Partagez | 
 

 [TERMINE] Smells like morning coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: [TERMINE] Smells like morning coffee   Jeu 16 Jan - 21:16


Je ne la sentais pas, cette journée. Mon réveil n'avait pas sonné ; j'avais tourné pendant trois plombes dans le parking pour trouver une place pour me garer ; la machine à café n'avait pas voulu me donner autre chose que de l'eau... ce n'était pas bon du tout. J'avais cours à neuf heures, je sentais qu'il allait encore se passer quelque chose avant que je puisse voir mes élèves.

J'avais finalement pu avoir mon café, en payant une seconde fois, et je me dirigeai vers mon bureau, au troisième étage. Mais les malheurs continuèrent. En montant les escaliers, mon gobelet dans une main, mes sacs dans l'autre, je faillis me faire renverser par l'un de mes collègues. Une fois que nous nous soyons mutuellement excusés, je me retournai pour lui parler quelques instants, dès que je fus en haut des escaliers. Je commençais à peine à me faire apprécier et respecter par mes collègues, ça me faisait du bien. Il avait fallu un semestre entier, quand même, c'était énorme.

Puis, quand je me retournai, je fonçai dans un homme plutôt grand. Mon gobelet de café se renversa par terre, et quand je relevai la tête, je vis aussi du café sur la chemise de l'homme. Il râla un peu, mais je ne l'entendis même pas. J'étais dans un état second, bouche bée. Je ne savais pas qui était cet homme, mais il ressemblait à Dom... mon meilleur ami, resté à New-York avec sa famille. Ça me faisait un choc de le voir, même si ce n'était pas lui. Il lui ressemblait énormément. A tel point que je faillis lui sauter dans les bras. Je me retins juste au bon moment. Et me repris rapidement.

- Je suis désolée ! Oh mon Dieu, je suis désolée ! Je suis maladroit et je ne faisais pas attention...

Je fouillai dans mon sac pour trouver des mouchoirs et pour lui donner. J'étais confuse, j'avais honte, je devais être rouge comme une tomate aussi. Ce n'était vraiment pas ma journée....



HORS RP : Désolée pour le jeu de mots tout pourri du titre, c'est nuuuuuuul. By the way, bon courage avec ce premier RP !

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Ven 17 Jan - 11:02

Qu'est-ce que je fous là, moi ?

Mon job, c'est de créer des styles, de choisir des pièces qui seront sur tous les corps, d'être connu et reconnu au milieu des plus grands... Pas de faire des colloques devant une bande d'une trentaine d'étudiants qui pensent plus à la somme d'argent qu'ils vont débourser ce week-end dans le bar du coin, ou, pour les élèves les plus sérieux, aux partiels qui les attendent. Non, vraiment. Je ne devrais pas être ici. Mais parait-il que pour réussir, il faut passer par des choses qui ne nous enchantent pas forcément. Je ne rebrousserai pas chemin aujourd'hui, je vais accomplir ma tâche, faire mon speech, esquisser quelques sourires, attendre que le temps passe, puis rentrer à mon studio, ou alors aller dans quelques magasins pour choisir de nouvelles pièces pour mes clients, mon passe-temps favori.

J'arrive doucement à l'université, dans laquelle je me suis perdu bien trois ou quatre fois avant de trouver le bon bâtiment. Mais je me sentais incapable de faire quoi que ce soit avant un bon café, pour me réveiller, et ainsi avoir les idées plus claires. Il est vrai que j'ai l'esprit un peu brouillon ces temps-ci. Je me pose sans doute trop de questions. Je dérange un petit groupe d'étudiants afin qu'ils me dirigent vers la machine à café la plus proche, et me plonge à nouveau dans mes pensées le temps de mon périple entre les murs de ce bâtiment. Il me fallait descendre un étage, un escalier était indiqué au fond du couloir. Je pense à la couleur qui ressortira le plus dans la prochaine collection. Chaque créateur a son idée, et nous, stylistes, avons l'obligation de choisir les tenues à proposer à nos clients en fonction de leurs décisions, aussi farfelues soient-elles.

J'ai relevé la tête au même moment où je sentis un corps foncer sur moi. Puis j'ai senti un liquide chaud, très chaud, me couler entre le torse et la belle chemise que j'avais mis quinze années à repasser ce matin. Je m’apprêtais à sermonner l'auteur de ce saccage, mais la jeune femme leva les yeux vers moi et je vis la stupeur dans ses yeux, et je peux me tromper, mais aussi comme une lueur d'espoir détruite tout de suite par de la déception, et tout cela en un quart de seconde. Elle m'intrigue cette fille...

- Je suis désolée ! Oh mon Dieu, je suis désolée ! Je suis maladroite et je ne faisais pas attention...

Je crois qu'elle est en train de paniquer, elle fouille dans son sac à la recherche de quelque chose, peut-être un mouchoir pour essayer de nettoyer ma chemise, elle rougit, elle a l'air perdue. Vite, quelque chose à dire, maintenant, je ne veux pas la gêner.

- Non, non, ce n'est rien, ne vous inquiétez pas ! Ne vous perdez pas dans votre sac, je cacherai la petite tâche avec ma veste !

Je vis un petit sourire se profiler au coin de ses lèvres, je lui en rendis un franc et repris la parole...

- Par contre, en échange, je veux bien que vous m'aidiez à trouver une salle... L'amphi B en fait. Je donne une conférence avec d'autres collègues, et je crois que je vais être en retard. Non, en fait je suis déjà en retard.

Je la voyais intriguée depuis que j'avais commencé à parler mais elle finit par acquiescer. Elle me proposa de la suivre, se sermonnant toute seule d'avoir ruiné ma chemise. Elle n'avait pas l'air d'être dans une bonne journée, vous voyez ce genre de journée où vous vous dites que vous auriez mieux fait de ne jamais vous lever. D'un côté, moi non plus je ne devais pas être dans mes meilleurs jours. Mais s'il me fallait perdre une chemise pour avoir une si charmante guide à travers ce labyrinthe
qu'est l'université de Toronto, je veux bien qu'on me détruise toute ma garde robe !  
Mais une question me trottait dans la tête. Quel malpoli je fais. Je ne lui ai même pas demandé son nom ! Alors je me suis lancé maladroitement :

- Je veux bien vous suivre, mais, à qui ais-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Ven 17 Jan - 18:54


Je sentais son regard sur moi, je sentais que j'aurais le droit à ma tonne de reproches. La honte ! Je ne savais pas qui il était, mais si c'était un collègue, c'était clair que je ne pourrais plus jamais le regarder en face. Je n'étais pas faite pour les couloirs et les escaliers. Encore moins pour les endroits bondés. J'attendis les reproches, mais rien ne vint. Au contraire..

- Non, non, ce n'est rien, ne vous inquiétez pas ! Ne vous perdez pas dans votre sac, je cacherai la petite tâche avec ma veste !

Je souris, pour cacher ma gêne. Bon sang, maintenant que je le regardais de plus près, c'était encore plus fragrant. C'était le portrait craché de Dom : sourire de tombeur, les mêmes yeux bleu-gris, les cheveux blonds en bataille... De loin comme de près, on y verrait que du feu.

- Par contre, en échange, je veux bien que vous m'aidiez à trouver une salle... L'amphi B en fait. Je donne une conférence avec d'autres collègues, et je crois que je vais être en retard. Non, en fait je suis déjà en retard.

Je m'empressai d'acquiescer et de chercher mentalement l'amphi B. J'avais cours dans celui d'à côté, ça allait, je ne serais pas en retard. Et j'improviserai mes cours, ce n'était pas un souci. Non pas que j'en ai l'habitude, mais j'étais championne d'improvisation au violon, je trouverais bien une parade.

- Bien sûr, je vais vous y emmener, on va prendre des chemins plus courts. Suivez-moi !

Ce à quoi il répondit quelques instants plus tard :

- Je veux bien vous suivre, mais, à qui ais-je l'honneur ?

Je souris avant de lui refaire face pour me présenter. Un peu gênée, sûrement encore un peu rouge, je lui tendis la main pour qu'il la serre et lui répondis d'un ton aimable, sans réfléchir :

- Je suis Abigail Polloni, je suis prof de technique musicale et de violon.

Je lui fis un sourire avant de me rendre compte que peut-être, il me reconnaîtrait. J'avais tellement l'habitude déjà de subir les regards et les messes-basses... Un de plus ou de moins de toutes façons... ce n'était pas si grave. J'enchaînai :

- Et vous êtes ? Je ne vous ai jamais vu ici ...

Puis, pour lui signifier qu'il serait encore plus en retard s'il ne me suivait pas dès maintenant, et que de fait, je serais moi aussi en retard pour donner mon cours, je commençai à avancer, en attendant qu'il me réponde.

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Ven 17 Jan - 21:43

A peine lui avais-je demandé son nom qu'elle recommençait à rougir... Je l'intimidais tant que ça ? Elle sourit avant de me tendre la main :

- Je suis Abigail Polloni, je suis prof de technique musicale et de violon.

Du violon, wow. C'est bien un des seuls instruments que je n'ai jamais osé toucher. Ca me semblait être trop précieux, et j'avais peur de faire n'importe quoi avec. Tandis que la guitare était pour moi un des instruments avec lesquels on peut se permettre de faire ce que l'on a envie. Son nom me dit quelque chose... Mais j'écartais très vite cette possibilité, après tout, je n'étais ici que depuis quelques mois. L'hypothèse d'avoir croisé cette Abigail dans Toronto avant aujourd'hui tenait autant debout qu'un sumo sur un fil dentaire. Elle reprit la parole très vite :

- Et vous êtes ? Je ne vous ai jamais vu ici ...

Elle reprit son chemin avant d'entendre ma réponse, ce qui n'était pas plus mal finalement, étant donné que mon retard s'aggravait de plus en plus. J'étais, en même temps, en train de chercher une réponse à sa question. Ce qui était tout à fait idiot finalement. Elle ne me demandait pas de résoudre une équation à 3 inconnues, non, juste mon nom et ce que je faisais ici. Et puis finalement, je me suis lancé, en arrêtant de réfléchir pour rien, ça fatiguait mon cerveau dès le matin :

- Je ne m'étais jamais vu ici non plus.

Médiocre blague, j'ai cru voir un sourire, mais je préférais continuer ma présentation plutôt que de m'arrêter sur une phrase qui n'était absolument pas drôle :

- Non, je suis Jude Adamson, je suis styliste et je viens de m'installer ici, je n'ai jamais mis les pieds dans cette université. Je suis là car on m'a proposé de faire un colloque. "Est-ce que la mode est un art ?", voilà le sujet sur lequel je vais déblatérer pendant deux heures, en compagnie de collègues que je ne connais ni d'Eve, ni d'Adam. Et voilà pour ce que je peux dire sur moi.

Je parle trop, je ne sais même pas si elle m'écoute. Elle s'arrête, je lève la tête, on était arrivés :

- Amphi B, c'est bien ça. Je suppose que nos chemins se séparent ici, même si je ne doute pas que vous auriez été très intéressée d'entendre trois ou quatre guignols défendre leur art avec tant de conviction. Merci Abigail, cette balade me fut agréable, et je dois vous avouer que sans vous, j'aurais continuer d'errer dans ses couloirs encore trois bonnes et longues années.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Ven 17 Jan - 22:40


Je ne vis pas sa réaction, pour le coup, et c'était tant mieux. Je n'avais pas envie de voir une sorte de pitié, des interrogations, ou bien quoi que ce soit d'autre. Ma journée avait déjà l'air pourrie, alors je n'avais pas besoin d'en rajouter davantage avec un type qui ressemblait à mon meilleur ami, et qui pourrait avoir pitié de moi. Je détestais ça, la pitié.

- Je ne m'étais jamais vu ici non plus.

Oh, il tentait de faire de l'humour. C'était bien essayé, il avait dû comprendre que ce n'était pas mon jour et que j'aurais bien besoin de rire un peu. Pour le rassurer, j'esquissai un sourire, et tournai suffisamment la tête pour être sûre qu'il le voit. Puis j'attendis qu'il continue réellement.

- Non, je suis Jude Adamson, je suis styliste et je viens de m'installer ici, je n'ai jamais mis les pieds dans cette université. Je suis là car on m'a proposé de faire un colloque. "Est-ce que la mode est un art ?", voilà le sujet sur lequel je vais déblatérer pendant deux heures, en compagnie de collègues que je ne connais ni d'Eve, ni d'Adam. Et voilà pour ce que je peux dire sur moi.

Jude Adamson. Bien, c'était enregistré. Un styliste ? C'était étrange qu'ils fassent un colloque sur le stylisme et l'art dans la fac de musique. Ils ne devaient plus avoir d'amphis, comme d'habitude. En tout cas, son sujet avait l'air passionnant, et même s'il ne connaissait pas les collègues avec qui il allait disserter pendant deux heures, j'étais sûre qu'il aimerait ça. Il avait une tête à être très sociable, et parler ne devait pas le déranger.
Avant que j'ai le temps de répondre quoi que ce soit, nous étions devant l'amphi en question, et il se dirigea vers la porte, toujours en retard. Je souris en attendant qu'il disparaisse.

- Amphi B, c'est bien ça. Je suppose que nos chemins se séparent ici, même si je ne doute pas que vous auriez été très intéressée d'entendre trois ou quatre guignols défendre leur art avec tant de conviction. Merci Abigail, cette balade me fut agréable, et je dois vous avouer que sans vous, j'aurais continuer d'errer dans ses couloirs encore trois bonnes et longues années.

Je lui fis un signe de la main en lui faisant comprendre qu'il n'avait pas besoin de me remercier. Après tout, je lui avais renversé du café sur la chemise. Et du coup, je n'avais pas pu boire un seul café ce matin. Bon sang, la matinée allait être longue. Deux heures de cours avec des étudiants endormis et le premier rang attentif, comme d'habitude.

Pendant deux heures, je sortis un cours approximatif, sans mes fiches, et les étudiants n'y virent que du feu. En même temps, je les avais une fois par semaine, et c'était la reprise... alors ils ne devaient pas se souvenir de ce dont nous avions parlé la dernière fois. J'étais sûre qu'ils ne faisaient rien chez eux pour travailler. S'ils voulaient devenir musiciens professionnels, ils étaient tous mal barrés. Tous. Je me demandais si nous étions comme ça, quand nous étions étudiants... enfin j'étais au conservatoire, ce n'était pas pareil. Au conservatoire, on avait moins de cours chiants comme le mien.

Enfin, deux heures plus tard, je pus enfin sortir de l'amphi. J'étais à bout, il me fallait vraiment un café. Mais j'avais une pause, j'aurais le temps de régler ça. Enfin !
En sortant de l'amphi, je croisai tous les autres étudiants en art qui sortaient du colloque dans l'amphi d'à côté. Ils discutaient et parlaient du "beau gosse en costume, tu sais le blond". Je ne pus m'empêcher de sourire et décidai d'attendre que le "beau gosse blond" sorte à son tour de l'amphithéâtre. Nous pouvions continuer notre discussion lui et moi, à moins qu'il n'ait d'autres choses à faire.
Quand enfin il sortit, je lui fis un signe de la main pour attirer son attention et m'avançai vers lui, un grand sourire plaqué sur les lèvres :

- Alors, ce colloque ? Vous avez fait une très forte impression aux jeunes étudiantes, monsieur Adamson ...

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/

Invité



Invité


MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Sam 18 Jan - 11:02

EN-FIN !

C'était enfin fini. Deux heures face à des étudiants en art bloqués dans une vision étroite de ce que peut être la matière qu'ils étudiaient. Non, l'art ne se limitait pas à la musique, à la peinture, au cinéma, et oui, la création de mode devrait être un art reconnu. Il faut être inspiré, avoir de l'imagination pour créer de sublimes pièces... Mais décidément, ils avaient l'air plus intéressés par les mouches qui volaient, plutôt que par ce que l'on racontait. J'espérais en avoir convaincu quelques uns avec mes collègues, mais finalement, ce n'était pas l'avis d'une poignée d'étudiants qui changerait la vision du monde par rapport à la mode.

Je repris mes affaires et saluais mes collègues, pour pouvoir enfin sortir de cet amphithéâtre. Je passa la porte hâtivement, quand soudain, quelqu'un interrompit ma progression :

- Alors, ce colloque ? Vous avez fait une très forte impression aux jeunes étudiantes, monsieur Adamson ...

Je ris. J'avais reconnu la voix de la jeune femme qui m'avait accompagné tout à l'heure, Abigail. Comment ça, j'avais fait forte impression aux jeunes étudiantes ? Que voulait-elle dire par là ? Je repris la parole pour essayer d'éclairer tout cela

- J'aimerais bien savoir en quoi, très chère, parce que ce n'était certainement pas grâce à ce que mes collègues et moi racontions. Ils ne nous écoutaient absolument pas, on aurait dit une classe de maternelle, vous savez, certains jouent pendant que d'autres font la sieste. Eh bien c'était exactement ça. La moitié finissaient leur nuit, et l'autre moitié parlaient et jouaient sur leurs téléphones...

Elle devait me comprendre. Elle-même était professeur, elle devait savoir ce qu'était des élèves dissipés...
Mais une question me trottait dans la tête et je m'empressa de la poser en souriant :

- Je pensais ne plus jamais vous revoir, je ne savais pas que vous alliez m'attendre. N'avez vous pas d'autres élèves à qui vous devez inculquer les bases du violon ?

Ce n'était pas un reproche, c'était plutôt que je trouvais ce comportement amusant. Et j'étais tellement curieux que je voulais absolument savoir ce qu'elle pouvait répondre à cela. Après tout, je n'étais qu'un inconnu dont elle ne connaissait rien mis à part son nom et sa profession. Elle m'avait juste renversé un peu de café sur le torse. En soit ce n'est pas grand chose. Une chose finalement assez banale. Je pensais qu'après son cours, elle aurait déjà oublié tout cela, et qu'elle aurait vaqué à d'autres occupations, plutôt que de m'attendre ici.
Oui, ça m'intéressait vraiment, et j'espérais que sa réponse comblerait ma curiosité.
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice

avatar



Abigail L. Polloni


DISCUSSIONS : 2328
CREDIT : flamingo pour l'avatar / unbreakable pour la signature / Tumblr pour les gifs
MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   Sam 18 Jan - 15:37


Le dénommé Jude se mit à rire avant même de me répondre. Il avait l'air d'être soulagé que ce colloque se soit terminé. Les étudiants n'étaient pas faciles, de nos jours. Je m'en rendais compte de mon côté. Et encore... lui il ne les voyait pas tous les jours, il en avait de la chance.

- J'aimerais bien savoir en quoi, très chère, parce que ce n'était certainement pas grâce à ce que mes collègues et moi racontions. Ils ne nous écoutaient absolument pas, on aurait dit une classe de maternelle, vous savez, certains jouent pendant que d'autres font la sieste. Eh bien c'était exactement ça. La moitié finissaient leur nuit, et l'autre moitié parlaient et jouaient sur leurs téléphones...

Je ris à mon tour, reconnaissant bien là le monde étudiant. Ils n'écoutaient que si on les captivait. Et c'était difficile de captiver un amphi de deux cent personnes entier. C'était même très difficile. Et j'avais de la chance de n'avoir que de petits groupes de personnes à chaque fois. C'était beaucoup plus agréable, même si ça ne signifiait pas qu'elles écoutaient mieux. Je ne pouvais que le plaindre sur ce coup là. Il faisait le déplacement jusqu'à la faculté pour parler pendant deux heures, et tout ce qu'il récoltait, c'était des étudiants qui ne fichaient rien...

- Je pensais ne plus jamais vous revoir, je ne savais pas que vous alliez m'attendre. N'avez vous pas d'autres élèves à qui vous devez inculquer les bases du violon ?

Je gardai mon sourire avant de lui répondre. C'était vrai que j'aurais pu filer, aller prendre un café et ne plus jamais le revoir. Mais ce type m'intriguait. Et puis, il n'était pas de la fac, alors ça ne pouvait qu'être agréable de discuter avec lui. Surtout, depuis que j'avais promis à Ella que j'allais aller de l'avant, et depuis que j'avais fait la rencontre de David, qui était encore à l'hôpital, le pauvre, j'avais décidé de changer, de devenir aussi avenante que je l'étais avant... Et pour cela, je devais parler aux gens. Alors Jude pourrait être un bon test, même si je ne voulais considérer personne comme mon outil. De toutes façons, il n'en saurait rien, d'ailleurs, il n'avait même pas eu l'air de me reconnaître. Et tant mieux, notre conversation n'en serait que plus sincère. Ou alors, il cachait bien son jeu.

- J'ai une pause, heureusement. Je n'ai plus de voir après deux heures à parler, et surtout j'ai besoin de m'arrêter. Mes étudiants étaient aussi lourds que les vôtres apparemment.

Je regardai derrière lui pour visualiser les derniers étudiants qui sortaient de l'amphi B. Dans un autre coin, trois étudiantes nous espionnaient, en croyant qu'on ne les voyait pas. Je réprimai un fou rire avant de reprendre la parole :

- Ne vous retournez surtout pas, mais quand je vous disais que vous avez fait de l'effet aux étudiantes, je ne plaisantais pas. Il y en a trois là-bas qui vous reluquent.

Je parlais discrètement pour qu'elles ne m'entendent pas. Déjà que j'étais persuadée qu'elles devaient dire du mal de moins, comme la moitié des étudiants de cette université, alors ce n'était pas la peine de m'attirer leurs foudres.
Puis, je revins au sujet principal, c'est à dire notre conversation. Peut-être avait-il d'autres chats à fouetter que d'entendre parler de gamines qui le trouvaient mignons. Même si elles n'avaient pas forcément tort.

- Je vous ai attendu, parce que je me suis dit que peut-être vous voudriez boire un café ? Vu que j'ai détruit votre chemise, ce serait la moindre des choses pour moi de vous en payer un. Si vous avez le temps, néanmoins...

Surtout, je croisais les doigts pour qu'il ne prenne pas ça pour de la drague. Ce n'était pas mon but, c'était juste une histoire de politesse. Et puis de toutes façons, même s'il croyait cela au début, il verrait bien plus tard que j'avais une alliance. Je la portais toujours, je n'avais pas eu la foi pour l'enlever. Alors si pour l'instant, il ne pouvait pas la voir parce qu'elle était hors de portée, il aurait tôt fait de la remarquer.

__________________________


THIS IS MY KINGDOM COME +
I miss the taste of the sweet life, I miss the conversation. I'm searching for a song tonight, I'm changing all of the stations. I liked to think that we had it all, we drew a map to a better place. But on that road I took a fall, oh baby why did you run away ? unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
http://musical-love-harmony.forumactif.com/





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINE] Smells like morning coffee   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] Smells like morning coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ MLH 2.0 ♫ :: LA DETENTE :: ARCHIVES :: MLH 2.0-
Sauter vers: