Partagez | 
 

 [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Ven 24 Jan - 21:11


Panique à bord !
S'il y avait bien quelque chose que je détestais depuis deux ans et demi, c'était les urgences. Et les hôpitaux en général. Et les médecins. Et toute cette ambiance morbide, qui régnait autour de moi. J'avais cru pouvoir y échapper, mais avoir des enfants m'obligeaient déjà à y repasser pour accoucher, d'une part, et ensuite pour tous les petits drames du quotidien.
Et là, c'était bien le cas. Il était trois heures du matin et j'étais en pleine panique, à faire les cent pas dans la salle d'attente des urgences, Johanna qui dormait dans la poussette et mon fils entre les mains des médecins. Je perdais patience. Je voulais avoir des nouvelles, et elles n'arrivaient pas !

Plus tôt dans la nuit, Leopold s'était mis à pleurer, ce qui lui arrivait souvent encore. J'avais essayé de le calmer, de le faire dormir, sans succès. Puis, il avait été pris d'une toux assez forte, qui ne passait pas, et après un quart d'heure de tentatives ratées pour qu'il se calme, j'avais décidé de l'emmener à l'hôpital, à contrecœur mais avec la peur au ventre. Avec un peu de chance, peut-être qu'Ella serait de nuit, et elle pourrait me rassurer rapidement.
Cependant, quand j'arrivai à l'hôpital, il n'y avait pas grand monde, et surtout pas de traces de ma cousine. J'étais donc seule. Et les médecins emmenèrent rapidement mon fils quand ils virent mon visage et qu'ils comprirent que quelque chose n'allait pas. Je leur faisais confiance, même si j'avais un peu de réticences à les laisser l'emmener...

Et voilà où j'en étais... à faire les cent pas dans la salle d'attente. J'attendais déjà depuis une demi-heure, mais c'était trop pour moi. Je ne savais plus quoi faire pour me détendre, et bientôt Johanna se réveillerait et me poserait des questions... Je n'avais pas envie de rester toute seule sans nouvelles. Et la seule personne qui pouvait m'aider ne m'avait pas adressé la parole depuis un certain bout de temps.. et c'était de ma faute : Jonathan.
Nerveusement, je pris mon portable. Je savais que si je l'appelais, il arriverait dans le quart d'heure. Je savais qu'il serait là pour les enfants, comme pour moi. Je devais l'appeler, parce que je frôlais la crise de nerfs. Je devais le faire, mais j'avais honte de mon comportement. J'étais sensée tout gérer toute seule, j'étais sensée être adulte, mais je ne savais plus comment me gérer moi même. J'avais besoin de lui, il fallait l'avouer. Et il me manquait.
Sans même y faire vraiment attention, j'avais composé son numéro et je l'appelai, sans même remarquer qu'il n'était que quatre heures et demi du matin. Il décrocha au bout de deux tonalités, et me répondit d'une voix bien réveillée. Cependant, il chuchotait, comme s'il avait peur de déranger quelqu'un. J'étais déjà désolée de l'ennuyer. Il devait dormir... peut-être qu'il était avec quelqu'un, quelle idiote j'étais de croire qu'il serait tout seul et disponible...

- Jonathan excuse moi de te déranger, je sais qu'on est en pleine nuit mais... je suis à l'hôpital, aux urgences, c'est Leopold, je ne sais pas ce qu'il a, il toussait mais il ne s'arrêtait pas, je savais plus quoi faire...

Je recommençai à paniquer, alors que je m'étais un peu calmée. Je repris ma marche dans la salle d'attente en écoutant Jonathan me dire qu'il arrivait, qu'il serait là d'ici un quart d'heure. Je comptai les minutes qui me séparaient de son arrivée jusqu'à ce que je vois la porte de la pièce s'ouvrir pour le laisser entrer. Je fondis sur lui en le serrant dans mes bras. J'avais complètement oublié ce à quoi je pensais avant, c'est à dire que j'avais honte de mon comportement vis-à-vis de lui, que je ne devais pas faire de choses comme celles-là etc... là tout ce dont j'avais besoin, c'était de réconfort, parce que mon fils était quelque part dans cet hôpital et il n'allait pas bien.

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.


Dernière édition par Abigail L. Polloni le Mer 26 Mar - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Ven 24 Jan - 21:45

Deux semaines, cela fait deux semaines déjà depuis le cour de cuisine que j’ai repris ma place de baby sitter, je vais chercher chaque après-midi les petits à la crèche, je les fait jouer et goûter, je m’occupe d’eux avec une grande joie, et dès qu’elle rentre, je repars dans mon quotidien, sans un mot qui sors de ma profession, je lui parle simplement des enfants et je pars . Je me suis éloigné d’elle, je ne suis plus un ami avec qui elle pouvait raconter sa journée le soir quand elle rentrait, depuis ce fameux cour, je ne souhaite plus la mettre mal à l’aise vis-à-vis et auprès de moi, elle m’a accordé sa confiance pour le bien être de ses petits, le sien aussi dans un sens, et je sais surtout qu’elle ne l’accorde pas à tout le monde, et en sachant cela, je devais savoir garder ma place.
 
J’ai repris alors mon autre job, enfin j’ai pris plus d’heure, je devais oublier du moins remplir ce vide que j’avais depuis ce cour de cuisine, car je l’avoue, j’avais comme un vide depuis, j’avais cette désagréable sensation d’avoir perdu une amie chère, qui avait de l’importance, car malgré qu’elle soit ma patronne, que je la vouvoie toujours et que je ne l’appelle que Madame Polloni, je me suis attaché à ce petit brun de femme qui affronte une vie qui est rude pour une maman célibataire, et qui fait face aux regards que des millions voir des milliards de personne lui porte et qui attendent le moindre faux pas de sa part car elle a épousé un homme brillant et que ce dernier est mort.
Je suis alors dans la chambre d’une cliente avec qui je venais de passer la journée mais aussi la nuit, je détestais dormir hors de chez moi, souvent je faisais ce que je devais faire, pour ce quoi j’étais payé et je partais après quand elles dormaient car j’avais de la veine sur ça, une fois que le jeu était finis elles dormaient toutes aussitôt. Mais hélas pour moi, cette cliente avait exigé que je passe la nuit auprès d’elle, elle me payé pour ça aussi, et bien entendu je prenais plus cher. Je suis donc dans ce lit qui n’est pas le mien, à regarder le plafond quand mon téléphone sonne, je vis rapidement le nom ou du moins faux nom que j’ai donné à ma patronne pour qu’on la laisse tranquille et je décroche plus que rapidement sentant qu’il se passait quelque chose, après tout il est dans les quatre heures du matin et je ne voyais qu’une urgence de sa part pour m’appeler à cette heure-ci.

Jonathan excuse moi de te déranger, je sais qu'on est en pleine nuit mais... je suis à l'hôpital, aux urgences, c'est Leopold, je ne sais pas ce qu'il a, il toussait mais il ne s'arrêtait pas, je savais plus quoi faire...

Je me redresse aussitôt et la rassure lui disant que j’arrivais d’ici un petit quart d’heure. Je raccroche et m’habille plus que rapidement, laisse un mot à ma cliente disant que j’ai eu une urgence et je pars, je cours pendant un moment puis saute dans le premier taxi qui me dépose à l’hôpital en un temps record. Je rentre surement comme un fous dans l’enceinte de l’établissement et pars dans la direction qu’on m’a donné, je franchis alors le seuil d’une petite salle qui était isolé de l’autre salle d’attente et je la vois. Elle vient alors dans mes bras et je la serre contre moi, j’étais tout aussi effrayé qu’elle, pourtant ce n’est pas mon fils, je ne suis même pas de la famille mais cet enfant, non cette famille était plus qu’importe à mes yeux. Je l’embrasse alors dans les cheveux tout en la tenant contre moi, elle pouvait se laisser allez, je ne la laisserais pas, et je ne cesse de lui dire tout bas que je suis là pour elle, que je ne pars pas. Après un temps elle se décale de moi et je lui retire une larme un peu rebelle, je la fais s’assoir pas loin de la petite miss qui dort paisiblement et je retire ma veste pour la mettre sur la petite Johanna.

Je suis là, je ne partirais pas, je vais m’occuper de vous deux d’accord ?

Je m’assois près d’elle et la garde contre moi, je la soutenais oubliant la distance que j’avais imposée entre nous ces derniers jours. Je me refais alors son appel dans ma tête, le petit Léopold toussais et ne pouvait plus s’arrêter c’était ce qu’elle m’avait dit, mais hélas je n’ai pas de compétences dans le domaine de la médecine, je ne pouvais pas la rassurer, et en entrant ici je n’ai pas vu la tête d’Ella, et si je me rappel bien c’est son jour de repos ce soir, elle au moins aurait pu nous rassurer.

Tout va bien se passer, ce petit à vos gêne c’est un battant … je suis sûr que ce n’est pas grave …
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 25 Jan - 9:16


La présence de Jonathan ne pouvait que me calmer, dans l'état où j'étais. Il me serrait fort dans ses bras, en essayant de me bercer, pour que je puisse enfin me détendre. Je ne le ferais probablement pas, mais j'appréciais qu'il soit là. J'étais contente qu'il m'ait répondu et qu'il soit venu. Après tout, il avait mis tellement de distance entre nous ces derniers temps qu'il aurait très bien pu s'en ficher. Mais je savais que les enfants comptaient pour lui et que s'il se passait quelque chose de grave avec l'un d'eux, il voudrait être au courant et me soutenir. Je le sentis m'embrasser dans les cheveux, et je me serrai un peu plus contre lui alors qu'il me répétait inlassablement qu'il était là et qu'il ne partirait pas, qu'il ne me laisserait pas. Il finit par me lâcher quelques instants pour poser délicatement sa veste sur Johanna pour qu'elle n'ait pas froid dans sa poussette.

Je vais m’occuper de vous deux d’accord ?

Il avait réussi à me faire asseoir et vint s'installer à côté de moi, en me serrant contre lui. J'essayais de positiver. Je me disais que Leopold était entre de bonnes mains, que les médecins savaient ce qu'ils faisaient. Ils allaient trouver ce qui n'allait pas, peut-être même que tout allait bien, que c'était juste un état grippal et rien de bien alarmant.

Tout va bien se passer, ce petit à vos gêne c’est un battant … je suis sûr que ce n’est pas grave …

Jonathan réussit à me faire sourire. Il avait mes gênes, certes, mais je n'étais pas une battante de nature. J'avais appris à me battre, dès lors que j'avais su que mon mari était condamné. Je m'étais battue, parce que je n'avais pas eu le choix, parce que j'étais toute seule et que mes enfants ne pouvaient pas avoir une mère maniaco-dépressive. Je ne voulais pas qu'ils me voient dans un état pitoyable, et j'avais réussi à me battre. Mais ce n'était pas dans mes gênes. C'était Matthew le battant, c'était lui qui avait tenu pendant dix-huit mois sans jamais craquer. Si Leopold était un battant c'était plutôt grâce à son père.

- Je comprends pas.. il allait bien et cette nuit ça n'allait plus... il ne s'est rien passé pourtant... j'ai peur, Jonathan, j'ai peur. Je déteste les hôpitaux...

Je me serrai contre lui, en essayant de me cacher plus qu'autre chose. Pourquoi fallait-il que ça tombe encore sur notre famille ? Même si ce n'était qu'une petite grippe, pourquoi fallait-il que ça tombe sur Leopold qui était né prématuré et qui n'avait pas le même système immunitaire que sa soeur par exemple ? Pourquoi ?

- Merci d'être venu ... Je suis désolée de t'avoir réveillé, tu as sûrement mieux à faire que de passer ta journée à l'hôpital...

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 25 Jan - 12:20

Elle sourit que faiblement et je regarde la petite qui dors toujours paisiblement sans se douter un seul instant qu’elle était maintenant dans un hôpital à attendre des nouvelles de son frère et non dans son lit au chaud et en sécurité chez elle.

Je comprends pas.. il allait bien et cette nuit ça n'allait plus... il ne s'est rien passé pourtant... j'ai peur, Jonathan, j'ai peur. Je déteste les hôpitaux...

Je regarde ma patronne, et la prend de nouveau contre moi, elle avait peur, ce qui était tout à fait normal après tout un de ses enfants était ici dans les mains d’un ou de plusieurs médecin, mais je ne savais pas quoi faire pour la rassurer. Bien sûr j’ai déjà vécu ça, cette attente entre l’arrivé et le départ, je l’ai déjà vécu avec un petit en Irlande, sa mère venait d’accoucher et le nourrisson allait mal mais je n’ai pas vraiment su comment la rassurer, les médecins étaient là pour ca et puis comme aujourd’hui je n’étais pas de la famille.
 
Merci d'être venu ... Je suis désolée de t'avoir réveillé, tu as sûrement mieux à faire que de passer ta journée à l'hôpital...

Ne me remercié pas, c’est normal que je sois là, et vous savez que vous pouvez m’appeler à n’importe quel heure, n’importe quand je viendrais près de vous aussitôt … et puis je ne faisais rien de bien intéressant …
 
Je l’embrasse sur le front, la gardant dans mes bras, j’espérais que juste ma présence l’aide, je suis pas doué, mais je ne sais pour quelle raison, je me suis mis à fredonner une mélodie que j’avais en tête une que je composé depuis quelque jours, la musique l’aiderais peut être à un minimum la rassurer.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 25 Jan - 22:38


Jonathan était tendre avec moi, et c'était exactement ce qu'il me fallait. Quelqu'un qui pourrait m'aider et me protéger. Surtout m'aider à faire face. Je n'avais plus que moi-même depuis que j'étais partie de New-York, et je voyais très bien que je n'étais pas capable de me relever et d'affronter la vie. Peut-être que mon fils n'avait rien, mais tant que je n'avais pas de nouvelles, je ne pourrais même pas penser à quelque chose de positif.

Ne me remercié pas, c’est normal que je sois là, et vous savez que vous pouvez m’appeler à n’importe quel heure, n’importe quand je viendrais près de vous aussitôt … et puis je ne faisais rien de bien intéressant …

Il m'embrassa sur le front d'une façon très paternelle, et j'appréciais ses gestes. J'aimais vraiment ça, parce que toute la distance qu'il avait mise entre nous... elle me faisait froid dans le dos. Je la détestais et je savais qu'il faisait exprès de la laisser prendre de l'ampleur parce qu'il trouvait qu'il n'était plus assez à sa place. Moi je voulais qu'il prenne plus de place. Je m'en étais rendue compte. J'étais toute seule et ma solitude s'accentuait le soir, quand je rentrais et qu'il partait, sans même discuter. Il me parlait simplement des enfants, et moi, ça me brisait le coeur, parce que je savais combien nous avions pu être proches, juste avant. Et même si ce n'était pas grand chose, pour moi, ça comptait.

- Merci.

Je n'avais rien pu articuler d'autre. Il me fallait du temps pour parler, j'étais complètement brisée. J'avais mal partout, comme si j'avais couru le marathon. Je m'agitais tellement depuis que Leopold m'avait réveillée que j'étais courbaturée et m'arrêter brusquement quand Jonathan était arrivé n'était pas une très bonne idée. Peu importait. La seule chose qui importait, c'était de savoir si Leo allait bien ou non.
Je me rapprochai encore de Jonathan en pensant à mon fils. Que se passait-il pour lui en ce moment même ? Est-ce qu'il était encore conscient ? Est-ce qu'il se faisait opérer ? Est-ce que les médecins étaient doux avec lui ? Je ne voulais pas qu'il ait mal. C'était mon bébé, et jamais je ne me pardonnerais s'il lui arrivait quelque chose !

- C'est la première fois qu'il lui arrive quelque chose du genre. Il n'a jamais été malade. Il a sûrement pris froid, j'espère que ce n'est pas trop grave. C'est un prématuré, tu sais, alors il peut se passer n'importe quoi dans son organisme...

J'étais complètement paniquée de nouveau, et je commençai à m'agiter encore, dans les bras de Jonathan. L'attente commençait à se faire longue. Trop longue...

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Lun 27 Jan - 13:49

Elle me tient et articule avec du mal un merci. J’avais mal pour elle et j’avais peur pour ce petit Léopold, c’était un bon petit garçon, il ne méritait pas de galérer dans sa vie, surtout qu’il a une sœur qui l’aime et une super maman.

C'est la première fois qu'il lui arrive quelque chose du genre. Il n'a jamais été malade. Il a sûrement pris froid, j'espère que ce n'est pas trop grave. C'est un prématuré, tu sais, alors il peut se passer n'importe quoi dans son organisme...

Je la tiens un peu plus fortement la sentant s’agiter, elle a peur je le comprendre plus que bien, je suis dans le même état même si je ne le montre pas, et je crois que j’ai un peu plus peur depuis qu’elle ne cesse de répéter que c’est un prématuré.

C’est peut être un prématuré mais il est fort, il est né en avance oui mais il est fort comme sa mère et sa sœur et surement comme a dut être son père, je suis sûr que c’est presque rien, une petit broutille qui se réglera en un rien de temps.

Je l’embrasse de nouveau dans les cheveux et caresse son dos, elle me donnait sa peur mais je la contrôle ça ne ferait qu’empirer les choses surtout pour elle si je montrais ma peur. JE ne cesse de regarder les médecins et infirmières qui passe devant la porte, je voulais qu’une chose que l’un ou l’une d’entre eux entre dans le petit espace ou on se trouve pour nous dire du moins lui dire que Léopold va bien, qu’il y eu plus de peur que de mal. Je pose ma tête sur celle de ma patronne, lui répétant que tout irait bien, qu’ils sont compétant ici, que c’est ici que je me suis fait soigner pour mon arcade et je cesse de parler net quand un médecin femme ce qui m’étonna pas, c’est souvent les femmes qui s’occupent de l’aile pédiatrie. Je me lève par respect et surtout par réflexe pour suivre ma patronne attendant les nouvelles pour le petit mais elle ne prend que ma patronne à part car je ne suis pas de la famille ce qui est logique enfin de compte. Je m’assois et regarde la petite Johanna qui dort et je la vois agiter, alors je la prends contre moi pour la réchauffer aussi et l’emmitoufle dans ma veste attendant que sa mère revienne.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Mar 28 Jan - 22:14


Il fallait vraiment que j'arrête de réfléchir. C'était atroce. Trop réfléchir pouvait rendre quelqu'un fou, c'était sûr et certain. Et ce n'était pas ce dont j'avais besoin à l'instant présent. Même à Jonathan à mes côtés, j'avais du mal à ne pas m'inquiéter plus qu'il ne faudrait. Mais si je venais à perdre mon fils, je n'arriverais certainement pas à tenir. Il me serrait contre lui, mais je sentais que lui aussi avec une certaine appréhension.

C’est peut être un prématuré mais il est fort, il est né en avance oui mais il est fort comme sa mère et sa sœur et surement comme a dut être son père, je suis sûr que c’est presque rien, une petit broutille qui se réglera en un rien de temps.

Il était tendre avec moi, me caressait le dos, m'embrassait les cheveux, et si j'arrivais à me détendre un petit peu, ça ne dura pas bien longtemps, puisqu'un médecin arriva dans la salle d'attente. Comme nous étions tous seuls, je n'hésitai pas une seule seconde et fonçai vers elle. Elle demanda à Jonathan de reculer, parce qu'il n'était pas de la famille. J'avais envie de répliquer qu'il était presque tout comme, mais je me retins. Je n'avais pas envie de m'insérer dans une pente dangereuse, que ce soit avec le médecin ou bien avec Jon. Je n'oubliais pas qu'il avait fait exprès de faire une distance entre nous.
Elle m'emmena un peu plus loin pour que l'on discute et m'apprit que Leo allait bien, qu'il souffrait en fait d'asthme et qu'il devrait prendre un traitement pour que ça passe. Selon elle, l'asthme était assez violent pour son âge et c'était ce qui l'avait fait tousser sans interruption. J'étais soulagée mais encore tiraillée par la peur. Tant qu'il n'était pas avec moi, il n'était pas tiré d'affaire. Elle ajouta que tout irait bien pour lui, qu'ils avaient la situation en main. Il était calme et endormi pour l'instant, et je pourrais le récupérer dans une heure, le temps que les observations se terminent. Elle me laissa après m'avoir demandé si j'avais des questions et, une fois que j'eus hoché la tête pour lui faire comprendre que non, je retournai dans la salle d'attente, où Jonathan s'occupa de Johanna. Je faillis m'effondrer dans ses bras et je m'assis pour faire passer le choc.

- Il va bien. Il a fait une crise d'asthme. Ce n'était pas grand chose... mais il aurait pu mourir. Mon Dieu, heureusement que je l'ai entendu ...

Un instant plus tard, j'étais en train de craquer et de fondre en larmes sur ma chaise. La pression qui retombait et l'inquiétude qui s'en allait d'un seul coup, c'était normal que je craque. Même si je ne voulais pas me montrer aussi faible devant Jonathan.

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Jeu 30 Jan - 14:29

Je câline la petite Johanna que je tiens toujours dans mes bras, et la berce ce qui la calme et elle continue de dormir profondément dans mes bras serrant ma veste. Je l'embrasse sur le front par réflexe je crois, et ne cesse alors d'imaginer les pires chose que pourraient dire les médecins a ma patronne pour son fils et je dois avouer que je dois avoir l'esprit tordu car j'imagine des choses horrible dont la plus horrible et la mort du petit mais je sais que cela est impossible, pas le petit Léopold, c'est un garçons plus que fort, il a de très bon gênes et je me persuade alors qu'il n'a strictement rien, du moins juste un truc de soignable.


C'est à ce moment là que je vois ma patronne revenir, je la fixe cryptant les moindres signes que son visage me permet de capter, savoir si les nouvelles sont bonnes ou mauvaises. Elle avança jusqu'à ce poser de nouveau près de moi, sans un mot alors je pose la petite puce dans sa poussette la couvrant toujours bien et regarde sa mère, je voulais savoir, non j'avais besoin de savoir.


Il va bien. Il a fait une crise d'asthme. Ce n'était pas grand chose... mais il aurait pu mourir. Mon Dieu, heureusement que je l'ai entendu ...

Une fois la nouvelle annoncer que le petit n'avait que de l'asthme je la pris dans mes bras, heureux que cela ne soit que ça et pas une des pires choses que j'ai finis par imaginer lorsque j'étais seul.
Je la tiens contre moi l'embrassant dans les cheveux, la berçant aussi pour la rassurer encore et toujours car là, maintenant elle imagine le pire, si elle ne l'avait pas entendu elle aurait retrouvé son fils au petit matin entre vie et mort.



Vous êtes une très bonne mère et croyait moi qu'importe si vous l'auriez entendu ou pas, vous vous serez réveiller car vous l'auriez sentis au fond de vous même que quelque chose clochait …

Je la câline toujours, je suis sur qu'importe le scénario qui aurait pu ce faire ou qui c'est fait, le petit Léopold aurait été sauvé par sa maman, car c'est une mère et comme toutes bonne mères, du moins je ne fais que l'imaginer car la mienne est loin d'être un exemple, elle aurait sentis le mal être de son petit.


Vous devriez aller le voir, je reste ici avec la petite, allez près de lui, il a besoin de sentir sa maman près de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Ven 31 Jan - 15:39

Je tremblais encore tellement j'avais eu peur. J'avais cru que le médecin allait me dire la nouvelle que je ne voulais absolument pas entendre. J'avais cru qu'elle allait m'annoncer que mon fils était entre la vie et la mort, ou bien pire encore. Je ne sais pas comment j'aurais pu survivre à cela.
Jonathan me tenait contre lui, en me berçant, en m'embrassant encore dans les cheveux. Je me calmais petit à petit, je ne sus pendant combien de temps je restais dans ses bras, dans cette position. Quoiqu'il en soit, je m'y sentais bien, même très bien.

Vous êtes une très bonne mère et croyait moi qu'importe si vous l'auriez entendu ou pas, vous vous serez réveiller car vous l'auriez sentis au fond de vous même que quelque chose clochait …

Je souris, pour la première fois depuis que j'étais réveillée. Heureusement qu'il était là, avec moi. Il avait raison, bien entendu, je me serais rendue compte qu'il se passait quelque chose avec mon fils, mais peut-être qu'il aurait déjà été trop tard. Ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait, et bien entendu, je repensais à Anna.... non, il ne fallait pas que j'y repense.

Vous devriez aller le voir, je reste ici avec la petite, allez près de lui, il a besoin de sentir sa maman près de lui.

Je secouai la tête. Je n'avais pas encore le droit de le voir. Je devais encore attendre, et c'était d'ailleurs absolument abominable. J'avais envie d'être à son chevet, de le voir et de le rassurer, mais je devais encore en être séparée. Je devais attendre, donc.

- Je ne peux pas, ils me l'ont interdit, je dois attendre qu'ils me disent de venir. Il est encore en observation.

Je me serrai encore un peu plus contre Jonathan, et pour la première fois, je remarquai qu'il portait le même parfum que Matthew. Je respirai profondément pour sentir de nouveau cette odeur que j'aimais tant. C'était aussi bon que c'était difficile pour moi, de sentir cela sur un autre homme.
Quelques minutes passèrent, durant lesquelles je me calmai lentement, les yeux fermés. Je pouvais presque voir Matthew me bercer, comme avant. C'était tellement bon de sentir ça de nouveau...
Quand je me redressai, je passai mes mains dans son cou et l'embrassai, sans même me rendre compte que c'était Jonathan que j'embrassai et non Matthew. En me rendant compte de cela, quelques instants plus tard, je m'écartai de lui, brusquement.

- Je suis désolée. Oh mon Dieu, je suis désolée. Je n'aurais pas dû faire ça, je ne sais pas ce qui m'a pris !

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 1 Fév - 12:15

Après lui avoir proposé de garder Johanna le temps qu'elle parte voir Leopold elle me fit non de la tête en ce réfugiant toujours un peu plus dans mes bras. Elle n'avait pas le droit de le voir comme elle venait de me l'annoncer, son fils était encore en observation et personnellement je trouve ça inadmissible qu'il sépare le petit de sa mère et inversement, surtout que Léopold est petit et être avec sa mère le rassurerait sûrement.


Je la garde contre moi, la berçant et lui caressant le dos pour la rassurer, et espérant lui donner quelque idée optimiste pour son petit, qu'il va bien, qu'il est entre de bonne main et qu'elle allait rentrer bientôt avec lui et sa fille dans sa famille. Plusieurs minutes passèrent, elle était plus calme, sa respiration était plus lente, plus détendu et ça me plaît car cela me fait penser qu'elle reprend confiance en elle et en son fils. Elle ce redressa doucement alors je la regarde, et je sens ses mains passer autour de mon cou ce qui me surpris, mais ce qui me surpris le plus, fut le fait qu'elle déposa ses lèvres sur les miennes pendant a peut près une a deux minutes avant de ce reculer subitement réalisant sûrement ce qu'elle venait de faire. Bien entendu je l'ai laisser faire, mais je n'ai pas répondu a son baisé, car sinon j'aurais profiter de la situation ce qui est loin d'être ce que je veux.


Je suis désolée. Oh mon Dieu, je suis désolée. Je n'aurais pas dû faire ça, je ne sais pas ce qui m'a pris !


Je me lève histoire de m'éloigner d'elle, repensant alors à prendre mes distances avec elle comme je l'avais fait déjà auparavant mais je repense aussi au fait que je suis ici car le petit Léopold est là et qu'elle a besoin de soutient.


Ne vous excusez pas, vous êtes juste vulnérable avec ce qui arrive à Lépold ce qui est normal après tout et vous avez dût avoir besoin d'affection durant ce moment de faiblesse … et je suis désolé si vous avez cru que …enfin …


Je me tais subitement quand le docteur revient pour prévenir ma patronne qu'elle pouvait allez voir son fils le temps que les résultats reviennent et je retourne près de Johanna sans un mot, du moins la rassurant sur le fait que je serais près de sa fille le temps qu'il faudra, je ne la laisse pas tomber malgré ce qui vient de ce passer
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 1 Fév - 17:00


Comme électrifié, Jonathan s'était écarté de moi, en se relevant. Je devais être rouge pivoine, j'avais honte de moi. Pendant un instant, j'avais cru qu'il était Matthew, comme avais-je pu me tromper ainsi ? J'étais complètement idiote. Matthew était mort !

Ne vous excusez pas, vous êtes juste vulnérable avec ce qui arrive à Lépold ce qui est normal après tout et vous avez dût avoir besoin d'affection durant ce moment de faiblesse … et je suis désolé si vous avez cru que …enfin …

Il s'interrompit quand il vit la porte s'ouvrir, et moi, ça me permit de penser à autre chose, de me concentrer sur mon fils et de ne plus avoir en tête la terrible image de ce que je venais de faire. Pourquoi avais-je fait ça ? C'était le baby-sitter de mes enfants, c'était un de mes étudiants en plus ! Je venais sûrement de violer la moitié du code civil et du code pénal en faisant ça ! Heureusement qu'il n'était pas mineur. Je me giflai intérieurement. Il n'était peut-être pas mineur, mais il était jeune. Bien trop jeune. Et j'étais sa patronne. Il avait eu raison de mettre une distance entre nous. Et en même temps, ça me faisait mal au coeur qu'il se soit écarté aussi rapidement...

- Je... je vais voir Leopold... merci de rester avec Johanna, je... désolée, à tout à l'heure...

Je m'échappai rapidement et partis dans la direction que m'avait donné le médecin, sans rien dire. Je passai une heure avec mon fils, en le rassurant, en le berçant, en lui chantant la berceuse que Matthew avait composé pour nos enfants. Il était inquiet, mais je fis en sorte de le calmer, de lui faire comprendre qu'il n'avait plus rien à craindre, que tout irait bien et que j'étais là.
Puis, je dus m'absenter de nouveau, quand les médecins m'annoncèrent que je devais encore le laisser, jusqu'à ce qu'ils aient déterminé entre eux les résultats des examens. A contrecœur, et avec beaucoup de regrets, je le quittai et retournai dans la salle d'attente, un peu plus rassurée qu'avant. Jonathan était encore là, bien évidemment, avec Johanna dans les bras. Elle dormait encore.

- Leo va bien. J'ai dû le laisser encore un peu en attendant que les médecins délibèrent. On va bientôt pouvoir partir..

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Mar 4 Fév - 11:56

Elle part en s'excusant et je me remet alors près de Johanna, et la prend dans mes bras quand elle est agitée. Je la berce doucement fredonnant une mélodie que j'avais en tête pour qu'elle soit bien, mais je l'avoue je repense au geste que venait de faire sa mère à mon égard. Elle m'avait embrassée, mais je continue de penser qu'elle à fait cela car elle devait ce sentir vulnérable et que peut être la présence d'un homme, c'est à dire dans ce cas là moi devait la rassurer.


Après un certain moment je la vois revenir, un peu plus sereine mais toujours anxieuse pour son fils ce qui est toujours normal, je pense qu'elle sera sereine pleinement lorsqu'elle le tiendra dans ses bras et qu'il sera chez elle.


Leo va bien. J'ai dû le laisser encore un peu en attendant que les médecins délibèrent. On va bientôt pouvoir partir..

Je repose Johanna la couvrant bien et je la regarde.


C'est une merveilleuse nouvelle, encore quelque minutes et vous pourriez rentrer chez vous. Si vous voulez je vous accompagnerez …


Je regarde la petite Johanna en souriant qui tenait ma veste comme un doudou et je regarde sa mère


Vous tracassez pas la tête pour ce qui c'est passé, pour le moment on doit penser à Léopold on verra ca plus tard
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Mer 5 Fév - 11:19


Je me tordais les mains, toujours inquiète, que ce soit pour Leo ou bien par rapport à ce que j'avais fait. Jonathan ne voudrait certainement plus me voir ni même avoir affaire à moi après cette journée. J'allais devoir chercher quelqu'un d'autre pour garder mes enfants, et j'allais perdre la seule personne que j'appréciais vraiment qui n'était pas de ma famille. Ella ne comptait pas, en effet, c'était ma cousine, et j'avais un lien fort avec elle, mais c'était normal... alors qu'avec Jonathan, c'était autre chose.

C'est une merveilleuse nouvelle, encore quelque minutes et vous pourriez rentrer chez vous. Si vous voulez je vous accompagnerez …

Je relevai la tête vers lui. Il proposait de me raccompagner. Je ne pensais pas qu'il dirait oui, en fait. Je pensais qu'il allait me confier Johanna et partir, maintenant qu'il savait que Leopold allait bien. Alors il ne m'en voulait pas de l'avoir embrassé, dans ce cas là ? C'était ... bien. Très bien.

Vous tracassez pas la tête pour ce qui c'est passé, pour le moment on doit penser à Léopold on verra ca plus tard

Il lisait dans mes pensées maintenant, c'était invraisemblable. En même temps, ce n'était pas difficile de comprendre que j'étais en train de penser à ce que j'avais fait. J'avais deux sujets en tête à cet instant précis. L'état de santé de Leopold et Jonathan. Il n'était pas idiot, il savait bien que si je ne pensais pas à l'un je pensais alors à l'autre.

- Encore désolée... C'est gentil de bien vouloir nous raccompagner. Surtout après ce que j'ai fait...

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Ven 7 Fév - 14:02

Je la regarde elle s'en veut toujours je le vois bien, cette soirée est loin d'être bonne pour elle je le sais mieux que quiconque vu que je la partage avec elle. Je pose alors ma main sur les siennes vu qu'elle n'arrête pas de jouer avec.

Encore désolée... C'est gentil de bien vouloir nous raccompagner. Surtout après ce que j'ai fait...

Je souris, elle ce prend trop la tête pour ce baiser, je me doute qu'elle avait besoin de sécurité ce soir, elle avait besoin de son mari près d'elle, son défunt mari mais c'est moi qui était là, je la protégeais et la soutenais comme je le pouvais.

Non c'est normal à mes yeux ... et puis je vous l'ai déjà dit, ne pensé plus à ce baiser, c'était impulsif, un besoin que vous avez eu, je vais pas vous tourner le dos pour ca, vous avez besoin de moi pour vous et les petits, je sais que vous ne faites que très rarement confiance et que en ce moment vous avez besoin d'une personne près de vous, et je serais là quoiqu'il ce passe.

Elle me regarde et je lui sourit et lui embrasse sa main que j'avais porté à mes lèvres, il faut que je dédramatise cette situation, Léopold et le plus important. Elle finit par repartir pour cette fois remplir de la paperasse et ramener son fils avec elle. On rentre dans sa maison et elle part coucher son fils et moi je fais de même mais avec Johanna. Je l'embrasse sur le front et regarde ma patronne près de son fils.

Allez vous coucher, Johanna aura besoin de vous a son réveil, je vais veiller sur Léopold.


Elle me regarde encore une fois et sans rien dire part dans sa chambre. Je me rapproche du petit Léopold et m'allonge près de lui et ne ferme pas l'oeil, veillant sur lui, sur sa respiration surtout, je voulais qu'il aille mieux, il n'a pas besoin d'avoir de soucis pas à son âge, ca viendra bien plus tard et bien plus rapidement que l'on pense.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Ven 7 Fév - 19:05

Jonathan ne semblait pas traumatisé, par rapport à ce qu'il s'était passé. J'aurais dû réfléchir, j'aurais dû me rendre compte que ce n'était pas Matthew, comment avais-je pu confondre les deux hommes ? Je mettais ça sur le compte de l'inquiétude, mais je n'étais pas très fière de moi. Je ne savais toujours pas ce qu'il m'avait pris, et c'était honteux. Totalement honteux.

Non c'est normal à mes yeux ... et puis je vous l'ai déjà dit, ne pensé plus à ce baiser, c'était impulsif, un besoin que vous avez eu, je vais pas vous tourner le dos pour ca, vous avez besoin de moi pour vous et les petits, je sais que vous ne faites que très rarement confiance et que en ce moment vous avez besoin d'une personne près de vous, et je serais là quoiqu'il ce passe.

J'étais de nouveau rouge pivoine alors qu'il me parlait de ça. J'étais également touchée qu'il me dise qu'il serait quand même là pour moi, même après ce que j'avais fait, même après ce geste qui m'avait échappé. J'étais soulagée de savoir ça, qu'il allait passer l'éponge, qu'il n'allait pas m'abandonner. J'étais heureuse, parce que je n'avais pas envie de me retrouver toute seule, ou bien de devoir le remplacer. Je ne voulais pas me séparer de lui, au contraire...
Au bout d'un temps, alors que nous restions silencieux, en attendant que l'heure passe, je pus retourner chercher Leopold, et je pus signer les papiers pour l'autoriser à sortir. Je le calai dans mes bras en attendant de pouvoir le mettre dans la poussette. Il était fatigué, mon petit coeur, et il était temps qu'il se repose comme il fallait.
Nous rentrâmes, aidés par Jonathan, et je partis coucher Leopold avec douceur, en essayant de ne pas le réveiller, puisqu'il s'était endormi en route. Jonathan le fit pour Johanna et nous nous retrouvâmes devant les portes de leur chambre, à l'étage. Jonathan me dit alors d'aller me coucher, alors qu'il allait surveiller Leopold. Je le remerciai sans rien ajouter. Il avait raison. Je devais me reposer, et puisqu'apparemment, ça ne le dérangeait pas, alors il pourrait veiller sur mon fils.
Je dormis quelques heures, ponctuées d'un sommeil assez agité. Quand je me réveillai, Jonathan était encore avec Leopold. J'entrai doucement dans la chambre de mon fils en prenant soin de ne pas réveiller brusquement le jeune homme. Leo dormait paisiblement il allait très bien visiblement.
Je secouai doucement Jonathan pour qu'il se réveille, et nous pûmes sortir de la chambre, une fois que j'aie pris le babyphone avec moi. Je savais quoi faire en cas de crise pour Leopold, j'allais réussir à me débrouiller. De toutes façons, je n'aurais pas le choix ! J'étais seule...

J'emmenai Jonathan avec moi jusque dans la cuisine, et lui servis un café, en prenant soin de ne pas trop le regarder. J'avais encore honte de ce que j'avais fait, et c'était sûrement le moment où nous devions éclairer tout cette situation. Alors je devais le faire... je devais lui parler... et j'avais le trac, je devais bien l'avouer.

- Maintenant que je sais que Leopold va bien... il faudrait qu'on discute de ce que j'ai fait ce matin.

Je ne le regardai toujours pas, je n'avais pas envie de croiser son regard, c'était proscrit. Il était hors de question que je le regarde, sinon j'allais encore piquer un fard, et c'en était terminé de cette discussion parce qu'il l'arrêterait, en prétextant ne pas vouloir me gêner. Au contraire, nous savions tous les deux que cette conversation était nécessaire, et qu'elle aurait lieu, un jour ou l'autre.

- Je suis vraiment désolée pour ce matin. Pour tout t'avouer, tu as le même parfum que Matthew, et avec la fatigue, j'ai cru que c'était lui. Tu sais... des hallucinations, ou quelque chose du genre. Bref, ce n'était pas voulu, d'accord ? Ne le prends pas mal...

Je lui servis sa tasse de café un peu plus brutalement que je ne l'aurais voulu. Je me maudissais moi même parce que je me comportais mal avec lui. Je ne savais pas ce qu'il m'arrivait, et j'avais l'impression de devenir folle. Et surtout, pire que ça, j'avais l'impression qu'il allait m'en vouloir et que je ne le reverrai plus jamais. Pourtant, il m'avait promis de rester avec moi....

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 8 Fév - 15:59

Je finis malgré tout par m'endormir, j'étais fatigué de tout mais je garde ma main sur le ventre de Léopold pour toujours sentir sa respiration. Alors que je dors d'un sommeille légé je me fais réveiller par ma patronne. J'ai du mal sur le coup et je regarde le petit qui dors bien et je me lève pour suivre ma patronne qui part je le vois dans la cuisine. Je me pose contre un plan de travaille après m'avoir étiré vu mon réveil et je la regarde, elle évite tout contact avec moi, et je le sais à ce moment précis qu'elle pense encore à ce qui c'est passé il y a quelques heures maintenant à l'hôpital et je me trompe pas vu qu'elle me le dit noir sur blanc qu'elle désirait parler de ce qui c'était passé. Personnellement moi je ne vois pas ce qu'il y a dire, elle m'a embrassé et puis voilà, c'est pas la mer à boire ni la fin du monde.

Je suis vraiment désolée pour ce matin. Pour tout t'avouer, tu as le même parfum que Matthew, et avec la fatigue, j'ai cru que c'était lui. Tu sais... des hallucinations, ou quelque chose du genre. Bref, ce n'était pas voulu, d'accord ? Ne le prends pas mal...

Elle me regarde toujours pas, et me donne une tasse d'un bon café bien chaud, ce dont j'ai bien besoin pour attaquer cette journée. Je prends la tasse entre mes mains pour prendre un peu de chaleur, et je me refais ce qu'elle m'a dit dans la tête, elle a  cru que j'étais Matthew, son ex mari qui est mort parce que je possédais le même parfum, bon si ce n'est que ça je vais changer de parfum comme je disais tout à l'heure c'est pas la fin du monde.

J'ai jamais pensé un seul instant que vous vouliez m'embrasser moi, vous avez été suffisamment clair sur nos position, je suis le baby sitter vous la patronne, je ne suis pas idiot pour imaginer une telle chose, de plus il n'y avait rien à mettre au clair, pas pour moi en tout cas ...


Je pose la tasse et attrape ma veste pour l'enfiler rapidement et regarde l'écran de mon téléphone portable.

Je vais rentrer chez moi, appelez moi si vous préférez que je m'occupe des petits aujourd’hui au lieu de les mettre à la crèche.

Je quitte sa maison et cache ma tête dans mon écharpe vu que le froid est mordant aujourd'hui, et rentre chez moi pour me prendre une bonne douche et changer de vêtement surtout.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Sam 8 Fév - 18:53


Jonathan resta silencieux quelques instants, en réfléchissant à ce que je venais de lui dire. Je devais paraître complètement folle, vraiment idiote, à ses yeux. Pourquoi je lui avais dit que c'était comme une hallucination ? J'étais stupide. Complètement stupide.

J'ai jamais pensé un seul instant que vous vouliez m'embrasser moi, vous avez été suffisamment clair sur nos position, je suis le baby sitter vous la patronne, je ne suis pas idiot pour imaginer une telle chose, de plus il n'y avait rien à mettre au clair, pas pour moi en tout cas ...

Je le regardai poser sa tasse et prendre sa veste. Il l'enfila et je compris qu'il allait donc prendre congé. J'étais déçue qu'il parte si vite, j'aurais aimé qu'il reste, qu'il me parle... que l'on avance lui et moi. Pourquoi disais-je et pensais-je cela ? Il n'y avait rien entre nous et il n'y aurait jamais rien. Mais alors, peut-être que c'était ce que je voulais. Qu'il y ait quelque chose entre lui et moi.

Je vais rentrer chez moi, appelez moi si vous préférez que je m'occupe des petits aujourd’hui au lieu de les mettre à la crèche.

Je baissai la tête et le laissai partir. J'étais faible, je ne pouvais pas le retenir, c'était impossible. Il était bien libre de faire ce qu'il voulait. Et il avait sûrement quelqu'un. Ella ? Ne m'avait-elle pas dit qu'elle le voyait ? Ou alors il y avait deux Jonathan pareils dans la ville... J'étais bien naïve de croire que j'avais mes chances avec lui. C'était impossible.

Les heures passèrent, et je décidai de ne pas mettre les enfants à la crèche. Il faudrait que j'explique ce qu'il s'était passé cette nuit, et je n'avais pas envie de le faire ce matin. Je n'avais cours qu'à une heure de l'après-midi, je décidai donc de prendre du temps pour être avec les enfants, avant de finalement appeler Jonathan pour qu'il vienne pour l'après-midi.
Il arriva à midi et demi, pour que j'aie le temps de partir à l'université et être à l'heure. J'étais encore un peu gênée, il faut dire que j'avais pas mal réfléchi quand même et je me disais qu'il ne m'accepterait jamais, et que nous ne pourrions jamais devenir autre chose. Et puis ensuite, je m'étais finalement dit que je n'avais pas à penser à ça, et que je ne devais pas imaginer des choses qui n'arriveraient jamais. C'était mon employé... mais n'étais-je pas l'employée de Matthew, quand nous nous étions mis ensemble ? Si...

- Ils sont en forme tous les deux, j'ai préparé leur déjeuner et tu pourras les coucher. Le babyphone est sur la commode dans la chambre de Leo. Ca ira ?

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/


avatar



Jonathan Anderson


DISCUSSIONS : 322
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Mar 11 Fév - 17:29

Après ma douche je me pose dans mon sofa et commence a jouer un peu de guitare histoire de me changer les idées et de me couper du monde et surtout des cris de mes voisins encore un qui doit être en manque de drogue. Je finis par m'endormir un peu toujours un couteau près de moi ou cas ou comme j'aime bien le dire puis je reçois ce fameux appel de Abigail, elle voulait que je vienne pour m'occuper des petits.

Je pars de chez moi pour arriver vers midi ou midi et demie chez elle, ce qui lui permet de ce préparer tranquillement alors que je m'occupe déjà des petits, j'ai eu un accueil chaleureux de la part des petits et ça réconforte.

Ils sont en forme tous les deux, j'ai préparé leur déjeuner et tu pourras les coucher. Le babyphone est sur la commode dans la chambre de Leo. Ca ira ?

Je lui fais un signe de tête pour la rassurer et lui dire que tout irait bien, c'est pas ma première fois avec ses enfants elle devrait le savoir depuis le temps. Je me pose par terre et Leo vient dans mes bras ce nicher avec un jeux pour que je le fasse avec lui, il est touchant ce petit bout.

Une fois seul, je m'occupe des petits, je les fais bien entendu manger, je leur fait faire leur sieste aussi, je suis un bon baby sitter quoi. Le soir arrive, je les faits manger une nouvelle fois et je les couchent vu que l'heure tourne, je les câlines comme pourrait faire leur mère, pour les rassurer et les endormir paisiblement. J'attends que leur mère rentre et je lui réchauffe son repas, c'est toujours tendu entre elle est moi, elle évite à chaque instant mon regard, et ne me parle que lorsqu'elle est obligée, cette histoire de baisé lui trotte encore dans la tête, alors j'inspire, m'approche d'elle et je l'embrasse, au moins si je dois être viré je le fais avec culot. Je m'éloigne d'elle remet ma veste pour partir étant déjà en retard pour le boulot.

Bon voilà on est égalité maintenant, il n'y a plus de gêne à avoir.


je quitte sa maison, et part à grande vitesse à mon boulot
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   Mar 11 Fév - 21:40


Je partis assez rapidement pour l'université. Je ne voulais pas passer plus de temps en compagnie de Jonathan. J'étais sûre qu'il devait me juger, même s'il prétendait le contraire. Et très honnêtement, je n'avais pas envie de voir son regard. Je m'étais sauvée, après avoir dit au revoir aux enfants, et j'avais filé direction mes cours.

Durant tout l'après-midi, je pensai à Jonathan. C'était vraiment une pensée qui me hantait. J'avais besoin de décompresser, maintenant, à cause de cette histoire. Mon cerveau était partagé en deux : Leopold d'un côté, Jonathan de l'autre. Et au milieu de tout ce fouillis, je devais être capable de donner mes cours.
Quand je rentrai enfin chez moi, je remarquai bien que je n'allais pas réussir à me concentrer sur autre chose. Jonathan m'avait fait réchauffer mon repas, comme chaque soir, et je le remerciai avec un sourire, sans plus. Je ne lui parlai pas non plus instinctivement, et je me sentais fautive pour tout ça, parce que je n'étais pas sympa, et ça devait lui faire du mal...
Au bout d'un moment, cependant, Jonathan s'approcha de moi, et captura doucement mes lèvres, sans rien dire, sans même me prévenir. J'étais choquée, mais je devais dire que c'était plutôt agréable. Alors que j'essayais de me remettre de ce baiser, je le vis prendre sa veste et l'enfiler pour finalement partir.

Bon voilà on est égalité maintenant, il n'y a plus de gêne à avoir.

Je le regardai sans rien dire, et après qu'il m'ait adressé un petit sourire et souhaité une bonne nuit aux enfants, il quitta la maison, en fermant doucement la porte de l'appartement. Je restais plantée dans la cuisine, sans rien dire. Dans un sens, j'étais perturbée, et en même temps, je devais bien avouer que j'avais adoré ça... Ce n'était pas bon. Pas bon du tout. Pourquoi m'étais-je laissée faire, alors que justement je ne voulais pas qu'on recommence ça ... ? En fait, au fond de moi, je le voulais très certainement.. mais si vite, si vite après Matthew... ? C'était douloureux pour moi.

En décidant de ne plus y penser, je finis par manger, avant d'aller coucher les enfants et de me coucher moi même très tôt, pour bien me reposer. La journée avait été rude et longue. Il me fallait du sommeil. Le lendemain serait plus simple et meilleur.

Je revis Jonathan le lendemain soir, après ma journée de cours. Il jouait avec les enfants, quand je rentrai. Ils étaient tous les trois dans le salon, sur le tapis, et je m'installai dans le canapé pour les regarder avec un sourire. Jonathan en me voyant, me fit son beau sourire comme d'habitude. Il paraissait fatigué, vraiment épuisé. Ça me faisait peur parfois. Je me demandais ce qu'il faisait, comme autre boulot, ça me tiraillait l'esprit, très souvent.

- Tout s'est bien passé, aujourd'hui ? Ils ont été sages ?

Après qu'il m'ait répondu, il se releva, comme pour partir, mais je le retins. Je n'avais pas spécialement envie de parler de ces baisers échangés. Je voulais simplement m'excuser.

- Je te demande pardon, pour hier. J'ai été ailleurs pendant toute la journée et j'ai négligé la façon dont je t'ai traité en revenant de la fac. Je voulais juste te le dire.

Je souris, une nouvelle fois, contente de moi, sur ce coup là. Il ne me répondit pas immédiatement, alors j'en profitais pour lui dire quelque chose de nouveau, quelque chose qu'il n'avait pas encore entendu.

- Et puis, c'était plutôt agréable...

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

[abandonné] « Girl, you have no faith in medicine... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: