Partagez | 
 

 [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mar 29 Avr - 23:07

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Soit j'avais une chance de folie, soit Douglas était vraiment le meilleur dans son domaine. Ce type, débarqué de nulle part, Torontois d'origine, avait réussi à retrouver ma fille, Clio, dans un délai que je n'imaginais même pas possible. Lorsqu'il m'avait appelé, pour me dire qu'il avait une bonne nouvelle pour moi, j'étais loin de m'imaginer que mon ami allait me dire qu'il l'avait retrouvée. Je pensais qu'il allait m'annoncer qu'il allait se marier, ce que je n'aurais jamais cru possible. Ou alors, j'aurais cru qu'il allait me dire que McCoy était mort, ce qui m'aurait enchanté... et certes, un peu attristé. S'il disparaîssait, que pourrais-je bien faire pour l'embêter ? Rien ! Ce serait dommage !

Clio Bennett. Ma fille. Que je n'avais pas vue depuis sept ans, et qui avait vécu sous la main de fer de sa mère. Douglas m'avait bien dit que ni Lesly, mon ex-femme, ni Clio n'était au courant du fait que je savais où elles se trouvaient. C'était primordial que je ne fasse pas avoir. Comment pourrais-je les retrouver une seconde fois après qu'elles l'aient su ? Néanmoins, j'avais réservé aussi vite que possible une place dans un avion. Et je n'avais pas pris de billet de retour. Je voulais voir ce qu'il en était avant de rentrer. J'avais prévenu Sarah que je devais faire quelque chose.. et devant ses questions, j'avais cédé, et je lui avais raconté ce que j'allais faire à Miami. Ca faisait bien longtemps qu'elle ne croyait plus quand je lui disais que j'avais des rendez-vous professionnels le soir alors que j'allais simplement rejoindre Douglas. Elle savait que je le fréquentais, c'était l'un de mes meilleurs amis. Mais je ne voulais pas qu'elle pense que je le voyais trop fréquemment. Disons qu'elle se douterait de quelque chose. En fait, je savais que c'était absolument idiot de lui mentir, parce qu'elle me poserait encore plus de questions... Alors je lui avais tout dit, la veille, avant de partir. Elle connaissait mon passé, mais cette fois, je lui avais dit que j'allais la retrouver, que j'allais la chercher et que, si c'était possible, j'allais la ramener avec moi. Et Sarah n'avait pas eu trop le choix, mais elle savait que ça comptait pour moi. Alors elle me laissait faire. Et je l'aimais encore plus pour ça ! Six mois et quelques semaines plus tard, oui, je pouvais le dire : je l'aimais. Etrange sensation pour moi qui avait cessé d'aimer quiconque après la fuite de mon ex-femme. Elle... c'était différent.

Installé dans l'avion, je ressortis la photo que je gardais toujours dans mon portefeuille, celle qui ne me quittait pas depuis les premières années de Clio. Ainsi, elle était toujours avec moi. Je savais que ce que je m'apprêtais à faire allait être difficile, voire très compliqué... mais j'avais foi en elle. J'étais au courant que sa mère avait dû la monter contre moi, mais j'espérais qu'elle ait une conscience, une innocence propre à l'enfant qu'elle était, et qu'au fond, elle se rapprocherait de moi sans que j'ai besoin de la forcer un tant soit peu. Je n'avais pas envie d'arriver à un extrême avec elle, je voulais qu'elle se rapproche de moi par elle-même. A quoi ça servirait sinon de la ramener ? Elle me détesterait toujours. Alors que si je prenais mon temps, si j'usais de stratagèmes simples et efficaces, tout irait bien.

D'abord, j'étais en repérages. Dès lors que je sortis de l'avion, je rejoignis mon hôtel et y déposai mes affaires, en envoyant un message à Sarah pour qu'elle soit rassurée. Pas la peine qu'elle panique en croyant que je n'étais jamais arrivé à destination. J'avais élaboré tout un plan. Douglas m'avait donné une adresse, et j'allais donc me déguiser en quelques sortes pour que mon ex-femme ne me remarque pas. Et ensuite, j'allais suivre pendant quelques jours la mère et la fille, pour connaître leurs emplois du temps et pour savoir quand je pourrais aborder Clio lorsqu'elle était toute seule. C'était la seule façon que j'avais pour lui parler, sinon sa mère ferait des interférences, et je n'en voulais pas. J'avais repris quelques techniques qui provenaient de Douglas, ça ne pouvait pas être mauvais !

Une fois prêt, je me rendis le plus sobrement et le plus discrètement possible sur les lieux, et je commençais à épier, à apprendre, à noter des choses. Au bout d'une heure, j'étais déjà prêt à aller la retrouver, mais je savais que ce n'était pas une bonne idée. Je n'avais pas la tête reposée, je ne savais pas quoi lui dire, et j'étais mal, rien qu'à l'idée qu'elle puisse me détester. Déjà qu'elle ne me reconnaîtrait même pas...
En rentrant à l'hôtel, je contactai mon avocat, qui m'avait bien épaulé sur ce coup, et m'incitait à faire les choses par moi-même, plutôt que de demander à la justice d'intervenir dès le début. C'était bien le seul qui me dirait de faire une chose pareille, mais il me connaissait et il savait que je n'avais pas envie d'échouer. Je lui donnai tous les détails, et évidemment, il préféra que j'attende qu'il arrive, le lendemain ou le surlendemain. Ce qui me donnerait d'autant plus de temps de trouver ce que j'allais faire.

Et les jours passant, je pus enfin tenter une véritable approche. Mon avocat m'avait précisé que nous n'allions pas l'interpeller seule. Il fallait que sa mère soit là, et qu'elle parle à quelqu'un qui connaissait la loi. Il y avait des articles dans la Constitution  - qu'elle soit américaine ou canadienne  - qui disaient que les parents ne pouvaient pas fuir ainsi sans passer devant un juge pour la garde des enfants. Nous allions passer à l'attaquer le mercredi après-midi, jour où Clio n'avait pas école. Lesly n'aurait pas le choix, elle devrait nous laisser seuls, tous les deux.

Nous arrivâmes devant la porte de la maison à quatorze heures de l'après-midi. Angoissé comme jamais je ne l'avais été, je sonnai, en attendant que l'on ouvre. A ma grande surprise, Lesly n'ouvrit pas, mais ce fut Clio qui le fit. Et je restai bloqué en redécouvrant son visage, sept ans après. Elle avait tellement grandi, tellement changé. Je l'avais déjà vue depuis que j'étais arrivé à Miami, mais jamais d'aussi près. Elle était jolie. Elle ressemblait beaucoup à sa mère, et j'aurais aimé qu'elle me ressemble un peu plus. Cependant, elle m'avait mes yeux, ce qui me ravissait. Au moins quelque chose qui m'appartenait ! Malgré tout ce que j'avais envie de lui dire, aucun mot ne réussit à sortir de ma bouche. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes que je me repris, alors qu'elle me regardait avec insistance.

Bonjour Clio... Est-ce que... ta maman est là ?

Silencieusement, elle lâcha la porte et fila dans la maison où je l'entendis appeler Lesly. Le jeu commençait. Maintenant je ne devais pas me planter. Mais je n'étais pas tout seul. Nous allions nous en sortir, à deux, mon avocat et moi, et Lesly n'aurait plus qu'à se taire et à demander pardon. J'avais l'intention de repartir avec ma fille à Toronto, et je n'allais certainement pas laisser tomber !
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mer 30 Avr - 12:33



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Je ne me suis jamais demandée comment était mon papa, depuis quelques temps, je pensais beaucoup à lui, ce qu'il devenait, s'il avait une autre femme, quel métier il faisait...

J'en parlais très peu à maman parce qu'à chaque fois elle me disait :


- Ton père s'en fiche de toi ma puce, il nous a abandonnées, il t'a abandonnée !

Alors, je n'en parlais plus avec maman. Je savais qu'elle avait raison, mais je ne pouvais m'empêcher de me poser des questions.

J'étais tracassée et mes résultats à l'école étaient en baisse. Il fallait que j'arrête de penser à mon papa, mais c'était plus fort que moi.

C'est pourquoi maman m'avait achetée un lapin : Titou, pour me changer les idées. J'étais très contente d'avoir mon lapin, je l'aimée beaucoup.

Là, c'était le week-end, il faisait très beau, maman ne travaillais pas, elle avait décidé de m'emmener à la plage. Ça faisait longtemps que je n'avais pas été. Avec maman, on riait beaucoup, mais je voyais que par moment elle était triste. Peut-être parce qu'elle n'a pas de copain ou parce que je ne suis pas assez sage.

Eh oui comme tous les enfants, je fais des bêtises de tant en tant. Mais je n'en fait pas souvent, je suis une petite fille sage.

Demain l'école reprend, je vais revoir mes copines, mais aussi les papas qui emmènent leurs enfants à l'école, je suis triste, je n'ai pas de papa moi. Mais avec maman, je suis heureuse, mais il me manque une partie de ma famille.

L'école se passa très bien, lundi laissa place à mardi puis à mercredi.

Aujourd'hui nous étions donc mercredi, ce matin j'avais eu cours de musique. Je fais du piano, c'est un instrument que j'aime beaucoup parce qu'il a un bon son.

Là, je suis dans ma chambre, je joue avec mes poupées, maman, elle était dans le salon je crois, on s'était disputée parce qu'elle trouvait que je ne me concentrais pas assez sur mes cours de piano alors, que si, mais je n'arrivais pas à faire tout juste et c'est ce que maman me grondait, elle voulait que ce soit parfait ! Mais je ne suis qu'une enfant, j'apprends et j'essaye.

Au bout d'un moment, j'entendis que l'on sonna à la porte, je ne savais pas s'il fallait que j'ouvre parce que je ne savais pas si c'était maman qui allait ouvrir. Au bout de quelques secondes elle me dit :


- Clio, tu peux aller ouvrir ? Je suis dans la cuisine.

Je compris qu'elle cuisinait, j'aimais bien cuisiner avec elle, mais je ne savais pas pourquoi elle ne m'avait pas appelée. Je me levais donc et alla à la porte d'entrée.

J'ouvris et je vis deux hommes, je ne les connaissais pas. Sur les deux, il n'y en avait un qui me regardait bizarrement, il était grand, mais je ne le connaissais pas du tout. Ce n'était pas un papa d'une de mes copines. Au bout de quelques secondes, il me dit :


- Bonjour Clio... Est-ce que... ta maman est là ?

Comment il connaissait mon prénom ? Je ne l'avais jamais vu ! J'évitais son regard, lâcha la porte et partis dans a direction de maman :

- Maman ?

Arrivée dans la cuisine je lui dis :

- Maman, il y a deux hommes à la porte d'entrée.

- Qui c'est ma chérie ?

- Je ne sais pas, je ne les connais pas.

Elle me prit la main et m'emmena à la porte d'entrée, seulement, en voyant les deux hommes, elle sursauta et me mit derrière elle.

- Maman qu'est-ce qui se passe ?

Elle ne me dit rien toujours choquée, enfin je crois et parla au bout d'un moment, son ton était agressif :

- Qu'est-ce que tu fais ici Thomas ?



Code par K'Aya de Never-utopia.


       


Dernière édition par Clio Bennett le Jeu 1 Mai - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Jeu 1 Mai - 0:44

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Lorsque Lesly arriva à l'entrée, je tentai d'avoir l'air le plus détaché possible. Si elle avait eu un quelconque objet dans les mains, elle l'aurait lâché. Sa mâchoire s'était presque décrochée. Et elle avait l'air encore plus idiote qu'elle ne l'avait jamais été. Evidemment, ça devait lui faire un choc de me voir ici, à Miami, alors qu'elle était persuadée d'être tranquille, à l'autre bout du continent. Je pouvais comprendre qu'elle me regarde comme si elle avait vu un fantôme. Surtout, elle tenait notre fille derrière elle, alors que justement, elle ne pourrait pas échapper à ce qui allait arriver. C'était comme si elle le savait déjà, en fait.

D'un ton qu'elle voulut neutre, elle prit la parole, en essayant de masquer son trouble. Elle me demanda alors que ce je faisais ici. Je souris narquoisement, en me retenant de lui répondre mal. Je devais faire attention à mon comportement, ma fille devait déjà ne pas avoir une bonne opinion de moi, alors si en plus je parlais à sa mère comme à un chien, ce n'était pas sûr qu'elle m'apprécie davantage. Je devais me montrer doux comme un agneau, et gentil, alors que tout ce que j'avais envie de faire à cette folle, c'était de lui fracasser le visage contre le sol. Sept ans séparé de ma fille, ça ne m'arrangeait pas. C'était de sa faute. Et elle avait de la chance que Clio soit présente, sinon je n'aurais pas été aussi sympathique...

« Je suis venu pour mettre les choses au clair avec toi, Lesly. Et pour voir ma fille ! »

Le regard de tueuse qu'elle me lança ne me donnait pas très envie de continuer dans cette voie, mais il le fallait. D'un geste et d'un regard, je désignai mon avocat, qui ne s'était pas présenté, et que j'allais me faire un plaisir d'introduire dans la conversation.

« Je te présente Maître Hartman. C'est un spécialiste des affaires juridiques qui concernent les litiges de notre genre.Maître, je vous présente Lesly Stone, mon ex-femme. »

En face de moi, je vis Lesly devenir plus blanche qu'un cachet d'aspirine. Nous allions nous amuser, c'était clair. Elle fut obligée de nous laisser entrer, et avec une mine un peu défaite, elle ne se préoccupa même plus de Clio, que je pus détailler alors à loisir. La petite me regardait d'un drôle d'air, comme si elle était déjà prête à me tuer alors qu'elle n'avait que dix ans. C'était mal barré avec elle... Je tentais néanmoins une première approche, alors que Lesly et mon avocat avançaient à l'intérieur.

« Tu ne te souviens certainement pas de moi, Clio... ta maman est partie en t'emmenant un peu trop tôt pour que tu puisses me reconnaître... »

Implicitement j'avançais déjà mon argument principal : ce n'était pas moi qui étais parti. C'était elle. Elle seule. Sans me consulter. Sans le faire bien comme il fallait. Clio devait me croire, c'était mon seul et unique but.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Jeu 1 Mai - 21:40



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Le monsieur ne répondit pas tout de suite, j'avais compris qu'il s'appelait Thomas, mais je n'arrivais toujours pas à savoir qui c'était. Il fit un sourire bizarre à ma maman et finit par répondre :

- Je suis venu pour mettre les choses au clair avec toi, Lesly. Et pour voir ma fille !

Quoi ? Ce monsieur était mon papa ! Mais pourquoi il était ici, maman m'a dit qu'il m'a abandonnée. Je regardais ma maman, elle avait un drôle de regard !

Mon soi-disant papa montra le monsieur à coter de lui :


- Je te présente Maître Hartman. C'est un spécialiste des affaires juridiques qui concernent les litiges de notre genre. Maître, je vous présente Lesly Stone, mon ex-femme.

Hein ? Je n'avais rien compris du tout, qui était ce monsieur et que voulais t-il a mon papa et surtout à ma maman !

Maman était très blanche, je voulais lui demander si elle allait bien, mais aucun son ne sortit de ma bouche. Après quelques minutes, maman laissa entrainer mon papa et ce monsieur en les emmenant dans le salon, elle ne m'adressa même pas un regard. Qu'est-ce que j'avais fait ? J'ai fait une bêtise en ouvrant la porte ?

Je regardais mon papa bizarrement, savoir qu'il était en face de moi, me fit vraiment bizarre. J'avais une envie de lui tirer la langue pour tout le mal qu'il avait fait à ma maman et à moi aussi.

Il me parla :


- Tu ne te souviens certainement pas de moi, Clio... ta maman est partie en t'emmenant un peu trop tôt pour que tu puisses me reconnaître...

Quoi ? Il dit que c'est maman qui m'a emmenée avec elle, je ne le croyais pas, maman m'avais prévenue qu'il était un menteur, mais c'est vrai, je ne me souvenais pas de lui.

- Non, je ne te crois pas, maman m'a dit que c'est toi qui es parti et qui nous a laissées tomber. Maman elle est gentille, pas toi !

Na ! Il ment, j'en suis sûre, j'allais dans le salon, je ne sais pas si mon papa me suivait, mais après tout, je m'en fichais. Maman était à la fenêtre, elle avait l'air triste et l'autre monsieur s'était assit dans un fauteuil en sortant des papiers.

Je me mis sur ma petite table à dessiner en ne m'occupant de personnes. A vraie dire, il n'y avait aucun bruit ! je dessinais puis au bout de quelques minutes, je me dirigeais devant mon papa et lui montrait mon dessin :


- Ici tu vois, il y a ma maison, ma maman et moi ! toi, tu n'as jamais existé, tu étais juste là jusqu'à mes 3 ans et tu es partis ! J'ai grandis avec maman, pas avec toi, donc toi tu es un papa méchant !

Je posais mon dessin à ses pieds pour qu'il s'en rappelle et je me dirigeais vers maman pour lui faire un câlin pour qu'elle ne soit pas triste !



Code par K'Aya de Never-utopia.


     
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 2 Mai - 14:31

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Clio me regarda sans comprendre, et je vis briller dans ses yeux un éclat de colère. Comment, à cet âge, une enfant pourrait-elle avoir besoin d'être en colère contre son propre père ? Pourquoi et en quel honneur Lesly avait-elle pu lui faire ça, et me faire ça ? J'étais son père, et elle devrait aimer comme toute petite fille adore son papa. C'était douloureux de penser que peut-être jamais nous n'aurions une relation tout à fait normale elle et moi. D'ailleurs, même si je n'espérais pas la convaincre dès les premières minutes de mon arrivée dans cette maison, j'aurais aimé un peu plus d'intérêt, un peu plus d'écoute de sa part. Lesly avait bien joué son rôle, cette conne !

« Non, je ne te crois pas, maman m'a dit que c'est toi qui es parti et qui nous a laissées tomber. Maman elle est gentille, pas toi ! »

Je restai bouche bée en la regardant filer. J'étais éberlué par tout ce que Clio croyait être sûr et certain et la vérité. Sa mère n'avait vraiment pas fait le travail à moitié. Si ça ne tenait qu'à moi, je serais déjà en train de lui hurler ses quatre vérités à la figure... ce qu'il fallait bien sûr que je me retienne de faire, pour ne pas effrayer Clio plus qu'elle ne l'était. Finalement, je m'avançais dans l'appartement, plutôt bien décoré, il fallait dire de toutes façons que Lesly avait toujours eu de bons goûts. Elle était devenue folle, mais elle était très intelligente et surtout très douée. Elle avait une culture très développée de par ses études et aimait un peu tout. Je l'adorais, avant tout cela. Vraiment. Ça avait été une terrible épreuve, ce divorce, et si je n'en étais pas très fier, elle semblait s'en ficher comme de l'an quarante.

Alors que j'arrivais dans le salon, où tout le monde était finalement plus ou moins bien installé, Clio revint vers moi, un bout de papier dans la main. Un dessin, apparemment. Elle me le montra à bout de bras, et reprit la parole :

« Ici tu vois, il y a ma maison, ma maman et moi ! toi, tu n'as jamais existé, tu étais juste là jusqu'à mes 3 ans et tu es partis ! J'ai grandis avec maman, pas avec toi, donc toi tu es un papa méchant ! »

Elle ne m'adressa pas un seul regard de plus et repartit vers sa mère. Lentement, je pris le dessin en question et le regardai de plus près. J'avais souvent entendu parler de pédo-psychologie, du fait que les dessins des enfants pouvaient prouver beaucoup de choses et leur contraire. Là, il s'agissait clairement de me montrer que je n'étais pas le bienvenu ici. Et elle ne se privait pas de me le dire. Il me faudrait de la patience, beaucoup de patience. Et quelque chose me disait que j'aurais peut-être dû emmener Sarah avec moi. Parfois, une présence féminine était vraiment un plus. Mais ça aurait été de la provocation pour Lesly. Surtout qu'elle n'avait pas l'air de s'être remariée..

« Mlle Stone, pouvez-vous me confirmer que vous avez bien quitté Toronto précipitamment en deux mille onze, alors que votre fille était âgée de trois ans, et sans en parler à Mr Bennett ? »

Mon avocat attaquait de but en blanc, et je le laissais faire. Je n'étais pas le mieux placé pour savoir quoi faire et quand. Lesly demanda à Clio de retourner dessiner et de ne pas se préoccuper de nous. Quant à moi, je restais près de la porte, empêchant quiconque d'entrer ou de sortir, ainsi.

« Nous avons divorcé, et j'ai gardé les droits sur notre fille ! »

« Tu t'es enfuie avec elle plutôt... » pensai-je amèrement. Elle mentait comme elle respirait, et en plus, elle était douée pour ça. C'était honteux. Je ne laissais aucun mot trahir ma pensée ; mon avocat devait être le seul à parler, c'était lui qui me l'avait dit et pour une fois, je n'allais pas n'en faire qu'à ma tête ! En attendant, je me rapprochai un peu de Clio pour essayer de l'appréhender et de l'apprivoiser un peu à ma manière. Lesly réagit alors au quart de tour :

« Ne t'approche pas d'elle Thomas !!
- C'est ma fille, espèce de folle, j'ai le droit de la voir ! »

Evidemment, je ne pouvais pas me laisser faire, et c'était bien dommage. Je ne voulais pas que ma fille nous voient nous chamailler, nous déchirer. Ce n'était pas maintenant qu'elle devait voir ça, et elle n'aurait jamais dû le subir de toutes façons ! Je continuais donc mon chemin vers Clio et m'accroupis à côté d'elle pour lui parler.

« Tu sais Clio... Je n'ai jamais voulu être séparé de toi. Ta maman est partie en t'emmenant et je n'ai jamais pu dire quoi que ce soit. Je sais que tu ne dois pas tout comprendre, mais j'ai passé du temps à vouloir te retrouver ! »

Si au début, j'avais abandonné l'espoir de la revoir, depuis que j'avais rencontré Douglas, cette tendance avait bien changé. Et mes six derniers mois avaient été concentrés sur elle.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 2 Mai - 17:59



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


L'autre monsieur qui accompagnait mon papa parla :

- Mlle Stone, pouvez-vous me confirmer que vous avez bien quitté Toronto précipitamment en deux mille onze, alors que votre fille était âgée de trois ans, et sans en parler à Mr Bennett ?

Ah bon ? L'autre monsieur devait dire n'importe quoi, jamais ma maman ferait une chose pareille !

Maman me demanda d'aller dessiner et des les laisser tranquille, je me mis donc sur ma table de dessin, mais j'écoutais quand même la conversation. Mon papa était resté devant la porte, je me demandais bien pourquoi. Ma maman répondit enfin à la question :


- Nous avons divorcé, et j'ai gardé les droits sur notre fille !

Oui, je pense que maman disait vraie, moi je la croyais. Je vis mon papa s'approchait de moi, mon dessin ne l'a même pas fait mal ? Mais tout d'un coup, maman parla :

- Ne t'approche pas d'elle Thomas !!

- C'est ma fille, espèce de folle, j'ai le droit de la voir !

Je sursautais, mon papa avait traité maman de folle ! Ce n'était pas gentil du tout. Il continua à s'approcher de moi, s’accroupit à coter de moi et me dit :

- Tu sais Clio... Je n'ai jamais voulu être séparé de toi. Ta maman est partie en t'emmenant et je n'ai jamais pu dire quoi que ce soit. Je sais que tu ne dois pas tout comprendre, mais j'ai passé du temps à vouloir te retrouver !

Il traitait maman de folle et maintenant il me disait que c'est maman qui est partie avec moi et que lui n'y était pour rien. Enfin c'est ce que j'avais compris, mais j'avais du mal à le croire.

Je me remis à dessiner sans lui adresse la parole. Pourquoi ? Mais pourquoi les parents se font du mal comme ça, ils font du mal à leurs enfants aussi. Je soupirais et poser mon crayon brutalement, je ne savais plus qui croire, j'étais perdue. Maman de disait que c'était papa qui nous a abandonnées et papa me disait que c'était maman qui était parti avec moi !

J'étais triste, j'avais envie de pleurer, mais je ne le faisais pas devant ma maman, ni mon papa et ni l'autre monsieur. Je m'assis sur le canapé, replia mes genoux et mis ma tête dessus tout en recouvrant mes bras sur moi.

Je sentis mes larmes montaient, aucun enfant ne devrait avoir si mal. J'aimais ma maman, ma maman n'était pas folle, mais mon papa était-il méchant ou c'est maman qui me mentait ?

Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas qui croire ! Je ne voulais pas parler, parce que si je parle, je savais que j'allais pleurer et je ne voulais pas montrer à maman, même, je ne voulais pas qu'elle soit triste.

Je restais comme ça à attendre voir si quelqu'un allait parler.



Code par K'Aya de Never-utopia.


     
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Sam 3 Mai - 1:15

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Tout cette histoire n'allait vraiment pas être facile. Ma petite fille avait déjà un caractère bien trempé, sa mère n'allait jamais se laisser faire aussi facilement, et même moi, si je récupérais Clio, j'aurais du mal avec elle. Ça faisait sept longues années que je ne m'étais pas occupé de quelqu'un, et surtout pas d'une enfant. Je ne savais pas ce dont elle avait besoin, je ne savais pas ce qu'elle faisait de son temps libre, à part dessiner, et je ne connaissais malheureusement rien d'elle. Je pouvais apprendre, évidemment... mais ce n'était pas pareil. Je n'aurais pas le choix, pour sûr. Je voulais avoir ma fille, c'était à mon tour, et ce n'était pas à cette grognasse de l'avoir !

Clio ne me répondit pas, et je sentais que j'allais très souvent parler à un mur. Elle ne m'aimait pas, elle me détestait même. Ce serait difficile de la faire changer d'opinion, et peut-être qu'il me faudrait user de techniques spéciales pour la conquérir. Lui offrir tout ce qu'elle voudrait, faire en sorte qu'elle soit heureuse, ne pas refaire les mêmes erreurs que sa mère. Alors que je réfléchissais à ce que je pourrais faire, rien qu'en étant ici, Clio se releva, délaissa ses dessins, et s'enfuit vers le canapé, où elle se replia sur elle-même. Lesly ne sembla même pas la voir. Je fus hypnotisé par la façon dont ma fille essayait de fuir les troubles et les soucis, et je laissai Lesly et maître Hartman régler l'histoire, avant de m'approcher du canapé, et de m'asseoir avec douceur à côté de ma fille.

Je la pris doucement dans mes bras, sans la forcer. Même si elle se débattit, je tins bon, et elle finit par m'accepter et venir dans mes bras. Je la câlinai doucement, tellement heureux d'enfin avoir un contact avec elle, après ces sept ans. Je passai une main à l'arrière de sa tête et la tins contre mon torse, en la berçant pour qu'elle reste calme. Une petite fille ne devrait pas assister à ce genre de scènes.

« C'est fini, mon bébé, c'est fini... Ta maman a fait des bêtises, mais on va régler ça, je te le promets. Je suis content de t'avoir retrouvée, Clio. »

J'avais murmuré ces mots à son oreille pour que sa mère ne m'entende pas. Je n'avais pas envie qu'elle hurle encore et qu'elle braque encore plus notre fille. Je voulais la calmer, et aussi un peu me prouver que j'avais encore un peu d'instinct paternel...
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mar 6 Mai - 21:22



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Je sentis au bout d'un moment quelqu'un s'asseoir à côté de moi, je pensais que c'était maman, mais non, c'était mon papa. Il me prit dans ses bras, je me débattais, je ne voulais pas être dans ses bras. Je sentais la chaleur de mon papa, je sentais qu'il voulait surement me consoler ou je ne sais quoi. Je résistais toujours, mais mon papa tint bon, je compris que s'il insistait c'est qu'il tenait quand même à moi, du moins un petit peu. Au bout d'un moment, j'acceptais d'être dans ses bras, juste essayer pour voir si j'étais bien.

Je me mis donc dans ses bras, il me câlina doucement, ça faisait du bien d'avoir des câlins avec mon papa, en fait, j'aimais ça, je me sentais bien. Il passa une de ses mains à l'arrière de ma tête et en même temps, il me tenait contre son torse tout en me berçant. C'était vraiment agréable.

C'était peut-être mon papa qui avait raison et ma maman qui mentait, mais j'avais du mal à croire que ma maman me mentait. Mon papa me parla :

- C'est fini, mon bébé, c'est fini... Ta maman a fait des bêtises, mais on va régler ça, je te le promets. Je suis content de t'avoir retrouvée, Clio.

Il m'avait chuchoté à l'oreille, mais entendre ces mots, me faisais du bien. Je ne sais pas comment l'exprimer, mais je sentais que mon papa ne m'avait pas abandonnée en fait. Le fait qu'il m'appelle son bébé me faisait quelque chose sur mon coeur, il m'aimait peut-être réellement !

Je relevais la tête et le regardai dans ses yeux bleus, je ne s'avais pas s'il pensait vraiment ce qu'il avait dit, mais quand je regardais ses yeux, je me disais qu'il devait dire la vérité. Je décidais de rompre le silence qu'il y avait :


- Alors, tu ne m'as pas abandonnée ? Tu n'es pas un menteur ?

J'espérais sincèrement qu'il allait me répondre positivement, qu'en fait, il tenait à moi. Je reposais ma tête sur lui :

- Mon papa, j'ai tellement attendu ce moment où je te rencontrerais. J'ai toujours voulu avoir mon papa.

Je restais contre son torse, j'étais bien auprès de lui, lui en vouloir maintenant, je ne sais plus trop. Mais je voulais qu'il reste avec moi.


Code par K'Aya de Never-utopia.


   
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mar 6 Mai - 22:49

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


A ma grande surprise, Clio se calma et m’écouta. Je ne pensais que ce serait possible. Après tout, sa mère avait bien dû faire le boulot et avait réussi à la monter contre moi. Pourquoi donc m’écouterait-elle ? Ou alors, j’étais devenu très convaincant. D’habitude, je l’étais déjà, mais je menaçais les gens pour me faire entendre et pour obtenir ce que je voulais. Disons que je ne savais pas si on pouvait considérer la présence de mon avocat comme une menace. En tout cas, ce n’en était pas une pour Clio. Plutôt pour sa mère, en effet. Et moi, de mon côté, je redécouvrais le bonheur d’être père, et toutes les sensations que cela pouvait prodiguer. Tenir ma fille dans mes bras m’avait vraiment manqué.

Quand Clio releva les yeux vers moi, je compris qu’il essayait de m’analyser un peu, du haut de ses dix ans. Est-ce que je lui mentais ? Est-ce que je lui disais la vérité ? J’essayais de tout mon cœur et de tout mon corps de lui faire passer le message par le regard. Du coin de l’œil, je vis que sa mère ne s’était pas retournée vers nous. Elle regardait toujours par la fenêtre, que le temps se passe. Elle me faisait honte. Comment avait-elle pu élever notre fille dans un cadre sain, cette folle ? J’aurais aimé voir ça… Elle avait surtout de la chance que je sois arrivé avant l’adolescence de Clio. Parce que vu nos deux caractères, ses quinze ans allaient être compliqués. Alors si en plus elle avait continué à vivre dans le mensonge jusque là, ça aurait fait des étincelles… voire pire !  

« Alors, tu ne m'as pas abandonnée ? Tu n'es pas un menteur ? »

Avant qu’elle ne change d’avis, je lui répondis d’un vif signe de tête. Jamais je ne lui aurais menti. Je n’aurais pas eu le temps de le faire de toutes façons. J’avais envie de lui raconter toutes sortes de choses : comment j’aimais la serrer contre moi quand elle était petite, combien j’aimais la regarder dormir dans son berceau, comment je faisais toujours cent fois plus attention que sa mère à ce qu’elle ne tombe pas quand elle essayait de marcher, ou bien quand elle mangeait quelque chose. A cette époque déjà, Lesly était tête en l’air et m’agaçait parfois… mais je l’aimais, et c’est un peu idiot de dire cela, mais j’étais aveuglé par tout cela, tout à mon bonheur d’être père. J’étais devenu si amer, quand elle me l’avait repris, ce bonheur…

« Je ne t’aurais jamais abandonnée. Jamais. »

Cette fois, nous parlions à voix haute, et je vis mon avocat et mon ex-femme regarder dans notre direction. Nous ne faisions rien de mal, j’avais le droit de dire la vérité à ma fille. Ça faisait sept ans qu’elle attendait la vérité, il était temps qu’elle la connaisse ! Et j’étais journaliste : la vérité, les mots, c’était mon travail de tous les jours. D’ailleurs, si je ramenais Clio à Toronto, il faudrait que je change mon organisation… mais peut-être que Sarah pourrait m’aider. D’ailleurs… il fallait que je parle de Sarah à Clio.

« Mon papa, j'ai tellement attendu ce moment où je te rencontrerais. J'ai toujours voulu avoir mon papa. »

De ses petits bras frêles, Clio me serrait contre elle, et je n’aurais jamais pu être plus heureux qu’à ce moment-là. Un poids s’était enlevé de ma conscience et de mon esprit. J’avais retrouvé ma fille. Et même si ça ne serait pas rose tous les jours avec elle, ou avec Lesly qui voudrait me mettre des bâtons dans les roues, c’était tout de même la meilleure chose qui pouvait m’arriver !

« Je suis là maintenant. Et je ne vais pas repartir sans toi ! »

C’était une promesse que je lui faisais, et une menace qui se profilait pour Lesly. Si elle voulait revoir sa fille, et pas que je lui fasse le même coup qu’elle m’avait fait, il faudrait qu’elle file droit. Je n’hésiterais pas à lui foutre la pression… en réalité, c’était déjà ce que je faisais. Mon ex-femme protesta, et je tournai immédiatement la tête vers elle, brusquement :

« Thomas, il est hors de question que tu partes avec elle ! Elle a tout ici, ses copines, son école, sa vie !
- Et qu’est-ce qui m’empêche de l’emmener hein ? Toi ? Je ne vais pas laisser ma fille avec toi. Tu la verras pendant les vacances, parce que je ne suis pas un monstre, et parce que c’est la loi ! Et estime toi heureuse Lesly, parce que tu as des droits et que je vais les respecter, pas comme ce que tu as fait, toi ! »

Ça me faisait un bien fou de lui régler son compte. J’avais prévu à l’avance tout ce que j’aurais à lui dire, et les mots sortaient sans peine. Je regardais sa mine déconfite en resserrant mon étreinte autour de Clio.

« Tu sais, mon ange, je suis amoureux d’une très jolie fille, qui s’appelle Sarah ! Je suis sûr que tu vas l’adorer, et elle t’adorera aussi ! »

Ça, c’était un peu fourbe, en effet. Parce que j’utilisais Sarah comme un instrument, mais je savais qu’elle ne m’en voudrait pas. Par rapport au début de notre relation, ce n’était pas grand-chose ! Et puis, c’était également pour faire rager l’autre idiote !
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Jeu 8 Mai - 17:57



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Peu de temps après, mon papa me répondit :

- Je suis là maintenant. Et je ne vais pas repartir sans toi !

Plus je lui parlais, plus j'avais confiance en lui, j'avais l'impression qu'il me disait la vérité. J'étais contente, je compris qu'il ne m'abandonnerait jamais.

Je lui souris et tout à coup, maman se mit à protester :


- Thomas, il est hors de question que tu partes avec elle ! Elle a tout ici, ses copines, son école, sa vie !

C'est vrai qu'ici j'ai tout, mais ce qu'il me manque c'est mon papa. Je ne veux plus être séparé de lui alors, s'il part, je pense que j'irais avec lui ! Papa répondit :

- Et qu'est-ce qui m'empêche de l'emmener hein ? Toi ? Je ne vais pas laisser ma fille avec toi. Tu la verras pendant les vacances, parce que je ne suis pas un monstre, et parce que c'est la loi ! Et estime toi heureuse Lesly, parce que tu as des droits et que je vais les respecter, pas comme ce que tu as fait, toi !

Je mis mes mains sur les oreilles, je ne voulais pas que mon papa et ma maman se battent. Je ne voulais pas non plus être séparée de maman, mais papa à dit que je la verrais pendant les vacances, c'est déjà bien, enfin je crois. Papa s'adressa de nouveau à moi :

- Tu sais, mon ange, je suis amoureux d'une très jolie fille, qui s'appelle Sarah ! Je suis sûr que tu vas l'adorer, et elle t'adorera aussi !

Mon papa est amoureux de quelqu'un d'autre, est-ce que je devais lui en vouloir ? Non, je ne pense pas, après tout, c'est maman qui est parti avec moi, elle a fait du mal à papa.

Oui, je commençais à croire mon papa, quand j'étais un peu plus petite et même encore maintenant, maman ne m'a jamais parlée de papa. Elle me disait juste qu'il m'avait abandonnée, mais c'est tout, elle ne me disait pas ce qu'il aimé, ce qu'il faisait... Je trouve ça dommage !

Donc, je n'en voulais pas à mon papa d'avoir une autre dame dans sa vie, il avait le droit. Je lui répondis :


- Tu as le droit papa, je ne t'en veux pas, ce n'est pas de ta faute.

J'espérais qu'il avait compris le fait que le « ce n'est pas de ta faute » est que je parlais de maman qui est partie avec moi.

Je me rassis mieux dans le canapé, je ne savais pas comment lui dire que j'étais d'accord d'être avec lui, je ne voulais pas vexer maman. Je me dirigeais vers elle :

- Maman, il ne faut pas en vouloir à papa, je suppose qu'il fait le bon choix.

Je lui fais un câlin et continuais :

- Mais je veux aller vivre avec papa, je t'aime toujours hein, mais je n'ai pas eu de papa depuis...

Je compte sur mes doigts :

- Heu 7 ans ! J'ai besoin de papa, je ne peux pas grandir s'il me manque une partie. Mais ne t'inquiète pas, je te verrais pendant les vacances, je trouve que c'est bien déjà.

Je lui fis un gros câlin, j'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas.

Code par K'Aya de Never-utopia.


   
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 9 Mai - 11:26

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Clio semblait réfléchir à tout ce que je venais de lui dire. Je savais que ça faisait beaucoup pour une petite fille, mais elle avait passé toute son enfance sans père, alors elle ne devait pas avoir le même mental que les autres petites filles de son âge. J’étais sûre qu’elle comprendrait. Du moins, je croisais fort les doigts pour que ce soit le cas.

« Tu as le droit papa, je ne t'en veux pas, ce n'est pas de ta faute. »

Je lui fis un sourire. Cette gamine me faisait déjà craquer. J’avais hâte de pouvoir faire vraiment plus ample connaissance avec elle. C’était triste à dire, parce que je ne devrais pas en passer par là, mais ça me faisait plaisir de pouvoir le faire au moins. Je l’avais retrouvée… j’aurais pu ne jamais la revoir, si jamais Lesly s’était trop bien cachée. Ce n’était pas le cas, et fort heureusement. Il faudrait vraiment que je paye ma tournée à Douglas pour le remercier !

Soudain, Clio s’éloigna de moi pour retourner vers sa mère, et je restai seul sur le canapé. Mon avocat échangea un regard avec moi et je vis dans ses yeux qu’il était plutôt content pour moi, que la situation semblait bien se dérouler. J’avais cette impression également, même si je savais que ça ne devrait pas être aussi facile. Lesly n’avait pas dit son dernier mot. J’étais sûr et certain qu’elle se vengerait, ou bien qu’elle demanderait à récupérer sa fille en montant un avocat contre nous. La connaissant, elle serait capable de trouver le meilleur avocat possible – et le plus hors de prix – pour pouvoir me reprendre ma fille. Manque de chance… mon avocat était meilleur. Et vu mon salaire, je pouvais me permettre. De plus, j’avais des économies vraiment conséquentes. Pendant sept ans, je n’avais pas eu à dépenser quoi que ce soit. Alors à part ma voiture qui m’avait coûté un peu cher, je n’avais rien acheté. J’avais de l’argent. Et Sarah en avait aussi… Lesly ne me faisait pas peur !

D’une oreille attentive, mais néanmoins lointaine, j’écoutais ma fille parler avec sa mère, et lui dire qu’elle l’aimait toujours, mais qu’elle voulait venir avec moi, parce qu’elle avait besoin de moi, pour grandir. Elle était intelligente, cette petite. En même temps, elle avait des parents plutôt brillants, sans vouloir me lancer des fleurs. Après tout, j’étais journaliste, je maniais les mots avec brio, et sa mère était une reine dans son domaine. Elle était major de sa promotion, et elle était passionnée. Clio avait les gênes pour. Je jubilai lorsque Clio ajouta qu’elle la verrait pendant les vacances et qu’elle trouvait que c’était déjà bien. Je faillis éclater de rire mais me retint, en voyant la tête de Lesly. Elle était furieuse. Nul doute qu’elle me mettrait des bâtons dans les roues. Mais elle ne me faisait pas peur. Maintenant que j’avais récupéré Clio, j’étais sûr de moi, et je n’avais plus peur de rien. Déjà que j’avais toujours ce petit air satisfait caractéristique, là ce serait encore plus probant !

« Je la laisserai venir à Miami pendant les vacances scolaires, Lesly, ce sera bien suffisant. Tu me l’as prise, il y a sept ans, maintenant, c’est à mon tour de l’avoir. Et que justice soit faite ! »

Le regard que me lança mon ex-femme par la suite me glaça le sang. Elle aurait pu me tuer là, c’était évident. Néanmoins, je ne fis pas attention, et je baissai les yeux vers Clio, qui me regardait de nouveau et qui, doucement, revint lentement vers moi. Je ne savais pas ce qu’elle aimait, ce qu’elle pouvait bien faire de ses journées, quelles histoires elle aimait le soir, mais je me sentais capable d’assumer. C’était ma fille, ce n’était pas la première fois que je m’occupais d’elle, alors j’y arriverais.

« Tu sais, Clio, si tu fais des activités en dehors de l’école, tu pourras les continuer sans problème ! Il y a plein de choses à faire à Toronto ! Pareil qu’à Miami ! »

Le sourire que m’offrit alors ma fille était hors de prix et elle revint dans mes bras, alors que je m’étais accroupi pour la réceptionner.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 9 Mai - 21:17



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Après m'être assurée que maman ne m'en voudrait pas, mon papa reprit la conversation :

- Je la laisserai venir à Miami pendant les vacances scolaires, Lesly, ce sera bien suffisant. Tu me l'as prise, il y a sept ans, maintenant, c'est à mon tour de l'avoir. Et que justice soit faite !

Papa en voulait beaucoup à maman, ce qui était normal. Du moment que je revoyais maman, j'étais prête à suivre mon papa. Maman lança un mauvais regard à papa, puis je regardais papa, est-ce qu'il allait dire que maman était méchante ? Je me redirigeais vers lui et il me dit :

- Tu sais, Clio, si tu fais des activités en dehors de l'école, tu pourras les continuer sans problème ! Il y a plein de choses à faire à Toronto ! Pareil qu'à Miami !

Je lui souris et sauta dans ses bras. J'étais contente et heureuse ! Je pourrais continuer le piano et la danse, les deux activités que j'aimais beaucoup ! Par contre, je n'allais plus voir mes copines, ça allait me manquer, je le dis à mon papa :

- C'est cool, mais mes amies, je ne les verrais plus ?

S'il me disait que oui, je ne les verrais plus, je serais triste, parce que je les aime beaucoup.

- Et l'école, tu m'inscriras dans une école où il y a beaucoup d'enfants ?

Je préférée les petites écoles au lieu des grandes, elles me faisaient peur ! Je me demandais si la maison de mon papa était grande, en fait, j'avais plein de questions qui étaient dans ma tête :

- Ta maison est grande ? Est-ce qu'il y a des magasins de vêtements ? Et un magasin de bonbons comme ici ?

Plus je posais des questions, plus je sentais l'excitation me montait :

- Tu as une voiture ? Et c'est Comment Toronto ?

Bon, je m'arrêtais avec mes questions, du moins pour l'instant. Papa allait en avoir marre si je continuais. Tout à coup, je pensais à Titou :

- On pourra emmener mon lapin ? Si je ne m'occupe pas de lui, il va mourir !

Et je n'avais pas envie qu'il meure, même si maman s'en occuper, je voulais l'emmener avec moi !

Je souris à mon papa et me serra contre lui.


Code par K'Aya de Never-utopia.


 
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Dim 11 Mai - 17:41

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


La réaction de Clio ne se fit pas attendre et j’en fus satisfait. Etrangement, j’aurais vraiment cru que ça se passerait plus mal que cela. Mais dans un sens, ce n’était que le début, elle venait de me retrouver, et puis… elle allait grandir, et peut-être que dès qu’elle serait loin de sa mère, la donne serait changée. Il y aurait forcément des conflits. Je n’étais pas un bon père, je n’étais plus un bon père, tout du moins, et elle allait vouloir me le faire comprendre et payer, un jour ou l’autre. Quant à Lesly… elle me mettrait des bâtons dans les roues également. Il faudrait que je fasse très attention pour ne pas perdre ma fille une seconde fois.

Tout à coup, Clio se mit à me poser des tonnes de questions et je dus me concentrer pour ne pas en louper une seule. Ses copines, sa nouvelle école à Toronto, la maison où elle se retrouverait par la suite, toutes les boutiques qu’il pouvait y avoir à Toronto, si j’avais une voiture, comment était la ville et enfin, si elle pouvait emmener son lapin. Beaucoup de questions pour une petite fille, et je voyais qu’en plus, elle ne perdait pas le nord, en essayant de s’attirer des avantages dès le début. Ce n’était pas ma fille pour rien, bien sûr. J’allais lui répondre quand elle me fit un sourire et me serra dans ses petits bras. J’avais l’impression de revenir sept ans en arrière, quand tout n’avait pas encore basculé et qu’elle me considérait comme un dieu parce que j’étais le seul  homme qu’elle connaissait.

« Tu reverras tes copines quand tu reviendras ici pour les vacances, et tu t’en feras de nouvelles là-bas, quand tu iras à l’école. Il y a une école pas très loin de chez moi et tu pourras  y aller, si elle te plait ! Sinon on en cherchera une autre. »

Elle semblait déjà heureuse, rien qu’avec cette réponse et le sourire qu’elle m’accorda de nouveau me fit rêver. Tout allait bien se passer, j’en étais sûr et certain. J’allais me battre pour cela et nous pourrions vivre tous les deux – tous les trois avec Sarah – tranquillement, à Toronto.

« J’ai toujours l’appartement où tu as habité pendant trois ans, avant que ta maman ne t’emmène. Et ta chambre est encore là. Tu pourras la reprendre ! Et oui, il y a des tas de boutiques à Toronto, il y a des grands centres commerciaux où tu peux t’acheter tout ce que tu veux. Tu vas voir, c’est super grand, tu vas adorer ! »

Je ne savais pas si Toronto était plus grande que Miami, j’imaginais que oui. Mais ce n’était déjà pas du tout le même environnement. Les gens n’étaient pas les mêmes non plus. Et puis, le climat était différent également. Il allait faire beaucoup plus froid que ce à quoi elle était habituée, évidemment. Ça la changerait, et j’espérais que ce soit dans le bon sens.

« Evidemment, j’ai une voiture, et Sarah en a une aussi. Et bien sûr, on pourra emmener ton lapin, il y aussi de la place pour lui ! »

J’espérais juste ne pas être allergique à ce genre de saloperies. Mais normalement je n’avais aucune allergie, depuis que j’étais tout gamin… et à la limite, je m’y habituerais et j’éviterais de trop l’approcher. De leur côté, mon avocat et mon ex-femme continuaient leur joute verbale et apparemment maître Hartman semblait avoir gain de cause, c’était parfait. Si elle ne voulait pas que cette histoire termine devant les tribunaux pour trop longtemps, elle ferait mieux d’obtempérer de toutes façons. Mais je n’allais pas me mêler à tout cela, et je gardais mon attention fixée sur ma fille.

« Tu m’as manqué Clio, pendant sept ans. J’étais malheureux sans toi, vraiment, je l’étais. Il faudra remercier tonton Douglas pour t’avoir retrouvée ! »

Tonton Douglas… j’en connaissais un qui n’allait pas apprécier.. ou peut-être que si, justement !
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Lun 12 Mai - 14:16



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Mon papa me répondit aussitôt :

- Tu reverras tes copines quand tu reviendras ici pour les vacances, et tu t'en feras de nouvelles là-bas, quand tu iras à l'école. Il y a une école pas très loin de chez moi et tu pourras y aller, si elle te plait ! Sinon on en cherchera une autre.

Je lui souris, j'étais vraiment contente de partir avec lui, je suis sûre que je ne le regretterais pas !

- J'ai toujours l'appartement où tu as habité pendant trois ans, avant que ta maman ne t'emmène. Et ta chambre est encore là. Tu pourras la reprendre ! Et oui, il y a des tas de boutiques à Toronto, il y a des grands centres commerciaux où tu peux t'acheter tout ce que tu veux. Tu vas voir, c'est super grand, tu vas adorer !

S'il habitait toujours dans la même maison, je ne m'en rappelais plus du tout, en même temps, c'est normal, j'étais trop petite ! J'étais pressée de faire les boutiques, je sentais que j'allais me plaire à Toronto !

- Evidemment, j'ai une voiture, et Sarah en a une aussi. Et bien sûr, on pourra emmener ton lapin, il y a aussi de la place pour lui !

Alors, là, je lui fis un immense sourire, Titou pourra venir avec moi ! il allait vraiment être content et moi aussi ! Il continua à me parler :

- Tu m'as manqué Clio, pendant sept ans. J'étais malheureux sans toi, vraiment, je l'étais. Il faudra remercier tonton Douglas pour t'avoir retrouvée !

Ce qu'il me disait, me faisais chaud au coeur, il pensait à moi, il m'aimait alors ! Par contre, je ne savais pas qui était tonton Douglas, je me disais que c'était peut-être un frère à papa.

- Toi aussi tu m'as manqué mon papa !

Je lui fis un gros câlin, j'étais vraiment contente de partir avec lui, mais je savais aussi que maman était triste, la vie est vraiment dure parfois !

Je me redressais :


- Mais papa, qui est tonton Douglas ? Un frère à toi ?

Et j'avais aussi très hâte de rencontrer la copine de mon papa, j'espère qu'elle était gentille et non pas méchante comme la belle-mère de Cendrillon !

- J'espère que ta copine est très gentille, je suis pressée de la connaître !

Je lui souris, j'étais contente pour lui de m'avoir retrouvée et contente pour moi de l'avoir retrouvée !

Code par K'Aya de Never-utopia.


 
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mer 14 Mai - 17:58

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Tant que je voyais le sourire de Clio, tout allait bien pour moi. J'étais tellemetn heureux de l'avoir retrouvé. J'avais l'impression que ça n'arriverait jamais. Or, nous étions là, elle et moi, et j'allais la ramener à Toronto le plus vite possible. Hors de question que je la laisse à sa mère. Cette folle serait capable de repartir et de l'emmener loin de moi. D'ailleurs, j'avais dit que je lui laisserai notre fille pendant les vacances, mais je n'étais même pas sûr de vraiment le vouloir. Et si elle l'emmenait loin, qu'elle changeait son nom et qu'elle m'empêchait de mener l'enquête une fois de plus ? Clio ne se laisserait sûrement pas faire... mais après tout, qu'y pourrait-elle ? Ce n'était qu'une enfant ! Clio mit fin à mes interrogations muettes en reprenant la parole :

« Mais papa, qui est tonton Douglas ? Un frère à toi ? »

Je ris doucement en imaginant la tête de Douglas s'il entendait ma fille dire qu'il était mon frère. Je secouai la tête de droite à gauche pour lui répondre dans un premier temps, toujours hilare.

« Non ce n'est pas mon frère, c'est un très bon ami, qui m'a beaucoup aidé pour te retrouver ! »

C'était ce qu'il était, rien de plus, rien de moins. Je le considérais comme l'un de mes amis, voire un meilleur ami en raison de ce qu'il venait de m'offrir : la possibilité de récupérer ma fille près de moi.

« J'espère que ta copine est très gentille, je suis pressée de la connaître ! »

Si Sarah était gentille ? Douce comme un agneau, jolie, riche et en plus intelligente. Certains adages disent qu'on ne peut pas tout avoir... eh bien Sarah avait tout. Et moi, j'avais Sarah. Et je devais bien dire que je n'étais pas mécontent de cette relation. Au début, je n'y aurais jamais cru, et d'ailleurs, je n'étais pas sensé rester avec elle. Mais elle s'était attachée, et je n'avais pas réussi à la larguer. Alors je m'étais attaché à mon tour, sans pouvoir rien y faire. Et au final, je n'étais pas du tout insatisfait ! J'étais sûr que Clio allait l'adorer autant que moi.

« Tu vas voir, elle est géniale, et elle adore les enfants ! Je lui ai parlé de toi, un peu, mais ce sera mieux de faire connaissance directement ! »

Sarah avait vraiment un bon feeling avec les enfants, et certes, je ne savais pas ce que ça pourrait donner avec Clio, mais déjà, ma fille ne semblait pas vouloir lui faire la misère. En partant de ce constat, on pouvait se dire que tout irait bien, non ? C'était ce que j'espérais, et nous allions faire en sorte que ce soit le cas !

« Mais elle ne remplacera pas ta vraie maman, de toutes façons. Maman restera toujours ta maman ! »

Je tenais à ce point, même si j'aurais préféré que Sarah soit sa mère. Elle était moins idiote, déjà, et elle ferait une meilleure mère, mais je ne voulais pas que Lesly se retourne contre moi en amenant les avocats aussi. Alors elle resterait bel et bien sa mère, quoi qu'il arrive, et je n'allais pas changer ça !
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 16 Mai - 14:39



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett


Mon papa me dit que Tonton Douglas était un ami qui l'a aidé à me retrouver. Puis, il me répond sur ma question sur sa copine :

- Tu vas voir, elle est géniale, et elle adore les enfants ! Je lui ai parlé de toi, un peu, mais ce sera mieux de faire connaissance directement !

C'était cool si elle aimée les enfants.

- Mais elle ne remplacera pas ta vraie maman, de toute façon. Maman restera toujours ta maman !

Oui, évidemment, si j'appréciais la copine de papa, je ne voulais pas qu'elle remplace maman, elle l'était pas, mais disons qu'on pourrait être des amies.

Je souris à mon papa, maman parlait toujours à l'autre monsieur. Je ne savais pas quand est-ce que j'allais partir de la maison, en fait, j'étais un peu stressée de partir. Je me tournai vers mon papa :


- Dit, quand est-ce qu'on part ? Car, il faut que je dise à mes copines, la maîtresse et tout le monde que je m'en vais vivre avec toi.

Je ne voulais pas lui monter que j'appréhendais quand même un peu. Maman faisait une tête triste, je savais qu'elle était triste que je parte, mais je voulais vivre avec mon papa.

- Maman, arrête d'être triste, je te reverrais et je ne t'oublierais pas. Mais laisse-moi aller vivre avec papa.

Ça me gêner qu'elle pleurait, mais c'était comme ça, je voulais être avec papa, je voulais découvrir où il vit, ce qu'il fait et connaître tonton Douglas et la copine de papa.

Je me retournais vers mon papa et une idée me vient en tête :


- Attend, je reviens.

Je filais dans ma chambre en courant, je voulais retrouver mon album photo, papa serait surement content de me voir en photo. Je fouillais dans ma chambre, fit tomber mes livres, ce qui fit un grand vacarme puis quelques minutes après, je trouvais enfin mon album.

C'était un grand album, il était violet et se fermer avec un ruban rose.


Je redescendis et alla au salon :

- Regarde, j'ai pensée ce ça te ferait plaisir.

Je lui donnais mon album photo et maman me dit :

- Clio ! Il n'a pas à regarder cet album !

Quoi ? Mais, c'est quand même mon papa, il a le droit de me voir !

- Maman ! Papa a le droit, il ne m'a pas vu pendant 7 ans !

Normalement, je ne devais pas lui répondre, mais là, je trouvais que papa avait le droit de regarder mon album photo. Je m'assis a côté de lui et ouvrit l'album :

- Là, tu me vois à mes 4 ans.

Je lui montrais toutes sortes de photos, j'espérais qu'il était content.

Code par K'Aya de Never-utopia.


Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mer 21 Mai - 19:16

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Plus le temps passait, plus je me disais que Clio m'aimait vraiment et ça me faisait tout drôle. Je n'aurais jamais cru redevenir père. Apparemment, Lesly n'y croyait pas non plus, et elle ne voulait pas que ça se passe ainsi. Pourtant, je n'allais rien lâcher : j'allais garder Clio et elle la verrait pendant les vacances, ce serait bien suffisant. Elle avait une mauvaise influence sur elle... et elle en aurait eu une pire, si je n'étais pas intervenu.

« Dit, quand est-ce qu'on part ? Car, il faut que je dise à mes copines, la maîtresse et tout le monde que je m'en vais vivre avec toi. »

Je souris devant l'impatience et la peur de ma fille. C'était mon rôle de la rassurer mais j'avais perdu mes instincts. Que devais-je faire ? Que devais-je dire ? Avant que je puisse faire ou dire quoi que ce soit, Clio ajouta quelque chose à l'intention de sa mère :

« Maman, arrête d'être triste, je te reverrais et je ne t'oublierais pas. Mais laisse-moi aller vivre avec papa. »

Je n'avais même pas remarqué qu'elle pleurait et je m'en foutais. Elle n'en avait eu rien à foutre quand c'était moi qui pleurais à cause de la perte que j'avais subi, il y a sept ans... alors je n'avais pas de pitié pour elle. Je faillis ajouter quelque chose de méchant mais je me retins. De plus, Clio attira mon attention. Elle me demanda d'attendre et nous entendîmes du bruit dans les chambres, au fond du couloir. Quelques minutes plus tard, elle revint, un grand livre violet dans les mains. Un album photo ou un journal intime sûrement. Elle s'assit sur le canapé et je vins m'asseoir à côté d'elle, après que Clio et sa mère se soient pris le bec à propos de cet objet. Je préférais rester en dehors de cela, même si j'avais envoyé un regard noir à Lesly. J'avais bien compris que c'était un album photo et je savais qu'il devait y avoir toute la vie de ma fille dedans. J'avais hâte de voir tout cela.

Clio commença à me montrer des photos, avec un sourire adorable. Elle commença par me montrer une photo d'elle à quatre ans. Un an après qu'elle soit partie avec sa mère. J'étais ému de la voir ainsi. Elle était encore petite, mais déjà, elle changeait de la Clio que j'avais dans mon souvenir. Les enfants changent tellement vite... la preuve, elle avait tellement grandi, ma petite fille. Je regardai toutes les photos qu'elle me montrait avec intérêt. J'avais hâte d'en faire d'autres, des photos, des photos d'elle, des photos de nous deux, des photos de sorties,... toute une vie avec elle, en quelques sortes. Nous avions du temps à rattraper, et sans attendre.

« Elles sont super ces photos Clio. Tu vas pouvoir en faire plein de nouvelles à Toronto ! Et tu pourras finir de remplir l'album. »

Je regardai Clio, mais terminai par lancer un regard furieux à Lesly. J'aurais tellement voulu vivre ces moments, au lieu de les regarder en photo, pendant une dizaine de minutes. Lesly avait tout foutu en l'air, et elle m'avait blessé. J'aurais bien voulu faire ma vie avec cette femme.. et je ne comprenais toujours pas pourquoi elle était partie, ce qui l'avait poussé à partir... Quoi qu'il en fut, j'avais retrouvé ma fille, et je n'étais pas près de la lâcher.

« Maître Hartman, en avez-vous bientôt terminé ?
- Dans peu de temps, il faudrait simplement que mademoiselle Stone signe quelques papiers...
- Vous pouvez toujours rêver ! »

Je lui lançai le regard le plus assassin que je pouvais. Il était hors de question qu'elle me fasse des histoires. Elle allait les signer, ces foutus papiers, et elle allait me laisser l'emmener avec moi.

« Lesly...
- Crève, Thomas ! m'interrompit-elle, méchamment. Je ne signerai pas ces papiers, et je ne te laisserai pas emmener Clio loin d'ici ! »

Je soupirai, complètement dépassé. J'avais pensé, un peu naïvement, qu'elle se sentirait obligée de dire oui à tout, en présence de mon avocat. Ce n'était pas le cas, apparemment...
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Ven 23 Mai - 12:17



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett



Au bout d'un moment, après avoir regardé toutes mes photos, mon papa me dit :

- Elles sont superbes ces photos Clio. Tu vas pouvoir en faire plein de nouvelles à Toronto ! Et tu pourras finir de remplir l'album.

Oh oui, je n'en doutais pas que je pourrais prendre pleins de photos. Je suis sûre que j'allais adorer Toronto, j'en étais même pressée de partir. Au bout d'un moment, papa parla à l'autre monsieur :

- Maître Hartman, en avez-vous bientôt terminé ?

Je regardais l'autre monsieur, mon papa l'avait appelé maître, bizarre, mais ce dernier répondit :

- Dans peu de temps, il faudrait simplement que mademoiselle Stone signe quelques papiers...

Je regardais les papiers à la main, c'était surement pour que je puisse vivre avec mon papa. Maman se releva brusquement :


- Vous pouvez toujours rêver !

Mais ? Pourquoi maman ne voulais pas signer ? Je ne comprenais pas.

- Lesly...

- Crève, Thomas ! Je ne signerai pas ces papiers, et je ne te laisserai pas emmener Clio loin d'ici !

Je sursautais, choquée parce que maman parlait très mal à papa ! Je compris qu'elle ne voulait vraiment pas que je vive avec papa. Je me levais, me mis debout vers maman :

- Mais Maman...

- Il n'y a pas de mais Clio, tu n'iras pas avec Lui

J'étais triste, je pensai que maman avait compris que je voulais être avec mon papa, je pensais qu'elle avait compris que j'avais besoin de lui aussi pour grandir. En fait, elle m'empêchait de le voir, mais c'était mon papa, elle ne pouvait pas faire ça !

- Maman, tu ne comprends pas ! J'ai envie d'être avec papa, je ne le connais pas ou très peu...

Je ne voulais pas être méchante, mais pour qu'elle me laisse vivre avec papa, il fallait que je le sois et puis j'avais vu dans ses yeux qu'il était triste de ne pas pouvoir m'emmener et en même temps, heureux de me retrouver.

- Tu ne peux pas m'empêcher de le voir ! Tu... Tu es parti avec moi sans lui laisser d'explication, je ne l'ai pas vu pendant 7 ans ! Alors, oui maman, tu vas me manquer, mais j'ai le droit de vivre avec papa ! C'est toi... c'est toi la méchante, pas papa, pas le monsieur qui l'accompagne ni moi !

Je savais que j'avais été trop loin, mais je ne m'attendais pas à ça :

- PAF ! Je refuse que tu me parles comme ça ! Tu n'iras pas chez ton père !

Elle m'avait giflé ! Je mis ma main à ma joue, j'avais mal, je courus vers mon papa et pleurais. Jamais au grand jamais elle m'avait giflé ! Je me blottis contre mon papa :

- Je veux partir avec toi !

Je ne pensais pas que maman serait aussi méchante. Mais si elle ne me laissa pas partir, je sais que je pourrais prendre mes affaires et partir de moi-même ! Je restais contre le torse de mon père tout en frottant ma joue.


Code par K'Aya de Never-utopia.


Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Sam 24 Mai - 18:03

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Lesly était une peste, une véritable garce et aucune insulte ne serait assez forte pour la qualifier. Une envie de lui broyer les os me vint, mais évidemment, je ne pouvais décemment par faire une chose pareille. C’était bien dommage, parce que c’était tout ce qu’elle méritait. Ses mots avaient dépassé sa pensée, et Clio ne manqua pas de la contredire, d’un petit « mais » qui fut rapidement contré. Je ne pouvais rien dire, ce n’était pas à Clio de décider, et ce n’était certainement pas à Lesly de le faire. Je n’avais aucune obligation d’emmener ma fille… et sans mon avocat, je n’aurais certainement pas pu arriver jusque là. Si Lesly ne signait pas ces putains de papiers, j’étais foutu.

« Maman, tu ne comprends pas ! J'ai envie d'être avec papa, je ne le connais pas ou très peu... »

J’admirais ma fille pour avoir tenté ce coup là. Essayer de faire entendre raison à sa mère était une chose ardue et j’étais presque certain qu’elle n’allait pas réussir. Mais de nous deux, c’était elle qui était la mieux placée pour y arriver. Moi, elle ne m’écouterait jamais. Elle continua en disant qu’elle ne pouvait l’empêcher de me voir et je fus ému par la volonté de ma fille. Au final, elle termina par dire que c’était Lesly la méchante et pas moi, ce qui me fit sourire narquoisement vers mon ex-femme. Cependant, la réaction de Lesly ne fut pas celle que j’escomptais. Elle gifla Clio et lui répliqua qu’elle ne cautionnait pas que Clio lui parle ainsi et qu’elle ne partirait pas avec moi. J’étais choqué par son geste, mais intérieurement, je me réjouissais. Non pas que Clio la méritait, cette gifle, mais Lesly venait de réussir à me donner presque automatiquement la garde de Clio. Elle avait levé la main sur notre fille, devant un avocat… que demander de plus ? C’était un cadeau qu’elle me faisait ! Clio  ajouta qu’elle voulait partir avec moi, et je la pris dans mes bras en me relevant, et en adressant un beau sourire à Lesly.

« Hors de question que je la laisse avec toi, Lesly. Pas après ce que tu viens de faire ! »

Je regardai mon avocat avec un air entendu, et je resserrai mon étreinte autour de Clio. Elle était toute légère, et elle s’accrochait à moi avec force. Malgré l’étrangeté du moment, je pris le temps de savourer cette étreinte qui m’avait tant manqué et je l’embrassai dans les cheveux pour la rassurer.

« Laisse la moi, maintenant ! Et rends-toi compte de ta bêtise ! Je vais l’emmener et tu la verras peut-être pendant les vacances ! »

Ma décision était sans appel, et de toutes façons, c’était bien pour cela que j’étais venu ici.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Dim 25 Mai - 13:32



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett



Mon papa me pris dans ses bras, se leva et dit à maman :

- Hors de question que je la laisse avec toi, Lesly. Pas après ce que tu viens de faire !

Oui, je voulais rester avec mon papa, jamais maman m'avais giflée, je ne savais pas pourquoi elle l'avait fait maintenant, ni pourquoi elle m'empêche de voir mon papa, je ne comprenais pas. Mon papa me resserra dans ses bras, moi, je mettais ma tête sur son épaule, je voulais rester avec lui, tout le temps ! Il m'embrassa sur mes cheveux pour me rassurer je supposais, mais j'aimais bien être contre lui. Il continua à parler avec maman :

- Laisse la moi, maintenant ! Et rends-toi compte de ta bêtise ! Je vais l'emmener et tu la verras peut-être pendant les vacances !

Oui, je pense que c'était la meilleure solution, au moins, si je demande à mon papa, je savais qu'il me laisserait voir maman pendant les vacances. Papa était gentil, il ne m'empêchera jamais de voir maman si j'en avais envie, à moins qu'il ai une bonne raison, mais sinon il ne me fera pas de peine.

Je ne savais pas si ma maman avait signé les papiers ou non, mais je voulais partir d'ici, ne plus revoir maman pour l'instant, je lui en voulais pour la gifle, mais aussi pour m'avoir séparée de mon papa.

Je me redressais :


- Papa ? Quand est-ce qu'on s'en va ? Je veux partir d'ici !

Je savais que ça ferait du mal à maman, mais elle aussi, elle m'avait fait du mal ! Plus jamais je ne serais séparée de papa.

Code par K'Aya de Never-utopia.




H.RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Dim 25 Mai - 18:06

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Clio semblait m’approuver, en me serrant un peu plus à chaque fois que je prenais la parole. Elle tremblait un peu dans mes bras et je gardais mon étreinte bien serrée, d’abord pour ne pas la faire tomber, et ensuite pour qu’elle n’ait pas peur. Vu sa réaction, ça devait être la première fois que Lesly la giflait, et j’espérais bien que ça n’arrive plus jamais. J’avais presque peur de devoir lui laisser Clio pendant les vacances. Et si jamais elle lui faisait quelque chose ? Et si jamais elle s’enfuyait de nouveau avec elle. Il faudrait que je trouve un moyen pour que ça n’arrive pas. Il faudrait peut-être que Lesly vienne à Toronto pour que je puisse garder un œil sur elle. C’était la seule solution que je voyais pour l’instant.

« Papa ? Quand est-ce qu'on s'en va ? Je veux partir d'ici ! »

Clio s’était redressée et me regardait droit dans les yeux avec un sérieux qui me dépassait presque. Elle fronçait les sourcils et je pouvais voir qu’elle avait certaines de mes mimiques, sans même savoir d’où elle pouvait les avoir obtenues, puisqu’elle ne m’avait pas vue depuis sept ans.

« Bientôt, mon ange, très bientôt. »

Sur ces mots, je lançai un regard furieux à Lesly et y ajoutai un sourire narquois. Elle n’allait pas s’en tirer comme ça, et je n’allais pas la laisser faire. Elle ne savait donc pas tout ce dont j’étais capable pour arriver à mes fins ? C’est vrai qu’elle n’était pas restée assez longtemps avec moi pour s’en rendre pleinement compte. Avec elle, c’était plutôt moi qui avais subi.

« Tu vois, Lesly, même ta fille ne veut pas rester avec toi ! Tu devrais avoir honte ! »

Je me tournai ensuite vers Hartman, et soupirai :

« Je vais faire sa valise. Quand je reviendrai, je veux que ces papiers soient signés ! »

Et en me retournant une dernière fois vers Lesly, j’ajoutai :

« Alors tu as tout intérêt à les signer, Stone ! Sinon je ne serais plus aussi gentil ! »

Je quittai le salon pour emmener Clio dans sa chambre. Elle restait agrippée à mon cou et je l’obligeai à descendre pour qu’elle me dise quels vêtements elle voulait prendre et emmener avec elle à Toronto.

« Choisis ma chérie, et je range, d’accord ? »

Sur ces mots, je récupérai une valise dans son placard et l’ouvris en grand sur le lit pour qu’on puisse tout mettre dedans. J’avais pris la plus grosse possible, mais on pouvait en emmener plusieurs, j’avais de la place !
© casielsilencio


Spoiler:
 

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Lun 26 Mai - 14:02



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett



Mon papa me répondit aussitôt :

- Bientôt, mon ange, très bientôt.

J'espérais que c'était vrai, parce que je voulais partir loin d'ici. Il regarda méchamment maman, en même temps, je trouvais qu'elle le méritait puis finit par dire :

- Tu vois, Lesly, même ta fille ne veut pas rester avec toi ! Tu devrais avoir honte !

Oui, j'espérais qu'elle comprendrait et qu'elle regretterait la gifle qu'elle m'a donnée. Puis mon papa se tourna vers l'autre monsieur :

- Je vais faire sa valise. Quand je reviendrai, je veux que ces papiers soient signés !

Chouette, on allait faire ma valise, j'étais trop contente, en plus, comme ça il verrait ma chambre ! il se tourna à nouveau vers maman :

- Alors tu as tout intérêt à les signer, Stone ! Sinon je ne serais plus aussi gentil !

Il avait appelé maman par son nom, mon papa devait vraiment être en colère contre maman ! puis, il m'emmena dans ma chambre, il trouva assez vite, je restais dans ses bras, mais il me dit qu'il fallait que je descende. Je descendis donc, de toute façon, je n'étais plus dans la même pièce que maman alors, c'était bon ! Puis il me demanda quel vêtements je voulais prendre pour aller à Toronto et me dis :

- Choisis ma chérie, et je range, d'accord ?

J'acquiesçai et papa pris une valise dans mon placard et la posa sur mon lit. Je me rapprochais de mon placard à vêtements, je ne savais pas quoi prendre, j'avais tellement de choses, mais je me rappelais que maman m'avais achetée des robes qu'elle ne voulait pas que je porte à l'école. Je choisis ma plus belle robe et l'a donnée à mon papa :

- Maman ne veut pas que je mette souvent des robes, je ne sais pas pourquoi !

Je continuais, je lui donnais mes t-shirts, mes pantalons : Jeans, short, slim... j'avais toutes sortes de vêtements et j'étais vraiment contente. Je lui donnais mes petites culottes, mes chaussettes. Au niveau des pulls, je n'avais presque rien, parce qu'ici il faisait toujours chaud, je lui donnais mes deux seuls pulls que j'avais :

- Papa, j'espère qu'il ne fait pas froid là-bas, parce que je n'ai que ça comme pull !

De toute façon, je savais qu'il m'achèterait des vêtements, parce que je ne pouvais pas tout emmener, il fallait aussi que j'en laisse chez maman !

- Pour mes chaussures, elles ne sont pas dans ma chambre, elles sont vers la porte d'entrée.

Je me dirigeais vers mon coffre à jouets :

- Mais je peux emmener quelques jouets papa ?

Puis je me dirigeais vers mon lit :

- Et mon doudou ?

Là, je savais qu'il ne dirait pas non, mais je voulais quand même poser la question. Je lui souris, j'étais vraiment contente de partir avec lui.

Code par K'Aya de Never-utopia.


Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Lun 26 Mai - 20:07

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Dès que je lui demandais de choisir quels vêtements elle voulait emmener, Clio se dirigea vers son armoire pour se presser à me les donner. Apparemment, elle avait réellement envie de partir, et dans un sens, ça me faisait très plaisir. Clio s’arrêta devant ses vêtements pendant quelques minutes, avant de finalement commencer à me donner des affaires. Tout y passait, des robes, des jupes, des t-shirts, des pantalons, des sous-vêtements et enfin des pulls. Clio m’avait dit qu’elle ne comprenait pas pourquoi sa mère ne la laissait porter plus de robes que cela. Elle pourrait bien porter ce qu’elle voudrait à Toronto, j’étais absolument nul en ce qui concernait les fringues. Elle n’aurait qu’à demander à Sarah, pour ça…

« Papa, j'espère qu'il ne fait pas froid là-bas, parce que je n'ai que ça comme pull !
- Je t’en achèterai, ma grande ! »

En effet, je remarquai que le climat était bien plus agréable ici à Miami plutôt qu’à Toronto et qu’elle n’avait pas grand-chose qui puisse lui faire supporter le froid et la neige. Nous n’aurions qu’à faire un détour par le centre commercial avant de rentrer et elle pourrait choisir ce qu’elle voudrait. Je n’allais pas être chiant au niveau des prix, mais plutôt au niveau de ce que les pulls protégeraient vraiment. Ella ajouta ensuite que ses chaussures étaient dans l’entrée de la maison. Nous les prendrions plus tard, en sortant. Je voyais que Clio était toute énervée, elle avait vraiment hâte de s’enfuir d’ici avec moi. J’étais content qu’elle ait ces réactions. Ça se passait bien mieux que je ne l’aurais cru, et que j’aurais pu espérer. Je pensais qu’elle serait vraiment attachée à sa mère, et que jamais, au grand jamais, elle ne voudrait de moi. Et au contraire… ça se passait plutôt bien ! Je m’attendais à un revers de la médaille dans peu de temps, mais je préférais ne pas penser au lendemain et regarder mon présent avec elle.

« Mais je peux emmener quelques jouets papa ? »

J’avais été perdu dans mes pensées en rangeant ses vêtements dans la valise, en essayant de faire tout rentrer et je n’avais pas vu qu’elle s’était dirigée vers son grand coffre à jouets. Je ne savais pas vraiment si nous pouvions emmener plus de choses. Le plus important était les vêtements, mais les jouets… nous pourrions en racheter à Toronto. Elle ne me laissa pas le temps de répondre, et me montra sa peluche en me demandant si elle pourrait l’emmener, elle aussi. Je hochai la tête, et je montrai son coffre à jouets d’un signe de tête :

« Pour tes jouets, je t’autorise à emmener ceux que tu préfères. Mais pas plus de 5 ! On en achètera là-bas, d’accord ? »

Je me disais que peut-être, il y avait des choses qu’elle aimait plus que d’autres et qu’elle voulait absolument ; je ne pouvais tout de même les laisser en arrière. Je voulais qu’elle soit heureuse avec moi et Sarah, et je devais commencer dès maintenant !

« Tu as besoin de quelque chose d’autre ? »

Je cherchais moi-même la réponse et je ne pensais pas que c’était le cas. Elle avait tout ce qu’il fallait dans cette valise et le reste serait à la maison, à Toronto.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Clio Bennett


DISCUSSIONS : 48
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mar 27 Mai - 14:09



You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest
feat Clio + Thomas Bennett



Mon papa me dit qu'il m'achèterait des pulls, cool, parce que je pense que j'en aurais besoin. Il me dit que je pouvais emmener ma peluche et désigna mon coffre à jouet :

- Pour tes jouets, je t'autorise à emmener ceux que tu préfères. Mais pas plus de 5 ! On en achètera là-bas, d'accord ?

Oh ! 5 c'est tout, bon, je me disais que c'était déjà ça et puis, je lui ferais acheter pleins de jouets pour Toronto !

Il finit par me dire :


- Tu as besoin de quelque chose d'autre ?

Je réfléchissais tout en prenant les jouets que je préférais : ma 3DS, quelques playmobils, je pris aussi des livres, mon kit pour faire des colliers et bracelet avec des perles et mon Cicciobello (un bébé).

Je fis le tour de ma chambre, je pense que j'avais tout pris, de toute façon, je ne voyais pas trop ce que je pouvais prendre d'autre.


- Non, je pense, mais il ne faut pas oublier Titou !

Je tenais vraiment à emmener mon lapin, je ne voulais pas qu'il reste avec maman ! Si elle avait été méchante avec moi, elle serait bien capable de ne pas s'occuper de Titou. J'emmenais mon papa dans l'arrière cuisine :

- Regarde, il est là !

Je me rapprochais de sa cage :

- Coucou Titou, on va faire un grand voyage toi et moi.

Je le pris dans mes bras et lui fit un bisou sur la tête. J'espérais vraiment que papa allait dire oui et que je pouvais l'emmener avec moi. Je souris à mon papa :

- Alors ? On peut l'emmener s'il te plait ?

Je lui fis une tête d'ange, généralement ça marché avec maman, je verrais bien si ça allait marcher avec papa.

Code par K'Aya de Never-utopia.


Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   Mar 3 Juin - 22:47

CLIO & THOMAS
You have a hollowed out heart but it's heavy in your chest


Dès le moment où je lui disais qu’il fallait qu’elle choisisse des jouets à emmener, je vis ma fille commencer à réfléchir. Elle n’était pas idiote, elle savait très bien ce qu’elle devait préférer emmener. Et puis, je me connaissais, je savais que j’allais craquer en arrivant à Toronto et que j’allais lui acheter d’autres choses. Dans un sens, c’était une façon pour être sûr qu’elle allait vraiment m’aimer. J’avais peur que ce ne soit pas le cas après tout. Une fois loin de sa mère tout pourrait changer, et je ne voulais pas que ça change. Je voulais que Clio apprenne à me connaître et qu’elle soit heureuse avec moi, comme elle aurait dû l’être depuis ses trois ans.

Finalement, Clio rapporta tout ce qu’elle voulait emmener sur le lit pour que je les range le mieux possible dans la valise. Tout rentrait, fort heureusement, mais je n’étais pas loin du surchargement. La valise allait être lourde à porter, j’avais de la chance qu’elle ait des roulettes, ça serait plus facile à transporter.

« Non, je pense, mais il ne faut pas oublier Titou ! »

Son lapin… ah oui, son lapin. Je ne savais même pas comment j’allais le ramener à Toronto ! Elle le voulait absolument, c’était bien normal, mais je ne savais pas si on pouvait transporter des lapins par avion. Avec la cage et tout ça… le paiement ne me faisait pas peur, mais c’était surtout pour le lapin : allait-il survivre au voyage, avec la pression et tout ça ? Et si son cerveau implosait ?

Clio m’emmena rapidement jusqu’à l’arrière cuisine de l’appartement. Je découvrais en même temps son univers, ou plutôt celui de Lesly, dont on n’entendait plus la voix dans le salon. Avec un peu de chance, elle m’avait écouté, et elle était en train de signer les papiers de mon avocat. J’espérais qu’elle le fasse vraiment, c’était tout ce qu’il y avait à faire de toutes façons, parce que je n’avais pas l’intention de rester ici plus longtemps que ça. Nous partirions le plus vite possible, loin d’ici.

Soudain, elle se redressa et me laissa découvrir la bête. Ce n’était rien de plus qu’un lapin pour moi, mais pour elle, évidemment, c’était plus précieux que tout autre chose. Je n’allais jamais pouvoir l’emmener, mais devant sa tête de chien battu, je n’avais pas d’autres choix. Peut-être qu’en appelant l’aéroport, ils pourraient me donner plus de précisions… j’espérais qu’il n’y avait pas de risques, sinon, elle allait faire la gueule, forcément. Alors j’allais accepter. Même si je ne savais pas dans quoi je m’embarquais.

« Oui, on va l’emmener avec nous ! »

Immédiatement, mon annonce fut accueilli par des cris de joie, et je me rendis compte qu’elle y tenait beaucoup à sa boule de poils. Décidément, il ne fallait vraiment pas qu’il lui arrive quoi que ce soit…

J’emmenai la valise jusqu’à la porte d’entrée, alors que Clio s’occupait de son lapin, et je passai la tête dans le salon pour voir ce qu’il en était. Lesly avait apparemment fini par signer, de mauvaise grâce bien sûr, et elle avait de nouveau tourné le dos à la pièce, en fixant l’extérieur par la fenêtre. Hartman me fit comprendre que tout était prêt et que nous pouvions partir. J’appelai alors Clio, qui était toujours dans l’arrière-cuisine :

« Clio, on y va ! Viens dire au revoir ! »

Je pris un malin plaisir à voir le visage de mon ex se décomposer lentement. J’aurais même pris une photo si j’avais pu…
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] [Miami, FLORIDE] You have a hollowed out heart, but it's heavy in your chest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: