucuns répits. Le frottement de nos sous-vêtements me rendait fou tout autant que je voulais m’en débarrasser au plus vite, et vu sa tête, je me doutais que c’était également son cas. Nous étions sur la même longueur d’onde, la suite était prometteuse, et c’était parfait.

« Tu es sûr de vouloir me donner un aperçu ? Techniquement, c’est moi qui vais te donner un aperçu, puisque tu vas être à moi, si je comprends bien… »

Je n’avais même pas remarqué qu’elle s’était penché pour me susurrer à l’oreille et je me mordis la lèvre, retenant un râle. D’un coup de rein, j’aurais pu me retrouver au dessus d’elle pour ensuite arracher nos sous-vêtements et la prendre sans douceur mais elle avait raison. Techniquement, je devrais ne rien faire, j’étais sienne.
En tout cas, j’étais plus que ravi que l’idée lui plaise autant. C’était un excellent compromis. Je n’aurais pas à m’inquiéter car je la connaissais, dès demain, elle apprendrait le réseau de transports en commun par cœur et à côté, nous allions passer une nuit exceptionnelle. J’en frissonnais rien qu’en y pensant. Peut-être que je n’étais pas fan d’impassibilité, mais pour elle…
Alors qu’elle n’avait pas bougé, je sentis soudainement les dents de Mac’ mordiller mon lobe, m’envoyant des frissons de haut en bas du corps jusque dans mon bas ventre. Petit à petit, mon érection devenait de plus en plus douloureuse, et je ne souhaitais que me soulager en écartant sa culotte… Je passai alors mes mains sous la sienne dans l’optique de le faire avant que je ne me ravise… Elle était en charge, je ne devais rien faire.

« Tu feras ce que je voudrais ? Tout ? Vraiment tout ? »

Elle avait du mal à y croire et j’eus un sourire en coin tellement elle me connaissait bien. Elle savait à quel point j’aimais être en charge au lit, à quel point j’adorais mener la danse. C’était donc étonnant que je lui offre une nuit entière. Mais après tout, j’étais ouvert aux nouvelles choses et j’étais certain que Mac’ avait des petits trucs qu’elle voulait essayer…
Pendant que je continuais de profiter de tout son corps en passant mes mains un peu partout, m’attardant sur les zones que je savais érogènes chez elle, elle ralentît, peut-être dans les nuages. Je massai alors ses fesses, espérant la faire revenir parmi nous, ce qui fonctionna, et pour toute réponse, elle attrapa mes mains pour mes les poser sur sa poitrine et je ne pus qu’accepter gaiement de les laisser là et de lui caresser ses seins. Bien sûr, tout ceci était dans un but particulier et bientôt, sa culotte et mon boxer volèrent à travers la pièce.
Nus tous les deux, elle s’immobilisa et d’un regard, je compris qu’elle me laissait à nouveau les reines. Dans un mouvement souple, j’échangeai nos positions pour me retrouver au-dessus d’elle. Sans tarder, d’un coup de rein leste, je la pénétrai, lui tirant un petit cri très sexy, puis je commençai mes va-et-vient, m’envoyant des courants d’électricité dans tout le corps. Tout en accélérant petit à petit, j’attrapai les deux mains de Mackenzie de les miennes et je bloquai ses bras au dessus de sa tête, tout en descendant mon visage près du sien pour l’embrasser, sur les lèvres d’abord, puis le long de la mâchoire pour finir dans le cou.
Faisant attention à ne pas lui faire mal, je m’afférai à lui mordiller la peau de son cou, action qui laisserai sûrement une marque. En dessous de moi, au fur et à mesure que les secondes passaient, j’entendis ses gémissements gagner en intensité mais rester quelque peu timide. Prenant sur moi, je m’arrêtai quelques secondes en ignorant Mac’ qui râlait pour changer quelque peu mon angle d’approche. Libérant ses bras, je surélevai son bassin pour glisser un coussin qui trainait par là sous ses fesses avant de reprendre mes coups de reins. L’angle parut plaire à Mac’ puisque ses gémissements se firent soudain plus rapprochés et pressants. Le plaisir que me procura ce changement d’angle me percuta également comme un camion à pleine vitesse et je ne pus retenir plus longtemps mes propres gémissements, une douce chaleur enveloppant complètement mon bas ventre dû à la friction de nos deux corps.
Nos respirations erratiques et gémissement emplissaient la pièce alors que nous nous rapprochions tout doucement de l’extase et mes mouvements de bassins devinrent plus irréguliers à la fois à cause de la fatigue et du trop plein de plaisir, mais cependant, je refusais d’avoir un orgasme tant que Mackenzie n’avait pas eu le sien. Pour l’aider un peu, je descendis mes deux mains qui s’occupaient jusque là de caresser le haut de son corps et surtout ses seins pour les descendre plus bas. Une main se plaça sur ses fesses avec le coude en soutien et l’autre glissa entre nous deux. Puis, je commençai tout doucement à appliquer des cercles lents de mon pouce sur le clitoris de ma bien-aimée et je fus récompensé par un petit cri de plaisir intense avant qu’elle ne vienne clamer mes lèvres. Rapidement, elle atteignit son orgasme et la contraction de tout son être sous le plaisir me fut plus que suffisant pour déclencher mon propre orgasme et me vider en elle. Epuisé, je ne me laissai toutefois pas complètement retomber sur elle et je calmai ma respiration erratique avant de me retirer d’elle et de rouler sur le côté.

« Quelque chose me dit que tu seras une élève exemplaire… murmurais-je dans sa direction en tournant ma tête vers elle. »

A côté de moi, Mackenzie reprenait également son souffle, le sourire aux lèvres. Elle était magnifique, tellement radieuse que je lui aie fait l’amour et c’était une vue que je ne me lassais pas, et ne me lasserai jamais de voir. Avec un long baiser lui témoignant tout mon amour, je me rapprochai à nouveau d’elle, mais cette fois-ci, pour la câliner.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Jeu 19 Juin - 13:51




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


David avait attendu ce moment avec une certaine impatience, c’est pourquoi je me demandais bien comment il allait pouvoir faire pour tenir toute une nuit sous mes ordres. Ce n’était pas son genre, et j’étais persuadée qu’il n’y arriverait jamais ! Il finirait par reprendre ses droits et je ne pourrais pas lui en vouloir, c’était l’intention qui comptait non ? Et puis, c’était quand même mieux quand c’était lui qui prenait les rênes ; il était doué pour ça, et en temps que médecin, il savait exactement quoi faire au bon moment avec n’importe quelle partie de mon corps. La preuve, c’était ce qu’il était en train de me faire à ce moment-là : il m’avait pris les deux mains dans les siennes et les avait remontées juste au dessus de ma tête, contre le panneau de bois du lit et le mur. J’étais à sa merci alors qu’il m’embrassait un peu partout. Il tint fermement mes bras en l’air pour que je ne bouge pas, alors que je sentais déjà mon rythme cardiaque s’affoler en fonction des coups de reins de David. Pour m’agacer un peu, il se mit à mordre ma peau, dans mon cou, et toutes mes tentatives pour me dégager de son emprise et le remettre à sa place ne fonctionnèrent pas. Au final, je devais juste profiter et me laisser aller, comme d’habitude et en réalité, je ne demandais que ça !

Alors que je partais dans une sorte d’autre univers, David s’arrêta net et lorsqu’il lâcha mes bras pour pouvoir être libre de ses mouvements, je plantai mes ongles dans la peau de son dos pour qu’il continue ses va-et-vient. Il ne pouvait pas me laisser comme ça maintenant, et je n’allais pas le laisser faire. Cependant, il s’empressa de me soulever légèrement au niveau du bassin, pour placer un coussin sous mes fesses et dans le bas de mon dos. Et enfin, ma seconde libération arriva lorsqu’il reprit ses mouvements. La vague de frissons qui me parcourut m’obligea à me tenir à David comme une naufragée, et je dus laisser quelques marques de griffures dans son dos, tellement l’intensité du moment me submergea. Mes gémissements, parvenant difficilement à mes oreilles tellement j’étais loin, ailleurs, me parurent complètement fous et je me demandais même si c’était bien ma voix que j’entendais ainsi. A croire que oui, parce que c’était bien moi à qui David faisait l’amour de cette façon. Tantôt rapide, tantôt plus lent, David semblait aussi perdu que moi, et à la fois également sûr de lui. Il savait ce qu’il voulait, et ce qu’il voulait, c’était notre plaisir.

Tout doucement, je sentis que David changeait de nouveau de position, cette fois en utilisant plus particulièrement ses mains. Il en posa une sur mes fesses et l’autre descendit plus bas encore et j’eus un hoquet de surprise lorsqu’elle atteignit mon clitoris. En me mouvant pratiquement plus en rythme avec sa main qu’avec son bassin, je me redressai pour me rapprocher de lui et l’embrasser. David allait me rendre folle en moins de cinq minutes et plus il continuait, plus je sentais mon plaisir augmenter en flèche, pour ne pas redescendre avant que j’aie senti mes muscles se contracter délicieusement et que j’aie gémi un peu plus fort qu’avant, perçant sûrement les tympans de mon petit-ami au passage. Il prit quelques secondes pour respirer avant de se retirer délicatement de moi pour s’écrouler de l’autre côté du lit. Je me laissai retomber sur le dos quant à moi, et posai une main sur mon ventre en respirant un peu plus convenablement.

« Quelque chose me dit que tu seras une élève exemplaire… »

En tournant la tête vers lui, je vis son petit sourire, et il s’approcha brusquement de moi pour m’embrasser de nouveau, longuement et avec une passion que je ne lui connaissais pas encore. Que c’était bon d’être une nouvelle fois dans ses bras. Il m’avait vraiment manqué, pendant trois ans. Après qu’il m’ait relâchée, je posai ma tête sur son torse en dessinant des formes imaginaires sur sa peau. En effet, j’allais être une élève exemplaire, et nous allions pouvoir recommencer encore une fois.

« Et tu veux me le faire passer quand, ce petit examen ? »

J’avais déjà envie de recommencer, bien sûr, et je n’imaginais pas un seul instant devoir attendre des jours et des jours. Combien de temps cela pourrait-il me prendre de connaître par cœur le réseau ? Si je me débrouillais bien, je pouvais connaître toutes les lignes en deux semaines. Ça ne devait pas être si compliqué que ça. J’avais réussi à me débrouiller avec le réseau d’Edimbourg quand j’étais petite, j’avais réussi à Londres, et j’avais même réussi à m’y retrouver dans des pays que je ne connaissais pas et où je n’avais jamais mis les pieds avant de devoir chercher David. J’y arriverais rapidement, j’en étais persuadée.

« Mais je suis sûre que tu aimerais bien devoir me coller aux basques et me séquestrer ici pendant que tu travailles, non ? »

Je remontai ma tête jusqu’à la sienne pour le voir sourire diaboliquement. Bien sûr, il ne le ferait pas, mais je savais qu’il s’inquiéterait pour moi si jamais je n’arrivais pas à me repérer ici. Ça faisait tout de même deux semaines que j’étais à Toronto, et je n’avais pas beaucoup cherché à me créer une vie de citadine assidue. Je ne pensais pas rester ici … et pourtant !

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Jeu 19 Juin - 17:06




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Comme à son habitude, Mackenzie adopta sa position favorite, son corps le long de mon corps et la tête sur mon torse pour pouvoir dessiner des motifs imaginaires. Cette position était si naturelle chez nous deux, c’était comme si nous l’avions adoptée tous les jours non stop depuis des années, alors que non, pendant trois ans nous ne nous étions pas vu.
En un jour, ma volonté à enterrer ces trois dernières années s’était avérée particulièrement forte. Il m’était impensable de vouloir me rappeler ce que j’avais ressenti durant cette période, toutes ces émotions liées à la mort. Mackenzie était bien vivante, elle n’était pas morte, elle était dans mes bras, et c’était tout ce qui comptait. Les miracles existaient, et même si mes démons existaient toujours – je n’en oubliais pas pour autant ma famille – mon âme serait en paix tant que mon âme sœur serait présente pour l’apaiser.

« Et tu veux me le faire passer quand, ce petit examen ? »

J’étais un beau parleur, je le savais, et apparemment ça se retournait contre moi. Je n’avais jamais vraiment prévu de lui faire passer un examen, je voulais seulement m’assurer qu’elle était capable de se déplacer dans Toronto. Cependant, si c’était ce qu’elle souhaitait, au vu de son engouement, je me ferais un plaisir de lui fournir son examen. Et puis, avant l’examen, il y avait les cours. Si elle voulait, je pouvais même faire le prof sévère… Si c’était son truc…

« Mais je suis sûre que tu aimerais bien devoir me coller aux basques et me séquestrer ici pendant que tu travailles, non ? »

A la perspective de lui coller aux basques puis de la « séquestrer », je ne pus empêcher un sourire sadique de fleurir sur mes lèvres. Il fallait avouer, c’était carrément tentant. L’avoir pour moi tout seul, encore plus que d’habitude… Pas d’ami de Russie, pas de nouvelles rencontres… Cependant je savais qu’elle en deviendrait folle, et je ne voulais pas la provoquer. Elle serait capable de me mener la vie dure pour obtenir ce qu’elle voulait.

« Je n’aimerais pas seulement « bien » ce que tu décris comme le paradis sur Terre, riais-je en faisant le geste des guillemets en disant le « bien ». Ma petite femme qui m’attend au foyer pendant que je travaille pour ramener tout l’argent au foyer et qui serait à moi tout seul ? Yup, définitivement le paradis. »

Devant son air faussement outré, je ris un peu plus avant de lui voler un baiser pour me faire pardonner. Il était si facile d’obtenir ce genre de réaction de sa part en la taquinant. Je faisais cela depuis que nous étions gamins et je n’avais jamais changé. Et puis, après tout, si elle m’avait prit comme ça, c’était qu’elle devait le supporter même si ça l’agaçait.
En voyant que son froncement de sourcils ne disparaissait pas, j’arrêtai doucement de rire pour la regarder plus attentivement. Je la connaissais bien et quelque chose la titillait dans ce que j’avais dit. Elle ne m’avait pas pris au sérieux tout de même ? Je n’espérais pas…

« Maaac’, j’étais pas sérieux, je suis pas devenu macho en trois ans, Dieu merci, affirmais-je finalement non sans une pointe d’humour. »


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Jeu 19 Juin - 17:53




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Bien sûr, David approuva l’idée, même si c’était pour se moquer dans un premier temps. Je voyais dans ses yeux qu’il essayait d’imaginer ce que ça pourrait donner, et je savais pertinemment que même s’il l’aurait voulu dans une certaine mesure, il ne le ferait jamais, parce qu’il savait combien j’avais besoin d’être libre de temps en temps. Ça avait toujours été comme ça entre nous et fort heureusement, je n’avais pas l’intention que ça change. Certes, je voulais rester pour toujours avec lui, mais lui comme moi avions besoin de nous éloigner de temps en temps pour mieux revenir. Pour l’instant, c’était le cas… et je ne savais pas exactement comment nous ferions quand nous emménagerions ensemble. Enfin, ce n’était pas près d’arriver à mon avis, parce que David et moi n’en avions déjà jamais parlé avant de nous perdre de vue et nous venions à peine de nous retrouver…

« Je n’aimerais pas seulement « bien » ce que tu décris comme le paradis sur Terre. Ma petite femme qui m’attend au foyer pendant que je travaille pour ramener tout l’argent au foyer et qui serait à moi tout seul ? Yup, définitivement le paradis. »

Tout d’abord, ma première réaction fut de vouloir le frapper, parce que ce qu’il venait de dire était absolument dégoûtant. Je savais parfaitement bien qu’il blaguait, qu’il se moquait de moi et qu’il allait me dire qu’il plaisantait dans la seconde, et je ne lui en voulais pas. Lui au moins n’était pas sérieux. Mais combien de femmes avais-je rencontré sur mon parcours jusqu’ici, qui m’avaient aidée en se cachant de leurs maris parce qu’ils ne voulaient pas qu’elles fassent quoi que ce soit sans leur ordre, ou bien qu’elles parlent à des inconnues ? En fait, j’avais de la chance d’avoir David, j’avais définitivement beaucoup de chance, parce qu’il ne me ferait probablement jamais de mal.

Ma seconde réaction, ce fut de froncer les sourcils en réfléchissant à ce que David venait de me dire. Il venait de tout bouleverser en moi, mais je devais sûrement en faire trop, encore. C’était une de mes fâcheuses habitudes ça. Surtout depuis hier. « Ma petite femme » ? Vraiment ? Est-ce que c’était quelque chose qu’il avait prévu mais dont il avait oublié de me parler ? Et puis nous n’avions jamais parlé de ça, et je ne pensais pas qu’il voulait qu’on en parle maintenant, mais il avait commencé après tout… Je revins sur Terre quelques instants lorsqu’il me passa pratiquement une main sur le visage pour me parler, en me disant qu’il n’était pas devenu macho en trois ans. Mais de quoi il parlait ? Je m’en foutais de ça, j’étais en train de réfléchir. Je ne répondis pas, mais reposai ma tête sur son torse, partant de nouveau dans mes pensées. Je ne savais pas exactement ce que j’étais en train de me mettre en tête, mais c’était à la fois agréable et dérangeant. Je me rendis compte que je fronçais de nouveau les sourcils en imaginant ce que pourrait être notre vie dans quelques années et je bougeai doucement la tête pour effacer cette image. L’avenir nous dirait bien à quoi nous ressemblerions et comment nous vivrions. Alors qu’il me caressa l’épaule en m’appelant, je revins définitivement dans le présent, et ne pus m’empêcher de lui en parler.

« Désolée… C’est juste que tu as dit « ma petite femme » et ça m’a… perturbée c’est tout. »

Je n’osais plus bouger, plus rien dire, et même plus respirer, tellement j’avais l’impression d’être en faute. Il ne voulait certainement pas parler de ça, et surtout pas maintenant, alors que nous venions de faire l’amour. J’avais le chic pour casser l’ambiance. Il avait cessé tout mouvement, et lui aussi semblait maîtriser son souffle en ne sachant que faire.

« Laisse-tomber… »

Avec un petit sourire sincère, je redressai de nouveau la tête pour observer mon bien-aimé. Il se posait des questions à son tour, je le voyais dans son regard et dans sa façon de tordre sa bouche comme s’il voulait se mordre la joue. En reprenant ma position initiale, j’essayais de parler d’autre chose, je lui demandais des détails sur l’hôpital, sur ses collègues, sur les patients qu’il avait déjà soignés, s’il avait eu des cas étranges qui l’auraient fait sourire ou bien à l’inverse pleurer, bref, je tentais d’évacuer ce malaise entre nous en parlant de quelque chose qui le passionnait. Mais au fond, je n’arrivais pas à me concentrer sur ce qu’il me racontait. L’hôpital, je n’y avais jamais mis les pieds, je ne savais même pas à quoi il ressemblait, et je n’arrivais pas à l’imaginer dans une blouse blanche. Plus maintenant. Alors qu’il y a trois ans, je ne le voyais que comme ça. J’avais perdu de nombreux souvenirs en le cherchant partout… Et surtout, mon esprit était toujours concentré sur cette fichue expression qu’il avait utilisée sans même en avoir conscience. Encore une fois, il n’avait pas pris le temps de réfléchir avant de parler, et il avait utilisé de grands mots innocents. Pas si innocents que ça pour moi. Et à mon tour, sans réfléchir, je le coupai :

« Tu veux te marier ? »

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Jeu 19 Juin - 23:29




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Ma phrase eut absolument aucun effet sur Mac’ et elle ne daigna même pas réagir. Je la regardai, un peu surpris, se reposer sur mon torse tout en continuant de froncer les sourcils. Mais qu’est-ce qui lui arrivait ? Elle était si profondément dans ses pensées… Je me demandais ce qui l’avait déclenché. Pour la ramener parmi nous, je caressai doucement son épaule sans la brusquer et en l’appelant, ce qui marcha.

« Désolée… C’est juste que tu as dit « ma petite femme » et ça m’a… perturbée c’est tout. »

Je me pétrifiai, ne sachant que faire suite à sa phrase. Qu’étais-je sensé faire, en effet ? Je ne m’étais pas rendu compte de mon choix de mots, comme d’habitude mais bien sûr Mac’ l’avait remarqué et ça la perturbait, genre énormément.

« Laisse-tomber… »

Je la vis sourire mais je savais qu’au fond d’elle, ça la titillait encore et qu’elle mourrait d’envie d’en parler. Tergiversant entre le oui et le non, est-ce que je devais répondre, est-ce que je devais insister, est-ce que je devais m’excuser, je restai silencieux. Car après tout, si elle avait bloqué comme ceci sur le mot « femme », c’est qu’elle souhaitait peut-être devenir la mienne ? Je ne pus pas me pencher plus longtemps sur le sujet puisque Mac’ changea rapidement de sujet, me demandant de lui raconter comment était la vie à l’hôpital du côté du titulariat plutôt que du côté étudiant. Je lui racontai alors, néanmoins, comme elle le souhaitait. Si elle voulait changer le sujet de conversation, et bien soit… J’étais en train d’expliquer le cas le plus difficile que j’avais eu quand elle me coupe littéralement la parole.

« Tu veux te marier ? »

Ça eut l’effet de me réduire au silence et bien, alors que j’étais en plein dans un des monologues interminables dont j’avais le secret. La question était simple, la réponse encore plus. C’était oui ou non. Mais le problème était que le mariage, depuis hier, je n’y avais pas vraiment pensé, trop heureux déjà de l’avoir retrouvée. Mais elle m’aurait posé la question trois ans auparavant…
J’avouais y avoir pensé quelques années auparavant, juste avant d’obtenir mon diplôme. J’y avais même réfléchit très sérieusement. J’allais prochainement pouvoir exercer, 1 an plus tard au maximum, nous allions tous les deux entrer dans la vie professionnel et plutôt franchement, nous aurions pu nous offrir une vie aisé sans l’aide de nos parents… Alors oui, j’avais pensé à demander la main de Mackenzie et donc nous fiancer… Mais maintenant ? Au bout de deux jours, notre avenir était plutôt incertain. Allait-on rester ici à Toronto ? Allait-elle trouver un job ? Allais-je prolonger mon contrat ? Et surtout, où allions-nous nous marier ? Pour moi il était hors de question de me marier en dehors de l’Ecosse… Et pourtant… Quand y retournerais-je ? Ça, elle ne l’avait jamais su, au final, je n’avais jamais pu aller au fond de ma pensée… Je décidai alors d’être honnête.

« Bien sûr, un jour... Quand… Quand nous serons à nouveau posés… Que nous saurons où nous allons exactement… Comme il y a trois ans… Enfin… balbutiais-je un peu. »

Sous la peur de dire une connerie, je m’étais un peu vendu, en disant que si nous retrouvions ce que nous avions avant d’être séparé, je la demanderais en mariage, et bien sûr, elle me connaissait bien, elle allait rapidement assembler les pièces du puzzle et deviner que j’allais presque sauter le pas, avant. J’avais été indécis mais je me connaissais bien également. J’aurais rapidement sauté le pas, en lui demandant d’emménager avec moi, puis en lui faisant ma demande… Peut-être que du coup le schéma se répétait inconsciemment chez moi quand, en rangeant ses affaires ici, c’était comme si je la faisais emménager avec moi ?


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Ven 20 Juin - 2:13




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Nerveuse, je commençais à jouer avec mes cheveux, un de mes autres nombreux tocs quand quelque chose n’allait pas. Si je ne me rongeais pas les ongles, je me triturais les cheveux, et si ce n’était pas encore cela, je me mordais les lèvres ou l’intérieur des joues. J’étais devenue une grande stressée au fil du temps et la perte de David ne m’avait pas arrangée. Fort heureusement, tout cela allait peut-être redevenir normal, maintenant que je l’avais de nouveau avec moi ? Je l’espérais en tout cas. Pour l’heure, j’attendais sa réponse. Ce n’était pas pressant, cette histoire de mariage, mais je voulais savoir ce qu’il en était, s’il y pensait, s’il y avait déjà pensé auparavant, et s’il le voulait ou non. Nous n’en avions jamais discuté, parce que le temps n’était pas encore venu. Il avait vingt-trois ans, j’en avais vingt-deux, nous étions bien trop jeunes pour nous marier. Mais pourtant, nous nous aimions, plus que tout au monde. Et nous ne serions pas le premier couple à nous marier jeunes. Certains le faisaient plus tôt que nous d’ailleurs. Désormais, nous avions bien vécu tous les deux, et j’aurais aimé qu’on avance, en se retrouvant. Un mariage, cependant, ce n’était pas rien, il fallait le préparer, et décider de beaucoup de choses. Or, nous n’habitions même pas ensemble, lui et moi. Il fallait faire les choses bien, même si nous savions que nous finirions notre vie ensemble.

Dans un élan imaginatif, je tentai de penser à quoi ressemblerait notre mariage. David, si traditionnaliste, voudrait porter une tenue écossaise pour cet évènement et me laisserait sûrement carte blanche pour ma robe, et de toutes façons il n’aurait pas le choix. Nous serions dans les Highlands, ou bien à Edimbourg, et entouré de ma famille… seulement ma famille. A bien y réfléchir, je ne savais même pas si nous pourrions un jour retourner en Ecosse. David n’y arriverait probablement pas. Et pourtant, je savais qu’il aimait son pays plus que tout au monde. Tout comme moi. Si je pouvais, j’y serais déjà rentrée avec lui sans avoir demandé mon reste. Mais c’était plus compliqué que cela… et ce n’était pas de sa faute. Il ne pouvait pas savoir que j’allais arriver pour le récupérer, et je ne pouvais pas non plus savoir qu’il n’arriverait jamais à retourner chez nous. Pourtant, j’aurais pu le deviner… je le connaissais par cœur et je savais quelles limites avait sa tolérance. Et retourner en Ecosse était une limite à ne pas dépasser… pour le moment.

« Bien sûr, un jour... Quand… Quand nous serons à nouveau posés… Que nous saurons où nous allons exactement… Comme il y a trois ans… Enfin… »

Il balbutiait des bouts de phrases et c’est à ce moment-là que je compris qu’il avait déjà réfléchi à tout cela. Il ne m’en avait jamais parlé, le fourbe ! Je ne pensais pas qu’il se serait creusé la tête là-dessus, auparavant, alors qu’il avait ses examens, son internat et tout cela… il n’avait pas beaucoup de temps à me consacrer déjà, et il arrivait tout de même à penser à un mariage ? David ne cesserait de m’impressionner. Néanmoins, cet accident avait tout gâché. Qui sait, peut-être qu’à l’heure actuelle, s’il ne s’était rien passé, nous serions mariés, et nous aurions peut-être un enfant ?! Etrangement, alors que je me battais pour avoir ma liberté individuelle propre, je ne rêvais également que du contraire : être mariée, avoir un enfant et devoir faire des concessions. Je préférais que ce soit David qui travaille et qui sauve des vies plutôt que moi. Et je ne rechignerais jamais à rester chez moi pour m’occuper de notre enfant… D’ailleurs, c’était une autre question que nous devions nous poser. Des enfants, j’en voulais. Au moins deux ou trois et David l’avait toujours su, c’était quelque chose que je lui répétais depuis que nous étions gamins. Cependant, il ne m’avait jamais avoué un quelconque désir de fonder une famille. Et j’avais peur de lui en parler, peut-être que ça faisait trop pour lui. Il valait mieux rester sur la question mariage… néanmoins, c’était ce qui arriverait ensuite non ? Si on suivait l’ordre normal des choses…

« On sait très bien où on va Dave, toi et moi. Ca fait quinze ans qu’on sait où on va ! »

En effet, que ce soit en amitié ou en amour, il n’y avait qu’un seul chemin possible pour lui et moi : le même. Même si nous n’étions restés qu’amis, il n’y aurait pas eu de possibilités tout autres. Je l’aurais suivi au bout du monde et lui également. Nous étions inséparables, et ce n’était certainement pas le destin qui aurait changé ça ! Jamais ! Alors son excuse ne tenait pas la route, et il le savait. Pourtant, je sentais que je m’étais un peu trompée là-dessus. Il devait plutôt parler du fait que nous ne savions pas vraiment de quoi l’avenir serait fait et qu’il fallait que l’on attende pour ça, pour être sûr d’être capables de se poser quelque part, là où nous voudrions vraiment être. Mais que l’on soit ici, en Ecosse ou bien au bout du monde, tant que j’étais avec lui, je me sentirais toujours à ma place… tant qu’il était là !

« J’ai pas envie d’attendre, David. Vraiment pas. »

Malgré moi, je savais que j’allais lui mettre la pression, alors que ce n’était pas du tout ce que je voulais. Il n’avait pas à se presser à me demander en mariage, sûrement pas. C’était lui qui déciderait quand et où, parce que je lui laissais le choix. Mais malgré tout, je n’arrivais pas à lui dire d’attendre, parce que je ne pouvais et ne voulais pas qu’on attende plus longtemps que ça. Je le sentis de nouveau s’immobiliser, tétanisé par je en savais quoi, et je compris que je m’étais engagée sur une pente quelque peu glissante. Pourquoi fallait-il toujours que je parle des sujets qui fâchent ?

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Ven 20 Juin - 15:03




David vs Mackenzie

I will try to fix you



« On sait très bien où on va Dave, toi et moi. Ca fait quinze ans qu’on sait où on va ! »

Je faillis lever les yeux au ciel, mais je me ravisai. Elle avait mal compris ce que j’avais dit, ou alors je m’étais très mal exprimé, comme d’habitude. Bien sûr que nous deux, maintenant, et depuis longtemps, nous savions que nous finirions nos vies ensembles. Il n’y avait pas de doutes possibles. Et si même après avoir disparu durant trois ans, nous avions été réunis à nouveau, c’était que le destin le voulait ainsi. Nous étions faits l’un pour l’autre, c’était évident, et rien ne pourrait plus jamais nous séparer.
Non, ce que je voulais dire, c’est que je voulais savoir où nous serions, les deux. Encore dans ce petit studio ? Nous allions prendre une maison ? Déjà, il nous faudrait aménager ensemble. Et puis, il me fallait reprendre contact avec son père. Que l’on voit comment faire nos papiers sur Toronto. Et si elle voulait également rentrer en Ecosse au final ? Bien sûr que j’aimerais créer ma propre famille sur les terres de nos familles respectives… Mais c’était encore douloureux, et j’aurais besoin de tout son soutien… Une visite de quelques jours pour voir ses parents serait un bon début, mais pas tout de suite.

« J’ai pas envie d’attendre, David. Vraiment pas. »

Je reconnaissais bien son impatience. Dès qu’elle avait une idée en tête, il était très difficile de lui déloger. Et maintenant que je lui avais avoué que j’y avais déjà songé sérieusement, elle allait me presser pour que je le fasse. C’était tellement naturel pour elle que nous allions nous marier, que j’aurais pu poser un genou à terre dans la minute, elle aurait trouvé cela normal. Sauf que je voulais faire ça dans les règles et surtout je voulais garder la surprise. Je voulais une belle demande en mariage, dont nous nous souviendrions. C’était une étape important dans nos vies, et je voulais une belle bague pour elle, avec une belle soirée, car elle le méritait.

« Tu n’auras pas à attendre comme tu le penses mais… Laisse-nous le temps de nous installer et de nous poser tous les deux, d’accord ? »

En parlant de nous installer… Je me demandais si il n’était pas trop tôt pour parler d’un emménagement ensemble… Cependant, ce serait déjà une grande étape dans notre vie de couple. Et franchement, si nous n’avions pas à prévoir à chaque fois que nous voulions nous voir, ça serait génial.

« D’ailleurs… Tu comptes vraiment séjourner à l’hôtel alors que tu vas t’installer ici à Toronto…? Parce que tu sais… Si jamais… C’est assez grand ici et puis… Ça me ferait plaisir. »

Certes, ce studio était assez grand pour deux, mais un jour, peut-être, nous allions vouloir acheter, puis peut-être que nous agrandirions la famille, je savais que Mac’ voulait des enfants. Je ne me sentais pas près pour tout de suite, mais un jour, je savais que je dirai oui et que je le voudrais autant qu’elle.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Ven 20 Juin - 15:40




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Bien sûr, je savais parfaitement que je ne devais pas faire une chose pareille : le presser à le faire, l’obliger presque à se dépêcher. Ce n’était pas comme ça que ça devait se passer et ce n’était pas non plus comme ça que je le voulais. C’était simplement que… je voulais savoir que ça avancerait entre nous. Je ne savais pas si nous avions vraiment besoin d’être mariés, mais je voulais l’être, et je trouvais que nous avions déjà perdu trop de temps. Bien entendu, cependant, David avait toujours des arguments plausibles et qui étaient vraiment importants. Et je savais également que malgré mon envie de faire ça rapidement, j’allais tout de même l’écouter, parce que c’était lui qui avait raison. Je devais être patiente et je serais sûrement encore plus heureuse en attendant encore quelques mois. Pourquoi se presser ? A part pour me faire plaisir ? Il n’y avait pas de raisons, et David avait raison de vouloir qu’on attende.

« Tu n’auras pas à attendre comme tu le penses mais… Laisse-nous le temps de nous installer et de nous poser tous les deux, d’accord ? »

En baissant les yeux, quelques secondes simplement, je décidai de suivre son avis, comme d’habitude. Il avait raison, et je l’avais pensé moi-même, il fallait que l’on emménage ensemble, avant de faire quoi que ce soit d’autre. Après tout, nous n’avions jamais vécu ensemble définitivement. Et même si je doutais vraiment que ce soit un facteur de disputes et de déchirements, il fallait bien que l’on voit si l’on en était capable… Qu’est-ce que je racontais, bien sûr que nous en étions capables ! Une raison de plus pour emménager encore plus rapidement ensemble. Et ça, j’étais sûre que David ne dirait pas non, parce qu’il devait le vouloir autant que moi !

« D’ailleurs… Tu comptes vraiment séjourner à l’hôtel alors que tu vas t’installer ici à Toronto…? Parce que tu sais… Si jamais… C’est assez grand ici et puis… Ça me ferait plaisir. »

Il avait raison… pour un premier logement ensemble, cet endroit n’était pas trop petit, et puis c’était plutôt agréable, il n’y avait pas de bruit, visiblement. Alors je pourrais venir ici. Je repensais à l’appartement que j’avais pratiquement déjà réservé… il faudrait que je dise non, finalement, mais ce n’était pas un problème. Et il était hors de question que je reste à l’hôtel, maintenant que David savait que j’étais vivante ! Enfin, en ajoutant que ça lui ferait plaisir que je vienne ici, je me disais que ce serait une bonne façon de lui faire comprendre que je le suivais dans cette histoire, et que j’allais attendre et faire une concession. Il avait l’air de se plaire ici, et il avait déjà de la place pour moi. J’eus une petite pensée pour son ex… la pauvre. Elle n’avait même pas pu ranger d’affaires ici, où en tout cas, elle avait déjà tout repris, et moi, au bout du deuxième jour, je prenais totalement sa place. Bon évidemment, ce n’était pas pareil, mais quand même !

« En fait, j’avais trouvé un petit appart, au cas où… j’ai encore rien signé, alors.. si tu m’acceptes ici… ce sera avec joie ! »

En me mordant la lèvre inférieure de mes incisives, je regardai de nouveau David. Des étoiles brillaient dans ses yeux, et je sus alors que j’avais bien fait de dire oui. Que pouvais-je répondre de toutes façons ? Je n’allais pas lui dire alors que je n’attendais que cela ! Plus vite on habiterait ensemble et mieux ce serait. Ensuite, nous passerions aux choses sérieuses, et ce serait parfait ! Excitée comme une puce à cette éventualité, je faillis tomber du lit en me redressant pour de bon. Je n’avais qu’une valise, je pouvais la ramener le lendemain sans problèmes. Et j’utiliserais les transports en commun pour aller acheter ce qu’il me manquait… comme ça j’apprendrais en même temps, puisqu’il le voulait vraiment !

« Comme ça, tu vois, pas besoin de me séquestrer, je le fais de moi-même ! Haha ! Et je serais là le soir pour te faire à manger, gros macho ! »

En lui tirant la langue, je commençais à rire un peu. S’il croyait que je ne l’avais pas écouté, quelques minutes auparavant, il se mettait le doigt dans l’œil. Certes, je ne l’avais pas vraiment écouté, bon… mais au moins j’avais retenu ce qu’il avait dit, et je pouvais m’en servir contre lui maintenant ! C’était ma plus grande qualité…

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Ven 20 Juin - 16:52




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Toujours allongés dans mon lit, qui deviendrait peut-être bientôt le notre, je caressais toujours Mackenzie de façon absente, ses cheveux ou son dos. Si elle acceptait ma proposition, pour la première fois, nous vivrions au même endroit et nous n’aurions plus à nous demander quand serait la prochaine fois que nous verrions l’autre. Que je travaille ou non, qu’elle travaille ou non, je savais qu’en rentrant, je la verrais et que nous passerons beaucoup de temps ensemble. Et pour la première fois, nous passerions toutes nos nuits ensembles… Et ça, j’avais particulièrement hâte.

« En fait, j’avais trouvé un petit appart, au cas où… j’ai encore rien signé, alors.. si tu m’acceptes ici… ce sera avec joie ! »

Elle avait dit oui ! … enfin. Je faillis sauter de joie mais je me retins. Si déjà je réagissais comme ça pour un appartement, comment ça serait en lui demandant sa main ? Et devant l’autel. Lui offrant mon plus beau sourire, je la regardai complètement surexcitée, tellement qu’elle faillit tomber du lit. Je me retins difficilement de rire, sa joie était communicative.

« Comme ça, tu vois, pas besoin de me séquestrer, je le fais de moi-même ! Haha ! Et je serais là le soir pour te faire à manger, gros macho ! »

Alors qu’elle me tira la langue, je m’offusquai, répliquant avec un « Eeeh, je suis pas un gros macho ! » complètement inefficace. Voyant que son hilarité ne se calmait pas, je me décalai un peu pour pouvoir m’allonger sur le côté. Alors comme ça elle voulait jouer à ça. Lui attrapant un poignet, je l’immobilisai puis de l’autre main, je chatouillai ses flancs.

« Tu vas voir si je suis un gros macho ! riais-je en chatouillant encore sans relâche son corps. »

Sous moi, Mackenzie se débattait pour pouvoir se dégager, riant aux éclats, mais j’étais trop fort pour elle. Elle était à ma merci.

« Dis-moi que je suis le copain le plus attentionnée et le moins macho du monde et peut-être que j’arrêterai. »

Pour toute réponse, je reçus un nouveau tirage de langue. J’avais donc si peu d’autorité et de persuasion ?! Mais voyant que les chatouilles ne fonctionnaient absolument pas, il me fallut bien me rendre à l’évidence, j’étais impuissant. Une idée germa cependant dans mon cerveau. La méthode forte ne marchait pas, j’emploierais donc la méthode douce.

« Tu ne veux pas le dire ? Tu gardes le silence ? Ok… Je connais un bon moyen de délier les langues… »

Elle haussa un sourcil, me narguant presque avec un air qui voulait dire « Ah ouais ? Essais qu’on rigole. ». Sous moi, elle était encore nue de notre partie de jambes en l’air précédente, ce ne me serait que plus simple… Tout doucement, en prenant soin de ne pas la lâcher, je la mis sur le dos et je descendis doucement, en ne la quittant pas des yeux. Elle se mordait la langue, se demandant peut-être ce que j’avais derrière la tête. Arrivée à hauteur de son nombril, je me mis embrasser et lécher sa peau. Cependant, ma route plus bas ne s’interrompit pas, et quand j’arrivai en face de ce que je voulais, le clitoris. Timidement, sans quitter Mac’ des yeux, je léchai la petite boule de nerf et je vis les yeux de Mackenzie s’écarquiller alors qu’elle se mordit la lèvre fortement, et sa réaction me fit prendre un peu plus d’assurance. Je ré étirai puis quand je vis qu’elle commençait à y prendre beaucoup de plaisir, je remontai rapidement pour me positionner à seulement quelques centimètres de son visage.

« Alors ? Il est comment ton petit-ami… ? Hmm ? »

Je pouvais encore la gouter sur mes lèvres et sa langue et là, je ne voulais qu’une chose, redescendre. Mais là, l’heure était à la taquiner, et à la vue de ses pupilles noires encre, quelque chose me disait que cela fonctionnait parfaitement.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Ven 20 Juin - 19:53




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


Alors que je continuais de rire sans m’arrêter, j’entendis David me répondre qu’il n’était pas macho, ce qui me fit rire davantage. Il était trop drôle quand il disait ça. De toutes façons, même s’il essayait d’être macho, il n’y arriverait jamais. Il n’avait pas été élevé comme ça, il était très mauvais imitateur. Cependant, ça ne l’empêchait pas de m’attraper les poignets pour me maintenir immobile. Je continuais de rire alors qu’il commençait à me chatouiller, en me répondant que j’allais voir s’il était macho ou non. Ses doigts sur mes hanches et mes côtes me firent mourir de rire et je me débattais vivement pour échapper à son emprise. Je n’arrivais plus à m’arrêter de rire, et pourtant, j’aurais aimé le faire cesser de me chatouiller.

« Dis-moi que je suis le copain le plus attentionnée et le moins macho du monde et peut-être que j’arrêterai. »

Il croyait vraiment que j’allais lui obéir comme ça, avec des chatouilles ? Pour qui me prenait-il ? Déjà, trois ans auparavant, et durant toutes les années que nous avions passées ensemble, il n’arrivait pas à me faire avouer quelque chose avec des chatouilles. Et du coup, je n’avouais jamais rien, c’était lui qui abandonnait en premier. Certaines choses ne changeraient jamais, et à ce petit jeu là, c’était moi la plus forte, et pas lui ! Pourtant, je vis dans son regard qu’il venait d’avoir une autre idée.. et je n’aimais pas ça, parce que les nouvelles idées étaient potentiellement capables de me faire flancher.

« Tu ne veux pas le dire ? Tu gardes le silence ? Ok… Je connais un bon moyen de délier les langues… »

Je n’aimais pas ça. Je ne voulais pas perdre cette autorité que j’avais sur lui. En me mordant la lèvre, alors qu’il me tenait toujours prisonnière de sa main, je passai en revue tout ce qu’il pouvait me faire et rien ne me vint. S’il voulait me faire avouer, il faudrait qu’il trouve quelque chose de vraiment fort, quand même, parce que j’étais déterminé à ne rien dire. Mes yeux suivirent son chemin vers mon ventre, et je compris assez rapidement ce qu’il comptait faire, puisqu’il ne s’attarda pas longtemps sur mon nombril, qui me chatouillait déjà pas mal, plus que mes côtes. Je sentis presque du sang perler sur ma lèvre lorsqu’il atteignit mon bas ventre, et que je mordis pour ne pas gémir. Il n’avait pas le droit de faire ça, vraiment pas le droit ! C’était de l’anti-jeu ! Evidemment que j’allais tout avouer, tout ce qu’il voudrait et plus encore, s’il continuait. Au bout de quelques secondes, alors que David y allait beaucoup plus franchement, en laissant sa langue me rendre folle, je ne pus retenir mes gémissements de plaisir, et il s’arrêta presque automatiquement. Le con ! Si j’avais pu – mais une fois encore, il tenait mes mains – j’aurais appuyé sur sa tête pour qu’il reste là, mais bien entendu, je ne pouvais rien faire de plus et il se retrouva bien rapidement en face de moi, un sourire sadique aux lèvres et un air de fierté dans les yeux.

« Alors ? Il est comment ton petit-ami… ? Hmm ?
- Incroyablement arrogant ! »

Cette réponse là, il ne devait réellement pas l’attendre. Il croyait vraiment que j’allais me faire avoir ? Bon, en réalité, j’étais à deux doigts – non, non, pas de sous-entendus, mais j’aurais dû dire « deux coups de langue… » – de dire ce qu’il voulait vraiment entendre, parce que je voulais qu’il continue ce qu’il faisait quelques secondes auparavant, mais ça aurait été trop facile pour lui, et surtout, ça lui donnait pratiquement l’assurance d’avoir un moyen de me faire du chantage.

« Et têtu aussi. Et sexy. Carrément sexy. Il a des cheveux vraiment géniaux aussi. »

Malgré mon sourire et tous les compliments que je lui avais fait par la suite, David ne me lâchait toujours pas,  et je savais qu’il attendait que je dise ce qu’il voulait entendre. Je le fusillai gentiment du regard avant d’abdiquer. Je commençais à avoir mal aux bras à force de ne pas bouger… et je voulais qu’il continue ce qu’il faisait avant.

« Et macho ? Naaan, je crois pas ! Il est très attentionné aussi, et c’est le moins macho des mecs ! »

Cette fois, il obtint satisfaction et me renvoya mon sourire, tout en me lâchant les bras. Un vrai gamin, et j’étais heureuse de voir qu’il n’avait pas tant changé que cela en trois ans, et que notre relation non plus n’avait pas changé…  

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Administrateur

avatar



David McCoy


DISCUSSIONS : 588
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Sam 21 Juin - 12:24




David vs Mackenzie

I will try to fix you



Sans hésiter une seule seconde, elle me répondit que j’étais, selon ses mots, « incroyablement arrogant » et je me retins de rire devant la sienne, d’arrogance. Elle me cherchait et si je commençais à rire, elle saurait qu’elle a gagné. Or là, maintenant, j’étais celui qui menait la danse, je l’avais immobilisé et tant qu’elle n’aura pas dit que je n’étais pas macho et que j’étais attentionné, alors, on pourrait y passer la nuit.

« Et têtu aussi. Et sexy. Carrément sexy. Il a des cheveux vraiment géniaux aussi. »

Je haussai un sourcil, me retenant toujours de rire alors qu’elle continuait à tourner autour du pot, hilare. Elle pouvait me doucher de compliments que je ne plierais pas. Si je commençais à la lâcher dès que j’avais droit à une pluie de compliments, je n’en verrais jamais le bout. Quand elle vit que je ne comptais pas lui lâcher les poignets, elle me lança un regard mi-furieux mi-hilare avant qu’elle ne continue.


« Et macho ? Naaan, je crois pas ! Il est très attentionné aussi, et c’est le moins macho des mecs ! »

Instantanément, je la lâchai en me laissant enfin sourire, grand vainqueur de notre duel. Ça devait être la première fois que je remportais un de nos duels et je gardai l’idée dans un coin de ma tête, ça pouvait resservir. Cela arrivait souvent par le passé, et les chatouilles ne marchaient jamais, du coup Mac’ me menait par le bout du nez. Mais maintenant, je jubilais.
A côté, j’étais tellement heureux par cet échange. Cela montrait que notre complicité était intacte. Nous étions passés de faire l’amour, à parler d’un examen à l’issue plus que coquine, à mariage, puis nous étions partis en chamaillerie. Je me sentais entier à nouveau et chaque minutes passées à ses côtés me le rappelait de la plus agréable des façons.

« Tu sais quoi ? Tu as de la chance d’avoir un copain attentionné, il te laissera jamais en plan… dis-je finalement avec un regard entendu. »

Je m’avançai pour l’embrasser langoureusement avant de me reculer à nouveau et redescendre. Je comptais finir ce que j’avais commencé. Je pouvais être sadique dans nos jeux mais je n’en restais pas pour le moins attentionné et c’était vrai ! Ne pas finir le travail serait frustrant pour elle, comme pour moi d’ailleurs.
Lentement, je refis le chemin vers le bas alors que cette fois-ci, je sentis ses doigts s’entremêler dans mes cheveux, me massant le cuir chevelu dans la plus érotique des manières. Ne voulant plus la faire attendre, je m’attaquai à nouveau à son clitoris, le léchant tantôt lentement, tantôt vite, descendant parfois. Pas une seconde je n’avais détourné le regard de la femme à qui je donnais du plaisir à cet instant. La façon délicieuse dont se contractait les muscles de son ventre, sa cage thoracique qui s’abaissait et se soulevait de façon erratique, ses doigts qui passaient et repassaient dans mes mèches rebelles, ses yeux consumés par le désir. A cette vue, je sentis mon propre désir se réveiller et si j’avais été macho, j’aurais remplacé ma langue par quelque chose de bien plus gros dans la seconde. Sauf qu’à la place, j’essayai d’ignorer mon érection plaqué contre ma peau et je continuai inlassablement de lécher. Quand je l’entendis gémir mon prénom, je revins à sa hauteur, satisfait de lui avoir donné un orgasme juste avec ma langue.

« … Tu as vu ce que tu me fais… ? Tu as une idée de ce que tu pourrais faire pour remédier à ça ? lui murmurais-je dans l’oreille. »

Sous moi, Mac’ essayait encore de reprendre son souffle. Je la recouvrais totalement de mon corps et maintenant, mon érection était plaquée contre sa cuisse et, inconsciemment, je tentais de me soulager en me frottant contre elle. Cette femme me rendait fou, complètement fou de son corps.


© made by Islande

__________________________

Allons-y !

Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Mackenzie E. Buidhe


DISCUSSIONS : 704
CREDIT : © casielsilencio (C MOUAAA) & tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   Sam 21 Juin - 19:31




I will try to fix you.

Another turning point, a fork stuck in the road. Time grabs you by the wrist, directs you where to go. So make the best of this test, and don't ask why. It's not a question, but a lesson learned in time...


En me massant doucement les poignets et en agitant les bras pour faire revenir le sang dans mes veines jusqu’au bout de mes doigts, je lui tirai la langue une fois en fronçant les sourcils. Je n’aimais pas me faire avoir de cette façon, et il allait me le payer plus tard. Je ne savais pas encore comment, mais ça arriverait ! J’avais presque envie de ne pas le laisser terminer ce qu’il avait commencé à entreprendre, mais cette fois, mon propre plaisir m’interdit de bouger et de faire quoi que ce soit. Mon corps avait pris le dessus sur mon cerveau et ma volonté. Ce serait pour plus tard !

« Tu sais quoi ? Tu as de la chance d’avoir un copain attentionné, il te laissera jamais en plan… »

Je mordis doucement sa langue quand il vint m’embrasser, mais je le laissais faire ce qu’il voulait. Il avait commencé, il pouvait bien finir, et je sentais déjà mon bas-ventre s’enflammer à son approche, en anticipation. Alors qu’il arrêtait de m’embrasser pour finalement se laisser glisser jusqu’à mon entrejambe, je glissai mes doigts dans ses cheveux pour l’empêcher de remonter, au cas-où. Ce mouvement changea rapidement pour devenir un tirage de cheveux en bonne et due forme, selon l’intensité de mon plaisir. Alors qu’au départ, je voulais regarder David dans les yeux, pour ne rien manquer de ce qu’il pensait, je ne pus cependant pas m’empêcher de basculer ma tête en arrière à certains moments, avant de revenir planter mon regard dans le sien.

Au fur et à mesure, je perdis pied, jusqu’à ne plus sentir aucune sensation émanant d’ailleurs que de mon ventre. Mes gémissements de plus en plus puissants et de moins en moins espacés accaparaient tout l’espace, et bien rapidement, David trouva le point qui me faisait le plus de bien et en quelques instants, je sentis de nouveau mon orgasme se former, tant et si bien que lorsque je gémis de nouveau, je suppliais presque David d’arrêter, en marmonnant son prénom du mieux que je le pouvais.

« … Tu as vu ce que tu me fais… ? Tu as une idée de ce que tu pourrais faire pour remédier à ça ? »

Je ne l’avais même pas senti remettre son visage face au mien, j’étais encore sur un nuage, en train de calmer le feu qui avait pris dans mon ventre. David était sur moi, le souffle court et lorsque j’ouvris les yeux pour les poser dans les siens, je vis tout le désir qu’il avait pour moi, en plus de le sentir contre ma cuisse. Sa voix laissait échapper ce qu’il voulait pour la suite, et une fois que je fus capable de bouger ne serait qu’un orteil, je le poussai de l’autre côté du lit pour prendre le contrôle à mon tour. Et en un instant, je réussis à le faire rester immobile. Il me suffit simplement de poser la main sur son érection pour qu’il ne fasse plus rien. Même son souffle ne semblait plus faire de bruit. Je me mordis de nouveau la lèvre inférieure en souriant légèrement. Je savais exactement quoi faire pour remédier à ça. Croire le contraire aurait été une belle erreur.

« Je crois que j’ai exactement le remède pour toi Doc… »

A la manière de ce qu’il avait fait précédemment, je descendis tout doucement sur son torse, en me laissant glisser sous la couette, que j’avais au préalable rabattue sur nous, pour ne plus qu’il me voit. J’embrassai chaque parcelle de son buste, en mordillant et léchant la peau que j’y trouvais, en fonction de mon envie. Je me vengeais légèrement pour ce qu’il avait fait, et le faisait languir encore, alors que je le sentais encore se frotter doucement contre moi quand il jugeait que je n’allais pas assez vite. Dommage pour lui, je n’irais plus rapidement juste pour ses beaux yeux – que je ne voyais pas d’ailleurs ! Une raison de plus !

En arrivant toujours plus bas, je me fiai à mon instinct pour savoir exactement quoi faire. D’un geste que je voulus confiant, j’attrapai tout en douceur la base de son sexe et commençai de petits va-et-vient. Mais décidant rapidement que ce n’était pas suffisant, je me mordis une nouvelle fois la lèvre et déposai doucement mes lèvres à la suite du mouvement de ma main. Légèrement, comme s’il avait voulu le taire, j’entendis David pousser un petit cri étouffé et soupirer par la suite, alors que je laissai ma langue s’occuper à son tour de David. En prenant de plus en plus d’assurance en sentant sa respiration s’accélérer, j’allais moi-même plus vite en m’aidant de ma main, étant bien incapable de tenir le rythme avec la seule force de ma bouche. Bien sûr, je sentais que plus le temps passait, et plus David poussait de longs râles, seulement, je ne savais pas exactement quand m’arrêter, et il ne me donnait aucune indication, pour que je puisse le faire. De fait, alors que je me demandais si je ne devais pas arrêter maintenant, je le sentis se crisper. Je ne l’avais pas remarqué auparavant, mais il avait posé une main sur mon épaule, par-dessus la couette et il me pinçait même à travers, tellement il se crispait. Je l’entendis prononcer mon prénom, mais je sursautais en le sentant jouir dans ma bouche. Prise entre l’envie de mourir de rire et l’envie de le frapper de ne pas m’avoir prévenue, je restais sous la couette, pour me calmer et le laisser respirer lui aussi. Mon fou rire démarra lorsqu’il repoussa la couette pour me regarder. Bizarrement, il l’avait l’air un peu inquiet, et il sembla même surpris que je sois en train d’éclater de rire devant lui, une main devant mon visage pour me cacher la bouche et rouge, autant de honte que par l’effort que je venais de fournir. Et enfin, je me décidai à retourner dans la salle de bains pour me rincer la bouche, toujours aussi hilare. Dès que je fermais les yeux, je voyais l’expression ahurie de David et j’éclatai de rire de plus belle. Et lui, de la chambre, il ne cessait de me demander ce que j’avais et je n’étais même pas capable de parler tellement je riais…

love.disaster

__________________________

forever and ever.
My beating heart belongs to you. I walked for miles til I found you. I'm here to honor you. If I lose everything in the fire, I'm sending all my love to you. With every breath that I am worth here on Earth, I'm sending all my love to you. So if you dare to second guess, you can rest assured that all my love's for you @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] I will try to fix you ◘ Dave & Mac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: