Partagez | 
 

 Meeting an old friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



John Abbington


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Meeting an old friend.    Ven 14 Mar - 19:32


C'était un lundi matin classique, ma petite routine commençait à s'installer, j'avais pris pour habitude de me rendre au Crema Coffee Company tous les matins avant d'aller au bureau. Seul leur café avait le pouvoir de bien me réveiller, et j'en profitais souvent pour prendre une petite viennoiserie, car elles sont succulentes, et ce n'est pas une bonne idée de partir travailler le ventre vide.

Ce matin, j'avais de l'avance, j'empruntai un exemplaire de chaque journal du jour auprès d'une des serveuses, afin de les comparer. On pouvait apprendre un tas de choses de ses concurrents ... Et j'adorais m'enrichir de nouvelles techniques pour améliorer mes articles.

Une fois ma petite comparaison des journaux terminés, je me levai pour rendre les journaux à la serveuse. Sur mon chemin du retour vers ma table, je vis de loin une tête qui m'était bien familière ... Une tête familière qui embrassait une jolie tête blonde beaucoup moins familière, et qui refermait la portière de cette dernière pour qu'elle puisse partir. Je me décidai à aller à sa rencontre une fois qu'il rentré dans le café.

- Ca alors, Thomas, ça fait un bail ! Comment tu vas ? Bien décuvé depuis la dernière fois ? Tu avais réussi à choper le gros lot ce soir-là visiblement, et je vois que tu as su le garder ...

J'avais dit les deux dernières phrases en riant, mais vu sa tête, il ne devait pas se rappeler de m'avoir vu ce soir-là, ni de m'avoir présenté sa conquête ...
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: Meeting an old friend.    Ven 14 Mar - 22:37


Une nuit de plus passée à mentir. Au fur et à mesure que le temps passait, je me rendais compte que je devenais de plus en plus bon. Et puis, surtout, je me rendais compte que la compagnie de Sarah était loin d'être désagréable. Je ne l'appréciais pas plus que ça, mais elle n'était pas comme les autres idiotes que j'aurais pu fréquenter. Elle posait des questions, certes, mais elle n'était pas chiante non plus. Ce n'était pas une purge de coucher avec elle, et puis, quand je pourrais enfin terminer ma « mission » comme Billy l'appelait, alors je n'aurais plus besoin d'être avec elle et de faire l'acteur. Je pourrais redevenir le misanthrope que j'étais depuis quelques temps...

Sarah me déposa en ville, ce matin-là, et je lui demandai de me laisser dans mon café préféré, surtout parce que son café à elle était dégueulasse et que j'avais besoin de prendre quelque chose de bon avant de commencer ma journée. Je lui mentais encore quant à mon boulot, bien évidemment, et je ne voulais pas qu'elle me dépose juste à côté de la rédaction, ça lui mettrait la puce à l'oreille. C'est ainsi que je me retrouvais dans le Crema Coffee, à repenser à tout ce qu'il s'était passé ces derniers jours. Je m'étais pris une soufflante de la part de Sarah, le soir où j'avais rampé à ses pieds pour qu'elle m'aide à aller jusqu'à l'hôpital, après la bagarre entre David et moi. Bien entendu, je lui avais menti, ce n'était pas la peine de lui donner la véritable raison. Il ne m'avait pas loupé, l'enfoiré. Si mon nez n'avait été que partiellement cassé et donc s'était remis rapidement, ce n'était pas le cas de ma mâchoire, ni de mon bras, alors qu'étrangement, c'était ce que j'aurais cru guérir le plus vite. La mâchoire et le bras déboîtés. Ainsi que d'énormes contusions et hématomes, un peu partout sur le corps. Mais de ce point de vue là, il ne devait pas être mieux que moi.

Alors que je réfléchissais à ce que j'allais bien pouvoir lui raconter sur moi, et ce qu'il allait me demander, lors de notre nouvelle rencontre, suite au marché que nous avions conclu, je vis soudain une ombre devant moi et un homme me parler.

- Ca alors, Thomas, ça fait un bail ! Comment tu vas ? Bien décuvé depuis la dernière fois ? Tu avais réussi à choper le gros lot ce soir-là visiblement, et je vois que tu as su le garder ...

Un homme que je ne connaissais que trop bien, puisqu'il travaillait avec moi, jadis. Enfin, jadis, ce n'était pas il y a si longtemps, mais Billy avait décidé de me faire travailler chez les ploucs... ce n'était qu'une question de temps avant que je remonte dans la hiérarchie du journal, et que je retrouve mon compagnon d'écriture, j'avais nommé John Abbington. Ce type était la seule personne que je pouvais encadrer... vraiment encadrer ! C'était la seule personne que j'appréciais, c'était un véritable ami pour moi. Et il en savait bien plus sur mon compte de ce que j'aurais voulu en dire. Il me connaissait depuis des années, et je lui faisais entièrement confiance, autant qu'il me faisait confiance en fait !

Cependant, il me parla de la soirée où j'avais rencontré Sarah. Quoi il était là ce soir là ? Je n'en avais aucun fichu souvenir. Avec la blonde, nous avions bien essayé de nous rappeler un peu ce que nous avions fait, mais visiblement à part faire crier les ressorts de son matelas, rien ne nous était revenu... Peut-être que John en savait plus, lui, mais je sentais que j'avais de quoi me taper la honte.

- J'étais si mal que ça ? Je ne m'en souviens pas, c'est plus de mon âge, les conneries du genre ! Comment vas-tu, mon pote ?

Je voulus lui serrer la main, puis me rappelai que je ne pouvais plus, pour l'instant. Je ne fis aucun mouvement. Mon bras était caché en dessous de mon manteau, et je n'avais pas envie que John me pose de questions. Pas maintenant. Je n'avais pas vraiment digéré ma défaite, même si je l'acceptais. Je préférai me concentrer sur autre chose rapidement, alors que John s'installait à ma table.

- Quoi de neuf de ton côté ? Billy ne te mène pas la vie trop dure depuis qu'il m'a fait passer chez les parias ?

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



John Abbington


DISCUSSIONS : 11
MessageSujet: Re: Meeting an old friend.    Mer 4 Juin - 13:05


- J'étais si mal que ça ? Je ne m'en souviens pas, c'est plus de mon âge, les conneries du genre ! Comment vas-tu, mon pote ?

Au vu de son état ce soir-là, ça ne m'étonnait même pas qu'il ne se soit souvenu de rien le lendemain. J'avais même dû le séparer d'un autre homme avec qui il se battait pour sauver l'honneur de sa blonde, ça n'avait pas été facile, Tom était assez imposant et je n'avais pas sa taille ni sa force.

- Tu ne te souviens même pas de m'avoir vu, si ça peut te donner une petite idée du trou noir dans lequel tu étais !

Tom se dirigeait vers une table, je jetai un oeil sur ma montre, j'avais encore un peu de temps avant d'aller au bureau donc je le suivis et m'assis en face de lui.

- Quoi de neuf de ton côté ? Billy ne te mène pas la vie trop dure depuis qu'il m'a fait passer chez les parias ?

Un tas de choses m'étaient arrivées depuis que ce très cher Billy avait rétrogradé Tom. Quelle belle connerie il avait faite ce jour-là ... J'avais de la chance, il avait l'air de m'apprécier et d'apprécier mon travail, mais c'était très loin d'être réciproque !

- Je fais partie des chanceux que Billy ne sacque pas trop, je suis passé au poste de directeur de l'info sur Toronto ! Et franchement j'espère que tu reviendras au secteur éco et politique un jour parce qu'ils sont tous très mauvais ...

Tom lâcha un rire. Tout le monde savait qu'il était excellent dans ce domaine, lui le premier, et les crétins que Billy avait engagés pour le remplacer ne lui arrivaient même pas à la cheville.

- Et de l'autre côté mon divorce a enfin été finalisé. Je ne savais pas que Serena en voulait autant pour mon pognon, je l'aimais mais heureusement qu'on s'est séparés !!

La vipère qui me servait dorénavant d'ex-femme avait tout fait pour essayer de me piquer le plus d'argent possible. Mais elle ne savait pas à qui elle avait à faire ... Quel con j'avais été de me marier avec elle. L'amour rend bien aveugle ...

- Et de ton côté ? Tu prévois de reprendre ta place au journal ou tu comptes rester soumis à ce connard de Billy encore longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: Meeting an old friend.    Mer 4 Juin - 18:37

Après avoir récupéré un gobelet de café, je partis vers une table, et John me suivit évidemment, tout en continuant notre conversation. Ça me faisait presque bizarre de le revoir. Nous n’étions plus du tout dans les mêmes locaux pour l’instant, et je devais bien dire qu’il me manquait un peu. Il était le seul avec qui je discutais réellement, et que je pouvais défendre coûte que coûte. Un peu comme une sorte de meilleur ami, ou de frère. Enfin, nous étions loin du compte, mais c’était comme ça que les gens disaient, non ? Il sembla réfléchir à la réponse à me donner quant aux changements dans sa vie, depuis la dernière fois que nous nous étions vus.

- Je fais partie des chanceux que Billy ne sacque pas trop, je suis passé au poste de directeur de l'info sur Toronto ! Et franchement j'espère que tu reviendras au secteur éco et politique un jour parce qu'ils sont tous très mauvais ...

Narquois, je laissai échapper un petit rire. Evidemment qu’ils étaient tous mauvais, j’étais le meilleur de la ville. Quand je lisais d’autres journaux, je les trouvais déjà stupides et surtout, ils n’allaient pas au but… mais alors quand je lisais le nôtre, et que je voyais les articles des crétins qui m’avaient remplacé, j’étais proche de la nausée. Billy n’avait pas pu les accepter, c’était impossible ! C’était un con, mais pas un débile. En tout cas, j’étais content de voir que je manquais à quelqu’un, au rayon économique et politique. Moi je commençais à m’ennuyer ferme chez les paparazzis et il était temps que je change de poste !

- Billy devrait me demander de leur apprendre leur métier, au moins je servirais à quelque chose ! Oh et félicitations pour ton nouveau job… Billy t’a à la bonne, ce fumier !

J’étais vraiment rancunier envers lui. Il atteignait le niveau de mon ex-femme, et pourtant, elle était très basse dans mon estime, cette conne ! Mais un jour, Billy allait le payer, et je n’aurais aucun regret à tout lui balancer dans la tronche, vraiment aucun !

- Et de l'autre côté mon divorce a enfin été finalisé. Je ne savais pas que Serena en voulait autant pour mon pognon, je l'aimais mais heureusement qu'on s'est séparés !!

Ah oui… le divorce ! Je savais bien que j’avais oublié quelque chose en le voyant. C’était compliqué cette histoire, et d’ailleurs je n’étais même pas sûr d’avoir toutes les informations en main pour vraiment comprendre. Ce que je savais, c’était qu’elle avait bien profité de lui et qu’il n’avait rien vu. En même temps, ça je pouvais le comprendre. Je n’avais rien vu non plus quand Lesly s’était barré avec notre fille. Au moins, maintenant c’était terminé, il pouvait se détendre un peu. Elle lui avait peut-être pris de l’argent, mais elle le laisserait tranquille ! Et comme il avait été promu, ça ne poserait certainement pas de soucis !

- Et de ton côté ? Tu prévois de reprendre ta place au journal ou tu comptes rester soumis à ce connard de Billy encore longtemps ?

Je faillis m’étouffer avec mon café. Il entendait quoi par là ? Que parce que je ne me rebellais pas, j’étais soumis ? Je n’avais pas le choix, c’était tout. Je ne pouvais pas changer de rédaction, il le savait très bien, il connaissait mon père et il savait ce qu’il s’était passé pour ma mère, comme chacun au sein de ce journal. Je ne pouvais et ne voulais pas quitter le Globe and Mail. C’était hors de question ! Ainsi, tout acte de rébellion ne m’apportait rien de bon, et même si je faisais ce qu’on me demandait de faire, je n’en étais pas soumis pour autant, bien au contraire.

- Ce n’est pas de la soumission. J’ai pas le choix, sinon je dois quitter le journal. Je vais juste lui faire son torchon et ce sera bon, ensuite il me renverra à ma place…

Peu convaincu, John me lança un regard perplexe. Ce qu’il pouvait m’énerver quand il faisait ça. Billy était un homme de parole, et il avait presque promis qu’il me rendrait mon poste. Je n’étais pas non plus né de la dernière pluie, je n’allais pas le laisser faire ce qu’il voulait ! Alors dès que j’aurais terminé cet article débile sur cette femme débile, j’en aurais fini avec cette rubrique et je pourrais reprendre mes activités habituelles !

- Je pensais que tu étais de mon côté, et pas de celui de Billy !

Evidemment, je ne pus m’empêcher de lui lancer cette petite pique, parce que ça valait le coup, et puis, une piqûre de rappel ne faisait jamais de mal…

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Meeting an old friend.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Meeting an old friend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: