Partagez | 
 

 [TERMINE] Another Bad Day In Your Company

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Mer 16 Avr - 11:48

Depuis mon arrivée à Toronto il y a un petit moment de cela, j'avais réussi à monter mon petit studio photo. Néanmoins, ici aussi, la vie n'est pas facile tous les jours. Le temps que je me fasse un nom les fins de mois sont assez difficiles. C'est pourquoi de temps à autre, je fais des petits reportages par-ci et par-là pour des rédaction et surtout une en particulier. Enfin bon, allons à l'essentiel.

J'avais ce jour-là justement un petit reportage à faire. Je ne savais pas encore avec quel journaliste, c'était une surprise comme la femme au téléphone me l'a dit. Ce mot ne m'inspirait rien de bon. On m'avait juste donné l'adresse, le jour et l'heure. Je n'avais pas tout de suite capté pourquoi tant de mystère. Après m'être préparée, je pris un petit encas, on ne sait jamais et je parti en direction de la CN Tower … Je n'avais pas eu écho d'un quelconque évènement là-bas, j'espérais juste que le journaliste en saurait plus que moi.

Je partais donc en direction de la fameuse tour. Ce n'est que durant le trajet que je me remémora la dernière fois où la rédaction avait été aussi mystérieuse … J'avais travaillé avec Thomas Bennett. Je croisais fortement les doigts pour qu'il ne s'agisse pas de lui cette fois. Jamais on ne m'avait autant prise pour une moins que rien. Je me préparais mentalement jusqu'à ce que j'arrive enfin à la CN Tower. Je le cherchais du regard mais ne le voyais pas, je fus rassurée sur le moment. J'affichais un grand sourire et avais réellement hâte de commencer à bosser. Je commençais à prendre mes marques quand je reconnu sa silhouette au loin. Mon sourire s'envola aussi vite qu'il était venu ! Tout un tas d'injures me vinrent à l'esprit mais je les gardais pour moi. Cela allait être encore un super reportage … Je pris la décision d'aller vers lui, il n'aurait pas bouger son petit doigt et ça j'en suis persuadée. Vu ce qu'il s'est passé la dernière fois, je commence à cerner très brièvement le personnage. J'adoptais un léger sourire sur mes lèvres avant de le saluer.

- Bonjour Thomas Bennett !

Je le regardais attendant bêtement qu'il fasse de même. Je ne savais pas réellement comment m'y prendre avec cet homme. Je ne le considérais pas comme une personne supérieure à moi. Daignant me regarder j'enchaînais avec une question.

- Pourquoi sommes-nous là ? On n'a rien voulu me dire …

Je le regardais toujours attendant un signe de sa part, même hautain, je ne suis plus à ça près avec lui.

__________________________



Dernière édition par Summer A. Winston le Ven 2 Mai - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Mer 16 Avr - 22:40

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Enfin ! Enfin, j’avais retrouvé mon poste de rédacteur politique et économique. Un vrai bonheur. Il fallait dire que le boulot n’avait pas été de tout repos avec Billy. Ce petit con ne s’inquiétait pas de savoir si tu étais content ou non de travailler pour lui. Je le détestais. Vraiment. M’avoir relégué au rang de paparazzo me donnait envie de vomir. Et pourquoi ? Simplement parce qu’il voulait prouver que je ne savais pas faire mon boulot, et que j’avais réussi seulement parce que mes parents étaient journalistes dans la même rédaction que moi… avant… C’était dégueulasse, oui. Et je n’avais pas accepté cette profonde insulte. Le voir pâlir et être obligé de me redonner mon poste initial avait été un grand bonheur, une satisfaction immense. Il n’avait pas su où se mettre, et moi, je m’étais bien gardé de l’insulter, pour une fois. Je n’avais pas envie de recommencer ma tâche une fois de plus.

Depuis, je reprenais goût au travail. C’était tellement plus sympathique de venir faire ce qu’on avait toujours fait ! La politique avait toujours été mon domaine de prédilection. Analyser les plus grands discours politiques de notre temps était mon dada, et l’économie, bien qu’un peu moins intéressante à mes yeux – et c’était seulement en vue de mon parcours d’études que je disais cela – passait très souvent en premier plan, pour expliquer telle ou telle décision, telle ou telle réforme. J’avais loupé plein de choses en quelques semaines. Billy m’avait empêché de couvrir de grands évènements, des réunions diplomatiques notamment. Et j’avais bien l’intention de me rattraper. Cependant, c’aurait été trop facile pour moi que mon rédacteur en chef me laisse faire tout ce que je voulais quand je le voulais. Aussi, quand on m’annonça que le Globe and Mail devait couvrir – avec d’autres collègues d’autres rédactions, que j’appréciais pas mal, d’ailleurs ! – un évènement politique à Toronto, je fus ravi et je sautai sur l’occasion. Sans imaginer une seule seconde que Billy allait me coller la Winston dans les pattes.

Winston. Summer Winston. Summer. Qui diable pourrait appeler sa fille Summer, très sérieusement ? Et pourquoi pas Autumn ? Ou Winter ? C’était une ineptie de nommer sa fille avec une saison. Enfin… je ne l’aimais pas, cette gamine. Parce que oui, pour moi, c’était une gamine. Une photographe. J’avais travaillé une fois avec elle. Elle savait à peine tenir son appareil. Elle m’avait ennuyé plus qu’autre chose, elle avait été très lente, et surtout, elle débordait de puérilité. Non pas que je sois un exemple dans ce bas-monde, vu que je ne supportais pas grand-monde, mais quand Billy m’avait annoncé que j’allais devoir travailler de nouveau avec elle, j’avais cru que j’allais le tuer de mes mains.

D’après lui, elle me retrouverait à CN Tower, lieu de l’évènement et devrait couvrir le tout. Nous ne serions pas obligés de rester ensemble alors ? Elle prendrait ses photos, elle se ficherait dans un coin, et on en parlerait plus… Je pouvais bien faire un énième effort pour Billy. Il m’avait assuré qu’elle avait absolument besoin de ce job, pour se faire un peu plus d’argent à la fin du mois. Un petit geste amical n’avait jamais tué personne, alors j’avais accepté sans rechigner. Je n’avais jamais connu le besoin, j’avais toujours eu de quoi me nourrir… je n’imaginais pas sa vision de la vie… et en fait je m’en foutais.

Visiblement, j’étais arrivé le premier. Il n’y avait pas encore grand-monde et la salle louée pour l’occasion était presque vide. J’avais entouré mon cou du collier réservé à la presse et j’attendais patiemment que tout cela commence. Je me sentais bien, au milieu de tous ces costumes taillés sur mesure, toutes ces langues de bois et politiciens véreux. C’était vraiment mon univers. Et ça m’avait manqué. Pourtant, mon bonheur de redécouvrir mon monde fut de courte durée, puisque rapidement, je vis la petite brune se diriger vers moi. Je ne l’avais même pas vue arriver, et je soupirai en levant les yeux au ciel quand je remarquai son air déterminé. Elle me salua, puis me demanda pourquoi nous étions ici.

« Visite du président chinois, tu n’écoutes pas la radio ? »

Exaspéré, j’essayais de faire bonne figure, mais c’était déjà mal barré. En tentant de paraître un peu plus poli, je me tournai vers elle et lui tendis la main pour qu’elle la serre. C’était ainsi que se comportaient les professionnels.

« Summer… Ravi de te retrouver… »

Evidemment… l’ironie pointait dans ma voix, et je savais qu’elle allait la comprendre immédiatement. Elle n’était pas idiote, même si je m’évertuais à y croire…
© casielsilencio


Spoiler:
 

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Dim 20 Avr - 18:22

Après avoir commencer à prendre mes repères, j'avais remarqué la silhouette de mon journaliste "préféré" Thomas Bennett. Sachant pertinemment qu'il avait trop d'égo et d'orgueil pour venir me saluer j'avais choisi de faire le premier pas par politesse bien évidemment. Je remarquais aussi qu'il n'avait pas l'air très enjoué de me retrouver, qu'il se rassure c'était réciproque mais je me forçais à sourire que je gardais même quand il soupira et leva les yeux au ciel … Je gardais ma positivité, je n'allais pas me laisser abattre par sa pseudo supériorité. Je lui avais donc par la suite gentiment demandé la raison de notre venue ici. Il m'avait répondu d'un air exaspéré que c'était pour la visite du président chinois. Il fallait que je reste calme. Non je n'écoute pas la radio, j'ai mieux à faire que cela. Je le regardais et lui répondis.

- Et bien non, mon studio me prend trop de temps pour j'ai le temps de l'écouter.

Il me tendis la main que je pris la peine de serrer tout en gardant le sourire. Je pense que cette bonne humeur était plus pour tenter de le déstabiliser, qu'il voit que sa mauvaise humeur ne m'atteint pas le moins du monde. D'ailleurs il ajouta avec une ironie, que j'ai aussitôt perçu, qu'il était heureux de me retrouver.

- Moi de même Thomas.

J'avais employé le même ton ironique que lui, le tout avec le même sourire aux lèvres. Je regardais autour de moi, la masse commençait à bouger de partout, comme des petites fourmis. Mon regard se reposa alors sur le journaliste Thomas Bennett. Il va falloir se mettre à bosser dès maintenant vent qu'on nous prenne les meilleures places.

- Je pense qu'il faut que l'on se mette à bosser.

Je gardais le contact visuel avec le journaliste, il n'y avait aucun défi, je voulais juste y voir son accord. Mais comme il tardait un peu, j'essayais déjà de repérer des places potentielles pour notre reportages. J'en avais déjà vu deux, trois et il fallait faire vite.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Lun 21 Avr - 20:01

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Ma courtoisie avait cependant des limites. Je n’étais pas capable de rester gentil trop longtemps, surtout pas avec elle. Je ne comprenais pas pourquoi on me l’avait collée. Qu’est-ce qu’une photographe pourrait faire ici, nous avions des photographes à la rédaction, et je pouvais même faire les photos moi-même avec mon téléphone. De toutes façons, elles ne seraient pas en haute définition sur le journal, alors quelle importance que l’on paye quelqu’un en plus pour le faire ? Je préférais travailler seul. J’en avais marre que l’on me mette des bâtons dans les roues. Quel dommage que je ne puisse rien dire à propos de tout ça… Si seulement Billy n’était pas le rédacteur en chef…

Son petit air amusé ne me trompait pas. Elle en avait autant marre de moi que j’en avais marre d’elle. C’était hilarant. Et en même temps énervant. Summer continuait de sourire et ça me rendait dingue, au point que j’étais prêt à lui en coller une, si jamais elle ne s’éloignait pas de moi rapidement. Bien évidemment, je savais garder mon self-control. Mais une erreur était très vite arrivée… Là je n’avais pas le choix, néanmoins, parce que si jamais je touchais cette femme, je perdais mon emploi, je terminais en case prison sans passer par la case départ. C’était énervant. Pourquoi les lois existaient ? Pourquoi fallait-il s’y plier ? Je détestais le système !

« Je pense qu'il faut que l'on se mette à bosser. »

Elle pensait ? Moi je le savais, mais je n’avais pas besoin de bouger, contrairement à elle. Elle pouvait faire ce que bon lui semblait pour les photos, je lui laissais carte blanche avec grand plaisir, bien entendu. Moi je pouvais rester derrière sans problème. J’étais grand, j’avais une voix grave et que l’on entendait bien, je n’avais pas besoin d’être au premier rang, comme un intello. Au contraire, bien au contraire… les politiciens préféraient les gens qui avaient du charisme. Il se trouve… que j’en ai !

« Je ne te retiens pas très chère, va donc faire ton travail ailleurs… »

Trop aimable, en effet. Mais j’aurais pu la traiter d’une autre façon, elle avait de la chance que je sois aussi gentil. Elle me regarda d’un air colérique, mais son sourire resta bien en vue sur son visage. Tout comme moi. Pas la peine que l’on fasse un scandale juste avant l’arrivée du président. Ce serait lui voler la vedette… et ça ne serait vraiment pas bien vu !

« Essaye de prendre de beaux clichés. Peut-être qu’ils te donneront un pourboire… J’en aurais besoin de deux pour l’article. Mais tu peux faire ce que tu veux ! Déchaine-toi ! »

Cette fois un peu plus sincèrement quand même, je lui fis un petit – mais vrai – sourire, pour lui signifier que le jeu était commencé, que maintenant nous faisions chacun notre travail. Moi le journaliste, elle la photographe…
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Jeu 24 Avr - 15:07

Je commençais à me demander si la rédaction n'en avait pas fait exprès de m'avoir remise avec lui. Apparemment personne n'ose lui tenir tête dans cette boîte, que des petits lâches … D'un côté je n'ai rien à perdre contrairement à lui, d'autres rédactions m'engagent, que lui s'il est viré ce sera plus dur de retrouver un job. Je me demande bien quelles sont ses limites à ce cher Thomas Bennett.

Bref, je voyais très bien que ma présence l'ennuyait au plus haut point. S'il pense que ça me plait de le voir et de l'entendre il se trompe ! Je n'ai jamais croisé quelqu'un de plus hautain que cet homme. Je ne comprend pas pourquoi il agit de cette façon, ce qui est dommage pour lui, c'est que j'ai, moi aussi, mon sale petit caractère quand je veux. Je voyais quelques uns de ses muscles se contracter, est-ce de ma faute ? J'espère bien. J'avais émis l'idée qu'il fallait que l'on s'y mette. J'avais utiliser "penser" pour ne pas le mettre en boule trop rapidement. Il fallait quand même qu'il puisse rédiger son article, je ne suis pas si mauvaise.

Je le regardais attendant sa réponse qui serait certainement hautaine. Même si c'était bien dit et légèrement sous-entendu, j'avais bien compris qu'il me virait. Tu vas voir les photographies que tu auras toi, tu en resteras bouche bée. Il aurait pu être plus désagréable, j'avais eu pire la dernière fois. Je gardais mon sourire en coin mais mon regard était plus que colérique. Je pris mon matériel qui était posé juste à côté de nous. Mon regard se posa de nouveau sur le journaliste. Au début de sa remarque je levais les yeux au ciel. Néanmoins, la fin me fit sourire, me déchaîner, c'était exactement ce que je voulais entendre. J'avais même remarqué un léger sourire de sa part. Oh mon dieu ! Il va pleuvoir ! Bennett a sourit ! Je lui répondis toujours avec mon petit sourire amusé.

- Ne t'en fais pas , tu  auras les plus beaux clichés que tu n'as jamais vu !

Je lui tournai alors les talons et me dirigeai vers l'espace réservé à la presse. Il y avait déjà pas mal de foule alors je l'admet, j'ai joué un peu, bon beaucoup, des coudes pour avoir la meilleure place. Juste en face, c'était parfait ! J'avais envie de lui montrer, lui prouver même, que j'étais loin d'être la pauvre petite photographe sans talent qui lui sert de boulet. Je mettais donc mon matériel en place lançant de foudroyants regards à ceux qui tentaient de me prendre la place. Des hommes politiques prenaient places petit à petit. Etant au numérique, je pouvais me permettre de prendre quelques photos des préparatifs. On ne sait jamais, si l'un deux meurt, j'aurai des preuves ! Je regarde trop la télévision moi … Les hommes attendus et le président chinois arrivaient enfin. Le discours passait, je prenais des photos, de cadres différents mais néanmoins bien cadrées à chaque fois. J'évitais de les prendre aux mauvais moment. Maintenant c'était au tour des journalistes de parler. J'entendis la voix de Thomas et ses questions déstabilisantes mais malgré tout merveilleusement bien posées. Il n'y a rien à dire il a du talent.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Sam 26 Avr - 22:28

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Le sourire que me renvoya Summer m’épata. Elle ne loupait jamais une occasion de sourire, cette fille. Un vrai sourire ambulant. Dans un sens, je la trouvais amusante, même si je détestais travailler avec elle. Disons que si j’étais une personne normale, je n’aurais aucun problème à la trouver adorable et toutes ces conneries. Mais ce n’était pas moi. Et je préférais ne pas m’imaginer normal. Quelle horreur ! Une fois mon aval donné, elle ne tarda pas avant de me quitter pour aller faire ses photos.

« Ne t'en fais pas , tu  auras les plus beaux clichés que tu n'as jamais vu ! »

Je levai les yeux au ciel quand elle s’éloigna pour de bon. Qu’elle fasse, et que je ne l’aie pas dans les pattes, c’était tout ce que je demandais. Je me fichais de la qualité des photos. Elle pourrait les mettre dans un book ou bien sur un site internet débile si elle le voulait, ça ne me regardait pas. Du moment qu’elle m’en faisait deux qui étaient potables, ça m’allait tout à fait !
Du coin de l’œil, je la vis se placer là où elle pensait faire les meilleures photos. Pour ma part, je pris place sur l’une des chaises – en plastique et vraiment pas très confortables pour un grand gaillard comme moi – et attendis que la conférence commence. Je pris énormément de notes, pour être bien calé sur le sujet, que j’avais déjà révisé avant d’arriver. Je détestais cet homme : le président chinois. Pour un journaliste, ce type était le pire possible. Il avait un mépris énorme pour mes confrères en Chine, mais aimait bien se voir de nous autres américains ou canadiens. Quel sale type ! Et je devais être objectif en écrivant mon article ? C’était dégoûtant !

Quand arriva l’heure des questions, je me préparai à en poser une, pour gagner des précisions pour la rédaction, que je ferais un peu plus tard. On me donna l’autorisation pour parler, et je me levai, en lissant ma veste d’un geste assuré. Après un regard circulaire sur toute l’assemblée, je me présentai :

« Thomas Bennett, du Globe and Mail. J’aurais aimé savoir ce que la Chine pourrait apporter à l'économie de Toronto ? Et pourquoi la présence du président est si importante pour les Torontois ? »

J’eus l’impression d’avoir déclenché une bombe quand tout le monde me regarda. Evidemment, je ne pensais pas aux grosses têtes de ce monde, mais plutôt au peuple, à la population torontoise. Ce n’était pas habituel pour eux, et je devais passer pour un extra-terrestre. Mais j’étais comme mes parents, je suivais leur voie, et j’avais toujours marché comme ça. Mes façons de travailler et de poser les questions choquaient, mais faisaient des merveilles. C’est pour cette raison que l’on me répondit que la Chine pouvait drainer l’économie torontoise encore plus qu’elle ne l’était déjà, créer des emplois et agrandir le champ des possibles. Je pris des notes en hochant la tête, faisant semblant d’être convaincu. Puis, je me rassis, pour finalement écouter les questions de mes confrères.

C’est avec un petit sourire satisfait que je me relevai une fois la conférence terminée et que j’attendis Summer près de la porte d’entrée de la salle, en rangeant mes affaires dans ma petite sacoche. Il fallait bien que je la ramène jusqu’à la rédaction, au moins, pour prouver que tout s’était bien passé, et par la suite, nous pourrions nous séparer pour de bon. Lorsqu’elle me retrouva, elle semblait satisfaite de son travail. Bien, alors nous n’avions pas de regrets, l’un comme l’autre. Je risquais simplement plus gros qu’elle. Mais ce n’était certainement pas Billy qui allait venir me chercher des noises et me dire comment poser les questions et rédiger !

« Tu as tout ce qu’il me faut ? J’espère qu’elles sont bien, on pourra les regarder ensemble, rapidement ? »

J’étais sûr qu’elle n’en demandait pas tant, mais je tentais de faire un effort pour être agréable. Combien de fois Sarah m’avait demandé d’être gentil, plus gentil du moins, alors que je l’étais déjà avec elle, pour une fois ? Alors je tentais de m’entraîner sur toutes les femmes que je croisais dans un premier temps. Je devais faire des concessions, et puisque Sarah m’avait pardonné le fait que je lui avais caché que j’étais journaliste, je devais bien lui faire plaisir aussi…
Ce n’était pas tout à fait au point, j’en étais bien conscient… !
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Ven 2 Mai - 15:03

La conférence était enfin terminée. Rester debout pendant plus d'une heure ça fatigue, je ne sens presque plus mes jambes, je ne vous parle même pas de mes crampes aux bras … Heureusement que j'avais un pied pour l'appareil, ça repose un peu plus. Enfin bref, je me mis à ranger tout mon matériel dans les sacoches faites pour. Ceci fait je me relevais arrangeant brièvement ma chevelure. J'attendis un peu que la foule se dissipe avant de me diriger vers la sortie de la salle. C'est à cet endroit même que je retrouvais Thomas Bennett avec un large sourire satisfait. Il ne me restait plus qu'à rentrer à la rédaction, lui donner les photographies et retourner aussi dans mon petit chez moi. Enfin presque …

- Oui j'ai tout ! Il a pas mal de défauts, mais il est photogénique ce président chinois … Oui, il n'y a pas de soucis, on les regarde quand tu veux, le numérique c'est rapide.

Je gardais le sourire. Au fond, je ne comprenais pas réellement ce qui lui arrivait, la dernière fois il avait voulu visionner seul, ce qui ne m'avait pas déplu au vu de l'ambiance sur place … S'il fait des efforts je ne vais pas le lui reprocher, bien au contraire. Il était donc normal d'accepter sa proposition de visionner les clichés. De plus, avoir un avis extérieur au miens ne peut qu'être constructif.

C'est alors qu'on sortit de la salle. Etant donné que j'étais venu via les transports en commun, oui, je n'ai pas encore eu le temps d'aller voir un concessionnaire automobile … Le choix était vite fait … Je suivais donc Thomas Bennett dans la voiture, était-ce la sienne ou bien une de la rédaction ? Je ne savais pas. Je restais souriante face à ses brefs efforts. Il ne fallait pas trop lui en demander, le trajet avait était silencieux mais je ne m'étais pas attendu à du bavardage non plus de sa part. Nous arrivâmes rapidement grâce à sa conduite très sportive, de toute façon la route m'ennuie alors ce n'était pas plus mal.

Une fois à l'intérieur je souriais et saluais quelques personnes de la rédaction avec lesquelles je m'entendais plutôt bien pendant qu'il me trouvait un ordinateur. J'en profitais pour parler un peu, avant de me faire appeler. C'est avec regret que je quittais mes interlocuteurs pour le rejoindre rapidement.

- Oui c'est bon, je suis là. Tiens voilà la carte.

Je lui tendis la carte en souriant et en attendant qu'il se décide à la prendre pour la mettre dans la lecteur de son ordinateur.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Dim 4 Mai - 12:47

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Photogénique ? Je haussai un sourcil en la regardant, mais elle ne sembla pas le remarquer, trop contente d’elle-même et de ses photographies. Je ne savais pas ce que l’on pouvait vraiment entendre par photogénique, et je ne voulais pas spécialement le savoir. Enfin, pour moi le président chinois était surtout un profiteur et un brin menteur, même si je n’allais pas entrer dans ce débat ni avec Summer, ni avec les lecteurs. En tant que journaliste, je ne devais pas donner mon opinion, ce qui était bien dommage, et j’allais faire mon boulot comme il fallait l’entendre. Objectivement, et sans déborder. J’avais une sorte de script, de ligne déjà toute tracée, que je n’avais plus qu’à suivre. Il s’agissait de rempli trois colonnes dans une page de journal. Rien de plus simple pour moi.

Sans répondre à la brune, je partis en premier, Summer sur mes talons. Quand nous sortîmes de la salle, elle ne sembla pas chercher son chemin pour rejoindre un taxi ou une voiture, et je compris d’instinct qu’elle allait me suivre jusqu’à ma voiture. Je me pinçai les lèvres, sans pour autant faire de commentaires. « Sois gentil, Tom, gentil. Tu sais, ce mot que tu détestes. G-E-N-T-I-L… » Autant comprendre que c’était plus facile à dire qu’à faire, évidemment ! Néanmoins, je lui fis signe de monter avec moi dans ma voiture – un coupé sport plutôt élégant, et je devais dire que j’étais plutôt fier de moi, le jour où je l’avais acheté ! – pour que nous retournions à la rédaction et que je puisse travailler, avec ou sans elle.

Je conduisis le plus rapidement possible, me faufilant parfois entre les voitures pour rentrer plus vite. J’avais l’avantage de savoir repérer les voitures de flics assez facilement, et je connaissais la ville comme ma poche, je savais où ils se postaient et qui ils arrêtaient le plus. Et ce n’était pas souvent moi. Une grosse voiture, chère, ils n’allaient pas tenter le coup. Et pourtant, s’ils m’avaient arrêté à chaque fois que je faisais une infraction, j’aurais déjà dû repasser mon permis au moins dix fois. J’avais compté. J’adorais la vitesse, j’adorais les sensations fortes, et quoi de mieux que sa propre voiture pour ressentir tout cela. J’aurais pu conduire d’une meilleure façon, plus posément, mais Summer à côté de moi ne semblait pas du tout affectée par ma conduite. Tant mieux. Pourquoi aurais-je changé pour elle ? Je changerais pour Sarah, mais pas pour elle ! Attendez… pourquoi je changerais pour Sarah, d’ailleurs ?

La rédaction était comme une ruche. Les abeilles que nous étions n’arrêtaient jamais de bouger, de voleter aux quatre coins des bureaux de nos collègues. Du plus haut gradé au plus petit stagiaire, chaque personne était importante ; oui, même les stagiaires ! J’aimais mon ambiance de travail. Du bruit partout, des gens qui te sollicitent à toute heure de la journée, des horaires qui n’étaient pas fixes, et surtout, du challenge, encore et toujours. Séparé entre le terrain et le bureau, j’adorais mon boulot. Je ne changerais pour rien au monde. Summer s’était arrêtée pour saluer des collègues et discuter avec eux, et je dus la rappeler à l’ordre pour qu’elle se ramène. Et là encore, même le fait que je sois grincheux n’empêcha sa bonne humeur, et elle continua de sourire sans s’arrêter. Elle me tendit la carte mémoire de son appareil photo et je l’insérai immédiatement dans mon ordinateur. Je n’avais pas de temps à perdre, je n’avais pas vu qu’il était déjà tard dans l’après-midi. Nous devions regarder rapidement les photographies qu’elle avait faites. Il y en avait plus d’une centaine… ?! Elle était dingue ou quoi ?! Mais même en nous pressant, je sentais que j’allais devoir rester jusque tard dans la soirée pour pouvoir terminer la rédaction de l’article. A moins que …

« Summer, ça te dirait de rester un peu plus longtemps ici ? Mais d’être payée un peu plus ? »

Je la prenais même pas les sentiments, ce n’était pas la peine, pas avec moi ! Je savais qu’elle travaillait ici parce qu’elle avait besoin d’argent, et j’allais lui en fournir encore plus si elle le souhaitait. Ça allait nous arranger tous les deux, évidemment. Je gagnerais du temps, et elle, de l’argent ! Qui refuserait pareille offre ?

« Je te propose de me trouver les deux photos parfaites pour l’article, pendant que je rédige. T’es payée plus, et moi je termine plus tôt ? Qu’en dis-tu ? »

Evidemment, je lui fis un sourire pour appuyer mes dires et la faire craquer. Mais je sentais que je n’avais pas besoin de cela…
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Jeu 8 Mai - 12:55

Nous étions rentrés très rapidement grâce à la conduite très maîtrisée de Thomas. Cela se voyait qu'il connaissait très bien les environs. Sa conduite sportive ne me dérangea point, je suis une habituée on va dire. Enfin bref, nous arrivâmes à la rédaction du Globe and Mail. J'avais parlé avec quelques collègues en attendant qu'il prépare le terrain dans son bureau. Et puis, j'avais besoin d'une pause, trop de Thomas Bennett tue Thomas Bennett. Si je veux réussir à le supporter il me fallait échanger quelques phrases sympathiques avec d'autres personnes plus souriantes de la rédaction. Je ne lui avais pas demandé son avis bien évidemment. Cette ambiance de rédaction avec tout ce monde était néanmoins très agréable. Ca me changeait radicalement de mon petit studio de photo et c'est ça qui me plaisait à vrai dire.

Mais bon toute cela prit fin quand il me rappela à l'ordre. J'avais gardé mon sourire car cela ne servirait rien de tirer une sale tête. De plus, je suis réputée pour garder le sourire. Avec tous ce qu'il a ou m'arriver, affronter le regard froid de Thomas Bennett n'est qu'une banalité plus que surmontable. Je lui avais donc donné la carte mémoire. Je vu sa réaction quand il vit toutes les photographies … Imaginez qui arrive un malheur à l'un deux, cela aurait servi mais bon allez lui expliquer ça à monsieur grincheux ! Cette légère tension disparut quand il m'adressa la parole. En fait, il me proposa des heures supplémentaires. Je serai mieux payée, pourquoi pas … Je n'ai rien de prévu ce soir en plus. J'arborai alors un sourire. Je lui fis signe de continuer, avant d'accepter je voulais voir ce qu'il allait me proposer. Je ne suis pas folle et idiote non plus. C'était avec un sourire qu'il me proposa de trier les photos pendant que lui rédigerait. C'est vrai que nous serions tous les deux gagnants. Allez je vais être sympathique … Bon oui j'ai surtout besoin de cet argent … J'avais gardé mon sourire.

- Marché conclu Thomas. Je te fais ça ! Je ne suis pas perdante donc ça me convient.

J'avais récupéré la carte et m'étais posée sur le petit bureau non loin, mais suffisamment loin pour être tranquille. Je commençais à trier mes photos. Il y en a quelques unes que je pourrai mettre de côté dans une sorte de book. Mais bon, j'y penserai plus tard, il faut que je trouve les deux meilleures photos pour l'adorable Thomas Bennett … Je l'entendais rédiger et marmonner quelques injures. Pendant ce temps, je fouillais encore à la recherche des perles rares.

Après plusieurs dizaines de minutes j'avais réduit le champ à cinq photographies, il fallait en enlever trois. Elles étaient toutes les cinq superbes … Quelle poisse ! Je repris mon tri, analysant chaque détails dans la photos. La lumière étant parfaite, je n'avais nullement besoin de retoucher et ça c'était vraiment un gain de temps déjà. Enfin bref, après plusieurs hésitations, j'avais enfin trouvé les deux photos idéales. Heureusement d'ailleurs car j'entendais des pas venir vers moi. J'avais bien deviné qui c'était mais j'étais encore préoccupée par mes photos que je n'y prêtais pas une réelle attention.

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Dim 11 Mai - 16:30

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Le regard de ma collègue du jour s'illumina lorsque j'évoquai les heures supplémentaires payées qu'elle pouvait effectuer. Je savais que j'avais touché la corde sensible ! Et cette fois, j'allais obtenir satisfaction. Son sourire toujours juché sur ses lèvres, Summer me répondit calmement que le marché était conclu et que le travail lui convenait. Ainsi, j'étais tranquille pour rédiger... et je n'aurais pas besoin de choisir les photos.

Nous nous séparâmes ainsi rapidement, elle pour récupérer un ordinateur et trier ses fichues photographies et moi pour écrire ce qui serait dans les pages politique et diplomatie du journal du lendemain. La mise en page me donna du fil à retordre. Je n'arrivais pas à écrire de façon objective, je voulais à tout prix emmerder le gouvernement chinois et leur dire des saloperies. Il y avait une chance pour que je perde mon boulot si je faisais cela, et ce n'était pas le moment pour être licencié. Le jeu en valait-il la chandelle ? Clairement pas ! Même si c'était très tentant...

Je finis par choisir la solution de facilité : retracer tout l'événement sans évoquer en profondeur les questions qui, selon moi, auraient dû être posées. Je fis alors le récit de l'heure et demie d'entretien en terminant sur une petite touche humoristique sur le président chinois. Et peu m'importait qu'il n'apprécie pas ma boutade...

Par la suite, je rejoignis Summer à son poste de travail. Elle était encore en train de regarder ses photos et elle semblait ne plus être connectée à la vie réelle. Je restai quelques secondes debout à côté d'elle, avant de me racler la gorge pour qu'elle se rende compte que j'attendais.

« Alors Winston, tu les as ces photos ? J'aimerais bien pouvoir rentrer chez moi... »

Je n'étais pas des plus polis mais cet article commençait à me rendre chèvre...
© casielsilencio


Spoiler:
 

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Mar 27 Mai - 20:29

Nous avions décidé, enfin il m'avait proposé et j'ai accepté, de partager le travail afin d'avancer plus rapidement, d'autant que mes heures supplémentaires seraient payées ce qui est loin d'être négligeable pour ma part étant donné que les fins de mois sont plus ou moins difficiles. Cela dépend des clients, mais bon cela va de mieux en mieux. Bientôt, je n'aurai plus besoin de ces petits boulots de photographes pour les rédactions ! Enfin, j'espère …

Malgré tout, j'étais quand même toujours trop près de Thomas, mais bon, nous étions chacun de notre côté à fond dans notre occupation. Il faisait totalement abstraction de ma personne et j'en faisais de même envers lui. Tout se passait à merveille ! Le choix des deux photos idéales n'étaient pas évident et j'avais passé un temps fou à examiner chaque image, chaque recoins, chaque détails, chaque cadrage. Quand ce fut enfin le cas, je sautais de joie intérieurement. Trop de joie risquerait de rendre miser Thomas Bennett mécontent … Il ne doit sourire que quand il se brûle comme on dit.

En parlant de lui, les pas que j'avais entendu sans y prêter guère plus attention, étaient en fin de compte les siens. C'est ce que je remarquais quand j'entendis un raclement de gorge plutôt grave. Je me retournais aussitôt en sa direction le sourire toujours aux lèvres. J'aime lui sourire, ça l'embête, je le sens et ça me plait. Toujours avec un enthousiasme légendaire, il me demanda si les photos étaient choisies car monsieur voulait rentrer chez lui. C'est bon Thomas, tu n'es plus à deux minutes non ? Les voilà tes photos …

- Oui, oui c'est bon je les ai … Tiens les voilà.

J'avais sélectionné sur l'écran les deux photographies choisies par mes soins. J'étais plutôt fière. Je me retournais alors de nouveau en sa direction, le regardant au passage. J'espérais deviner plus ou moins ce qu'il en pensait, mais il est trop fort pour ça, trop d'expérience …

- Alors elles te conviennent ? C'est bon, on a fini ?

Il n'avait pas été des plus polis, j'avais aussi envie de rentrer mais, je voulais savoir si mes choix lui convenaient ou pas. Est-ce qu'elles allaient avec l'orientation de son article ? J'en avais choisi des neutres, elles ne mettaient pas en valeur l'homme politique mais ne le dévalorisaient pas non plus pour autant.

Spoiler:
 

__________________________

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Mer 4 Juin - 18:40

SUMMER & THOMAS
another bad day in your company


Immédiatement, la jeune femme leva les yeux vers moi, toujours son incroyable et éternel sourire collé aux lèvres. La voir me donnerait bientôt des boutons, mais pourtant, je devais bien avouer qu’elle m’impressionnait à rester toujours aussi positive. C’était rare, et je me demandais si elle faisait cela simplement pour bien se faire voir et pour être sûre de pouvoir rester dans la boîte, quand on avait besoin d’elle. Il faudrait la voir en dehors de la rédaction pour être sûr… et je n’avais pas envie d’en être sûr en fait. Moins je voyais les gens, mieux je me portais. On aurait pu croire que j’étais un poil asocial… et on aurait eu raison, en fait !

« Oui, oui c'est bon je les ai … Tiens les voilà. »

Je soupirai de soulagement et jetai un coup d’œil aux photographies qu’elle m’avait sélectionnées. Je n’y connaissais vraiment rien alors je lui faisais confiance. De plus, elle ne me ferait pas de sale coup, parce qu’elle était bien consciente que je le prendrais très mal… assez mal pour faire en sorte qu’elle ne revienne jamais traîner dans le coin. Billy était un connard certes, mais il n’était pas idiot, et même s’il me détestait, il remarquerait que le mauvais travail ne viendrait pas de moi, mais d’elle. De fait, je préférais tout de même regarder son boulot pour être sûr que tout irait bien. Simple contrôle de routine, en fait.

« Alors elles te conviennent ? C'est bon, on a fini ? »

Sans répondre, je branchai ma propre clé USB sur le deuxième port de l’unité centrale, et fit basculer les deux photos dans le dossier de mon article. Elles me convenaient, sinon je ne les aurais pas prises et je lui aurais demandé de changer tout ça, bien sûr. Peut-être s’attendait-elle à ce que je la félicite ? Ça n’allait certainement pas arriver, ça par contre ! Je repartis vers mon propre poste de travail, et elle me suivit, sûrement parce que je ne lui avais rien dit, même pas remerciée. Je soupirai, en me disant qu’elle n’allait pas me lâcher alors qu’elle aurait pu s’enfuir et réclamer sa paye… Et je relevai les yeux vers elle quand elle se planta devant mon ordinateur.

« Elles sont très bien, je vais les redimensionner, merci, au revoir ! »

Légèrement expéditif, exactement comme j’aimais mes répliques. Je savais parfaitement que j’étais un connard avec elle, tout comme l’était Billy avec moi. A vrai dire, je m’en inspirais presque pour mon comportement. Elle n’y était pour rien dans tout ça, mais je n’aimais tout simplement pas travailler avec quelqu’un. Et puis John… ce n’était pas pareil, d’abord parce que c’était mon meilleur ami, et ensuite, il ne travaillait plus spécifiquement avec moi, maintenant. Il avait été augmenté. Il avait changé de poste. Et c’était très bien pour lui d’ailleurs… Si Billy ne me détestait pas, peut-être que j’aurais pu être promu moi aussi ! Plutôt que de me retrouver avec Summer pour les fins de mois.

« Je vais pouvoir me débrouiller tout seul, tu peux partir si tu veux… »

Mon ton s’était radouci, parce que je savais bien que ce n’était pas très sympa pour elle. Je ne voulais pas qu’elle reste, mais je ne voulais pas non plus qu’elle se plaigne à tout le monde dans les couloirs. Tout le monde savait que j’étais un peu méchant sur les bords et n’attendait qu’une chose : que je le montre encore une fois pour mieux dire des saloperies par la suite. Si ça ne m’atteignait pas… je me doutais cependant que ma présence était légèrement énervante pour les gens. Et de fait, elle l’était également pour Summer. Et elle n’avait rien demandé. Ce n’était pas elle qui avait choisi de travailler avec moi, tout comme je n’avais pas choisi de travailler avec elle.
© casielsilencio

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Summer A. Winston


DISCUSSIONS : 90
MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   Dim 22 Juin - 18:21

Je lui avais demandé si mes photographies choisies lui convenaient afin que je puisse partir au plus vite, retourner dans mon petit appartement et regarder un film tranquillement installée. C'est en daignant me répondre qu'il inséra sa clé USB dans l'unité centrale, copiant collant les deux photos, toujours sans m'adresser un mot, ni même un regard. C'est un bel enfoiré égoïste quand il le veut ! Je ne m'attendais pas à des félicitations, cela fait un moment que je n'espère plus le moindre compliment de sa part. Non, je voulais juste savoir si elles étaient bien pour son article. S'il les a prises c'est que cela doit lui aller un minimum … Une fois prises, il partit vers son bureau. J'éteignis mon ordinateur et partit le rejoindre, il ne m'avait pas adressé un mot, un simple merci ne le tuerait pas non plus ? Il ne faut pas qu'il oublie qu'il n'est pas le seul pour qui cette journée, cette situation, fut désagréable. Je le vis soupirer, ne cache pas ta joie Thomas Bennett … Je resterai là jusqu'à ce qu'il m'adresse un mot, même si c'est pour me dire de m'en aller. Je suis aussi têtue que lui quand je veux. Il me regarda, enfin, et m'adressa quelques mots "agréables" avant de me virer. Je levais légèrement les yeux au ciel. Il me tape réellement sur le système quand il se comporte ainsi, alors que je l'ai vu, il peut être sympathique par moment.

Je ne comprenais réellement pas pourquoi il agissait ainsi. Pourquoi être si mauvais ? Je ne suis pas un enfant de choeur ou un ange non plus mais tout de même, la méchanceté gratuite me déplait énormément. Il faut dire qu'il excelle dans la matière, ce qui fait de lui une personne horriblement détestable … Je plains la femme qui partagera sa vie, si cela arrive un jour … Enfin bon, je ne savais pas pourquoi j'étais encore en face de lui … Peut-être que je me disais qu'il finirait par être un peu plus concilient … Du coup, j'allais me décider à repartir, quand il m'adressa de nouveau la parole avec un ton qui sonnait mieux à l'oreille. Je lui adressais alors un bref sourire, oui j'étais satisfaite.

- Je n'en doute pas un instant. Au revoir Thomas.

Je ne savais pas s'il se reprochait quelque chose, s'il regrettait de m'avoir parlé d'une façon désagréable tout au long de cette journée. De toutes les façons, ce qu'il pouvait bien penser ne m'affectait guère, c'était un homme compliqué et je n'avais pas le temps de m'attarder sur ses sentiments. Je lui adressais un dernier regard et un dernier sourire avant de tourner les talons et de quitter son bureau, en espérant profondément de ne plus avoir à y retourner. J'adressais un signe de la main à ceux qui étaient encore présents, journalistes ou personnel d'entretien, avant de mettre enfin un pied en dehors de la rédaction du Globe and Mail.

Une horrible journée de passée, demain ne sera que mieux. Enfaite, n'importe quelle journée loin de Thomas Bennett est merveilleuse.

Spoiler:
 

__________________________

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] Another Bad Day In Your Company   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] Another Bad Day In Your Company

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: