Partagez | 
 

 [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



Invité


MessageSujet: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Sam 5 Avr - 0:36

Il avait été tard, ce soir-là, quand j’avais enfin décidé de recontacter Thomas, afin de réclamer mon dû. J’avais tardé, assez pour qu’il croit que j’aie oublié. Un peu plus de 2 semaines s’était écoulées, et en effet, je n’avais pas du tout été pressé de revoir cette enflure qu’était Bennett. Les séquelles physiques de notre dernière rencontre avaient beau avoir disparu depuis le temps, ma rancune n’en avait pas pour le moins diminué. L’humiliation que je lui avais fait subir avait été une grande satisfaction pour moi, mais maintenant, je voulais l’humilier encore plus en lui faisant m’avouer tout sur sa vie. Il voulait jouer au détective privé et suivre Abi pour tout savoir d’elle ? Et bien il allait gouter à son propre traitement.

Comme je m’en étais douté, il m’avait répondu par monosyllabe, confirmant le rendez-vous que j’avais fixé. Il ne devait vraiment pas être heureux. Je jubilais. Je me servis un verre d’eau et m’installai sur mon canapé, un grand sourire aux lèvres. Je repensai à son état quand je l’avais laissé au sol, la dernière fois. Je me demandais comment il avait pu expliquer tout cela à Sarah. Une épaule déboitée et la mâchoire défoncée, ce n’était pas forcément les choses les plus faciles à cacher. J’avais déjà eu moi-même du mal à expliquer à Ella la présence d’hématomes sur tout mon corps, car forcément, elle les avait vus. Elle s’était d’ailleurs inquiétée et je lui avais assuré que ce n’était rien. Je n’aimais pas mentir, mais je lui avais dit que c’était après une altercation dans un bar. Elle n’avait pas cherché plus loin et était passée en mode médecin pour s’assurer que je n’avais rien de grave, avant de qu’elle ne me masse doucement… Je me perdis dans mes souvenirs, me rappelant ses caresses sur la totalité de mon corps. Ça avait été une soirée parfaite. Par contre, celle-là le serait moins sans elle, je décidai donc de l’appeler…

Le lendemain, jour du rendez-vous, je me levai aux aurores. J’avais quelques courses à faire ce matin-là. Je voulais faire un diner surprise pour Ella ce soir, comme ça, elle n’aurait rien à faire quand elle rentrerait du boulot. C’était d’ailleurs aussi pour cela que j’avais fixé le rendez-vous à 2 heures de l’après-midi, juste après le déjeuner. Cela faisait trois semaines que l’on se fréquentait, et avec son travail, je profitais de chaque minute avec elle. Je ne m’étais pas senti aussi bien avec quelqu’un depuis longtemps, alors je faisais en sorte de prolonger mon temps avec, sachant que trop bien qu’on pouvait me l’arracher du jour au lendemain.

Toutes mes tâches accomplies, je réalisai qu’il était déjà 1 heure de l’après-midi, et que je n’avais toujours pas mangé. Je pris alors la décision de manger Fish & chips dans un petit restau pas loin de notre rendez-vous. J’étais tombé dessus par hasard, et je devais avouer, les plats qu’ils servaient me rappelais mon chez moi. 1 heure plus tard, mes pas m’amenèrent dans le bar où j’avais donné rendez-vous. A peine j’entrai, que je vis Bennett, déjà assis à une table, sirotant tranquillement un Coca Cola d’un air nonchalant. Son visage était fermé, il n’avait vraiment pas l’air d’apprécier d’être ici. Qu’il pense que je lui faisais perdre son temps ne m’étonnerait même pas. Je tirai ma chaise bruyamment pour signifier ma présence, vu qu’il ne m’avait pas remarqué, puis m’assis, observant rapidement son bras et sa mâchoire, afin de voir s’il était toujours mal en point. Je fus déçu de voir que je n’en tirais rien, s’il avait encore mal, il le cachait bien.

- Salut Bennett, encore en avance je vois.


Il ne me répondit pas de suite et je le vis me jauger du regard. Réaction habituelle en somme. Je soupirai un bon coup, l’après-midi allait être long.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Sam 5 Avr - 17:28

La sentence était tombée, enfin. Nous devions nous revoir, McCoy et moi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’étais pas pressé de le retrouver. Bien au contraire.

Depuis notre dernière altercation, je n’avais pas cessé de songer au moment où j’allais le revoir. Je devrais me maîtriser pour ne pas lui casser la gueule, et cette fois gagner la bataille. La dernière fois  s’était soldée par un échec, et j’avais eu honte de me faire battre aussi facilement. J’avais compris mon erreur. J’avais parlé. Je l’avais attaqué avec des mots, alors que la seule manière possible de le buter était avec mon corps, ma force. C’était une erreur, une terrible erreur, parce que de ce fait, j’avais perdu le pari. Et j’étais dans ce bar, seul, morose, en ressassant cette erreur, justement.

David m’avait donné rendez-vous dans un endroit calme, avec des gens aux alentours, au cas où tout déraperait. Il m’avait aussi donné rendez-vous en début d’après-midi, ce qui n’était pas du tout pour me plaire. J’avais du boulot, ce qui n’était pas son cas. Je ne pouvais pas me permettre de partir trop longtemps de la rédaction. Déjà que Billy ne m’appréciait pas, alors si en plus je partais Dieu sait où… il allait m’arracher la tête.

J’avais mangé rapidement, sans me préoccuper de savoir ce que David pourrait bien me demander. J’imaginais aisément ses questions : « Qui es-tu ? » ; « Pourquoi tu es un enfoiré comme ça ? » ou encore « Qu’est-ce qu’il y a avec Polloni ? » Le genre de questions idiotes et qui restaient à la surface. C’était tellement ridicule. Et pourtant, je savais qu’il allait passer par là. Péniblement, j’étais arrivé jusqu’au bar. Mon bras me faisait encore souffrir, par moments. Mon épaule démise avait été soignée mais parfois, des crampes me paralysaient quand je faisais trop d’efforts. Surtout, ça avait été compliqué d’expliquer à Sarah pourquoi j’étais dans un état pareil, quand elle était venue me chercher. Je lui avais dit qu’une mission avait mal tourné, elle croyait que j’étais flic, et j’étais presque sûr qu’elle n’avait pas gobé un mot de ce que je lui avais dit. Elle doutait de moi, de toutes façons, depuis le début. Mais je ne pouvais pas lui dire maintenant ce que je cachais à tout le monde. C’était trop tôt encore. Je devais récupérer mon poste pour ça.

A quatorze heures, j’étais déjà attablé dans le bar, un coca devant moi. Pas la peine de boire, je buvais déjà beaucoup trop ces derniers temps. Il fallait que je me calme. Je regardais le temps défiler et quand David entra dans le bâtiment, je fis semblant de ne pas le voir. Il me rejoignit et s’assit avec bruit. Il faisait vraiment tout pour qu’on le remarque, ce con ! Il me salua, en y ajoutant une remarque que je ne relevais pas. Je levai les yeux vers lui et le foudroyai du regard. Décidément les relations diplomatiques entre nous n’allaient pas en s’arrangeant.

-David… Tu n’imagines pas à quel point je suis heureux de te revoir…

Je m’amusai de ma propre bêtise, et attendis qu’il commence son interrogatoire. Je voulais que ce soit fait le plus vite possible. Ce n’était pas franchement un moment agréable à passer, et je n’avais qu’une envie : me tirer d’ici rapidement et ne plus jamais le revoir de toute ma vie ! J’attendis qu’il eut commandé et une fois le serveur reparti vers le comptoir, je repris la parole :

-Alors, qu’est-ce que tu veux savoir ?

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Jeu 10 Avr - 15:31

Sa réponse, « David… Tu n’imagines pas à quel point je suis heureux de te revoir… », avait été froide, tout le contraire de ce qu’il avait dit, mais en même temps, je n’en attendais pas moins. Il prenait toujours son pied à m’emmerder par tous les moyens possibles, et ça marchait. Je n’avais pas appris ma leçon de la dernière fois. Je n’allais pas le laisser parler.
Avant de pouvoir répondre par une pique, un serveur apparut de nulle part, afin de prendre ma commande. Je détournai quelques secondes mon regard afin de demander un thé glacé avant de me concentrer à nouveau sur Thomas, n’attendant pas que le serveur en ait fini avec moi. J’espérais vraiment qu’après cet « entretien », nous serions sur le même pied d’égalité. Je ne supportais tout simplement pas qu’il puisse en savoir autant sur moi !

- Alors, qu’est-ce que tu veux savoir ?

- Parle-moi de ta famille pour commencer. Tu sais tout de la mienne. Il n’y a pas de raison que je ne sache rien de la tienne.

Il était difficile avec lui de savoir si oui ou non, ce que je lui disais l’affectait. Son visage était très difficile à lire, et déjà que je n’étais pas très doué, je ne pouvais qu’espérer qu’au plus profond de lui, ça le faisait chier.

- N’oublie pas les détails croustillants. Car je compte bien te faire ressentir tout ce que j’ai ressenti lorsque tu as parlé de mes parents !

Je m’assis confortablement, il ne manquait plus que mon verre et je serai paré à l’écouter. Il avait beau se comporter comme si tout était parfait chez lui, je trouverai les failles pour montrer le contraire !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Jeu 10 Avr - 20:12

Les paris étaient ouverts. Il s’agissait de définir la première question que David allait me poser. Je lui en avais mis plein la tronche lors de notre entrevue, alors ce serait de bonne guerre qu’il me rende la monnaie de ma pièce. Je m’attendais au pire. Allez, de quoi lui avais-je parlé déjà ? De lui, principalement, de sa famille, de sa petite-amie, de tout son passé. J’avais pu tout retrouver dans des archives en ligne auxquelles les journalistes avaient accès. Lui ne pouvait rien trouver sur moi… alors il allait carrément me le demander, non ? Et ça ne loupa pas …

- Parle-moi de ta famille pour commencer. Tu sais tout de la mienne. Il n’y a pas de raison que je ne sache rien de la tienne.

Sans rien montrer, sans rien dire, je sentis mon cœur se serrer. David savait où frapper, bien qu’il n’imagine pas ce que j’allais lui dire, très certainement. En même temps, je l’avais bien cherché. Maintenant, il s’agissait de savoir comment j’allais le dire. Devais-je me montrer froid ? Me montrer insensible ? Ou plutôt au contraire me montrer émotif, et laisser mes sentiments sortir ? Aucune fichue idée. Même si je savais par avance que je n’avais pas envie de chouiner comme une fillette devant lui, je me disais que ce serait vraiment horrible pour le souvenir de mes parents de me montrer horriblement glacial. J’étais pieds et poings liés. C’était terrible.

- N’oublie pas les détails croustillants. Car je compte bien te faire ressentir tout ce que j’ai ressenti lorsque tu as parlé de mes parents !

Rah, en plus, il m’énervait, ce petit con ! Pour qui se prenait-il ? Il avait seulement gagné parce que j’avais fait une erreur de stratégie. Je l’avais provoqué. Et j’en payais les conséquences maintenant, coincé dans ce bar avec ce type. Bon sang, que je le détestais. Il s’affala dans sa chaise en me regardant d’un air satisfait et j’attendis que le serveur apporte la boisson de McCoy. Et, sadiquement, quand il prit une gorgée de thé glacé, je commençai mon récit.

- Mes parents se sont fait tuer.

Mon jeu d’acteur eut l’effet escompté, et je crus mourir de rire en voyant que David avait failli tout recracher par le nez. Au moins, ça me donnait du courage pour continuer, c’était déjà ça.

- Un connard jihadiste, plus connu sous le nom de Ben Laden, a commandité l’assassinat de ma mère en envoyant des avions se crasher dans les tours du World Trade Center. Elle était dans les étages au dessus. Dans les derniers étages. Plus de réseau, plus d’oxygène, deux cent degrés à l’air libre, de la fumée partout, des cris, des pleurs, et elle était là dedans.

Je m’interrompis quelques instants, pour reprendre mon souffle. Je détestais parler de ce sujet, mais quand je le faisais, j’y allais pour de bon. Si j’avais pu tuer Ben Laden de mes propres mains, je l’aurais fait sans me poser de questions. Et je savais que je n’étais pas le seul à penser cela. Et je savais également la souffrance en apprenant sa mort. Oui, c’était paradoxal. Mais ce sale type aurait dû pourrir en prison, ou souffrir un peu plus qu’une mort directe. J’inspirai profondément, en gardant mon self-control. Au final, j’avais dit cela d’un air froid, mais au regard de David, je savais qu’il avait compris que je ne l’étais pas du tout.

- Tu veux l’histoire de mon père, maintenant ?

Je savais qu’il allait dire oui. Mais le temps qu’il prenait pour me répondre était un échappatoire, temporel certes, mais néanmoins présent pour me calmer et m’aider à passer à la suite.

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Dim 13 Avr - 19:55

J’attendis patiemment qu’il commence à parler, un petit sourire au coin des lèvres. Il fumait, ma demande l’emmerdait au plus haut point, et je profitai pleinement de ma position de force par rapport à lui. Tout était question de prise de pouvoir sur l’autre entre nous, et, même si je ne savais pas vraiment quand est-ce que notre relation avait basculé comme cela, ou si tout simplement ça avait toujours été ainsi, je ne comptais pas me laisser faire. Un homme avisé aurait lâché prise, lâché l’affaire il y a belle lurette même, mais pas moi. Nous en étions arrivés à un point de non retour à mon sens.
Je portai mon verre nouvellement acquis à la bouche, je voulais me désaltérer avant son petit monologue, qui, je pensais, serait assez intéressant pour que je ne prête plus aucune attention à ma boisson.

- Mes parents se sont fait tuer.

Cet idiot avait choisi ce moment précis pour parler et la surprise fut telle que je failli tout recracher par le nez. Tellement glamour. Et quelque chose me dit qu’il l’avait totalement fait exprès. Il savait que je ne m’en serais jamais douté. Comment le deviner d’ailleurs ? Ce connard avait voulu m’enfoncer psychologiquement en jouant sur la mort de mes parents, je n’aurais jamais imaginé que quelqu’un qui avait perdu ses parents puissent une seconde envisager de faire cela. Il savait la douleur que c’était, mieux que quiconque, alors, pourquoi ?
La réponse à ce stade de la conversation était simple pour moi. Car c’était un connard fini.

- Un connard jihadiste, plus connu sous le nom de Ben Laden, a commandité l’assassinat de ma mère en envoyant des avions se crasher dans les tours du World Trade Center. Elle était dans les étages au dessus. Dans les derniers étages. Plus de réseau, plus d’oxygène, deux cent degrés à l’air libre, de la fumée partout, des cris, des pleurs, et elle était là dedans.

Je le regardais, bouche bée, déballer son histoire d’une seule traite, n’omettant aucun détails. Son ton avait été neutre, presque froid, et contrôlé. Cependant, je refusais de croire qu’il ne ressente rien en racontant tout cela, encore moins à quelqu’un qu’il déteste. J’étais passé par là, j’avais connu le désespoir, la culpabilité.
Je ne parlai pas, l’observant reprendre son souffle. Son débit de parole avait été impressionnant. Un peu plus, et je n’aurais pas compris un mot de ce qu’il venait de me dire. Je compris que pour lui, ces mots devaient être comme du poison, autant que les siens l’avaient été pour moi la dernière fois. La réalité de la chose rendait plus difficile d’accepter.

- Tu veux l’histoire de mon père, maintenant ?

J’étais peut-être compréhensif, mais au point où on en était, je n’allais pas lui dire « Non, laisse tomber mon vieux, on se fait la paix ? », ça serait trop simple pour lui.

- Vas-y continue, ne t’interrompe pas pour moi.

Je ponctuai mes mots d’un geste de la main, signifiant « Qu’on en finisse.. ». M’avait-il demandé mon avis quand il avait parlé de mes parents ? Je ne crois pas, non. Il ne m’avait pas laissé le choix, je ne lui laisserai pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Dim 13 Avr - 21:02

J’avais attendu sa réponse avec impatience, en l’observant. Il me regardait l’air effaré, presque choqué par tout ce que je venais de dire. Allez, dans sa vie de médecin, ou plutôt d’interne en médecin, puisqu’il n’avait jamais exercé, il avait forcément vu et vécu des trucs pires que ça. Au final, ma mère avait dû mourir assez rapidement, asphyxiée par la fumée, ou bien dans les flammes. A moins qu’elle ne se soit fait tuer par les autres personnes présentes avec elle, si jamais elle avait une bouteille d’eau qui n’aurait pas fondu avec la chaleur. Pendant tout ce temps – dix-sept putains d’années, tout de même !! – j’avais pu réfléchir à tous les scénarios possibles. Au final, les conséquences étaient toujours les mêmes. Je n’avais plus de mère.

Une fois la réponse de David arrivée, je pris une profonde respiration. Si parler de ma mère n’était plus aussi douloureux que ça avait pu l’être, c’était quand même mieux que de parler de mon père, pour moi. Quand ma mère est morte, j’étais encore à l’école, j’avais dû raconter l’histoire des dizaines et des dizaines de fois. Quand mon père est mort, j’étais déjà adulte, je travaillais avec lui, c’était différent. Les gens ne me demandaient plus ce qu’il s’était passé. Mes collègues le savaient, et préféraient ne pas m’en parler. D’abord, je les avais remerciés pour cela. Et après, j’avais eu besoin d’extérioriser. Et je ne pouvais pas le faire. Ma femme était partie. Mes collègues refusaient de me laisser faire. Et c’était hors de question que je vois un psy. En y réfléchissant bien, David serait la première personne à qui j’en parlerais. Quelle classe !

- Mon père était journaliste dans la même rédaction que moi, et où était ma mère aussi. C’était l’un des meilleurs de nous tous. En 2011, il a été envoyé en Syrie, pendant les échauffourées dues à tous les changements qui se sont déroulés là-bas. Parti à l’autre bout du monde, il… comment dire ? il s’est fait prendre en otage, avec quelques autres journalistes d’autres nationalités.

Je m’interrompis, mal à l’aise. C’était vraiment une affaire plus difficile à raconter et j’avais du mal. Comment peut-on raconter cette histoire de toutes façons ? Pour un fils, c’est tellement compliqué. Et je voyais également que David ne faisait pas le fier non plus. Il tentait, mais c’était clair que personne ne pouvait être sans cœur face à cela. Sauf moi. Quand il s’agissait des parents et des familles des autres. J’avais perdu la mienne, et ça me confortait dans l’idée que personne ne pouvait être heureux avec sa famille, tant que je ne l’étais pas. Et je ne le serais probablement jamais !

- Il a été retenu en otage plus ou moins trois semaines… on n’en sait pas plus en fait parce que les Syriens ne nous ont rien dévoilé par la suite… Et ils l’ont exécuté, froidement, comme un morceau de viande, tu vois ?

Avec un air faussement détaché, je portai mon verre à mes lèvres, en essayant ne pas croiser le regard de David. Non pas que j’aie honte d’avoir raconté cela, mais je me sentais extrêmement faible et fragile à présent. Et en face de lui, je n’aimais pas ça !

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Dim 20 Avr - 0:28

Il prit une profonde inspiration, presque comme pour se donner du courage. Enfin, surtout pour se donner du courage. Qui j’allais berner en pensant cela ? Cela devait être autant difficile de parler de la mort de ses parents que ça l’était pour moi. Il pouvait être un connard sans nom pour des gens qu’il ne connaissait pas, mais certainement pas au sujet de sa famille. Enfin, je l’espérais.

- Mon père était journaliste dans la même rédaction que moi, et où était ma mère aussi. C’était l’un des meilleurs de nous tous. En 2011, il a été envoyé en Syrie, pendant les échauffourées dues à tous les changements qui se sont déroulés là-bas. Parti à l’autre bout du monde, il… comment dire ? Il s’est fait prendre en otage, avec quelques autres journalistes d’autres nationalités.

Contrairement à l’histoire de sa mère, cette fois, il avait raconté ce qui était arrivé de façon haché, presque hésitante. Son ton avait toujours été aussi neutre, mais on pouvait presque entre sa voix se briser. Il galérait, comme je l’avais souhaité.
Cependant, je n’étais pas non plus une ordure, et de le voir tant à découvert, si fragile, me mit mal à l’aise. Je sentis mon cœur se serrer, pour cet homme dont j’avais voulu la mort car il m’avait fait la même chose. Qu’allait-il penser de moi alors ? Pour le coup, je ne valais pas mieux que lui, et ça m’énerva. J’étais énervé pour tout un tas de choses, certes, mais là, j’étais énervé contre moi-même, et non plus contre lui. Bien sûr, par fierté, je tentai tout de même de rester impassible, et cela aussi, ça me gonfla.

- Il a été retenu en otage plus ou moins trois semaines… on n’en sait pas plus en fait parce que les Syriens ne nous ont rien dévoilé par la suite… Et ils l’ont exécuté, froidement, comme un morceau de viande, tu vois ?

Je voyais parfaitement, oui… Je me passais la main sur le visage, j’essayais de me recomposer tant que je vis qu’il avait détourné le regard, tout en prenant une gorgée de sa boisson. L’ambiance était malsaine, glaciale.
Maintenant, je comprenais mieux pourquoi il m’avait tant rabaissé, en me rappelant bien que j’étais la cause de la mort de mes parents. La perte des siens avait changé sa vision des choses. On le lui avait arraché sans qu’il ne puisse faire quelque chose, le fait que je sois le responsable de la mort des miens avaient dû déclencher une réaction incontrôlable…
Quand il redirigea son regard dans ma direction, j’en profitai pour faire un hochement de la tête, lent et mesuré. Il fronça les sourcils, attendant sûrement que je continue.

- Parle-moi de ta vie sentimentale, c’est plus intéressant que tes études, et puis, je connais déjà ton métier.

J’avais craché mes derniers mots. Mon dégout pour son métier était perceptible à ce moment. Certes, le métier en lui-même était honorable, mais ce qu’il en faisait ? J’aurais pu lui cracher à la gueule si je n’avais pas eu ne serait-ce une once de retenue.

- Tu es peut-être avec Sarah en ce moment, mais elle est nouvelle, et avant elle, je suis sûr qu’à 30 ans passés, tu as eu quelques relations…

Je le foudroyais du regard. Pareil, j’avais eu mes soupçons quant au fait qu’il se soit retrouvé avec Sarah, qui comme par hasard, se trouvait être la voisine de pallier d’Aby. Je me mordais les lèvres, me rappelant que je ne l’avais toujours pas recontactée alors que nous étions dans le même immeuble. Mais j’avais honte, et honnêtement, je redoutais sa réaction en me voyant suite à l’article.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Lun 21 Avr - 19:43

David faisait moins le fier maintenant, je l’avais bien remarqué. Il ne savait pas où se mettre, mais tentait de garder une contenance. Quant à moi, j’essayais de garder mon calme… ou plutôt de le récupérer. C’était tellement difficile de parler de mon père. J’avais toujours été énormément proche de lui, notamment après la mort de ma mère. Et finalement, on me l’avait pris lui aussi. J’avais eu énormément de mal à m’en remettre, avec tout ce que cela impliquait : dépression, séances de psychologue etc etc… Ça avait été une période plutôt sombre de ma vie, et malheureusement, j’y repensais très souvent. Surtout quand je pensais à ma fille.

- Parle-moi de ta vie sentimentale, c’est plus intéressant que tes études, et puis, je connais déjà ton métier.

L’enfoiré. Il allait faire tous les sujets qui étaient difficiles à accepter pour moi. Je le détestais, rien que pour ça. Il allait me le payer, même si, évidemment, il ne faisait que me rendre la monnaie de ma pièce. Je l’avais mérité. J’avais mérité de souffrir autant que je l’avais fait souffrir en parlant de sa propre famille. J’étais dégoûté, je n’aurais pas dû perdre ce combat, ce pari. Je n’aurais pas eu besoin de ressasser tous ces souvenirs, et David n’aurait jamais eu de moyen de pression sur moi. Parce qu’il en avait maintenant. Et il en aurait d’autres dans quelques instants.

Quand il me parla de Sarah, je relevai les yeux vers lui, en le fusillant du regard. Il n’avait pas le droit de parler d’elle ainsi. Je savais que c’était pour le sexe, elle et moi… mais c’était au début que je pensais ça. Il s’était écoulé du temps entre le moment où nous nous étions battus David et moi. Mes sentiments avaient évolués depuis. Sarah n’était pas mon plan cul. Sarah était… ma petite-amie, si je pouvais me permettre de l’appeler ainsi. Et il se trompait. J’avais eu une relation. Et des coups d’un soir… mais rien de bien palpitant. Je ne voulais de personne et personne ne voulait de moi. Et c’était parfait comme ça !

- J’ai été marié.

Encore une fois, j’appréciais intérieurement son regard surpris, voire choqué. Il ne s’y attendait pas, bien sûr, qui pourrait s’y attendre. Je n’étais pas bien vieux, j’avais la trentaine, à mon âge, on n’était pas encore marié, ou alors on s’apprêtait à l’être. J’esquissai un léger sourire en voyant David ouvrir de grands yeux. Impressionné ou simplement étonné ? Aucune idée…

- Et allez, info bonus : j’ai une fille ! Tu ne l’aurais jamais cru, hein ducon ?

Je le provoquais oui. Mais là, il dépassait les bornes à me regarder comme un merlu. Mais surtout, nous arrivions sur le sujet le plus tendu du siècle. Ma fille. Il n’avait pas intérêt à me poser des questions sur elle. Je n’y répondrais pas.

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Mer 23 Avr - 22:37

Je le vis bien, dans son regard, que j’avais encore touché une corde sensible en amenant Sarah sur le tapis. Je m’en étais douté. Mais j’étais bien décidé à lui mettre dans la gueule les façons dont il s’était comporté, en véritable connard. Certes, je n’avais que les quelques fois où l’on s’était croisé et quelques infos pour juger, mais il n’avait pas du être si différent, n’est ce pas ? Chasser le naturel, il revient au galop.
Ses yeux me fixaient toujours, clignant à peine. J’aurais pu finir transpercé, il n’aurait pas hésité. Puis après un temps qu’il jugea assez long, il daigna enfin répondre à ma simple question.

- J’ai été marié.

Mes yeux s’agrandirent sous l’effet de ces quelques mots. Sérieusement ? Lui ? En couple assez longtemps pour qu’on lui passe la bague au doigt ? Mais il était abject avec tout le monde ! Il avait dû se marier jeune alors. Sans être mauvaise langue, ou alors si un peu, ça expliquerait pourquoi il était divorcé aussi jeune. Ce ne fut qu’après avoir esquissé un sourire moqueur en voyant ma réaction qu’il continua.

- Et allez, info bonus : j’ai une fille ! Tu ne l’aurais jamais cru, hein ducon ?


Il se foutait de ma gueule c’est pas possible ? S’il s’était vraiment reproduit, on était tous damner.
La compassion que j’avais ressentie plus tôt s’était apparemment envolée, et maintenant il m’insultait, m’irritant au plus haut point. Il voulait jouer au plus malin avec moi ? Il allait s’en mordre les doigts, et bien. L’entretien était passé de maussade à tendu en une fraction de seconde et nos positions, moins décontractées reflétèrent parfaitement nos états actuels.

- Ohh si, j’aurais pu. Après tout, c’est vrai, on le sait tous les deux,  tu as le profil parfait du parfait papa poule, non ?

J’avais sorti ces mots de la façon la plus mielleuse et la plus sarcastique dont j’avais été capable. Parfois, quand je m’adressais à lui, je ne me reconnaissais pas. Mais après tout, il me le rendait bien ce con !
Quand je vis son expression se décomposer peu à peu, je compris cependant que j’avais dépassé une ligne invisible, une ligne qui avait été tracée bien plus loin que toutes les autres. Je déglutis, me reculant profondément par réflexe au fond de ma chaise, attendant sa réaction…
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Mer 23 Avr - 23:24

Son regard effaré me confirma que je venais de le choquer.. et j'étais presque sûr qu'il allait me faire une remarque. Je serrai le poing en attendant sa réaction, qui ne se fit pas attendre. Et je sentais que j'allais le tuer.

- Ohh si, j’aurais pu. Après tout, c’est vrai, on le sait tous les deux,  tu as le profil parfait du parfait papa poule, non ?

Mon sang se glaça et ne fit qu'un tour dans mes veines. En une seconde, j'étais tendu comme un arc, prêt à lui coller une droite. Je regardais brièvement le reste du bar. Non, il ne fallait pas que l'on se batte ici, il y avait trop de monde. Et notamment un père et sa fille, qui prenaient un chocolat chaud ensemble. Hors de question que je fasse quoi que ce soit. Mais McCoy ne perdait rien pour attendre. Il m'attaquait sur ma paternité. Et je refusais que ça arrive. Certes, je lui avais fait du mal en parlant de ses parents, de sa famille, mais je ne pouvais pas supporter que l'on me parle de ma fille, ou bien de ma façon d'être père. C'était dégueulasse, mais il ne pouvait pas le savoir.

- Ne parle plus jamais de ma fille. Jamais, t'entends ?!

Evidemment que je lui donnais un moyen de pression. Je ne devrais pas faire une chose pareille... mais à quoi bon le garder pour moi ? De toutes façons, je ne comptais pas le revoir après cela. Ma dette serait payée et nous n'aurions plus rien à nous dire, lui et moi ! Je savais que je l'avais blessé quand j'avais évoqué la mort de toute sa famille. Mais c'était quelque chose qui était définitif. Moi je ne savais toujours pas où était ma fille, je ne demandais qu'à la revoir, et je pourrais le faire, si sa mère n'était pas aussi conne. C'était douloureux, et surtout, peut-être que lui acceptait de se laisser marcher sur les pieds, mais je ne pouvais pas le laisser me railler sur ce sujet !

- Quand ta connasse de copine t'enlèvera ta gamine sans raison en divorçant et en ne laissant aucune trace, on en reparlera !

Je n'aurais pas dû lui dire tout cela, mais je devais dire toute la vérité, rien que la vérité, non ? Alors autant le faire. Au moins, il comprendrait là où il avait merdé. Et peut-être qu'il le regretterait. En tout cas, si nous n'avions pas été dans ce fichu bar, il aurait mangé mon poing. Il avait de la chance, c'était clair ....

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Sam 26 Avr - 0:01

La tempête était imminente, je le sentais. Ce n’était pas compliqué de lire son expression faciale à ce moment-là. Lui, qui était d’habitude si sûr de lui, contrôleur, perdait ses moyens, et je ne pouvais rien faire pour l’empêcher de réagir. Ce que j’avais dit avait été dit, pas de retour possible.
Au fond de mon siège, je regardais anxieusement son poing sur la table qui se contractait et décontractait et j’attendais le coup qui n’arrivait pas. Forcément, nous étions en public et il n’oserait jamais s’adonner à une bagarre à la vue de tous, il avait trop de fierté pour ça.

« Ne parle plus jamais de ma fille. Jamais, t'entends ?! me siffla-t-il enfin après avoir scruté le bar. »

Evidemment qu’il n’apprécia pas. La menace dans ses mots était sous-jacente. J’avais bien compris. Si par malheur je lui reparlais de sa fille, il me ferait sûrement la peau et il en ferait son tapis de chambre…
Je me repris cependant vite. Depuis quand je redoutais ses menaces ? Il ne me faisait pas peur, et, au vu de sa réaction, qui était très intéressante d’ailleurs, je devinai que sa fille était un sujet très délicat.

« Quand ta connasse de copine t'enlèvera ta gamine sans raison en divorçant et en ne laissant aucune trace, on en reparlera ! »

Il avait presque vociféré sa dernière phrase, faisant se retourner quelques uns de nos voisins qui nous regardaient exaspérés par le fait que nous ayons dérangé leur tranquillité.
Je me sentis mal quand je recroisai son regard après son petit coup de chaud. Je n’aurais pas pensé qu’au final, sa situation serait aussi catastrophique. Orphelin, divorcé, avec une petite fille disparue. Décidément, à 30 ans à peine, il les enchainait.
Je baissai les yeux, gêné par ce que j’avais appris. Si j’avais eu une petite fille avec Mac et qu’elle aussi aurait disparu, si on m’en avait parlé comme je venais de le faire, j’aurais réagi de la même manière, voir plus violemment.
Ses mots toujours présents malgré le silence qui nous avait enveloppés, je soupirai, résigné. Personne ne devait perdre sa famille, personne.

« Tu vois Bennett, contrairement à toi quand tu me l’as foutu dans la gueule, je suis désolé. »

Il se mit à sourire sarcastiquement, sûrement qu’il ne devait pas croire un seul mot qui venait de sortir de ma bouche. Tant pi pour lui.

« Ce qui t’es arrivé est atroce. Mais bien sûr, tu n’as pas besoin de ma compassion, riais-je amèrement.  En tout cas, ça a fait de toi un bel enfoiré. Et c’est ce qui fait que nous sommes si différents. »

Je ne savais pas pourquoi j’avais besoin d’analyser comme ça. Nous étions quittes, nous pouvions partir à tout moment, et peut-être allait-il même le faire dans les secondes à venir. Je repris une gorgée de mon verre qui était resté intouché depuis le début de la conversation. Pendant ce temps, Bennett était toujours figé. Son masque parfait était de nouveau en place.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Sam 26 Avr - 21:16

Je me fichais du monde qui se trouvait dans ce bar, plus rien ne comptait à part David. Il venait de me foutre en boule, dans une colère plus que noire. S’il y avait une nuance plus foncée que le noir, ça aurait bien correspondu à ce que je ressentais à présent. J’avais envie de le tuer, et c’était encore pire qu’avant. Il avait bien fait de choisir un bar. Je pensais que peut-être, raconter des trucs sur moi allait calmer le jeu, mais ce n’était pas le cas. Ce ne serait jamais le cas avec cet enfoiré ! J’essayais de respirer calmement, de ne plus penser à Clio. C’était le meilleur moyen – et le seul – pour que je me calme, que j’inspire longuement et que j’expire aussi longuement. Pourtant, dès que je posais les yeux sur McCoy, j’avais une envie de gifle qui me prenait et je devais encore me calmer.

Tu vois Bennett, contrairement à toi quand tu me l’as foutu dans la gueule, je suis désolé.

Je souris narquoisement. A qui allait-il faire croire ça ? Je lui avais dit des horreurs que seul lui pouvait comprendre. J’avais évoqué sa famille et sa copine, mortes. Et il allait me faire croire qu’il était sincère en me disant qu’il était désolé… Pourquoi donc ? Et surtout, même s’il était désolé, qu’est-ce que ça pourrait bien changer à la situation ? Mes parents étaient morts, comme les siens, et si mon ex-femme n’était pas morte – bien que je le désire ardemment ! – être « désolé » n’allait faire ramener personne !

Ce qui t’es arrivé est atroce. Mais bien sûr, tu n’as pas besoin de ma compassion. En tout cas, ça a fait de toi un bel enfoiré. Et c’est ce qui fait que nous sommes si différents.

A mon tour de rire. Différents ? Pas tant que ça, même s’il l’aurait voulu. Nous étions tous les deux de beaux enfoirés. J’étais devenu un asocial malpoli et agaçant, et lui ? C’était un vagabond, un type qui avait tout abandonné, lâchement, et qui n’avait plus osé rentrer chez lui. Il n’y avait pas de différence. Il n’était peut-être pas asocial, mais il n’osait même plus revenir au bercail !

- C’est là où tu te trompes, mon cher…

Sur ces mots énigmatiques, je repris une gorgée de mon soda, sans rien ajouter. Je n’avais pas envie d’éclairer ce point, il fallait qu’il le fasse tout seul et qu’il comprenne pourquoi je disais cela.

- Je dirais même que je suis moins con que toi… enfin, c’est vrai… toute ma famille n’est pas morte, il me reste ma fille… Je ne dois pas être aussi triste que toi ! Quel dommage que tout le monde soit mort, de ton côté !

Je n’avais pas pu m’en empêcher, et je devais avouer que ce n’était pas très malin, et je n’aurais pas dû faire ça. Parce qu’avant cela, nous étions quittes. Et forcément, maintenant, il allait s’énerver et me refaire des reproches du même genre. En réalité, nous étions foutus tous les deux, parce que ce jeu du chat et de la souris allait continuer éternellement. Je ne voyais pas pourquoi nous continuions à persévérer à nous voir. C’était idiot… mais c’était David qui l’avait voulu après tout !

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Jeu 1 Mai - 20:30

Il s’était pas départi de son masque, me fixant presque avec un air que je qualifierais de calculateur. Il réfléchissait à ce qu’il allait me répondre et j’attendis, ces mots, qu’il savait si bien manipuler, et qu’il se ferait une joie de m’envoyer dans la tronche.

« - C’est là où tu te trompes, mon cher… me souffla-t-il. »

Sa phrase resta inachevée, les mots encore en suspens, les laissant se graver dans mon esprit. Je ne comprenais pas où il voulait en venir. Bien sûr qui si nous étions différents… N’est-ce pas ? Je n’étais pas un enfoiré, pourquoi le serais-je, j’étais toujours très respectueux de mon entourage. J’avais toujours un grand respect pour mon prochain. Non, non, je n’étais définitivement pas comme lui.
Après avoir fait une pause et bu son Coca, il reporta son attention sur moi, s’éclaircissant la gorge pour reprendre.

« - Je dirais même que je suis moins con que toi… continua-t-il. Enfin, c’est vrai… toute ma famille n’est pas morte, il me reste ma fille… Je ne dois pas être aussi triste que toi ! Quel dommage que tout le monde soit mort, de ton côté ! »

Je fus stupéfait. Il avait un sacré culot de me remettre ça dans la figure, même si, il fallait l’avouer, je m’y attendais fortement. Je me passai la main dans les cheveux, soufflant un bon coup par le nez dans l’espoir de me calmer. J’étais bien moins fort que lui pour cacher mon agacement malheureusement.

« T’es totalement à côté de la plaque, commençai-je sans hausser le ton. Ce n’est pas une compétition ! Ce n’est pas à celui qui a perdu le plus de proches… »

Ma voix se brisa sur la fin de ma phrase. Il n’avait vraiment rien compris. A l’écouter, j’avais eu l’impression qu’il se rassurait, que sa situation était moins pire que la mienne, que du coup, je ne pouvais être que dans un pire état que le mien ! Et puis, il y avait toujours son sous-entendu qu’au final j’étais autant un enfoiré que lui.

« Tu vois ce que je veux dire ? continuai-je. Même si tu ne me crois pas, même si ce n’est pas totalement sincère, j’offre un semblant de compassion, et toi, tu reviens à la charge avec ma famille ! »

Je soupirai tandis qu’il m’avait écouté, avec un petit froncement de sourcils. C’était quoi son problème ? Il m’exaspérait, encore et toujours.

« Alors, oui, t’es un putain d’enfoiré, que tu le veuilles ou non, concluais-je finalement.  Même si à mon avis, tu le veux plus qu’autre chose.»

Exaspéré, je m’excusai ensuite en prétextant un passage aux toilettes, lui précisant bien que la conversation n’était pas finie. Je me levai, le laissant là, seul. Avec un peu de chance, il ne serait plus là quand je reviendrai, ça serait plus simple. Dans les toilettes, je me dirigeai directement vers les lavabos. Je n’avais pas envie d’aller aux toilettes, juste besoin de me passer de l’eau sur le visage. Je ne savais pas pourquoi je restais, c’était comme se tirer une balle dans le pied…
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Dim 4 Mai - 12:26

La colère de McCoy était perceptible, et je me délectais de la découvrir de nouveau. C’était de la part de mon épaule démise, celle-là ! Il l’avait cherché. Certes, je devais lui dire la vérité et lui parler de mon passé, mais rien ne m’empêchait de lui refaire des commentaires. C’était pour ça que je n’allais pas me gêner pour l’emmerder jusqu’au bout. Du moins, jusqu’à ce qu’il fasse une erreur, s’il en faisait une. Je crus presque qu’il allait me coller une droite et me hurler dessus, mais il avait un certain self-control quand même. Qui n’était pas suffisant cependant pour que je ne remarque rien de son énervement.

- T’es totalement à côté de la plaque. Ce n’est pas une compétition ! Ce n’est pas à celui qui a perdu le plus de proches…

Si seulement… il battrait tous les records ! Je l’écoutai distraitement, jouant avec mon verre en repensant à ma fille. Ce n’était pas le moment, mais ça ne se commandait pas. David ne comprendrait jamais ce que c’était, de se retrouver seul à ce point-là. J’aurais préféré perdre toute ma famille entièrement, oncles et tantes, grand-pères et grand-mères compris, plutôt que de perdre ma fille. Mais si je lui disais cela, il n’accepterait jamais. Peut-être qu’il fallait que je lui dise alors ? Il se mettrait dans un tel état de rage qu’il voudrait me tuer.

- Tu vois ce que je veux dire ? Même si tu ne me crois pas, même si ce n’est pas totalement sincère, j’offre un semblant de compassion, et toi, tu reviens à la charge avec ma famille !

Je fronçai les sourcils, mais plus par méchanceté que par incompréhension. Je n’avais pas besoin de sa compassion, je m’en foutais. Il pouvait crever avec sa compassion, je n’en avais rien à foutre ! Il croyait quoi ? Que nous allions devenir les meilleurs amis du monde ? Jamais. Plutôt mourir ! Quel genre de type aurait de la compassion pour moi, après ce que j’avais fait ? Il était naïf ou il le faisait exprès ? Il ne me laissa pas le temps d’en placer une :

Alors, oui, t’es un putain d’enfoiré, que tu le veuilles ou non. Même si à mon avis, tu le veux plus qu’autre chose.

Je le regardai, cette fois d’un air moqueur. Qu’est-ce qu’il nous faisait là le petit McCoy ? Il n’arrivait plus à me regarder en face et il s’enfuyait dans les toilettes du bar ? Ou alors, il n’arrivait pas à rester en ma compagnie parce que le grand méchant Thomas n’acceptait pas sa compassion, son geste de bonté ? Quelle fiotte ! Je ne pus m’empêcher de rire assez fort, en espérant qu’il m’entende, mais il était déjà trop loin. Je restais donc seul, bien décidé à l’attendre. Il m’avait dit que la conversation n’était pas finie, alors je devais bien l’attendre, ce serait tellement impoli de ma part de quitter l’endroit avant qu’il ne revienne. Je décidai de terminer mon verre et de commander une bière, par la suite. Un peu d’alcool m’aiderait à avoir les idées plus en ordre, contrairement à ce qu’on pouvait penser.

Quand le serveur revint, je le remerciai avec un grand sourire, et n’attendis pas que David revienne pour commencer à boire. Néanmoins, il réapparut dans la salle principale quelques minutes plus tard. Il était plutôt blanc comme un linge, et j’aurais juré qu’il était prêt à me gerber dessus. Pauvre petite chose… Je l’accueillis de fait comme il se devait :

- Alors petite nature, t’as besoin de faire une pause ? Tu ne supportes plus ma présence, c’est ça ? L’enfoiré te lourde à ce point ? Quel dommage que ce ne soit pas fini !

Je souris, posément, avant de boire une longue gorgée de ma bière. Je lui fis signe en levant mon verre et son regard noir ne changea pas une seule seconde :

- J’ai commandé sans toi, hein. Je pense que ça ne te dérange pas !

Sa réponse ne vint pas, et je continuai alors à parler, sans me soucier de lui. J’avais hâte que cette entrevue se termine. Il avait déjà eu pas mal de réponses, mais s’il était encore là, c’était qu’il en attendait d’autres non ?

- Qu’est-ce que tu veux savoir de plus, McCoy ?

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Ven 13 Juin - 21:40

Un bon rafraichissement était de mise. Mon calme avait disparu aussi vite qu’un nuage de poussière et j’étais tout bonnement et simplement parti. Il aurait fallu me payer pour que je reste une minute de plus face à ce connard. Cependant, je savais que je ne pouvais pas me permettre de ne pas y retourner, je n’en verrais jamais la fin. Et ce serait trop lui faire plaisir. Non non, j’allais me calmer, me rassoir, et désormais, tout ce qu’il me dirait, toutes ses remarques, me passeraient au-dessus. C’était la seule solution. C’était ça ou il se prenait mon poing dans la gueule à nouveau. J’étais meilleur que lui.
Avec un dernier coup de flotte sur le visage, je soufflai un bon coup, m’essuyai le visage puis sortis des toilettes. D’un coup d’œil, je vis que Thomas n’était pas parti et intérieurement, je jurais. J’aurais préféré me rendre compte qu’il avait décidé qu’il ne voulait plus m’honorer de sa présence. Arrivé à sa hauteur, sa pique ne tarda pas à voler.

« Alors petite nature, t’as besoin de faire une pause ? Tu ne supportes plus ma présence, c’est ça ? L’enfoiré te lourde à ce point ? Quel dommage que ce ne soit pas fini ! »

Respirant un bon coup, je ne répondis rien, m’installant à nouveau sur ma chaise, alors que je continuais de le regarder d’un œil mauvais. Ça me permettait de tenir. Je n’arriverai jamais à rester totalement impassible, je le savais.

« J’ai commandé sans toi, hein. Je pense que ça ne te dérange pas ! »

Je remarquai sa boisson dans sa main alors qu’il me montra ce qu’il buvait. Je reconnus instantanément le liquide doré. Une bière ? Ouais. Pourquoi pas. En attendant, il continua de parler comme si je n’étais pas là.

« Qu’est-ce que tu veux savoir de plus, McCoy ? »

Ce que je voulais savoir de plus ? Pas grand choses concrètement. Je savais déjà les grandes lignes de sa vie, vie plutôt pourrie, je devais l’avouer. S’il ne s’acharnait pas à m’enfoncer avec mes propres malheurs, je pourrais presque avoir pitié. Donc pourquoi vouloir apprendre plus sur lui. Et puis, j’étais plutôt satisfait, nous étions sur un pied d’égalité maintenant.

« Récapitulons. Tu es journaliste, tout comme tes parents, qui en sont morts du coup. Tu as été marié, tu as une fille, mais elles ont toutes les deux disparu. Tes études je m’en tape, et ta vie actuelle encore plus. Tout ce que je sais c’est que tu ne dois pas avoir beaucoup d’amis et que je n’ai toujours pas découvert ce que Sarah te trouvait. »

Je le regardais nonchalamment, énonçant les faits de façon mécanique comme l’aurait fait un employé de mairie en remplissant des fiches résumant la vie de la personne en face.

« Si tu as des choses à ajouter vas-y, sinon je n’ai pas toute ma journée. Enfin. Si. Mais tu t’en doutais. »

Je finis mon verre cul sec. Au mieux, je pourrais partir de suite et au pire, je pourrais recommander un autre verre comme il l’avait fait sans moi.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Lun 16 Juin - 0:26

Un silence de plus, et McCoy semblait toujours réfléchir. Qu’avait-il à autant réfléchir ? Il devait bien avoir des questions précises en arrivant ici pour m’interroger, non ? A moins qu’il soit vraiment très con, et qu’il soit venu en touriste. Et en fait, ça ne m’étonnerait pas. C’était ce qu’il était non ? Un touriste ! Je me demandais encore pourquoi je lui avais accordé tant d’importance. Je n’aurais pas dû, mais c’était tellement tentant de le voir essayer de défendre Polloni au premier abord, puis s’émoustiller tout seul lorsque je l’avais revu chez Sarah. Bref… je n’aurais pas dû faire ça, mais c’était trop tard et j’avais bien aimé ça, en même temps… jusqu’à ce qu’il me détruise le bras, cet enfoiré !

« Récapitulons. Tu es journaliste, tout comme tes parents, qui en sont morts du coup. Tu as été marié, tu as une fille, mais elles ont toutes les deux disparu. Tes études je m’en tape, et ta vie actuelle encore plus. Tout ce que je sais c’est que tu ne dois pas avoir beaucoup d’amis et que je n’ai toujours pas découvert ce que Sarah te trouvait. »

Enfin, il reprenait la parole ! Je n’avais pas que ça à faire de ma journée, bon sang ! Je n’avais jamais voulu venir ici pour lui raconter mon histoire, et malgré tout, j’étais venu. J’aurais dû lui poser un lapin, mais je n’avais qu’une seule parole, et un pari était un pari. Au moins, je serais débarrassé de lui par la suite. Mais l’entretien commençait à durer un peu trop longtemps à mon goût. Son aura bienveillante de médecin à qui il n’était arrivé que des malheurs m’emmerdait au plus haut point. Lorsqu’il évoqua Sarah, je faillis lui cracher à la tronche. Il se foutait de ma gueule ou quoi ? Il avait très certainement eu le temps de discuter avec la blonde et il n’avait qu’à lui demander pourquoi elle couchait avec moi, s’il tenait vraiment à le savoir. Et enfin, il ajouta que s’il manquait des choses je n’avais qu’à les raconter, avant de s’emmêler les pinceaux tout seul. J’en avais tellement marre que je ne pensais même pas à me foutre de sa gueule. Tant pis. Il n’y aurait pas de prochaine fois de toutes façons.

« Y a rien de plus, doc ! Barre-toi maintenant ! »

Avec un sourire narquois, je repris une gorgée de bière. Rien de plus ne le retenait ici de toutes façons, et j’avais comme une certaine hâte de le voir quitter l’endroit…pour ne plus jamais le revoir. Je ne savais pas s’il savait tout de moi, ce n’était certainement pas le cas, évidemment, mais à quoi bon chercher des détails. Il s’en fichait autant que moi ! Non, au contraire, je préférais en dire moins pour qu’il puisse partir plus vite… et visiblement, c’était ce qu’il attendait aussi.

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   Dim 20 Juil - 15:46

Il avait l’air d’être autant blasé de moi que je l’étais de lui et je n’en attendais pas plus de lui. La conversation tournait court et j’étais certain qu’il ne me retiendrait pas. Pourquoi le ferait-il d’ailleurs ? Je le répugnais autant qu’il me répugnait. Et même si maintenant je savais pourquoi il était ainsi et que je pouvais compatir, parfois, ça ne changerait sûrement jamais. Le mal avait été fait.

« Y a rien de plus, doc ! Barre-toi maintenant ! »

Il but sa bière et je soufflai par le nez, énervé. Puis, sans lui donner le plaisir de répondre, ça ne serait qu’une occasion de plus pour qu’il me lance une pique, je me levai, attrapant mes affaires. Je partis sous les yeux froids de Bennett, payant ma consommation par la même occasion. Il était hors de question que je le laisse payer ou que je lui paye la sienne.
Puis, sans un regard, je passai le perron du bar, décidé à rentrer rapidement chez moi. J’avais encore le diner de ce soir à préparer et même si ce n’était pas de la haute gastronomie, j’espérais que le résultat de ces quelques heures passées à cuisiner plaira à Ella pour quand elle rentrera du travail.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] No hope for fate, it's a random chance selection. I want the truth. ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: