Partagez | 
 

 [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Mer 29 Jan - 22:11


- Il me faut de l'aspirine.

Jamais je n'avais parlé aussi vite dans ma matinée. Mes yeux n'étaient même pas encore ouverts. Très rapidement, je sentis un fort mal de tête m'appuyer sur le front, sur le cerveau, sur ma nuque, partout. Et je compris. Qu'avais-je fait la veille au soir ?

Silencieusement et en douceur, je bougeai un à un tous mes membres, pour être sûr que tout allait bien. Je n'avais rien de cassé, rien de douloureux à part ma tête. Puis j'ouvris les yeux.
D'abord, je vis le plafond. Blanc. Puis, je vis une forte lumière. Le soleil. J'avais donc oublié de fermer les volets et de tirer les rideaux avant de m'écrouler dans mon lit. Alcoolisé. Mon mal de tête empira alors que je réfléchissais. Très alcoolisé. Je tournai la tête vers ma gauche. Trop alcoolisé.

Il y avait une femme, blonde, dans mon lit. Une femme. Dans mon lit. Je reportai immédiatement mon regard vers le plafond, en comprenant aisément ce qu'il s'était passé cette nuit-là. Je soupirai d'une façon très ostentatoire. Mais la blonde dormait profondément, elle ne pouvait pas m'entendre. Au moins, ce choc avait eu une bonne conséquence : j'avais moins mal à la tête, même si je savais que ça allait revenir. Je ne me souvenais de rien. J'avais dû picoler comme un trou..

J'observai la pièce autour de moi. Nous n'étions pas du tout chez moi, en réalité, mais très certainement chez elle. Une chambre trop colorée pour moi. C'était bien une femme, tiens. Prenant mon courage à deux mains je tournai de nouveau la tête vers elle, en essayant vainement de me rappeler pourquoi j'avais couché avec elle. Elle n'avait rien de bien particulier. Il fallait vraiment que mon cerveau retrouve ce qu'il s'était passé, et vite.

Difficilement, je tentai de me lever, sans la réveiller. J'enfilai mon caleçon et pris mon t-shirt, ma veste, ainsi que mon pantalon pour les enfiler en dehors de la chambre et partir. Je n'avais aucune envie de me retrouver avec elle, à me poser des questions. Je déverrouillai la porte et me retrouvai très vite sur le pallier. Et le nom sur la sonnette de la porte d'en face me fit presque sursauter, tellement je ne m'y attendais pas. Polloni. C'était impossible. Alors même complètement ivre, j'étais encore assez lucide pour rester à fond dans mon rôle. J'avais atteint mon but.

Sans réfléchir, et sans attendre, j'ouvris de nouveau la porte et entrai dans l'appartement de la blonde que j'avais sauté. Hors de question que je parte maintenant. J'étais tout proche. Maintenant je me souvenais de la raison pour laquelle j'étais ici, même si je ne me souvenais pas d'autre chose.
Lentement, j'enlevai de nouveau mes vêtements et me recouchai à ses côtés, en faisant semblant de ne pas m'être réveillé, de ne pas avoir bougé. Elle dormait encore de toutes façons. Je n'avais plus qu'à attendre...

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB


Dernière édition par Thomas Bennett le Jeu 30 Jan - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Jeu 30 Jan - 2:00

Ca vous est déjà arrivé de vous sentir réveillé mentalement sans pour autant l'être physiquement ? C'est ce qui m'arrivait.

Mes yeux n'étaient pas ouverts mais je pouvais percevoir la lumière du jour dans la pièce. L'heure qu'il pouvait être ? Aucune idée. Brouillard total dans ma tête. Sûrement trop bu. Je ne dormais pas dans mon pyjama habituel, et le seul vêtement que je portais s'avérait être mon soutien-gorge à moitié dégrafé ... Oups. Je ressentais une présence de l'autre côté du lit. Un homme ? A sentir le parfum, aucun doute. Etait-ce le Tom que j'avais rencontré la veille ... Où ça ?

Ma dernière amnésie datait de mon accident de voiture il y a 5 ans. J'y avais perdu 10 ans de souvenirs et de vie construite à cause d'un drogué qui roulait sans permis. Jusque là, j'avais fait attention à ne pas me saouler au point d'oublier la soirée de la veille ... Il fallait croire que ce garçon en valait la peine pour le suivre à boire.

Je le sentis bouger, s'étirer, et je sentis son regard sur moi. Je l'entendis se lever, s'habiller ... Il allait donc faire son goujat et partir comme un voleur ? Ca m'apprendrait à coucher le premier soir. Chose que je ne me rappelais pas avoir faite ... Mais au vu de ma tenue, le doute n'était pas vraiment permis. Je l'entendis sortir, mais aucun bruit dans l'escalier, il avait dû rester sur le palier. Peut-être regrettait-il de partir ... Il finit par revenir sur ses pas et se déshabiller pour se recoucher à mes côtés. Puis, le noir total ...

Je me réveillai, physiquement pour le coup, quelques temps plus tard. Quelques minutes, quelques heures ... Je ne saurais le dire. Il dût se rendre compte que j'étais réveillée, ma respiration s'était faite un peu plus rapide et je le sentis m'enlacer. Je me retournai pour le regarder. De magnifiques yeux bleus me fixaient, des bras fins mais musclés entouraient désormais ma taille. Avant d'aller plus loin, il fallait que je me renseigne sur sa véritable identité ainsi que sur ses intentions.

- Ai-je bien affaire à Tom ? Si oui, pourquoi m'avoir saoulée et profité de mon état d'ébriété, et pourquoi as-tu essayé de t'échapper ce matin ?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Jeu 30 Jan - 13:50


Rapidement, je dus réfléchir plus que de raison pour trouver un moyen de me faufiler dans l'appartement en face, ou bien pour obtenir des informations. Ma tête me faisait souffrir, mais l'occasion était trop belle. Je ne pouvais pas la laisser passer. Avec ça, j'étais sûr de récupérer mon vrai boulot. Billy n'allait pas me laisser sur ce poste, il me l'avait promis.

Au bout d'une demi-heure, j'avais tous mes détails. Cette femme blonde, à mes côtés, c'était donc la voisine de Polloni. Parfait. Et nous avions couché ensemble. Deuxième fois : parfait. Mon plan était simple. Je devais faire ami-ami avec cette fille, dont je ne connaissais même pas le prénom. Et ensuite, je ferais en sorte qu'elle me parle de son immeuble, et de sa voisine. Elle ne pourrait pas savoir qui j'étais, et j'allais lui mentir, sans scrupules. Je l'avais déjà fait avec le type de l'hôpital, comment s'appelait-il déjà ? McCoy, ouais.

Quand la blonde se réveilla, je commençai mon rôle. Je sentis sa respiration devenir plus rapide, signe qu'elle était consciente et avec moi. Je mimai l'homme charmant, qui allait prendre soin d'elle ce matin-là. Je l'enlaçai rapidement par la taille, en la fixant avec un sourire. Elle ouvrit ses yeux bleus en fixant directement les miens. J'avais envie de me pendre tellement je détestais cette situation. Je tenais une femme dans mes bras, tout ça pour avoir des informations sur une autre femme, dont je me fichais pas mal. Quelle horreur ! Vivement que je reprenne mon vrai job.

- Ai-je bien affaire à Tom ? Si oui, pourquoi m'avoir saoulée et profité de mon état d'ébriété, et pourquoi as-tu essayé de t'échapper ce matin ?

Je ricanai, presque en me moquant d'elle. Heureusement pour moi, elle crut que j'étais juste gêné ou amusé. Alors comme ça, elle m'avait entendu quitter l'appartement. J'aurais dû faire plus attention, j'aurais pu me faire repérer. J'allais lui inventer un faux coup de téléphone, elle y croirait forcément. Quant au fait que je l'ai saoulée, eh bien à sa place, je ne me serais pas autant avancé. J'étais aussi ivre qu'elle très certainement, parce que je ne me souvenais même pas d'où je l'avais rencontrée.

- Je ne t'ai pas fait boire, je ne sais même pas comment je suis arrivé jusqu'ici. Et comme on est chez toi, ce serait plutôt toi qui m'aurais fait boire pour profiter de moi.

Je la fixai sans rien montrer. Je détestais ce genre d'attitude. Elle m'énervait déjà, cette gonzesse. Depuis le départ de mon ex-femme, je ne voulais plus entendre parler de femmes, et qu'est-ce que je faisais ? Je couchais avec l'une d'elles. Et en plus une blonde. Génial.

- J'ai eu un coup de fil ce matin, je me suis levé pour ne pas te déranger. Maintenant, tu peux me rappeler ce qu'on a fait hier soir, hormis boire ?

Il fallait que je me tienne, que je réussisse à être normal, à ne pas trop l'envoyer bouler. Je devais penser à moi d'abord. Mais à mon moi professionnel, pas mon moi personnel.

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Ven 31 Jan - 1:19


Il se mit à rire, mais d'un rire que je trouvai assez sarcastique. Je n'y prêtai pas attention, pensant que j'avais mal interprété ce rire. J'espérai qu'il ne me prenait pas pour une de ces filles avec laquelle on couche sans daigner prendre de nouvelles ensuite. Certes, j'étais nouvelle dans cette ville mais il était hors de question qu'on me prenne pour une Marie-couche-toi-là, chose que je ne suis pas. Après un petit temps de réflexion, il me répondit.

- Je ne t'ai pas fait boire, je ne sais même pas comment je suis arrivé jusqu'ici. Et comme on est chez toi, ce serait plutôt toi qui m'aurais fait boire pour profiter de moi.

Mais bien sûr, et en plus je serais la fautive. Tout à fait mon genre. Comment on était rentrés chez moi ? Je n'en savais fichtrement rien. Il me fixait d'un regard vide. J'avais comme l'impression qu'il me cachait volontairement quelque chose ...

- J'ai eu un coup de fil ce matin, je me suis levé pour ne pas te déranger. Maintenant, tu peux me rappeler ce qu'on a fait hier soir, hormis boire ?

Mouais. Je n'allais pas remettre en cause son excuse, je sentais que je n'obtiendrais rien de mieux. Et concernant la soirée de la veille ...

- Eh bien je comptais sur toi pour m'en apprendre un peu plus parce que je ne me rappelle de rien, mais visiblement tu es dans le même état que moi !

Ce qui était probablement une bonne chose, parce que je n'étais pas belle à voir en état d'ébriété extrême. Il affichait une mine clairement déçue. Je décidai de mener ma petite enquête, mon téléphone devait bien contenir quelques informations ... Et j'avais raison. Une première photo.



Bon, pas très glorieux. Puis une deuxième, en compagnie d'un total inconnu.



Pas plus glorieux. Oh, une photo de Tom. Je ne pus m'empêcher de rire.



Puis une autre.



Et aussi une mini-vidéo.



Et une autre.



Puis une dernière.

.

Assez d'indices pour nous montrer qu'on avait passé notre soirée dans au moins un bar. Par contre, incapable de donner un nom à ces lieux. Je montrai le résultat de mes recherches à Tom.

- Saurais-tu reconnaître les lieux où les photos et vidéos ont été prises ?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Ven 31 Jan - 15:17

Visiblement, je n'étais pas très bon pour mentir. Mais elle ne fit pas de cas, alors je n'avais pas à m'en faire, vraisemblablement. Je l'observai à la dérobée, en l'écoutant parler. Elle était plutôt jeune, plus jeune que moi en tout cas, et ses yeux - vitreux - étaient cernés. Nous avions donc veillé tard. Mais qu'avions nous fait, hormis boire ? Le mystère restait entier.

- Eh bien je comptais sur toi pour m'en apprendre un peu plus parce que je ne me rappelle de rien, mais visiblement tu es dans le même état que moi !

Alors qu'elle attrapait son téléphone portable pour regarder les photos de la veille, et trouver des indices pour décrypter notre soirée apparemment très mouvementée, je continuais de la regarder en détails, en essayant de comprendre ce qui m'avait poussé à coucher avec elle, à part le faire qu'elle était la voisine de Polloni. Evidemment, l'unique raison devait être celle-ci, mais peut-être y avait-il autre chose. Je baissai les yeux vers son corps. Elle devait avoir moins de trente ans. Pas de rides, pas de cheveux blancs, une poitrine plus que correcte... j'avais bien choisi, quand même. Ou plutôt, j'avais eu de la chance que la voisine de ma cible soit jolie. Tomber sur un laideron aurait été au dessus de mes forces, même ivre.

- Saurais-tu reconnaître les lieux où les photos et vidéos ont été prises ?

Je m'intéressai de nouveau à elle, et attrapai son téléphone pour regarder en détail les photos et vidéos qu'elle avait regardé juste avant. On ne la voyait pas sous son meilleur jour... et à vrai dire moi non plus. Apparemment, je lui avais bien plu, au vu de la photo qu'elle avait fait de moi avec le journal. Je regardais de plus près les endroits où nous avions été. Puis, ça me revint, partiellement néanmoins. Les bars, les verres, les shooters, je savais pourquoi j'avais autant bu, et pourquoi elle aussi avait autant bu.
Lors d'une énième recherche d'informations sur internet, j'avais trouvé une photo de ma cible, d'Abigail Polloni, avec cette femme. Elles se connaissaient. Alors j'avais concentré mes informations sur elle, puisque l'homme à l'hôpital, McCoy, n'avait pas pu m'aider plus que ça. J'avais trouvé qu'elle dirigeait une entreprise, aux Etats-Unis. J'avais très rapidement trouvé tous les endroits où elle pourrait se rendre, et je l'avais longuement suivie, avant de l'aborder et de lui payer un verre. Visiblement j'avais réussi ma mission. Elle semblait sous le charme, il fallait que je continue comme ça. J'étais un véritable génie, et même en étant bourré je l'étais.

- Nous étions apparemment quelque part dans le centre ville. Je reconnais l'endroit, mais je ne sais plus le nom. On avait l'air de bien s'amuser en tout cas, d'après tes photos. Et tu as l'air très souple.

Je souris, ce qui provoqua une sorte de rictus sur mon visage. Je n'avais pas l'habitude de sourire, ce n'était pas vraiment mon truc, bien sûr. Mais je devais faire des efforts. Il fallait que je la charme, il fallait que l'on reste en contact. Je devais pouvoir récupérer des tas d'informations. Elle devait bien savoir des choses sur sa voisine, tout de même !

- Et vu ta tenue, ça avait l'air vraiment très intéressant...

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Dim 2 Fév - 21:51


Avant de prendre mon téléphone pour regarder les photos de la soirée, j'avais remarqué qu'il m'observait, de haut en bas, avec un petit air intéressé dans les yeux. Bon, au moins il n'avait pas vraiment l'air de regretter de se trouver à mes côtés. Il regarda longuement les photos, et semblait chercher une réponse à ma question.

- Nous étions apparemment quelque part dans le centre ville. Je reconnais l'endroit, mais je ne sais plus le nom.

Mince. Bon, au moins on savait quand même où on avait passé la soirée. C'est vrai que maintenant je me rappelle avoir été dans un bar pour avoir un renseignement, c'était peut-être ici que je l'avais rencontré.

- On avait l'air de bien s'amuser en tout cas, d'après tes photos. Et tu as l'air très souple.

Il sourit, ce qui ressemblait plus à un rictus à cause de ses traits très carrés, ce qui me fit sourire à mon tour.

- Et vu ta tenue, ça avait l'air vraiment très intéressant...

- Merci, mes quelques années de danse classique ont payé !

Sa dernière phrase m'avait tout à coup donné une petite idée ...

- Tu veux voir à quel point je peux être souple ? On peut essayer sous la douche ...

Je sortai du lit en direction de la salle de bain, et je ne tardai pas à entendre des pas me suivre sur le parquet.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Dim 2 Fév - 22:44


Par chance, j'avais été marié, déjà, et je savais encore comment me comporter avec une femme. Ce n'était pas facile de leur plaire, et encore plus quand on a aucun sentiment pour elles. Ce ne serait pas la première fois que j'utilisais quelqu'un, cependant, ce serait la première fois que j'utiliserais une femme en couchant avec elle. Il me fallait un temps d'adaptation, tout de même.

- Merci, mes quelques années de danse classique ont payé !

J'avais complètement oublié sa présence, l'espace d'un instant. Que disait-elle ? Ah oui, je lui avais dit qu'elle était souple d'un ton vicieux. Super, alors ça lui faisait plaisir que je lui dise ça. A part me comporter comme un vieux pervers, je ne comprenais pas ce que ça pouvait apporter. Enfin, si elle aimait les vieux pervers, tant mieux !

- Tu veux voir à quel point je peux être souple ? On peut essayer sous la douche ...

Elle avait à peine fini de parler qu'elle se leva, encore nue comme un ver, et s'éloigna vers la salle de bains. Je la regardai partir, un sourcil levé, et une violente envie de me moquer d'elle me prenant d'un seul coup, envie que je réprimai assez tôt pour qu'elle ne remarque rien. Je levai les yeux au ciel devant tant de théâtralité, et alors qu'elle laissait tomber son soutien-gorge par terre, je me relevai précipitamment pour la suivre, en laissant échapper un grimace de dégoût. Je me prostituais pour Polloni, et le pire, c'était que j'allais être payé une misère pour tout ce travail et ce temps perdu. Au moins, je prenais du bon temps, c'était la seule chose sympathique.

A contrecœur, je la suivis donc sous la douche, un grand et faux sourire aux lèvres, continuant mon jeu d'acteur avec brio. J'étais doué pour ça, j'aurais peut-être dû me reconvertir. Mais ça signifierait abandonner ce job que j'aimais tant qu'était le journalisme. Hors de question. Ce serait offusquer la mémoire de mes parents. Et puis... j'étais bien comme ça, malgré tout. Du moins... quand j'aurais retrouvé ma vraie place dans la rédaction.
Elle était dos à moi dans sa douche, l'eau ruisselant sur son corps et si ça me dégoûtait un peu de devoir la toucher, cette fois sans être sobre, je devais bien avouer que j'avais tiré le gros lot, malgré tout. Elle était vraiment bien foutue. C'était une aubaine. Et puis, bon, j'étais proche du but. Toute cette mascarade serait bientôt terminée et je pourrais dire adieu à cette blonde, et retrouver ainsi ma solitude. J'inspirai profondément et la rejoignis, retrouvant un peu de virilité à son contact, dès lors que je l'enserrai de mes bras en l'embrassant dans le cou. Je savais que mon ex-femme adorait que je lui fasse ça, alors j'imaginais que c'était pareil pour toutes les femmes. Elles ne devaient pas être si différentes les unes des autres. Je remontai ensuite jusqu'à son oreille et lui mordillai le lobe longuement, avant de lâcher quelques mots à son intention, juste à côté de son oreille :

- Alors, tu me montres ?

Ma voix était rauque, je ne l'avais probablement jamais entendue aussi rauque. Incroyable. Au lieu de l'allumer elle, comme j'en avais l'intention, c'était elle qui m'allumait sans avoir rien à faire. A croire que ça faisait un peu trop longtemps que je n'avais rien fait avec une femme. A croire également que mon corps n'était pas satisfait de ce que nous avions pu faire la nuit d'avant... Quoi qu'il en soit, en plus de profiter de sa gentillesse, j'allais également profiter de son corps. C'était mieux qu'une prostituée, je n'avais même pas besoin de payer !

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Lun 10 Fév - 0:30

/!\ Ce RP contient des scènes pouvant choquer certains publics, vous lisez donc ce post à vos risques et périls, vous êtes prévenu(e)s !


Il me suivit jusque dans la douche et me prit par la taille en m'embrassant dans le cou. Il savait comment m'allumer, et je sentis que lui aussi était en forme. Ses baisers remontaient lentement jusqu'à mon oreille, où il s'arrêta pour jouer avec mon lobe et me susurrer quelques mots.

- Alors, tu me montres ?

Il avait dit ces mots d'une voix très rauque, terriblement sexy. Et je me devais de l'avouer, ça me plaisait. Beaucoup. Il me plaqua contre la paroi de la douche assez brutalement et m'embrassa d'une manière tout aussi brutale. Je décidai donc de calmer un peu le jeu et de jouer lentement avec lui. Ma main descendit lentement de son cou, en passant par son torse que je caressai plusieurs fois, ce qui le fit frissonner, pour arriver sur son sexe, qui était on ne peut plus prêt. Je commençai des va-et-vient avec ma main, il commençait à perdre tout contrôle, je le sentais. Je me mettai à genoux et commençai à lui faire une fellation. Je l'entendis gémir, puis je le sentis glisser sa main dans mes cheveux. A ce moment, c'est lui qui prit le contrôle, en dirigeant ma tête à la vitesse qu'il le souhaitait. Ma main libre en profita pour visiter les alentours de son sexe.

Après quelques minutes il jugea qu'il était temps de passer à l'action. Il me caressa les seins, puis descendit jusqu'à mon sexe pour jouer avec mon clitoris, vérifia avec ses doigts que mon vagin s'était bien lubrifié, puis il me plaqua contre le mur. Je levai une de mes jambes, plaquai ma cuisse contre son torse et plaçai ma cheville sur son épaule, puis il commença la pénétration, tout doucement d'abord, puis rapidement, pour son plus grand plaisir. Et le mien.

Il tint le rythme pendant quelques minutes, alternant la vitesse de ses mouvements, et il continua à prendre encore plus le contrôle. Il me retourna, me mit face au mur, me cambra et me pénétra brutalement et très rapidement, ce qui fit augmenter la puissance de mes cris, qui résonnaient conjointement avec les siens dans la salle de bains. Il s'abandonnait complètement et laissait son côté très bestial ressortir. Sans me prévenir, il introduisit un doigt dans mon anus, puis deux. Heureusement, un de mes ex avait décidé de m'initier à cette pratique il y a quelques années, je n'étais donc pas contre. Il retira son sexe de mon vagin pour mieux l'introduire dans mon anus, et s'amusa à alterner la pénétration dans les deux orifices. J'étais totalement à sa merci, je ne sentais même plus l'eau couler sur nos deux corps.

Une nouvelle fois sans me prévenir, il me retourna et me plaqua contre le mur de la douche, prit mes jambes dans ses bras, et me pénétra jusqu'à ce que nous arrivions tous les deux à l'orgasme. Après tout cet exercice, nous décidâmes d'utiliser la douche pour son utilisation principale et nous nous douchâmes mutuellement, avant de retourner au lit.

- Alors, satisfait de ma souplesse ? dis-je en souriant.

-]Le co-auteur voulant une note le mentionnant, là voilà : merci mon chériiiiiiii !]
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Lun 10 Fév - 22:40


J'étais terriblement conscient de l'effet que je devais lui faire. Elle n'était pas la première, et elle ne serait pas la dernière à passer entre mes griffes. Visiblement, ça lui plaisait, pour l'instant. Alors que je la sentais frissonner, je l'attrapai par la taille et la tournai vers moi, pour capturer ses lèvres en même temps que je la plaquais contre la faïence de sa douche. Elle avait peut-être eu mal, moi je m'en foutais, comme d'habitude. Alors que je lui mordais les lèvres en l'embrassant, je sentis sa main se balader sur tout mon torse, en commençant par mon coup et en parcourant tous les petits points faibles de mon buste, qui me firent alors frissonner plus que de raison. Quand elle termina sa course, je sus que j'allais vraiment aimer ce qui allait suivre. Elle s'empara de ma virilité et commença de lents va-et-vient qui me firent frémir et gémir. Et quand elle s'accroupit dans la douche pour me faire une fellation, je sus cette fois qu'elle allait vraiment me plaire cette petite. Pour la première fois, j'espérai que ma "mission Polloni" dure plus longtemps, histoire que je couche plus souvent avec cette blonde - dont je ne me rappelais toujours pas le nom, c'était un comble ! Je ne me rendis très vite plus compte de ce que je faisais et quand je baissai la tête pour la regarder, je vis en fait que j'avais ses cheveux enroulés autour de mes mains, et qu'elle se laissait totalement faire. Décidément, j'en avais de la chance...
Seulement, quand je sentis que j'allais lâcher prise trop vite, je décidai d'arrêter les préliminaires. Je la fis se relever, repris le contrôle de sa bouche, tout en descendant à mon tour ma main droite jusqu'à son clitoris, que je malmenais quelques secondes, histoire de la faire gémir un peu en lui rendant la pareille, avant de la pénétrer de deux doigts, afin d'être sûr que la voie était libre. Je la regardais en fronçant les sourcils, alors qu'elle avait les yeux fermés de plaisir. Au moins, j'espérais qu'elle ne pense à personne d'autre pendant ce moment. J'étais assez bon pour qu'elle n'ait pas besoin de stimuler... Je fus doux au départ, puis violent dans les secondes qui suivirent. Je n'avais pas fait l'amour depuis un certain temps. Et si je n'avais pas spécialement envie qu'elle pense à quelqu'un d'autre, moi, je ne me gênais pas pour le faire. Evidemment, je pensais à mon ex-femme, qui m'avait tellement frustré en partant avec notre fille. Cette connasse n'avait même pas prise le temps de me dire adieu qu'elle était partie, et l'instance de divorce n'avait pas duré si longtemps que ça... alors - et cette blonde allait être la première d'une longue liste - j'allais déverser ma haine dans chacune de mes conquêtes.

Alors que je continuais de la pilonner, sans même penser à son envie et à son plaisir et n'écoutant que les miens, je repensais à ce que Lesly ne m'avait jamais fait, quand nous étions tous les deux. A elle seule, la blonde en avait fait déjà plus. Après tout... elle avait son pied sur mon épaule, actuellement, quelque chose que Lesly n'était pas capable de faire.
Tout en repensant encore à elle, je m'arrêtai quelques secondes, d'une pour reprendre mon souffle, et de deux pour retourner la blonde, et la plaquer, tout aussi violemment, contre le mur de la douche. Elle criait, fort. Et je criais aussi, en fait. Sauf que moi, je n'avais pas besoin de sentiments pour ça. Un endroit et une femme me suffisaient. Toujours sans vraiment me rendre bien compte de ce que je lui faisais, je laissais mes mains vagabonder vers ses fesses et très vite, je la pénétrai également l'anus, avant d'échanger à chaque coup de rein ma cible. Ça semblait lui procurer beaucoup de plaisir et elle ne disait pas non, alors je continuais, toujours de façon aussi brutale, aussi violente. C'était dans ma nature, ça l'était déjà avant que je ne rencontre Lesly et qu'elle ne parte comme une voleuse avec notre enfant. La perte de mes parents, selon mon psy. Psy que je ne voyais plus depuis des années d'ailleurs et qui ne m'avait jamais aidé.

A cette pensée, et de rage, je retournai une nouvelle fois la blonde, sans même prendre le temps de prendre soin d'elle. Je la soulevai brusquement, en tenant ses jambes de mes bras, plaquée contre le mur encore une fois. Et cette fois, j'allais et venais en elle à une vitesse ahurissante, qui nous fit perdre pied tous les deux, en même temps.
Je restais quelques secondes sans rien dire, reprenant mon souffle, essayant de ne pas la laisser tomber par terre. Je reposais ses jambes l'une après l'autre sur le sol de la douche, puis me détachai d'elle, alors qu'elle retrouvait l'eau de la pomme de douche, qui continuait de couler comme si de rien n'était. Je lui tendis son gel douche et nous nous lavâmes mutuellement, sans rien dire, en nous regardant d'un air amusé, et je repris mon faux sourire jusqu'à ce que l'on retrouve son lit.

Une fois dans ce dernier, elle me demanda si j'étais satisfait de sa souplesse. Son sourire trahissait sa bonne humeur et sa propre satisfaction. Je l'avais repue, apparemment. Et je devais dire que j'étais plutôt bien aussi. Elle m'avait permis de me détendre, et d'enfin coucher avec quelqu'un, depuis tout ce temps. Ça me manquait, à quel homme ça ne manquerait pas ? Je lui caressai doucement l'épaule, jouant la carte de l'homme attendri et comblé, et avec un sourire timide que j'imitais à la perfection, je lui répondis :

- Très satisfait. Tu es incroyable...

Mon ton mielleux me déplut, mais ma voix était encore un peu rauque, à force d'avoir crié, alors elle cacha un peu mes fausses émotions. Je la regardai en essayant de ne pas trop être dégoûté. Puis, je repensais à ce qui m'attendait en face de sa porte d'entrée et mon jeu d'acteur redevint mon idée principale, ma priorité, et aussi mon but.

- Je trouve ça vraiment dommage qu'on ne se souvienne plus de notre soirée... je ne sais même plus comment je t'ai rencontrée... tu es une grosse fêtarde, peut-être ? Je ne sais même pas ce que tu fais dans la vie !

C'était la première fois que je lui parlais autant, la vache, ça me faisait bizarre. Mais la règle numéro une, c'était de toujours s'intéresser à la femelle en face, même si elle était barbante. Aujourd'hui, j'avais de la chance, elle était plutôt intéressante. Et souple. Et elle pouvait m'être utile : autant pêcher toutes les informations !

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Jeu 13 Mar - 2:30


Il se mit à me caresser l'épaule avec un sourire timide, puis se décida à répondre à ma question.

- Très satisfait. Tu es incroyable...

Ses éclats de voix lors de nos ébats ont dû fatiguer ses cordes vocales, sa voix était un peu rauque.

- Je trouve ça vraiment dommage qu'on ne se souvienne plus de notre soirée... je ne sais même plus comment je t'ai rencontrée... tu es une grosse fêtarde, peut-être ? Je ne sais même pas ce que tu fais dans la vie !

Il essayait de s'intéresser à moi, cela voudrait-il dire qu'il comptait passer quelques temps avec moi histoire d'apprendre à me connaître, et réciproquement ? Je ne m'attendais pas à commencer une relation à peine arrivée dans une nouvelle ville. Il était vrai que je m'étais liée d'amitié avec deux personnes depuis mon arrivée, ma voisine, Abigail, et Ella, mais dans l'idéal j'aurais attendu de m'être bien installée et d'avoir implanté mon entreprise à Toronto avant de chercher un homme avec qui passer quelques nuits ... Ou ma vie ...

- Eh bien pourtant non, je ne suis pas vraiment du genre fêtarde, même si je sais m'amuser quand j'en ai l'occasion. En fait je suis arrivée il y a peu à Toronto, et j'ai l'intention de développer mon entreprise au Canada, en espérant qu'elle connaisse le même succès qu'aux Etats-Unis ! Je te retourne la question maintenant : que fais-tu dans la vie ?
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Jeu 13 Mar - 22:40


Sarah me dévisageait avec ses grands yeux marrons, presque noirs. Je ne savais pas comment réagir. Je n'étais pas doué de base avec les relations humaines, alors mentir et prétendre que j'étais intéressé par sa petite personne était quelque chose de difficile, vraiment difficile pour moi. J'espérais réellement que cette mascarade prendrait fin assez tôt. Je me fichais de la faire souffrir, je m'en fichais éperdument. Mais surtout, je ne voulais pas qu'elle me pose trop de questions. Malheureusement, j'avais l'impression que ça serait le cas. Je le voyais, rien qu'à sa tête. Et puis, c'était une blonde, je ne devais pas trop rêver...

- Eh bien pourtant non, je ne suis pas vraiment du genre fêtarde, même si je sais m'amuser quand j'en ai l'occasion. En fait je suis arrivée il y a peu à Toronto, et j'ai l'intention de développer mon entreprise au Canada, en espérant qu'elle connaisse le même succès qu'aux Etats-Unis ! Je te retourne la question maintenant : que fais-tu dans la vie ?

Intérieurement nerveux, je lui adressai à nouveau un léger sourire faux. Chef d'entreprise, alors ? Pas mal, j'avais touché le gros lot, cette fois. Pas pour longtemps, toutefois, mais c'était plutôt cool. Je pourrais le garder quelque part dans ma mémoire, le jour où j'aurais baisé une présidente directrice générale. J'allais épater tout le monde.
Cependant, je n'avais pas très envie de lui dire que j'étais journaliste. J'arriverais facilement à trouver autre chose, à mentir. J'avais dit à McCoy que j'étais flic... je n'allais pas réitérer l'opération. J'allais plutôt dire que j'étais commercial, ou quelque chose du genre. Cependant, elle devait s'y connaître en vente, alors c'était aussi une mauvaise idée. Il fallait que je réfléchisse, parce que je n'y avais pas du tout pensé ! Pourquoi était-elle si curieuse aussi ??

- Waw, mais dis-moi, tu es bien placée... C'est quoi, ton entreprise ? Je suis sûr que tu arriveras à te faire ton business ici aussi … tu m'as moi, déjà !

Je lui fis un clin d'œil appuyé, un peu ringard, mais qui la fit sourire au moins. J'avais réussi à éluder sa question pour l'instant. Mais le pire restait certainement à venir...

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Jeu 3 Avr - 0:58


- Waw, mais dis-moi, tu es bien placée... C'est quoi, ton entreprise ? Je suis sûr que tu arriveras à te faire ton business ici aussi … tu m'as moi, déjà !

Il me fit un clin d'oeil un chouïa forcé, ce qui me fit sourire. Cependant, il n'avait pas répondu à ma question ... Et je n'étais pas vraiment d'humeur à me prendre la tête avec qui que ce soit. Je décidai donc d'ignorer ce manque de réponse, de toute façon, je finirai bien par savoir ce qu'il me cache, un jour ou l'autre.

- Eh bien le petit comptoir que j'avais nommé OrangeOrange où j'ai commencé s'est transformé très vite en chaîne de boutiques OrangeOrange où l'on vend des yaourts glacés. Oui, tu vas trouver que l'idée d'implanter ce genre de boutique au Canada un peu risquée, mais j'ai su jouer les bonnes cartes, et heureusement je me diversifie pendant la période hivernale. Bien que les habitués tiennent à avoir leur dessert glacé préféré, qu'il fasse chaud ou froid !!

Et c'était à ce moment que je m'étais rendue compte que j'étais partie à parler toute seule, et que Tom s'était endormi en écoutant ce qui était devenu un monologue. N'étant pas d'humeur, et mon estomac commençant à crier famine, je jugeai alors utile le fait de sortir du cocon douillet que formait ma couette. J'enfilai ma robe de chambre puis me dirigeai vers la porte. Le parquet grinça, et il se mit à murmurer un nom ... Polloni ... Puis un mot, recherche. Le voyant se retourner puis échapper un ronflement, je me dis que ses rêves devaient prendre le dessus sur son cerveau, et je ne pris pas d'attention particulière à ce qu'il avait pu laisser échapper. Un nouveau grondement de mon estomac me fit réaliser que je n'avais pas encore bougé, je sortis alors de la chambre, et allai en direction de la cuisine, histoire de contenter mon estomac. Vu l'heure qu'il était, je décidai de préparer un petit brunch, qui nous ferait tenir au moins jusqu'au dîner.

J'avais dû faire un petit peu de bruit en cuisant les pancakes, une fois l'assiette remplie d'une bonne pile de ces derniers posée sur la table, je vis Tom à la porte. Il était tellement sexy avec son petit air fatigué, en baillant et en se passant la main dans les cheveux, accoudé sur le chambranle de la porte ... Je décidai d'ignorer l'envie qui était arrivée subitement et l'invitai à s'assoir.

- Vu que tu t'es rendormi et que j'avais un peu faim, j'ai décidé de faire un petit brunch. Ca te va ?

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Ven 4 Avr - 14:52

Et la jolie blonde se remit à parler, bien entendu. En même temps, à quoi m'attendais-je ? Je lui avais posé une question, et tout le monde sait que les femmes adorent parler sans s'arrêter ! Alors si au début, je tentais de rester éveillé pour l'écouter et essayer d'apprendre quelque chose, au bout de quelques instants, je ne pus tenir plus longtemps et je m'endormis de nouveau. En même temps, nous venions une nouvelle fois de coucher ensemble. Elle pensait vraiment que mon cerveau allait tenir éveillé si longtemps ? J'entendis simplement qu'elle avait débuté avec un simple comptoir, et qu'elle avait réussi à le développer au fur et à mesure en chaîne de boutiques. Il fallait bien le dire, elle avait réussi sa vie, cette nana. C'était une chance pour elle.

Plus tard, quand je m'éveillai de nouveau, j'étais seul dans son lit. Je pris quelques minutes pour comprendre ce qu'il se passait, et je me souvins alors d'où j'étais, avec qui, et la raison pour laquelle il était important pour moi de rester ici. Je n'avais rien oublié, et mon mal de crâne avait même disparu. Je sortis du lit en remettant mon caleçon à la va-vite, et suivis l'odeur de pancakes que l'on pouvait hûmer dans tout l'appartement. En plus, elle faisait la cuisine ! Cette femme était définitivement un bon parti, en plus d'habiter à côté de la bonne personne. Je restais dans l'entrée de la pièce, sans rien dire, en passant frénétiquement ma main dans mes cheveux et en baillant. La journée allait être longue.

- Vu que tu t'es rendormi et que j'avais un peu faim, j'ai décidé de faire un petit brunch. Ca te va ?

Avec un sursaut d'engouement, je lui fis un sourire enjoué, que j'essayais de ne pas faire passer pour un rictus. Il fallait que je me fasse passer pour le petit-ami parfait. Le problème, c'est que je ne savais pas combien de temps cela durerait. J'espérais profondément que ça ne dure pas trop longtemps. En une semaine, ça devait être bouclé, mais je devais faire preuve de précautions et ne pas tout foutre en l'air. Maintenant que j'y étais, ce n'était pas le moment de se planter. Néanmoins, je n'avais pas l'intention de prendre racines ici. J'avais d'autres choses à faire que de rester en compagnie d'une femme qui était manifestement tombée sous mon charme, qui ne me connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, et que je n'avais pas du tout envie de connaître d'ailleurs. Il faut faire des sacrifices dans la vie parfois.

- C'est très bien ma belle. C'est tout à fait suffisant ! Je vais devoir partir assez tôt, malheureusement. En début d'après-midi, disons.

Allons-y doucement avec elle, ce n'était pas la peine de la faire souffrir plus que de raison dès maintenant. Elle souffrirait déjà bien assez plus tard. Alors elle pouvait rester tranquille pour l'instant. Je m'assis à table, à l'endroit qu'elle m'indiquait et me servis un peu de café, sans lui demander l'autorisation. Je savais qu'elle n'allait rien me dire, ce serait idiot.

- J'ai un rendez-vous, en plus. Mais... on se reverra hein?

En souriant de toutes mes dents, je fis en sorte de lui offrir mon plus beau visage, mon regard le plus implorant, pour qu'elle soit sûre que j'aie vraiment envie de la revoir, ce qui était tout à fait faux, bien sûr. Mais peu importait... il fallait qu'elle me croit !

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Sam 5 Avr - 0:44

Il me fit un sourire un peu crispé, mais sincère cependant, j'avais donc eu une bonne idée.

- C'est très bien ma belle. C'est tout à fait suffisant ! Je vais devoir partir assez tôt, malheureusement. En début d'après-midi, disons.

Je n'aurais su décrire le ton qu'il avait utilisé ... Il était un peu froid, mais en même temps un peu peiné ...

- J'ai un rendez-vous, en plus. Mais... on se reverra hein?

Il avait maintenant la tête d'un enfant à qui on ne peut rien refuser. Son grand sourire, ses yeux implorants ... Comment ne pas résister ??  

- Je comprends que tu aies une vie hein, ne t'en fais pas pour ça.

Pour répondre à sa question, je décidai de m'approcher de lui, et entourai ses hanches avec mes bras.

- Et je comprendrai aussi si tu ne veux pas aller plus loin, étant donné les circonstances ... Mais sache que moi je suis totalement pour que l'on se revoie ...

Je ponctuai ma phrase par un baiser sur ses lèvres, et j'éternisai volontairement ce baiser, tout en douceur, et Tom me suivait. Mais au moment où je commençai à m'éloigner, il captura mes lèvres dans un baiser qui, contrairement au mien, était beaucoup plus fougueux et passionné, et son envie commençait à se traduire aussi par une bosse sous son caleçon.

- Si j'ai bien compris, les pancakes attendront ...

__________________________



Call it magic, call it true.
I call it magic when I'm with you.
And I just got broken, broken into two.
Still I call it magic, when I'm next to you.
© Coldplay & CasiElSilencio

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Sam 5 Avr - 21:17

Dans son regard, je vis instantanément qu’elle était tombée dans le panneau. Qui n’était pas un panneau, en soi, puisque j’avais réellement besoin de partir pour aller travailler. Il faudrait que je prenne une douche avant ça, et que je repasse par chez moi pour changer de vêtements et pour récupérer mon ordinateur et ma carte de presse. Heureusement que je ne l’avais pas sur moi d’ailleurs, sinon mon alibi aurait été cramé.
Elle se rapprocha de moi avec un sourire, et m’indiqua qu’elle comprenait que j’avais une vie. Ironiquement rassuré, je la vis se rapprocher de moi.

- Et je comprendrai aussi si tu ne veux pas aller plus loin, étant donné les circonstances ... Mais sache que moi je suis totalement pour que l'on se revoie ...

Je réprimai un rire. C’était bien une femme. Quelle fleur bleue ! Si elle savait pourquoi j’étais là, elle ne dirait pas la même chose. Bien entendu, je n’avais aucune envie qu’elle le découvre, au contraire. Plus longtemps elle resterait ignorante, mieux ce serait. Je savais cependant que ça ne durerait pas. Parce que je ne saurais pas mentir trop longtemps et puis même, elle apprendrait à connaître la ville, et elle tomberait forcément sur des indices la mettant sur la piste du journalisme. Je le savais. Mais ce n’était pas grave. Et pour l’instant, je m’en fichais complètement !
Elle commença à m’embrasser et bien malgré moi, je m’obligeai à la suivre. Jusqu’à ce que je trouve que finalement, quitte à profiter d’elle, autant y aller à fond. Lorsqu’elle entama un mouvement de recul pour me laisser respirer, je pris l’initiative de la tirer vers moi pour qu’elle reste et à l’embrasser plus passionnément.

- Si j'ai bien compris, les pancakes attendront ...

Je hochai vivement la tête avant de reprendre possession de ses lèvres et de passer mes mains sous sa robe de chambre avec envie. Je n’avais certes pas beaucoup de temps avant de devoir partir, mais j’en avais bien assez pour me la faire une troisième fois. En repensant à la scène de la douche, je devais bien avouer que ça m’avait satisfait, et que je ne dirais pas non à ce que ça recommence des tas de fois.
Sans rien ajouter, je commençais à la débarrasser de ses fringues – si on pouvait appeler ça des fringues toutefois – tout en l’embrassant. Dommage que la table de la cuisine soit remplie de nourriture, j’aurais bien tout mis par terre pour poser la blonde dessus. J’allais devoir faire sans. Alors que mes baisers se perdaient dans son cou, elle s’occupa de mon caleçon et ma respiration commença à s’accélérer dès lors que sa main entra en contact avec moi. Je la soulevai dans les airs, pour ensuite la plaquer contre le mur le plus proche, avec une douceur bien cachée.

Alors que nous commencions à aller plus loin de nouveau tous les deux, j’entendis la sonnerie stridente de mon téléphone portable. Pas prêt pour laisser ma conquête filer, je le laissai sonner, sans rien dire, en me fichant pas mal de mon interlocuteur. Elle était à présent nue et je laissais mes mains divaguer de tous côtés en appréciant l’accélération de sa respiration quand je touchais ou caressais des points sensibles chez elle. J’apprenais, doucement, à la connaître et à savoir comment lui faire plaisir. C’était sans compter sur la sonnerie de mon téléphone, qui, une deuxième fois, nous interrompit, cette fois pour de bon.
Je soupirai, puis relâchai doucement ma proie, en m’excusant. Je remontai mon caleçon à la hâte et récupérai mon téléphone sur la table, avant de m’éloigner dans le couloir pour répondre.

-Bennett ! […] Oui ! […] Non, bien sûr que non. […] Ecoute, je serai là d’ici deux heures. […] Non je ne suis pas chez moi, mais ça ne te regarde pas, Billy ! […] Oui, très bien, compte sur moi !

Je raccrochai en murmurant entre mes dents un « connard » que je pensais plus que tout au monde. Ce con allait vraiment m’énerver, un de ces quatre, et il s’en prendrait une. Il voulait m’apprendre mon boulot ? Qu’il l’apprenne pour lui déjà, et ensuite on verrait. Je retournai dans la cuisine, où elle s’était finalement assise et avait commencé à manger. Je me demandais si elle était vexée, ou bien si elle s’en fichait.

-Désolé… vraiment ! Mon patron… tu sais ce que c’est… je l’ai envoyé chier, mais je ne vais pas pouvoir tarder plus que ça… J’imagine que tu es déçue… pardon.

Je me reconnaissais même plus. Je jouais définitivement très bien la comédie, j’étais doué. Il faudrait que j’y pense, pour une éventuelle reconversion, si jamais mon patron me virait. Ce qui pourrait arriver, en fin de comptes, quand je voyais comment il me parlait. Il aurait tôt fait de me faire quitter la rédaction…

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas


avatar



Sarah Watson


DISCUSSIONS : 150
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Mar 6 Mai - 12:50

Il reprit là où il s'était arrêté et laissa ses mains se balader sous ma robe de chambre. Je me devais de m'avouer que j'adorais ça, et que j'aimerais qu'on essaie de construire un semblant de relation. Certes les sentiments ne pouvaient pas vraiment être présents vu qu'on ne savait que très peu de choses de l'un sur l'autre, mais de mon côté j'étais prête pour ça. Et s'il était encore là, cela voulait sûrement dire qu'il le voulait aussi un petit peu ...

Je me retrouvais nue très rapidement, et je m'attaquai à son caleçon pendant qu'il déposait un tas de baisers dans mon cou, et son envie se manifesta sous ma main, sa respiration s'accéléra. Il me plaqua ensuite tout en douceur contre le mur, et son téléphone nous interrompit une première fois. Tom n'y fit pas attention et continua à jouer avec les parties de mon corps les plus sensibles, quand son téléphone nous interrompit une deuxième fois. Cette fois-ci fut la fois de trop, et Tom s'éloigna en s'excusant, reprit son caleçon pour l'enfiler en vitesse, et se précipita sur son téléphone avant la dernière sonnerie.

-Bennett ! […] Oui ! […] Non, bien sûr que non. […] Ecoute, je serai là d’ici deux heures. […] Non je ne suis pas chez moi, mais ça ne te regarde pas, Billy ! […] Oui, très bien, compte sur moi !

Il lâcha un "connard" presque muet, mais avec tellement de force que ce Billy devait sûrement être un vrai connard. Pendant ce temps, j'avais repris mes sous-vêtements et ma robe de chambre, et je m'étais mise à table et j'avais commencé à manger, je n'allais quand même pas jeter tout ce que j'avais préparé ! Et en plus mon estomac se manifestait de plus en plus et de plus en plus fort. Vivre d'amour et de sexe, très bien, mais il fallait bien se nourrir pour ça. Il revint vers moi avec un air penaud.

-Désolé… vraiment ! Mon patron… tu sais ce que c’est… je l’ai envoyé chier, mais je ne vais pas pouvoir tarder plus que ça… J’imagine que tu es déçue… pardon.

Je me levai pour l'embrasser.

- Ne t'en fais pas, je comprends, le boulot c'est le boulot ... Et oui je suis un peu déçue mais c'est pas grave, on se rattrapera plus tard ...

Un silence de sa part s'ensuivit, et ce silence le fit douter quelques instants. Et si je me faisais des idées ?

- ... Si tu es d'accord bien sûr !! En tout cas moi je le suis, et si tu veux repasser ce soir, je ne m'y opposerai pas ...

J'appuyai ma dernière phrase en passant une main dans son dos et l'autre dans son cou pour l'approcher et je l'embrassai de nouveau, avant de le lâcher quelques instants.

- Prends quand même ça, tu ne vas pas partir sauver le monde le ventre vide !

Je lui lançai alors le cellophane, qui contenait quatre pancakes en sandwiches avec de la pâte à tartiner, qu'il rattrapa sans aucune difficulté. Pendant ce temps, il s'était rhabillé et il était prêt à partir.

__________________________



Call it magic, call it true.
I call it magic when I'm with you.
And I just got broken, broken into two.
Still I call it magic, when I'm next to you.
© Coldplay & CasiElSilencio

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar



Thomas Bennett


DISCUSSIONS : 355
CREDIT : vava : shiya
MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   Mar 6 Mai - 23:45

Au contraire de ce que je pensais au début, la blonde n’avait pas l’air plus déçue et plus triste que cela. Me serais-je alors trompé ? Mais pourtant, elle voulait une relation, elle, non ? Alors pourquoi n’avait-elle pas l’air si déçue que ça ? Peut-être qu’elle se doutait de mes intentions… Non, impossible, je jouais trop bien la comédie pour ça ! Néanmoins, elle me faisait douter, et je n’aimais pas cela. Vivement que je parte, pour avoir toutes mes idées au clair. Enfin, ce ne serait que pour un temps, parce que Billy allait encore venir m’embrouiller, dès lors que son radar m’aurait repéré. Oui, j’aimais croire qu’il avait un radar pour s’attirer les emmerdes, ce con. Parce qu’un jour, le jour où je n’aurais plus rien à perdre dans cette boîte, je lui sortirais ses quatre vérités, et ça lui ferait tellement mal qu’il en pleurera comme un bébé. D’ailleurs, peut-être que ça n’arriverait pas trop tard, ce moment. Mais peut-être que ce ne serait pas moi qui partirais… peut-être que ce serait lui qui déciderait de se barrer. Il faudrait que je réussisse à monter un plan machiavélique pour le faire partir en dépression, ou un truc du genre ! Il fallait que j’en parle aux collègues. Il devait bien y en avoir qui le détestaient autant que moi…

- Ne t'en fais pas, je comprends, le boulot c'est le boulot ... Et oui je suis un peu déçue mais c'est pas grave, on se rattrapera plus tard ...

Elle s’était levée pour m’embrasser avant de me dire cela, et maintenant, je ne savais plus quoi répondre. En effet, on se rattraperait plus tard, mais quand ? Et pourquoi surtout ? Je n’avais pas envie de la revoir moi, maintenant que j’avais l’adresse de Polloni et que je pouvais venir l’épier si je le souhaitais. Pour quelle raison aurais-je envie de revoir  cette blonde ? D’ailleurs, je vis dans son regard qu’elle doutait, et elle reprit bien vite la parole pour rectifier le tir :

- Si tu es d'accord bien sûr !! En tout cas moi je le suis, et si tu veux repasser ce soir, je ne m'y opposerai pas ...

Repasser ce soir ? Le soir-même ? Mais.. elle n’en avait pas eu assez pour l’année ? Pourquoi une femme a tant de besoins, elle ne pourrait pas utiliser sa main, non ? Néanmoins, elle semblait vraiment avoir envie que je revienne, puisqu’elle s’approcha le plus possible de moi pour m’embrasser en me caressant et le cou, et le dos. Bien… alors j’avais droit à une nymphomane… peut-être que j’allais revenir, finalement ! En plus, elle n’était pas si mal que ça, et puis.. j’étais tout seul depuis un bout de temps, malgré tout, et ça se faisait ressentir ! Pendant que je me rhabillais, je la vis s’affairer autour de la table et je pris doucement la parole, la voix encore un peu rauque :

- Pour ce soir… je vais voir si je peux me libérer. Je ne te promets rien d’accord ?

Son regard et son signe de tête me firent comprendre que c’était d’accord, et j’étirai mes lèvres en un mince sourire, le temps de quelques secondes. Suffisantes pour elle, et de trop pour moi. J’en avais déjà marre de jouer ce rôle. Ça allait être difficile de tenir plus longtemps. Peut-être faudrait-il que je la mette dans la confidence ? Peut-être pourrions-nous devenir des Bonnie and Clyde des temps modernes ?

- Prends quand même ça, tu ne vas pas partir sauver le monde le ventre vide !

Elle me lança brusquement le paquet qu’elle venait de confectionner, et je l’attrapai au vol, avec un peu de chance, évidemment. Elle semblait fière de son petit effet. Je regardai alors l’intérieur du sachet et mon estomac se réjouit d’avance. Des pancakes, tout ce que j’adorais. Alors en plus, elle faisait la cuisine. C’était la femme parfaite, dans ce cas ? Je souris à ma pensée, et elle sembla apprécier mon sourire qui pourtant, ne lui était pas destiné ! Je me rapprochai d’elle en enfilant ma veste, et je l’embrassai rapidement pour la remercier.

- Je t’appelle, d’accord ? Si ce n’est pas ce soir, ce sera demain !

Je m’en sortais plutôt mal, je m’en rendais bien compte. Il était temps que je parte, sinon je n’aurais pas le temps de me changer et de partir au boulot. Je savais que je roulais vite, mais quand même, ce serait dommage que j’aie un accident maintenant, alors que j’étais si près du but ! Je finis par mettre ma veste pour de bon, et par sortir de l’appartement en saluant Sarah. En fermant la porte, je vis de nouveau la porte d’en face, celle des Polloni. Nous allions définitivement bien nous amuser, tous ensemble…

__________________________

I may be on the side of the angels but don't think for one second that I am one of them!

Signature par Moriarten sur PRB
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] « I only love you when I'm drunk »   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] « I only love you when I'm drunk »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: